Sondage Contrepoints : 4 Français sur 10 pour le libre-échange… mais pas ceux que vous croyez

Un sondage OpinionWay/Contrepoints révèle que les Français sont davantage partisans de la liberté des échanges commerciaux que du renforcement des barrières douanières et dévoile quelques résultats étonnants sur leur profil politique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sondage Contrepoints : 4 Français sur 10 pour le libre-échange… mais pas ceux que vous croyez

Publié le 12 février 2021
- A +

Par Guillaume Périgois.

La mondialisation divise les Français en trois, avec un avantage pour les partisans du libre-échange commercial.

Selon un sondage OpinionWay pour Contrepoints commandité pour la publication du livre Économie mondiale, prospérité locale – Comment les régions françaises réussissent dans la mondialisation (Librairal, février 2021, offert), 37 % des Français estiment que les barrières commerciales devraient être baissées au moins si les autres pays le font (et 13 % de manière unilatérale), 31 % pensent qu’il faudrait les maintenir ou les augmenter et 29 % sont sans opinion.

Ainsi, 3 Français sur 10 pensent que le pays « devrait maintenir ou augmenter ses barrières commerciales, car cela protégerait les entreprises françaises contre l’importation de produits de concurrents étrangers, même si cela a un effet négatif sur les consommateurs français et les producteurs français des secteurs d’exportation. »

Presque 4 Français sur dix estiment au contraire que la France devrait baisser ses barrières commerciales.

Parmi eux, ils sont 24 % à répondre que « la France ne devrait abaisser ses barrières commerciales que si d’autres pays le font, car c’est la seule façon de les inciter à ouvrir leurs marchés » et 13 % à préférer que la pays baisse « ses barrières commerciales même si les autres pays ne le font pas, car les consommateurs pourraient acheter des produits importés moins chers et la concurrence étrangère inciterait les entreprises françaises à améliorer la qualité et les prix de leurs produits. »

Contrairement aux idées reçues, ce sondage révèle donc que les Français sont plus enclins au libre-échange qu’au protectionnisme.

Décortiquons ces résultats.

Qui sont les partisans du libre-échange unilatéral ?

Le portrait-robot du Français favorable au libre-échange unilatéral est une femme ou un homme, de 18 à 49 ans mais plutôt de 35 à 49 ans (19 %), employé ou ouvrier (16 %), et habitant le Nord-Est, le Sud-Est mais surtout la région parisienne (19 %).

Plus surprenant, ce partisan d’une ouverture unilatérale des frontières commerciales est plutôt politiquement proche… de la France Insoumise (22 %) ou du Rassemblement national (18 %) et a voté Marine Le Pen (20 %) ou Benoît Hamon (19 %) aux élections présidentielles de 2017.

Les plus défavorables au libre-échange unilatéral sont les plus de 65 ans (6 %), du Nord-Ouest de la France (9 %), proches de Europe écologie – Les Verts (8 %) ou de La République en Marche (9%), ayant voté Emmanuel Macron (8 %) ou François Fillon (8 %) en 2017.

Qui sont les partisans du libre-échange bilatéral ?

Changement de décor chez ceux pour qui la France ne devrait abaisser ses barrières commerciales que si d’autres pays le font.

On trouve du côté du libre-échange bilatéral les hommes (29 %), de 65 ans et plus (34 %), de catégories socioprofessionnelles supérieures (28 %) ou inactifs (27 %), d’Île-de-France ou du Sud-Ouest (28 %), habitant dans des villes de plus de 20 000 habitants.

Ils sont proches de la République en Marche (45 %) et ont voté Emmanuel Macron (41 %) ou François Fillon (34 %) en 2017.

Qui sont les protectionnistes ?

La proposition selon laquelle le pays « devrait maintenir ou augmenter ses barrières commerciales » obtient plutôt les suffrages des 50-64 ans (34%) et des plus de 65 ans (34%), du Nord-Est (35%) et habitant une commune rurale (37%).

Politiquement, les protectionnistes sont proches du Rassemblement National (48 %), des Républicains (38 %) ou d’Europe écologie – Les Verts (36 %) et ont voté Marine Le Pen (46 %) ou François Fillon (38 %) en 2017.

Des mythes qui volent en éclats

Une intuition sort renforcée de cette enquête : oui, les habitants des communes rurales sont plus favorables au protectionnisme et les habitants de la région parisienne sont plus favorables au libre-échange.

Mais ce sondage brise aussi certains préjugés.

On dit que les plus modestes seraient opposés au libre-échange ? C’est faux : les employés et ouvriers sont les plus susceptibles de vouloir un libre-échange unilatéral.

Les partis centristes seraient-ils vraiment pour l’ouverture des frontières et les partis extrêmes pour leur fermeture ? Faux : on trouve du côté du libre-échange les proches de la République en Marche et la France Insoumise et du côté du protectionnisme les proches du Rassemblement National, des Républicains et d’Europe écologie – Les Verts.

Les attitudes des Français sur le commerce international et la mondialisation dessinent donc un clivage parfois contre-intuitif : le centre, l’extrême gauche et les urbains pour l’ouverture, l’extrême droite, la droite, les écologistes et les ruraux pour le repli.

Mais surtout, malgré un contexte sanitaire et économique catastrophique, et contrairement aux opinions fréquemment véhiculées par ceux qui prétendent parler pour eux, il y a davantage de Français pour le libre-échange que pour le protectionnisme.

Ce sondage a été commandé pour la publication de l’essai librement téléchargeable en cliquant ici.

Sondage OpinionWay pour Contrepoints réalisé sur un échantillon de 1003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité a été assurée selon la méthode des quotas. Interrogation réalisée en ligne en décembre 2020.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • « même si » ça ressemble au à tout prix de macron…

    premier point peut on se passer d’echanger avec des pays étrangers , absolument! mais à quel prix! peut on par exemple se passer de pétrole ?

    Il ya a un dilemne… nous faisons le constat que notre mode de vie nous rend dépendant de l’etranger… mais cette dépendance nous ennuie…nous pose problème…

    on a ue undébat sur lesexportationde g

    • quand on y songe, il n’y quasiment pas d’opposants aux échanges internationaux.. mais les gens se rendent bien compte que les échanges internationaux font perdre la « pleine » maitrise de notre destinée et provoquent des changement sociaux..sinon des bouleversements.

      si poutine décidait de fermer le robinet de gaz..si la chine…**

      On doit aussi faire le constat que le monde dans le quel nous vivons n’est pas un monde économiquement libre… il existe des tas de freins et de règles qui font qu’en france des gens sont lésés et d’autres favorisés..des gens ont construit leur vie sur l’existence de règles purement arbitraire, le monde actuel est économiquement injuste d’un point de vue libéral. Le problème est qu’il est difficile d’en sortir progressivement sans créer un fort sentiment d’injustice, pourquoi en effet un taxi devrait il voir disparaitre SES privilèges tandis qu’il doit supporter celui de tas autres?

      Nous savons tous que le libre échange n’existera sans doute jamais… tout comme la libre économie. ce qui fait que l’inévitable régulation des échanges sera un jeu de privilèges où la vie d’une personne pourra être balayée par une signature au bas d’un accord commercial. tiens…le brexit…

      Le débat sur libre échange est donc bizarre.. car il n’existe pas..
      si il devait y en avoir un c’est sur les modalités des régulations pour éviter le clientélisme politique et la distribution de privilèges…la régulation est comme un cancer ça tend à s’étendre..parce que ça crée un problème pour résoudre un problème …

      ce qu’il faut c’est demettre en place un système où les seuls gagnants certains sont les politiques et les régulateurs..parce que ce n’est pas juste de foutre en l’air la vie d’une personne parce que ça arrange la majorité..

      • mettez moins un si vous voulez…

        mais encore qui me concerne je vois dans le protectionnisme le même problemed qu’evaec le socialisme.. et la même difficulté à réfuter le discours associé.. surtout quand on y est déjà…

        les effets des règles qui entravent la liberté économique sont souvent imperceptible à court terme…pour le gros de la population. tandis que pour ceux qui en profite c’est clair et net et immédiat.

        • Euh non, pas de moins, je n’aurais pas dit mieux.

          • euh merci, mais mon baratin a une finalité…

            il ne faut promettre la « prospérité » aux gens pour faire la promotion de la liberté..il faut demander la justice en regard de la récompense des mérites individuels.. tout le monde n’a pas un gain à attendre de la liberté mais qui peut refuser la « méritocratie? »

  • Les résultats de ce sondage expliquent un assez grand nombre de commentaires sur ce site, de la part de droitards qui se croient libéraux.

    • le monde dans lequel nous vivons est un monde de privilèges quasiment universel mais d’un grande complexité qui favorise le conservatisme…. si un monde sans privilège est un objectif souhaitable il est aussi clair que le chemin pour y parvenir revient à choisir qui va perdre ses privilèges ce qui est passer par des injustice’s relatives.. la chute du communisme…

      • ce que l’on remarque est des libéraux de circonstance…
        pour la libéralisation de ceci mais en fait pas de cela..

        la liberté individuelle a un prix.. payer ses erreurs et mauvais choix e les inégalités ..elle ne signifie pas que l’on n’en souffrira pas. on sait juste quand on commence à vouloir en soigner les conséquences on entre dans un cercle vicieux qui conduit à toutes les restreindre ou supprimer..

        la fin du socialisme c’est par la fin de l’argent des autres…malheureusement pas par la prise de conscience de tirer bénéfice d’un système de spoliation ..

    • Aussi des commentaires de gauchistes qui se croient libéraux, comme Macron pour lequel ils ont voté 🙂

      • Sur ce coup c’est l’inverse, les gauchistes de LFI qui se croient anti-libéraux sont partisans du libre-échange … mais ils ne commentent jamais ici.

    • En fait, unilatéral vs bilatéral est un détail en soit, une perception ou une limite jusqu’où on accepte le libre-échange ; chacun on leurs avantages et inconvénients.
      Mais dans tous les cas, les commentateurs ici sont en très grosse majorité pour le libre-échange.

  • Rien d’étonnant,on retrouve le paradoxe sinon la schizophrénie des français sur le sujet,à savoir quand il a sa casquette de salarié il veut un maximum d’avantages ,35h,RTT,vacances,retraite maximum non financée payée par les autres et sa casquette de consommateur qui va au moins cher donc forcément choisi des produits dont le coût n’est pas impacté par les avantages cités plus haut.

  • J’ai toujours été en faveur des ouvertures de marché unilatérale, avec possibilité de fermer un marché pour des question d’ordre militaire/géostratégiques, et ce, pour plusieurs raisons:

    Un pays qui achète moins cher ailleurs même s’il pourrait produire chez lui, peut placer ses propres ressources sur ce qui lui manque et qu’il ne trouve pas à bon marché ailleurs… (En gros: Ricardo)
    Mais j’y vois autre chose: Quand vous représentez un débouché important pour un pays tiers sur marché en concurrence, c’est lui qui a un problème. Dans une optique de défense de la nation par l’économie (et non pas pour l’économie) c’est une approche bien plus intéressante. Celui qui vous fournit des biens a du acquérir du capital et a une filière dépendante des cash flow de l’exportation. Et qu’on se le dise: Le client est roi. le client a du cash mobile, le fournisseur a du capital et du stock. Et la dessus Trump (qui n’est pas mon hero mais pas mon ennemi non plus) a démontré que quand le client s’énerve et remet le fournisseur enj place, ça fait grincer des dents même les plus costauds, CF ses représailles contre la Chine.
    Commercer et être bon client, bon payeur, permet d’être exigeant sur d’autres points.
    A l’inverse, le protectionnisme, l’autarcie, l’isolement fait de vous une proie attractive. Pas gra

  • en fait ça se comprend, il n’y a pas de sortie « indolore  » du socialisme..

  • Bizarre analyse…
    On nous liste LFI et RN comme premiers partis votés par les partisans du libre-échange unilatéral, pour nous expliquer par la suite que le libre-échange serait l’apanage de LREM et LFI.
    Cherchez l’erreur…

  • Je ne comprends strictement rien a certains % tages .
    A la relecture d’une phrase ou deux je comprends mieux. Mélanger des chiffres relatifs a l’âge , aux opinions politiques supposées, et au lieu de résidence est un tissus de conn….

    • Je suis assez d’accord avec vous, il y a un mélange de tout. Mieux vaudrait nous mettre le tableau général par catégorie (un pour chaque « type », « age », « partie », « zone géographique ») et au lecteur de se faire une idée…

  • Parce que le terme libéral est mal défini pour la plupart des français

  • Ce genre de sondage avec ses contradictions internes montre surtout que les français n’ont pas lu Bastiat sur ce sujet et que la première chose qu’ils devraient faire, c’est précisment de le lire. Cette lecture devrait d’ailleurs être recommandée à l’école (alors qu’elle est interdite dans les faits, puisque le nom de Bastiat n’est jamais prononcé).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

"Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie."

Une autre décennie s'est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d'affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a ann... Poursuivre la lecture

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follett.

Notre quatrième centre de progrès est Nan Madol, une ville qui témoigne de la portée des premiers navigateurs. La Micronésie, où Nan Madol a finalement été construite, a commencé à être colonisée par les anciens Austronésiens il y a plus de quatre mille ans. Ce sont eux qui sont considérés comme les premiers humains à avoir inventé des navires.

Cette invention leur a permis d'explorer et de peupler une grande partie de la région indo-pacifique au cours de l'expansion austronésienne. L'expansion a atteint son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles