Erdogan, « charmant » modèle de nos idiots utiles de l’islamisme

Pour Erdogan, tous les dérivatifs susceptibles de raviver la flamme idéologique de ses partisans sont les bienvenus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Erdogan, « charmant » modèle de nos idiots utiles de l’islamisme

Publié le 29 octobre 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

« Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins […] parce qu’en France, les Lumières ne s’éteignent jamais », a réaffirmé le Président Macron dans son hommage à Samuel Paty, cet enseignant décapité le 16 octobre dernier par un terroriste islamiste tchétchène pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression.

Il n’en fallait pas plus au Président turc Recep Tayyip Erdogan pour entrer dans une violente fureur contre la France et contre Emmanuel Macron, taxant ce dernier de malade mental (vidéo ci-dessous, 01′ 27″) et appelant non seulement les Turcs mais tous les musulmans à boycotter immédiatement les produits français.

En cause, « l’islamophobie » entretenue par la France et plus généralement les pays européens, ainsi que leur traitement des musulmans qui rappellerait selon lui la façon dont les nazis ont traité les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Inutile de dire que les relations entre la France et la Turquie sont maintenant au plus mal. Elles étaient déjà extrêmement tendues avant l’été, Paris suspectant Ankara de briser l’embargo sur les armes à destination de la Libye, et elles s’étaient encore aigries avec le conflit du Haut-Karabakh qui a éclaté fin septembre. Avec ses dernières déclarations, Erdogan a fait déborder le vase à tel point que la France a rappelé son ambassadeur à Paris « pour consultation ».

Mais d’une certaine façon, on serait presque tenté de remercier le Président turc de faire étalage de tant d’outrance :

D’abord parce qu’il nous confirme une fois de plus qu’il est bien ce dirigeant autocratique qui rêve de s’imposer sur la scène internationale comme le « grand sultan » d’une Turquie réislamisée prenant sous son aile l’ensemble de l’oumma, en espérant au passage faire oublier dans un regain de nationalisme et de fondamentalisme religieux les graves difficultés économiques que traverse son pays depuis quelques années.

Et ensuite parce qu’il fait aussi apparaître par comparaison combien certaines réactions occidentales à l’assassinat de Samuel Paty déclinées sur le mode « oui, c’est horrible, mais les caricatures, ce n’est pas de la liberté d’expression, c’est une attaque de l’islam » sont en fait alignées sur la propagande de l’un des pires dictateurs de la planète.

Sur le plan économique, il n’est pas dit que les appels au boycott des produits français seront très suivis. Le marasme est tel que la Turquie pourra difficilement se passer des entreprises françaises et des nombreux emplois qu’elles assurent, notamment dans les grandes villes.

Après tout, si Erdogan continue de jouir d’une assez bonne popularité que la récente reconversion de Sainte-Sophie en mosquée et l’entrée de la Turquie dans le conflit du Haut-Karabakh au côté de l’Azerbaïdjan contre l’Arménie ont incontestablement renforcée, ce n’est pas pour rien qu’il a perdu les élections municipales de 2019 à Istanbul et Ankara.

Après une année 2018 marquée par une violente crise de la livre turque qui a perdu 40 % de sa valeur par rapport au dollar américain, 2019 fut aussi l’année où la Turquie est entrée en récession pour la première fois depuis la crise de 2008 avec une inflation qui a dépassé les 20 % et un chômage officiel de l’ordre de 15 %, certains analystes parlant même d’une réalité plus proche de 25 %.

Situation préoccupante qui ne s’est pas arrangée en 2020 avec la crise économique consécutive aux confinements anti-covid et le regain de tensions internationales : le tourisme est à nouveau sinistré, les échanges avec l’Union européenne, qui représentent 50 % du commerce turc, se sont effondrés et la devise a atteint un plus bas historique en début de semaine.

Pour Erdogan, tous les dérivatifs susceptibles de raviver la flamme idéologique de ses partisans et de le rapprocher de son rôle mondial de chef des croyants via des diatribes provocatrices à l’encontre de l’Occident réputé opprimer les musulmans sont donc les bienvenus.

Dans ce contexte, rien ne pouvait tomber plus à propos que la loi sur les séparatismes, suivie du drame de Conflans et de la réaffirmation du principe de liberté d’expression y compris à l’égard des religions.

Mais le plus désespérant dans cette affaire turque, c’est de réaliser à quel point tous ceux qui persistent chez nous à penser après le meurtre de Samuel Paty que l’on ne doit pas dire du mal d’une religion ni émettre la moindre critique à l’égard du prophète Mahomet ont calqué leur raisonnement sur la rhétorique d’un grand ami des libertés comme Erdogan.

Car Erdogan, c’est un projet politique visant à enterrer définitivement l’héritage laïque pro-occidental d’Atatürk afin de ramener et d’enfermer la société turque dans les limites identitaires de l’islamo-conservatisme.

C’est une presse muselée, de nombreux sites internet censurés, le blocage de Wikipedia pendant trois ans pour deux articles qui lui déplaisaient, des dizaines de journalistes emprisonnés, des milliers d’arrestations arbitraires au sein de l’armée, encore proche des thèses laïques d’Atatürk, ainsi que dans les ministères, et des listes sans fin de limogeages dans la justice.

C’est un référendum (avril 2017) empreint d’irrégularités et gagné de justesse pour obtenir les pleins pouvoirs au moins jusqu’en 2029, non seulement sur le plan politique mais aussi dans l’ensemble du secteur judiciaire, dans les médias et dans les universités.

Aussi, quand Jean-Luc Mélenchon de la France insoumise s’indigne bruyamment qu’on puisse seulement lui prêter l’idée de cajoler un certain fondamentalisme islamiste au motif qu’il a défilé en 2019 contre l’islamophobie avec les représentants d’une association dont les proximités avec les Frères musulmans1 sont notoires, il nous fait du Erdogan dans le texte.

Quand Clémentine Autain, députée de la France insoumise, prend le relais pour défendre son chef et réfuter toute complaisance de Mélenchon envers les islamistes, préférant de beaucoup stigmatiser l’islamophobie de tous ceux qui parlent d’islamogauchisme, elle nous fait du Erdogan dans le texte… et se retrouve en vedette dans un média tunisien proche des Frères musulmans.

Il est vrai que les remarques profondément ridicules du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur la présence de rayons halal dans les supermarchés l’ont malheureusement beaucoup aidée.

Quand Ségolène Royal, électron libre de la gauche qui se verrait bien présidente en 2022, est prise à nouveau d’une de ses nombreuses « saines colères » à l’idée que l’on puisse accuser la gauche en général et Jean-Luc Mélenchon en particulier de compromissions islamistes, elle fait du Erdogan dans le texte… et reçoit les félicitations d’Adrien Quatennens, député Insoumis :

N’ayant jamais été Mila, ni même Charlie, elle a au moins le bénéfice de la cohérence. Mais une cohérence qui lui fait renvoyer dos à dos sans hiérarchie aucune des caricatures ou des critiques abrasives du prophète Mahomet et les meurtres et menaces de viol et d’égorgement commis en rétorsion.

Last but not least, quand le grand quotidien américain de gauche The New York Times titre son article sur l’attentat de Conflans « La police française tire et tue un homme après une attaque meurtrière au couteau », donnant ainsi l’impression qu’il s’agit d’une affaire de bavure policière et non pas d’un attentat mortel motivé par le blasphème que constitueraient les caricatures de Charlie Hebdo, il ne fait pas exactement du Erdogan dans le texte, mais il détourne suffisamment le regard du cœur du sujet pour ne surtout froisser personne :

Ainsi que j’ai déjà eu l’occasion de le dire dans un précédent article, les dramatiques événements impliquant Charlie Hebdo, Mila et maintenant Samuel Paty sont hélas entourés d’une « détestable rhétorique de l’huile sur le feu » qui postule que ce sont les caricatures elles-mêmes qui seraient à l’origine des actes de violences, pas les meurtriers, qui ne seraient alors que de malheureux musulmans offensés, poussés à bout, et donc un petit peu excusables.

Personne ne prétend qu’il soit agréable de voir ses pensées les plus chères dépecées par des contradicteurs acrimonieux, ignorants ou vulgaires. Mais autant l’on peut essayer à titre personnel de ne pas blesser les personnes avec lesquelles on a des désaccords philosophico-politico-religieux, autant il n’est pas admissible d’en faire un critère général de restriction de la liberté d’expression.

Sauf à vouloir laisser le champ libre à tous les Erdogan de cette planète.

Sur le web

  1. L’objectif officiel des Frères musulmans, organisation fondée en Égypte en 1928, est la renaissance islamique et la lutte non-violente contre « l’emprise laïque occidentale » et « l’imitation aveugle du modèle européen » en terre d’Islam. Mais très rapidement il s’est mué en combat politique parfois violent, celui d’instaurer un grand État islamique fondé sur l’application de la charia.
Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • « oui, c’est horrible, mais les caricatures, ce n’est pas de la liberté d’expression, c’est une attaque de l’islam »

    ben en effet!!! mais une attaque verbale..comme l’eglise catholique en subit, comme les bouddhisme en subit..
    ces gens ne vont surtout pas jusqu’au bout…

    il y a les attaques verbales, .la critique en est la forme la plus civilisée, et il y a les attaques physiques..

    erdogan a attaqué verbalement macron…et économiquement la france..

    • l’islamo gauchisme…je ne sais pas ce qu’on met la dedans..mais je sais que les théories de victimisation servent les islamistes présentant tout musulman comme victime systémique et les rendant solidaires.. gênant ce qui serait utile une critique intra musulmane.

  • nous , on n’a les caricatures , mais on ne met pas le feu aux mosquées ,on n’emmerde pas les  » français  » d’origine étrangères et de religion musulmane , on ne les oblige pas à bouffer du cochon, on ne leur impose pas notre façon de vivre ….erdogan est un fouteur de merde qui met de l’huile sur le feu , un maître chanteur qui n’a que le mot vengeance à la bouche ;

    • vous entendez parler des pays du golfe? ils ne parlent pas en effet…mais…

    • Pas un fouteur de merde ….Un meurtrier paranoiaque qui entraine son pays dans l’oscurantisme ..Istanbul a un maire qui s’oppose à ce criminel…Soutenons le en le faisant savoir…

  • Quant il aura fini d’envahir la Syrie, les territoires kurdes d’Irak et d’Iran et l’Arménie, le président turc Erdogan va-t-il se faire couronner Empereur ottoman et devenir le Papillon de l’Islam intégriste ?

  • Hier admirateurs de Mao, aujourd’hui passe plats de l’islamisme, on ne peut accuser les gauchistes d’être incohérents.

  • Erdogan n’est surtout pas qu’un Idiot utile !
    Il est le plus puissant bras amé du Nazislamisme aux frontières de l’Europe. Il entretient une armée largement supérieur a celle de la France en nombre. Des missiles a longues portées équipés de tètes nucléaires américains sont basés sur son sol. L’idée de les voir se les approprier par surprise n’est pas saugrenue.
    Il est un des penseurs du Nazislamisme planétaire, le principal depuis la mort de Ben Laden, il se rêve en leader d’un gigantesque « Etat Islamique » qui aurait réussi.
    Macron n’est pas de taille a entrainer avec lui une coalition de nations ayant compris cette situation. N’est pas de gaulle ou Churchill qui veut !

  • Faut arrêter de mettre sur le même plan une critique d’une ou des religions et des caricatures insultantes.
    Charlie Hebdo ne veut pas faire la différence, c’est son choix et sa liberté. Mais ce n’est pas mon choix et c’est aussi ma liberté.

    Mais lui emboîter le pas à plus haut niveau politique ne peut qu’envenimer la situation et mettre le feu dans une France hautement fragile.

    Personne n’aime se faire insulter. Tant que les athées ne comprendront pas qu’insulter Dieu ou Allah blesse les croyants, rien ne changera. Tant qu’ils ne comprendront pas que « les croyances, c’est comme les affaires de famille, cela force le respect » (Michel Audiard), on n’avancera pas d’avantage.

    La provocation ne peut être une politique sensée au niveau de l’Etat !

    On ne peut lutter contre l’Islamisme sans faire aimer la France et la France, ce ne sont pas les caricatures de CH !

    Par ailleurs, on parle sans arrêt de blasphème et de laïcité, mais personne n’en a la même signification, ni la même compréhension !

    Enfin, quand un chef d’entreprise est décapité par un musulman, personne ne dit rien. Quand c’est à propos des dessins de CH, c’est le grand barnum médiatique.

    Pour autant rien ne se passe hormis des effets d’annonce : les mêmes causes produiront les mêmes effets. Bon courage !

    • Se faire insulter est souvent blessant, mais la réaction normale à une insulte est de considérer que celui qui l’a proférée s’est discrédité et de passer à autre chose. Toutefois, ne jamais oublier qu’il s’est discrédité…

      • La blessure précède parfois le jugement par une interprétation erronée,
        Erdogan est blessé, macron est blessé…
        se comprennent ils ?

    • Y-a-t-il un mal à faire des caricatures insultantes envers un dictateur ou des terroristes ?
      Les caricatures de Charlie Hebdo me semblent plus être le dénigrement envers la bigoterie de ceux qui ferment les yeux ou défendent des atrocités commises au nom de la religion que d’insulter le Coran, l’islam…

    • Oui, le double standard est évident, etc.
      .
      Mais Charlie Hebdo est un révélateur des compromissions de la gauche et du totalitarisme islamiste et qu’on aime ou pas, la critique de la religion fait partie de nos valeurs depuis des centaines d’années elle va avec la liberté d’expression.
      Vous n’êtes pas obligé de les lires, et vous n’avez surtout pas à vous sentir proche des musulmans à cause de ces attaques, les deux religions ne sont absolument pas comparables.
      .
      « ne peut qu’envenimer la situation et mettre le feu dans une France hautement fragile. »

      Je pense que notre seule chance est justement que les choses « s’enflamment » avant qu’il ne soit bien trop tard. Ça veux dire ne plus rien céder et faire se sentir mal ceux qui ne veulent pas vivre avec les valeurs occidentales pour qu’ils s’en aillent, ne viennent pas, ou dévoilent ouvertement leur totalitarisme.
      La masse « silencieuse » elle devrait rester discrète comme il se doit dans un pays d’accueil et ne pas chercher à imposer des trucs qui n’ont rien à faire dans ce pays.
      Je suis athée, mais je tiens à nos clochers, au jambon, à notre civilisation judéo-chrétienne et j’ai bien en tête les statistiques des pays musulmans qui ressemblent à celles des zones déjà islamisées en France.
      .
      Nous sommes dangereusement proches du point ou une minorité agressive peut réellement prendre des parts de pouvoir et peser sur une politique déjà bien trop liberticide. La France n’a vraiment pas besoin de l’islam en plus du socialisme.
      .
      De toute façon, avec le covid, le dernier clou du cercueil est planté, la crise économique va être dantesque et la misère engendre la violence.

      • le vrai problème est de ne pas faire appliquer les lois françaises (même si certaines sont largement discutables) et les décisions de justice à certains sous prétexte de valeurs différentes…
        Un islamiste ne comprendra pas le droit à la caricature, à l’athéisme, à l’apostasie. En revanche, une peine de prison ferme et/ou une expulsion du territoire a forcément un effet (s’il ne comprend pas, la France sera en tout cas d’avantage en sécurité).

        La situation est rattrapable en commençant par cela et à mon avis bien plus efficace que les manifestations d’émotions creuses.

    • « Faut arrêter de mettre sur le même plan une critique d’une ou des religions et des caricatures insultantes. »
      Je vous soupçonne de ne pas avoir des ligne très claire et objective sur la différence entre les deux. Je vous soupçonne de juste porter des jugements de valeur à la tête du client selon le sujet. Je vous soupçonne de faire du faux « bon sens » qui n’est en fait que du mépris pour ceux qui n’ont pas le même niveau de sacralisation que vous.

      « Tant que les athées ne comprendront pas qu’insulter Dieu ou Allah blesse les croyants, rien ne changera. »
      La vérité est que le simple fait que les athée pensent que vous êtes puérils, intellectuellement fainéant, borné et despotique avec votre foi vous semble être une insulte. Parce que croire en dieu de nos jours c’est pas facile à soutenir comme position intellectuelle (surtout parce que les religions sont des trucs de gourous obcurantistes qui cherchent à prendre le pouvoir sur les autres pour vivre à leurs dépens). En clair, si un athée pense que tous les croyants sont un peu débiles quand même, c’est juste ce qu’il pense et c’est VOUS qui vous sentez insulté. C’est VOTRE problème à vous et aux islamistes terroristes. Mais comme vous êtes puéril, borné et obscurantiste (sur ce point) vous pensez que « c’est une insulte donc c’est une agression donc ça justifie la violence avec acte de barbarie parce que quand même il faut rester décent. »
      Les croyants se réjouissent de l’idée que les athées vont cramer pour l’éternité en enfer. Mais les opinions des athées sont des insultes qui justifient presque la violence, ou du moins l’expliquent. Et quelque part si les athées expriment ce qu’ils pensent c’est quand même bien fait pour eux s’ils sont sujets à des assassinats avec actes de barbarie. C’est logique n’est ce pas?
      Mais quelle honte! Vous êtes sûr que vous êtes libéral? Vous ne préferiez pas Torquémada à Bastiat (qui n’était pas athée non plus).

      • soit, alors expliquez moi pourquoi la loi punit les propos homophobes, antisémites (par exemple) ? Où est alors la liberté d’expression ?
        Celle-ci permet-elle d’être ordurier vis à vis des autres qui pensent différemment ?

        je persiste à dire que brandir les caricatures de CH pour espérer lutter contre l’islamiste est sans résultat : il serait peut-être temps de le constater…

        En revanche, faire appliquer la loi et les décisions de justice me semble plus efficace.

        par ailleurs : « Les croyants se réjouissent de l’idée que les athées vont cramer pour l’éternité en enfer. » : vous vous trompez…

      • « comme vous êtes puéril, borné et obscurantiste (sur ce point) vous pensez que « c’est une insulte donc c’est une agression donc ça justifie la violence avec acte de barbarie parce que quand même il faut rester décent. » »

        A part m’insulter et me faire un procès d’intention, savez-vous argumenter ?

  • La police allemande a également perquisitionnée une mosquée. Mesure islamophobe selon Erdogan ! En vérité, la nature de ladite perquisition n’a rien à voir avec l’islamisme ou le terrorisme, mais avec l’argent ! L’association qui s’en occupe est soupçonné d’avoir détourner des aides financières des « coronabonds », alors qu’elle n’y est pas éligible.

    Les mensonges et les provocations du petit sultan sont ce qui met véritablement de l’huile sur le feu, et les pets mentaux d’Erdogan ont sans aucun doute contribuer de manière indirect à la nouvelle attaque terroriste de Nice ce matin.

  • Ankara a fait de l’exportation de F16 en Azerbaïdjan, et les USA restent silencieux, les bras ballants. De même avec la chair à canon terroriste.

    C’est simple : il nous fait la guerre, Nice ce matin c’est de sa responsabilité.

  • « qui rappellerait selon lui la façon dont les nazis ont traité les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. »

    La Shoah se définit d’ailleurs comme un événement où les nazis firent subir des caricatures de Moise à 6 millions de Juifs.

  • Les caricatures c’est tout le contraire de ce qu’il faut faire. On agite le chiffon rouge devant des fous, ce n’est pas vraiment intelligent. On se fait plaisir en croyant avoir gagné le débat idéologique. On n’a rien gagné, il est impossible d’expliquer la laïcité à des gens qui vivent au XVI siècle. Et ça fait des morts pour rien. Expulsons, emprisonnons, éliminons, mais par pitié arrêtons le délire des caricatures

    • « agite le chiffon rouge devant des fous, ce n’est pas vraiment intelligent

      Les laisser se multiplier parce qu’on ignore qu’ils sont « fous » l’est encore moins.
      Les islamistes prêts à tuer pour un dessin et ceux qui sans être sanguinaires ne sont pas mécontents de voir leur religion s’imposer ne vont pas changer parce que vous ne les provoquez pas.
      Quand les musulmans seront bien plus nombreux et puissants vous croyez qu’il vont accepter ce qui sont pour eux des offenses graves comme les infidèles, les apostats, le porc, les églises, la liberté d’expression ?
      Au vu des données des 49 pays musulmans je dirais: zéro chance.

    • je ne conseillerais pas à un nana de se balader en minijupe dans certains quartiers…mais si le but d’un nana est de se « sacrifier pour ses idées…prouver qu’on ne peut as se balader dans certains quartiers comme on le devrait..

      mais la demonstration a déjà était faite qu’il ya des gens radicalisés prêts à tuer..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon le média russe Kommersant, la Turquie aurait signé un contrat avec la Russie pour la fourniture du deuxième régiment de systèmes de missiles antiaériens S-400. Celui-ci prévoirait en outre la localisation de la production de composants individuels. Une coopération aussi bien commerciale que technique.

Ankara, quant à elle, nie l'existence d'un tel contrat, arguant que le deuxième régiment était prévu dans le contrat original signé des années auparavant.

Dans tous les cas, la coopération entre la Russie et la Turquie se mai... Poursuivre la lecture

La publication d’une partie d’un entretien entre Macron et Poutine n’a pas plu à Moscou. Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russes, a évoqué un manquement à l’étiquette diplomatique. Cet incident diplomatique met en lumière un problème dans la stratégie des dirigeants européens lors du conflit Ukraine-Russie : le remplacement de la diplomatie par la communication publique.

Une tendance qui est problématique dans la bonne conduite stratégique.

 

De la diplomatie entre dirigeants à la communication au grand ... Poursuivre la lecture

Pendant la pandémie, l’État français aura détérioré son économie encore davantage. La dette publique est passée de 98 % du PIB fin 2019 à 118 % en mars 2021, alors qu’il a fallu presque 15 ans pour passer à un endettement de 80 % à 100 % du PIB. Il est donc impératif de revenir sur un sujet qui est toujours d’actualité depuis plusieurs décennies : réformer la France.

 

Le besoin criant de réformes en France

Étant donné le contexte, il est ahurissant que le président Macron, le premier protagoniste politique dans ce pays, ai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles