Détruire la liberté du commerce ne résoudra pas la crise de la biodiversité

Les menaces qui pèsent sur la biodiversité ne seront traitées ni par les cris d’orfraie des biologistes ni par la destruction du capitalisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
biodiversity source https://unsplash.com/photos/qF9MA4rBO78

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Détruire la liberté du commerce ne résoudra pas la crise de la biodiversité

Publié le 27 mai 2020
- A +

Par Matt Ridley.
Un article de HumanProgress.org

C’est peut-être parce qu’ils sont envieux de l’attention portée au changement climatique, ou alors parce qu’ils ambitionnent de monter un nouvel organisme intergouvernemental permettant d’expédier des scientifiques dans des méga-conférences, que des biologistes sont partis en vrille au sujet de la biodiversité en ce début mai 2020.

Ils ont raison de dire que beaucoup de choses vont mal dans le monde sauvage, que nous pouvons faire beaucoup plus pour le protéger, l’améliorer et le restaurer, mais une grande partie de la couverture dans les médias et beaucoup de déclarations de Sir Bob Watson, président de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (Intergovernmental Panel on Biodiversity and Ecosystem ServicesIPBES) sont franchement étranges.

Les menaces qui pèsent sur la biodiversité ne sont pas nouvelles, elles ne sont pas nécessairement en train de s’accélérer, elles sont principalement dues à d’autres causes que la croissance, la prospérité économique ou le changement climatique et elles ne seront pas contrées en se repliant sur du bio en autarcie. Voici quelques petits rectificatifs.

La plupart des destructions de biodiversité par l’être humain sont anciennes

Les vitesses d’extinction des espèces de mammifères et d’oiseaux ont connu un pic au XIXe siècle principalement à cause des navires qui ont amené des rats dans les îles. La dernière extinction d’une variété d’oiseaux nicheurs en Europe concernait le Grand Pingouin, c’était en 1844. Voici des milliers d’années les chasseurs-cueilleurs de l’Âge de pierre ont provoqué des extinctions de masse de mégafaune en Amérique du nord et du sud, Australie, Nouvelle Zélande et Madagascar, sans la participation de la technologie moderne et sans capitalisme. Cela ne signifie pas qu’il n’y a plus d’extinctions mais la principale raison, et de loin, est toujours l’invasion d’espèces étrangères, en particulier sur les îles : ce sont des champignons chytrides qui ont éradiqué des grenouilles et des crapauds, c’est le paludisme aviaire qui a éradiqué beaucoup de drépanidinés de Hawaï.

Il s’agit d’un problème particulier qui peut être traité et compensé, mais il faudra des technologies, de la science et de l’argent, plutôt que de se replier en autarcie en mangeant des graines. L’éradication des rats sur l’île de Géorgie du sud a été une réussite exemplaire, avec des hélicoptères, le GPS et beaucoup de science.

C’est un air connu. En 1981 l’écologiste Paul Ehrlich prédisait que 50 % des espèces auraient disparu avant 2005. En fait, environ 1,4 % des espèces d’oiseaux et de mammifères, qui sont à la fois plus faciles à répertorier que des créatures plus petites et plus vulnérables face au risque de disparition, ont disparu en plusieurs siècles.

L’idée que le problème vient des valeurs occidentales ou du capitalisme est fausse

Au final ce qui réduit vraiment la biodiversité c’est une forte population pauvre qui exploite un territoire. Lorsqu’un pays s’enrichit et adopte l’économie de marché il inverse généralement le cours de la déforestation, il ralentit la disparition d’espèces et il inverse le déclin de certaines espèces.

Un pays comme le Bangladesh est à présent suffisamment riche pour faire croître ses forêts au lieu de déforester, et c’est comme cela dans le monde entier. Et il s’agit principalement de forêts primaires, pas de plantations.

Concernant les animaux sauvages, pensez à toutes les espèces qui sont de nouveau abondantes en Grande-Bretagne : loutres, balbuzards, aigles marins, milans, grues, castors, cerfs, et bien d’autres. Pourquoi y a-t-il de plus en plus de loups dans le monde, de moins en moins de lions, à peu près autant de tigres ? Tout simplement parce que les loups vivent dans des pays riches, les lions dans des pays pauvres et les tigres dans des pays à revenus moyens. La prospérité est la solution et non pas le problème.

Il n’y a rien de plus rapide pour éradiquer la nature que d’en tirer sa subsistance.  Lorsqu’un villageois africain devient suffisamment riche pour acheter à manger dans un magasin plutôt que d’aller chasser du gibier dans la forêt, c’est à l’avantage de la vie sauvage. De même s’il peut se payer du gaz pour faire la cuisine au lieu de couper du bois. Plus nous pouvons urbaniser et plus nous pouvons accroître l’agriculture intensive et les combustibles fossiles, moins nous aurons besoin d’écumer des forêts, que ce soit pour de la nourriture ou pour du combustible.

L’agriculture intensive libère de l’espace pour la nature

On a calculé que si on devait nourrir la population actuelle avec les rendements principalement bio de 1960, il faudrait cultiver 82 % des terres mondiales, alors que nous en cultivons environ 38 %. Grâce aux engrais, aux tracteurs, à la génétique et aux pesticides, nous avons besoin de 68 % de terres en moins pour produire la même quantité de nourriture qu’en 1960. C’est une bonne chose.

La plupart des défenseurs de la nature sensés ont compris que la bonne approche consiste à « épargner des terres » – de l’agriculture intensive et des terres en friche, plutôt qu’une agriculture inefficiente avec un peu de nature au milieu des champs.   Le professeur Andrew Balmford de l’Université de Cambridge a dirigé une équipe dont les recherches approfondies ont montré que c’est la meilleure approche non seulement pour l’occupation des sols mais aussi pour d’autres problèmes environnementaux : par exemple, les élevages laitiers bios induisent 30 % supplémentaire d’érosion des sols et utilisent deux fois plus de terres que les élevages laitiers conventionnels pour produire la même quantité de lait.

Faire plus avec moins

Une des rengaines préférées de beaucoup d’écologistes consiste à dire qu’on ne peut pas croître indéfiniment dans un monde aux ressources limitées. Mais c’est complètement faux, car la croissance économique vient du fait qu’on fait plus avec moins.

Donc, si j’invente un nouveau moteur de voiture qui consomme deux fois moins de litres aux 100 kilomètres, j’ai provoqué de la croissance économique mais nous utiliserons moins de carburant. De même, si j’augmente le rendement d’une récolte, j’aurai besoin de moins de terres et aussi probablement de moins de carburant.   Cette « croissance dans la réduction » se produit en permanence : voyez combien les téléphones mobiles sont plus petits qu’ils ne l’ont jamais étés.

Les médias ignorent le fait que des espèces sont tirées d’affaire

La BBC a utilisé un chant de baleine à bosse pour illustrer les espèces menacées d’extinction. La population des baleines à bosse était tombée à quelques milliers dans les années 1960 et elle figurait sur la liste des espèces dites en danger.

En 1996, comme leur population augmentait, elles ont été rétrogradées au statut de vulnérables. En 2008, comme elles sont devenues nombreuses, elles ont été à nouveau rétrogradées à préoccupation mineure. Aujourd’hui elles sont 80 000, elles sont revenues aux densités d’avant leur exploitation dans de nombreux endroits du monde, et on voit parfois des groupes de 200 qui chassent ensemble, une réussite inimaginable lorsque j’étais jeune. On peut en dire autant de nombreuses espèces exploitées autrefois comme les phoques à fourrure, les éléphants de mer, les manchots royaux et bien d’autres.

Quelle qu’en soit la raison, les activistes écologistes détestent parler des réussites des protecteurs de l’environnement en matière de sauvegarde des espèces, de restauration de populations et de réintroduction dans la nature. Ils préfèrent insister sur les menaces. Cela apporte davantage de publicité et de dons mais répand aussi un sentiment de désespoir qui fait que beaucoup de gens ordinaires se sentent impuissants plutôt qu’impliqués. Il est temps d’ouvrir un débat honnête au sujet de ce que nous pouvons faire pour préserver la vie sauvage, plutôt que de crier comme Private Frazer « nous sommes tous foutus ! »

Traduction pour Contrepoints de Dismantling Free Markets Won’t Solve Biodiversity Threat

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • pour quelle raison exacte voulez vous protéger la biodiversité?

    la réponse « car elle est essentielle à la vie humaine ne me satisfait pas »..c’est inexact..

    le grand pingouin a disparu..le monde s’est effondré?
    non..
    on réintroduit le loup à grand frais? pourquoi?

    il ya des pans de la biodiversité utiles à la survie de l’homme d’autres non…pourquoi avons nous basculé dans cette approche tout ou rien?

  • Il n’y a pas de crise de la Biodiversité !
    La population humaine est trois fois trop importante, au minimum, et les moyens et surfaces que nous utilisons, par individu (Autoroute, aéroports, Hypermarchés, parkings,) ne laissent plus assez de place et suffisamment d’éléments vitaux aux autres espèces. Un Lyon ou un éléphant pourra vous le confirmer.
    Le reste n’est que délire dans les fantasmes ecolos.

    • même pas : il y a des très fortes concentrations humaines à certains endroits mais de très grands vides ailleurs…

  • La bio diversité… Le diversité a t il une connotation les français et les immigrés par exemple ?
    Donc c’est encore des valeurs dites de gauche, sauvons les petits oiseaux et les bisounours, entretenons les, économiquement le bobo adore ça avec l’argent des autres. Mais les africains se passeraient volontiers de leur faune sauvage comme on s’est débarrasser des loups..

  • Le Bangladesh assez riche ? Vous voulez parler de ce pays qui a reçu en 2009 19 millions d’euro pour un programme de reforestation ? Qui a lancé un plan national de plantation de 3 millions d’arbres en 2018 en les faisant planter par les écoliers ? Et pourquoi ? pour lutter contre le changement climatique. Et parce qu’ils ont compris l’intérêt économique de la forêt (surtout des mangroves, qui empêchent que le pays en se barre en morceaux dans la mer à chaque tempête).
    POur la biodiversité, ya une différence entre sauver le panda à tout prix et faire simplement attention. Quand on a le choix entre détruite un marais de 2 hectares ou construire 5km plus loin, ben ça peut être ça simplement le respect de la biodiversité.

    • sauf que ce qui importe c’est les humains..pas la biodiversité en tant que telle..
      il va falloir m’expliquer pourquoi planter un arbre … je dis bien planter un arbre n’importe ou n’importe commet permet de lutter contre le réchauffement climatique..pardon ralentir l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique..

      la nature stocke plus de carbone TOUTE seule… la biomasse augmente TOUTE seule..

      planter des arbres ça a d’autres avantages, locaux..

    • vous avons aussi comment s’impose une idée à la con un marais c’est mieux que 5 km plus loi..pourquoi? les zones humides c’est vachement important…
      planter un arbre c’est parfois idiot..
      plate un arbre dans le but de réduire le taux de CO2 souvent douteux…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droite dans ses bottes, la Commission européenne a présenté le 22 juin 2022, selon son communiqué de presse, « des propositions inédites pour rétablir la nature en Europe d'ici à 2050 et réduire de moitié l'utilisation des pesticides d'ici à 2030 ».

Rien ni personne n'a arrêté le train qui roule, certes lentement, vers le désastre.

Ni les avertissements sur les conséquences de la stratégie « de la ferme à la table » (des pertes de production agricole et alimentaire à deux chiffres en pourcentage – à notre sens évaluées de manièr... Poursuivre la lecture

Le G7 se réunit du 26 au 28 juin 2022 pour son sommet annuel au château Elmau, dans les Alpes bavaroises, sous la présidence allemande.

Parmi les sujets qui seront abordés, on s'en doute, la sécurité alimentaire mondiale ou, pour le poser selon les mots du Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres, la menace d'un « ouragan de famines ».

Le 24 juin 2022  s'est tenue une conférence ministérielle sur le thème : « Uniting for Global Food Security », s'unir pour la sécurité alimentaire mondiale.

Le début du pr... Poursuivre la lecture

Ce qui suit est le script brut, les notes pour ma présentation au Congrès Mondial de la Pomme de Terre à Dublin faites le 1er juin 2022. Comme la présentation a été donnée sans support, une partie du texte peut différer du discours réellement prononcé.

 

C'était agréable d'être de retour sur scène

La réalité est perçue par les définitions que nous donnons ; les lignes noires et blanches que nous traçons sur une toile grise. Ainsi, dans le domaine de la communication, le message est contrôlé par le maître des mots – par celu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles