Électricité : faut-il s’inquiéter d’un possible black-out ?

"Il n'y aura pas de black out cet hiver" nous assure-t-on. Mais la réalité des chiffres de notre production d'électricité nous incite à penser le contraire.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bougies by Rekyt(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Électricité : faut-il s’inquiéter d’un possible black-out ?

Publié le 20 novembre 2020
- A +

Par Michel Negynas.

Mme Borne est « un peu » inquiète pour notre approvisionnement l’hiver prochain. « Cela va nécessiter une très grande vigilance pour éviter des coupures l’hiver prochain. »

On le serait à moins. Ci-dessous, un tableau de la puissance installée en France au 1er mai 2020. (en MW) d’après eCO2mix, le site officiel de RTE (Réseau de Transport de l’Électricité) :

La première colonne chiffre les puissances totales, brutes.

La deuxième colonne chiffre les maxima produites à la pointe de l’hiver et dans l’absolu ces trois dernières années, prises sur le site eCO2 mix. Ces chiffres sont toutefois incroyablement optimistes, compte tenu du contexte, et si on regarde les détails :

  • Le nucléaire a été complètement désorganisé par la pandémie, les révisions de tranche ont du retard et nous aurons 900 GW de moins cet hiver (deuxième tranche de Fessenheim).
  • Les quelques sources charbon et fioul encore disponibles ont vocation à être arrêtées dans les années qui viennent. Elles sont dans un triste état, et pour certaines, pratiquement plus mobilisables.
  • Le gaz n’a jamais dépassé 10 GW ; il est constitué de quelques grosses centrales, mais aussi de nombreuses installations industrielles, en particulier de co-génération, pas forcément disponibles à la demande.
  • L’hydraulique en hiver n’a jamais dépassé 16 GW, par nature. Tout n’est pas mobilisable en même temps.
  • La biomasse n’a jamais dépassé 1 GW, elle provient d’une centrale et de nombreuses installations de valorisation de déchets, dont la fourniture d’électricité n’est pas forcément l’objectif principal.
  • À 19 heures en hiver, il peut y avoir des nuits sans vent. Il y en a quasiment chaque année.

Dernière pointe récente : 94 GW en février 2017. Record historique : 102 GW en 2012.

Une nuit d’hiver sans vent, on voit que le total possible dans le meilleur des cas est de 89 GW. Et il est peu probable qu’on y arrive. Nous sommes donc très inquiets, comme RTE et comme Mme Borne.

Mais il y a des mesures prises, dixit Mme Borne, un « bouquet de leviers » :

  • Le tarif Écowatt : moyennant des rabais, les consommateurs sont priés par SMS de différer des consommations… au moment où ils en ont le plus besoin ?
  • Les effacements type EJP des gros consommateurs : mais ils existent déjà, donc il ne faut pas les prendre comme un levier par rapport aux historiques.
  • Et surtout les « thermomètres intelligents » : comme le consommateur est par nature bête, on l’aidera à acheter des thermomètres qui pallieront ses neurones.

Tout cela ne nous rassure guère, avouons le. D’autant que M. Brottes, président de RTE, avoue :

«  »Si tous ces gestes barrières ne suffisent pas, et si nos capacités d’importation sont épuisées, il faudrait utiliser des délestages, des coupures temporaires ciblées et maîtrisées  », selon François Brottes, qui ne se risque pas à préciser combien de Français pourraient être concernés par de telles situations. RTE insiste sur le fait que ce scénario est très hypothétique. 
 »Il n’y aura pas de black-out », a insisté M. Brottes. »

Nous sommes prévenus. C’est comme pour le Covid : tout passe par les gestes barrières. Et comment assurer « qu’il n’y aura pas de black out » pour un réseau au maximum de ses possibilités de production, la nuit, en plein hiver, avec des productions aléatoires non pilotables (éolien, solaire) qui peuvent mettre la pagaille à tout moment ? Et des voisins (Angleterre, Belgique, Espagne, Italie…) encore davantage en manque de capacités pilotables que nous ?

Il ne reste plus qu’à prier pour qu’il y ait du vent cet hiver, que le réchauffement sévisse, ou que les centrales à lignite et charbon allemandes fonctionnent à plein.

Ou alors soyons fous, tiens, redémarrons Fessenheim…

Article publié en juin 2020.

Voir les commentaires (114)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (114)
  • Mme Borne est « un peu » inquiète pour notre approvisionnement l’hiver prochain.

    Vite vite plantons un paquet de moulins à vent. Peut-être que 0 x 0 donnera quelque chose différent de 0 ? Sait-on jamais. On est en France, où impossible n’est pas français, que diable!

    • Jerémy Lapurée
      21 juin 2020 at 13 h 20 min

      Pour info, les chiffres du tableau sont faux. Esperons que cet article ne soit pas publié dans le Lancet. Il n’a pas besoin de ça en ce moment…
      ?

      • Pouvez-vous nous donner les vrais chiffres, ce sera plus utile!

      • C’est vous qui lisez mal le site. Apres 1 minute de recherche le jeudi 16 fevr 2017 de 10h45 à 18h30 0% d’éolien.
        PS Il faut mettre la souris sur le graphique pour faire apparaitre la production instantanée. sinon c’est la production journalière ici 1%.

    • Tous les adeptes du biberon électrique d’État de ces lieux vont finir par comprendre pourquoi il faut s’équiper soi même… Non pas pour des raisons écologiques, mais simplement pour ne plus être dépendant de cet État qui part en couille de plus en plus à chaque mandature… peu importe que ce soit du nuc, de l’hydro ou que sais-je, ça va nous péter à la gueule, et le tiers monde se rapproche à grand pas. Ceux qui en ont les moyens vont devoir se solariser, se ventiler, se batterifier, se microhydrauliquer, se biogazer… Mais surtout ne plus faire confiance à cet État en déliquescence… la plèbe se démerdera avec ce qu’il restera, quand il y en aura… Bienvenue au BurkinaFranço

  • Je ne crois pas à un blackout l’hiver prochain, sauf si nos centrales nucléaires sont vraiment en sous capacité à cause du récent confinement, mais d’ici l’hiver prochain, il y a quand même le temps de se remettre en selle.
    Et vu que le confinement a planté notre économie pour longtemps, on ne devrait pas retrouver les niveaux de consommation de ces dernières années avant la mise en service de l’EPR de Flamanville.
    Par contre à plus long terme, si on ferme d’autres réacteurs que ceux de Fessenheim comme cela est prévu par les fous qui sont aux commandes du pays, ça deviendra effectivement très risqué.

    • On ne va quand-même pas d’inquiéter d’une petite blackout-ette ?

    • Le petit prince
      21 juin 2020 at 8 h 37 min

      Encore faut il que l’ EPR de Flamanville
      Soit mis en route, ce qui n’est pas le cas et pour longtemps…..
      Pardon de vous contredire, mais soyez prudent et investissez dans les bougies avant que les fous dont vous parler n’en organisent la pénurie.

      • Ce projet a traîné beaucoup trop longtemps, il a subi plusieurs évolutions voire plusieurs changements dans les normes à appliquer… C’est donc un projet voué à l’échec d’autant que l’on semble avoir un peur beaucoup perdue la technologie ! C’est peut-être aussi du au fait du peu de continuité dans le management qui est défini par les copineries politiques !
        Une des solutions serait de laisser démarrer la bête aux normes du début de projet pour une durée de vie courte mais sécurisée de 5 à 10ans max pour relever les défauts éventuels de fonctionnement les améliorations fonctionnelles a apporter en fonction des nouvelles normes et de le passer en fin de vie pour redémarrer un projet et une construction nouvelle sur de bonnes bases et ne devant pas durer plus de cinq ans avant son passage en production ! … Et bien sûr une fois le projet démarré ne pas accepter de modifications fonctionnelles et normatives !

        • 1) «  »une durée de vie courte mais sécurisée de 5 à 10ans max » »

          idée farfelue, le réacteur est sécurisé ou ne l’est pas: autorisé à fonctionner pour sa durée de vie prévue ou pas autorisé du tout …les exigences de sureté ne s’adaptent pas en fonction de la durée d’exploitataion

          2) ce projet est totalement viable c’est pas l’EPR qui pose problème mais la perte de maitrise de l’ingénierie de construction et uniquement la construction et non sa conception (l’EPR est de la même filière que les REP actuellement en service sur le parc Français) pour preuve , deux EPR fonctionnent en permanence sans aucun soucis (depuis deux ans maintenant pour le premier ) en Chine à Taïshan

          3) «  »Et bien sûr une fois le projet démarré ne pas accepter de modifications fonctionnelles et normatives «  »
          deuxième idée farfelue : l’évolution permanente des exigences de sureté (imposées par l’ASN) abouti fatalement sur des modifications d’organisation mais aussi matérielles même après des décennies d’exploitation….il y en a encore sur les tranches actuelles âgées de presque 40 ans ..

          • en France nous ne sommes plus capables de couler du béton ou de faire des soudures de haute technicité.
            Quand il n’y a plus d’industrie, il n’y a plus de savoir-faire.

        • @ Jean-M64
          Effectivement, le savoir technologique français a été perdu. Ce qui explique les déconvenues et les difficultés à mettre au point ces réacteurs. Et comme ce sont les politiciens et les énarques qui s’occupent de tout dans ce pays il n’est guère étonnant que tout aille à veau l’eau.

      • l’EPR fait l’objet d’un sabotage organisé par de la part de certains responsables politiques auquel il faut ajouter une bonne part de pertes de compétences techniques , elles aussi sagement bien orchestrées depuis plus de 30 ans.
        Il ne faut donc pas s’étonner des retards et des dépassements de budget.
        Il faut quand même rappeler que le même EPR fonctionne en chine depuis plusieurs mois et est raccordé au réseau.

      • En plus ils vont les taxer!

        • Puis ils taxeront les taxes! (c’est une question de « justice fiscale », car les taxes sur l’électricité sont taxées…)

    • « mais d’ici l’hiver prochain, il y a quand même le temps de se remettre en selle. »
      Euh!!! l’hiver prochain, on y arrive à toute vitesse: c’est 2020/2021. Pour avoir du temps il faudrait voir le prochain/ prochain 2021/2022. Chef on est mal!!!!!

  • Vous nous faites le coup de la seconde vague ?
    Il n’y aura pas de black out, simple comme réponse, sauf catastrophe.. On peut aussi recevoir une météorite sur la tête…

    • Qui veut gagner des millions d’électeurs :

      L’hiver prochain il y aura :

      – une canicule, réponse A
      – le Covid 2, réponse B
      – un blackout, réponse C
      – une météorite, réponse D.

      Il vous reste un joker : l’avis du public le 28 juin.

    • Il y aura un black out s’il n’y a pas de vent et un froid intense après la tombée de la nuit ! Vive le réchauffement qui nous fait faire des économies de chauffage!

      • @Virgile
        Bonjour,
        C’est clair qu’il y en aura un. Il y en a eu un le mois dernier, qui a fait que 4 centrales au charbon ont été remises en route. Il ne faisait pas le froid hivernal.

  • Des ministres et fonctionnaires payés pour assurer l’approvisionnement et l’indépendance énergétique de la France, des industriels qui font miroiter, avec l’argent des autres, des solutions miracles, des voix qui s’élèvent pour dénoncer le scandale et proposer des solutions éprouvées, des politiques qui n’écoutent pas…
    Cela ne vous rappelle pas une certaine crise sanitaire récente?

    ,

  • C’est pas grave, en cas de surcharge on confinera les voitures électriques au garage. Enfin toutes les voitures comme avec le covid.

    • « ON » limitera le plein des voitures à la période d’été venteuse !
      À quand les véhicules avec 3 bouteilles de gaz butane/propane dans le coffre ?

  • ça va être coton pour les ceusses qui ont des bagnoles électriques …..la recharge des batteries se fera en pointillé… si mame borne est inquiète , on peut donc l’être aussi ;

  • Il faut une bonne dose de cynisme pour s’inquiéter de l’approvisionnement en électricité au moment où on ferme Fessenheim et où on se prépare à engloutir des dizaines de milliards dans des éoliennes totalement inutiles. Ce que les Français ne savent pas c’est qu’ils se verront imposer coupures de courant et délestages sauvages, avec un prix de l’électricité qui aura triplé. On leur imposera de se débrouiller (batteries, panneaux solaires) Dans dix ans la France sera l’Afrique.

  • Les économies d’énergie dans l’habitat passe peut-être par une taxation (j’aime pas trop les taxes mais…) des bailleurs (gros ou petits) taxation des loyers variables en fonction du coeff énergivore du local loué… ce qui inciterai (peut-être) ces bailleurs à faire des travaux d’isolation.

    • 1) Cela ne résoudra pas le problème de la fourniture électrique
      2) Oui isoler les locaux loués, mais pour que les gens investissent,il faudrait peut être arrêter de surtaxer l’immobilier

      • Oui ! Mais si l’on fait les stat des aides à l’isolation ce sont les propriétaires occupants qui en profitent pas les locataires qui pour certains vivent dans des taudis !
        Quant à surtaxer l’immobilier, l’État à supprimé (à tord) la taxe habitation mais laissé la taxe foncière (augmentée au passage par certaines communes) en fait ON fait encore payer les services à ceux qui ne les utilisent pas !
        Je pense donc que moduler la taxation des revenus des locations immobilières en fonction de l’isolation des moyens de chauffage serait un bon moyen de forcer les proprio à faire des travaux si nécessaire.

        • il n’y a pas à forcer les propriétaires à faire des travaux si nécessaire. le propriétaire doit rester le seul juge des travaux nécessaires, et il doit les effectuer avec ses deniers, sans subvention.
          si le locataire n’est pas content des prestations proposées par l’appartement, il s’en va pour mieux et moins cher ailleurs. si le propriétaire ne trouve plus de locataires, il trouvera tout seul l’idée de faire des travaux d’amélioration, inutile de le forcer.
          en 2008, quand j’ai acheté ma maison, j’ai isolé moi même le plafond de ma cave, 80 m2 pour environ 1 000 euros avec des panneaux de 5 cm en polystyrène.
          arrivent les isolations à 1 euros du gouvernement, j’ai tout arraché mon isolation de 5 cm pour qu’une entreprise vienne mettre le même matériau de polystyrène en 10 cm pour 1 euro, facture pour le contribuable 5 000 euros. n’est ce pas un gaspillage pour la nation ?

          • Donc vous admettez que ce système de primes fonctionne :-). Et que vous êtes un bon socialiste en faisant porter ces frais sur les autres. Bravo !

          • Vous avez monté vous même une isolation de 5cm, puis vous avez tout arraché pour passer à 10 cm pour 1€?
            Sachant que les pros n’ont pas dû essayé de faire un travail parfait, j’ai du mal à croire que vous soyez gagnant. A moins que votre travail laissé beaucoup à désirer..
            Rappel: le gain énergétique n’est pas proportionnel à l’épaisseur!
            Rappel 2: les trucs « gratuit c’est l’état qui paye », en général ça coute cher au contribuable et c’est de la merde pour le bénéficiaire…

        • Par pitié, pourriez-vous écrire « à tort » correctement ?

        • Je pense donc que moduler la taxation des revenus des locations immobilières en fonction de l’isolation des moyens de chauffage

          J’ai fait isoler mon logement sans l’aide de l’étatpapa et de gouvernemaman. R=3.45 à l’intérieur, plus la cloison.
          Je fait quoi? Je démonte tout pour prouver à ces trous du culs que mon logement n’est pas une passoire comme ces ordures aiment les appeler?

          Je vous préviens : plus ien ne se passera en fRance, sinon à minima. Aucun intérêt de faire un cheveu de plus que nécessaire.
          On se fait déjà assez enculer par des normes débiles poussant à la consommation. De l’électrique aux diagnostiques inutiles.
          Il y a du monde au balcon dans ce domaine.

    • Tous les logements ne peuvent isolés à la dernière norme écolo-bobo-socialope.
      Isoler implique VMC, double-flux. Dans les logements anciens, ce n’est pas possible, faute de place.
      Sans compter les classés ou l’on a pas le droit de faire n’importe quoi.

      On rase tout et on met les gens à la rue?
      Et si on laissait les propriétaires agir?

      L’état a assez fait de conneries dans ce domaine.

    • On ne parle pas d’économie d’énergie mais d’adaptation de la fourniture ELECTRIQUE à la demande.

      Inutile d’en rajouter une couche alors que l’on pointe déjà le désastre de la politique verte.

    • Si vous baissez encore un peu plus la rentabilité de location d’un investissement immobilier en taxant le bilan énergétique d’un appartement en location, le propriétaire ne fera aucun investissement d’isolation mais vendra le bien pour placer son argent ailleurs. Cela diminuera d’autant le parc locatif.

      Vous me direz qu’ensuite vous taxerez les propriétaires qui refusent d’investir dans l’isolation de leur propre résidence?
      Vous ne ferez que sanctionner ainsi les propriétaires peu argentés (considérés comme des « riches » selon la rhétorique socialo). De plus, ces derniers verront la valeur de leurs biens diminuer s’ils veulent vendre. Un succès comme toutes les mesures taxatoires étatiques.

  • Jerémy Lapurée
    21 juin 2020 at 9 h 43 min

    Doutes sur le tableau. Suis donc allé voir sur le site RTE. A la date du 1er mai 2020.
    1er constat : en journée, la production de l’énergie solaire n’est évidemment pas nulle
    2eme constat : sur toute la journée, y compris la nuit, la production éolienne est quasi constante, pour une puissance réelle d’environ 7000 MW ; ce jour là l’éolien a représenté 15 % de la production électrique.

    J’ajoute qu’à aucun moment des jours précédant ou suivant cette date, la production eolienne n’a été nulle. Et, pire ou mieux, en cliquant frénétiquement sur plein de dates prises au hasard, tout au long de l’année, je n’ai pu trouver de jours où celle-ci fut nulle…

    • Attendez l’hiver, c’est là que l’on va se marrer! Aujourd’hui on ne consomme pas beaucoup.

    • Consultez les rapports mensuels de RTE, vous verrez que le taux minimal de la consommation nationale couvert par l’éolien plafonne à 1% malgré son développement. C’est à dire qu’on ne peut guère compter avec certitude que l’éolien fournisse plus de 1GW alors quand la consommation peut s’approcher de 100GW.
      Donc il faut conserver des moyens de productions pilotables capables de garantir à tout moment une production en rapport avec la demande.

      • Jerémy Lapurée
        21 juin 2020 at 15 h 19 min

        Contrairement aux idées reçues, l’éolien est pilotable (et piloté).
        Par ailleurs la part de l’éolien dans la production électrique annuelle est de 6,3 % (bilan RTE 2019).
        Votre taux minimal de 1 % est trompeur.

        • Piloté, mais SUBVENTIONNé. Là est le problème.

        • C’est le pilotage du vent qu’ils ont oublié d’implémenter.

          (Hug a dit « pilotables capables de garantir à tout moment une production »)

        • Pendant la canicule de 2018, la part de l’éolien dans la journée (en particulier du 22 au 24 juillet par exemple), la puissance électrique fournie par l’éolien était, à certaine heures, inférieure à 0,6% de la puissance théorique installée; de mémoire un minima de 91MW sur les 14700 MW théoriques a été mesuré par RTE ).
          Dire que l’éolien est pilotable est une absurdité complète et dans les périodes anticycloniques, la production peut non seulement être voisine de 0 mais être très faible pour de larges zones géographiques; le fameux foisonnement est un mensonge des promoteurs éoliens pour essayer de masquer l’intermittence de la filière; il n’existe pas dans les épisodes climatiques qui posent justement problèmes que se soit en hiver ou en été!

        • Décidément quand on est borné on le reste! Que faites vous les jours sans vent ou trop venteux? Vous pédalez sur votre vélo?

        • Dans le cas présent c’est cependant le paramètre pertinent pour des énergies intermittentes. Il faut d’ailleurs noté que le problème se pose de la même façon pour une production éolienne importante (qui peut atteindre près de 70% de la puissance installée dans des conditions très favorables) mais dont personne n’a besoin; d’où les prix de marché pouvant devenir négatifs et qui engendrent des pertes financières énormes pour EDF, obligé de racheter en priorité l’énergie éolienne à un prix fixé à l’avance.

        • Dieu Eole obéi à EDF alors! C’est vrai qu’ils ont embauchés des prêtresses et font des offrandes… Et en plus le Giec nous prévoit des tornades (donc du vent), je salive d’avance à la pensée de ces juteux électrons qui arriveront dès que l’on en aurait intimé l’ordre.

    • Vous n’avez effectivement rien compris, dommage!

    • le jeudi 16 fevr 2017 de 10h45 à 18h30 0% d’éolien.

    • Suis allé sur RTE et n’ai trouvé que la production du jour. D’ailleurs celle de l’éolien à 12h30 n’est plus que la moitié de ce qu’elle était à 1 heure du matin!

  • Le fait de nous dire que nous n’aurons pas de problème est inquiétant dans la mesure où s cela suppose qu’il se pose ou se sont posés la question.

  • L’hydraulique , 25500 mégawatts en réalité 16000 MW donc il manque à l’appel 9500 MW !
    qui tienne à la séquestration des centrales par EDF qui ne veut rien lâcher de son monopole contre vents et marée en arguant tout et n’importa quoi, avec la menace sous-entendue de la grève tournante qui ne coûte rien aux malfaisants qui la provoquent.
    Les entreprises privées auraient tôt fait de régler ce genre de problème car leur tiroir caisse est la denrée la plus précieuse qu’ils aient, avec en face les « spécialistes » de la destruction des industries de toutes sortes qui se reconnaitront, ce qui compte c’est de s’accrocher comme des morpions aux secteurs financées par l’état, le reste n’étant pas leur problème.

  • Heureusement, les 150 clampins de la convention sur le climat sont en train de donner plein d’idées au président pour améliorer les choses !..

    • Pourquoi s’inquiéter, nous seront sauvés par des idéologues !
      Rassurez-vous Mme Borne, vous avez été préfète, vous savez bien que les préfets ont toujours « bien » agi dans le sens du progrès et dans l’intérêt du peuple ! Voyons cessez de vous faire des cheveux blancs, l’Etat est là pour imposer les bonnes et sages décisions ! En tous cas c’est ce qui est répondu à ceux qui emettent des doutes, à ceux qui doivent supporter les turbines H24X365J/AN subissant ainsi d’une part la ruine sur leur immobilier (la taxe foncière ne baisse pas de 30 ou 40 % comme la valeur du bien), et les nuisances d’autre-part !
      Nuisances niées bien entendu ! Comme l’amiante qui n’a jamais été nocive et autres péripéties ! Si les gens sont morts c’est qu’ils devaient mourir. Point.
      Que les EnRi ne servent qu’à enrichir les industriels et procuer des revenus confortables aux fonds de pension, c’est déjà beaucoup, on ne peut aussi leur demander d’être performantes, efficaces et propres…

  • Bonjour, je ne trouve pas les chiffres donnés par l’auteur sur le site eCO2mix. J’aurais voulu vérifier comment il était possible que des moyens de production installés produisent 0 Mw.

    • Jerémy Lapurée
      21 juin 2020 at 13 h 13 min

      Travail déjà fait par votre serviteur. Cf ci-dessus.
      Il me paraissait évident que la production électrique d’origine éolienne ne pouvait pas être nulle sur tout le territoire.
      Les chiffres du site RTE-eCO2 mix confirment absolument nos doutes.
      Le 1er mai, la production éolienne a été quasi constante pendant 24 h (et loin d’être nulle). Et je n’ai pu trouver aucun jour avec une production éolienne nulle…
      Idem pour le solaire : sa production n’est jamais nulle de jour, même au coeur de l’hiver.
      Les chiffres reportés dans l’article sont faux.

    • Edit : en relisant, j’ai compris l’hypothèse de l’auteur. La situation théorique la plus alarmiste : une nuit de janvier sans aucun vent sur 100% du territoire européen (le réseau électrique étant connecté aux pays voisins) tout en omettant de dire que la nuit, la consommation est nettement moindre qu’en journée. Autant dire que nous ne sommes pas loin d’un article « orienté », pour rester poli.

      • Le problème n’est pas là, l’hiver la nuit tombe à 17 heures mais le pic de consommation est de 18 à 21 heures lorsque les gens allument le chauffage, cuisinent et regardent la télé. Et là s’il n’y a pas assez ou trop de vent black-out.

        • Jerémy Lapurée
          21 juin 2020 at 14 h 14 min

          Ce qui est amusant, quand on regarde la liste des black outs passés, c’est qu’il n’y en a eu aucun dans la décennie écoulée en Europe ou Amérique du nord, alors meme que les ENR y sont bien montées en puissance. Et plusieurs auparavant quand celles-ci étaient quasi inexistantes.
          A un moment, il est utile de se raccrocher aux faits plutôt que de se livrer à de vains fantasmes…

      • Un black-out a déjà failli se produire, le réseau de distribution d’électricité français était au bord de la rupture le 10 janvier 2019, il ne fut évité qu’en coupant l’électricité aux entreprises en consommant beaucoup. En fermant des centrales cela sera inévitable!

        • Je connais cet évènement. Il faut alors lire ce qu’en dit RTE : « Le gestionnaire français du réseau électrique explique notamment cette baisse de fréquence par des problèmes réguliers entre le Kosovo et la Serbie et par « un problème technique sur les moyens de mesure du gestionnaire allemand sur l’interconnexion entre l’Allemagne et l’Autriche ». »
          Cet évènement a eu lieu à 21h.

          • Vous donnez effectivement l’explication de RTE qui ne va certainement pas dire que l’origine du problème vient d’abord de la chute drastique et brutale de la production éolienne allemande au cours du 10 janvier 2020.

      • Prenez le temps de bien consulter le site eco2mix (production et consommation), vous verrez qu’en hiver la pointe de consommation du soir autour de 19h est souvent supérieure à la pointe (plutôt une large bosse en fait) de journée mais ne peut pas compter sur le solaire et ne peut compter avec certitude que sur quelques centaines de MW (si le vent n’est pas de la partie) alors que la consommation dépasse généralement 70GW.

      • Faux, la nuit on consomme aussi pour le chauffage, les appareils électro-ménagers qui tournent en heures creuses, les chauffe-eau, la télévision (la nuit tombe tôt en hiver et dure longtemps), donc article orienté ? Ou ne seriez-vous pas un de ces bobos qui rec hargent sa trottinette parisienne la nuit et est complètement déconnecté des réalités ?
        Et l’aspect sanitaire désestreux qu’en faites-vous ? Vous passez la ruralité par pertes et profits ? Pertes pour eux, profits pour ces rapaces de l’éolien ? Vous êtes-vous déjà imaginé vivre dans une maison invendable ? Mais en continuant à payer un foncier plein pot ? Tout en ne pouvant jamais vous reposer dedans ? Tout en renonçant à inviter des amis pour faire un barbecue ? ou prendre vos petits enfants en vacances pour ne pas leur détruire le cerveau à coups d’infrasons + de radiofréquences qui pilotent ces turbines ? (et n’allez pas ricaner sur les infrasons ! chez moi ils ont été mesurés pendant 3 semaines par un cabinet acoustique et le préfet let a Dréal les reconnaissent, mais : « ils sont en dessous du seuil de l’audition ! » et oui, on trouve des rigolos partout ! sauf que certaines personnes hyperesthésiques les entendent, elles, les infrasons ! et que les entendre n’est qu’un des aspect des nuisances ! Les infrasons qu’ils soient audibles ou pas par la victime, bombardent son organisme avec la même ardeur et régularité !
        L’éolien c’est du vent ! et c’est aussi un moyen de torture déjà utilisé par les nazis, Gavreau et Tesla se sont bien amusés aussi, mais en ont vu les limites…. létales !

      • En Janvier, la nuit tombe à 17h30 et la production solaire est nulle en fin d’après midi. Donc l’auteur se place à juste raison dans le cas le plus défavorable ou il y aurait une période anticyclonique bien établie (donc très peu de production éolienne ni de foisonnement ). Cela signifie bien une production quasiment nulle solaire et éolienne au moment du pic de consommation vers 19h C’est effectivement des circonstances qui heureusement sont assez rares mais qui peuvent survenir avec une probabilité non négligeable.
        L’auteur a eu le tord de prendre une date particulière le 1er mai qui n’apporte rien à sa démonstration. Il suffit de considérer les puissances installées dans la première colonne et pour les puissances réellement disponibles de façon certaine cet hiver dans la seconde. Dans ce cas ce sera bien potentiellement 0 pour les énergies non pilotables et sans doute moins que les 59 GW annoncées pour le nucléaire du fait des retards de maintenance et en grande partie à une gestion pour le moins curieuse du parc par les autorités responsables (est-ce un hasard?)

    • Jerémy Lapurée
      21 juin 2020 at 15 h 23 min

      Dites nous plutôt où vous avez pêché vos chiffres de zero eolien et zero solaire pour la journée du 1er mai 2020…

      • quand on se place dans un perspective de black out…il suffit en général de mettre le système en surcharge à un instant t ..

  • La petite bête
    21 juin 2020 at 15 h 26 min

    Et c’est là qu’on va comprendre l’ «intérêt» du compteur Linky…

    • J’en n’ai pas (à cause de ça).

      Mais même ainsi, ils sont capables de se faire surprendre et de laisser écrouler tout le réseau : pratiquer des coupures serait avouer le problème.

      La dernière fois – il y a 30 ou 40 ans ? – il a fallu plusieurs jours pour relancer. On pourrait penser qu’ils ont fait des progrès, mais s’ils ont les chocottes ce n’est probablement pas le cas.

      Il faut que j’achète un onduleur pour au moins alimenter le générateur d’étincelles de ma chaudière gaz !

      • à Alan : apprenez aussi à couper du bois, faites provision de bougies, et d’un camping gaz ! Avec les bougies apprenez à faire des ombres chinoises pour distraire les enfants privés d’école ! Pendant que vous y êtes faites donc des provisions aussi ! (sauf si vous possédez un congélateur car alors il faudra vite épuiser vos réserves !)
        Moi j’attends ce black-out avec une grande impatience car seule une grosse expérience de confinement généralisé pourra faire comprendre aux ânes qu’ils se sont gourrés ! Sinon, rien à faire.
        Dommage que le Covid ait préparé le terrain du confinement, cela nuit à l’effet de sidération qui se produirait sans cette ecpérience.

    • Je crois d’ailleurs que c’est son seul véritable intérêt!

  • On peut avoir des black out dès l’été (centrales nucléaires en maintenance, pas de vent, fortes chaleurs (clim))…
    pour ceux qui sont en habitat isolé, prévoir un groupe électrogène.

  • On savait bien qu’il y avait un problème avec les voitures à batterie électrique en hiver: le chauffage….

  • Les pénuries de tout ce qui est utile comme l’overdose de tout ce qui est nuisible vont devenir monnaie courante car les Français souhaitent que le pays s’enfonce dans le socialisme.. Donc pas de soucis, c’est la normalité dans un pays socialiste. Soyons fous, fermons une seconde centrale nucléaire…

  • Cet article ne tient pas compte de l’apport énergétique procuré par la destruction de masques aux dates de péremption dépassées. C’est pourtant ce qui s’est produit en janvier dernier en même temps que l’on retirait la chloroquine de la vente libre.
    Il serait aussi possible de garder les vieux billets de banque pour les flamber en période de crise.
    Au fait l’argent gratuit est-ce que ça brûle? Parce que là, on serait sauvés…

  • Ah, la question énergétique de l’électricité !
    Il y a longtemps que je n’étais pas intervenu sur ce site…

    Pourquoi ergoter sur tel ou tel chiffre ou telle (ir)responsabilité ?
    On n’en a rien à cirer des circonstances : en (bon ?) libéral, je me pose une seule question : va-t-on ou pas dans le mur ? La lecture quotidienne de Contrepoints me convainc de plus en plus que « La France est foutue ». Et comme ils ont viré les étrangers du beau pays (le Monténégro) où je passais une large et durable partie de l’année, il me fallait bien qu’ici en France je vienne prendre mes responsabilités (un terme et un concept ignoré par les petits marquis qui nous gouvernent).

    Depuis le mois de février de cette belle année 2020, j’ai fini par comprendre que :
    – les Français ont élu des gens d’un incompétence rare (comment en sont-ils arrivés là est une autre question …)
    – à partir de là, et puisque la puissance publique est défaillante, la solution libérale (je résume : je prends mes responsabilités et me débrouille seul) est la seule valable

    Comme je suis un vieux c…, excellent bricoleur, retraité, vivant en campagne dans la France profonde, je me suis alors demandé quels étaient les domaines confisqués par le régalien et qui ME concernaient ? Et sur lesquels je pourrais agir !
    – 1. ma santé (tout va bien, merci, pour le moment) : un petit voyage d’agrément en Tunisie (bons hôtels et prix modérés) à la fin du déconfinement m’a permis de me constituer à peu de frais une provision convenable de Plaquén.l et d’Azithromyc.ne, valables jusqu’en 2022. [Bon, je sais, Raoult est peut-être dans l’erreur, mais je préfère un truc qui fonctionne “peut-être”, que rien du tout dont je suis certain que cela ne fonctionne donc pas]
    – 2. mon approvisionnement : un grand jardin, un poulailler, des réserves, deux grands congélateurs. Je peux tenir jusqu’à un an en stricte autonomie (je peux me passer de pain, mais pas de confit de canard).
    – 3. Ma consommation électrique, pour en venir au sujet de cet article.
    Eh oui ! J’ai pensé dès l’annonce de la fermeture de Fessenheim qu’on allait vers un big problème. D’où l’estimation des besoins (besoins hivernaux, quand je consomme le plus) : pompe de la chaudière (à gaz, cuve de 1,5 t. = 2 ans d’autonomie / sinon, il y a le grand poêle à bois) (250 W), congélateurs et réfrigérateur (750 W), ordi, télé et décodeur satellite (320 W), éclairage minimal (350 W). Total = 1670 W.
    D’abord, regroupement de ces seules lignes sur mon tableau électrique sous un seul disjoncteur, puis achat d’un groupe électrogène relativement silencieux (59 db, ce qui est peu de chose au bout du jardin avec pas de voisins) de 2500 W (pour avoir de la marge), avec une autonomie de 12 heures (quand le jour se lève, j’irai recharger) et un système de démarrage automatique.

    Je sais : suis-je d’un égoïsme profond ou un libéral asymptomatique ?
    Mais les Français qui ont élu ces incompétents (mais des c.ns péta.t de vanité et de suffisance) n’ont-ils pas ce qu’ils méritent ?
    Un sourire pour terminer ?
    Lorsque j’ai vu que Biden allait être élu (et pire encore sa colistière), j’ai suggéré à mes amis, vivant dans l’Utah, de m’imiter : grand éclat de rire, car au printemps 2020 ils se sont « mis en autonomie », eux aussi !
    Vive le libéralisme !

  • Je rajouterais: les socialistes…. »qui ont de plus en plus besoin des voix des écolo-gauchistes »…

  • Cet article montre une fois encore la totale incompétence de nos dirigeants en matière industrielle.
    On peut là parler aussi de cynisme, tellement leurs décisions sont lourdes de conséquence.
    On promeut, à grands coups de subventions, les véhicules électriques alors qu’il est évident que l’autonomie ne sera jamais au rendez-vous et qu’il faudrait tirer des lignes électriques gigantesques pour permettre une charge rapide de ces véhicules.
    Un article de Contrepoints démontrait qu’il faut une puissance de 2MW pour recharger un véhicule en 5 min.
    La filière hydrogène, qui bénéficie de 2 milliards d’euros de subvention, est également vouée à l’échec en raison des nombreux problèmes de sécurité que posera l’utilisation de l’hydrogène en milieu domestique.
    Ce n’est pas de Gaulle que notre gouvernement devrait célébrer mais Pétain, tellement il est fasciné par le fameux modèle allemand dont on ne peut pas dire que ce soit un exemple à suivre en matière énergétique.

    • La filière hydrogène, en tout cas dans l’état technique actuel, sert de caution aux promoteurs de la filière éolienne pour minimiser un peu leur défaut majeur qui est l’intermittence. En gros l’argument est qu’importe l’intermittence puisque l’énergie produite servira toujours à faire de l’hydrogène vert même si celui-ci est produit avec un très faible rendement et à un coût prohibitif.

      • Autrement dit : ce n’est pas assez cher, rendons le encore plus cher.
        Bientôt, les JO du 100 m steeple sur la tête ❗

  • Il est évident que si on dispose de trois ou quatre petites centrales a charbon en bon état capable de fonctionner encore 20 ans il faut être le dernier des imbéciles pour décider de les détruire, et c.. absolu si on risque d’en avoir vraiment besoin un ou deux mois par ans. Jacques Prévert quand il a écrit son magnifique poème n’aurait jamais imaginé qu’il soit Pompilisé.

  • »Il n’y aura pas de black-out », a insisté M. Brottes. »

    Il a raison : il y aura un white-out, non mais ❗ :mrgreen:

  • Ayez confiance en l’Etat : il n’y a pas une taxe qui ne soit une réponse à tout problème!
    Spoiler : devinez pourquoi la TIPP a changé de nom en TICPE?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la décision du gouvernement de remonter de 20 TWh l’Accès Régulé à l'Électricité Nucléaire Historique au profit de ses concurrents directs, l’État privera EDF de 8 milliards de recettes qui viennent s'ajouter aux 14 milliards qu'il a déjà mis sur la table depuis septembre pour rendre presqu’indolore l’accroissement des prix de l’énergie devenus fous depuis l’été 2021. Générosité envers les plus démunis affirmeront les uns, câlinerie électorale à trois mois de la présidentielle chuchoteront les autres. Le « quoi qu’il en coûte » ... Poursuivre la lecture

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

La Commission européenne a un mérite, celui d’avoir fait céder la France sur l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence en mettant fin au monopole d’Engie et d’EDF. Cependant, la Commission est restée très souple. Elle a temporairement autorisé le maintien de dispositifs de régulation. Ainsi, en France l’énergie est dans un entre-deux (en partie libéralisée, en partie régulée). Ce système montre de plus en plus ses limites dans un moment de hausse exponentielle des prix. Il est... Poursuivre la lecture

Conjugué avec l’arrêt politique des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim en 2020 et l’arrêt inopiné pour contrôles techniques de cinq autres réacteurs, le retard de livraison de ce premier EPR en France entraine un risque de sous-capacité de production d’électricité cet hiver.

Un avenir nucléaire ou non ?

À l’heure où les Français s’interrogent de plus en plus sur l’avenir énergétique de leur pays et sur les coûts du gaz et de l’électricité, le nucléaire s’invite dans la campagne présidentielle.

Sur fond de changement cli... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles