Remaniement : Jean Castex, le choix conservateur

Ce sont des réformes en profondeur et une rupture claire avec le socialisme diffus du premier gouvernement qui doivent être mises en place si nous voulons voir prospérer le pays et renaître les libertés publiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Remaniement : Jean Castex, le choix conservateur

Publié le 4 juillet 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Édouard Philippe a démissionné de son poste de Premier ministre, le voilà remplacé par Jean Castex, un haut fonctionnaire presqu’inconnu aux yeux du grand public. Au grand dam d’une partie des commentateurs et des éditorialistes, qui attendait une femme ou un écologiste, c’est un proche de l’ancien Premier ministre, énarque, auditeur à la Cour des comptes, ancien collaborateur de Xavier Bertrand et de Nicolas Sarkozy qui est en charge de proposer un nouveau gouvernement. Nicolas Revel, patron de la CNAM et fils de Jean-François Revel, devient son directeur de cabinet.

Plutôt que de céder aux sirènes médiatiques et parisiennes, le président de la République a choisi un profil assez semblable à celui du Premier ministre sortant. L’image de sérieux et de professionnalisme d’Édouard Philippe a séduit les Havrais, Emmanuel Macron compte peut-être sur les mêmes ressorts pour rassurer des Français méfiants et divisés.

Un bureaucrate parmi les bureaucrates

Bien entendu, il ne serait pas prudent de juger un Premier ministre avant même ses premières initiatives. Contentons-nous de regretter le manque d’imagination d’un gouvernement qui, en perdant l’ambition de réformer, pioche désormais dans le même pool de bureaucrates pour gérer les affaires courantes là où les circonstances demandent des visionnaires pour libéraliser le pays.

Il convient toutefois de souligner que comme Édouard Philippe, l’énarque garde un pied en tant qu’élu dans son fief local de Prades dans les Pyrénées-Orientales. On ne sort pas du Tout public, puisque l’homme n’a pas d’expérience dans le domaine privé ou même de formation en économie.

Malgré ses appels du pied aux écolos et aux « progressistes », le gouvernement Macron réaffirme son positionnement « centriste autoritaire » en prévision de la présidentielle à venir, puisque hier encore, Jean Castex était adhérent à LR (et a soutenu Fillon en 2012).

Par cette nomination, le président réaffirme aussi sa volonté de maintenir sa prééminence absolue dans la conduite des affaires du pays. Castex est un exécutant, et rejoint la foule de ministres et de secrétaires d’État macronistes qui sont autant de prête-noms pour le chef de l’État.

Il va falloir maintenant quelques jours à Jean Castex pour choisir ses nouveaux collaborateurs et réinsuffler de la vigueur dans un gouvernement épuisé et discrédité. Déjà des bruits courent : le gouvernement voudrait davantage s’ouvrir sur la société civile et réduire son personnel.

Ce pourrait être un bon début, mais la crise économique qui s’ouvre demande autre chose que ce genre de communication timide. Ce sont des réformes en profondeur et une rupture claire avec le socialisme diffus du premier gouvernement qui doivent être mises en place si nous voulons voir prospérer le pays et renaître les libertés publiques.

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Jean Castex n’aura pas besoin de beaucoup de temps pour choisir ses collaborateurs : d’une part il y a longtemps que les présidents s’assoient sur la Constitution et imposent leurs choix au premier ministre qu’ils viennent de nommer, d’autre part Macron a choisi un technocrate gestionnaire, pas un visionnaire politique qui lui aurait fait de l’ombre. Nous avons maintenant deux secrétaires généraux de l’Élysée… et toujours pas d’homme d’État qui aurait une vision à long terme de l’évolution de notre pays, ce qui importe est de naviguer à court terme jusqu’à la prochaine présidentielle !

  • bah , c’est un énarque ; celui là ou un autre , qu’est ce que ça changera ? le patron c’est macron , un  » président  » qui n’écoute que lui même ,et qui ne pense qu’à se faire réélire ; bonne chance et bon courage à castex ….

    • C’est à la France qu’il faut souhaiter bonne chance et bon courage avec cette longue litanie de fonctionnaires inconséquents

  • La situation imposait un dirigeant ayant réussi dans le privé du genre Carlos Ghosn (eh oui!) On nous ressort un fonctionnaire de plus qui a à son actif le déconfinement (réussi parait il) C’est maigre.
    Le Titanic peut continuer à s’enfoncer.

  • Il faut quand même avoir une certaine dose de stupidité pour accepter d’être le « toutou » du calamiteux dictateur démagogique macron .

  • Vous avez un an pour vous faire une idée de Castex. dans un an, il démissionne et se présente à la présidentielle. Fiction, certes, mais voilà qui serait rigolo…

  • « quand mon pays va mal, je ne réfléchis pas, j’y vais » – cette profession de foi de Castex ne pouvait que l’amener au poste de premier ministre, fusible sans pouvoir sous la V°

  • Castex était un soutien de Fillon : d’abord à la primaire puis il est resté fidèle jusqu’à la présidentielle.
    De nombreux commentateurs de droite nous expliquent depuis 3 ans ici que le « libéralisme » de Fillon c’était autre chose que le pseudo libéralisme macronien.
    Maintenant qu’on a un filloniste à Matignon, on va pouvoir juger sur pièce !

    • On peut toujours rêver, croire au père Noël, aux miracles où à la magie d’Harry Potter! On peut aussi craindre un séisme ( social), un tsunami vert, la chute d’une météorite où une collision planétaire qui réglerait plus radicalement les problèmes présents et à venir. Pour l’avènement du libéralisme, il faudra sans doute pouvoir attendre encore longtemps! Mais a-t-on encore du temps? Avec encore un énarque à la barre, aux ordres d’un capitaine de pédalo bis, juger sur pièce va devenir intéressant!
      CPEF

    • Fillon, c’est celui qui a appelé en moins de 2 minutes à voter Macron ?

      • Probablement qu’il espérait que ce faisant il échapperait aux foudres d’une justice instrumentalisée par le pouvoir : pas de chance, le « libéral » Macron et ses amis n’accordent aucune liberté à leurs opposants.

    • @ Rafael : on n’en saura probablement rien, parce qu’un Premier ministre a quand même moins de pouvoir qu’un président, qu’il va sans doute devoir recruter des ministres (ex)socialistes et que l’Assemblée est LREM. Et qu’il a moins de deux ans pour démontrer quoi que ce soit. Vous me direz, l’idée de Macron est peut-être de disqualifier les LR en vue de la présidentielle de 2022.
      De toute façon, il n’y a pratiquement plus de conception libérale de l’économie en France.

      • Macron a toute les chance d’être réélu dans exactement les meme circonstances que la dernière fois. La droite n’existe plus (ça fait longtemps mais maintenant c’est officielle) la gauche est au pouvoir avec macron et le FN sera battu au 2 ième tour comme d’habitude. macron peut déjà penser à un troisème mandat, c’est le poutine français.

    • Fillon libéral? Une belle légende encore ; Fillon auteur de la taxation sur les plus-values immobilières, de la représentativité syndicale sans supprimer les subventions aux syndicats (5 G€) et sans supprimer le paritarisme etc… Fillon qui à 20 h 02 le soir du 1er tour appelait à voter Macron. Il n’y a pas de libéraux parmi le politiques.

    • Déjà il est vu comme le responsable de la tarification à l’acte et la fermeture des lits sous Sarkozy. On va être dans les grèves permanentes.

  • En voilà un objectif de remaniement « …..vouloir voir prospérer le pays et renaitre les libertés publiques »…
    Merci à Frédéric Mas pour ce sens de l’humour.
    De fait, il s’agissait pour Macron de désigner comme premier ministre celui qui aurait le plus d’allant pour initier la campagne pour la prorogation quinquennale jusqu’en 2027; en quelque sorte pour désigner le meilleur boute-en-train!
    Du grand art dans cette désignation de ce Castex avec pour feuille de route, d’abord, d’avoir à faire diversion dans les rangs de l’opposition à la Macronie et, ensuite, d’avoir à badigeonner en vert prairie – à la peinture à l’eau facilement lessivable – des objectifs purement électoralistes.
    Et vogue la galère….

  • J Castex se déclare, sur TF1, « je suis gaulliste social » m’ a fait sursauter!!! On ne peut pas être un gaulliste social en étant au service d’un président mondialiste, multiculturaliste, progressiste. Le « en même temps » est une escroquerie et Macron n’est qu’un escroc qui rallie des escrocs intellectuels ni plus ni moins.
    On nous prend pour des cons!!!

    • Les « gaullistes » contemporains n’ont conservé de de Gaulle que les mauvais côtés : opposition quasi-systématique aux USA, hostilité à peine voilée envers Israël et politique pro-arabe tous azimuts, complaisance envers un certain nombre de dictatures, mais aussi place de l’État dans l’économie ; et oublié ses bons côtés : souverainisme, attachement à l’ordre garant des libertés individuelles notamment.
      Le problème, c’est que se revendiquer « gaulliste » est une sorte de passage obligé aujourd’hui pour réussir en politique. Quand cela ne consiste comme dit plus haut qu’à conserver les mauvais côtés de de Gaulle, cela montre l’affaissement du niveau de la politique dans ce pays. Castex achèvera sans doute la démonstration.

  • Maintenant il n’y a plus de doutes : d’un côté le roi et la noblesse bureaucratique à la recherche de charges étatiques, de l’autre les français. Pour continuer dans la métaphore, il faut couper la tête du roi c’est à dire recadrer la fonction présidentielle de manière à supprimer ces dérives politiciennes, dont l’obsession de nos politiques pour cette charge suprême au détriment de la mission réelle : un pays riche et apaisé par dessus tout !

  • Ce choix signe la fin de la nécessité d’un premier ministre comme le quinquennat le portait en filigrane.C’est juste une prise de guerre supplémentaire pour achever LR qui se targue d’être majoritaire dans le pays …sauf dans les élections d’envergure nationale,bientôt il leur restera les comices et comités des fêtes!

  • Je n’attends évidemment rien de cet n+unième énarque de service. En revanche, si Véran et Castaner conservent leur poste, Macron se moquera ouvertement du peuple français. Si ces derniers ne sont pas encore complètement lobotomisés (hypothèse osée), ils devraient s’en souvenir en 2022.

    • Castaner ne peut que sauter, ou alors Macron est complètement fou. Véran, c’est moins sûr, les médias ayant réussi à convaincre une bonne part des Français que la crise du Covid avait été plutôt bien gérée, et que les ratages viennent des techniciens qui l’entourent et non de lui-même…

    • Et Belloubet ? et Sibeth N ? Et … mais enfin, qui peut-il garder sauf à mettre une chaise vide (ce qui ne serait pas forcément pire) ?

  • Voilà qui prouve une fois de plus deux choses : LAREM est un parti « fourre-tout », qui ne peut être qu’éphémère puisqu’il n’a aucune cohérence politique. D’ailleurs la décomposition a commencé avec les dissidents de l’Assemblée et leur groupe « Écologie Démocratie Solidarité ». Et le second point, c’est que les LR n’ont plus depuis longtemps aucune colonne vertébrale, vu le nombre de ralliés à Macron, juste pour obtenir un poste. Tant que les LR s’obstineront à cracher sur le RN en méprisant au passage ses électeurs (mais en lorgnant sur leurs voix), ils resteront sur la touche. Si seulement le RN redevait ce qu’il a été, un parti plutôt libéral économiquement…

    • Ah ! La bonne vieille légende du FN qui aurait été vaguement libéral un jour… ça faisait longtemps…

      D’abord le nationalisme, en tant qu’idéologie politique, est intrinsèquement anti-libéral.
      Ensuite, s’il est vrai que Jean-Marie Le Pen n’avait pas les mêmes idées que sa fille, le poujadisme qu’il revendiquait de façon opportuniste n’avait, lui non plus, rien de libéral.

  • Pas si osée que cela quand on voit que la préoccupation majeure,malgré ce qui nous attend,ce sont les vacances,j’ai même lu
    une inquiétude quant à la possibilité de prendre des vacances pendant le chômage partiel!

    • Le poujadisme n’était peut etre pas un parangon de libéralisme mais c’est certainement ce qu’il y a eu de plus libérale en France sur les 100 dernières années.

  • « Si vous aimez les gens, si vous agissez pour eux cela rend beaucoup plus facile l’ exercice de l’ autorité ».
    Encore un qui veut absolument notre bien pourvu qu’ on la ferme.

  • De toute façon, il ne sert à rien de changer un ministre premier ou autre, l’essentiel est de changer le parlement et accessoirement le président…qui n’a pas autant de pouvoir qu’on le dit.

  • Encore un clone sorti tout droit de l’école nationale des cadres communistes. L’enseignement de l’économie en France étant de la propagande socialo-étatiste, autant ne pas avoir de formation dans le domaine. Il faut arrêter de nous bassiner avec le vœu pieux des réformes en profondeur. L’hydre étatique française n’y a aucun intérêt. L’effondrement du système ne peut provenir que de la société civile. Par exemple par le biais de progrès techniques comme les crypto monnaies qui font peur à juste titre aux hommes de l’Etat.

    • Quel enseignement de l’économie ? c’est un gars qui a fait fac d’histoire+Science Po+ENA, comme … comme en fait beaucoup trop au gouvernement.

  • Demandez donc directememt à SARKOZY pourquoi il est là.? Cet individu apparait désormais comme le « Killer » de la Droite libérale.,

  • Un geste d’apaisement bienvenu serait d’abattre le PNF, ce résidu de la Justice du Mur des Cons, toujours debout bien que son procès ne soit plus à faire depuis longtemps. Mettant ainsi fin à la plus grossière erreur du Hollandisme qui a détruit le PS . Personne ne comprend pourquoi cette plaie béante n’a pas encore été refermée d’urgence : le TPF n’ayant rien apporté au procès Cahuzac, ni empêché ni empêché celui de Bayrou qu’il a contribué à mettre au frais, alors qu’il est simpliste et que l' »on « a pris soin d’amnistier subrepticement ses nombreux imitateurs, dont certains toujours au gvt. et sans raison juridique évidente. Les résultats des dernières élections a démontré que l’urgence pour Jupiter est de récupérer un minimum de la confiance qu’il a totalement perdue dans ses manifestations d’acteur bien peu politicien, avec lesquelles il se croit à tort capable de pouvoir nous endormir…Puisse-il retrouver la raison plutôt que de compter sur son agence de pub familiale qui est Kanter TNS

  • Jean Castex est un NPC fusible de la bureaucratie. Il fera du Macron, c’est à dire du socialisme totalitaire mou.

  • Comment il s’appelle déjà ?
    À mon avis si vous ne regardez pas la télé cela sera comme si il n’existait pas… Je viens de regarder lci… Je vous déconseille si vous voulez ne pas casser votre écran super géant et ils ne parlait que des pauvres ministres innocents injustement accusés de pas avoir fait bien les choses.. 30000 morts, une brindille…. Non, rien.

  • Je ne connaissais pas ce monsieur, qui doit simplement être à côté de Macron pour finir le quinquennat de manière à se présenter avec des chances d’être réélu. Mais pour quoi faire? Les Français ont fait savoir qu’ils n’étaient pas d’accord avec la plupart de réformes tentées. Ils montreront à nouveau les dents dès les prochaines tentatives avec dix fois plus de gilets jaunes. ON va voir le degré d’indépendance de pensée de M.Castex par les propositions de ministres qu’il va faire. Mais les connaitrons-nous? Elles seront triées avant. D’ici quelques semaines, nous saurons si nous devrons aller dans la rue.

  •  » voir prospérer le pays et renaître les libertés publiques. »
    Nous le voulons tous mais ce n’est pas le plan de la caste qui a fait élire Macron.
    Par contre, selon la ligne macroniste, nous aurons de belles promesses (autorité etc…) et rien derrière.

  • « Ce sont des réformes en profondeur et une rupture claire avec le socialisme diffus du premier gouvernement qui doivent être mises en place si nous voulons voir prospérer le pays et renaître les libertés publiques. »
    Avec des socialistes (toujours) en charge, c’est râpé !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles