Élections américaines : la campagne Trump se sépare de Sidney Powell

La campagne Trump se distancie de l’avocate qui soutenait les accusations de fraude aux machines de vote.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections américaines : la campagne Trump se sépare de Sidney Powell

Publié le 23 novembre 2020
- A +

Par Alexis Vintray.

Sous le feu des critiques pour l’absence de preuves factuelles apportées à ses accusations, la campagne Trump vient de se désolidariser brutalement de Sidney Powell. Cette avocate soutenait les accusations les plus extrêmes de fraude aux machines de vote dans laquelle auraient été impliqués la CIA, Bernie Sanders ou le gouverneur républicain de Géorgie.

C’est par un tweet sec que Jenna Ellis (juriste dans la campagne de Trump) et Rudy Giuliani (avocat personnel de Donald Trump) ont annoncé que Sidney Powell « n’est pas membre de l’équipe juridique de Donald Trump. Elle ne représente pas non plus personnellement le président « .

Un message surprenant alors que Sidney Powell était membre de l’équipe juridique de Donald Trump et participait directement 3 jours plus tôt avec Rudy Giuliani et Jenna Ellis à la dernière conférence de presse de la campagne. Rudy Giuliani l’y avait présentée comme membre de l’équipe juridique de Trump. Même Donald Trump la reconnaissait dans un tweet il y a une semaine comme membre de son équipe et a posté plusieurs vidéos de ses accusation sur son compte Twitter :

https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1327811527123103746

Sidney Powell, derrière les plus folles accusations de la campagne Trump

Sidney Powell, connue pour ses affinités avec le mouvement complotiste d’extrême droite QAnon soutenait les accusations les plus extrêmes, comme le détournement de machines à voter par le Venezuela, Cuba et la Chine pour voler des millions de vote de Donald Trump et les attribuer à Joe Biden.

Dans sa dernière intervention vidéo avant d’être remerciée, elle allait encore plus loin : selon elle la CIA, Bernie Sanders ou le gouverneur républicain de Géorgie Brian Kemp était tous impliqués dans un complot aux côtés de « milliers de personnes », pour voler l’élection à Donald Trump.

Où sont les preuves ?

Même les présentateurs de NewsMax, la chaîne de télévision pourtant très à droite sur laquelle a eu lieu cette dernière intervention, ont été obligés de lui demander où étaient les preuves face à ces accusations gravissimes. Ils reprenaient par là ce qu’avait déjà dit Tucker Carlson sur la chaîne conservatrice Fox News :

Pareillement, même Breitbart, l’un des sites de référence à l’extrême droite américaine et dirigé un temps par Steve Bannon, semblait confirmer que personne n’avait vu la moindre preuve des accusations graves formulées par Sidney Powell : « Une source à laquelle nous avons parlé a suggéré que les affirmations de Powell allait au-delà des preuves qu’ils avaient pu voir et de ce qu’il était possible de prouver en justice. Powell défendait une théorie selon laquelle les machines de votes Dominion […] avaient transformé des millions de votes Trump en votes Biden. […] Elle n’a cependant pas apporté de preuves que des votes avaient effectivement été changés. »

Sidney Powell ne cessait de promettre de « relâcher le Kraken » et de décaler le jour où elle promettait d’apporter des preuves. Dimanche soir, elle continuait à répéter qu’elle allait bientôt demander un procès et ne retirait pas ses accusations :

Changement de stratégie en vue ?

L’éviction brutale de Sidney Powell une semaine après son arrivée laisse interrogatif sur la stratégie visée par la campagne Trump, qui a accumulé les revers en justice ce week-end. Ainsi, en Pennsylvanie, le juge pourtant conservateur a rejeté sèchement la demande de la campagne Trump d’annuler des millions de votes. Le juge Brann a pointé en particulier l’absence d’arguments juridiques et de preuves de la campagne :

One might expect that when seeking such a startling outcome, a plaintiff would come formidably armed with compelling legal arguments and factual proof of rampant corruption, such that this Court would have no option but to regrettably grant the proposed injunctive relief despite the impact it would have on such a large group of citizens. That has not happened. Instead, this Court has been presented with strained legal arguments without merit and speculative accusations, unpled in the operative complaint and unsupported by evidence.

En se distanciant de Sidney Powell, la campagne Trump se distancie en tout cas de facto des accusations sur les machines de vote que celle-ci portait. Même si Trump & Giuliani ont repris sans filtre les accusations sur Dominion, l’éviction de Powell offre une porte de sortie à la campagne Trump pour se désolidariser des accusations les plus outrancières et improuvables qui en émanent.

Il n’est donc pas à exclure que cette éviction de Powell soit le premier indicateur d’un recentrage des accusations de fraude sur le vote par correspondance par exemple. Une stratégie qui interroge puisque la justice a rejeté toutes les demandes de la campagne sur ce sujet… À moins que la stratégie de Donald Trump soit plus complexe, comme un coup de billard à trois bandes. En tout cas, Sidney Powell n’a pas attendu longtemps avant de lancer sa propre collecte de dons… Elle indique avoir besoin de millions de dollars.

L’incompréhension régnait en tout cas hier et aujourd’hui chez les plus farouches partisans de Donald Trump, qui étaient jusqu’à présent convaincus que les révélations promises par Powell allaient sauver la réélection de Donald Trump dont les chances semblent aujourd’hui quasi nulles. Une recherche d’une cause extérieure à la défaite qui n’est pas sans rappeler le Russiagate agité par les démocrates pendant des années.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Hum, sur un autre site, cela serait une ruse, diviser pour mieux regner et emporter le grand prix…. Ils ne sont pas tous complotistes les avocats ?

  • Ou aux choix, écran de fumée ou feu de paille peut-être ? les recours judiciaires nous le diront

  • Bon les « libéraux » font la tête..??? C’est interessant de suivre au jour le jour la manière dont le « système » Trump se detricote..sauf qu’à chaque fois il est question de levée de fonds..C’est quand même une question..??? Pourquoi tout cet argent est levé…?? Suivre House of Trump saison 1 episode 3065…

    • Votre remarque sur les commentaires est pertinente! Il suffit de prendre les précédents articles de M. Vintray pour voir le torrent de commentaire posté le jour même de sa publication, avec, pour la majorité d’entre eux la même orientation à savoir, au choix :
      => les élections sont forcément truqués mais ça prend du temps d’avoir les preuves ;
      => Trump gagnera ;
      => les personnes pensant que Trump a perdu ou est mauvais-perdant sont des gauchistes, collectivistes, etc.

      Bref, comme je disais dans un commentaire sous l’un des autres articles, le battage médiatique fait par l’équipe de Trump ressemble plutôt un écran de fumée qu’à autre chose.

  • Merci à Alexis Vintray de nous tenir informé des revers judiciaires post électoraux de Donald Trump.
    Voila donc des informations qui auraient été de nature à faire diversion dans la bataille d’idées et d’arguments contradictoires concernant un précédent post qui a donné lieu à des joutes épistolaires redoutables… jusqu’à faire ressentir quelque chose comme l’inconfort du spectateur de la bataille d’Hernani de notre Victor Hugo national…
    Comme quoi, tout doit être relativisé face au tropisme opportuniste des magistrats…

  • @Filouthai

    Comment fonctionne un ballot station et qui fait quoi ? Watcher, Election officers, Clerks Inspector, Scrutineers, les dem et républicains sont à dans chaque bureau .

    Est t’il relativement possible de frauder masivement à l’insu de tous et surtout sous le nez des milliers d’observateurs républicains dans chaque bureau de vote ?

    Est-il aussi possible de voter X fois par correspondance et en bureau assez facilement sans trop d’effort et pour n’importe quel citoyen en usurpant plusieurs identités ?

    • Il ne vous aura pas échappé que le système électoral électronique global qui assurait le décompte permettait également de voter, avec impression des bulletins sur place en cas de vote le jour même.

      Si les données du système sont accessibles durant le vote, rien n’empêche de détruire un bulletin pour le remplacer par un autre, avec le même identifiant. Ni vu ni connu, y compris en cas de recompte. Il suffit d’éloigner les scrutateurs gênants pendant quelques instants à l’occasion d’une pause, d’occulter les vitres du local où a lieu la fraude et il y a d’ailleurs de nombreuses preuves en ce sens. Pourquoi occulter si ce n’est pas pour frauder ? Plusieurs Etats ont interrompu leurs décomptes au même moment. Remarquable synchronisation alors que rien ne permet de la justifier.

      C’est un des moyens de la fraude.

      Vous pouvez également ajouter des bulletins pré-imprimés attribués à des électeurs fictifs (décédés, déménagés, fausses résidences, étrangers avec cartes vertes inscrits…). Sans risque, facile et discret car vous savez que ces électeurs ne viendront pas voter ni ne protesteront. Il y a également des témoignages en ce sens, corroborés par les analyses statistiques montrant des évolutions de décomptes irréalistes au cours de la nuit. Il y a des bulletins où les coches de vote sont imprimés sur des feuilles vierges, sans les cases à cocher, ni les textes d’explication. Il y a également ces cas de « sous-vote » où seule la case pour la présidentielle est cochée, mais pas celles concernant les autres élections. Etonnant, non ?

      https://disruptr.org/2020/11/23/2020-election-could-trumps-claims-have-merit/

      C’est un autre des moyens de la fraude.

      L’imagination manque aux honnêtes citoyens pour décrire l’univers des possibles de la fraude et on en découvre tous les jours. La fraude n’est probablement pas près d’être juridiquement prouvée dans le temps imparti. Mais cette élection est a minima suspecte, susceptible d’avoir été massivement fraudée. Dès lors que 4/5e des électeurs pensent qu’il y a eu fraude ou qu’elle est au moins possible, c’est la démocratie qui est en cause.

      • Merci Cavaignac, notamment pour le lien très intéressant.
        Il est clair qu’il y a eu fraude lors de cette élection et qu’elle a été orchestrée par les démocrates, mais il n’y a que des « indices clairs et concordants » et en l’absence de preuves tangibles les actions en justice entreprises par la campagne Trump ne pourront être reçues par les juges.
        Mais on ne peut tenir rigueur à Trump de refuser de s’incliner face à des tricheurs. Au moins obtiendra-t-il peut-être une réforme vers une plus grande rigueur à l’avenir dans le contrôle du système, même si les démocrates continueront toujours à prôner le laxisme, car ils pensent en profiter.

        • La fraude n’est qu’une hypothèse pour l’instant. Si les preuves de ce qui est pour l’instant seulement annoncé sont réelles (témoignages, statistiques, documents…), alors on pourra en parler autrement qu’au conditionnel. A ce stade, affirmer sans attendre qu’elle ne serait pas possible n’est pas raisonnable vu les failles potentielles du système de vote.

          Encore trois semaines…

      • 4/5ème des électeurs ? Selon qui ? Un sondage ? Si 4/5ème des électeurs pensent effectivement cela, le pouvoir de nuisance des prétendus fakenewslamestreammédia est franchement ridicule.
        Pour les bulletins qui seraient (conditionnel) des « bulletins où les coches de vote sont imprimés sur des feuilles vierges, sans les cases à cocher, ni les textes d’explication », ça doit être un vrai boulot de clampins… autant les tamponner FAKE BULLETINS direct. C’est fou que cette organisation secrète qui serait arrivée à coordonner des dizaines de milliers de personnes à travers les USA (sans pour le moment qu’on ait de preuves tangibles genre mail, courrier, abonnement à « the petit fraudeur magazine », etc), à imprimer des millions de bulletins de vote, à les dispatcher discrètement, à les insérer dans le tas, à évacuer des millions d’autres bulletins à faire disparaitre, etc… ne soit pas foutue de penser au minimum à faire des « vrais-faux » bulletins. Sans doute la faute à un stagiaire… alalalala…
        D’ailleurs, il n’y a pas encore d’image de ces bulletins, si ?

  • Trump et son équipe de débiles continuent de questionner les résultats de l’élection malgré tous leurs déboires face aux juges? La pire présidence de l’histoire des USA

    Modération Contrepoints : on se calme et on ne traite personne de débile

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles