La France, pays de liberté ?

Comment se positionne la France dans le domaine des libertés ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
freedom by Kalyan Chakravarthy (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France, pays de liberté ?

Publié le 5 juillet 2020
- A +

Par Patrick Aulnas.

Comment se positionne la France dans le domaine des libertés ? Le Human Freedom Index (Indice de la liberté humaine) publié par le Cato Institute (édition 2019) permet de répondre à la question. Cet indice pondéré est basé sur deux ensembles de données concernant 162 pays :

  • L’ensemble concernant la liberté individuelle : indépendance de la justice, sécurité et sûreté, liberté de d’aller et venir, liberté religieuse, liberté d’association, d’expression, liberté sociétale (divorce, homosexualité, etc.).
  • L’ensemble concernant la liberté économique : taille du secteur public, sécurité juridique et droit de propriété, stabilité de la monnaie, liberté du commerce, régulation des marchés (crédit, travail, capitaux).

La France, classée 33e sur 162 se place incontestablement parmi les pays libres. Son score de 8,02 sur 10 la situe dans le premier quartile, celui de la liberté, très au-dessus du dernier (la Syrie : 3,79), mais sensiblement au-dessous du premier (la Nouvelle-Zélande : 8,88)

Quels sont les facteurs qui empêchent la France d’être un champion de la liberté ? Le tableau suivant, extrait du rapport du rapport du Cato Institute, fournit des éléments d’appréciation.

La mauvaise élève de l’Occident pour les libertés économiques

Le déclin économique relatif de la France (4e PIB mondial en 1970, 7e aujourd’hui) est corroboré par son problème avec les libertés économiques. Elle est classée 50e dans ce domaine avec un score de 7,35.

Elle n’obtient un bon score que pour la stabilité de la monnaie, qui ne dépend pas du gouvernement français mais de la Banque centrale européenne. C’est évidemment la taille du secteur public (dépenses publiques : 56 % du PIB) qui pénalise le plus le pays avec un score de 4,8 sur 10. Pas de surprise, chacun pouvait s’y attendre.

Dans le classement de l’OCDE, la France apparaît d’ailleurs comme la championne du monde des dépenses publiques. Cela a un sens précis : les décisions économiques émanent davantage du secteur public (État, collectivités locales, établissements publics, etc.) que des personnes physiques ou morales de droit privé (sociétés, associations, entrepreneurs individuels, professions libérales, etc.). La place dominante accordée au politique réduit la liberté économique et pèse sur le dynamisme.

Mieux pour la liberté individuelle

Dans le domaine des libertés politiques, la France se classe 29e avec un score de 8,69. Si elle obtient le maximum (10) pour la liberté de d’aller et venir, la liberté d’association, d’expression et les libertés sociétales, son score est plus faible en ce qui concerne l’indépendance de la justice (6,8).

La dépendance du Parquet par rapport au pouvoir exécutif et l’absence d’un véritable pouvoir judiciaire expliquent ce score assez  faible. La Constitution de 1958, dans son titre VIII, utilise l’expression Autorité judiciaire et non Pouvoir judiciaire. Il s’agissait bien pour les constituants de ne pas octroyer à la justice un statut juridique équivalent à celui dont bénéficient le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif. L’autorité judiciaire est une sorte de super service public bénéficiant d’une certaine indépendance, mais pas un véritable pouvoir autonome.

La justice administrative (contentieux avec les administrations), n’appartient d’ailleurs pas à l’autorité judiciaire. Depuis la Révolution de 1789, les litiges avec les pouvoirs publics ont été traités séparément, ce qui traduit la volonté de placer l’État au-dessus de la société.

Le score médiocre concernant la liberté religieuse (7,3) s’explique par la conception française de la laïcité, éloignée des normes anglo-saxonnes.

Étatisme historique

Ces constatations ne font que confirmer la propension des Français à confondre la société et l’État. Nos concitoyens se tournent spontanément vers les politiciens et les administrations pour résoudre tout problème. Le pays s’étant construit autour de l’État depuis le Moyen Âge, ce sont des siècles de conditionnement étatiste qui limitent certaines libertés.

 

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Un classement type miss France. Qu’est-ce que la liberté lorsqu’un état vous prend 80% de vos revenus ? On devrait être les derniers au classement « liberté », avant dernier juste à côté de la Corée du Nord, à un cheveu près on était dernier… On a malgré tout la liberté de fuir.

    • Vous êtes dans l’hyperbole. Allez en parler aux habitants de Cuba, Soudan, Arabie Wahhabite et j’en passe…
      Le fait de ne pas se faire enfermer/ décapiter etc. quand l’on manifeste un désaccord avec l’idéologie / religion officielle ne compte pas pour du beurre… Non?
      33è quand on affiche « liberté » au fronton des édifices publics c’est déjà bien assez mauvais et cela doit changer.

      • Les pays que vous citez tiennent leur population par le porte monnaie et la répression… On nous décapite en France que de façon virtuelle mais le résultat est pire, il suffit de voir la délinquance qui est une contrainte supplémentaire pour le peuple. En France règne la peur, la peur d’être pauvre, d’être au chômage, d’une attaque virale de se faire attaquer dans la rue. Peut on être libre en étant sujet à une peur permanente ?
        Maintenant on nous rajoute la peur du gendarme, raciste corrompu etc.. Avant ce n’était que l’automobiliste aujourd’hui même le piéton rase les murs

        • Oh, ne vous y méprenez pas, je ne suis pas enchanté de la situation ici et surtout son évolution. Je pense quand même qu’il faut garder le sens des proportions par rapport aux pays « hardcore » dans lesquels on risque sa peau juste en existant lorsque l’on est tant soit peu « déviant ».

  • Pour la liberté de la presse, la France recule de deux places cette année, à la 34 ° position. https://rsf.org/fr/france

  • liberté étriquée et surveillée en ce qui concerne notre pays ; pas de quoi être enchanté ;

  • Quand les Anglo-Saxons nous imposent leurs normes d’évaluation, ils méconnaissent le fait que l’on peut avoir d’autres critères.
    La liberté est bien difficile à définir de façon objective, et finalement seul compte le sentiment d’être libre, de pouvoir mener sa vie comme on l’entend (sans nuire à autrui evidemment).
    Et de ce point de vue, en France, on étouffe de plus en plus…

  • Intéressant. Mais à mon sens trop lié à l’indice HFI.
    Que ressent-on sur le terrain ?

    Système légal ?
    Soumis aux pouvoirs et plus encore à l’idéologie marxisante et bienséante

    Sécurité et sûreté ?
    Pourquoi ni moi-même (vieux c.n blanc, hétérosexuel de surcroît) ni la police de mon pays ne pouvons-nous aller sans risque sérieux dans des lieux de plus en plus nombreux de notre propre pays ?

    Liberté d’aller et de venir ?
    Pas sans respecter des limitations de vitesses ridicules, pas partout puis de plus en plus de chemins ruraux sont interdits aux voitures (vieux c.n blanc, hétérosexuel, et handicapé), pas dans les quartiers précités, pas dans les centres urbains interdits à la circulation,…
    Certes, on a encore (merci) la liberté d’aller vivre ailleurs.

    Liberté religieuse ?
    Sauf à être moqué si on est croyant (Orthodoxe) ; sauf à être protégé jusque dans les prières de rues si l’on est inséré dans une religion devenant dominante.

    Expression et information ?
    Censure dans la presse, autocensure indispensable en société, intolérance grandissante vis à vis des « opinons » extérieures à celle de la bisounoursie dominante.

    Identité et relations ?
    Ouais… A condition de ne pas trop dévoiler que l’on est hétérosexuel, fidèle dans son couple, … etc ; car on est alors ridicule dans la société française (vieux c.n, quoi !)

    Poids du gouvernement ?
    Depuis 2005, ma note est de zéro. Et les Français en redemandent… Alors c’est bien !

    Indépendance de la justice ?
    Ni indépendante du pouvoir, ni impartiale, ni protectrice, ni intègre, ni …

    Stabilité de la monnaie ?
    Tant que le mark sous-jacent va bien, c’est bien !

    Libertés économiques
    Qui, dans les pays développés, a le plus de contraintes sur toute l’activité économique ?

    Régulation
    Qui a le code du travail le plus lourd et le plus illisible du monde ?

    OK, je suis partial !

    • Ce qu’on ressent sur le terrain, c’est le caractère insupportable des contraintes tout en restant aveugle aux avantages que l’on tire d’un pays objectivement plus libre que la moyenne.
      Ce travers est en effet le fait de vieux c.ns, dont la couleur ou la sexualité importe peu dans l’équation.
      Passé un certain âge, celui où l’on risque de devenir un vieux c.n, il faut avoir vécu, ailleurs, dans un pays aux libertés réduites, pour savoir garder à l’esprit que cela pourrait être bien pire.
      Oui c’est bien pire ailleurs. Oui c’est plutôt pas mal en France, même si nous avons encore des progrès à faire pour ressembler à la Suisse, la Nouvelle-Zélande ou la Norvège…

      • se contenter qu’il y ait pire ailleurs …. çà manque singulièrement d’ambition et relève d’une mentalité de serf !!!

      • Objectivement vous avez raison : on reste plus libre en France que dans bien d’autres pays ; mais il importe de considérer la pente que suit le pays, et là… liberté de plus en plus grande pour les délinquants, ça c’est sûr – ce qui réduit d’autant la liberté des gens honnêtes ; liberté d’expression de plus en plus ouvertement remise en cause par le pouvoir (loi Avia, etc.) ; liberté de manifester, idem (Gilets Jaunes et autres Manif pour tous, par ex.) ; liberté de déplacement sérieusement écornée lors du confinement généralisé… etc.
        L’État prend du poids, les libertés en pâtissent, c’est automatique.

    • D’accord avec tous vos griefs (méchant hétéroblanc!) mais encore une fois, on compare le « score » avec des pays absolument abominables…

    • Bien vu et vous oubliez l’administration pléthorique interprétant la législation en fonction de leur idéologie dominante soutenue par une justice orientée !!! Résultat il faut 10 ans de procédure pour avoir gain de cause par le conseil d’état et se battre encore pour obtenir les réparations !!! Le classement nous est très favorable et assez loin de la réalité !!!!

    • Je suis plutôt d’accord avec vous.

      Je suis surpris par le niveau élevé (près de 10/10 souvent) d’indices comme :
      safety and security
      movement
      demonstration (manifestation)
      information
      quand on constate à quel point les actes de délinquance ont explosé depuis, par exemple, 10 ans – mais on peut remonter plus loin avec ce commissaire-divisionnaire en retraite expliquant que dans les années 70, on enregistrait 400.000 actes de délinquance annuels et que de nos jours, le chiffre est passé à 10 millions – soit une multiplication par 25 ; et que, conséquence logique, il existe un véritable exode intérieur (voire extérieur) des zones à forte délinquance vers les zones plus sûres,

      ou que le confinement généralisé a piétiné toute liberté de déplacement sans que personne ou presque y voie à redire,

      ou que les manifestations de type GJ ou LMPT se sont vu réprimer avec une rigueur pour ne pas dire une férocité inédites, habitués que nous sommes au laxisme de l’État en la matière,

      ou encore, que la totalité de la presse est subventionnée et logiquement se comporte de plus en plus comme la caisse de résonance des gouvernants – sans parler de ce phénomène curieux qu’on appelle AFP, dont la ressemblance avec l’Agence Tass de l’ère soviétique ne peut manquer d’interroger ; résultat, des gens mal informés, désinformés, qui ne peuvent donc exercer leur droit de vote sur la base d’un éclairage digne de ce nom – sans parler de l’affaire Fillon, scandale d’État de par l’instrumentalisation de la justice qui a complété le matraquage médiatique,
      … et on pourrait continuer.
      Il nous reste des libertés et c’est heureux, mais le chemin pris depuis quelques années laisse penser qu’ un certain nombre d’entre elles, et non des moindres, sont menacées.

  • Le PIB c’est très déjà chaud comme indicateur, mais comparer les PIB absolus n’a aucun sens. La France n’est pas « 7ème ». Au PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat elle est entre le 29ème et la 39ème place:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_(PPA)_par_habitant
    .
    Si on enlève les dépenses d’état qui comptent dans le PIB pour ne garder qu’un tissu économique comparable à d’autres pays moins étatisés, j’ai peur que le classement soit encore plus cruel.

  • Un des pays les moins libres parmi les pays libres

    • Mine de rien, et par petites touches, en profitant de la crise actuelle, on nous fait croire que tout cela, c’est pour notre bien. De toute manière, d’accord ou pas, nous n’avons qu’à plier même si parfois les décisions sont ridicules.

  • 7,3 en liberté religieuse ? Peut-être que le principe de laïcité est vu comme une atteinte aux libertés par certains, et que la séparation église-Etat passe mal auprès de certains conservateurs. Que Macron ne fasse pas le guignol devant une église avec une bible à la main après des émeutes, c’est anti-religieux ? Je ne pense pas.
    Pour la Nouvelle-Zélande qui est 1ère de ce classement, félicitation. Le fait que ce pays ait, en 2017, fait passer une loi reconnaissant une personnalité morale à une rivière (une simple rivière représente tout un monde pour les riverains, idée qui correspond mal à la conception occidentale de la propriété. Non seulement cette nouvelle entité est désormais considérée comme une personne morale, avec des droits et des devoirs, mais elle est aussi protégée par deux gardiens, un choisi par le gouvernement et un autre par les tribus locales. Ces derniers veillent à la bonne santé de la rivière et parlent en son nom (extrait d’un article de l’université de Laval)) ne l’empêche pas d’être très « libre » selon ce classement.

  • Que veut dire  » indépendance de la justice  » ??? par rapport au pouvoir politique ou législatif ???? c’est pourtant le législatif qui va établir les règles d’application de la justice et c’est à travers l’élection que le politique distribue les revenus donc entretient une certaine dépendance !!! La justice n’étant pas d’essence extra terrestre et n’ayant pas de revenus propres ne peut que partiellement être indépendante et encore faudrait-il pouvoir contrôler les liens idéologiques entre les personnes !!!! Le danger d’une indépendance totale donc sans contrôle serait la dictature judiciaire qui n’a rien à envier aux autres formes de dictatures ( politique , économique , militaire ….)

    • Tout à fait d’accord avec vous ! C’est une différence d’approche entre anglo-saxons et le reste de l’Europe en gros. La jurisprudence est une source de droit minoritaire en France et Belgique, mais est beaucoup plus forte en UK ou USA. Ce qui signifie que la décision d’un seul homme ou femme (le juge) créé du droit opposable à des tiers.

  • « Nos concitoyens se tournent spontanément vers les politiciens et les administrations pour résoudre tout problème. »

    Vu que l’Etat a préalablement siphonné l’essentiel des moyens pour ne laisser que des miettes aux acteurs économiques, il est le seul à avoir encore une capacité d’action. C’est d’ailleurs le principal scandale de la polémique Bachelot sur les masques. Insupportable prétentieuse, complice éhontée de l’Obèse qui insulte et méprise les médecins, les vrais, ceux qui soignent malgré les injonctions morbides d’un pouvoir dévoyé.

  • Il y a peu nous avons écrit que le Président MACRON, par la multiplication annoncée des Conventions Citoyennes, voulait mettre sur la touche le régime parlementaire comme il l’a fait pour les partis politiques traditionnels.
    Aujourd’hui en imposant au nouveau Premier Ministre Nicolas REVEL l’un de ses tous proches en tant que Chef de Cabinet à Matignon, il indique clairement que ce sera l’Elysée qui gouvernera la France, Jean CASTEX étant relégué au rang de secrétaire Général du Gouvernement sous le contrôle permanent de son chef de cabinet. Du jamais vu !!!
    La France entre dans un régime ultra présidentiel comme elle n’en a jamais connu et si on ajoute au tableau la multiplication des Conventions Citoyennes on assiste à une sorte de renaissance en pire, du centralisme démocratique.
    À part les révoltes comme le mouvement des gilets jaunes ou celui des hospitaliers et les révolutions, rien ne vient jamais de la base contrairement à ce que pensent les rêveurs et les ignorants, et l’Elysée y veillera.
    Pour ceux qui en doute, il faut rappeler la vaste collecte de doléances faite par les marcheurs durant la campagne présidentielle de 2017 et dont les conclusions ont fini au fond d’un placard. Et pourtant tout ce qui a éclaté un peu plus tard avec les gilets jaunes y était contenu et on aurait pu faire l’économie de ce mouvement social si ce vrai travail
    Afin de saborder le mouvement des gilets jaunes, E. MACRON a lancé le Grand Débat National et a lui-même entamé une série de réunions avec public trié sur le volet. Faut tout de même pas rêver !
    Ces jours-ci, on vient de boucler la Convention Citoyenne montée avec un faux tirage au sort et cornaquée par des fidèles du Président afin de ne surtout pas proposer de solutions innovantes. Bien entendu, il a été dit que les propositions seront transmises à l’Assemblée Nationale, sauf qu’avec une majorité de Marcheurs drivés par les Whips du parti, il n’y a rien à craindre !
    En fait toute l’action présidentielle se résume à des opérations de communication. De la com, du baratin de bateleur de foire. Parfois en écoutant les allocutions présidentielles on a l’impression d’entendre Kaa, le serpent charmeur de Mowgli et sa formule hypnotique « aie confiance… » .
    Peut-être que les hospitaliers auront droit à un petit quelque chose, car trop de promesses ont été faites et que par ailleurs, il ne faudrait pas que ressortent les insuffisances de celui qui fut conseiller à l’Elysée puis Ministre de l’Économie en 2016, lorsque les décisions y ont été prises pour autoriser le démantèlement de l’usine de masques de Plaintel et toutes les autres décisions qui ont abouties à la Grosse Cacophonie que nous avons connus avec la gestion de la crise de la Covid 19.
    Toutes les promesses, tous les espoirs d’une gouvernance ouverte et horizontale nés lors de la campagne de 2017, sont balayés comme on pouvait le pressentir en voyant le jeune président venir se faire sacrer devant la pyramide du Louvre comme le Nouveau Pharaon. Toutes les craintes se sont réalisées…en pire.

    • Quoi les hospitaliers ? Ils ont eu leur médaille, et ils voudraient quoi encore ?
      Pauvre France, le tableau idyllique que vous brossez va empirer.

    • Vous avez raison sur l’ensemble de votre analyse, mais pourquoi ce ton inquiet ?

      Je ne m’inquiète pas plus que ça, je sais (et vous êtes nombreux avec moi) que Macron est foutu…

      Ce qui me préoccupe, ce sont les citoyens qui sont au bord d’un gouffre que ni Macron ni aucun autre candidat ne saurait combler…

  • mais surtout, ce qu’on entend dans notre pays…c’est qu’il faut ENCORE réduire les libertés individuelles..

  • LIBERTE?
    Qu’est-ce?
    un voeu pieux sur les facades officielles?

  • La liberté d’expression en France? Pas sur les media où on n’invite que ceux politiquement corrects! Tout comme dans les universités où les opposants sont interdits! Agacinski pourtant de gauche a été bannie!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Une large partie des intellectuels, chercheurs et membres de l’administration d’État ont érigé le vaccin comme remède universel à la crise sanitaire du Covid-19.

Aujourd’hui, le constat est clair, le vaccin n’est en rien un remède consensuel dans son efficacité face à cette crise inédite, voire a aggravé le contexte sanitaire, politique et économique et fragilisé la cohésion de nos sociétés.

Ainsi, par la force des incitations plus ou moins coercitives des pouvoirs publics une large partie de la population s’est fait vacciner.Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Il est fréquent de croire que le libéralisme s’assimile aux politiques d’austérité. C’est se méprendre à la fois sur le champ que couvre cette philosophie, nullement restreinte à l’économique, mais c’est – même sur le plan économique – en avoir une vision bien terne et restrictive, pour ne pas dire peu enthousiasmante qui ne correspond pas à son esprit.

Vingtième-troisième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme n’est pas qu’économique

Nous l’avons évoqué à de multiple... Poursuivre la lecture

Par Luigi Curini. Un article de l'IREF Europe

Cette année et demie de pandémie a ravivé le débat sur les limites de la liberté individuelle, surtout lorsque la santé est en jeu. Alors que dans plusieurs pays, les gouvernements semblent raisonnablement prudents à cet égard, l’Italie a adopté des politiques (le fameux "laissez-passer vert") qui n’ont pas d’égal parmi les démocraties occidentales.

Les citoyens italiens ne peuvent pas prendre le train, assister à un cours universitaire ou se rendre au travail sans fournir la preuve... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles