L’anarcho-capitalisme, qu’est-ce que c’est ?

Au sens propre du terme, l’anarcho-capitalisme est la doctrine selon laquelle une société capitaliste sans État est économiquement efficace et moralement désirable.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Basil James on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’anarcho-capitalisme, qu’est-ce que c’est ?

Publié le 22 août 2020
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

En 1988, paraissait aux Presses Universitaires de France, dans la collection « Que sais-je ? », un ouvrage de Pierre Lemieux, professeur associé à l’Université du Québec en Outaouais, intitulé L’anarcho-capitalisme.

Ce livre est aujourd’hui épuisé. Heureusement, le 18 novembre 2005, l’auteur donna l’autorisation à Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi, de numériser L’anarcho-capitalisme, dans le cadre de la collection « Les classiques des sciences sociales ».

Au sens propre du terme, l’anarcho-capitalisme est la doctrine selon laquelle une société capitaliste sans État est économiquement efficace et moralement désirable.

L’anarcho-capitalisme se distingue des doctrines pro-capitalistes orthodoxes en ce qu’il étend l’anarchie constitutive de l’économie capitaliste à tous les domaines : même quand il s’agit d’offrir les services de sécurité publique (police, tribunaux, défense nationale), l’État devrait céder sa place à des entreprises ou des associations libres, privées et concurrentielles.

L’anarcho-capitalisme se distingue de l’anarchisme traditionnel de deux manières : d’abord, loin de nier la propriété privée, il se fonde sur elle pour réconcilier les multiples actions individuelles ; ensuite, après avoir posé l’égalité formelle de tous les individus en droit, l’anarcho-capitalisme admet les inégalités matérielles que produit ou cautionne la liberté totale.

L’anarcho-capitalisme se présente ainsi comme la limite et le mariage des deux doctrines : la liberté de l’anarchisme s’étend à l’économie, et la liberté capitaliste envahit le social et les conditions de base de la vie en société.

Pour introduire cette version numérisé de son ouvrage, Pierre Lemieux a rédigé une nouvelle préface où il revient sur l’évolution du monde depuis la parution de son livre en 1988 :

« Dans le court laps de temps qui sépare l’édition papier de l’édition numérique de L’anarcho-capitalisme, la progression de la tyrannie a été foudroyante. L’effondrement du bloc soviétique s’est accompagné de la soviétisation douce des États qui l’avaient combattu et qui ont inventé la tyrannie à visage humain. Amélioration, certes, pour les anciens esclaves du communisme, mais détérioration pour nous. […]

L’État monstrueux que l’on subit maintenant n’est pas un produit du 11 septembre 2001 : c’est parce qu’ils avaient déjà des pouvoirs inouïs que « nos » États ont pu se servir de la « guerre à la terreur » pour écraser davantage nos libertés. Contrôle des marchés financiers au nom de la répression des transactions d’initiés, contrôle des entreprises pour motifs d’« éthique » ou de « gouvernance », lutte à la drogue puis au tabac, contrôle des transactions monétaires pour contrer le « blanchiment d’argent », généré lui-même en bonne partie par des crimes fabriqués par l’État, renforcement des contrôles des armes à feu aux mains de quiconque n’est pas un agent de l’autorité, limitations de la liberté d’expression au nom du prétexte du jour, pouvoirs accrus de la police – toutes ces mesures avaient commencé bien avant 9/11, et l’État n’a fait qu’ajouter « terrorisme » aux raisons antérieures pour contrôler ses sujets.

Les grands prêtres de la religion environnementale continuent de s’improviser porte-parole des générations futures, dont ils présument qu’elles seront satisfaites d’un monde vert d’esclaves heureux. De plus en plus ouvertement, l’État favorise ses clientèles les plus fidèles et déclare la guerre aux styles de vie et groupes qui le menacent, qu’il s’agisse des fumeurs, des chasseurs, des propriétaires d’armes, des entrepreneurs et financiers innovateurs – bref, de ceux qui n’aiment pas se soumettre.

[…]

Et pourtant, il est difficile d’imaginer l’avenir de l’humanité sous le joug de cette institution fruste et dangereuse qu’est l’État. Des troupeaux d’hommes sont forcés, officiellement pour leur propre bien, de payer des impôts qui servent essentiellement à favoriser certains d’entre eux et à enrégimenter et contrôler tout le monde. À la manière dont les choses progressent, l’argument de Rothbard selon lequel nous n’avons rien à perdre à essayer l’anarchie risque fort de devenir incontournable.  »

Article initialement publié en janvier 2011.

A lire aussi : Libéralisme ou anarcho-capitalisme ? Réponse à Pierre Lemieux

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Très bon QSJ dont j'ai un exemplaire.

  • Cependant et contrairement à ce que laisse penser la citation, dans la préface à l’édition numérique et juste avant le passage cité, l’auteur a indiqué :

    « Il me semble que l’anarcho-capitalisme est davantage un idéal à viser et une idée à expérimenter qu’un programme à réaliser hic et nunc. »

    • C’est la conclusion de cette préface qui est importante :
      « si nous ignorons les idées philosophiques et économiques qui soutiennent l’anarcho-capitalisme, nous serons incapables de transmettre aux nouvelles générations les idées nécessaires pour critiquer et combattre l’Etat. »

  • Je l’ai lu ya plus de 15 ans, et la proposition de far-west en mode survivor du quotidien ne m’a pas emballé. Je pense que c’est ce qui se passerait au début d’un tel « système » avant de se transformer par agrégation des intérêts et jeux de pouvoirs en une sorte de féodalisme capitaliste.

    • « Farwest … féodalisme capitaliste », rien que ça ! Auriez vous l’intention de vous servir de l’anarcho-capitalisme comme d’un épouvantail anti-libéral ? C’est comme mes élèves musulmanes à qui je suggère de porter autre chose que leur tunique noire et qui me répondent qu’elles ne sont pas des salopes pour venir au lycée en mini-jupe. Il y a autant de degrés entre le libéralisme façon anarcap et façon Bastiat que de cm entre une micro-jupette et la longue robe d’une musulmane très pratiquante.
      De toute façons l’anarcapie c’est comme le chat de Schrödinger, une expérience de pensée.

      • Euh… ça va Synge ? Vous avez lu mon commentaire ? (oui, sans doute). Vous avez compris mon commentaire ? (Non, sans aucun doute)
        Pouvez-vous me dire où vous lisez que je souhaite utiliser l’anarcap comme épouvantail contre le libéralisme ? Nul part, je sais, vu que je sais ce que j’ai écrit… misère…

    • le farwest mythifier n’a rien à voir avec le le farwest réel. Lorsque l’on se penche sur les fait historique, le farwest était infiniment plus tranquille et paisible que la cote est.
      Personnellement je préfère infiniment un féodalisme capitaliste à la tyrannie étatique dans laquelle nous sombrons petit à petit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Macron retraités décideurs troisième voie
4
Sauvegarder cet article

L’époque est à la panique certifiée, aux pythies labélisées « science » et aux prédictions hasardeuses érigées au rang de vérités… Santé, démographie, climat, comme le craignait Aider, l’homme s’est soumis à la technologie, comme il le fit, antan, au Créateur Divin. L’avenir tout tracé, lui, peine à se conformer aux modélisations… Nos prodiges de dirigeants se sont engouffrés dans la brèche : fonder leurs décisions sur un avenir scientifiquement validé relève de la providence.

Ignares ? Oui, sans conteste mais avant tout opportunistes.... Poursuivre la lecture

La France était présentée il n’y a pas si longtemps comme une Union soviétique qui aurait réussi. Le point de départ est, à la Libération, le programme du CNR en particulier « Les jours heureux », et les ordonnances de 1945 qui ont créé la Sécurité sociale. La spoliation légale généralisée devenait le mode de fonctionnement du pays.

 

Néfaste par routine

À cause de cela les gouvernements successifs ont glissé vers un étatisme de plus en plus étouffant. Le vol légal, baptisé « solidarité » pour la « justice sociale » et « l’... Poursuivre la lecture

Achat d'or pouvoir d'achat
2
Sauvegarder cet article

S’il est quelque terme économique mal compris en France (et parfois ailleurs) c’est bien celui de pouvoir d’achat.

 

Pouvoir d’achat du revenu monétaire

Certes, quand quelqu’un a un pouvoir d’achat, il prend conscience de ce qu’il peut acheter en un moment donné avec l’argent dont il dispose. C’est un genre d’approche statistique du pouvoir d’achat, qui va donc augmenter (ou diminuer) avec le revenu, et qui va varier suivant le niveau des prix des biens et services achetés.

La structure des dépenses envisagées est do... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles