Le nucléaire sud-coréen à la conquête du monde

Nos futures centrales nucléaires seront peut-être chinoises… ou coréennes ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Frédéric Paulussen on Unsplash - https://unsplash.com/photos/LWnD8U2OReU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le nucléaire sud-coréen à la conquête du monde

Publié le 11 juin 2020
- A +

 Par Michel Gay.

Le nouveau réacteur nucléaire sud-coréen APR-1400 (Advanced Power Reactor) de 1400 mégawatts électriques (MWe) a reçu en 2019 l’autorisation d’exploitation de l’autorité de sûreté nucléaire américaine pour partir à la conquête du monde.

Le Graal à l’international

Même si ce réacteur ne sera probablement jamais construit aux États-Unis, cette autorisation est considérée comme le « Graal nucléaire », « l’étalon or » qui facilite ensuite les diverses certifications dans les autres pays et la vente à l’international.

La Russie est en train d’apprendre à ses dépens en Finlande et en Turquie que la procédure d’autorisation en Occident est plus complexe qu’anticipée.

En Finlande, le projet Hanhikivi 1 est bloqué depuis des années par le processus d’autorisation. La construction devait débuter dès 2018 mais l’obtention de l’autorisation n’interviendra peut-être qu’en 2021. Les coûts résultant d’un retard d’au moins 10 ans et d’une offre à prix fixe pourraient devenir un casse-tête pour la Russie car les financements proviennent de fonds de pension russes.

Cette autorisation américaine pour l’APR-1400 met en évidence les performances de l’industrie coréenne et l’avance prise sur le marché mondial.

Deux réacteurs APR-1400 sont raccordés au réseau avec succès en Corée du Sud, l’un depuis 2016 (Shin Kori 3) et l’autre depuis 2019  (Shin Kori 4).

Et quatre sont en construction en Corée du Sud : Shin Kori 5 et 6, ainsi que Shin Hanul 1 et Shin Hanul 2.

Quatre autres réacteurs APR-1400 sont sur le point d’être achevés à Barakah aux Émirats Arabes Unis.

La construction de Barakah 1 a commencé en 2012 et s’est achevée… comme prévu en 2018 !

De plus, cette construction en un temps record (6 ans) s’est effectuée dans un pays lointain, au milieu du désert, avec une infrastructure nucléaire presque inexistante. Il a fallu former toute l’équipe d’exploitation et de maintenance.

De plus, le prix de vente (environ 3600 dollars par kilowatt installé) est particulièrement attractif pour une source d’énergie disponible 90 % du temps et modulable selon la demande (le combustible est conçu pour n’être changé que tous les 18 mois, voire plus).

Aucune énergie (pas même le solaire) ne peut faire concurrence au nucléaire dans ces pays ensoleillés car la nuit y est noire aussi, et le ciel est parfois couvert pendant la journée.

Comment la Corée du Sud est-elle parvenue à ce succès ?

Une prise d’élan en quatre phases

Ces projets techniques nécessitent une équipe de spécialistes qualifiés pour respecter les délais prévus de construction. La Corée du Sud y est arrivée grâce à une expansion continue en quatre phases :

Dans la première phase (années 1970), les centrales nucléaires ont été entièrement importées.

— Dans la deuxième phase (années 1980), de plus en plus de composants nucléaires ont été fabriqués sur le territoire national grâce à une coopération internationale avec transferts de connaissances et de savoir-faire.

— La troisième phase (années 1990) a permis de développer un réacteur national. Les fournisseurs étrangers n’intervenant que comme sous-traitants des fournisseurs nationaux. Dix réacteurs coréens OPR-1000 ont été construits et mis en service en Corée entre 1989 et 2015. En parallèle, une infrastructure nucléaire complète (recherche, développement, formation, procédures d’autorisation,…) a été mise en place. Pour la Corée du Sud, pauvre en matières premières, il s’agissait d’assurer une autosuffisance énergétique et d’exporter des produits de haute valeur ajoutée.

— Aujourd’hui, la Corée du Sud entame sa quatrième phase. Ce pays construit une centrale nucléaire de génération III complète (l’APR-1400), y compris la régulation numérique, et tous les composants nucléaires. La Chine vient juste d’atteindre ce niveau et la Russie… toujours pas.

Recherche de l’efficacité

La Corée du Sud n’a pas essayé de construire un super réacteur mais une machine solide et peu coûteuse. Chaque composant intègre l’expérience du fonctionnement des précédents réacteurs. Il s’agit d’une évolution pas à pas.

La « durée de vie » prévue de l’APR-1400 est de 60 ans.

Rappel : pour toutes les centrales nucléaires, y compris françaises, il n’y a pas de durée prévue de vie technique mais seulement une durée de vie économique.

C’est l’usure (bombardement neutronique) de la cuve du réacteur qui limite la durée de vie technique d’un réacteur.

Aujourd’hui, les matériaux spéciaux et l’expérience des 50 dernières années permettent de prévoir une durée de vie technique d’au moins 60 ans.

Et en fonction des conditions d’usure qui seront effectivement observées, cette « durée de vie » pourra être allongée.

Par exemple, l’autorisation d’exploitation de quatre réacteurs nucléaires aux États-Unis (Peach Bottom 2 et 3 et Turkey Point 3 et 4) a déjà été doublée pour arriver à 80 ans. L’allongement de cette durée d’exploitation dépend uniquement de la rentabilité des coûts d’entretien et de modernisation à effectuer.

Méthode de construction

Le temps de construction de Shin-Kori 3 et 4 a duré moins de 5 ans (55 mois) du premier béton de la plaque de base à la remise des clés. Pour une « construction en série », cette durée pourrait être réduite à 48 mois grâce à des modules préfabriqués et à l’utilisation de robots de soudage.

La Corée du Sud et la Chine prouvent que l’énergie nucléaire reste le mode de production d’électricité le plus rentable et le plus fiable avec l’énergie hydraulique, sauf dans des pays où les combustibles fossiles sont abondants et bon marché (États-Unis, pays producteurs).

Mais il faut conserver le savoir-faire !

La « loi » de dégressivité des coûts avec la taille des installations favorisera l’exportation des concurrentiels réacteurs APR-1400 dans le monde.

Si l’Europe n’avait pas été hantée par les délires d’écologistes anti-nucléaires, ce serait elle qui livrerait aujourd’hui des centrales électriques nucléaires sur le marché mondial, et elle fournirait, en prime, une électricité bon marché aux Européens.

Nos futures centrales nucléaires seront peut-être chinoises… ou coréennes ?

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Merci M.GAY.
    Ou en est la recherche nucléaire en France?

    • Pour l’instant elle est confinée à l’étude de la centrale vapeur du futur porte avion.. A moins qu’il ne devienne solaire avec l’expérience de la route de segolene royal , on attend une décision de madame la ministre d’un instant à l’autre.

      • il suffirait de mettre des panneaux solaires sur le pont du porte avion, et on aurait le 1er porte avion écolo du monde (mais pas les avions).

      • Non mais depuis deux semaines nous savons qu’il sera nucléaire..Coool..!!

        • Cool, et ça sert à quoi un porte avions.. La suisse n’en a pas ou elle le cache !
          À part les usa personne n’a besoin d’un tel engin du passé.

          • D’ailleurs, les avions…. Pour les vacances ça va mais pour la guerre, durée de vie 2 h sauf chez les papous.

          • ça sert à porter des avions ..C’est militaire…d’une haute technologie…Quant à la Suisse …y a pas d’armée ..nous sommes neutres et foutez nous la paix nous gérons votre argent.;en gros..!!!

  • Merci, M. Gay, pour cet excellent article qui apporte des informations peu connues et rend justice au travail et à la persévérance des Coréens que l’on connaît trop peu en restant dans des clichés datant de 40 ans.

    Et la France ? En pointe dans les années 1970-1990, elle régresse, son industrie électronucléaire étant sabotée et étranglée par les escrologistes et leur nuée d’idiots utiles qui psalmodient le stupide mantra de la  » transition écologique « . J’enrage !

    Dans la compétition (mot affreux pour les escrologistes, tenant des  » droizakis « et donc entretenus par des taxes multiples qui étranglent notre économie), il ne nous reste qu’une arme théorique : exporter à plein tube nos escrologistes dans les pays qui nous concurrencent fortement pour les contaminer et ainsi plomber leur économie : seulement, pas fous, les  » cibles  » en question sont largement immunisées contre ces  » idées  » à la c… et ne les laisseront pas entrer ou alors seulement pour les exposer dans des programmes satiriques…

    Sérieusement, comme le fait l’auteur de l’article, il faut lutter radicalement (ce qui ne veut pas dire avec violence mais sans compromis) contre les idées escrologistes, en rejetant l’idée-même de  » transition écologique  » car elle implique l’acceptation d’une conception fausse à la base et sur tous les plans, y compris écologique (à ne pas confondre avec écologiste, alias escrologiste). Les arguments factuels abondent mais il faut les expliquer de manière simple et répétitive et appliquer la même démarche au  » démontage  » des mensonges des escrologistes. Courage, ténacité et sens pédagogique, tels doivent être les viatiques dans ce débat d’idées essentiel.

    Encore merci, M. Gay !

    • Les escrologistes vivant sur le ‘gras’ produit par la société du travail, ils disparaîtront lorsque la société aura atteint un certain stade d’appauvrissement qui n’est plus très éloigné.

      Non sans avoir tué leur hôte, comme tout bon parasite…

      • Les kmers rouges se foutent totalement de l’état de la population, la population n’existe pas devant l’idéologie, macron se fout du peuple français, il n’en fait pas partie, il l’ignore.. . Marie Antoinette pensait que des croissants était supérieurs au pain
        … Normal Quand on ne manque de rien et sans doute au régime pour plaire au roi.

  • Le marché, comme toujours, aura raison. Avec nos boulets, escrologistes et administratifs, nous n’avons plus aucune chance de réussir autre chose qu’un bel effondrement.

  • La nature a horreur du vide, la disparition de la France entamée par les écolos, et achevée brutalement sous nos yeux par Macron et la république en Merde, permettra a d’autres de survivre.

  • Pendant ce temps la France, qui avait une longueur d’avance, a décidé de se retirer du nucléaire et d’installer des moulins à vent à la place. Il y a des pays qui montent et d’autres qui descendent.

    • Très juste, il est utile de rappeler que les nombreux moulins à vents en Europe ont tous été démantelés justement à cause de leur intermittence à la fin du XIXe siècle. En France il ne reste que ceux du Moulin Rouge et de la Galette à Paris. Nos ancêtres étaient moins stupides que nos contemporains!

  • La démission intellectuelle qui engendre la régression de l’Occident profite logiquement à l’Asie qui n’est pas sujette à cette forme de débilité qui gangrène nos compatriotes qui rejettent la science et le progrès au profit de fantasmes New age écolos! On s’aperçoit qu’ils ont oublié toutes les bases scientifiques apprises à l’école pour débiter des imbécillités bios compatibles!

  • notre problème qui est pesant c’est l’ASN…Elle verifie tout de la plus petite soudure au boulon de 10..Pas sûr que nos amis coréens est une sûreté aussi « pointue » et un rien c….Du coup ça va tellement plus vite…Après nous n’aurons pas d’accident majeur car le suivi est tout aussi c….

  • D’accord avec M. Gay et avec les commentaires. Il est dommage d’utiliser une photo des tours de refroidissement avec leur colonne importante de VAPEUR D’EAU. C’est l’illustration de la « pollution » qu’utilisent les propagandistes de la pollution par le CO2 ou par diverses molécules.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dominique Greneche.

L’énergie nucléaire civile a toujours fait l’objet de nombreuses controverses à tous les niveaux et parmi tous les acteurs de notre société, y compris dans la population elle-même. Ces débats parfois très vifs, pour ne pas dire convulsifs, s’intensifient aujourd’hui en France à l’occasion de la campagne présidentielle. Mais de tout temps, les antinucléaires intégristes n’ont pas hésité à proférer des arguments trompeurs pour prêcher leur évangile et mystifier le peuple qui peut se laisser berner facilement faute... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Bernard Durand.

Le vent est plus régulier en mer qu’à terre 

C’est faux !

La figure parlante ci-dessous compare les variations de la puissance électrique fournie en une année (en pourcentage de la puissance nominale totale avec un pas de temps de 30 minutes) par l’ensemble des parcs éoliens en mer du Nord et à l’ouest de la mer Baltique (zone DK1) du Danemark, en haut, avec celles, en bas, de l’ensemble des éoliennes terrestres françaises.

Les lignes rouges représentent la puissance effective moyenne (f... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Le mot protéger était dans une phrase sur deux prononcées par Bruno Le Maire lors de cette interview. Après le Koikilenkoute, nous allons basculer dans le Kaparka, une variante bien plus ciblée de toutes les aides dont nous bénéficions et payées avec notre propre argent.

Parmi les nombreux plans de Bruno Le Maire pour nous protéger de tout, le plus lunaire concerne son plan de lutte contre l’inflation exposé à partir de la dixième minute.

Le Maire contre l'inflation

Après avoir enfoncé une porte ouverte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles