Campagne de tests, campagne de comm’

Pour que ce soit efficace, ce n’est pas la masse des tests qui compte, c’est la rapidité et la qualité, or on a choisi la masse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Test Covid by Senado Federal(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Campagne de tests, campagne de comm’

Publié le 20 décembre 2020
- A +

Par Gérard Maudrux.

Face aux examens inutiles, j’ai toujours essayé de diffuser une doctrine : « Avant de prescrire un examen, pose-toi deux questions. La première, est-ce que le résultat va changer ton diagnostic ? La seconde, est-ce que le résultat va changer ton traitement ? » Si la réponse aux deux questions est non, alors ne le fais pas, c’est inutile.

J’ai l’impression que la vaste campagne de tests engagée à grands renforts publicitaires entre dans ce cadre et n’est qu’une vaste opération de communication, donner l’impression qu’on s’occupe du problème alors que ce n’est que du vent.

Dans quel but ?

Tester massivement dans une ville, OK, mais après ? Pour faire quoi ensuite ? À quoi cela sert-il ? Cette démarche a un sens au tout début de l’épidémie, tester-isoler, comme on le fait pour Ebola, comme le font les Chinois en traçant un cas pour isoler une ville ; mais quand le virus est partout, quand ce n’est pas pour isoler la ville, et si là-dessus vient le rush des vacances de Noël, quel est le but de ces opérations qui ne déboucheront sur rien de concret, en tous cas rien de plus que ce qui est fait aujourd’hui ?

Le tester-isoler à la française a déjà été lancé quand il y avait moins de cas, cela a été un échec à plusieurs niveaux. Le refaire de manière ponctuelle dans les conditions actuelles a-t-il un sens ?

Des tests douteux ?

De plus en plus d’experts remettent en cause l’exactitude de la situation reflétée par les résultats du dépistage de masse. De plus la France dépiste avec des cycles d’amplification des tests de 35 voire 40 fois.

Avec ces chiffres, plus de 75 % des positifs ne sont pas contagieux, beaucoup n’ont que des fragments d’ADN, pas de virus actif. D’autres en ont trop peu pour être contagieux. Seule la charge virale devrait dicter la conduite à tenir, isoler ou non. La réponse « Oui » ou « Non » des tests, ne suffit pas, selon les experts. Parmi les positifs, il y a de tout, et beaucoup moins de contagieux que de non contagieux.

Avec 40 cycles d’amplification, 95 % des positifs ne seraient pas contagieux ou pas malades. Même si on a un peu baissé l’amplification, cela explique le nombre très important de positifs détectés actuellement, alors que les entrées en réanimation sont 10 fois inférieures à celles de la première vague.

Ce dernier mois, la moyenne était de 13 000 positifs par jour, celles des entrées en réanimation de 200 par jour, soit 1,5 %. Tester davantage ne fait qu’affoler, va conduire à un reconfinement, mais ne reflète pas la réalité concernant les vrais malades.

La qualité plus que la quantité

Au lieu de se noyer dans des chiffres qui ne veulent plus dire grand-chose, on ferait mieux de se concentrer sur la détection des patients les plus contagieux. Tester massivement à 25 cycles a un sens, à 35 ou 40, non.

Et plutôt que de tester massivement, ce qui encombre les centres et retarde les résultats, mieux vaut s’organiser pour tester très rapidement dès les premiers symptômes, le jour même de ces symptômes si possible (on peut être contagieux en 48 heures), avec résultat immédiat pour isoler.

Tester massivement pour isoler des non contagieux n’a pas de sens, ce n’est pas dans les parkings qu’il faut tester, mais ce doit être chez le généraliste, lorsqu’il voit le patient, et au lieu de dire aux patients d’attendre et d’appeler le 15 quand cela va mal, on devrait leur dire d’aller consulter au premier signe. Tout à l’envers.

Tester en masse va nous coûter en temps et en argent, sans résultat, mais ce n’est sans doute pas perdu pour tout le monde. Pour que ce soit efficace, ce n’est pas la masse des tests qui compte, c’est la rapidité et la qualité, or on a choisi la masse. Un coup d’épée dans l’eau.

Voir les commentaires (85)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (85)
  • Enfin une remise en cause du nombre de CT qui démultiplie le nombre de positifs non malades ni contagieux mais qui vient à point nommé justifier les choix désastreux du gouvernement ,choix renforcé comme par hasard par le rapport de l »Institut Pasteur sur les lieux ce contamination.Enquête faite en partie pendant le confinement et sur du déclaratif…
    Le mois dernier en Angleterre ,Public Health England a fait une enquête basée non pas sur du déclaratif,ni pendant un confinement mais basée sur Trace and Contact App,leur équivalent Tous AntiCovid,qui voyait les salles de sport et les restaurants (si les restaurants existent en GB ,mais c’est un autre débat la cuisine anglaise…c pour rire) arrivés en dernier avec des pourcentages très faibles de contaminations.
    Attention Docteur,vous risquez d’être convoqué comme le Pr Peronne pour être destitué…

    • peronne a été jugé par ses pairs… pour une attitude indigne vis à vis de ses pairs..

      Et il a eu du bol de n’a pas être accusé de diffamation quand il a dit que les médecins qui ont traité son frère l’ont laissé crever.. il aurait dû dire d’ailleurs il y a x % de « probabilités » que vous ayez diminue les chance e de survie demon frère de y%.. x et y étant tirés des résultats à ce moment sur l’efficacité des thérapies;..
      SI il est cohérent, il regarde la littérature existante est dit il est « encore plus » criminel de ne
      pas vacciner les vieux..
      bein entendu avec le joker, seule la littérature qui va dans le sens de mon avis est valable ..il gagne à tous les coups.. le contradicteur est incompétent ou corrompu…

      De mon point de vue, ce qui distingue les propos de raoult ou de Péronne de propos diffamatoires est la preuve établie de thérapie clairement établie de l’éfficace du traitement raoult… RIEN D’AUTRE.

      • 1) il n’a cité personne nommément.
        2) il n’aurait pas droit à une réaction émotive?
        On est dans le 2 poids 4 mesure dans ce pays.

      • @jacques lemiere
        « je crois que l’émotion mondiale, qui est une émotion saine sur ce sujet, dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent», C. Castaner, alors ministre de l’Intérieur au sujet de la mort de G. Floyd. Emotion que l’on peut tout autant appliquer au Covid, et à la perte d’un proche.

        Comme l’a noté MichelO, « 2 poids 4 mesures dans ce pays ».

    • ah Péronne a juste critiqué les tests? pas ses collègues?

      • Est-un un motif de destitution ? Il me semble que Raoult est abondamment critiqué par ses « collègues », ceux-ci ne sont pas destitués.
        Enfin, a-t-il tort ? Quand on voit les tordus du conseil scientifique et leurs décisions de m.rde….

        • vous savez très bien qu’il ne s’agitpas de ça…je l’ai dit perrone a affirmé que les médecins nantais ont laisser crever son frère… ce n’est pas une insulte c’est une accusation et si lil ne peut pas le prouver c’est diffam atoire.

          • On se demande vraiment le rapport entre la diffamation et la qualité des soins qu’il prodigue? Car le conseil de l’ordre est sensé garantir la qualité des soins (en fait c’est une police politique…).
            Qu’il fassent un procès en diffamation comme ceux contre Jean Marie le Pen, au pire il paye 1000 euros, s’excuse en disant « je me suis peut être un peu énervé sous l’émotion » et voilà.
            Non là ils veulent l’interdire d’exercer, parce qu’il a critiqué des collègues (et soyons sincère, pas n’importe quel collègue, si cela avait été contre Raoult, cela aurait été différent).

          • « ils l’ont laissé crever »
            1) ne cite personne nommément.
            2) c’est la vérité stricte.

            • mais qu’il est visiblement incapable de prouver… et il a cité les médecin nantais…
              ben voyons..

              • ajoutons les allusions à être des marionnettes de l ‘industrie pharmaceutique et autre…

              • si la vérité se décide au vote..vous avez « gagné »..
                si elle se décide à l’argumentation factuelle et logique ..ça reste à prouver…

              • donc ils c’ets les médecins qui ont soigné sont frères…ok.. c’ets pas leur nom mais on sait facilement leurs noms…eux en tousles cas!!!!
                l’avoir laisser crever… c’est ils ne lui ont pas donné le traitement raoult..dont l’efficacité est admise INDUBITABLE…
                et ça c’est la stricte vérité…
                par pitié!!pas le site de métanalyse démocratique!!!

    • ouf…
      la critique des tests pcr? je reconnais qu’on a tous tendance à abréger mais je viens de regarder quelques vidéo de la dame et la majeure partie des titres de ces vidéos..ne font pas sens pour moi…

      les tests pcr ont de propriétés… peuvent faire des choses.. ça signifie quoi de critiquer les tests…
      (j’ai émis une critique du soleil..et de la gravité..) vous voyez ce que je veux dire…

      on peut critique si il y a un but..et que le but n’est pas atteint..
      « Alexandra Henrion-Caude : « L’épidémie à ce jour ne justifie pas une urgence sanitaire nationale »
      si tu le dis..
      « Alexandra Henrion-Caude « On est dans une science archaïque au moment de la science la plus moderne »
      si tu le dis…
      alors certes elle ne choisi pas les titres mais j’ai écouté des vidéos ce que j’ai pu..et je n’ai pas trouvé de réponses..ni de lien clair avec les titres des vidéos..

      • vas y quelle est la critique des test pcr utilisés ?

        d’autres auraient été mieux ? mais à faire quoi???
        un test peut avoir plusieurs utilisations… outil de diagnostic..outil de suivi épidémiques outil de prophylaxie..et comme un objet de consommation pour satisfaire un individu.

        sauf à avoir un test fiable à 100% un diagnostic médical demande confirmation..
        pour le suivi ce qui importe est de conserver la méthode…si tu veux suivre une température ne change pas de thermomètre..
        pour la prophylaxie détecter les faux positifs est juste du gaspillage de pognon.. mieux vaut éviter de faux négatif..mais éviter au maximum les faux négatifs aussi ! l’idéal est le test à 100% ( on peut faire plusieurs tests!!)

        de toutes façons ..on peut faire plusieurs tests…pour avérer la positivité…

        mais attention il ne faut pas croire que de baisser le seuil pour choper plus de positifs réel au risque d’obtenir plus de faux positif..est une ineptie…c’est juste un choix..il ne faut pas oublier que toute politique a un cout..que les test ont un cout.. que le temps importe…du point de vue prophylaxique laisser passer des positifs pose des problèmes…

        si vous voulez prendre tous les acteurs du secteur de santé comme des gens suivant un autre dessein que d’essayer de faire au mieux mais au contraire d’engraisser big pharma.. grand bien vous fasse..
        ce que vous pouvez faire est d’adresser un courrier aux autorités de santé pour savoir les motivations du choix de ces tests..
        A titre personnel , je n’ai pas réfléchi au pourquoi….je n’ai pas tous les éléments et les aurai-je que je suis trop paresseux..car ce n’est pas si simple..
        cet article est justement une illustration , un médecin juge les tests de son point de vue de médecin…il le peut, mais ça n’imlique pas que le diagnostic..

  • Il ne faut pas chercher à comprendre une bête aux abois, elle fera tout ce qu’il lui paraîtra utile pour se défendre. les tests, quelquesoit le nombre de ct, permettent de détecter un malade, au bout de quelques CT, de détecter un ex malade, au delà de 25 par exemple et de faire de la com pour obliger la population à faire attention.
    Inutiles, non, on ne peut pas dire cela.
    Notre bête étatique n’est pas libre de son choix, elle doit convaincre à tout prix sa population à se vacciner volontairement, à n’importe quel prix comme laisser crever les gens et les entreprises…. Y a de quoi être parano, tout ça pour un corona virus, qui l’eut cru !

  • le coût d’un test de dépistage du covid est de 54 euros…remboursé à 100% par l’assurance maladie ; test fabriqué en Chine bien sur ;

  • Les tests massifs ont un petit intérêt statistique à défaut d’une utilité thérapeutique.
    Par exemple, si on trouve deux fois plus de positifs avec quatre fois plus de tests, c’est le signe d’une amélioration et non d’une aggravation que semble suggérer la presse-bidon.
    Ceci devrait être confirmé quelques jours plus tard par une diminution des hospitalisations.
    Bon enfin chacun croit ou fait croire ce qu’il veut, c’est la liberté de la presse, je m’en lave les mains, justement.

    • raisonnement alambiqué: il vaudrait mieux avoir des résultats pertinents d’emblée. Avec la meme méthodologie et les mêmes indications dans la durée.

    • les tests massifs n’ont aucun interet thérapeutique, un test individuel en a déjà peu..
      pour le reste…on ne sait pas quoi penser des résultats des tests..
      le vrai paramètre est la tendance et le rythme d’augmentation d’aoccupation des hôpitaux…
      or comme les tests n’ont pas de méthodologie définie…
      même si on avait constaté que l’exploitation des tests avait pu ce prévoir qui allait arriver dans les hôpitaux.. il faudrait SUPPOSER que rien ne change pour continuer à les considerer comme un « prédicteur »..

      la nature des tests change, leur nombre change leur destination change…la définition du cas avéré peut changer,…

    • Pour l’intérêt statistique, il serait considérablement mieux de faire quelques milliers de tests aléatoires. On aurait une image à quelques pourcents près de l’épidémie.

      • Oui mais pas avec des tests à 35 cycles d’amplification qui dénoncent des « malades » qui ne seront ni symptomatiques ni contagieux.

    • Non, les test massifs « en aveugle » n’ont aucune validité statistique !
      L’échantillon est complètement biaisé car une forte proportion des gens testés ont déjà des symptômes et le test est juste pour vérifier si c’est bien la covid.
      Pour qu’ils aient une validité statistique, il faudrait deux conditions :
      1) avoir un échantillon basé sur des quotas, représentatif de la population qu’on veut étudier,
      2) avoir un test très fiable, car le test PCR semble avoir quelques soucis, notamment avec des faux-positifs.
      Mais inutile de compter sur le gouvernement pour prendre cet approche car cela démontrerait que les 4 ou 5 critères différents choisis successivement depuis mars dernier les uns après les autres pour justifier les mesures restrictives des libertés, sont tous biaisés.

      • Les quotas c’est un peu la mort de la statistique. Sauf, à la limite, si vous connaissez avec exactitude la distribution dans la population des propriétés que vous utilisez pour les définir. Mais ça, c’est pas possible. Donc vous introduisez du bruit et des biais, sauf que ceux-ci sont de distribution inconnue. Bref, un gros bordel qui permet de sortir les chiffres bidons souhaités entre les mains de qui sait s’y prendre. L’échantillonage doit être purement aléatoire si on veut pouvoir dire quelque chose de pertinent statistiquement parlant. L’INSEE pense le contraire, car l’INSEE pense savoir tout ou presque de la population (mais il a tort).

        • oui c’est juste pour économiser sur le nombre , ce sont des sondeurs qui font ça pour baisser les prix..et parce que en général la vérité du résultat importe peu…et non plus sa marge d’erreur..

      • vous confondez teste en aveugle et test aléatoires..

        la technique de quotas a ses problèmes propres..

        parfois il vaut mieux garder une méthode sur laquelle on a une connaissance de « l’incertitude » que d’ajouter des hypothèses.

      • +1 Fifi58, mais un test vraiment aléatoire qui ne s’adresserait qu’à des volontaires serait déjà fortement biaisé et je vois mal qu’on tire au sort les milliers de cobayes qu’on forcera à se faire perforer les naseaux au bénéfice de la crédibilité statistique.

        • et pourtant éviter les biais _ « crédibilité statistique ne veut rien dire_ a ce prix..
          si on fait autrement on a des biais…et des erreurs qui peuvent dépasser les erreurs du aux tailles d’echantillons.

          je présume que le retour en grace des quotas vient de vidéos pour « décrédibiliser » le double aveugle….

  • Sans doute inutiles pour un médecin dans une optique thérapeutique..

    Mais justement , même si je veux bien vous croire sur parole, pour nous démontrer qu’un test positif tel qu’il est effectué ne sert à rien, il faut nous expliquer aussi quelle est la méthode thérapeutique que vous employez.. si elle est purement symptomatique ou non par exemple préventif.
    On a besoin de plus de substance.. surtout des temps caractéristiques..
    En outre, il ya des éléments périphériques comme la rareté des traitements, le nombres de lits…qui peuvent rendre un diagnostic de positivité probable utile pour la gestion pratique médicale..

    D’ailleurs docteur, vous ne pouvez discuter qu’avec un confrere qui prescrirait un test inutile.. pour le reste, les tests qui sont parfois « libres » sont décidés par qui en « veut ».. on pourrait dire les tests que vous ne prescrivez pas ne vous concernent pas…
    Donc..ne prescrivez pas de tests inutiles..

    il ya la prophylaxie, il y a le suivi épidémique. la politique avec la satisfaction des gens..

    Pour le moment ils semblent essentiellement servir à lever ou pas le confinement.. assigner les morts..

    On va rappeler que les seul objectif gouvernemental qui était affiché est d’eviter le débordement des hôpitaux avec pour seul moyen des mesures de limitations des contacts sociaux et pour alarme le soi-disant nombre de cas mais sans doute ,en réalité, le taux de variation d’occupations des lits d’hopitaux.Pour les gens qui se font tester, .je ne sais pas sans doute la volonté d’éviter des trucs. ou de se rassurer faussement, .mais en fait la seule possibilité est de changer des probabilités..il n’y pas de certitude avec UN test. C’est un assez mauvais outil »individuel »..pour un individu le vrai souci commence au symptôme, et le risque est surtout déterminé par des choses pour lesquelles on ne peut rien faire , age, sexe, comorbidités;..

    Les tests sont essentiellement contrôlés par le gouvernement, ils servent donc le gouvernement et sauver l’image de la santé publique et du gouvernement, leur efficacité doit être questionnée à ce niveau.. En effet jeu de com… ça fait une belle jambe, celle qui fait passer le n au m.
    Vous avez remarqué d’ailleurs que quand on nous parle de pays voisins, c’est qu’ils font en général « moins bien »…ou quand leur bilan est meilleur c’ets que leur situation se dégrade … si ça n’est pas essayer de se rassurer sur les choix politiques ça y resemble!!!

    même tester isoler, si on a pas de thérapie autre que symptomatique , est un stratégie de gain de temps qui peut apparaitre dérisoire.. la Corée du sud était dès le départ le modèle de controle précoce de l’épidémie..tester isoler..

    mais https://www.worldometers.info/coronavirus/country/south-korea/

    Comme on e dit depuis le départ, sans vaccin sans thérapie , sauf à imaginer des changements sociaux qui s’inscrivent dans la durée, la fin c’est  » l’imunité collective naturelle « … donc les stratégies sont des stratégies de retardement voire de gestion de flux de malades!!!

    Pour conclure, c’est ce qui se passe quand un sujet devient un sujet de société concernant l’intért général…

    si vos parents meurent de la grippe ou d’un virus hivernal indéterminé ..ça vous touche..mais c’e^st la fatalité.. si ils meurent du covid c’est « qui sont les responsables? »

    on aurait pu s’en remettre aux seuls médecins..et au bon sens des gens, comme pour la grippe, en dépit que ce soit pire qu’une grippe..

    bon…. on dit en gros pareil depuis le début…
    seules les données quantitatives nous échappent.. et c’est « rigolo » parce que sur la speculation desquelles tout a commencé et qu’on a fondé la rationalité de la peur « collective » depuis le départ…
    Depuis, qui’ n’affiche pas la peur d’un jour porter ce virus pas peur est un vilain citoyen..tandis que refiler la grippe a son collègue ou ses parents ne dit rien de votre « civisme ».. mieux en france aller bosser avec une maladie contagieuse  » sans le dire à vos collègues » fait de vous un héro professionnel.

    • et je vis avec la peur ,on pas d’etre malade, ni de rendre malade les autres . mais de manquer aux directives gouvernementales et de contribuer à augmenter le taux d’occupation des hôpitaux… Du jour au lendemain, le même comportement devient quasi criminel ou « solidaire » et fraternel..

      je dois vivre dans ce monde hallucinant où mourir pour ne pas mourir du covid est un geste civique..

    • Tester pour isoler, c’est en effet une mauvaise formulation. Tester devrait servir à faire prendre conscience, et s’isoler et retracer devraient n’être que les conséquences de cette prise de conscience.
      Juste une interrogation : serait-il vraiment plus difficile de développer ce sentiment de conscience individuelle que celui de peur collective ?
      En tout cas, le CT ressemble fort à une échappatoire pour tempérer/mitiger cette conscience individuelle et les restrictions qu’on pourrait s’imposer soi-même en conséquence.

      • débattre de la nature des tests sans connaitre leur but me semble surréaliste…

        ce médecin ne semble concevoir que l’utilité médicale des tests..
        il semble ne pas relever le paradoxe de dire qu’ils sont inutile et d’en conclure que le but est de la comm… or si le but est de la comm l’efficacité ne put se juger que par rapport au crédit que la population accorde aux tests…et par là à l’action du gouvernement..

        mais quand tu dis tester devrait servir à faire prendre conscience …de quoi???

        Tu seras toujours en face de la réalité de l’individualité des opinions et de l’appreciation subjective de la gravité de la maladie.

        le travail de conviction tend porter sur le fait de consider que ce soit « grave »…

        on est devant cette alternative le gouvernement prend des mesures liberticides ou pas.. selon que ce soit collectivement grave ou pas…

        comme si il existait quelque part un paramètre objectif..

        Pour le moment ce paramètre est le nombre d’hospitalisations… je ne vais pas te dire que je ne l’accepte pas sur le principe , je te dis que je n’accepte en rien que ce soit indiscutable..

        Pour la validité de l’argument et sa valeur, ça ressemble à une limitation de vitesse…. sauf que là je ne risque pas des points et de l’argent mais la ruine..voire pire…
        ce que je risque en enfreignant la règle est de l’ordre de se ce je risque en la respectant…j’ignore même si c’est vraiment positif..

        c’ets la critique de la politique suédoise décrite comme un pari…alors qu’en fait le reproche véritable est de ne pas faire le même pari politique que les autres gouvernements..

        on aura un bilan sanitaire..
        on aura un bilan économique..
        on semble se ficher du bilan sur le respect de la liberté des gens..
        mais comment conclure que l’on a ( collectivement!!) bien ou mal fait?

        et comment en conclure sur des culpabilités???

        on va se retrouver à la fin avec un macron qui dira voyez comme j’ai bien géré le truc, regarde là et là, mais pas là, et d’autres qui diront macron à la lanterne…

        • Faire prendre conscience de quoi ? Disons d’un élément nouveau susceptible de modifier le comportement et les choix individuels. Ca ne veut pas dire qu’on les modifiera, mais que l’élément aura été pris en compte (et espérons-le, avec toute la raison appuyée scientifiquement possible). Pour les tests, ça devrait être au testé éclairé par son médecin de juger du niveau de gravité et d’en tirer les conséquences, et s’il le faisait quasi-systématiquement, le gouvernement aurait-il encore une justification apparente — un alibi — à prendre des mesures liberticides, j’en doute.
          Pour reprendre ton analogie, le premier code de la route, pour la vitesse, se limitait à « le conducteur doit adapter sa vitesse à l’état de la voie et aux conditions de circulation ». Ceux qui ne s’y conformaient pas ont conduit la majorité des conducteurs à accepter des règles supplémentaires, aussi idiotes soient-elles, pour les mettre au pas (30km/h !). Et du coup les éléments qui permettraient aux opinions individuelles d’être motivées et souvent consensuelles cessent d’être publics, et même d’être recherchés. Et le fonctionnaire lointain décide tout seul, dans le sens qui arrange sa promotion et sa prime de fin d’année. Tout ça parce que l’individu a démissionné au moment d’adapter son comportement aux conditions qui prévalaient…

        • Et ceux qui disaient « Macron à la lanterne ! », ils se satisfont des communiqués de presse ?

          • les communiqués de presse..il y a en qui les prennent un par un et jugent leur pertinence leur vraisemblances et leur sens.. et il y a en qui les prennent pour vrai ou faux selon ce qu’ilspensent déjà..

            j’ai déjà donné mon opinion, une des manières les plus simples de redonner de l a confiance était de dissocier l’exercice du pouvoir et da gestion de la crise..afin de ne pas suspecter de l’instrumentaliser.
            en gros macron aurait du promettre de ne pas se représenter..ou nommer une personne chargée de la gestion TOTALE du machin avec une manière claire de le légitimer, via la compétence ou la démocratie je m’en tape..

            c’est mon opinion..juste mon opinion celui d’une personne qui ne pense pas qu’etre élu rend extralucide mais qui par pragmatisme sait que l’elu interviendra si il sent que le peuple a tort ou a raison le souhaite.
            on est arrivé à quoi? les anti raoult ou les anti macron..
            sur le plan de la personnalité je suis les deux, sur le plan de ce qu’ils disent ou décident ou font??j’essaye de ne pas laisser mon opinion être obscurcie par le jugement sur les personnes..

    • « En outre, il y a des éléments périphériques comme la rareté des traitements, le nombres de lits…qui peuvent rendre un diagnostic de positivité probable utile pour la gestion pratique médicale. »

      Pour le nombre de lits, le problème était semble-t-il le personnel à mettre au chevet des malades, personnel qui ne se forme pas en un claquement de doigts, mais que l’on aurait peut-être pu réquisitionner ( partiellement) dans les cliniques privées mises à l’écart dès le début.
      Pour la rareté des traitements, ce n’est pas un motif valable de ne pas traiter du tout ( avec du Doliprane), quand on a rejeté dès le début la prescription d’un certain spécialiste marseillais. Même si comme certains l’on dit, son efficacité n’était pas prouvée officiellement, son innocuité l’était depuis bien des années dans le traitement d’infections exotiques. Et depuis quelques mois, des traitements existent, même si leur efficacité n’est pas de 100%, on ne peut que s’étonner que l’on n’en parle pas plus dans les médias officiels!
      Pour le reste, entièrement d’accord avec vous.

      • les cliniques privée tournent à plein régime en ce moment et depuis mai pour soigner les autres pathologies toujours bien présentes.

        On ne doit pas déshabiller Paul pour habiller Jacques. J’y vois surtout le point de rupture du système hospitalier de ce pays. Il s’est délité lentement sur plusieurs années et a craqué dès les premieres semaines de cette période de surcharge de travail.

        • « les cliniques privée tournent à plein régime en ce moment »
          Je ne dis pas le contraire ( ma femme est en chimiothérapie dans une clinique privée depuis aout). Mais rappelons nous que depuis mars, la montée en puissance du système hospitalier aurait pu être mieux gérée sans dépouiller le privé de ses moyens. Ce qui apparemment n’a pas bien fonctionné. Quant à penser comme Avorton, que l’on puisse remplacer une infirmière par une femme de ménage, on voit bien qu’il n’a jamais travaillé dans une activité où des règles strictes doivent être respectées pour des questions de sécurité ( C’est valable dans l’industrie, et encore plus quand des vies humaines sont en jeu!)

      • Faut pas rigoler, le manque de personnel pour mettre de l’oxygène dans le nez d’un patient même une femme de ménage sait le faire, l’intubation est rare et souvent désespérée.

    • mieux en france aller bosser avec une maladie contagieuse » sans le dire à vos collègues » fait de vous un héro professionnel.

      Oui, si vous êtes membre de la CGT … !
      Sinon, je ne connais personne saint d’esprit le pratiquant.

  • arrêtté de vous faire testé si vous n’êtte pas malade vous donné de bonne raison au gouvernement de prendre des mesures liberticides.

  • Sans compter que ceux qui sont testes positifs avec 40 cycles vont diffuser le message que l’on peut attraper 2 fois le covid quand ils seront testes de nouveau positifs.

    • La liberté d’expression, c’est que chacun puisse dire ce qu’il croit. Ceux qui ne sont pas d’accord avec les thèses ainsi diffusées peuvent essayer de convaincre leurs auteurs de leur erreur, par des explications. Ca vaut mieux que de chercher à éviter ces explications en refusant la question.

      • pas toujours évident.
        j’ai vu hier un jeune de la trentaine d’années qui fréquente le même club d’athlétisme que moi, complètement flippé par ce virus, avec un masque en dehors du périmètre de la ville avec masque obligatoire sous peine d’amende. il ne savait pas s’il avait été au contact du virus car il ne s’était pas fait tester, je lui ai dit qu’il aurait pu être au contact et contaminé et rester en bonne santé et non contagieux ou non, ça ne l’a pas rassuré. il m’a dit d’un air très convaincu d’aller voir ce qu’il se passait à l’hôpital, que c’était terrible, mais lui même n’y était pas allé et il ne savait pas ce qu’il s’y passait.
        pour résumer, son état de panique était tel qu’il était incapable de réfléchir et il en est arrivé à me traiter d’inconscient car je n’avais pas le même degré de panique que lui… il me reprochait de vivre car il avait lui peur de vivre. comme un socialiste reproche à un autre de vivre librement car lui a besoin de directives pour savoir quoi faire et comment faire.

        • Je n’ai jamais dit que c’était simple. Mais dans la vie comme en athlétisme, il faut s’habituer à ne pas refuser l’obstacle. Crois-en un ancien coureur de 400 haies…

          • ce serait simple si c’etait clair.. pour « clarifier  » on rend les choses arbitraires, à ce moment les absurdités sont inévitables.

        • Témoignage intéressant… la peur est un mécanisme physiologique aux effets dévastateurs, quand on y est exposé de façon prolongée.

          • …oui ou non…on vit avec des peurs..je connais des gens qui vivent dans la crainte, depuis des années et qui tiennent le coup..et des peurs fondées..

            il est sans doute vrai que d’etre constamment angoissé peut avoir des séquelles psychologiques..

            d’abord la peur de mourir du covid si elle n’etaitpas entretenue je pense qu’elle s’estomperait..mais pas chez tout les peureux..

            on peut se poser du role d’une presse qui informe préférentiellement des problèmes ou de catastrophes hypothétiques à venir..sur notre psyché collective…
            seule une minorité développe une phobie..du réchauffement climatique aux ondes en passant par le covid.. il y a sans doute des terrains…

            en outre on se trompe peut être…beaucoup accusent les médias..mais on peut très bien accuser en fait non pas les médias mais la perte de repère.. doublé d’une facilité d’etremis en contact avec son semblable qui amplifie..

            la rationalité passée était peut être factice..et l’epoque qui nous semble obsurantiste le véritable reflet de l’âme des foules..

            • et puis un comportement outrancier à propos du covid peut refléter autant le conformisme que le fruit d’une réflexion personnelle..ne pas avoir de profondeur..

            • la perte de référence tient peut être ou sans doute à la politisation de la science..et du travail de sape de ce que je pense la tactique écologiste..par exemple la tendance de plus en plus prononcée à dénoncer dans les travaux de recherches les financements plutôt que de trouver les failles dans la méthode..
              la voix de la science est inaudible..

              • ensuite j’ajouterais que certains scientifiques s’abstiennent de critiquer les erreurs de ceux qu’ils considèrent des alliés..

    • on peut attrapper 2 fois le Covid19, c’est décrit dans la littérature médicale avec preuves à l’appui: test + puis – puis +, intervalle sain et surtout séquencages des virus montrant des souches différentes.

      • Mais heureusement le zorro des vaccins est arrivé avec son grand chapeau il se fout des mutations.. Disent ils. Comme quoi, notre système immunitaire est defaillant mais bientôt corrigé.

        • que voulez vous dire ne vous vaccinez pas CAR le vaccin ne vous prémuni pas contre un truc qui n’existe pas?
          le vaccin n’est pas « obligatoire. »..

          • N’interprete pas mes propos, je suis troué de piqûres de vaccin depuis ma plus tendre enfance et ça continue… 99% ne servent à rien mais on ne sait jamais, principe de précaution oblige… Le tétanos par exemple….

            • ben tous les vaccins sont affaire de bénéfice risque… le « flou  » intervient quand on parle bénéfice collectif contre un risque individuel..

            • le diable est dans les détails…
              qui vous a dit que le vaccin « se fout des mutations?  »
              au mieux vous trouvez des gens qui vous expliqueront pourquoi ils pensent que ce vaccin est propre à immuniser même lors de bon nombre de mutations..

      • savoir qu’on » peut » ne vous dit pas si quelle probabilité , » avoir le covid. »..qui est un truc qui n’a pas de symptôme ou qui vous tue…

        le glyphosate est cancérogène? rien à cirer.

        en outre…si on se contente de faire le lien entre covid et une « famille » virus…
        les résultats et conséquences pratiques et quantitatives dépendent par exemple de l’apparition d’un mutant qui  » change la donne »..

        très souvent je lis des infos dans la presse sinon dans la littérature scientifique qui n’ont pas d’utilité pratique pour moi ou pour tout autre individu.

      • Certes mais c’est excessivement rare et le plus souvent moins grave la deuxième fois que la première.
        C’est normal, vu que le fait d’avoir déjà croisé la route d’un autre coronavirus preserverait sinon du covid au moins de ses formes graves (cf rôle des lymphocytes T).

  • Il nous faudrait Gérard Maudrux Ministre de la Santé !!!!

    • ça sert à quoi un ministre « de la santé? »

      • A brasser du vent pour faire tourner les éoliennes!

      • sauf que …si vous estimez que le rôle d’un ministre de la santé c’est de laisser les gens libres vous affirmez qu’un ministre ne sert à rien… et c’est une mission curieuse.. »ta mission est de ne pas décider »… j’accepte le poste au passage, qui s’appelle une sinécure..
        sur la liberté du médecin à prescrire, c’est un peu un faux problème…il s’agit de qui paye et qui est responsable..

        comprenez bien..l’estimation d’un soin sera toujours conditionnées à une estimation de son bénéfice risque..
        si vous payez directement vous êtes selon moi légitime à choisir à votre guise.. plus exactement à l’expertise du médecin que vous choisissez , vous pouvez soigner le covid à l’homéopathie ça ne me regarde pas…

        si vous demandez à votre assurance de payer… c’est l assurance qui va juger de cela, elle peut décider de ne pas rembourser la visite de certains médecins et surtout si vous le faites de se décharger des conséquences… elle paye pour un risque connu…

        Dans un pays avec une secu, vous vous farcirez un ministre de la santé ou un comité à la planification médicale, c’est inévitable, du moins si on veut garder le controle des dépenses…le vice est dans la notion de besoin médical qui serait d’une façon ou d’une autre non arbitraire…le reste en découle..

        • « si vous demandez à votre assurance de payer… c’est l assurance qui va juger de cela, »
          Voilà, c’est pour cela que je suis pour une concurrence entre les assurances pour pouvoir choisir le niveau de sa couverture et ne pas payer pour les hypochondriaques.
          La sécu entraine le ministre, le ministre entraine une politique sanitaire pilotée pas les ARH, les ARH entraine une administration étouffante etc..

          • ouip..
            mais viendront certains problèmes , mettons qu’une personne a un gosse qui a une leucémie et qu’l décide dele soigner par homéopathie..

            plus généralement tous ceux qui ne sont pas « capables » de juger par eux même..

            les inassurables..

            restera aussi la possibilité que la science puisse prévoir très tot l’apparition d’unemaladie qui refuse alors évidemment d’assurer ça…sauf sur la prime des futurs malades..

            il ya aura une forme ou une autre de solidarité..

        • Entre décider et conseiller, n’y a-t-il pas un énorme territoire ou exercer ❓

          • exercer quoi?. on a le conseil d’un part, la décision d’autre part..
            votre médecin vous conseille de ne pas fumer ( en général) , l’assurance prend acte .

  • Bonjour à tous.
    Je suis convaincu que la situation décrite et les coûteuses erreurs successives commises ne sont pas la fruit du hasard.

    C’est un marché bien juteux avec peu de risques (quel est le taux de mortalité de la Covid sans co-morbidité en France ou en Europe?), surtout lorsqu’on a les médias et les décideurs politiques avec soi…

    • sans vouloir vous froisser votre introduction en matière est une manoeuvre rhétorique..
      le hasard…. J’en suis convaincu aussi… plus exactement j’en ai une quasi certitude…ce sont des « décisions ».. pas le résultat du hasard…

      C’est bel et bien un marché juteux…comme tous les marchés.. ce qui ne prouve rien…

      La question autour de laquelle vous tournez est celle de la corruption ou de la connivence, le gouvernement prend des décisions pour favoriser telle entreprise en attente peut on le penser d’un retour de faveur..

      il ya deux cas..en premier .il ya un retour de faveur direct c’est illégal…on établit la preuve ( pas facile!!) on juge et hop la taule..

      en second il n’y pas de retour de faveur direct, par exemple politique protectionniste ou satisfaction de l’electeur.. c’est légal voire démocratiquement « légitime »…

      qu’il y ait du pognon engagé , beaucoup…ne dit pas grand chose sinon le risque et la tentation pour le politicien..

      Il ya un problème réel, c’est qu’il est difficile de trouver des experts compétents ET indépendants..ce qui entache toute décision étatique d’obligation d’une ombre de soupçon qui a une légitimité… on essaye de pallier cela par la technicité et la norme de décision, ce me semble.
      en général une solution est de ne pas « obliger »,ne pas rendre la vaccination obligatoire par exemple…bon choix.

      ne pas fixer de prix aussi..eh oui la santé a un prix…

  • Pour la campagne de comm’, je suggère le slogan  » empêchez-nous de vivre, ça ne nous empêchera pas de mourir »

  • Allez, amusons nous :
    Ce vaccin ne serait-il pas un organisme génétiquement modifié ?

    • Non, pas le vaccin vous après vaccination ?… Mais je n’ai pas tout compris, il paraît que les cellules modifiées sont détruites.. Si ce sont des cellules du cœur ou du cerveau, aie aie aie

    • Tout le monde dit « le » vaccin, mais c’est une erreur. Il y en aura plusieurs – étalés dans le temps. À chaque mutation du virus (et les coronavirus mutent fréquemment), on nous en sortira un autre. Et nul doute que, si le premiers sont des « prototypes », les suivants amèneront avec eux tout plein de petits trucs concoctés par les gentils labos.

    • Si c’est le cas comme cela semble être pour celui issu de la thérapie génique nos autorités sont plus tolérantes qu’elles ne l’ont été à la suite d’années de lutte contre le maïs OGM,les épis de maïs ont plus de valeur que nous.
      Je suis épi de maïs non OGM…

  • Je souligne au passage la grande qualité du blog du Dr Maudrux qui s’efforce à faire un travail remarquable.
    Ses contributions depuis le début de ce cirque sont toujours très rigoureuses d’un point de vue médical, tout en restant compréhensibles et profitables pour un non-médecin.

  • Depuis cet été et le début de cette stratégie démente de tests « open bar » avec des niveaux de Ct opaques et (a-t-on fini par savoir) beaucoup trop élevés, il est évident que le but de tout ceci n’est pas médical. Il est de fournir un pseudo-justificatif à des mesures politiques décidées à l’avance. Avec cette machine à produire des « cas » à volonté, il ne reste plus au pouvoir qu’à fixer arbitrairement un seuil à sa convenance (5000, par exemple) pour pouvoir imposer toutes les restrictions qu’il souhaite sans aucune limite.
    Et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

  • « ce doit être chez le généraliste, lorsqu’il voit le patient » : donc entre 1 et 6 jours après les premiers symptômes ?

    • Non, télé diagnostique, vous récupérez l’ordonnance et direction le labo de test. Cela peut être fait en quelques heures.

      • L’article dit « ce n’est pas dans les parkings qu’il faut tester, mais ce doit être chez le généraliste, lorsqu’il voit le patient ». A ma connaissance, je ne sais pas me faire tester par téléphone ou devant ma caméra d’ordi.

  • Fil de discussion illisible, en raison d’un intervenant visiblement atteint de confusion mentale.

    • d’un coté je me sens visé..de l’autre flatté.. mais surtout déplorer la confusion..en entretenant inutilement la confusion sur son responsable et donc où se situe la « vérité » .. j’applaudis…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a suggéré que les impôts sur  les bénéfices des entreprises soient utilisés pour rembourser la dette covid du pays :

Les entreprises vont rendre ce qu'elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l'État[...] c'est une solution juste et efficace qui mérite en tout cas d'être étudiée.

J’avoue que le propos m’a laissé pantois mais que je l’ai mis sur le compte de la fatigue.

Par contre le ministre a été impeccable en réaffirmant fermement qu’une dette devait être remboursée.Poursuivre la lecture

La grande distribution ferait-elle plus que l’État dans la défense du pouvoir d’achat des Français ?

En tout cas, une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès indique que le poids des Leclerc, Carrefour et autres Monoprix pèse beaucoup plus lourd qu’on ne le pense, jusqu’à se substituer à l’État social économiquement, politiquement et culturellement.

Alors que les parlementaires viennent de voter la loi sur le pouvoir d’achat, les magasins Leclerc avaient dès mai dernier bloqué le prix de 120 produits de première nécessité jus... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles