Les fusions-acquisitions : à pratiquer avec modération…

Qu’on se le dise : les fusions sont à l’ordre du jour. Mais n’oublions pas ce qui fait la véritable croissance de l’entreprise.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Color crazy by bored-now (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les fusions-acquisitions : à pratiquer avec modération…

Publié le 29 novembre 2020
- A +

Par Erwan Tison.

Qu’on se le dise : les fusions sont à l’ordre du jour. Les opérations concernant une entreprise française annoncées au troisième trimestre sont quatre fois supérieures à la valeur enregistrée au deuxième trimestre, le plus faible depuis huit ans.

Elles concernent la banque (rachat par la Société Générale du réseau du Crédit du Nord), la grande consommation (rachat par Lactalis des fromages de Kraft Heinz), les marches financiers (rachat de Borsa Italiana par Euronext) etc.

Parfois amicales, elles tournent parfois au feuilleton au nombre inconnu de saisons, si on songe par exemple au rachat de Tiffany par LVMH ou au rachat particulièrement douloureux de Suez par Véolia.

Les rapprochements et fusions se multiplient

Rien d’étonnant dirait-on : alors que se déploie la plus profonde crise économique depuis 1929, il est logique que les rapprochements et fusions se multiplient. La fragilité des uns, la capacité à lever de la dette des autres dans un environnement de taux bas, la nécessité de prévenir des attaques étrangères, sans compter des raisons moins strictement économiques, expliquent ces mouvements à défaut de les justifier.

Pourtant, au-delà des enthousiasmes, des beaux mots de « synergie », « champion national », « géant de ceci ou de cela » dont banquiers d’affaires, communicants et autres cabinets de stratégie parent de telles opérations, la réalité est moins rose, à tel point que les fusions devraient être envisagées avec une grande prudence.

Les fusions, avec modération

D’abord parce que au stade même de leur conception, les rapprochements de haut de bilan sont souvent des opérations visant à neutraliser un concurrent. La politique connait bien cela, qui voit souvent tel ou tel intégrer un exécutif au motif qu’il serait « moins dangereux dedans que dehors ».

Le monde économique n’est pas en reste. Quand un acteur, même de petite taille, risque de devenir gênant, rien de plus simple que de le neutraliser au travers d’acquisitions tueuses.

Le droit de la concurrence, bâti pour protéger la concurrence par les mérites, a même inventé un concept particulier pour désigner un petit acteur qui anime fortement la concurrence sur un marché : le maverick. C’est pour protéger les mavericks que le droit des concentrations européen intervient parfois pour empêcher une opération de fusion ou de prise de contrôle, en l’absence même de création ou de renforcement d’une position dominante.

Surtout, au-delà même des intentions des parties acquérantes, et sans même parler des acquisitions qui n’ont même pas été à leur terme (LVMH-Hermès, Saint Gobain-Sika etc.), il y a la réalité constatée : la très grande majorité des fusions détruit de la valeur pour ses actionnaires et pour ses clients.

C’est particulièrement le cas dans les fusions entre égaux, qui n’en sont jamais pour deux raisons. La première c’est qu’il y a toujours un dévoreur et un dévoré. La seconde c’est l’extrême difficulté à convertir à une même culture des affaires des entreprises, surtout quand ces entreprises sont des concurrentes et/ou que leur fonctionnement s’inscrit dans une histoire longue.

L’exemple de Véolia-Suez

Nous assistons d’ailleurs à un exemple assez caricatural avec la fusion Véolia/Suez. Alors que ces deux entreprises se sont livré une concurrence acharnée au cours des dernières décennies, qu’elles ont opéré des choix stratégiques différents, notamment en matière d’investissement dans la R&D, il est très difficile d’imaginer les marier avec bonheur, alors même que, cerise sur le gâteau, plus personne de sérieux ne nie le caractère hostile de l’offre de Véolia sur Suez.

Sans que de telles opérations se traduisent nécessairement par la disparition de la proie, il est clair qu’il en résulte un affaiblissement de la concurrence économiquement néfaste au consommateur final, qu’il s’agisse du prix des biens et services offerts et/ou de leur qualité.

Dans le cas Véolia/Suez, comme dans beaucoup d’autres, on voit d’ailleurs la capacité de la proie à continuer à faire concurrence à l’acquéreur sérieusement endommagée sur le terrain.

En définitive, il ne s’agit pas de condamner les rapprochements par principe. Parfois, et c’est heureux, ils réussissent. Mais à trop se focaliser sur les opérations de croissance externe, médiatiques car spectaculaires, l’on oublie que ce qui fait la vraie réussite des entreprises c’est la croissance organique, celle qui consiste à remettre le métier sur l’ouvrage pour, touche par touche, améliorer sans cesse les services et les produits destinés au juge de paix qu’est le client.

 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Très bon article, qui met bien en garde contre la financiarisation exagérée de l’économie. En effet, au bout du bout, ce qui compte c’est l’économie réelle, les vrais produits matériels, les vrais services qui apportent de la valeur ajoutée aux gens …

  • Effectivement un article qui devrait être une source de méditation pour ceux qui revendiquent leur appartenance au libéralisme…
    Dans une économie de marché, au sens libéral du terme, il faudrait que chaque entreprise d’un secteur d’activité donné, vienne se positionner pour proposer le meilleur produit ou le meilleur service au meilleur prix.
    Par exemple en Suisse, qui me semble être un pays libéral de référence, il existe un ensemble de dispositions législatives et règlementaires pour sanctionner les abus de positions dominantes ayant pour effet de porter préjudice à d’autres entreprises intervenant dans un même secteur d’activité.
    En France, pays de l’abus de droit et de prérogatives dans tous les domaines de la vie civile (et politique), on assiste à des manœuvres engagées par les tenants d’un certain capitalisme de connivence préjudiciables aux consommateurs et aux salariés…
    Le challenge essentiel consiste à éliminer des concurrents pour pouvoir augmenter les prix et les bénéfices des groupes « absorbants » et, par là même, à obtenir de meilleurs valorisations de cotations boursières.
    Donc, des manœuvres de prédateurs destinées à obtenir des plus values artificielles qui permettent, à certains, de réaliser des plus values abusives et, à d’autres, de se retrouver dans des impasses professionnelles si ce n’est pas carrément en perte d’emploi…
    Il faut souligner que, ce n’est pas le fait du hasard si les Suisses ont sut garder et développer un tissu important de PME et de PMI avec, à la clef, un quasi plein emploi et, avec des salaires, en moyenne, plus de deux fois supérieurs à ceux qui sont versés en France!…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pia Rennert[1. Pia Rennert est diplômée de l’université de Cambridge. Elle est aujourd’hui étudiante en master et chercheuse assistante à l’université de Leipzig.] et Gunther Schnab[2. Gunther Schnabl est professeur d’économie internationale et de politique économique au département d’économie de l’université de Leipzig.].

La politique de taux bas et de baisse des taux supprime la discipline des taux d’intérêt et des créanciers et multiplie les opérations hasardeuses.

La fusion de Bayer et Monsanto

La prise de contrôle récen... Poursuivre la lecture

Par Louis Malbète. Un article de Trop Libre

“Nous avons besoin de plus de rapprochements bancaires. [...] J’aimerais voir des fusions dans les douze mois. Je suis une personne optimiste” déclarait le 7 novembre dernier la présidente du comité de supervision des banques européennes Danièle Nouy lors d’un colloque sur la supervision bancaire à Francfort.

L’annonce n’est pas passée inaperçue puisqu’elle reflète une volonté du superviseur d’encourager les fusions-acquisitions dans le secteur bancaire européen, alors même que celles-... Poursuivre la lecture

Par Wackes Seppi.

[caption id="attachment_266298" align="aligncenter" width="640"] Bayer by Metropolico.org(CC BY-SA 2.0)[/caption]

14 septembre 2016 : après des mois de négociations, les dirigeants de Bayer et Monsanto annoncent la signature définitive d'un accord sur l'acquisition du second par le premier pour un coût total de 66 Md$, soit en gros entre 15 et 30 fois les revenus annuels de Monsanto selon les chiffres que l'on prend pour base (le chiffre d'affaire de Monsanto a dégringolé depuis janvier 2015, notamment du fait ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles