Release the Kraken : la campagne Trump entend apporter des preuves à ses accusations de fraude

La campagne Trump annonce qu’elle va dévoiler toutes ses preuves derrière les accusations de fraude à la présidentielle US. Réjouissons-nous en !

Par Alexis Vintray.

Les lendemains de campagne électorale aux États-Unis continuent à s’envenimer ces derniers jours ; selon les principaux médias et dans l’attente des résultats officiels définitifs, Joe Biden a largement remporté la présidentielle américaine de 2020 face à Donald Trump, avec 306 grands électeurs contre 232 pour l’ancien président (79 millions de voix contre 73 pour Trump), mais Donald Trump continue à clamer qu’il a remporté l’élection, tandis que les plateformes de réseaux sociaux alertent désormais sur quasiment chacun de ses posts :

 

Alors qu’à ce stade les preuves de fraude sont peu convaincantes, et que la justice américaine rejette très largement les demandes des avocats républicains, qui commencent à démissionner, la campagne républicaine a annoncé vouloir « relâcher le Kraken », c’est-à-dire rendre publiques les preuves de fraude qu’elle détient, preuves annoncées comme irréfutables et de nature à changer le résultat de l’élection présidentielle américaine.

En particulier, invité sur la chaîne conservatrice Fox News par Lou Dobbs, un journaliste conservateur et soutien de Donald Trump, la juriste et militante républicaine Sidney Powell estime que les preuves sont là d’un complot « lié à l’extrême gauche ». Et d’ajouter : « cela a été organisé et conduit avec l’aide d’entreprises de la Silicon Valley, des big Tech, des réseaux sociaux et des médias ». De lourdes accusations de complot, et dont elle entend réserver la primeur à la justice, mais rapidement.

L’avocate de la campagne Trump n’a à ce stade pas apporté plus de preuves que précédemment mais communique désormais sur le fait que la campagne Trump le fera, avec force et rapidement. Des annonces centrées désormais sur les machines de vote, accusées d’avoir détourné des millions de voix de Donald Trump pour les attribuer à Joe Biden, sur fond de dénonciation des principales sociétés sur le marché comme Dominion ou Smartmatic. Celles-ci sont entre autre accusées d’être liées au Venezuela ou à Georges Soros.

Rudy Giuliani, l’avocat de Donald Trump, a surenchéri et déclaré sans plus de précisions : « Dominion est une entreprise étrangère, qui a des liens très étroits avec le Venezuela, et donc la Chine, et utilise un logiciel d’une entreprise vénézuélienne ayant servi à voler des élections dans d’autres pays. »

Parmi les (fausses) accusations qui ont déjà parcouru le camp Trump sur le sujet, une soi-disant opération de l’armée américaine à Francfort pour mener un raid sur un data center qui hébergerait des preuves de la fraude. Rumeur démentie depuis mais qui continue à circuler.

Si les limites des machines de vote sont réelles, et expliquent que Contrepoints est particulièrement réticent à leur usage, il ne suffit pas de pointer une vulnérabilité mais il importe aussi au camp républicain de prouver la réalité de la fraude.

Release the Kraken !

Cette annonce d’éléments concrets et de release the Kraken est bienvenue, quels que soient ces éléments de preuve et leur niveau de sérieux. Aucun fait n’ayant été à ce stade communiqué, il est impossible d’avoir un avis sur les accusations elles-mêmes, mais elles semblent indiquer la fin du sujet si l’on est optimiste :

  • Soit la campagne républicaine est en mesure de produire des éléments de preuve convaincants, suffisamment convaincants pour avoir un impact, en particulier judiciaire. Vus les effets d’annonce de la campagne Trump, ces éléments de preuve annoncés comme massifs devront l’être, et pas juste des demi preuves.
  • Soit elle n’est pas en mesure de le faire, et ces effets de manche suivis de rien viendront planter les clous dans le cercueil de la présidence Trump au moins jusqu’en 2024, toute nouvelle candidature de Donald Trump n’étant pas à exclure.

Dans ces scénarios optimistes, la justice fait son travail et les résultats officiels sont communiqués et confirmés rapidement.

Reste tout de même un troisième scénario, si l’on n’est pas aussi optimiste : la campagne Trump continuera à produire des demi-preuves, qui seront présentées comme irréfutables mais seront tout aussi contestables que les précédentes. Les soutiens les plus radicaux de Donald Trump continueront à croire ses accusations malgré les résultats électoraux qui deviendront officiels, et les États-Unis continueront pire qu’avant sur le chemin de la polarisation politique. Un scénario renforcé par les révélations de la presse américaine sur l’utilisation réelle des fonds levés en ce moment par Donald Trump sur la base d’accusations de fraude…

Selon différents sondages, de 58 à 79 % des Américains considèrent que Joe Biden a remporté l’élection, un résultat qui ne dit rien sur l’issue des procédures actuelles mais renseigne sur l’état d’esprit du pays.

Espérons que cette annonce du Kraken signe la fin d’une période post électorale mortifère, pour permettre le traitement des sujets essentiels comme l’évolution des règles électorales ou encore les règles de neutralité des plateformes.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.