Relancez votre entreprise après le Covid en 4 étapes (1)

Le Covid-19 nous aura coûté 55 jours de paralysie. On baisse les bras ? Non, on s’y remet, avec pugnacité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
fermé by YoungToymaker(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Relancez votre entreprise après le Covid en 4 étapes (1)

Publié le 7 juin 2020
- A +

Par Alain Goetzmann.

Entrepreneurs et cchefs d’entreprises, mes alter ego, je vous propose de retrouver rapidement vos réflexes de leader en quatre étapes.

Tout semble donner raison aux Cassandre qui nous annoncent que la crise que nous traversons est sans issue et que le pays part en quenouille. En face, les indéfectibles optimistes pensent que nous disposons des ressources nécessaires au rebond. Ils ont mille fois raison, mais garder son optimisme dans les difficultés ne signifie pas attendre, béat, que les choses s’arrangent d’elles-mêmes.

À J-6. On redémarre en force, lundi prochain. Il faut rattraper le temps perdu et sauver ce qui peut l’être de l’exercice 2020. Comme pour une restructuration – quelque part, c’en est une – plus vite on lancera le processus, plus efficaces seront les décisions prises.

D’abord, je vous propose de monter dans un hélicoptère et de regarder votre entreprise comme vous scruteriez un paysage, dans son ensemble et dans chacun de ses détails. La catastrophe sanitaire, qui n’est peut-être pas terminée, a laissé des traces partout.

Observez donc, d’abord, autour de votre entreprise, les effets du confinement

Quel en est l’impact sur vos clients ? Dans quel état se trouve le marché sur lequel ils agissent ? Comment réagissent leurs propres clients ? Comment s’organisent-ils pour relancer leur activité ? Comment évolue leur solvabilité ? Si vous vendez en B to C, quel est leur état d’esprit ? Vont-ils recommencer à consommer normalement ou peuvent-ils faire l’économie de vos fournitures au profit d’une épargne de précaution, par exemple ?

Quel en est l’impact sur vos fournisseurs ? Comment réagissent-ils ? Sont-ils fragilisés ? Peuvent-ils considérer que vous êtes devenu un risque pour eux ? Vont-ils continuer à vous livrer normalement ? Êtes-vous devenu dépendant de leur logistique ?

Mesurez ensuite objectivement vos moyens

Comment vos équipes ont-elles passé ce confinement ? Dans quel état d’esprit sont-elles ? Ont-elles développé de nouveaux savoir-faire ? Le télétravail est l’exemple le plus évident, mais peut-être ont-elles acquis la maîtrise d’autres outils ? Comment pourront être mises en place les nouvelles conditions de travail qui respecteront les instructions sanitaires ?

Votre structure financière est-elle restée saine, à la hauteur des enjeux, ou s’est-elle profondément dégradée ?

Consignez le tout dans un mémo, sous forme de check-list et passez à l’étape suivante : la mise en œuvre de votre rebond. N’hésitez pas à partager vos réflexions avec un mentor, un coach, un collègue en qui vous avez confiance. Souvent, la simple formalisation à laquelle vous vous serez ainsi astreint fera apparaître avec plus d’acuité encore les difficultés auxquelles vous allez faire face.

Positionnez maintenant votre rebond sous trois angles

1. Votre modèle économique

Compte tenu de la situation et de vos moyens, reste-t-il pertinent ? Une école privée, par exemple, ne devrait pas voir son marché se dégrader, mais la distanciation sociale divisera par deux sa capacité d’accueil. Pourra-t-elle multiplier ses prix par deux ? Probablement pas. Pourra-t-elle diviser les salaires de ses enseignants et de son administration par deux ? Non plus.

Voilà les questions basiques à vous poser pour réviser votre vision de l’avenir, à l’aune de de la rupture qui vient de se produire. Repensez votre accès au marché, vos produits, votre logistique, votre stratégie de développement ; pourquoi pas saisir une opportunité de croissance externe ?

C’est en tâtonnant que vous trouverez la formule gagnante. Elle repose sur un équilibre pragmatique à rechercher entre chiffre d’affaires, marges et croissance, d’une part, prix de revient, coûts et frais généraux, d’autre part. Mettez à plat l’organisation existante et définissez de nouvelles politiques de marketing, de vente, de financement, d’organisation et de management.

2. La motivation de vos équipes

Il vous faut des troupes à la foi chevillée au corps, une organisation claire dans laquelle chacun comprend son rôle et sa contribution au succès commun. Plus vos informations seront pertinentes, meilleures seront vos décisions, fondées sur l’analyse objective des faits. Dans le marasme ambiant, si votre nouveau modèle économique vous permet, tout en étant rentable, de préserver l’emploi, au sein de votre entreprise, tant mieux.

Si, toutefois, vous devez alléger vos structures ou recourir au chômage partiel, il faut y procéder sans hésitation. C’est votre devoir de chef d’entreprise. Mais vous ferez en sorte, c’est difficile, de ne pas rompre le lien social.

Votre rôle est de créer de la valeur pour pérenniser vos activités et l’emploi résiduel. Soyez clair, didactique, même, sur les difficultés rencontrées. Communiquez, communiquez, communiquez…

3. Votre structure financière

Quelle que soit votre analyse, qu’elle ait révélé des failles ou qu’elle reste satisfaisante, servez vous de tous les leviers à votre disposition. N’hésitez pas à sur-emprunter si les possibilités vous en sont offertes. Les taux sont suffisamment faibles actuellement pour que le coût en soit mineur par rapport aux avantages.

La sécurité que vous apportera une trésorerie abondante vous permettra d’envisager avec sérénité toutes les options opérationnelles y compris, si nécessaires, des dépenses de restructuration.

Vous avez maintenant une vision claire de votre situation et du projet que vous entendez poursuive. C’est le moment de remettre le client au centre de votre action.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Belle théorie où il manque une chose essentielle : le client….. donc irréalisable

    • Les clients ?
      Il y en a 7 milliards (à la louche)

      On en a pas besoin d’autant (sauf peut être les GAFA), tout l’art consiste à trouver les siens…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Achat d'or pouvoir d'achat
5
Sauvegarder cet article

S’il est quelque terme économique mal compris en France (et parfois ailleurs) c’est bien celui de pouvoir d’achat.

 

Pouvoir d’achat du revenu monétaire

Certes, quand quelqu’un a un pouvoir d’achat, il prend conscience de ce qu’il peut acheter en un moment donné avec l’argent dont il dispose. C’est un genre d’approche statistique du pouvoir d’achat, qui va donc augmenter (ou diminuer) avec le revenu, et qui va varier suivant le niveau des prix des biens et services achetés.

La structure des dépenses envisagées est do... Poursuivre la lecture

Domino’s Pizza a fermé ses succursales en Italie. L’entreprise américaine s’était installée dans ce pays en 2015 a été obligée de fermer ses portes. La cause : une forte concurrence des pizzerias locales qui ont su s’adapter lors des confinements et de la réouverture de l’économie italienne.

Une situation qui montre l’importance de l’adaptation et surtout de répondre aux besoins spécifiques locaux. Cela démontre également que la grande taille d’une entreprise n’assure pas son succès face à des concurrents plus modestes.

 Poursuivre la lecture

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a suggéré que les impôts sur  les bénéfices des entreprises soient utilisés pour rembourser la dette covid du pays :

Les entreprises vont rendre ce qu'elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l'État[...] c'est une solution juste et efficace qui mérite en tout cas d'être étudiée.

J’avoue que le propos m’a laissé pantois mais que je l’ai mis sur le compte de la fatigue.

Par contre le ministre a été impeccable en réaffirmant fermement qu’une dette devait être remboursée.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles