Le temps est venu de la renaissance nucléaire de la France

Il ne s’agit pas simplement de convertir une activité. Il faut « penser nucléaire » car cette source d’énergie quasi-illimitée et bon marché constitue une composante majeure indispensable à cette transition.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Energie by blackpictures(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le temps est venu de la renaissance nucléaire de la France

Publié le 7 août 2020
- A +

Par Michel Gay.

Moderniser le parc nucléaire français : une priorité

Un échange rare et extraordinaire a eu lieu au parlement anglais le 29 juillet 2020. À la question d’une députée britannique qui interrogeait le Premier ministre sur la renaissance du nucléaire, Boris Johnson a répondu :

« Le temps est venu de la renaissance nucléaire. Je crois passionnément que le nucléaire doit faire partie de notre mix énergétique. Il nous aidera à atteindre nos objectifs carbones ».

Et en France ?

Pendant que la France s’enfonce dans un déclin programmé en fermant des réacteurs nucléaires en parfait état de fonctionnement et en promouvant les éoliennes, le Royaume-Uni renoue avec l’esprit de conquête.

La modernisation du nucléaire ne progresse guère dans notre pays. Les procédures d’autorisation de construction de plus en plus longues et retardées bloquent les investissements nécessaires pour le déploiement de cette infrastructure fondamentale pour l’économie de la France.

Les politiques et les autorités doivent soutenir le renouvellement du parc nucléaire comme le font clairement les Britanniques.

Voulons-nous voir notre compétitivité s’effondrer au moment où l’économie tente de redémarrer après la crise sanitaire ?

Penser nucléaire !

Au-delà de l’industrie et des ménages qui ont un besoin permanent et fondamental d’électricité bon marché, la pandémie du Covid-19 a accéléré le recours massif au télétravail qui repose sur une production permanente, stable, pilotable et massive d’électricité.

Il ne s’agit pas simplement de convertir une activité. C’est la manière de voir l’organisation de la société qu’il faut changer en « pensant nucléaire » car cette source d’énergie quasi-illimitée et bon marché constitue une composante majeure indispensable à cette transition.

Cessons de croire les apôtres du chaos qui se répandent bruyamment en anathèmes sur le nucléaire et communiquent par la peur. Dans le même temps, les scientifiques et les politiciens modérés se font discrets car les faits raisonnés et argumentés, souvent fastidieux, se noient dans une tempête émotionnelle d’imprécateurs.

Par exemple, depuis 60 ans, il n’a pas été possible de prouver de manière cohérente que l’exposition à la radioactivité en-deçà des valeurs limites ait des effets nocifs sur la santé. Et c’est même parfois le contraire, la nature étant partout radioactive, et même souvent fortement, au regard des limites maximales définies pour les populations.

Les politiques et les autorités, qui ne se mouillent guère dans ce dossier du nucléaire, doivent prendre les mesures permettant le traitement rapide des procédures d’autorisation, garantir les ressources nécessaires au déploiement de nouvelles infrastructures, et communiquer plus activement dans l’intérêt des Français.

La compétitivité de notre tissu économique en dépend.

Voir les commentaires (53)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (53)
  • Les UAE viennent d’inaugurer leur première centrale nucléaire. Déclarations des autorités :
    « The Barakah plant will supply clean baseload electricity to the grid – complementing intermittent renewable sources of energy such as solar and wind, which are not able to generate electricity on a continuous basis »
    « (..) marking this milestone in the roadmap for sustainable development »
    Pas cons, les mecs…

  • Quand on sait que l’argent des éoliennes part dans les paradis fiscaux et que l’intermittence profite aux marchands de gaz, tout est dit….Non: il y a aussi les petites enveloppes…

  • Le gros défaut du nucléaire, il est entre les mains de l’état et échappe aux rapaces internationaux, le nucléaire en France est terminé.

  • Le RU a de la marge, beaucoup de marge. Le nucléaire y est le parent pauvre du mix énergétique électrique dominé par le fossile…
    Il conviendrait plutôt de parler de naissance que de renaissance.
    En revanche, le pays est plutôt bien fourni en ENR.
    Bref tout le contraire de chez nous.
    La suite on la connaît : pour rentrer dans les clous des différents accords sur le climat et autres consignes européennes, le RU doit décarbonner son électricité (d’où le nucléaire) et la France doit booster ses ENR (ce qui ne peut se faire qu’en baissant son nucléaire).
    Et c’est ce qui se passera et pas autre chose.

    • « la France doit booster ses ENR (ce qui ne peut se faire qu’en baissant son nucléaire) ». C’est une plaisanterie du second degré ou quoi? Rien de plus efficace de meilleur marché que le nucléaire. On n’a absolument pas besoin des ENR pour être « décarboné », un mot stupide puisque le carbone, c’est la vie. Nous sommes fait de carbone et d’eau. Les forêts, c’est du carbone, la végétation, c’est du carbone. D’ailleurs la chimie organique devrait s’appeler « chimie du carbone ». Sans carbone, nous sommes tous morts. Mieux: le CO2, c’est le gaz de la vie.

      • Plaisanterie ou pas, c’est le sens de l’histoire, et nous n’y pouvons rien.
        Sur le long terme, tout va se moyenner. Les pays fortement nucléarisés, comme la France, vont voir le nucléaire stagner ou régresser faiblement, et ceux peu pourvus en ENR, s’y lancer…
        De plus, nos dirigeants ne sont pas tous fous. Ils savent parfaitement, qu’à moins d’une révolution technologique, les stocks d’uranium ne sont pas plus pérennes que ceux du pétrole ou du gaz.
        La route vers les ENR est aussi une réponse à ce pari risqué d’une révolution technologique qui, pour le nucléaire, ressemble de plus en plus à Godot…

        • Via la filière surgénérateur (que nous avons sacrifiée en France pour des raisons politiques), il y a des réserves pour des dizaines de milliers d’années. Et la filière thorium, avec 3x plus de réserves.
          Et à long terme, on peut faire des raisonnements:
          « Nos dirigeants ne sont pas fous, ils savent parfaitement, qu’à moins d’une révolution technologique, les stocks d’hydrogène du soleil ne sont pas pérennes. Le suicide collectif est une réponse à ce pari risqué d’une révolution pour les panneaux solaires, qui ne peuvent toujours pas se passer de soleil, et ressemble de plus en plus à Godot ».

    • le RU est sortie de l’Union Européenne : bien joué !

    • @Jérémy Lapurée :  » … la France doit développer [pas besoin de l’étasunien « booster » !] :  » … ses ENR » « Et c’est ce qui se passera et pas autre chose. »

      Beaux spécimens des diktats préférés sur un ton péremptoire par les européistes inféodés à une UE infiltrée par les délires escrologistes !

      L’incompétence – car le nucléaire a des avantages multiples et évidents : fiabilité, coût compétitif, ne polluant pas l’atmosphère, garantissant la souveraineté énergétique et l’indépendance nationale, … – et le fanatisme escrologiste antinucléaire remplacent tout raisonnement. Et vous croyez que l’on va humblement continuer d’obéir aux « Führerbefehle » [ » … et autres consignes européennes … « ] de l’UE ? Perinde ad cadaver : en effet, c’est le cadavre de notre politique énergitique qui se profile.

      Au passage, depuis le trucage moral que constitua l’adoption en 2007 par un parlement félon aux ordres de Sarkozy de la soi-disant « constitution européenne » que le peuple, votant à près de 70 % avait rejeté à plus de 55 % en 2005, la légitimité de votre UE pour décider du destin des peuples des États membres est plus que contestable.

      Maintenant, en ce qui concerne l’énergie, ça suffit ! Il faut de toute urgence revenir à la raison en cessant de subventionner (en cumulé, cela se chiffre en milliards) l’éolien et le solaire, énergies intermittentes au prix de revient effarant qui bousillent nos paysages ruraux et urbains.

      La moisissure verte a envahi nos institutions, fertilisée par la pluie « bienfaisante » des sornettes déversées ad nauseam par les médias ignares et conformistes. Quant à Freluquet 1er, il ne pense qu’à sa réélection et, pour cela, il est prêt aux pires sottises et vilenies.

    • @ Lapurée  » la France doit booster ses ENR » : Pourquoi puisque le nucléaire émet moins de co2 que les éoliennes et qu’il est pilotable (lui) ?

  • Cette campagne permanente et insistante en faveur du nucléaire n’est-t-elle pas excessive et finalement lassante dans ces colonnes ?

    • On adore les obsessions de Mr Gay, c’est un peut comme un fan de Napoléon.. Ça permet de ne pas oublier que nous étions une grande puissance.

    • Oui, dans la mesure où il prêche des – majoritairement – convaincus. Non, quand 69 % des Français considèrent le nucléaire générateur de CO2, alors qu’il ne l’est qu’à peine plus que l’éolien

      • en effet, il est salutaire de lutter contre les arguments faux des antinucléaires..parce que c’est politique et qu’on paiera…la vraie solution serait de faire sortir du politique et que les antinucléaires puissent assumer les consequence de leurs choix.
        le problème des antinucléaires reste qu’ils cumulent, ils sont AUSSI anti charbon antigaz anti nouveau barrage ( sauf pour stocker pour les renouvelables)..

    • je suis d’accord sur un point, ça ne devrait pas nous regarder…or justement ça nous regarde car ce n’est plus économique mais politique et idéologique..

      comme on doit défendre les pesticides..non car ils sont « bons » mais diffamés..
      gay accepte l’idée d’un état stratège car il conçoit un état qui serait compétent et non idéologique mû par des objectifs indiscutables..ce n’est simplement pas possible..
      dans un pays démocratique si l’énergie est contrôlée par l’etat et que le peuple est contre le nucleaire alors le nucleaire est foutu.

      le problème est l’absence de limites à la démocratie..qui fait que bientôt nous aurons des jours sans viande… des chaudière sans mazout…

      démocratie sans limite + idéologie verte..

      bizarre que vous ne mentionnez pas la propagande verte..

      on ne peut que rappeler mille fois que la peur du nucleaire ne repose pas sur grand chose..et que le nucleaire est supérieur aux intermittents comme source de production..pour la consommation actuelle électricité.
      alors certes on peut légitimement faire remarquer que la consommation actuelle a été définie par le fait que le nucleaire soit présent , par exemple chauffage électrique.. sauf que c’est le passé,..on fait avec..

      • Ajoutez des jours sans chauffage ou sans climatisation.

        • certes on du mal à voir une situation où l’essentiel de la demande en électricité peut être différée…et où une production intermittente massive à le moindre interet…

    • On en reparlera quand vous aurez reçu vos nouvelles feuilles d’impôts et vos nouvelles factures d’électricité pour financer la « promotion » de l’éolien.

    • @Roven : dans les années 1930, est-ce que la campagne visant à faire prendre conscience du danger nazi et à en tirer les conséquences, qui était menée en France par des personnes, hélas très minoritaires, comme un certain capitaine De Gaulle, est-ce que cette campagne était « excessive et finalement lassante » ? À cette époque, les pacifistes étaient les principaux constituants du mur d’aveuglement et d’indifférence et on a vu les résultats en 1940. Aujourd’hui, les écologistes sont les principaux responsables des monstrueuses erreurs commis par l’actuel Président et son prédécesseur et leurs idées délirantes infectent des pans entiers de l’opinion. Voilà pourquoi les efforts constants de Michel Gay sont méritoires et très nécessaires : il faut rompre l’ensorcellement escrologiste.

      D’autre part, les questions économiques, dont relève la politique énergétique en général et la question du nucléaire en particulier ont tout à fait leur place dans « Contrepoints »

    • Vous êtes payé par GAY pour alimenter les commentaires?

  • Je vois trois indices qui justifient de maintenir et moderniser notre parc nucléaire :
    Le premier est que depuis des années les écolos de tout poil s’y attaquent et que vue les motifs qui les guident, ce qui n’est pas bon pour eux est donc bon pour nous.
    Le deuxième est que de trop nombreux opportunistes font des choux gras avec les subventions de l’état, donc avec notre argent, non par conviction maïs parce que la pompe est bonne.
    Le troisième est que les faits étant têtus aucune utopie n’est en mesure dans l’immédiat de concurrencer son efficacité et que nous nourrissons des gogos ou des bobos en leur laissant croire qu’il y a des alternatives, ce qui abonde dans le sens des deux premiers et nuit donc à nos intérêts.

  • On a vendu des outils majeurs on a abandonné et perdu du « Savoir Faire ».
    Des milliards indispensable sont jetés aux orties pour avoir le soutient des idéologues écolos. Sans l’éviction rapide de Macron, ça va être très difficile. Il y a une certaine urgence. De la décision a la mise divergence, c’est dix ans, nous avons besoin d’une dizaine de centrale avec nécessairement un décalage dans le temps. C’est aujourd’hui qu’il faut décider, Pour le Liban elle sera construite par les iraniens.

  • Et si on ne privilégiant aucune énergie: adieux surtaxe et subventions. Est ce que le nucléaire pourrait être développé par du pur privé (donc on oublie EDF)?
    Quel pays possède la réglementation la plus simple et efficace sur le nucléaire (suffisante pour ne pas faire n’importe quoi sans pour autant cassez l’innovation)?

    Parce que concrètement, je vois bien des entreprises privées proposer des micro-centrales pour des quartiers/villes/logement. Ça serait passionnant

  • Il fallait pas se louper autant sur l’EPR de Flammanville…Nous aurions pu developper d’autres centrales de ce type et commencer à démanteler les plus anciennes…Après le nucléaire en France a beaucoup moins tué que l’hydraulique et ses barrages…Et que le charbon et le gaz …Y a pas photo..( dixit jancovici …C’est dire…!!!)

  • Malheureusement on va droit vers ce qu’on appelle la « falaise nucléaire », le moment ou faute d’investissement toutes les centrales s’arrêtent dans la même période d’une dizaine d’années nous laissant complétement à poil:
    https://reho.st/medium/self/c3e7ff228cd24689ee92439200200ee20bc8a360.png
    À ce moment, soit on reconstruira des centrales charbon en urgence, soit l’électrification ne sera qu’un souci de plus.

    • Il faudra bien démanteler les réacteurs à un moment donné et il ne sera pas possible de « les laisser comme çà » sous risque d’énormes problèmes.
      A 1,3 milliard d’euros chaque démantèlement, en admettant que nous sachions encore le faire (celui du réacteur expérimental de Brennilis avance à un train de sénateur) aurons-nous les moyens pour payer la facture ?

      • Une éoliennes, vous savez comment on l’a démantèle ?
        Que font ils des fondations ? (Laissées sur place)
        des pales ? (L’enfuissement)
        C’est clean… Car ça ne se voit pas.
        La solution est d’enterrer les prochaines centrales.
        Comme ça ni vu ni connu…

      • L’ex-URSS a bien laissé pourrir des tas de matériel nucléaire dans des ports. Au milieu d’un désastre socialiste, ce n’est qu’un inconvénient « mineur » sur une zone qu’on peut au moins contourner.
        Mais en vrai, je pense qu’ils vont reconduire en catastrophe la durée de vie des centrales. Avec les pertes de compétences, les défauts d’investissement il est possible qu’on aie un socialisme joliment agrémenté de quelques champignons.

        • alors c’est pas une catastrophe mais néanmoins un problème réel..
          donc oui il faut disposer d’une société prospère et évoluée pour maintenir une centrale dans un état de sécurité acceptable..

          bon ensuite tout tient au caractère singulier du danger des radiations..

  • Oui et non.
    La chaîne de désintégration de l’uranium est source de beaucoup trop de choses mauvaises pour que l’on continue, comme vous le voulez.
    La chaîne de désintégration du Thorium est bien meilleure, donc oui a ce nucléaire.
    La filière aux sels fondus fluorés doit être privilégiée.
    Nous devons industrialiser les générateurs nucléaires au thorium comme nous avons su le faire pour les porte avions, sous marin.
    Faire dans ces conditions des TW en peut de temps est possible.
    Il faut par contre être stratège.
    La rupture technologique pour le nucléaire civil est là

    • Y a t il de la recherche sur la filière thorium qui semble effectivement présenter bien des avantages? Cette filière a été abandonne dans les année 50, car elle ne pouvait pas servir dans les sous marine nucléaires. C’est don la filière militaire qui a été choisie pour le civil, car déjà développée

  • Le monde d’avant, le meilleur des mondes. La technologie l’evolution, le progres, la democratie. Le monde d’avant a 1 mérite il nous a permis d’arriver aujourd’hui et d’être ce que nous sommes.
    On ne peut pas constament regarder dans le retroviseur quand on conduit.
    Le nucleaire, le charbon, le petrole ont chacun contribuer a notre evolution. Si aujourd’hui nous pouvons faire mieux en polluant moins pourquoi vouloir reproduire les solutions du passé.
    Notre soucis est de continuer a faire vivre un parc enorme de centrale nucleaire, le cout de l’entretient et de la mise en securite est de plus de 100 milliards, le cout du démantèlement est aa ce jour non chiffrable puisque jamais arrive a son terme.
    Donc avant de recommencer un cycle de construction mieux vos evaluer nos ressources et nos besoins.
    Consommer moins et mieux etape 1.
    Effectuer de la gestion de consommation.
    Vivre avec de l’energie renouvelable et plus que possible, la technologie disponible est suffissante et dans 10 a 15 ans elle sera surement meilleure.
    Pour le reste les lobie et militaire petrolier etc sont la pour nous raconter le reste, la preuve la radio activité sa fait du bien, un petit verre de gasoil au reveil a consommer avec moderation.

    • En gros vous nous dites : « vous avez besoin d’énergie, pas de problème on va vous expliquer comment vous en passer ».

    • « Vivre avec de l’energie renouvelable et plus que possible »

      Non, la cruelle réalité est que ça n’a pas marché en Allemagne. C’est une catastrophe économique pour un gain écologique négatif et si quelqu’un pouvait réussir ça, ce sont bien les allemands.
      .
      « Pour le reste les lobie et militaire petrolier »

      Vous êtes tous calqués sur le même moule puéril.

      • L’étude des données détaillées de consommations en Allemagne montre bien que ça ne s’est pas passé comme ça, notamment du fait d’évolutions du contexte international en matière d’énergie.

        Entre 2009 et 2014, la baisse du prix du charbon l’a rendu plus attractif que le gaz en Europe. le charbon a donc compensé le gaz fossile naturel dans les sources d’énergie pour la production électrique (et aussi supplanté le gaz fossile usuel dans ses usages de chaleur), à rebours d’une idée reçue répandue par les tenants des fossiles et du nucléaire.

        En Allemagne, entre 2006 et 2017, la production d’électricité renouvelable quasiment été multipliée par 3, augmentant de 150 TWh Comme la production nucléaire a baissé mais dans un rapport de moitié, il y a donc eu aussi une baisse de la demande en fossile. Et oui, la politique d’efficacité énergétique a quand même eu un peu des effets !

        Dans le même temps, les gaziers allemands continuaient d’investir dans des centrales devenues obsolètes ! Ils se sont réveillés depuis et ont tout pour briser le peu de politique réaliste et responsable de l’Union Européenne en matière d’énergie et de climat.

        Les fossiles ne sont pas les concurrents du nucléaire. Ce sont les renouvelables qui les concurrencent.
        Les centrales fossiles viennent en appoint en cas de manque ou de mise hors service pour maintenance. Et en dernier ressort puisque ce sont les plus couteuses et les plus émettrices de GES.

        Certes, le tableau reste encore peu brillant en matière de contenu CO2 : même s’il a baissé de près d’un tiers, le contenu en CO2 du kWh électrique allemand est encore de de 550g/kWh (valeur 2017). Ca baisserait encore plus si la France faisait un travail sérieux de rénovation énergétique !

        • Le tableau est d’autant moins brillant vu les sommes colossales investies.
          Si la France fait comme l’Allemagne elle va augmenter ses rejets de CO2.

  • Peut être. A condition que la production d’electricité nucléaire provienne non pas d’un monopole d’Etat au bilan désastreux mais de sociétés privées mises en concurrence et strictement réglementées et controlées.

    • oui pour moi c’est la faille chez gay..
      il accepte que le gouvernement controle le secteur energetique autrement que par la définition de règles générales..

      or ..en acceptant on a la transitions énergétique ou des segolène royale..

      • J’y vois un ancrage dans la réalité.
        Les bureaucrates vont de toute manière et quoi qu’il arrive contrôler totalement la filière énergétique et les politiques vont choisir le plus grand bénéfice électoral.
        Le matraquage d’arguments réalistes de gens comme M. Gay a eu un impact positif, d’après un sondage de 2019 les français sont majoritairement convaincus des bienfaits du nucléaire (47% pensent que c’est un atout contre 34% un handicap).

        • oui… et bien sur que ça a des effets « positifs » parce qu’il rétablit quelques vérités..sauf que les vérités ne font pas pas bouger d’un iota les idéologues qui se fichent m^me des faits..

          et les idéologues ont réussit à investir des lieux stratégiques en terme d’efficacité de propagande et d’action politique..

          reste que ..si en pratique les bureaucrates réussiront à contrôler , il est bon de répéter que c’est une mauvaise chose..ce que gay ne fait pas..

          il va dans le sens de l’etat stratège..et l’etat tacticien..

          ce que l’etat n’est pas dans la plus grande généralité..

          la seule chose à dire à mon opinion est qu’il n’y a pas de justification valable à une interdiction de la technologie nucleaire..

          • je ne connais pas ce sondage… qui ne prouve rien, un bonne campagne de com et zou le tour est joué l’opinion retournée..

            • La réalité est qu’on ne demande absolument pas son avis à la majorité depuis plus de 30 ans et les médias officiels qui relayent la « merde verte » progressiste sont de plus en plus détestés et de moins en moins crus.
              Je parie que des référendums avec des questions précises donneraient des résultats tout à fait surprenants.

              • on demande la « majorité » aux elections..
                ce que vous dites est peut être vrai… MAIS..je ne vois pas pourquoi il faudrait écouter la majorité des gens pour connaitre une vérité qui normalement est déterminée par le marché.
                Il faut refuser de jouer ce jeu où vous espérez qu’un jour les citoyens soient bien informés pour décider « comme vous » sur un truc qui ne le regardent pas « comment produire de électricité..

                grosso modo c’est accepter d’ interdire la pub dans les coites aux lettres..parce personnellement on n’aime pas la pub…

                ils foirent TOUT je ne vois pas pourquoi espérer mieux en matière d’energie..

                ok on va faire autrement..

                vous voulez donc une politique énergétique..quels doivent être ses objectifs… sinon peut on déterminer des objectifs communs.la répons est non..

                si je pose la question à un vert il me dira ..pas de nucleaire..

                je n’oublie pas que les verts on été obligés aussi de financer sur fonds publics et avec leurs impots le nucleaire..

                • « MAIS..je ne vois pas pourquoi il faudrait écouter la majorité des gens pour connaitre une vérité qui normalement est déterminée par le marché. »

                  Je sais, quasi aucun Français ne comprend les avantages de la démocratie directe.
                  La nature à horreur du vide, si ce n’est pas la majorité qui vote sur des points précis, ce seront les corporations étatiques qui feront pression sur les « représentants » à coup de manif, grèves, lobbying et détourneront l’état à leur avantage.
                  Suisse: 35%
                  France: 57%

  • Je crois que même chez les communistes on n’entend plus de telles éloges au productivisme.

     » Par exemple, depuis 60 ans, il n’a pas été possible de prouver de manière cohérente que l’exposition à la radioactivité en-deçà des valeurs limites ait des effets nocifs sur la santé.  »
    Monsieur Gay est-il allé faire un tour dans les réunions des CLI ?
    Quid de la radioactivité des sédiments du Rhône ?

    Monsieur Gay pourrait ne pas nous cacher que les valeurs limites de nocivité sont fixées par le lobby nucléaire, état au sein de l’état, hors de toute légitimité démocratique. Un peu comme les VLE en matière de qualité de l’air.

    Le nucléaire rend-il heureux ? Maintenant que le cannabis est en vente libre, il y a moins couteux. Mais peut-être que oui, il faudrait interroger les riverains de Lubrizol, ceux de Fukushima, ceux de Bure, ou ceux des voies ferrées par lesquelles transitent les déchets vers leurs stockage (on va dire merci, officiellement ils ne finissent plus en mer comme à la Hague).

    Et bien non, la compétitivité économique n’est pas liée au nucléaire, il est possible de créer un système de production basé sur des renouvelables à 100% : voir la prospective Negawatt ou celle de l’institut Fraunhofer. Merci aux chinois pour avoir fait baisser le prix des panneaux. Nous avons 3 régimes de vent en France et en foisonnant donc ne nous parlez pas d’intermittence, on parlera de la puissance de pointe des centrales nucléaires en plein hiver.

    Il n’y a pas non plus d’indépendance par l’uranium qui vient de pays étrangers.

    Mais le flux solaire au sol est 11 000 fois supérieur à la consommation énergétique…..

    Je termine par un remerciement : monsieur Gay n’a pas parlé du nucléaire militaire et des accords non ratifiés par la France, des essais au Sahara et à Mururoa. Et on attend toujours que la France signe le traité d’interdiction des armes nucléaires.

    • « les valeurs limites de nocivité sont fixées par le lobby nucléaire, état au sein de l’état, hors de toute légitimité démocratique. »

      -Il faudrait un vote sur la valeur de la gravité aussi.
      -On peut parler des « lobby » verts qui brassent actuellement des centaines de milliards et qui ont tous le système médiatique et les états pour eux ?
      -Rapporté au TW/h le nucléaire est celui qui de loin fait le moins de morts.
      -Fukushima c’est quasi zéro mort, le tsunami plus de 20’000 et des dizaines de milliers de contenant des produits chimiques toxiques crevés avec leur contenus largué sur les terres et en mer. Une catastrophe très localisée et très surveillée ici c’est grave mais pas les autres dont personne ne parle ?
      -L’énergie est partout dans chaque gramme de matière, le problème c’est de la récupérer et les données techniques des Enr sont clair: Durant de nombreuses périodes vous ne récupérez qu’une fraction de l’énergie du parc total, le « foisonnement » ne marche pas.

    • « monsieur Gay n’a pas parlé du nucléaire militaire et des accords non ratifiés par la France, des essais au Sahara et à Mururoa. »

      On peut tirer quel conclusion avec une dossier à charge qui ratisse tout et n’importe quoi en jouant avec les émotions ?
      Petit exemple: l’électricité c’est 80’000 départ de feu en France, 200 morts directe et 4000 électrisations entraînant handicaps et séquelles graves chaque année.
      Sur 30 ans on arrive à 6000 morts, 120’000 handicapés et 2’400’000 incendies rien que pour la France et c’est bien pire dans les pays en voie de développement.
      .
      So what ?
      Quand quelqu’un parle à vos émotions, c’est souvent qu’il n’a rien à dire à votre raison.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au motif de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, remplacer des productions pilotables d’électricité, comme le nucléaire, par des sources d’énergies aux productions fatales, aléatoires et/ou intermittentes (EnRI), dépendant du vent et du soleil, est une idiotie.

 

Des œufs pourris…

Cela revient à enlever du panier des œufs sains (le nucléaire décarboné pilotable) pour les remplacer par des œufs pourris achetés chers (des productions intermittentes et non pilotables), ou pire encore, à les ajouter en doublons inut... Poursuivre la lecture

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

On voit proliférer ces jours-ci une ligne d’argumentation commune entre la propagande d'État russe et les milieux complotistes américains, savoir : la guerre en Ukraine aurait été fomentée par les Américains pour détruire l’Europe (sic).

Par exemple, le site complotiste américain revolver.news renvoie sans problème aux considérations géostratégiques d’un grand expert sur la guerre en Ukraine, Andrew Korybko. Accessoirement, un analyste « basé à Moscou » financé par le gouvernement autocratique russe : détail sans intérêt ?

Bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles