La méritocratie est-elle un mythe ?

Retour sur une entrevue d’Alex O’Connor (le Cosmic Skeptic) avec le Dr Michael Sandel, professeur de théorie gouvernementale à Harvard et auteur du livre The Tyranny of Merit.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot_2020-12-02 The Tyranny of Merit Do We Deserve What We Get Michael Sandel Cosmic Skeptic - https://www.youtube.com/watch?v=CXXSqRQf-KM

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La méritocratie est-elle un mythe ?

Publié le 3 décembre 2020
- A +

Par Le Minarchiste.

Je suis récemment tombé sur une entrevue d’Alex O’Connor (le Cosmic Skeptic) avec le Dr Michael Sandel, professeur de théorie gouvernementale à Harvard et auteur du livre The Tyranny of Merit.

La principale idée avancée par le livre est qu’étant donné que la majeure partie du succès dans la vie est attribuable à la chance, personne ne mérite vraiment son succès du point de vue moral.

Sandel affirme que pour qu’une société soit parfaitement méritocratique, il faudrait que chaque individu naisse avec les mêmes opportunités, ce qui selon lui serait loin d’être le cas présentement, en particulier aux États-Unis.

Sandel ajoute que même si la société était parfaitement méritocratique, elle ne serait pas pour autant juste et bonne. Autrement dit, pour Sandel, une société méritocratique est indésirable.

Selon lui, la méritocratie a un côté sombre, c’est-à-dire l’attitude sociétale envers le succès et l’échec. Il cite notamment que ceux qui ont le plus de succès en viennent à croire que celui-ci est entièrement attribuable à leur talent et leurs efforts.

De l’autre côté de la médaille, dans une société méritocratique, ceux qui échouent dans la vie n’ont nul autre à blâmer qu’eux-mêmes et leur manque d’effort. Ils ont ce qu’ils méritent. Pourtant, la chance joue un rôle important.

La méritocratie n’est-elle pas désirable économiquement ?

L’un des avantages d’une méritocratie dans un système de libre marché est que les individus ont un incitatif à produire les biens et les services que d’autres veulent en quantité et en qualité suffisantes et à un coût de plus en plus faible. En innovant, les entrepreneurs à la poursuite des gains monétaires font avancer la société et créent de la richesse pour tous.

Sandel rétorque que cet argument ne justifie pas la méritocratie car selon lui, ce que les gens veulent est souvent mauvais, voire immoral (comme l’alcool, les casinos, etc). Il affirme que l’objectif de la société ne devrait pas être de maximiser la satisfaction des demandes des consommateurs car ces demandes sont souvent  mauvaises.

Par exemple, selon lui, un propriétaire de casino devrait être moins rémunéré qu’un enseignant à l’école primaire parce que sa contribution à la société serait moralement inférieure à celle de l’enseignant, même si dans un libre marché, l’enseignant aura souvent des revenus nettement inférieurs au propriétaire de casino.

J’ai trouvé cet argument presque scandaleux puisqu’il implique qu’une élite devrait décider quels biens et services devraient être produits et quelle devrait être la rémunération de tous et chacun en fonction de sa vision subjective du mérite de chacun relativement à sa contribution au bien être de la société. Selon Sandel, il est inadéquat de sous-traiter cet aspect au libre-marché…

Selon Sandel, les gens ne veulent pas les bonnes choses. Donc les entrepreneurs qui subviennent aux besoins des consommateurs ne méritent pas leur succès et ne devraient pas être récompensés pour leur apport à la société. Il préfèrerait une société où les récompenses économiques sont attribuées en vue de l’amélioration du bien commun de la société, et non de la satisfaction des consommateurs. On suppose que cette contribution sera évaluée par une quelconque élite bienveillante…

Et que dire de l’effort ?

Alex O’Connor avance ensuite que comme les individus ne sont pas responsables de leurs talents, de leur ardeur au travail et des circonstances externes qui ont pu impacter leurs chances de succès dans la vie, ils ne méritent pas les récompenses économiques associées au succès. O’Connor approche la question sous l’angle du libre arbitre : si nous n’en disposons pas, nous ne devrions pas prendre crédit pour nos succès et ne sommes pas vraiment responsables de nos échecs.

Sandel rétorque que si la société était parfaitement méritocratique, donc opportunités égales pour tous à la naissance, ceux qui auraient du succès seraient ceux dont les talents sont les plus en demande et qui font l’effort de développer ces talents. Comme ceux ayant du succès ont été chanceux d’avoir des talents en demande, ils ne méritent pas le succès qui en découle.

Sandel dissocie le talent et l’effort. Prenons par exemple deux enseignants aussi efficaces l’un que l’autre. Le premier a beaucoup de talent pour enseigner, mais fait peu d’effort, alors que le second a très peu de talent, mais fait beaucoup d’effort pour compenser. Pour Sandel, l’enseignant le plus talentueux a davantage de mérite. O’Connor était perplexe par cette réponse, parce que son intuition l’amène à attribuer davantage de mérite à l’effort plutôt qu’au talent ; même si les deux sont en fait innés et produisent le même résultat dans cet exemple.

La beauté du capitalisme de marché est que cette distinction n’a pas besoin d’être faite. Le marché favorisera ceux qui ont du talent dans un domaine, ce qui permet d’améliorer la productivité et de réduire les coûts de production. Mais le libre marché permet aussi de récompenser l’effort lorsque celui-ci fait la différence et compense un manque de talent.

Ceci dit, pour Sandel, il faut faire la distinction entre talent et effort en fonction de l’atteinte d’objectifs sociétaux que les élites jugent moralement valables. Pour lui, la société devrait récompenser davantage ceux qui ont du talent pour une tâche donnée, dans la mesure où celle-ci mène à la production d’un bien ou service jugé moralement désirable par un quelconque comité de la moralité.

Les criminels méritent-ils une punition ?

O’Connor termine l’entrevue en exprimant son désaccord envers plusieurs arguments de Sandel. Comme nous ne sommes pas responsables de nos gènes et des circonstances externes ayant influencé notre développement (et comme nous n’avons pas le libre-arbitre selon O’Connor), le système de justice ne devrait pas avoir comme objectif de punir la criminalité, mais simplement de protéger la société.

Pourtant, Sandel croit quand même que le système de justice doit être punitif. Il pense que la majorité des gens commettent des crimes car ils sont désavantagés dans la société et non parce que certains naissent avec une propension innée à la criminalité. Donc en adoptant une société plus juste comme il le propose, Sandel pense que la majorité des crimes ne seraient pas commis. Par contre, il affirme que même une personne qui naît avec le cerveau d’un psychopathe mérite d’être punie pour ses crimes, ce que j’ai trouvé incroyable (de même pour Alex O’Connor) étant donné les vues de Sandel sur l’aspect économique.

Cela apparaît comme une grave contradiction car si une personne qui ne connaît pas de succès dans la vie ne mérite pas son sort, pourquoi une personne qui commet des crimes à cause d’une prédisposition mentale innée devrait-elle mériter une punition ?

Au final, même si O’Connor n’a pas posé la question clairement durant l’entrevue, on peut conclure que Sandel croit au libre arbitre.

Conclusion de cette entrevue sur la méritocratie

Dans cette vidéo récente de TED, Sandel explique de façon concise son projet politique. Il explique que les personnes qui ont du succès s’en attribuent trop le mérite. Que la société américaine récompense trop les diplômés universitaires, surtout des Ivy League Universities, ce qui agit comme une barrière à l’entrée et permet aux inégalités d’augmenter de génération en génération. Il pense que les gens des classes ouvrières sans diplôme universitaire se sentent méprisés par les élites.

Il souhaiterait que les travailleurs non-diplômés, des éboueurs aux infirmières en passant par les commis d’épicerie, soient davantage reconnus pour leur contribution à la société et mieux rémunérés, alors que le marché récompense davantage les talents et le diplôme.

Il ne précise pas comment il faudrait s’y prendre (peut-être le fait-il dans son livre, mais je ne le lirai pas), mais on présume que c’est par l’adoption d’un système fiscal beaucoup plus progressif et plus redistributif.

Mais dans ce cas, qu’en est-il de ceux qui font le ménage dans les casinos au salaire minimum ? Méritent-ils moralement d’obtenir davantage puisque leur contribution à la société est moralement indésirable ? Il faudrait alors que le ministère du Revenu choisisse les activités qui méritent d’être encouragées et celles qui ne le méritent pas ?

En bref, j’ai trouvé que la perspective de Sandel est assez boiteuse et ne mérite pas que l’on s’y attarde.

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Sandel a simplement emballé le communisme avec un autre papier cadeau, l’autre étant trop taché de sang.
    Il se contorsionne dans tous les sens pour ne pas « voir » les conséquences inévitable de ses idées ce qui indique qu’il n’est pas plus malin qu’un gamin de 17 ans ou incroyablement cynique.
    Il fait fuhrer surtout chez les jeunes d’ailleurs.

  • « même si la société était parfaitement méritocratique, elle ne serait pas pour autant juste et bonne », constat statistique contre jugement de valeur purement subjectif. Pour Sanders, en plus, sa justice et sa bonté sont les seules vraies, alors qu’elles pourraient être l’enfer pour d’autres.

    Dieu nous préserve des certitudes morales, mères de tous les vices ( et de toutes les sociétés totalitaires ).

  • Doit-on condamner la méritocratie au motif qu’elle souffre toujours d’imperfections?

  • La Médiocratie a définitivement supplanté et remplacé la méritocratie.
    Hollande l’avait initié, Macron et ses guignols En Marche ont déjà achevé le changement.

  • Vision interessante par le contraste qu’elle pose:
    – Oui il faut de la meritocratie car elle permet le développement de la société
    – Oui les chances ne sont pas égales pour tous
    donc il est indispensable que la société développe un sens moral vers le bien pour que ceux qui ont du mérite puisse réussir mais qu’ils gardent en tête qu’ au-delà de leurs mérites la société (les générations passées) ont permis à leur talent de se réveler.
    Comme dit Chesterton nous sommes des nains perchés sur des épaules de géants
    D’une autre façon la société chretienne est la seule qui permet ou pousse à ces deux aspects, et comme toute chose humaine est de fait toujours en équilibre instable et fragile à consolider chaque jour

  • Les routes de l’enfer sont pavées de bonnes intentions….

  • « Cela apparaît comme une grave contradiction car si une personne … »

    A un moment, il faut accepter que les contradictions ne sont pas des points de détail mais inhérentes aux idées, aux perspectives et aux choix philosophiques.

    Dès lors que l’on se réfère à la morale, on fait précéder la solution au problème. Je peux être d’accord ou pas avec les principes mis en avant. Mais mon propre jugement est lié à ma situation et mon vécu et à ce titre ne prévaut pas sur un autre jugement et du fait des contradictions inhérentes à toute position, aucun jugement de peut être totalement valable et donc supérieur à un autre.

    Il reste donc l’aspect pratique : définir le minimum que l’on peut TOUS attendre de la société et établir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Et les « élites » ne sont pas capables ou habilités à définir ce minimum et s’ériger en juge de ce qui fonctionne ou pas. A peine pourrait-on leur reconnaître la capacité de proposer des solutions à des problèmes pratiques et non théoriques.

    • Sandel est bien un membre de l’establishment qui défend les privilèges de sa caste en se proclamant plus utile à la société que d’autres! Donc c’est bien entendu sa caste qui jugera de l’utilité des gens! Et ceux qui sont inutiles, il propose quoi? La solution finale pour les déplorables? Personnellement je trouve que Sandel ne sert en rien la société, en fait il vit même à ses crochets comme un parasite!

  • Je suis un bon commercial, et vous savez pourquoi ?

    Parce que j’ai bcp de chance !!!

    A ceux qui me disent cela, je rétorque toujours une citation de Sénèque : « la chance, c’est la rencontre de l’opportunité et de la préparation … »

  • C’est vrai que Steve Jobs n’a pas eu de chance : abandonné à 6 mois par ses parents biologiques, abandon de la fac au bout de 6 mois, pas d’études supérieures, ce type n’avais pas de chance, partait mal dans la vie et tout et tout et tout …

    • Du coup, il n’aurait jamais du pouvoir créer sa société d’après Sandel si je comprends bien… On aurait du lui interdire, car pas de talent… 🙂

  • bah oui, la trajectoire d’un individu va être la combinaison, de ses « mérites », sa position sociale initiale, et la chance…

    on sait bien que le concept de la méritocratie n’est pas que les meilleurs gagnent.. mais que par contre les plus modestes aient leur chance..

    ce que les idéalistes voudraient est abolir l’injustice de la naissance, idée séduisante sur le plan de l’egalité à la naissance, mortifère sur le plan de la création de richesse et capitalistique … on travaille plus en pensant à l’avenir de ses enfants …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Par Alexander Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le trente-troisième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Nos héros de la semaine sont George Hitchings et Gertrude Elion, les deux scientifiques américains qui ont initié le développement de la conception rationnelle des médicaments.

Jusqu’alors, la méthode classique employée pour les découvrir reposait sur un... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Côté face, Elon Musk est un entrepreneur à succès avec SpaceX, Tesla, Neuralink et X.com (futur PayPal). Côté pile, Elon Musk est un trublion médiatique trop heureux de jouer avec les réseaux sociaux et les crédules. Irritant, séduisant, provocant, exaltant, il est peu dire que l’individu déclenche les appréciations les plus tranchées dans les discussions, les rédactions et les commissions d’enquête.

Devenu troisième fortune mondiale (115,4 milliards de dollars estimés) en 2021, l’entrepreneur américain d’ori... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles