Les croyances religieuses et le retour de l’obscurantisme

À la fin du XXe siècle, nous avons vu revenir au premier plan les croyances archaïques. Un article d’opinion.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Milada Vigerova on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les croyances religieuses et le retour de l’obscurantisme

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 octobre 2020
- A +

Par Patrick Aulnas.

Le meurtre et la décapitation d’un professeur, dans la rue, par un fanatique musulman, symbolise l’affrontement entre deux époques de l’Histoire. Voici cinquante ans, il nous semblait acquis que la raison triomphait peu à peu sur l’obscurantisme. La défaite des nazis et des fascistes avait consolidé l’esprit des Lumières, tout au moins en Occident.

Et tout à coup, à la fin du XXe siècle, nous avons vu revenir au premier plan les croyances archaïques. Elles n’avaient pas disparu, il s’en faut de beaucoup, mais elles régressaient peu à peu avec la généralisation de l’éducation.

Les vieux monothéismes ont encore des adeptes, ce qui ne pose pas problème, Mais l’un d’entre eux, l’Islam, fait naître des organisations politiques radicales utilisant la violence comme le faisaient les nazis dans l’Allemagne des années 1920 et 1930.

Exploiter la spiritualité d’Homo Sapiens

Partons du tout début. Homo Sapiens comporte indubitablement une dimension spirituelle. Il n’est probablement pas le premier. Les Néandertaliens possédaient aussi une spiritualité et d’autres avant eux. L’Homme cherche donc à dépasser la matérialité, la terre, l’eau, la chair dont il est fait, les objets qu’il fabrique. Il imagine spontanément qu’il existe autre chose. Ce furent d’abord les esprits invoqués par les sorciers des tribus néolithiques. Puis naquirent les dieux et les religions.

Parmi les Hommes, des petits malins ont compris très tôt qu’ils pouvaient exploiter la spiritualité présente en eux pour avoir une influence sur autrui. De l’influence au pouvoir, il n’y a qu’un pas. Il fut franchi à la naissance des religions.

L’institutionnalisation de la dimension spirituelle d’Homo sapiens a permis de soumettre les Hommes à une éthique rigoureuse, en général cautionnée par le pouvoir politique. Le bien et le mal résultaient de la parole divine. Personne ne pouvait évidemment contester ce qui émanait d’un dieu. Ce système de domination était si génial que les Hommes ont créé des milliers de dieux au fil de leur Histoire. Chaque civilisation a eu ses dieux ou son dieu. Chaque civilisation a eu ses prêtres, serviteurs des dieux et en général alliés du pouvoir politique.

Le péché originel : chercher à savoir

Les religions ont ainsi joué un rôle historique essentiel. Il suffit d’observer l’architecture (temples, églises, abbayes, mosquées, etc.), la sculpture, la peinture, la littérature du passé pour se convaincre de l’omniprésence du religieux dans toutes les civilisations.

Aussi, lorsque des philosophes ont remis en cause, à partir du XVIIIe siècle en Europe, le bien-fondé des croyances religieuses, ils ont fait figure de révolutionnaires. Il ne fallait plus simplement croire, mais aussi chercher, savoir, raisonner, bref penser. Le choc fut colossal et ses répliques se sont déployées sur plusieurs siècles. L’actualité nous indique qu’elles sévissent encore.

La raison supplantant les croyances, la domination des religions s’effondre peu à peu. Le pouvoir politique, qui émanait des dieux, doit trouver une autre source : ce sera le peuple. Sciences, techniques, croissance économique, souveraineté populaire proviennent d’une idée simple : ne plus croire mais chercher à comprendre, à connaître, à innover.

Dans la Genèse, premier chapitre de l’Ancien Testament, Dieu interdit à Adam et Ève de manger les fruits de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Ils désobéissent et sont déchus. Les premiers humains, au lieu de croire et obéir, ont cherché la connaissance. Pour les trois monothéismes, il s’agit là du péché originel.

Des croyances intangibles au règne de la raison

Revenons à notre époque. Le monde ancien, celui des croyances intangibles, affronte encore aujourd’hui le monde nouveau, celui de la raison. Le judaïsme et le christianisme ont adopté un modus vivendi avec l’esprit les Lumières, mais il a fallu longtemps pour stabiliser la situation.

La résistance de l’Église catholique a duré plus d’un siècle en France, jusqu’à ce que la loi de 1905 pose le principe de la séparation des Églises et de l’État. Aux États-Unis, il existe un nombre important de personnes adhérant au créationnisme et rejetant le darwinisme en se basant sur une simple croyance et non sur une démonstration.

Le judaïsme n’est pas non plus à l’abri des errements, les juifs orthodoxes adhérant à une interprétation littérale de légendes, au demeurant fort belles, figurant dans des textes anciens.

Blasphème pour certains seulement

Entre les religions et la raison, il existera toujours un contentieux, puisqu’elles proposent l’adhésion à une simple croyance. Mais c’est avec l’Islam que la cohabitation est devenue difficile à partir de la fin du XXe siècle. Tout simplement parce que deux époques de l’Histoire se sont trouvées brutalement face à face par suite d’une immigration massive vers les pays occidentaux de populations éduquées dans le strict respect d’une religion.

Les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo apparaissent comme telles à tout individu adhérant aux valeurs de liberté : des dessins tournant en dérision la sacralisation d’un individu qualifié de prophète par des croyants.

Mais pour tous ceux qui ont été éduqués dans le strict respect de la croyance musulmane, ce simple dessin apparaît comme un blasphème. Ce terme utilisé par les religions pour qualifier une parole ou une quelconque représentation heurtant profondément la croyance n’a strictement aucune valeur pour un non croyant. Il s’agit d’un concept religieux destiné à aggraver verbalement ce qui peut apparaître simplement amusant à un athée ou à un agnostique.

La candide incompréhension d’un père

Le père de l’une des élèves de Samuel Paty avait ainsi demandé dans une vidéo d’exclure ce professeur, qualifié par lui de voyou, de l’Éducation nationale. L’attitude naïve de cet homme représente toute la distance qui sépare notre liberté et notre rationalité des croyances anciennes.

Ce père de famille, imprégné d’une croyance venant du fond des âges, demande aux institutions de la République de se plier à sa foi religieuse. Sincère, il n’imagine même pas toute la distance qu’il devrait parcourir pour devenir un homme libre.

Il est sans aucun doute manipulé par des leaders radicalisés, mais sa candeur face à notre modernité nous étonne. Par ignorance, il nous demande de revenir au statu quo ante qui régissait le destin des Hommes avant le siècle des Lumières.

Si cet homme pense sincèrement que son dieu est le seul et l’unique, c’est évidemment qu’il ignore tout de l’Histoire de l’humanité, des milliers de dieux qui se sont succédé. Pourquoi l’un d’entre eux aurait-il la prééminence sur les autres ?

Avenir incertain

Depuis des décennies, l’immigration massive et incontrôlée met en présence deux mondes vivant à des époques différentes de l’Histoire. D’assimilation en intégration et d’intégration en renoncement, nous avons sans cesse reculé depuis cinquante ans. Nous n’avons pas fini de payer l’aveuglement de nos politiciens.

Face à nous, de petits fanatiques incultes ignorent qu’ils sont au service de leaders politiques et religieux ne recherchant que le maintien de leur domination. Nous ne pouvons pas céder. Ils ne comprennent rien à ce que nous sommes. L’avenir est sombre.

 

Voir les commentaires (60)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (60)
  • non seulement nous payons l’aveuglement et surtout le laxisme des dirigeants , mais aussi l’abrutissement de certains croyants ; effectivement la note va être salée et je ne parle pas seulement financièrement….

    • L’abrutissement ne concerne pas que les croyants en une religion. Il concerne aussi les croyances en certains dogmes et partis qui ne souffrent aucune critique. Les exemples abondent aujourd’hui et ils ne concernent pas les écrits liés aux religions traditionnelles.

  • Armé de son petit guide de l’athéiste militant en 10 leçons, M. Aulnas donne des leçons à tout le monde et sur tous les sujets, de l »anthropologie religieuse à la philosophie en passant par l’architecture. On pourrait qualifier cet étalage de propos de comptoir mais dans son cas, « propos de salle des profs » me parait plus indiqué. Pas sûr que ce soit mieux en fait.

    • Pour ma part, je trouve que cet article constitue une bonne synthèse de la position des athées et agnostiques. Il pourra heurter certains croyants, mais la liberté consiste bien à confronter des points de vue opposés.
      Synge a évidemment une culture qui lui permettrait de briller d’un tout autre éclat. On attend ses articles avec impatience.

      • Pour dialoguer, encore faut-il se comprendre. M. Aulnas pense qu’avoir la Foi c’est « croire et obéir », comment dialoguer dans ces conditions ?

        • Vous cherchez un prétexte pour ne pas dialoguer car vous considérez que vous avez la science infuse. Aulnas ne fait qu’exposer ce qu’il constate. Que vous ne soyez pas d’accord on s’en fout.

        • Avoir la foi, c’est en effet avoir confiance.
          Tout est dit. Et cela revient bien à croire et obéir.
          Il n’y a pas nécessairement une connotation négative. Dans nos vies, faire confiance, avoir la foi peuvent avoir des vertus positives sur nous.
          Mais cela peut devenir mortifère quand on cherche à en convaincre autrui par tous les moyens…
          La restriction du fait religieux à la sphère privée est la seule solution pour développer une société apaisée.

    • Très bien dit.
      D’autant plus que quand il écrit « La défaite des nazis et des fascistes avait consolidé l’esprit des Lumières », il oublie un peu vite les camarades communistes qui se sont épanouis en Europe à cette époque, et leurs cousins socialistes. Et l’Espagne franquiste. Ou le Portugal. ou la Grèce.
      Et M. Aulnas est franco-centré dans son analyse, avec simplement les catholiques, les juifs et les musulmans. C’est un peu court. Très court.. l’athéisme ou l’agnosticisme est oublié. Les religions orientales fort présentes en UK sont ignorées.
      L’islam radical, en tant que système de pensée global, investit les quartiers, s’insinuent là où l’Etat est absent ou a capitulé (ou est complice parfois).

    • Oui. Avec cet auteur on retrouve à chaque fois cette haine anticatholique, typique chez les FM.
      La haine de la civilisation Judéo-Chrétienne va jusqu’à lui faire mettre sur le même plan le national-socialisme et nos religions séculaires (« l’obscurantisme »).

  • Je crois que M.Aulnas exprime un point de vue respectable quant à sa teneur. Il me semble clair que le décalage entre la vision eschatologique des musulmans croyants et notre mode de vie est problématique. Et sans dénier nullement le droit de croire en un dieu, quel qu’il soit, il est un fait qu’il est plus facile de manipuler un croyant de surcroit inculte qu’une personne éduquée. Le choc des civilisations est peut-être là.

    • «plus facile de manipuler un croyant de surcroit inculte qu’une personne éduquée»

      Oui cela dit il faut ajouter la motivation à croire, un terreau comme certaines conditions matérielles, sociales ou psychologiques.

  • Je parlerai de préférence de retour du conservatisme dans le religieux, l’identitaire, l’environnement voire le social. Ce n’est pas un problème entre raison et obscurantisme je pense, cela toucherait plus le registre de la réaction ou du réflexe face à une évolution/situation nouvelle si on prend un peu de distance.

    Employer le terme de raison me pose toujours un problème, la raison est un processus, un moyen pas une finalité. Il me semblerait plus approprié d’utiliser celui de connaissance si on l’oppose à obscurantisme.

    «Parmi les Hommes, des petits malins ont compris très tôt qu’ils pouvaient exploiter la spiritualité présente en eux pour avoir une influence sur autrui.»

    Spiritualité ou crédulité/passivité !

    • Comme exemple de conservatisme religieux, pour les musulmans les exemples sont légions en France et surtout à l’extérieur, j’ai appris l’ouverture d’un musée de la création aux Etats-Unis, où l’on voit des humains cotoyer des dinosaures.

      • Hé oui, si Dieu nous a doté de la faculté de raisonner, c’est pour … raisonner. 1ère étape, décisive, admettre que les textes sacrés, pour sacrés qu’ils soient, n’en ont pas moins été écrits et souvent réécrits plusieurs fois, avec à chaque fois une intention, une méthode et pas mal de poésie aussi. Déjà, dans l’Antiquité, les historiens avaient une conception de leur métier pas forcément proche de la notre, alors que penser des écrivains hébreux encore plus anciens ? Lire la Bible au 1er degré et croire que Dieu a créé le monde en 6 jours chrono, c’est au mieux d’une naïveté enfantine touchante. En fait, celui qui vous raconte ça vous prend pour un enfant.

        • Le récit ou roman biblique est facile à comprendre et à retenir. C’est vrai pour d’autres domaines également. Voyez les mythes. C’est une manière efficace de donner du sens à la réalité, l’existence et ce qui l’entoure.

        • vous n’avez qu’à comprendre qu une chose pour comprendre es agnostiques… c’est que pour eux dieu n’est pa sun facteur causal necessaire..

          l’homme a une capacité à raisonner supérieure aux autres animaux et lal simple évolution peut suffire à l’expliquer…d’autant que c’est qualitatif non quantitatif… c’est un avantage majeur, peut être une » rupture »…

          je n’admets pas l’affirmation que dieu a donné la faculté de raisonner à l’homme..sauf à définir dieu, d’une façon que cette phrase devienne intelligible.. comment a il fait?

          a il crée le monde puis les lois de l’evolution et l’homme comme résultat..
          a t il crée le monde puis l’evolution et décider d’intervenir pour orienter cette evolution vers l’homo sapiens?

          vous en savez trop ou trop peu… et ne dite pas dieu a fait ..dites le prophète a dit que dieu a fait….

          je ne vous reconnais aucune autorité à dire la vérité et tout à professer votre foi.

      • mais les créationnistes chrétiens respectent les lois des pays ou ils vivent, ne constituent pas une contre-société, et ne cherchent pas à imposer leurs croyances par le meurtre.

        • «ne constituent pas une contre-société»

          Un musée n’est pas anodin, il y a aussi des lois, etc. C’est bien idéologique. Navré mais dans ce cas comparaison n’est pas raison.

    • « Employer le terme de raison me pose toujours un problème, la raison est un processus, un moyen pas une finalité. Il me semblerait plus approprié d’utiliser celui de connaissance si on l’oppose à obscurantisme. »

      C’est un moyen, mais j’avais bêtement supposé que c’était une évolution « normale » et avérée de l’Homo Sapiens.

      Comme quoi on peut se tromper. La raison de l’aveuglement étant toujours la même : « la paille et la poutre » : Y a-t’il une différence de nature entre l’obscurantisme religieux et l’obscurantisme politique ou sociétal ?

      • Ce n’est pas parce qu’on pense qu’on pense librement. Enfin je crois.. 😉

        https://psychology.poshtimes.com/8887/la-psychologie-de-la-croyance.html

        • Non seulement on ne pense pas librement (mais en fonction de ses désirs ou ses craintes), mais on pense à partir de connaissances limitées et biaisées sans prendre en compte qu’elles sont et seront toujours incomplètes et relatives.

          La plupart des gens ayant de toutes manières renoncé à penser librement.

          • La conclusion importante qu’il faut en tirer à mon avis, c’est que nous avons besoin les uns des autres d’ou une certaine mesure de tolérance pour éviter trop de conformisme et d’indolence créative, individuellement et collectivement (Etat, coutumes, moeurs..).

          • amusant, pour beaucoup notre achèvement intellectuel est la pensée logique… qui est justement..non libre…

            le génie peut être vu comme la simple capacité à abandonner un faux prémisse.

  • « L’attitude naïve de cet homme représente toute la distance qui sépare notre liberté et notre rationalité des croyances anciennes. »
    Les théories nazislamistes issues directement du Coran, n’ont donc pas leurs places dans notre pays. Pas plus que Mein-Kampf.

  • Toutes les idéologies, quelles soient politiques, philosophiques ou religieuses ne sont que des stupidités.

  • La trame de l’article est que la religion est synonyme d’incompétence.
    Je suis d’accord avec cette idée.
    Car c’est en effet la croyance, la foi que l’on invoque lorsque des phénomènes échappent à la compréhension de l’homme.
    Tout événement naturel inexplicable s’apparente alors à de la magie, du surnaturel, du divin… La religion devient rapidement l’explication des choses inexplicables. Elle comble le vide de la pensée.
    De ce fait, je place la croyance religieuse au début de l’humanité, bien avant même que quelques petits malins aient compris qu’ils tenaient là en main un outil d’asservissement sur une population naïve.
    Un corollaire est que le fait religieux regresse à mesure que le fait scientifique progresse. Un autre est que les peuples intelligents finissent toujours par l’emporter sur les peuples crédules, happés par le néant de l’Histoire, d’autant plus vite que ces derniers ont recours à une insupportable violence.
    Je suis donc très positif – à long terme – sur l’issue de l’affrontement entre notre monde et celui des islamistes.

  • L’auteur ferait mieux de lire quelques ouvrages sur les religions qu’ils critiquent. La série de stéréotypes qu’ils balancent avec aplomb sont plus des arguments d’adolescents que des réflexions philosophiques.

    • Les religions font perdre la raison aux gens atteints! Ce n’est pas parce que c’est votre cas qu’il faut dénigrer l’auteur!

      • votre propos illustre la vision de bon nombre d’athées :  » un croyant ne peut être qu’un aliéné ». Pas beaucoup de respect et de considération pour ceux qui ne sont pas athées. Cela n’aide pas au dialogue.

      • J’ai aussi été un athée militant pendant des décennies, mais la réalité est bien plus complexe et intéressante.
        .
        Pour commencer, il n’existe pas à proprement parler de non-croyants face à l’incommensurable. Le vide laissé par l’abandon de la chrétienté a engendré pleins d’autres idoles, comme la maman Gaïa ou le papa état et les mille imbécilités pseudo-scientifiques qui existent. Il a laissé aussi une peur inextinguible de la mort qu’on retrouve partout et qui paralyse nos sociétés.
        .
        Ensuite les 6000 et quelques religions existantes sont très variées. Certaines font végéter ou disparaître, d’autres rendent une civilisation agressive quand d’autres encore sont un formidable moyen d’organisation sociale et de transmission et circulation des ressources, dont le savoir.
        .
        Ensuite comme le libéralisme qui démontre tout le mal qu’il y a dans le bien apparent du socialisme et tout le bien qu’il y a dans certains « mal » (ex: égoïsme, appât du gain), il ne faut pas avoir une vision manichéenne.
        Après avoir beaucoup lu, il est clair que la civilisation occidentale découle directement des effets induit de la religion chrétienne. Les « dix commandements » par exemple sont pour partie un véritable ancêtre du libéralisme, ce n’est pas du tout un hasard si celui-ci émerge en occident.
        .
        Les socialistes devraient relire quelques commandements tous les soirs.
        « tu ne désireras point la maison de ton prochain, ni son champ, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain. »

    • On ne peut pas dialoguer quand on ne connait pas l’autre. C’est d’ailleurs le problème du dialogue inter-religieux, notamment entre l’Islam et le Christianisme, malgré les bonnes volontés. Il semble que ce soit aussi un problème avec certains athées.

  • C’est malheureusement le cas dans tout l’Occident. On constate un rejet de la science et de la raison au profit de croyances que l’on croyait enterrées définitivement. Quand même les scientifiques se livrent à la falsification au profit de leur idéologie tel le RCA!

    • Dire que la hausse de la température fait tomber la neige quand on a fait de la science à l’université, faut oser.

      • L’augmentation de la température favorise l’évaporation et augmente rapidement la tension de vapeur saturante donc en région froide (altitude ou zones polaires) l’intensité des chutes de neige.
        Ou si vous préférez, il neige plus à -5° qu’à -10°.
        Ce qui a l’air idiot ne l’est pas toujours.

    • Le problème est inverse: les masses occidentales croient à la science mais elle a été pervertie par des croyances comme le RCA, « la 6ème extinction », le « chimique mauvais » etc.
      Même chose pour la raison: ce n’est pas que les gens s’en foutent de l’endettement ou des impôts, c’est surtout qu’ils sont totalement désinformés par une propagande éhontée.
      .
      Bref, la science a « gagné », mais paradoxalement, comme elle est la référence ultime elle est prise d’assaut par des tas de gens qui s’en servent pour avancer leurs croyances; écolos, politiques, mais aussi…religieux traditionnels comme Bainville plus bas qui avance des arguments pseudo-scientifiques pour « prouver » que l’évolution est fausse. Cette dernière catégorie est mineurs et ils ont peu d’impacts en Europe du moins.
      .
      En fait la majorité de la science a été écrite par des croyants, ce n’est pas à proprement parler le problème, le diable est dans les détails.
      .
      « Je crois au Dieu de Spinoza, qui se manifeste dans l’harmonie de l’existant, pas dans un Dieu qui s’abandonne au destin et aux actions des hommes. » Einstein 1929

  • Texte pétri de l’arrogance méprisante de l’athée, certain de détenir LA vérité. C’et une forme d’arrogance totalitaire qui rejoint celle des musulmans, qui ne peuvent pas accepter un autre point de vue que le leur.

    • J’imagine mal Mr. Aulnas aller convertir les mécréants dans la rue avec un couteau.

      • C’est le même principe. Si monsieur Aulnas n’ira pas convertir avec un couteau, d’autres n’ont pas hésité à exécuter des chrétiens pour leur Foi, que ce soient les révolutionnaires français, les communistes (russes ou espagnols), les franc-maçons (mexique)…

    • Il est difficile de croire que l’on ne croit pas.

  • Les dogmes sont les fauteuils de l’esprit; il est difficile d’en chasser ceux qui s’y vautrent. Cela vaut pour les religions au sens large, y compris le communisme et le démocratisme par exemple.

  • Il y a en ce moment une croyance qui explique que l’an prochain il y aura 8 % de croissance avec deux millions de salariés en moins pour créer des richesses, que le pognon de l’Etat tombe du ciel mais qu’il faudra bien le rembourser mais on ne sait pas à qui puisqu’il vient du ciel.

    Les Polynésiens appellent cette croyance le culte du cargo.

  • « Le monde ancien, celui des croyances intangibles, affronte encore aujourd’hui le monde nouveau, celui de la raison. »
    Les grecs anciens ne raisonnaient-ils pas ?
    Les catholiques ne raisonnent pas ? Il y a pourtant un pape qui a expliqué que Foi et Raison ne s’opposent pas… (cf le chapitre IV de l’encyclique Fides et ratio que l’on trouve ici : http://www.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_14091998_fides-et-ratio.html) et que vouloir les opposer conduit au drame.

  • Ce passage est particulièrement croquignolet :

    « D’assimilation en intégration et d’intégration en renoncement, nous avons sans cesse reculé depuis cinquante ans. Nous n’avons pas fini de payer l’aveuglement de nos politiciens. »

    L’aveuglement de nos politiciens vraiment ? Et l’aveuglement libéral il passe à la trappe ?

    Combien d’articles sur Contrepoints vantant les vertus de la libre circulation des personnes , qu’il allait pas savoir peur et être idiot , qu’il fallait ne plus avoir de frontières, que le nationalisme c’est le mal, l’émigration c’était bien etc…

    Maintenant vous l’avez votre monde multiculturel, alors assumez.

    • Non, ce que vous décrivez, c’est à 100% la gauche.
      Politiquement, les libéraux n’existent absolument pas en France, leur reprocher les politiques des socialo-étatistes est un non-sens.
      Il est vrai qu’une partie mineure des libéraux, comme les libertariens, que je considère comme des idéologues avec peu d’ancrage dans le réel prônent des frontières ouverte sans conditions.
      Tous les autres vous diront qu’avec nos niveaux de prestation sociale, c’est du suicide et une course vers encore plus de socialisme vu que les immigrés votent à gauche, ce qui est d’ailleurs la raison principale de l’amour soudain que leur porte les gauchistes (dans les années 70 la gauche américaine était anti-immigration comme les communistes français).
      .
      Dans des pays où ils ont un réel poids politique, comme la Suisse, les libéraux ne sont absolument pas pro-immigration sans condition, « multiculturalistes » ou anti-nation et ils s’opposent dans tous ces domaines aux gauchistes.

      • @Guillaume P: Il y a aussi des gauchistes libéraux qui font masse avec les libertariens…

      • Les libéraux n’existent certes pas au niveau national mais existent au niveau Européen, ou ,soyons clair, le destin de la France se décide.

        • Gérard a écrit: « existent au niveau Européen, ou ,soyons clair, le destin de la France se décide. »

          Non plus.
          Les 12’500 lois et 273’000 décrets qui tuent l’économie Française et donnent tous les pouvoirs aux socialo-étatistes immigrationnistes sont bien franco-françaises.
          Cocorico !
          La France surendettée et en faillite est 72ème pour la liberté économie (non libre), le Danemark est 10ème et va comparativement très bien.
          La Hongrie qui est dans l’UE n’a aucune peine à fermer ses frontières alors que c’est un petit pays qui se fait uriner dessus par les géants multiculturalistes comme la France ou l’Allemagne.
          Ne pas oublier que Macron est un ex encarté parti socialiste et ex ministre de Hollande « c’est gratuit ».
          .
          L’UE est en train de se transformer en bureaucratie soviétoïde inepte, je suis d’accord qu’il faudra s’en occuper, mais pour l’instant tous les maux qui pourrissent la France sont 100% estampillés « élites » françaises.

    • De plus, il ne faut pas mélanger théorie et pratique. Si dans la théorie, l’immigration et la diversité de la population peuvent apporter une puissance économique au pays hôte – ce que beaucoup de libéraux ont théorisés avec exemple à l’appui – dans la pratique c’est beaucoup moins efficace et bénéfique que certains l’espèreraient. Tout simplement car on ne peut pas partir du principe que 100% des humains de la planète sont compatibles avec la culture et le mode de vie du pays hôte en question. Les relations humaines sont ce qu’elles sont, et elles ne sont pas toujours facile. D’où l’importance, selon moi, de privilégier une immigration compatible avec la France/Europe. C’est-à-dire, une population immigrée ethniquement européenne (Europe de l’Est, Afrique du Sud, Amérique du Nord, Océanie).

  • Constat très juste, mais fort tardif ! Il eut fallu accorder davantage de crédit aux inquiétudes de Le Pen père sur la puissance démographique croissante de l’islam en France, et de son incompatibilité avec les valeurs occidentales. La naïveté et la lâcheté ont coûtés bien des vies, et finiront par coûter la paix également. L’avenir est sombre oui…

  • Mahomet était un guerrier prosélyte qui convertissait par l’épée et le feu.
    La croyance n’est un problème que quand elle interfère avec un but à atteindre; paix, libertés, droits des uns ou des autres ou examen sceptique des faits pour la science.
    L’immense majorité des sciences et des technologies ont été créés par des croyants, y compris actuellement. Le cerveau est une véritable machine à croire, le scepticisme est une exception, même les zététiciens (sceptiques radicaux) ont souvent une ou l’autre des croyance commune qui ne repose pas sur grand chose.
    .
    L’Homme réellement rationnel n’a jamais existé, c’est la nature de la croyance qui fait toute la différence.

    • Peut-être faut il simplement considérer que l’Homme n’est pas QUE rationnel ?

      • A moins de n’être qu’un cerveau sans corps et sans passé. Ce qui le rendrait complètement inopérant !
        Finalement malgré les inconvénients plus ou moins gênants, lesquels peuvent être atténués, les humains sont extras tels qu’ils sont.

      • Façonné par la sélection naturelle, Il est rationnel pour le buisson de baie, la proie et la poterie, en gros son environnement immédiat.
        Les grandes quantités, les temps long, les causalités complexes le dépassent complètement, quant à sa finalité dont la mort, elles sont bien trop absurdes pour êtres acceptées.
        Je le trouve extra aussi comme il est, c’est un des animal les plus fascinant de cette longue chaine de hasard biologique.
        J’ai été un athée et zététicien (sceptique) militant, j’adore découvrir des choses qui contredisent mes croyances, comme la religion chrétienne. Comme on ne peut se passer de croyance, celle-là avait vraiment quelque chose de spécial et la laisser tomber pour des religions de l’apocalypse ou des imbécilités égalitaires était bien une des pires chose à faire.

  • Vous présupposez que la « machine » est antérieure à la protéine pour que cette dernière soit fonctionnelle. Ce n’est pas un raisonnement logique.
    C’est comme construire une voiture et attendre que la nature produise de la super 98 (ou qu’une « évolution dirigée », car c’est bien cela que vous défendez si je ne m’abuse, la créée).
    Les protéines sont fonctionnelles pour un truc qui a évolué en même temps. Sans fonction, elles ont disparu.

  • Je remarque que l’obscurantisme sévit de plus en plus dans notre pays largement déchristianisé…
    Mais il est vrai que nous avons la religion républicaine avec le Dieu-Etat

  • « Ce n’est pas l’avis de Karl Popper, qui parle à son sujet de “tautologie”, le dogme de la survivance des plus aptes n’étant pas “falsifiable”: par définition, tout être vivant est apte à vivre et il n’y a aucun moyen de prédire si tel être fera partie des survivants. »

    Mais Popper est revenu sur son avis, ce qui me semble logique. Les alternatives à la théorie de l’évolution me semble très faible sur ce point. Et malgré l’extraordinaire évolutivité par exemple des micro organismes, on n’a pas trouvé de cas prenant en défaut la théorie alors qu’on peut tracer l’ensemble pas à pas de leurs évolutions.

    • « L’infinie complexité d’une cellule montre à l’évidence que le hasard, vrai nom de la « sélection bienfaisante », ne peut ^tre une cause.

      Et ce n’est pas « le hasard » qui en est la cause, juste votre totale incompétence en science qui vous le fait croire et surtout une farouche volonté de défendre votre vie éternelle, la mort est difficile à avaler, il est vrai.
      En réalité, les molécules ont des propriétés qui les font s’assembler spontanément. La toute première membrane cellulaire était ainsi formée de lipides membranaires qui s’organisent spontanément dans un milieu aqueux par simple procédé chimique.
      Chaque « brique » fondamentale de ce qui est une cellule, y compris l’ADN a ainsi une organisation chimique spontanée suivant les conditions et on retrouve des formes archaïques des composés cellulaire un peu partout.
      .
      Ce qui a pris pas mal de temps, c’est d’avoir suffisamment de mutations et d’accidents, parfois mécanique, pour arriver au bon assemblage dans un milieu en plus très changeant et destructeur.
      .
      Il existait tout un écosystème avant que les archéobactéries émergent et produisent un poison oxydant extrêmement puissant qui a quasi tout détruit: l’oxygène.

      • « Vous allez de croyances en naïvetés: « des propriété qui les font s’assembler spontanément… »

        Oui oui, l’huile hydrophobe (molécule polaire) ne s’assemble pas spontanément dans un milieux aqueux, les nucléotides polymérisés n’établissent pas des liaisons covalentes et toute la chimie est un mensonge éhonté, que dis-je, un complot.
        .
        « Le mépris de la réalité vous rend agressif envers la religion »

        Totalement faux, lisez mes autres interventions.
        Vous faites ce que vous voulez avec la religion dans les limites de la loi, je m’en tape complètement mais ne vous mêlez pas de science, dans ce domaine vous êtes plus que pathétique.
        .
        Discuter avec des gens comme vous n’a aucun sens, d’autant plus que vous prêchez dans le vide en Europe, je voulais juste poser un contrepoints pour d’autres lecteurs, c’est faits.

  • « Le judaïsme n’est pas non plus à l’abri des errements, les juifs orthodoxes adhérant à une interprétation littérale de légendes… »

    S’ils adhèrent, c’est qu’ils font un choix. Faire une interprétation littérale plutôt que symbolique n’implique pas agir sans rationalité, comme un réflexe, une crédulité.
    On peut toujours dire que cela n’est pas efficace, très risqué, n’allant pas vers le sens du Progrès. Mais je retournerais qu’il est faux de croire que l’avenir est unique et universel. D’ailleurs, cela va à l’encontre de la théorie de l’évolution, à moins de considérer que la réflexion humaine serait à la fois prédictive et omnipotente. Soit l’égal de Dieu.

  • J’aimerais rappeler que les pays les plus libres de ce monde sont les pays chrétiens et juifs. Les pays musulmans, bouddhistes, indouistes et athées (Chine, Corée du Nord) sont des pays en majorité bien plus répressifs et bien moins prospères.

    D’ailleurs, le christianisme recule en Europe et comme par hasard, la liberté aussi. Il n’y a rien de surprenant à se retrouver avec toutes sortes de mesures liberticides sous prétexte du covid, car les gens qui ne croient plus en Dieu, reportent leur espérance sur l’Etat. Ce n’est plus à Dieu de les sauver personnellement, mais à l’Etat de les sauver collectivement. Voilà pourquoi le judéo-christianisme pousse au libéralisme, car le Dieu judéo-chrétien est d’abord centré sur l’individu, alors que les autres formes de croyances poussent à la coercition, car elles sont centrées sur la collectivité.

    Opposer religion et raison est un non-sens. La raison de la religion est que nous allons tous mourir, personne ne le conteste. La religion est une tentative d’expliquer ce phénomène, une tentative de préparer sa mort, pour qu’elle se passe le mieux possible. La religion est donc complètement pertinente, même si parfois elle doit contredire des scientifiques, qui ne peuvent apporter que des hypothèses et aucune certitude, car la discipline de la certitude, ce n’est pas la science, mais la philosophie.

    Rejeter toute notion de religion, c’est refuser de se préparer à la mort, cela n’est pas une attitude dictée par la raison, qui veut au contraire que nous soyons prévoyant en toute chose. Cela fait d’ailleurs longtemps que Pascal a démontré par son pari, qu’il vaut mieux prendre le risque de croire en quelque chose de faux, que de refuser toute approche de la question.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mettons nous un instant à la place d’un Vladimir Poutine. Il faut bien comprendre qu’il lui est impossible de perdre cette guerre, puisqu’une défaite en Ukraine ouvrirait une boîte de Pandore extrêmement dangereuse pour l’unité de la fédération de Russie face aux velléités d’indépendance que pourraient manifester certaines républiques du Caucase entraînant de facto un effet domino sur d’autres républiques à forte population musulmane.

Pour l’instant, une certaine stabilité des relations entre le Kremlin et ses inféodés prévaut (Tchétch... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Aujourd’hui, le terme croisade est passé dans le langage courant pour désigner une action militante : croisade contre le tabagisme, contre l’installation d’un champ d’éoliennes, pour une alimentation bio dans les cantines scolaires… En Occident, la référence religieuse aux croisades, l’histoire de ces croisés du Moyen-Âge partis libérer la Terre sainte, est oubliée ou enfouie dans nos manuels scolaires.

Mais pas dans l’imaginaire musulman ! Et pas seulement chez les islamistes radicaux, chez qui le souvenir des croisades est sans cesse... Poursuivre la lecture

En France, la laïcité est d’abord et avant tout du droit, comme l’illustre notamment le référé-liberté, introduit par le préfet de l’Isère envers la délibération portant sur l’autorisation du port du burkini dans les piscines municipales à Grenoble.

 

Des règles éparses structurant le régime juridique de la laïcité

Les étapes vers la laïcité ont toutes été marquées et concrétisées par des textes juridiques.

Cette situation est particulièrement significative en France où le goût du droit comme symbole de l’ordre est u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles