La fin de règne lamentable de Donald Trump

L’attitude de Trump face aux élections est très inquiétante. Déjà en 2016, il prédisait que l’élection serait truquée et qu’il perdrait. Il répète à nouveau son manège cette année et affirme qu’il ne cèdera jamais.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Trump by IoSonoUnaFotoCamera(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fin de règne lamentable de Donald Trump

Publié le 9 janvier 2021
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

Ce n’est un secret pour personne : Donald Trump adore être le centre d’attention. Ses nombreuses tirades sur Twitter depuis près de cinq ans ont nourri les médias qu’il aime détester – c’est à se demander si cette relation est devenue une symbiose.

Par contre, son attitude face aux élections est très inquiétante. Déjà en 2016, il prédisait que l’élection serait truquée et qu’il perdrait. Il répète à nouveau son manège cette année et affirme qu’il ne cèdera jamais.

Les défaites judiciaires se succèdent

Pourquoi ? Parce que l’élection aurait été truquée. Mais si tel est le cas, ni lui ni son équipe n’ont pu produire suffisamment de preuves pour en attester.

En effet, Trump et ses alliés ont perdu la totalité de leurs recours en justice. Au Wisconsin, un juge nommé par Trump a affirmé que les lois pour étendre le vote par courrier étaient légitimes et que le Parti républicain n’avait rien fait pour contester lesdites lois avant l’élection.

À la Cour suprême, et deux fois plutôt qu’une, les neuf juges – dont six considérés comme conservateurs – ont unanimement rejeté des poursuites pour changer le résultat des élections.

Dans la poursuite du Texas pour contester les élections de quatre États, la cour a déterminé que « selon la Constitution, un État n’a pas d’intérêt valide à contrôler les élections d’un autre État. » Juste avant cette décision, la haute cour avait aussi rejeté une poursuite républicaine pour invalider le vote postal en Pennsylvanie – mesure élargie par une législature étatique républicaine en 2019.

En fait, Trump blâme tout et tout le monde : le vote électronique, les médias, Georges Soros et la Fondation Clinton. Tout… sauf lui-même, et Dieu sait que les raisons ne manquent pas.

Ironie du sort : ses élucubrations sur les fraudes électorales auraient encouragé certains de ses partisans à s’abstenir lors de l’élection sénatoriale en Géorgie.

Des partisans sur les nerfs

Bien que Trump semble s’être ravisé quant à la passation de pouvoir jeudi, son martèlement constant et (apparemment) non fondé sur une fraude électorale massive a eu des répercussions qui pourraient affecter le pays dans les semaines, voire les mois à venir.

Une foule enragée a envahi le Capitole durant la certification du vote du collège électoral mercredi dernier. Arborant des bannières de Trump, du drapeau confédéré ou de Qanon, ces émeutiers ont montré qu’ils sont prêts à tout pour défendre leur gourou et que ses paroles sont sacrées.

Malgré ses tentatives de se racheter en condamnant plus clairement les émeutiers jeudi en soirée, il l’a fait tellement mollement – parlant encore de supposée fraude électorale – que les médias sociaux ont complètement bloqué son compte et supprimé les publications qui, selon eux, encourageaient l’émeute plutôt que de l’apaiser. Même sa fille Ivanka n’a pas aidé la situation.

Bref, Donald Trump termine son règne comme il l’a commencé : vulgairement, sans classe ni décence et en rejetant quiconque ne va pas à 100 % dans sa direction. S’il avait été élu en Afrique ou en République bananière, il aurait été dans la moyenne des dirigeants de ces pays.

Mais dans un pays comme les États-Unis, où la passation de pouvoir a (presque) toujours été pacifique, de tels agissements sont inacceptables. En espérant que le prochain changement de pouvoir se passera sans heurts.

Voir les commentaires (131)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (131)
  • Donc, il n’y a pas eu de fraude aux usa, tout c’est passé dans les règles, la démocratie est sauvée….. Pas forcément l’Amérique ni le monde.

    • en façade peut-être… sur le fond, j’en suis nettement moins sûr.

      • et vous n’avez aucune preuve. 80 juges fédéraux ont rembarré l’équipe de trump.

        • Plus précisément, 80 juges fédéraux ont refusé de juger et d’enquêter sur les éléments apportés. 🙂
          Ce n’est pas tout à fait pareil.

          • ce n’est pas aux juges fédéraux d’apporter les preuves mais au plaintif qui en a été incapable. Les juges fédéraux ont regardé les « preuves » et ont dit qu’il n’y avait rien.

            On rappelle aussi que le propre Homeland Security Department de Trup a dit que c’était les élections les plus sûres. Que les organisateurs conservateurs des élections ont dit la même chose.

            Seuls les trumpistes continuent la rhétorique car ils ne peuvent accepter que leur gourou est perdu.

            • Je n’ai pas dit que c’était aux juges de prouver l’innocence de l’un ou l’autre. Un tribunal , ne prouve rien en lui-même.
              C’est aux parties en présence de défendre leurs thèses respectives. Mais il faut qu’il y ait un procès où toutes les preuves puissent être exposées, étudiés avec des expertises et une vérification des points par la justice nécessitant des enquêtes. Cela aurait permis de valider ou d’invalider officiellement les fameuses preuves de Trump.
              C’est ce qui avait été fait lors de l’affaire Clinton – Monica Lewinsky où la Justice avait dépensé des millions de dollars en expertises et contre-expertise et diverses enquêtes. Pour in fine aboutir à par grand-chose d’ailleurs.

              Une affaire de fraude électorale (ou pseudo fraude ? ) passant en jugement aurait permis une « vraie » enquête judiciaire dans les règles (peut-on espérer). Cela aurait mis un terme à certaines spéculations si les arguments des trumpistes étaient faux. En refusant, cela libère un boulevard aux spéculations.

              • et la plupart des soi-disantes preuves ont été rembarrées par les juges et le justice department. Les juges n’ont pas simplement dit, je ne regarde pas contrairement à ce que vous affirmez.
                Attorney General William P. Barr said Dec. 1 that FBI agents and U.S. attorneys have been investigating complaints, but “to date, we have not seen fraud on a scale that could have effected a different outcome in the election.”

                • Merci de confirmer!
                  Traduction de la phrase: « «À ce jour, nous n’avons pas vu de fraude à une échelle qui aurait pu avoir un résultat différent lors de l’élection.»

                  Donc il ne dit pas qu’il n’y a pas eu de fraude… Mais qu’elles n’auraient pas été d’une ampleur suffisante pour changer le résultat!
                  C’est très différent et encore plus navrant!
                  Pour montrer que la fraude aurait été ou non d’une grande ampleur, il aurait fallu passer tout au crible. Chose impossible pour les trumpistes dans le temps imparti avec leur seuls effectifs sans avoir un accès légal à certaines données. Seule une enquête fédérale avec les moyens fédéraux auraient pu le faire.
                  Cela montre donc que les élément apportés par l’équipe Trump ont bien montré des fraudes mais leur ampleur est « insuffisante ». Ben voyons 🙂
                  Il y a donc bien eu refus d’instruire. Les juges ont eu peur du vent qui tourne…

                  J’espère sincèrement qu’il n’y a pas eu de fraude sérieuse. Car s’il y en a eu, cela se saura tôt ou tard et cela risque de très mal se passer.

          • On en revient à ce très bon article bien sourcé, c’est la faute de tout le monde sauf à Trump !

  • A noter qu’on a pu voir un grand nombre de drapeau libertariens « dont tread on me » accompagner les émeutiers. La présidence de Trump s’étant globalement caractérisée par un système nationaliste protecteur et connivent, on s’interroge..

  • En résumé, l’Exécutif, après avoir rejeté les conclusions du Judiciaire, a tenté d’intimider, puis d’empêcher le fonctionnement, du Législatif, niant ainsi la séparation des pouvoirs, base de la démocratie américaine.

    C’est donc bien une dictature que Trump a tenté d’instaurer – ça correspond à son admiration pour les pouvoirs des Poutine, Xi Jinping et autres autocrates

    • -24 !
      Comme le chantait Béart, « le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté »

      • Autant les articles de contrepoint sont en général intéressant, avec différents visions, autant une partie des commentaires sombrent dans le ridicule… Il suffit de voir votre « score », juste car vous n’êtes en ligne avec les commentateurs les plus actifs, c’est navrant je trouve 🙁

  • Encore un article qui tire contrepoints vers le bas. C’est à se désespérer d’y contribuer financièrement.
    Ce Monsieur ferait mieux de lire le compte rendu du Sénat concernant les fraudes avérée.
    La « justice » US ne dit pas qu’il n’y a pas de fraude, elle s’est contentée de manoeuvres dilatoires en ne voulant jamais regarder le fonds des choses.
    Une république bananière s’installe tranquillement.

    • Inutile de répéter une énième fois cela, c’est faux. De nombreux juges ont jugé sur le fond. Pour illustrer ne serait-ce qu’avec un exemple parmi les dizaines disponibles :
      https://www.forbes.com/sites/jemimamcevoy/2020/12/17/these-are-the-voter-fraud-claims-trump-tried-and-failed-to-overturn-the-election-with/

      La justice a clairement tranché et il faut appeler un chat un chat : c’est faux. Les faits ont une importance et ils sont limpides ici. Giuliani lui-même a reconnu sous serment qu’il ne présentait pas un cas de fraude la seule fois où il a plaidé devant la justice.

      https://www.nytimes.com/2020/11/18/us/politics/trump-giuliani-voter-fraud.html

      • Sauf erreur, il n’a plaide qu’une fois, sans doute pas pour une fraude, tout le reste à été rejeté d’office sans un regard sur les « preuves »

      • L’article de forbes que vous citez ne contient aucun élément soutenant votre allégation qu’un juge, même un seul, aurait jugé « sur le fond ». Les preuves n’on pas été examinées. Pas de « due process ». Quand à la deuxième référence, la réponse de Guilmiani portait sur une question très spécifique « The case is narrowly focused on whether local election officials in Pennsylvania should have given voters an opportunity to fix problems with their mail ballots after submitting them » …

        • Sauf qu’il a été montré que la plupart des points cités par l’équipe de trump sont faux. C’est vraiment la théorie de Brandolini. Trump et son équipe peuvent balancer tous les mensonges possibles et inimaginables en quelques secondes et c’est à la défense de montrer qu’ils ont tort?

      • C’est de la totale mauvaise foi d’affirmer que tous les cas ont été jugés au fond par des juges qui ont la plupart du temps refusé d’examiner les dossiers en les rejettant sur la forme ou les délais.
        Combien parmi ces juges ont été nommés sous les 8 années d’administration OBAMA?
        Les démocrates sont des pervers et les républicains des naifs ou des opportunistes.
        Attention le peuple américain vient d’en prendre conscience.

        • même les juges nommés par les conservateurs et trump lui même ont dit qu’il n’y avait rien.

        • le départment of justice de trump a même investigué:
          Attorney General William P. Barr said Dec. 1 that FBI agents and U.S. attorneys have been investigating complaints, but “to date, we have not seen fraud on a scale that could have effected a different outcome in the election.”

          • Aucun témoin n’a été entendu par les « enquêteurs », aucune preuve n’a été examinée par les « enquêteurs ». Il n’y a pas eu enquête, autrement il y aurait eu des rapports d’enquête. Barr a simplement lâché Trump. Il l’avait d’ailleurs déjà lâché depuis longtemps, dès qu’il a senti le vent tourner avec le COVID, en refusant d’enquêter officiellement sur les agissements de Biden et de son entourage.

          • @Fred31
            Vous l’aimez bien cette phrase. Moi aussi, car elle confirme qu’il y a eu refus d’instruire!

            Traduction de la phrase: « «À ce jour, nous n’avons pas vu de fraude à une échelle qui aurait pu avoir un résultat différent lors de l’élection.»

            Donc il ne dit pas qu’il n’y a pas eu de fraude… Mais qu’elles n’auraient pas été d’une ampleur suffisante pour changer le résultat!
            C’est très différent et encore plus navrant!
            Or pour montrer que la fraude aurait été ou non d’une grande ampleur, il aurait fallu passer tout au crible. Chose impossible pour les trumpistes dans le temps imparti avec leur seuls effectifs et sans avoir un accès légal à certaines données. Seule une enquête fédérale avec les moyens fédéraux auraient pu le faire.
            Cela montre donc que les élément apportés par l’équipe Trump ont bien montré des fraudes mais leur ampleur est opportunément « insuffisante ». Ben voyons ?
            Il y a donc bien eu refus d’instruire. Les juges ont eu peur du vent qui tourne…

      • en France aussi le conseil constitutionnel a validé les comptes de campagne des présidents élus et on sait maintenant que ces comptes n’étaient pas valides… et cela aurait dû invalider l’élection…

    • c’est effectivement le type de commentaires qui tire Contrepoints vers le bas. Continuez à propager cette idée de fraude alors que le ministère Homeland Security a dit que c’était l’élection la plus sûre, que 80 juges fédéraux y compris conservateurs ont regardé les « preuves » apportées par l’équipe de trump en disant qu’il n’y avait rien, que la cour suprême conservatrice dont 3 justices nommés par trump ont refusé d’écouter ces inepties est juste du dogme

  • Le mandat de Trump se termine de façon pitoyable, comme il avait commencé. Le problème n’est pas tellement d’avoir vu ce clown malade devenir président, c’est déjà de constater qu’une majorité de citoyens américains a pu l’élire, mais c’est aussi de mesurer, après le triste spectacle qu’il a donné, qu’il a encore des partisans…

    • sauf que pour moi tous les présidents sont des « trump « … mais seulement pour trump l’electrion ne suffit pas pour être président..
      la rébellion permanente au président dès le début du mandat trump conduit tout naturellement à ce que les soutiens au président fasse la même chose..

      mieux..j’ai plus de « sympathie » pour des vandales qui s’en prennent à des lieux de pouvoir symbolique qu’à ceux qui organisent la terreur et qui tolèrent le saccage de biens privés.
      au moins avec trump vous comprenez que l’etat n’ets pas nécessairement « gentil » ou competent..

      obama a reçu le prix nobel de la paix après son election..
      la femme d’un ancien président se présente à l’election…le fils d’un autre est élu..
      OUI le système à un problème d’elitisme ..la réponse est évidemment populiste sans doute necessaire..mais clairement pas suffisante pour que les démocrates ouvrent les yeux sur les véritables défauts du « système »…

    • beppe grillo a t’il été traité comme trump?
      les communistes ne sont ils par des clowns sinistres?

    • @Roven

      « il a encore des partisans »

      Parfaitement d’accord avec vous et le plus désolant est de voir qu’il y en a tellement ici dans le public de Contrepoints, infesté de pseudo-libéraux qui discréditent totalement la cause du libéralisme.

      Je crois qu’il nous faut vraiment chercher un site mieux fréquenté.
      C’est dommage parce qu’on trouve ici d’excellents articles.

      • @mc2

        Le foisonnement des idées les plus diverses pour ce site n’est pas synonyme « d’infestation », mais permet au contraire d’affiner les jugements et de lutter contre les préjugés et a priori contre productifs.

        La controverse sur le résultat de ces élections US aura mis en exergue le problème des votes électroniques et par correspondance, auquel il serait opportun de répondre le plus précisément possible avec des moyens certifiés incontestables appropriés.
        Cet objectif démocratique ne devrait pas être éludé et encore moins inatteignable pour nos sociétés modernes.
        Il pourrait servir d’exemple dans tous les cas, en servant au mieux nos systèmes électoraux souvent controversés en l’absence d’assesseurs certifiés.
        Une question d’importance quant à l’avenir du vote électronique reste ainsi posée :
        Doit-il devenir partout systématiquement la nouvelle règle ?

  • oh ZUT..

    trump est un populiste.. ok..

    mais qui a commencé le jeu de l’illégitimité par les institution LA GAUCHE us..
    « this is not my president »..

    la rebellion a commencé dès le départ de la présidence trump.. et la gauche a toléré et SOUTENU des actes répréhensibles voire l’instauration de mini zones « autonomes » ça s’appelle des secessions..

    oui c’est le bordel… mais mettre ça leur le compte du seul trump est gonflé..

    on ne respecte pas les institutions quand ça vous arrange..

    C’est la conséquence normale de la fin de la confiance dans les institutions.

    eh les démocrates, hier matin vous disiez que le système us est un système d’oppression raciste sexiste et criminel.. or le système repose sur les institutions..le congrés le sénat..

  • Le lynchage médiatique systématique dont Donald Trump a été victime, la cécité bienveillante des même médiats sur les casseroles de Biden, cette élection en trompe l’œil au profit de la vice président, sont au moins aussi dommageables pour la démocraties que les facéties de Trump, donc tout vas bien. Même notre Président se lève en pleine nuit pour donner des leçons de démocratie, il serait hasardeux de faire le parallèle entre une manifestation sur les Champs Elysées infiltrée par les casseurs et l’action du Capitol, attendons 2022 pour voir.

  • Je vous conseille de voir cette vidéo qui explique pourquoi l’attitude de Donald Trump est logique, contrairement à ce que vous concluez:

    • Excellente vidéo.

    • Excellente vidéo. Elle montre très bien l’évolution américaine vers la domination de la gauche au sein même du parti démocrate et la diabolisation des modérés conservateurs tous vus comme « déplorables » par la bienpensance majoritaire des médias, qui a les « meilleures intentions du monde » et la « bonne conscience de celui qui est persuadé d’avoir raison ». On comprend très bien la réaction des partisans de Trump (plus de 70 millions quand-même) , lequel donne une voix à ceux à qui on interdit la parole, alors que la liberté d’expression est au fondement même de la démocratie.

  • Les démocrates font partis du camp des gentils nous en avons eu récemment la preuve pendant 4ans pendant lesquels ils n’ont eu de cesse de vouloir provoquer un empeachment sur des faux.
    Maintenant tout va revenir à la normale avec un Joseph Robinette Biden qui a démontré pendant 47 ans tout le « bien » qu’il vouait à son pays
    Enfin le Deep State est de retour et les USA vont peut-être devenir socialistes comme le souhaitent tellement nos médias français
    Bonne journée à tous

    • Trump est comme un enfant, très réactif…, se moquant des jugements, n’entrant pas dans les raisonnements combinards. De plus ce n’est pas un politique de métier et ça c’est impardonnable ! Ne mangez pas ma part de tarte ! Nous verrons la suite avec Bidon, la Chine se frotte déjà les mains, l’Iran jubile (à nous l’enrichissement d’uranium sans limite), le Venezuella qui a concocté les logiciels des machines à voter ont sauté de joie… il faut toujours chercher à qui profite le crime ! Trump s’opposait aux magouilleurs, seulement parce-qu’il est indéaliste et patriote.
      Ce ne sont plus des qualités « supportables » pour les traîtres !
      Et n’oublions pas le Trumpbasching permanent, y comprios en France via nos média subventionnés. Si Trump n’avait été que falot, personne n’aurait dépensé autant d’argent, d’influence et d’énergie pour lui nuire ! C’est ce qui m’a fait réfléchir à son sujet, car au départ je dois dire que son look, sa coiffure, son style, ne m’avaient pas enthousiasmée du tout. Mais ces campagnes de dénigrement permanent, récurrent, m’ont fait revoir ma copie, le mal n’était pas du côté de Trump !

        • C’est à l’accusateur qu’incombe la charge de la preuve et cela n’a jamais été fait. Au point que Dominion a lancé un procès en diffamation il y a deux jours. S’il était encore nécessaire de le faire, voilà qui apportera de manière claire une réponse additionnelle sur ces sujets.

          • La meilleure défense, c’est l’attaque. Pourquoi Dominion n’a-t-il pas attaqué tout de suite, d’ailleurs ?

            • Pour monter un dossier solide et renforcer son dossier avec la poursuite des attaques de Powell malgré les avertissements. Les experts juridiques que j’ai pu lire sur ce sujet considèrent que c’était la bonne approche pour maximiser leurs chances en justice de montrer la faute intentionnelle de Powell & alii.

  • L’histoire jugera quand la poussière retombera. Il n’est pas impossible que « The Donald » restera sans doute comme le pire POTUS par le style et la personnalité, mais peut être de loin de meilleur par le très impressionnant bilan économique (hors Covid), géopolitique, et même sanitaire (des millions de vies sauvées dans le monde grâce au programme Warp Speed décidé le 3 mars dans le Bureau Ovale ?). La déplorable jacquerie du Capitole n’est qu’un symptôme, celui de la totale déconnection des crocodiles du marigot washingtonien, improductifs, manipulateurs et arrogants, avec à leur tête de vieux caciques comme Biden et Pelosi, qui ne servent plus que de cache sexe à la pensée dévoyée issue des campus hors sols américains. Une révolte ? Oui Sire, pour le moment !

  • A la fin voilà le grand crime dont est coupable Trump : il n’est pas classe. Il est vulgaire, et d’autant plus qu’il ne se laisse pas soumettre docilement quand le camp démocrate, enragé et en plein délire haineux, avait tout fait pendant 4 ans pour le diaboliser et le destituer, avec l’aide de la propagande des médias, allant jusqu’à provoquer des émeutes d’une toute autre ampleur que ce que l’on a connu en France.

    Las, le camp du bien n’a rien trouvé contre lui, en 4 ans. Aucune trace de corruption, de vol ou de viol. RIEN. Aucune preuve! En fait Trump semble tout ce qu’il y a de plus intègre, et ça c’est vraiment très énervant, alors, quel plaisir ce doit être pour eux, maintenant, de pouvoir répliquer à leur tour: vous n’avez pas de preuves ! Quelle vengeance jouissive, hein?

    • Attendons l’après Trump et les procès possibles..Sauf s’il est couvert par l’immunité présidentielle bien evidemment….

      • Quelles preuves ? Vous n’avez rien, toujours rien au bout de 4 ans. J’ai idée que c’est très enrageant pour vous, mais c’est un fait. Bisous.

        • Eh bien nous verrons quand des juges auront fait leur boulot. C’est ça la justice : elle fonctionne pour tout le monde. Trump et ses équipes n’avaient aucune preuve, ce que Giulani a admis sous serment, et 80 juges ont décrété sur la forme et le fond qu’il n’y avait rien. Si jamais Trump n’a rien fait, le même scénario aura lieu : les juges ne jugeront rien car il n’y a rien. Mais là… c’est vous qui allez enrager.

          • Lol. Les démocrates, aidés par tout le gratin, les médias, le FBI, les juges, la CIA, ils s’y sont tous mis, et n’ont rien trouvé. Ils ont portés de très graves accusations infondées, ce qu’on appelle calomnie et diffamer, et jusqu’à fabriquer de fausses preuves.
            Maintenant que les chambres et la Maison Blanche sont tenus par les démocrates, ils vont pouvoir pondre des lois anti-Trump, multiplier les procédures toujours sans preuves, mais qui permettront de poursuivre le harcèlement, jusqu’à épuisement ou élimination. Je suppose que vous en êtes très heureux en effet.
            Personnellement, je n’accepte cela contre personne, quel que soit son camp, y compris démocrate. C’est contre le 2P2M et les parti-pris idéologiques que je me bats. Je défends la Justice, pas la justice d’état qui fabrique des lois en fonction de leurs intérêts du moment, mais la vertu de justice. Mais je suppose que la différence vous échappe, car ce n’est manifestement pas ce dont les anti-trump de votre espèce se soucient depuis le début.

            • euh…il y a plusieurs personnes dans l’entourage de trump qui ont été condamnés pour cette affaire. Pourquoi mentir au FBI s’il n’y a aucune raison? Trump les a par la suite graciés pour les remercier de leur loyauté.

              • Admettons. Où sont les preuves du FBI? La charge de la preuve est toujours à l’accusation, même contre Trump, oui? Où sont les preuves de la CIA, et des procureurs ?
                Et pourquoi, parallèlement, les affaires Clinton, les affaires Biden père et fils, n’ont pas suscité plus de révolte que ça? Ne disiez-vous pas: l’Amérique est un pays de loi? Lol!

                En tout cas Trump a raison sur un point: un vrai marécage. Ca a l’air de bien vous passionner, mais moi j’en assez eu de nausée, alors je vous laisse continuer de patauger là-dedans. Bisous.

                • et trump a drainé le marécage comme il l’a dit en mettant sa famille et ses amis à des postes importants? Soyons sérieux une minute

            • N’étant pas anti-Trump, je saisis très bien la nuance. En effet, ma valeur cardinal est l’honnêteté. Ce qui implique la justice. Au moins nous avons deux points communs : se battre contre le 2P2M et les partis pris. Malheureusement, il semble que vous ayez oublié une chose : le coupable et l’innocent le sont sur base de preuves. Vous vous rendez compte de la somme d’individus complices, d’institutions, de lois bafouées, de contrôles administratifs, de traitrise et de mensonges, et d’incompétence des « pro-trump » que vous invoquez et qui sont nécessaires pour que votre théorie fonctionne ?
              Trump sera jugé coupable ou innocent par des juges pour divers dossiers. Si vous défendez la justice, respectez ce principe.

              • Dans un monde juste, oui, entièrement d’accord. Mais ce que vous ne semblez pas comprendre, c’est que Trump est déjà jugé coupable. En fait il a été jugé dès son accession à la présidence: « not my president », harcelé sans relâche, et il ne fait aucun doute que ça va continuer après son départ. Alors posons la bonne question: de quelle justice parlons-nous?
                La justice en tant que principe de vertu, la justice médiatique, ou la justice politicienne, pour ne pas dire justice du commissaire du peuple?

                Maintenant les réseaux sociaux dominants l’ont tous censurés comme un seul homme. Justice? Amazon n’héberge plus Parler. Justice?

      • Trump a rejoint sa propre caricature.

        En mettant en scène un scénario que les gens de CNN/Hollywood, tous ses adversaires acharnés, n’auraient pas rêvé d’écrire, il a définitivement occulté les quelques éléments positifs de sa présidence ainsi que les vraies fraudes dont il a été victime.

        Car, bien sûr, qu’il y a eu des fraudes, mais pas celles qu’il indique. Le coup d’état du FBI par exemple, qui a réussi avec quatre ans de retard. En empêchant Trump de faire son programme dans les deux premières années de son mandat, Comey and co l’ont poussé à la faute (dont il est cependant seul responsable) lorsque le virus est arrivé. Trump -qui a foncé dans le piège des démocrates (qui ont mis Biden dans une cave pendant des mois) croyant qu’il pouvait occuper le terrain à son avantage, et a fait alors le rodomond avec le covid ce qui l’a fait apparaître très vite ridicule et devenir, avec une presse qu’il savait hostile, responsable de tous les maux. Il aurait d’autant plus pu et dû rester en dehors de tous cela qu’en Amérique, ce sont les gouverneurs des états qui étaient chargés de faire le « sale boulot » (confinement, masques etc.)
        Le vrai échec de Trump, c’est (i) d’avoir validé d’avance des méthodes étatistes que Biden and co. vont s’empresser de reprendre (utilisation de la dette publique, protectionisme)
        et (ii) de s’être fait battre finalement pas un vieillard podagre entouré d’une camrarilla d’étatiste pûr jus qui vont massivement exproprier la classe moyenne dans les trente ans qui viennent (car ils resteront au pouvoir trente ans au moins, avec la majorité au sénat ils vont nommer des juges à la cour suprême et redessiner la carte électorale)

        • ils vont nommer des juges à la cour suprême et redessiner la carte électorale

          Obama avait déjà bien oeuvré et verrouilé le systeme judiciaire, le FBI est tout acquis aux démocrates

        • C’est incroyable d’inventer/d’interpréter les faits a posteriori pour expliquer les choses. Quand Barr et Pence ont fait leur boulot, bim, on les accuse de trahison et on va chercher des « preuves » (c’est-à-dire des interprétations ridicules de faits passés) pour dire « on » le savait, etc… revenez sur terre svp.

        • Une partie de ce que tu dis est sensé, mais l’une des prémisse est fausse, tu n’a pas encore bien cerné la politique dite « du coronavirus ». En conclusion de quoi, tu est dans l’erreur.

          Tu semble n’avoir pas bien repéré les synergie géopolitique de biden avec macron/trudeau. Crois tu vraiment qu’il vont maintenir du protectionnisme?

          Biden n’a pas l’intention d’exploiter la classe moyenne, mais de la détruire, la réduire en esclavage. Ces gent vont poursuivre la politique du coronavirus, transférant leur activité PME/PMI vers les mégacorps.

          Si tu veux savoir ce que biden vas faire, tu tappe agenda 2030.

    • Juste des gens proches de lui condamnés pour avoir mentis au FBI sur cette affaire et pardonnés par lui. S’il n’y a rien, pourquoi avoir menti?

  • Ah oui, on a eu chaud, la démocratie américaine a été bien mise en péril par ces putschistes désarmés. Ouf. Ce n’est pas comme s’ils avaient pacifiquement cramé des propriétés privées ou pacifiquement massacré des personnes: non, là, il y avait péril en la demeure des « représentants du peuple », ils auraient pu laisser des traces boueuses sur les tapis payés par leurs impôts ou perturber les « awoman » cérémoniels des Oints du Seigneur.
    Ouf, heureusement que les choses vont revenir à la normale, avec plus d’impôts, plus de redistribution, plus de discrimination positive, plus de restriction sur le 2ème, plus d’écologie, sans parler des inévitables manœuvres militaires, pardon, démocratiques, dans des pays de méchants au nom imprononçable.
    Ouf.
    Remerciements spéciaux aux héros du progrès et du Peuple, Facedebouc, Twatteur et tous leurs camarades commissaires politiques, pardon, journalistes, pour leurs nobles efforts de censure, pardon, de résistance à la dictature.

  • Entre les magouilles du clan Clinton et l’inconnu Trump, les électeurs ont fait le pari de Trump et comme souvent, c’était le moins bon mais ça ne réhabilité pas le clan Clinton pour autant. Le choix démocrate n’était pas judicieux non plus.

  • c’est intéressant de voir comment le conformisme empêche la réflexion et la saisie de la réalité…

    • « Le président a fini son discours en confirmant la légitimité d’une marche pacifique vers le Capitole.  »

      L’auteur ne doit pas parler anglais pour écrire ça. Voici ce qui s’est dit avant les évènements

      Trump a dit: “You’ll never take back our country with weakness. You have to show strength, and you have to be strong … I know everyone here will soon be marching over to the Capitol building.
      Trump junior a dit: If you’re gonna be the zero and not the hero, we’re coming for you and we’re going to have a good time doing it!”
      Giuliani a dit: So let’s have trial by combat.

      • Bien mollassons tout ça. Tout d’un coup, une foule de 1000 ou 2000 personnes entrant dans le capitole (on les a quasiment invité) sont un danger mortel pour la démocratie quand pendant 8 mois, les BLM et antifascistes ont saccagé et brûlé des villes entières, créé des zones de non droit et assassiné au moins une quarantaine de personnes. Mais chhhhuuuut, c’était des protestations non violentes et parfaitement légitimes. De plus, quand les violences sont devenues difficiles à cacher, Il s’est bien trouvé quelques démocrates (Harris par exemple) et des journalistes (Cuomo, oui, on te parle) pour les justifier.

        Vous comprenez la notion de 2 poids de mesures ? Les violences au capitole sont les filles des émeutes qui se sont produits pendant de long mois aux USA sans que cela ne dérange les politiques démocrates et les journalistes. Difficile de justifier des violences pour les condamner après.

    • La saisie de la réalité quand on propage des mensonges sur la présence d’antifas, sans preuve, alors que tous ces crétins se sont pris en photo à visage découvert. Leur page facebook, twitter…montrent leur profil de conservateur pro-trump. Certains sont en train de se faire licencier, très bonne chose; et seront jugés par le FBI.

  • Fake info.
    Trump n’a perdu aucun recours en justice.
    Puisqu’il n’y a jamais eu de procès ne de décision de justice ni de réelle prise en compte des preuves ni même enquête réelle.
    Il est là le scandale. Le mimétisme et la peur des juges de s’opposer a la masse médiatique, et la préservation de carrière.

    Désolé, le Texas a déposé une plainte réelle et sérieuse comme fraude a la constitution.
    La constitution oblige les modifications du code électoral des états par les élus.
    Avec le COVID, les modifications pour les votes par correspondance ont étés étendus par des non-élus.
    Oui il a légitimité a penser que Trump a été volé!
    Il n’y a eu que des preuves d’obstructions à l’ouverture d’une enquête sur les preuves.

    Devant une femme violée, dans un coin planqué avec un auteur qui a une capote, l’auteur lui dira « vous n’avez pas de preuves suffisantes » on n’instruit pas l’affaire et ne pensez pas.

    • fake info.

      Les « preuves » ont été investiguées par les juges et aussi par le propre department of justice de trump:
      Attorney General William P. Barr said Dec. 1 that FBI agents and U.S. attorneys have been investigating complaints, but “to date, we have not seen fraud on a scale that could have effected a different outcome in the election.”

    • Bonjour, avez vous pu contacter un de ces juges ? J’aimerais savoir comment vous savez qu’ils ont eu peur.

      • Il n’y a pire aveugle qu celui qui ne veut pas voir…Beaucoup ici défendent Trump et franchement je ne sais pas pourquoi..??? Incompréhensible de lui trouver une quelconque qualité…Beaucoup de républicains auraient fait mieux , cent fois mieux et seraient réelus…C’est un communiquant , habile avec les réseaux sociaux et c’est à peu près tout…

        • Non, ce n’est pas tout, c’était aussi un as de la triche jusqu’à ce qu’il se prenne bêtement les pieds dans le tapis.

  • Bonjour.

    Ceci est une simple réponse a ceux qui persiste a nier l’évidence.

    Quiconque aura réellement pris le temps de lire ca demandera une enquête approfondie.

    https://ufile.io/f/t855h

    Je sais que la vérité est désagréable, Mais c’est ainsi.

    Acceptez le, résolvez le. Ne soutenez pas le mensonge.

  • Biden remporte les elections en gagnant dans 17 % des « counties ».
    Aucun president americain n’a jamais perdu sa reelection quand il a un score plus important que lors de son premier mandat, Trump fait 5 millions de plus de voix qu’en 2016.
    Obama avait ete reelu en 2012 avec 5 millions de voix en moins que lors de son premier mandat.
    Trump explose le score d’Obama lors de son premier mandat et celui d’Hillary aux dernieres elections mais Biden fait 3 millions de plus sans pratiquement avoir fait de campagne.
    Biden fait des scores fantastiques dans les 5 etats qui font la balance a la fin alors qu’il a perdu la Floride et l’Ohio qui sont normalement des etats clefs dans la victoire.
    Le soir des elections a 1 h du matin toutes les televisions americaines ont pratiquement admis la victoire de Trump, a 6h du matin tout a change.
    Pas des preuves bien sur, juste des elements qui font reflechir.

    • c’est ce que dit Charles Gave : https://institutdeslibertes.org/elections-aux-usa-une-mise-a-jour/

      ajoutez l’utilisation de machines de vote, dont il est impossible d’assurer qu’elles respectent le choix des électeurs (ou alors, il faut lever l’anonymat de vote),
      et le vote par correspondance, très vulnérable.

      quand on voit maintenant l’acharnement des démocrates à bloquer tous les comptes de réseaux sociaux de républicains (beau respect de la liberté d’expression), à vouloir en avance virer D Trump de la maison blanche, je me demande pourquoi…

      Et ce ne sont pas les quelques olibrius qui sont entrés dans le congrès qui sont réellement menaçants… (halte au sketch, sauf pour la femme abattue et pour laquelle il n’y a aucune indignation…).

    • Donc parce qu’il a eu plus de voix qu’en 2016, il devrait gagner? C’est pas vraiment comme ça que marche une élection. Bien a eu 7 millions de voix en plus et plus de grands électeurs.

      Les juges ont regardé les preuves apporté par l’équipe de trump, le department of justice de trump a regardé, le FBI a regardé, des recomptes ont eu lieu…et à la fin trump a perdu.

    • Il faudrait expliquer en quoi cela fait réfléchir… :
      – L’augmentation des voix de Trump tient à l’extrême polarisation qu’il a amplifiée. Beaucoup de rejet (les médias français ne voient bêtement que ça) et aussi beaucoup d’attrait. Trump a joué une bataille de mobilisation plus qu’une bataille de conviction. Cela a marché en 2016, pas en 2020
      – La concentration des voix démocrates sur certains comtés tient essentiellement à l’urbanisation. IL y a 3000 comtés environ mais le plus gros fait 10M d’habitants et le plus petit une centaine d’habitants. Les frontières n’ont jamais bougé. Imaginez que Los Angeles est un comté ! Les Démocrates sont de plus en plus dans les villes (peu de comtés mais beaucoup d’habitants), les Républicains à la campagne (beaucoup de comtés mais peu d’habitants). Le phénomène va s’amplifier avec le temps
      – Le dépouillement qui a généralement commencé par les votes en personne avant d’aller sur les votes par correspondance explique le fait que Trump ait initialement été devant. Mais cela ne veut rien dire, ce n’est pas parce qu’on commence par les votes Trump que ce n’est pas le total qu’il faut regarder…

      • Dire que Trump a créé cette extrême polarisation est un mensonge. Il s’est appuyé sur cette polarisation pour gagner les élections, il l’a tournée à son avantage avec son verbe excessif, ça c’est évident, mais ce n’est certainement pas lui qui l’a créée. C’est toute cette vague de militantisme de gauche qui a créé cette polarisation.
        Faut-il vraiment que je cite les sources? les livres sur les théories de genre et de racisme systémique qui atomise la société en groupes identitaires à bout de nerfs, les agressions et censures dans les universités et les médias, les émeutes, les « déplorables », la cabale hystérique menée contre Trump pendant 4 ans, franchement?
        Quand on est journaliste, l’observation des faits ne devrait pas être orientée en fonction de la personnalité ou de l’orientation politique des personnes concernées, et je m’attache ici à rendre à chacun son dû. On peut dire que d’une certaine façon le comportement de Trump a jeté de l’huile sur le feu. Mais ce n’est pas lui qui a foutu le feu à l’Amérique pour commencer.

        • La polarisation de la vie politique ne date évidemment pas de Trump mais qui le dit ? Par contre il l’a amplifié, j’insiste sur le terme déjà utilisé plus haut. Il a plus que tout autre joué une bataille de mobilisation d’un électorat plus que de conviction du reste des électeurs. C’est aussi ce pourquoi ceux qui se focalisent uniquement sur ses courbes d’approbation se trompent, ce qui compte dans sa logique électorale c’est juste le % de son électoral « naturel » qui le soutient. A 95% (de mémoire) des Républicains qui le soutenaient à la fin de son mandat, sa logique de mobilisation a fonctionné. Mais pas du tout assez puisque l’autre camp s’est encore plus mobilisé.

          Quant à l’homme de paille sur la gauche, personne ne dit, une fois de plus, qu’elle n’y est pour rien. Vous trouverez moult articles sur Contrepoints qui soulignent bien cela. Et les médias y sont pour quelque chose aussi. On est dans une situation malsaine, en particulier pour les médias, où il y a une course à l’échalote pour trouver du toujours plus radical afin de faire de l’audience. Le meilleur allié de Trump, ce n’était pas Fox (au passé) mais CNN, qui a servi en permanence de caisse de résonance aux idées toujours plus extrêmes.

          Mais personne n’est allé aussi loin que lui. Tout cela est bien triste et peu réjouissant, justement parce que ça ne se limite pas à Trump.

          • Merci pour votre aimable réponse.
            « La polarisation de la vie politique ne date évidemment pas de Trump mais qui le dit ? » demandez-vous.
            Eh bien à peu près personne dans les médias conventionnels ne le dit ces derniers mois. Tous les méfaits qu’on peut imputer aux démocrates-gauchistes de tous poils sont peu mis en avant, voire carrément occultés. Contrepoints a permis la publication de quelques articles à ce sujet en effet, c’est déjà bien, mais les articles restent majoritairement à charge contre Trump.

            Le sentiment général d’un 2P2M contre lui ne vient pas de nulle part. Cette inégalité de traitement, aggravée par la censure des réseaux sociaux, me semble nourrir défiance et ressentiment chez les gens. Cela aggrave de façon invisible cette polarisation, tandis qu’un mouvement de fond de gauche devenu agressif, soutenu massivement par les médias et les politiques, s’emploie de longue date à diaboliser et censurer l’expression des idées et aspirations de droite.

            Ce qu’on reproche à Trump est au fond d’avoir fait exploser cet interdit: il a mis les pieds dans le plat. Le résultat est catastrophique, mais c’est lui seul que vous blâmez à la fin. Ce n’est pas rendre justice à toute la réalité des faits, faits que dernièrement vous invoquez sans cesse contre lui.

            Il ne faut donc pas s’étonner que cette polarisation s’observe aussi dans les débats ici-même, et c’est à ce propos que je réagis.

          • Je ne partage pas cette vue d’une bataille de mobilisation plus que de conviction.

            Je pense qu’il était au contraire porteur de valeurs et de convictions que ses électeurs ont bien su discerner, à commencer par celle d’une mainmise des pouvoirs politiques et médiatiques par une collusion d’intérêts, la défense d’un multilatéralisme économique plus équitable, en particulier avec la Chine qui est loin d’être un partenaire loyal, la non-intervention à l’étranger, etc. Bref, on peut être d’accord ou pas avec, je ne suis pas en train d’en faire l’éloge, je souligne juste qu’il avait un programme, qui s’appuyait sur une vision des choses, et qu’il a mis en oeuvre comme annoncé, ce qui en fait bien le premier depuis des lustres à faire ce pour quoi il a été élu.

            • Vous interprétez beaucoup Dr….Beaucoup trop d’ailleurs…C’en est même maladif..Ce qui est vrai comme des journalistes l’ont relevé..C’est que son mandat a commencé avec l’édification d’un mur avec le Mexique et que cela se termine avec l’édification d’un mur pour protéger le Capitole…C’est quand même intéressant psychanalytiquement parlant…Non…Vous devriez y réfléchir un peu..!!

              • Le mur du Mexique n’était qu’un moyen de faire pression sur le Mexique pour l’amener à négocier un contrôle de l’émigration mexicaine, ce qu’aucun président n’était parvenu à faire auparavant.
                Et le Mexique est venu à la table des négociations!

              • Jugements personnels hors-sol, attaques ad personam, et inversion accusatoire: vous vous livrez vous-même à des interprétations psychanalytiques pitoyables, qu’on ne trouve même pas au comptoir du café du commerce, où l’on peut tenir des conversations plus pertinentes. Bye et bon courage!

  • La répétition d’articles comme celui-ci confirme mon sentiment que Contrepoints n’est plus ce qu’il était, ce qui me conduit à lire les articles de moins en moins souvent.
    Si dans ces colonnes je retrouve toutes les inepties de la presse française, autant lire les originaux.

  • Y a pas à dire : le 45e est un génie.

  • Scoop on a retrouvez les 11600 bulletins manquants de la Georgie ils sont devant Trump sur le bureau ovales ? , reste plus q’un bon coup de fil à passer au haut responsable en charge de la validé des votes de la Georgie ! Regardez bien les 3 piles de papiers, c’est un photomontage Photoshop plutôt grossier. Quelques retouches pour faire illusions mais la duplication est toujours visible. Un prochain gros problème pour les démocratie dans les années qui viennent la création des videos « deepfake » et photos bidons en 2 clics indiscernables.

  • Nor can the representatives of the American people explain to them why the lights went out in half a dozen states election night with Trump holding commanding leads and came back on hours later with Biden in front in all six.

  • « Trump et ses alliés ont perdu la totalité de leurs recours en justice. » Le gros argument avancé par les anti-Trump. Sans doute. Sûrement. Mais on peut émettre au moins une hypothèse: et si tous ces tribunaux s’étaient déglonflés, vu le choc que le simple examen des « preuves » aurait provoqué dans tout le pays ? Il était beaucoup plus simple et sûr de tout rejeter en bloc, ce qui a été fait.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alea jacta fere est. Après une trop longue attente, la composition de la Chambre des représentants est enfin connue : les Républicains ont obtenu de peu une majorité (218 sièges) et six sièges sont encore discutés. Le parti de Donald Trump a effectivement « perdu » le Sénat car même s’il obtient le siège en Géorgie, la vice-présidente Kamala Harris votera en cas de parité des voix.

Que s’est-il donc passé avec le raz-de-marée rouge prédit par plusieurs (moi y compris) ?

Les hypothèses fusent de toute part. Pour certains, Trump ... Poursuivre la lecture

photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

C’est officiel, Donald Trump se représentera en 2024 à l’élection pour le poste de président des États-Unis. Depuis la station balnéaire de Mar-a-Lago à Palm Beach, l’ancien président a déclaré : « Nous sommes une nation en déclin », mais qu’heureusement, « le retour de l'Amérique commence dès maintenant ». Ça n’a pas l’air d’être l’avis de tous les conservateurs, qui craignent globalement que l’ancien serial winner, tombeur de la dynastie Clinton, ne soit devenu un boulet insupportable pour la droite.

Politiquement, le produit Donald ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles