Indice de liberté humaine 2018 : des libertés individuelles au point mort

Des avancées sont en cours, mais les progrès en matière de libertés individuelles ne sont ni linéaires, ni irréversibles. La France se classe 32e.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Freedom by Gonzalo Baeza (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Indice de liberté humaine 2018 : des libertés individuelles au point mort

Publié le 17 décembre 2018
- A +

Par Marian L. Tupy, depuis les États-Unis.

Le progrès humain, comme j’ai tenté de le montrer dans une série d’articles, est spectaculaire et réel. Les conditions du bien-être humain, notamment l’espérance de vie, le revenu, la nutrition, l’éducation et la sécurité personnelle, se sont considérablement améliorées — surtout au cours des deux derniers siècles environ.

Toutefois la courbe de ces avancées est irrégulière et non linéaire. Des reculs épisodiques sont inévitables, comme l’indiquent les conclusions de l’Indice de Liberté Humaine 2018 (ILH), qui vient d’être publié.

L’ILH, qui est co-publié chaque année par le Cato Institute, le Fraser Institute et le Liberales Institut de la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté, présente l’état de la liberté humaine dans le monde à partir d’une large mesure qui englobe les libertés individuelles, civiles et économiques. Comme le soulignent ses auteurs, Ian Vásquez et Tanja Porcnik :

La liberté humaine est un concept social qui reconnaît la dignité des individus et qui est défini ici comme la liberté négative ou l’absence de contrainte coercitive.

L’indice a débuté en 2008. L’édition de cette année contient les données de 2016, couvrant 162 pays. L’Indice utilise 79 indicateurs distincts de libertés individuelles, civiles et économiques dans les domaines suivants : état de droit, sécurité et sûreté, circulation, religion, association et société civile, expression et information, identité et relations, taille de l’État, système juridique et droits de propriété, accès à une monnaie saine, liberté en matière de commerce international et réglementation du crédit, du travail et des affaires.

Les indicateurs de liberté civile représentent 50 % de l’indice, et les indicateurs de liberté économique 50 %. Chaque pays est noté sur une échelle de 0 à 10, les valeurs les plus élevées représentant davantage de liberté.

Selon l’ILH 2018, la note moyenne de liberté humaine est de 6,89 pour 162 pays en 2016. C’est 0,01 de moins que l’an dernier. Plus précisément, 63 pays ont amélioré leur note et 87 l’ont dégradée. Depuis 2008, le niveau de liberté dans le monde a également diminué de 0,06. Au cours de la décennie écoulée, 56 pays ont amélioré leurs scores et 81 pays ont vu leurs scores se détériorer.

Les 10 pays les plus libres sont, par ordre décroissant, la Nouvelle-Zélande, la Suisse, Hong Kong, l’Australie, le Canada, les Pays-Bas et le Danemark (ex aequo en 6e place), l’Irlande et le Royaume-Uni (ex aequo en 8e place), la Finlande, la Norvège et Taiwan (ex aequo en 10e place). Les dix derniers pays sont, par ordre décroissant, l’Iran, le Burundi, l’Algérie, l’Égypte, le Soudan, la Libye, l’Irak, le Yémen, le Venezuela et la Syrie.

La France se hisse à la 32e place avec un score de 8,01 (8,77 pour la liberté civile et 7,25 pour la liberté économique).

C’est en Amérique du Nord, en Europe occidentale et en Océanie que les niveaux de liberté les plus élevés ont été observés. Les niveaux les plus bas ont été enregistrés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud.

Les pays qui ont le plus amélioré leur niveau de liberté humaine par rapport à l’année dernière sont l’Ukraine (0,44), l’Iran (0,34), le Timor oriental (0,26), Belize (0,19) et le Niger (0,19). Les plus fortes détériorations ont été observées aux Seychelles (-0,24), au Surinam (-0,23), en Turquie (-0,19), au Cap-Vert (-0,18) et en Pologne (-0,18).

Depuis 2008, les pays qui ont enregistré la plus forte amélioration de leurs résultats en matière de liberté humaine sont la Côte d’Ivoire, l’Angola, le Zimbabwe, Taïwan et le Lesotho. Les plus fortes détériorations se sont produites en Grèce, au Brésil, au Venezuela, en Égypte et en Syrie.

Comme le soulignent les auteurs de l’Indice, la liberté est bonne en soi. Mais la liberté est aussi étroitement liée à la démocratie — Hong Kong étant la principale exception — et au bien-être économique. En fait, les pays du quartile supérieur (25 %) de la liberté humaine « jouissent d’un revenu moyen par habitant sensiblement plus élevé (39 249 dollars) que ceux des autres quartiles. Le revenu moyen par habitant dans le quartile le moins libre, par exemple, n’est que de 12 026 $.»

Les auteurs de l’Indice écrivent que « la liberté joue un rôle important dans le bien-être humain » et constatent « les manières complexes dont la liberté influence et peut être influencée par les régimes politiques, le développement économique et toute la gamme des indicateurs du bien-être humain ».

Le recul de la liberté humaine montre que les progrès de l’humanité ne se font pas de façon régulière et dans tous les domaines du bien-être. Comme le fait remarquer Steven Pinker, psychologue à l’Université Harvard, ce ne serait plus un progrès, mais un miracle. Les conclusions du rapport sur l’indice de liberté humaine 2018 nous rappellent également que les progrès ne sont pas garantis. Pour vivre dans un monde meilleur, nous devons tous être sur nos gardes et défendre les acquis de l’humanité.


Sur le web. Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Il est une partie de la liberté qui ne peut se mesurer. C’est celle qui consiste, pour l’individu, à recevoir une éducation et une information libre, libre de toute idéologie.
    De telle sorte que l’individu lui-même soit libre.
    Si une telle mesure était possible, la France serait aujourd’hui dans les culs de basses-fosses.

    • Pas nécessairement. On retrouverait dans ce classement, derrière elle, à peu près les mêmes : Corée du nord, Chine, Russie, la plupart des pays musulmans, les régimes autocratiques… Elle serait donc assez probablement à la même place que dans les classements Indice de liberté humaine ou Indice de démocratie. Autour de la trentième position. Ce qui n’est déjà pas très glorieux pour le pays autoproclamé des droits de l’homme…

      • Sincèrement, je ne crois pas. Nous n’aurions pas le même classement.
        Regardez la liste 2018 en détail, il y a 131 pays derrière nous. Nombre d’entre eux passeraient devant la France si l’on pouvait mesurer tout ce qui caractérise la Liberté.
        Ne devrait-on pas s’étonner que la position relative de la France n’évolue guère dans le temps, alors que les restrictions à la Liberté se sont multipliées depuis 50 ans, notamment par un conditionnement insensé des esprits à tous les niveaux.
        Du système éducatif à l’information générale par les médias.
        Un exemple parmi des milliers : l’évolution de l’enseignement de l’histoire, ou de l’économie, depuis 30 ans en France. C’est un sujet que je connais un peu.
        Toute la difficulté réside dans le fait que de nombreuses formes d’amputation de la Liberté sont parfaitement insidieuses et difficilement repérables.

        • Je vous rappelle, en complément, que le dernier classement des pays suivant la crédibilité de leurs médias place la France en 47 e position.
          Or, il y a pour moi, une corrélation directe et très significative, mais pas exclusive, entre ce facteur et la Liberté des individus.

  • décidément , la France dégringole à tout les points de vue ; économie , emploi , liberté , justice…..vous me direz , normal , elle est dirigé par des nuls depuis tellement longtemps …..je ne vois pas le bout du tunnel ;

  • A propos de cet article… extrait des nouvelles conditions d’utilisation des services de Google à partir du 22 janvier…

    «L’utilisation de nos Services ne vous confère aucun droit de propriété intellectuelle sur nos Services ni sur les contenus auxquels vous accédez. Vous ne devez utiliser aucun contenu obtenu par l’intermédiaire de nos Services sans l’autorisation du propriétaire dudit contenu, à moins d’y être autorisé par la loi. Ces Conditions d’Utilisation ne vous confèrent pas le droit d’utiliser une quelconque marque ou un quelconque logo présent dans nos Services. Vous n’êtes pas autorisé à supprimer, masquer ou modifier les notices juridiques affichées dans ou avec nos Services.

    Nos Services affichent des contenus n’appartenant pas à Google. Ces contenus relèvent de l’entière responsabilité de l’entité qui les a rendus disponibles. Nous pouvons être amenés à vérifier les contenus pour s’assurer de leur conformité à la loi ou à nos conditions d’utilisation. Nous nous réservons le droit de supprimer ou de refuser d’afficher tout contenu que nous estimons raisonnablement être en violation de la loi ou de notre règlement. Le fait que nous nous réservions ce droit ne signifie pas nécessairement que nous vérifions les contenus. Dès lors, veuillez ne pas présumer que nous vérifions les contenus.

    Je vous laisse apprécier les prigrès en termes de diffusion libre de l’information que ces dispositions impliquent. Et qu’on ne vienne pas me dire que Google ne sert pas un pouvoir à travers de telles dîspositions.

    • Google n’a pas trop le choix d’appliquer ou pas les lois européennes…..

      • C’est bien là qu’est le problème.
        L’Europe de la paix, de la liberté, de la démocratie et de la prospérité est de la propagande depuis le début, une présentation fallcieuse de la réalité. Si ce n’étzit pas le cas- la construction européenne ne se ferait pas à cou de force, en piétinant si besoin, les votes populaires. « Il ne peut y avoir de vote démocratique contre les traités » (Juncker)
        Pour comprendre, lire par exemple « Cet étrange monsieur Monnet » de Bruno Riondel.
        L’Europe est, en quelque sorte, le laboratoire d’une gouvernance technocratique au niveau mondial qui n’aura rien de démocratique. C’est parce que ce projet utopique est, de plus en plus dévoilé sur internet, que les lois de censure se multiplient.
        Les gens pensent volontiers qu’une dictature arrive dans la violence et brutalement. Il faut relire Orwell et Tocqueville. Et d’autres…

  • On observe que sur les 5 pays les plus libres, 4 sont de culture anglo-saxonne: NZ, CH, HK, Australie, Canada. Seule la Suisse fait exception. UK est 8ème et US 17ème. La liberté c’est une affaire de culture. Notre culture préfère l’égalité, ce qui nous vaut un classement assez peu flatteur pour la liberté.

    • Oui, en fait ce sont les pays du nord qui sont dans les premiers rangs, à part Hong Kong qui sous la tutelle chinoise ne peut être qualifié de libre, et Taïwan.

  • Impossible à mesurer car chacun a la sienne, mais ce qui compte c’est la pratiquer http://photos-non-retouchees.over-blog.com/2017/06/en-marche.html

  • « Les pays qui ont le plus amélioré leur niveau de liberté humaine par rapport à l’année dernière sont l’Ukraine (0,44), l’Iran (0,34), le Timor oriental (0,26), Belize (0,19) et le Niger (0,19) »
    Ma foi, je dois dire que ce classement me laisse quelque peu perplexe…

  • Il serait intéressant de savoir si c’est la richesse qui est la consequence de la liberté ou si c’est l’inverse. On peut quand même constater qu’il est rare dans l’histoire que l’absence de libertés civiles et individuelles aient coexistee avec un haut niveau de libertés économiques. L’inverse a toutefois existé par exemple dans certains regimes militaires.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que la liberté d’expression et plus généralement les libertés civiles sont plébiscitées par les Français, le libéralisme économique, quant à lui, continue de susciter la suspicion voire le rejet chez la plupart des gens, y compris à droite. Ce terme est en effet connecté à des questions difficiles comme la mondialisation, le profit, les délocalisations, la loi du plus fort, etc., et génère des sentiments négatifs comme la peur ou l’envie.

 

Pour pallier les défauts d’un libéralisme « débridé », l’État apparaît comme l... Poursuivre la lecture

culture libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Les activistes de gauche, notamment d’ultra ou d’extrême gauche, ainsi que certains sociologues, qualifient souvent Hayek de chantre de « l’ultra-libéralisme », partisan d'un État minimal relégué à la simple garantie des droits de propriété.

Cependant, une lecture attentive de ses ouvrages leur montrerait qu’il n’en est rien. Chez Hayek, la place de l’État est importante, et c’est ce qu’il convient d’expliquer dans cet article.

 

Le refus chez Hayek de l’État minimal

Contrairement à une idée répandue, Hayek n’est ni ... Poursuivre la lecture

Invitée lundi 4 avril sur BFM TV, la candidate du Rassemblement national défend l’idée d’une baisse des taxes sur les carburants, expliquant que cela avantage les consommateurs français.

« Il faut rendre leur argent aux Français […]  On baisse les taxes, ça avantage les Français, personne d’autre »

Raisonnement imparable : on se demande pourquoi Marine Le Pen ne le généralise pas et le juge vrai seulement pour le pétrole, le gaz, l’électricité et 100 produits de première nécessité qu’elle sait choisir mieux que nous, même si ell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles