Chiffres du Covid : positivons un peu !

Les chiffres du Covid sont plutôt stables, voire même en amélioration si on regarde les taux de positivité, d’incidence et le R0 qui sont tous sur une tendance baissière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Macau Photo Agency on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chiffres du Covid : positivons un peu !

Publié le 9 novembre 2020
- A +

Par Gérard Maudrux.

Depuis plusieurs jours, on nous donne une vision apocalyptique d’une épidémie hors de contrôle. Nous sommes passés d’un rythme de 40 000 nouveaux cas à 60 000 et même 80 000. Normal, puisque avec les nouveaux tests, on teste deux fois plus qu’il y a 8-10 jours.

C’est donc plutôt stable, voire même en amélioration si on regarde les taux de positivité, d’incidence et le R0 qui sont tous sur une tendance baissière.

 

Nous sommes peut-être sur le sommet voire le début de descente d’une cloche qui a amorcé cette tendance juste avant le confinement. Toutefois comme une hirondelle ne fait pas le printemps, le/la Covid peut encore nous jouer des tours, ce ne sera pas la première fois. À suivre pour confirmation, mais je préfère un message optimiste.

Un autre indicateur est tout aussi sinon plus intéressant, car concernant les cas positifs annoncés quotidiennement, il s’agit d’un décompte de tests positifs, pas d’un décompte de malades. Le nombre de malades est peut-être en train de diminuer.

On vous a expliqué que le problème actuel est le nombre de places en réanimation, qui a justifié le confinement. On vous donne le nombre d’entrées en réanimation chaque jour, mais moins le nombre de sorties.

Par exemple hier, 394 patients ont été admis en réanimation, mais 315 en sont sortis, le solde est donc de 79 lits supplémentaires occupés.

Il n’est pas question de minimiser le flux tendu d’occupation en raison du manque de lits, mais d’essayer de prévoir ce qui va se passer dans les jours, les semaines à venir (avec le/la Covid qui déjoue les pronostics).

Or le solde journalier, voire les entrées, ont des courbes depuis 15 jours qui sont franchement en forme de cloche (nb : les ronds sont le total, voir les barres)

Sur la période du 26 octobre au 7 novembre, pour les 5 premiers jours, il y a eu 802 admissions supplémentaires en réanimation (195, 148, 127, 111, 221, soit un rythme de 160 par jour), pour les 5 derniers jours 601 (148, 211, 141, 101, 79, soit un rythme de 120 par jour.

Restons prudents quand même, je le répète pour ne pas donner de fausse joie, une hirondelle ne fait pas le printemps.

Je signale toutefois que ces chiffres de réanimation, entrées et sorties, concernent des patients contaminés il y a 2 à 4 semaines, ils devraient donc théoriquement doubler sous 15 jours, les courbes en cloche actuelles étant contradictoires.

Si cette tendance persiste, est-ce que cela signifie que les médecins se mettent enfin à donner autre chose que du doliprane pour éviter ces passages trop nombreux en réanimation ? Réponse sous 15 jours avec le remplissage des réanimations, et dans 2 mois pour la publication des chiffres de boîtes prescrites.

Le confinement est sans effet sur les contaminations actuelles vu le nombre croissant, ni sur ces chiffres de réanimation en raison du décalage. Si l’amélioration de toutes ces données se poursuit, elle aura été amorcée juste avant le confinement, qui ne peut avoir d’effet la première semaine.

À suivre, en espérant que la tendance se confirme et ne s’inverse pas.

Sur le web

Voir les commentaires (95)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (95)
  • Voilà bien longtemps qu’on sait que des indicateurs comme « le nombre de cas » où le « taux d’incidence » sont vérolés, manipulés et ne permettent en aucune façon de suivre l’évolution de l’épidémie. Même des paramètres plus fiables comme les hospitalisations ou les passages en réanimations (intégration des soins intensifs ? type de traitement administré en réa?) doivent être pris avec des pincettes.
    Le pouvoir a largement fait la preuve de sa capacité à manipuler les chiffres pour justifier des décisions politiques – et il n’est pas prêt de cesser de le faire.

    • En fait je ne vois pas tant de « manipulations » de chiffres que ça…

      On a pas de bon suivi épidémique , c’est certain, le gouvernement donne des chiffres qui font peur , c’est aussi vrai et les communique POUR faire peur .. mais manipuler signifierait que le gouvernement va donner de faux chiffres et ce intentionnellement.
      Reste que des tas de gens rappellent que ces chiffres sont à prendre avec des pincettes.

      Le simple fait de voir des cas négatifs indique fortement à mon opinion que ce ne sont pas de « faux chiffres » mais une comptabilité de nature bureaucratique..

      Mais soit, pouvez vous donner des preuves de cette « manipulation »? Ou vous êtes encore dans le biais de confirmation?

      Et on va le répéter, la justification invoquée est le débordement hospitalier, rien de plus…

      • Les chiffres de la délinquance, du chomage, des finances publiques sont peut être « manipulés » mais le problème de fond est que vous semblez croire que c’ets facile de mesurer certains phénomènes..
        ben non…

        alors allez y monsieur lenormand, quelle méthode utiliseriez vous pour suivre l’epidémie? ou quels nombres donneriez vous?

        Je crois moi que c’est l’inverse, une transparence de chiffres insignifiants et quasiment non exploitables.

        • Le nombre de réa était un bon indicateur au printemps. Il ne l’est plus: sont placés en réa des gens qui ne devraient pas y être

          + marquage « Covid » abusif de tous les patients hospitalisés.
          Il faut que les chiffres justifient les mesures prises.

        • Tout est une question d’angle d’analyse des chiffres.
          Manipulation des chiffres ne signifient pas forcément donner de faux chiffres. La preuve dans les chiffres données par les violences policières sur les minorités…

      • jacques lemiere :  » mais manipuler signifierait que le gouvernement va donner de faux chiffres et ce intentionnellement. »
        1/Amalgame entre cas et malades
        2/Oublier le taux de tests faux positifs (parfois 40%, une paille)
        3/Amalgame entre décès par covid et décès autre, avec covid+
        4/Inciter les hôpitaux et les epahd à ratisser large dans les causes de décès.
        J’en passe et des meilleures. De tels comportements délictueux devraient être réprimés par la loi, mais c’est eux qui l’appliquent.

    • Quand on fonce dans le mur (saturation hospitalière) et que ça commence à freiner (dérivée seconde négative au 25 octobre), on peut croiser les doigts en priant le ciel que ça s’arrange juste à temps, ou on peut sortir les aérofreins en secouant tout le monde.
      Ceux qui attendent la place de calife auront tout loisir d’épiloguer sur les erreurs qui ont amené à cette panique (et dieu sait s’il y en a), mais pour l’instant on négocie la tempête tant bien que mal. De toutes façons les virtuoses du yakafoconlauraitfallu tireront les marrons du feu.
      Je ne vois pas du tout ce que le « pouvoir » aurait à gagner à instaurer un état d’urgence irréversible; il ne fait que patauger dans une incompétence acquise de longue date pour les raisons qu’on connaît.

  • La largeur caractéristique sera typiquement associée au nombre de contagions necessaires pour atteindre des populations conséquentes, il n’y a pas à attendre de courbe en cloche « a priori » sauf localement dans une population qui interagit.

    Ceci dit comme l’epidémie est maintenant partout..même dans les zones rurales, on peut le penser ..
    mais même si l’epidémie est synchronisée il y a une montée rapide puis une traine. clairement dissymétrique..

    Dans le monde moderne les villes se synchronisent car il existe des échanges importants de population entre elles..et les villes représentent souvent l’essentiel de la population..
    mais vous pouvez regarder le brésil, l’inde, la russie pour vous donner un image plus vaste de la dynamique.
    on peut regarder les chiffres que donnent l’iran aussi..

    .

    • les usa..oui ce sont de « grands « pays mais justement on peut y voir la désynchronisation et l’arrivée des épidémies dans des populations indemnes de façon plus claire.

  • ben quand on voit de telles annonces :  » le bilan continu de s’alourdir en France  » ou  » les transferts de patients s’accélèrent en France « , ça va être dur pour les peureux de positiver ; un pays qui s’en sort bien , la Finlande , mais là bas les citoyens ne sont pas confinés …..comme quoi ….

    • La Finlande qui avait pris des mesures au printemps et qui ne connait pas de 2ème vague justifiant un confinement.
      Et pour avoir vécu 4 mois en Finlande, je peux vous assurer que la promiscuité est un mot totalement étranger aux Finlandais… L’espace entre 2 personnes même amies est GRAND, que ce soit lors d’une conversation ou en attendant le bus.

      • Voilà, il faut diminuer la densité pour enrayer la contagion: tous en Lozère !
        Et fin des allocations familiales.

      • « ou en attendant le bus »
        Et ça doit être des grands bus à 4 places …

      • Le confinement ne sert à RIEN. Dans un pays sensé, on confine les malades. Chez les fous, on confine les bien-portants.

        • « on confine les malades »

          Non, on confine les contagieux, et comme on ne sait pas qui est contagieux …

          • Eh bien, on fait des tests systématiques (cela s’est fait dans certains pays/régions), et on évite de confiner des bien-portants. Avec votre raisonnement, on confine la population toute l’année, puisque des virus potentiellement mortels, il en circule toute l’année.
            Autre point : tout porte à croire que les gens les plus malades sont aussi les plus contagieux (charge virale plus élevée), donc confiner des gens asymptomatiques n’a à peu près aucun sens, si ce n’est de détruire l’économie et la confiance.

            • <em"Eh bien, on fait des tests systématiques"

              Tout à fait et c’est pourquoi j’ai déjà proposé ici-même de s’inspirer de la Slovaquie.
              Et je maintiens qu’il faut trouver et confiner les contagieux sans attendre qu’ils soient malades.

              • Nous sommes donc d’accord sur le fond ; il n’empêche, avec le confinement à la française, on confine essentiellement des bien-portants, c’est factuel.

  • Enfin un matheux (comme moi) ou du moins quelqu’un qui a l’esprit rompu aux chiffres. J’ai exactement la même réaction

    Par ailleurs je ne comprends pas l’accusation fréquentes du bidouillage des chiffres par « le gouvernement ». Nous sommes pour une fois dans une situation où nous en savons autant que tous les responsables. C’est-à-dire pas grand-chose.

    Donc pourquoi tant de hargne ?

    • hargne contre le gouvernement ?
      Parce qu’il a déjà menti, parce qu’il fait crever les entreprises avec son confinement.

    • « Nous sommes pour une fois dans une situation où nous en savons autant que tous les responsables. »

      Si le gouvernement n’en sait pas plus que moi, je suis vraiment inquiet !

    • Au débotté : rien que les 500 et quelques morts la veille annoncés par Macron la semaine dernière, ou encore l’apocalyptique chiffre de 400.000 morts si on ne confinait pas la population – et des articles ont été écrits qui démontaient le discours présidentiel et ses multiples mensonges, directs ou indirects – montrent que nous avons affaire à des menteurs pathologiques, désolé.
      Que dire des masques inutiles en mars, et obligatoires actuellement ? Des tests ?
      Des gens qui mentent comme ils respirent ne seront sûrement pas gênés de falsifier quelques stats ici ou là. Du reste, concernant la mortalité, la meilleure (moins mauvaise) source est l’INSEE et ses courbes de mortalité générale, qui montrent que le Covid a fait moins de victimes qu’annoncé par le gouvernement.

    • Est-ce de la hargne, ou du désespoir ? à Paris, des restaurateurs jettent leurs clés au sol : https://www.youtube.com/watch?v=1frQfcCF9bY

  • on n’a pas fini d’àvoir des vagues avec la multitude des mutations.. Et dites adieu à un vaccin, un mutant n’immunise que pour lui même pas pour les autres.nous l’attraperons tous, certains survivront naturellement, d’autres pas sans l’aide de médicaments d’oxygène ou d’intubation.

    • Oui, jusqu’à ce que le coronavirus se transforme en rhume plus ou moins saisonnier comme les autres coronavirus connus ou disparaisse sans laisser de trace faute de réservoir humain. La probabilité d’un vaccin est faible : il arrivera trop tard, avec trop peu d’effet.

      • Pour bien comprendre l’enjeu, Pfizer vient d’annoncer que son vaccin « prévient 90% des infections au coronavirus » et « qu’aucune inquiétude sérieuse n’a été identifiée ». Dans la foulée, l’ensemble des marchés mondiaux (actions, pétrole…) a gagné environ 5% en quelques minutes, panique haussière inédite par sa rapidité et son ampleur à cette échelle. Il faut se représenter la montagne colossale d’argent mobilisé que représentent 5% de gagnés en moins de 30 minutes, uniformément, sur l’ensemble des marchés de la planète, marchés qui étaient déjà sur leurs sommets historiques (pas le pétrole toutefois). Voilà le résultat de plus d’une décennie d’injections monétaires de folie aux USA, en Chine, en Europe et ailleurs. Il existe une masse monétaire insensée, sans rapport avec la richesse effectivement produite, imprimée aux dépens de la population mondiale alors que cette masse apparaît désormais incontrôlable.

        Accessoirement, il faudra que Pfizer explique longuement comment l’absence d’effet secondaire pourrait être garantie en si peu de temps, sans aucun recul, histoire d’éviter que son produit miracle ne fasse finalement plus de morts que le virus lui-même.

        • Je ne suis pas sur que l’excès de monnaie (que je considère comme nocif tout autant que vous) soit responsable de la hausse brutale des actions. Si acheteur et vendeurs estiment que le bon prix est 10% plus haut, cela peut monter de 10% sans beaucoup d’échanges. Ce que l’on voit plutôt c’est un comportement moutonnier et beaucoup d’illusions (les spéculateurs à court terme ne sont pas des aigles) sur un vaccin miracle. Mais peut être certains plus avisés que d’autres ont il déjà vu que l’épidémie s’essoufflait naturellement et que les gouvernants ne pourraient pas éternellement maintenir le couvercle. L’économie est hélas très sévèrement touchée et le cortège de faillites et de chômage qui s’annonce risque de doucher un optimisme irréfléchi.

          • A partir du moment où l’argent est fourni gratuitement en flux continu et par contrainte, la panique haussière ne relève plus d’un comportement moutonnier (ce qui laisserait penser à une certaine indépendance des opérateurs), plutôt d’un comportement prisonnier. Tout le monde sait que c’est un suicide mais tout le monde saute quand même. Contrairement aux traders, les moutons ne savent pas qu’ils se suicident quand leur troupeau se jette dans le vide.

            Pour tout dire, une telle hausse panique pue la fin, la fin de la décennie du plus vaste mensonge financier jamais imaginé.

            Sinon, bien d’accord avec vous.

        • Bonsoir Cavaignac,
          Si vraiment le vaccin Pfizer est efficace à 90%, il ne faut surtout pas vacciner tout le monde: même avec un R0 de 2, il suffirait de vacciner 45% de la population pour éteindre l’épidémie.
          Cette modération serait d’autant plus conseillée que, comme vous le faites remarquer, on n’a aucune idée de la sécurité de ce vaccin dont les effets délétères peuvent mettre très longtemps à apparaître (c’est bien pour cela que c’est si long à mettre au point).
          Il faut vacciner avec modération, et de préférence les autres (pour éviter le virus ET le risque vaccinal).
          Et d’un point de vue boursier, l’argument de l’efficacité est à double tranchant: plus c’est efficace moins il faut en commander.

    • On parlait à juste titre d’immunité croisée avec d’autres coronavirus (ceux du Sars ou des rhumes).
      Par ailleurs, les re-contaminations seraient très rares (env 1 cas pour 1 million) et le plus souvent moins graves au 2ème coup.
      Donc il y a bien un effet protecteur à une infection à coronavirus. Comme pour la grippe.
      Le vaccin, tout comme l’immunité collective sont des solutions. Si on trouve un vaccin sûr, bien évidemment.

  • Le catéchisme officiel n’a rien martelé du tout de l’été, et les Français ont compris qu’ils pouvaient se biser à l’envi, du moment qu’ils ne faisaient pas eux-mêmes partie des « plus vulnérables ». Les jeunes ont même compris que s’ils avaient la chance d’attraper le virus, ils pourraient faire fermer leur collège ou leur lycée. Quand on se souvient de ce qu’on aurait fait à leur âge avec une possibilité aussi merveilleuse…

    • Je ne vous le fais pas dire concernant les fermetures de collèges/lycées… concernant les études supérieures, c’est clairement autre chose, des retours de bâtons existent (exclusion du campus en cas de soirée, recrutement de police privée « des vigiles »

  • Pour justifier le confinement, le gouvernement promettait qu’il y aurait 9000 personnes en réa à la mi-novembre, quoi qu’on fasse. Les modèles étaient formels, les prévisions imparables.

    Juré, craché.

    Rarement un gouvernement aura à ce point réussi l’union nationale… contre lui.

  • Oui, mais ke goyvernement n’a que faire de la réalité: il la fabrique pour justifier un scénario prévu. D’ailleurs, il n’y a qu’à constater comment il préfit des semaines à l’avance l’évolution virale….
    Un confinement dur est prévu en début d’année, après une petite largesse pour Noël. Les tirtionnaires utilisent toujours ce genre d’alternance pour maintenir leur mainmise sur leur victime.
    Rien que les chiffres de la mortalité générale auraient dû mettre fin à cette crise depuis longtemps. Si la population en avait eu connaissance…

  • Ce gouvernement joue de malchance. Le retournement épidémique a précédé le confinement de quelques semaines. Pas plus que lors de la première épidémie, il n’y aura pas moyen de démontrer la moindre efficacité de cette politique pour les obsédés de l’assignation à résidence, les pervers de l’internement collectif à ciel ouvert, les vicieux amateurs de ravages économiques. Caramba, encore raté !

    Pendant ce temps, la Suède démontre brillamment la pertinence de sa politique, en réalité de LA politique, nécessaire et suffisante, qu’il convenait d’appliquer. On va bientôt pouvoir mesurer précisément et comparer à bon droit les dégâts économiques des décisions politiques ineptes, les dettes inutiles accumulées, les entreprises en faillite arbitraire, les chômeurs et les pauvres supplémentaires, les suicides en plus, les malades non soignés…

    On pourra suivre avec intérêt les courbes de mortalité, pratiquement inchangées en 2020 mais qui risquent de partir à la hausse en 2021 et 2022, conséquence des décisions irresponsables de cette année catastrophique.

    Tous ces dégâts étaient purement politiques, pour un effet sanitaire complètement nul, le pays du prétendu meilleur système de santé au monde ayant enregistré beaucoup plus de morts que les pays comparables. Et il faudra des années pour s’en remettre.

    • Tout a fait d’accord. La première vague a faibli bien avant le confinement et la vague secondaire actuelle faiblit aussi avant que confinement ait pu avoir son supposé effet sanitaire. Il ne faut pas oublier qu’il y a un décalage de près d’un mois entre les contaminations et les décès. Et que même les contaminations détectées sont en fait des contaminations qui ont pu avoir lieu un mois plus tôt car on reste positif détectable (même si non malade et non contagieux) pendant assez longtemps avec les tests PCR.
      https://jcbwordpresscom.wordpress.com/

  • à 10 heure je viens de trouver les chiffres décès de INSEE jusqu’à 26.11. =45763. J’éstime à 55000 pour mois complet, donc ~+10% sur autres mois d’octobre, mais bien moins que pique d’hiver courant. Jan 2017 =68000

  • Juste un point de détail sur les réanimations. Si l’on compte les admissions en réa sur les 5 jours de la semaine, pour éviter les effets pervers du week-end, on obtient 357+431+372+395+422=1977 soit 395 par jour pour la dernière semaine d’octobre, et 430+469+540+447+434=2320 soit 464 par jour pour la première semaine de novembre. Pas aussi rassurant que vous le dites !

    • Ce qui n’est pas rassurant, c’est la manière dont on définit et collecte les indicateurs.

      Du fait de la nature « exponentielle » (comme dit Mr Jourdain) du problème, on ne peut avoir une information « utile » sur l’évolution qu’avec une grande précision dans les données (variations quand les chiffres sont encore faible).

      On se fiche bien de ce qui se passe à un instant T alors que c’est la date de contamination qui importe. On ne peut pas savoir avec des données remontant à plusieurs jours (collecte et moyennes) des effets d’événements datant de 15 jours (contamination) si une mesure telle que le confinement est utile, inutile ou aggrave le problème. Surtout alors que les « mesures » s’enchaînent chaque jour avec des délais effectifs variables de mise en pratique, que la météo change, que la lassitude s’installe et que les poulets sans tête tourner en rond.

    • En temps normal, il y a en moyenne environ 1800 morts par jour en France. On peut sans effort étiqueter certains « covid » pour gonfler les chiffres. Un Cerfa ne résume par la réalité.

      Le Cerfa devrait au moins donner une image fidèle, mais bon, avec l’expérience de la vitesse systématiquement accusée de tous les maux sur les routes, plus personne n’ignore que la falsification de la réalité par Cerfa interposé est aisée et que la falsification est devenue un réflexe pavlovien du pouvoir.

      A chaque sujet sa falsification statistique. Jusqu’aux élections…

  • La première vague s’est arrêtée à peu près partout en Europe en même temps, quelles que furent les mesures prises. Le confinement a sans doute eu un effet sur la hauteur de la vague, pas sur sa durée (2-3 mois).
    Il en sera probablement ainsi pour la 2ème.
    On peut ainsi espérer une accalmie en janvier février. Et craindre une 3ème vague en mars…

    • Et vous qu’il en a encore trop été fait dans le système hospitalier puisque seule une vaguelette pouvait survenir aujourd’hui ?

  • Pour produire quelques dizaines de points et mettre en évidence le boson de Hill, le CERN utilise un détecteur de 7000 tonnes, 22 m de diamètre et 40 m de long. (Plus des calculateurs extrêmement puissants pour analyser les milliards de données).

    Il faut leur envoyer notre ministre spécialiste en détection de virus pour optimiser.

  • Veran est cynique.
    Les autorités ont été en dessous de tout pour protéger nos aînés.
    Accréditer l’idée que le nombre de morts dans les Ephad est surestimé permet, en subliminal, de relativiser leur incurie…

  • Si vous avez des proches dans un ehpad, qu’ils vous affirment avoir été testés chaque semaine, que vous les avez même vus se faire tester à la télé dans un reportage qui sera peut-être, faute de pouvoir leur rendre visite, la dernière image que vous aurez d’eux, et que ces proches vous affirment au téléphone que la plupart de leurs co-pensionnaires sont positifs et que 10% sont décédés alors que le dernier souvenir que vous en aviez leur donnait bien quelques années d’espérance de vie, … vous aurez tendance à penser que les contestations envers Olivier Véran sont peut-être justifiées, mais que les contestataires ne valent pas mieux.

    • -1 ?
      Il y en a un qui ne voit pas que ce cas personnel est en fait symbolique de ce qui détermine l’électorat, et explique l’échec à renverser le pouvoir.

  • Le problème c’est qu’ils vont dire: si le nb d’entrée en réanimation baisse (même si cela concerne des patients contaminés avant le confinement) ils diront que c’est grâce au confinement donc il faut le maintenir. Et si ça ne baisse pas, c’est parce qu’il n’y a pas assez de confinement donc il faut le maintenir voire le durcir, toujours plus de confinement donc. Voilà leur logique

  • Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l’Hôtel-Dieu, remet pas mal de choses en perspective ; et simplement remettre les choses en perspective, par les temps d’hystérie qui courent, c’est sacrément positiver : https://www.youtube.com/watch?v=ZpnI0Kxd57Y

    Jusqu’à preuve du contraire, l’épidémie de Covid est l’équivalent d’une bonne épidémie de grippe. À prendre au sérieux évidemment, mais sans pour autant tout détruire sous prétexte de recherche absurde d’un risque zéro qui n’existe pas plus ici que pour le reste.

    • Diantre… ces salo d’infirmiers qui mentent quand ils disent travailler 24h d’affilées durant cette crise … ou alors ils le font tous les ans pendant 3 mois de la saison de la grippe mais avec le sourire et sans que personne ne le sache. C’est bien ça que vous dites ?
      Vous trollez en disant ça j’espère…

      • La video est très intéressante et montre que les hommes de terrain savent comment on devrait gérer la crise.

        Je ne voie pas où JB parle de salo d’infirmiers ni le docteur de la vidéo. Et je n’ai jamais vu quelqu’un travailler 24h d’affilée dans aucun métier. La réalité est que les astreintes sont longues et pénibles et particulièrement pour les personnels soignant à cause de la responsabilité, que ce n’est pas nouveau et que ce n’est pas parce qu’on ne le sait pas qu’il le font avec le sourire pour autant.

        Quand à la réalité du Covid, le problème est qu’il est comparable à une (grave) épidémie de grippe, mais seulement si on gère correctement la prophylaxie, le dépistage et le traitement. Ce qui n’est pas tout à fait le cas comme expliqué dans la video.

      • Vous n’avez même pas écouté l’intervention de ce médecin urgentiste, à l’évidence. Vous êtes pathétique. Votre commentaire est tellement minable qu’il n’appelle aucune réponse de ma part.

        • Diantre… pour une fois, vous dites la vérité… j’ai cru que vous aviez sorti une vidéo YT nawak et en fait pas du tout, c’est une vidéo posée, rassurante dans le sens où ça montre que c’est pas la cata partout. (Ce qui veut dire que l’Etat gère pas trop mal la crise, c’est ça que vous voulez dire ? Ou que les médias en font des tonnes pour pas grande chose ? Perso, je pense que ces deux propositions sont vraies).
          Si j’avais un peu plus confiance en vous (si vous n’étiez pas à me dézinguer de gauchiste à chaque fois que je respire), j’aurais regardé la vidéo avant de réagir.. c’est le souci quand on n’a pas confiance en l’objectivité de l’autre, on le catégorise… Je vous dois des excuses sur ce coup-là. A votre tour de vous conduire en adulte.

  • Il y a aussi le fait (cf l’intervention de cet urgentiste que j’ai postée plus bas) que les personnes en réa sont beaucoup mieux réparties sur le territoire qu’au printemps dernier, où on avait surtout les hôpitaux de l’Est et de la RP qui saturaient.
    En utilisant correctement tous les moyens que nous avons à disposition (comprenant les cliniques privées, mais aussi les soins en amont), nous aurions de quoi voir venir, sans le moindre doute.
    Oui mais voilà, on dirait qu’il faut à tout prix apeurer et culpabiliser la population. C’est insensé, irrationnel même.

    • Mais beaucoup de français sont terrorisés. Même ici de nombreux commentaires sont marqués par la peur, on préfère la sécurité illusoire de l’état, à sa puissance, plutôt que faire confiance au marché.

      • Au marché ???? Au marché de quoi ??? Quand vous êtes en insuffisance respiratoire, vous lancez un appel d’offre ? Quand votre hôpital est saturé, on vous met sur le trottoir parce que l’autre hôpital est plus cher et votre assurance ne payera pas ?

        • Ben si. On voit bien que l’offre de soins est gelé. Si vous regardez les masques, le marché a répondu à la demande et il n’y a plus de pénurie.

          • Pas tout à fait vrai : le marché des masques, c’est aussi des dizaines de milliers de bénévoles qui ont fait des masques pour eux-mêmes et pour les voisins, les amis ou des inconnus.

            • Je n’aurais jamais cru que je penserais un jour +1000 à Lépine…

            • Réponse typique de l’anti-libéral primaire.
              Libéralisme=Business.

              Ben non, le libéralisme c’est une conduite personnelle qui peut passer par le marché ou la coopération VOLONTAIRE des individus, donc des bénévoles.

              • Manque de bol, je ne suis pas anti-libéral primaire vu que je suis libéral….
                A vous lire, on pourrait comprendre que tout est libéralisme, même le régime le plus collectiviste :-). Ben oui, une société où les gens mettent tout en commun et coopèrent volontairement est libérale selon vous. Et le marché n’est pas forcément libéral : les abus de position dominante en sont un bon exemple.
                Vendre 10 euro le verre d’eau à un gars qui rampe de déshydratation, c’est libéral ? Le marché de l’insuline aux USA, c’est libéral ?
                Alors non, je suis pas anti-marché pour la simple raison que le marché est partout et tout le temps… mais le marché est par nature déséquilibré, ce qui explique la concurrence. Et quand le marché est trop déséquilibré, il peut se crasher ou éjecter de lui-même une série de vendeurs et d’acheteurs. Quand il s’agit d’une place de concert ou des chaussures fashion, bon, ok, mais quand il s’agit de la santé ou de nourriture, là c’est problème. Quand on voit des pays africains exporter des millions de tonne de nourriture alors que des gens sont en sous-nutrition dans leur pays, le marché, c’est pas forcément efficace. Ce qui est normal, le marché n’a pas vocation à être efficace, le marché n’a pas de but, il est un lieu, un outil, une dynamique, pas une démarche raisonnée unique.
                Il est dit souvent que les vendeurs et acheteurs se mettent d’accord sur un prix qui les satisfait tous. Or, perso, j’ai développé une autre approche plus critique : la transaction se fait quand le niveau d’insatisfaction est acceptable et toléré. Je m’explique :
                La nourriture bas de gamme : nombre de personne qui achètent cela n’ont pas vraiment le choix ou sont satisfaits de la qualité pour ce prix MAIS on peut dire aussi que ces gens sont ok d’être insatisfaits gustativement au vu du prix qu’ils payent. Tout acheteur voudrait payer moins et tout vendeur voudrait vendre plus cher, donc au prix convenu, leur insatisfaction résiduelle est acceptée (ou tolérée… ou les gens sont frustrés car pas eu le choix…).
                Bref, j’espère ne pas vous avoir perdu avec ma réflexion. Dites Gillib, vous étiez devenu assez fréquentable dernièrement, évitez svp de retomber dans les petits mensonges bas de gamme type « anti-libéralisme primaire ». Ya moyen de discuter simplement hein.

                • 10 euros pour un verre d’eau pour un mec déshydraté c’est pas cher.

                  • Je vous reconnais bien là Gillib 🙂

                  • C’est pourtant le BA-ba de la valeur subjective des prix. La valeur-travail des marxistes est bien entendu fausse, seul compte la valeur que les DEUX parties de l’échange sont prêt à mettre, coté acheteur, comme du coté vendeur.

                  • Oui et non, car dans ce cas extrême, l’acheteur n’a pas le choix. Et quid s’il n’a que 9 euro ? Le vendeur peut dire « non non, meurs sale pauvre » ?
                    Pour en revenir au marché « normal », je ne suis pas non plus d’accord quand vous dites « les deux parties sont prêts à mettre » : car le prix du marché n’est pas uniquement dépendants d’eux : le vendeur de noix qui met son kg à 12 euro ne vendra pas car les autres vendeurs vendent à 4 euro. Alors que, peut-être, les acheteurs achèteraient autant ou presque à 12 euro.
                    Et vu le nombre de crédits à la consommation (et le système de crédit mondial en fait), les acheteurs ne payent pas ce qu’ils sont prêts à payer, mais ce qu’ils estiment avoir comme moyen dans le futur.
                    Mais la base du truc est bien évidemment valable dans la majorité des cas.

            • pas autant et cela n’a pas compensé la pénurie gouvernementale.

        • @ Lépine : vous dites n’importe quoi, ou plutôt vous tenez un discours socialiste, comme d’habitude.
          Le marché, c’est le privé, c’est ce qu’on a en Corée ou même en Allemagne. Et le privé, ne déplaise au socialiste que vous êtes, est bcp mieux placé pour s’adapter à la demande, ici aux malades, sur le plan macro-économique, national, que le public. C’est criant en France, hurlant même.
          Alors vos histoires de cas particuliers théoriques, pour faire pleurer dans les chaumières, ça ne prend pas. Le socialisme, qui s’exprime aussi dans le domaine de la santé et dont vous êtes le porte-drapeau, a fait les preuves de son inefficacité, pire, de sa perversité partout où il a été essayé. Vous êtes un troll, sur ce site qui défend les libertés.

          • Passons vite fait sur le fait que vous radotez n’importe quoi sur moi, et ensuite parlons sérieux :
            Le marché n’est pas que le privé :-). Je dois lancer cette semaine un appel d’offre pour une école. Celle-ci dispose d’un budget fermé, je vais interroger 3 fournisseurs, etc etc… c’est pas du marché ça peut être ? Quand l’Etat met en concurrence Dassault, Lockheed-Martin et un 3ème, c’est pas du marché ? Quand 4 sociétés de BTP remettent un devis à une région pour la construction d’un centre de soin, c’est pas le marché ? La fourniture des gants dans les hôpitaux, c’est l’Usine Nationale de France qui les fabrique peut-être ? C’est pas le marché ? Ce sont des « cas particuliers théoriques » peut-être ? C’est qui qui trolle hein ? C’est vous ! (A moins que vous ne racontiez juste n’importe quoi pour vous opposer à moi…)
            Si je ne suis pas en faveur d’un système de soin entièrement privatisé, c’est parce que je veux que l’accès aux soins soit garanti même pour les plus démunis… ce que je ne considère pas comme socialisme, mais comme de l’humanisme et aussi comme le respect de l’individu, chose qui vous semble étrangère.

  • Si les courbes en cloche faisaient le printemps, cela se saurait.
    D’ailleurs, questions cloches, on est bien équipés au gouverne.ment 😉

  • Fera-t-on pour le vaccin comme pour l’hydroxychloroquine, à savoir si pas efficace à 100%, le refuser? Car c’est bien ce qui s’est passé avec le traitement du Pr RAOULT: On a refusé aux médecins le droit de prescrire ce traitement car certains doutaient qu’il ne soit pas automatiquement efficace! Notre société gouvernée par des shadoks, marche sur la tête en préférant pas de traitement du tout, plutôt que tenter un traitement qui n’est peut être pas efficace à 100%!

    • Fera-t-on un jour pour l’HCQ un test en double aveugle comme il a été fait pour le vaccin ?

      • Jusqu’ici on a testé la réponse immunitaire en double aveugle et la FDA demande 50% d’efficacité CLINIQUE, mais la plupart des vaccins testent les formes légères à modérés:
         » Mais rien n’indique qu’un vaccin capable de prévenir ces formes puisse prévenir les formes plus sévères, voire les décès. Par exemple, dans le cas de la grippe saisonnière, l’augmentation du pourcentage de personnes âgées vaccinées ces dernières années ne s’est pas traduite par une réduction du nombre de décès,(Vidal/news)

        • Je ne comprends pas en quoi ça répond à ma question.

          • Vous dites que cela à été fait pour les vaccins. Non ils débutent la phase III et n’ont pas encore le résultat.
            Pour le HCQ et le zythromax les études étaient à charge, une de celle que j’ai lu avait une cohorte de 491 cas de 41 ans de moyenne dont la moitié était des cas contact aux tests inconnu (pas de PCR). Bien entendu pas de différence significative. (Hydroxychloroquine in nonhospitalized adults with early covid-19. A randomized trial).
            Personnellement, je ne voit pas de problème de prendre du zythromax (une macrolide de la même famille que josacine) ou du plaquenil, qui sont des molécules archi connues.
            Apres il apparait en effet que les études de Marseille ont des biais aussi.

            • Donc même si ça n’est pas terminé pour le vaccin, ça a bien été commencé, tandis que j’en suis resté pour l’HCQ qu’il serait criminel de donner un placebo quand on « sait » que l’HCQ marche.

              • Humm.. Actuellement on ne donne rien, juste du paracétamol.
                Cela coute quoi de prescrire du Plaquenil et du zythromax en début de symptômes? Et bien je pense que cela gène le plan marketing de certains laboratoires.

                • Donc ce seraient les labos qui empêcheraient de faire une étude en double aveugle ? Ceux qui tiennent le marché du paracétamol ? Ou bien la crainte que l’étude en double aveugle ne fasse que confirmer la proposition l’HCQ est super in vitro, mais in vivo, elle est sans effet au début de la maladie, et plutôt néfaste ensuite ?

                  • La bonne réponse scientifique est qu’on en sait rien. Vous savez en médecine on travaille beaucoup avec la notion de consensus. Le consensus, cela veut dire qu’on n’a pas de preuve rigoureuse (d’ailleurs les médecins sont connus pour faire des stat pourris), mais que les spécialistes se sont réunis et se sont mis d’accord sur un protocole « raisonnable »; il faut bien une réponse devant un malade qui demande une réponse. Et puis le médecin a une obligation légale de moyens (et non de résultats). Le consensus tient lieu de CAT.
                    Alors oui prescrire du HCQ n’est peut-être pas si con.
                    PS Ce ne sont pas les labo qui empêchent de faire des études, mais elles font des études avec de mauvaises indications comme RECOVERY qui n’est pas en double aveugle, avec 60 % des patients étaient sous oxygène et environ 15 % étaient sous ventilation assisté.
                    Ref:Effect of Hydroxychloroquine in Hospitalized Patients with COVID-19: Preliminary results from a multi-centre, randomized, controlled trial.

                    • Merci de votre réponse. En science, ou plutôt en orientation de la recherche, on n’aime guère les consensus, et on préfère la réfutation de propositions. Quand il n’y a pas de réfutation alors que ceux qui avancent des propositions incompatibles ont manifestement les moyens de la tenter, on trouve la chose pour le moins suspecte.

                    • C’est très difficile d’avoir des réponses rigoureuses. Par exemple pour le traitement préventif des accidents cardiaques de l’hypercholestérolémie, l’étude WOSCOPS montre une baisse de la mortalité. Mais si on est rigoureux, l’étude porte sur des hommes écossais, de 45-65 ans. Donc si vous êtes une femme (qui sont protégées jusqu’à la ménopause) si vous avez + de 65 ans, si vous n’êtes pas écossais ( les écossais ont 7 fois plus d’infarctus que les toulousains), l’étude ne prouve rien. Bien entendu le labo qui commercialise la pravastatine a choisi son étude pour avoir le plus de chance d’avoir des résultats positifs. Il ne va pas faire une étude chez les jeunes adultes au Bengladesh

  •  »Le confinement est sans effet sur les contaminations actuelles vu le nombre croissant, ni sur ces chiffres de réanimation en raison du décalage. » dites-vous.
    Si nous avions l’esprit mal placé, nous pourrions imaginer que la date du reconfinement a été judicieusement choisie pour nous prouver que le gouvernement agit efficacement alors qu’il n’est pour rien dans cette amélioration.
    Si c’est le cas, nous devons quand même lui reconnaitre une certaine intelligence à défaut d’honnêteté.
    Mais tout ça va bientôt être de l’histoire ancienne puisque le vaccin a été découvert la nuit dernière !
    C’est merveilleux, les journalistes s’enflamment, les bourses s’envolent et, si les enfants sont sages, ils peuvent espérer une orange pour Noël.
    Il nous restera à rembourser ce gaspillage historique et là, ça risque de nous faire très mal !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

La statistique du PIB reflète l'idée que le facteur clé de la croissance économique n'est pas la production de richesses mais plutôt leur consommation. Il s'agit plutôt d'un calcul de la valeur des biens et services finaux produits pendant un intervalle de temps donné, généralement un trimestre ou une année. Comme les dépenses de consommation représentent la plus grande partie de la demande globale, de nombreux commentateurs estiment que les dépenses de consommation sont le principal moteur de la croissance économiqu... Poursuivre la lecture

Le pass sanitaire est devenu à la politique française ce que le sparadrap est au capitaine Haddock. Malgré tous les efforts du monde pour s’en défaire, il revient sous d’autres formes, à croire que le gouvernement cherche à l’imposer, quoiqu’il en coûte.

Le projet de loi qui sera présenté le 11 juillet portant sur le maintien d’un dispositif de veille sanitaire contre le covid comporte deux grands axes. Le premier maintient jusqu’au 31 mars 2023 les traitements informatiques SI-DEP et Contact Covid, le second laisse la possibilité au g... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles