Sous les PV, la plage

Opinion : le dernier délire en date consiste à réglementer de manière hallucinante ce que les gens sont autorisés à faire sur les plages. Un billet d’opinion.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sous le soleil by B. Mehdi(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sous les PV, la plage

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 mai 2020
- A +

Par Marc André.

Comme l’on devait s’y attendre, le déconfinement est tout aussi remarquablement géré que la crise sanitaire par nos zautorités, dont l’incompétence crasse n’a d’égale que leur insatiable appétit à restreindre nos libertés les plus fondamentales.

Ne nous y trompons pas, sous couvert d’épidémie, ce qui se joue en ce moment n’est ni plus ni moins que notre degré de tolérance à un contrôle toujours plus strict de nos moindres faits et gestes.

Après nous avoir raconté que les masques étaient inutiles et qu’il suffisait de se laver les mains et d’éternuer dans son coude pour préserver les autres de nos miasmes, le gouvernement entend nous expliquer, maintenant, comment il convient de nous promener, à quelle distance nous devons nous tenir les uns des autres, etc, etc.

Et comme l’État est ce qu’il est, il produit des règles imbéciles à un rythme effréné, en n’écoutant que les avis des spécialistes qu’il souhaite entendre et il les met en œuvre avec une décontraction de démocrate zaïrois qui force le respect. Souvenons-nous, entre autres, de l’usage des drones par la préfecture de Police de Paris, pour détecter les rassemblements…

Réglementer ce que vous avez le droit de faire sur la plage

Le dernier délire en date consiste à réglementer de manière hallucinante ce que les gens sont autorisés à faire sur les plages. Après nous avoir seriné que les écoles étaient le lieu de tous les dangers, Big Mother s’en prend au bord de mer. Vous avez le droit de prendre le métro pour aller bosser, mais pas de vous poser sur une serviette au bord de l’eau.

La bronzette n’est pas en odeur de sainteté sanitaire. Si vous voulez voir la mer, il vous faut réserver votre carré de plage à l’avance comme à la Grande-Motte et pour une durée limitée ou alors marcher le long des vagues, sans vous arrêter, sinon PV.

Même chose si vous vous baignez, vous êtes priés de vous sécher en marchant. Peu importe que le virus se diffuse surtout dans des lieux clos, l’océan est devenu l’ennemi de la technostructure !

Pourquoi un tel acharnement à réglementer une activité somme toute de plein air et où le vent abonde, à en juger par le nombre de ventilateurs destinés à produire une électricité aussi coûteuse qu’alternative qui défigurent nos côtes ? Pour au moins deux raisons.

La première est que maintenir la peur permet de justifier les contrôles, même les plus comiques et l’existence de toute la chaine de clowns qui les produit. La seconde est plus prosaïque, nos gouvernants sont bouchés. Quand ils ont décidé de quelque chose, même (et surtout) s’ils s’aperçoivent que c’est idiot, ils s’y accrochent telles des moules à leurs rochers : souvenons-nous des 80 km/h

Renoncer c’est perdre la face dans un monde où les apparences comptent bien plus que les actions. Nous sommes revenus à la fin de l’Ancien Régime, nous nageons dans la peur du Ridicule.

Répression par-ci, tolérance par-là ?

Sous couvert de préservation des gestes barrières — qu’il aurait sans doute été préférable de mettre en place dès que les mangeurs de pangolins ont été infectés — se profile une France à deux vitesses de répression.

Vous l’avez certainement noté, les exemples destinés à scandaliser la France qui tremble ont tous un point commun très peu vivrensemblesque. Les bobos du canal Saint-Martin s’agglutinent dangereusement. Ces bourgeois du 16e envahissent l’île de Ré ou les plages bretonnes, tandis que la jeunesse dorée du 7e fait un apéro géant sur l’Esplanade des Invalides… Scandale dans la France sanitairement correcte !

Des conditions dans lesquelles nos « quartiers sensibles » ont « respecté » le confinement et « organisent » leur « retour à la normale » pas un mot. Les rodéos urbains continuent…

Empêcher les vacanciers de bronzer, réglementer et délimiter des carrés de plage, voilà maintenant la mission de l’État régalien. Faire régner l’ordre dans les cités ? Quelle idée saugrenue ! Ne nous y trompons pas, ce deux poids deux mesures en matière de liberté n’est pas le fait de la police. Les fonctionnaires qui la servent obéissent aux consignes que leur donne le gouvernement et c’est tant mieux.

Alors lorsque vous aurez été verbalisé pour non-port du masque sur une plage où vous aurez eu le malheur de tenter de vous faire sécher cet été, pendant que des jeunes déboulonneront les bouches à incendie pour s’en faire des douches collectives, ne vous en prenez pas à la police. Pensez à cette France à deux vitesses et demandez-vous à qui vous devez toujours davantage de restrictions dans vos libertés, quand vous irez voter.

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • les français ne sont plus libres depuis longtemps… bientôt viendra l’interdiction d’aller a l’Étranger pour ses vacances

    • Il me semble que c’est déjà le cas pour le moment du moins…si vous faites attention, votre compte en banque est également confiné…impossible de faire des virements d’un montant trop conséquent à l’étranger…

  • Les régions qui ne veulent plus être « administrées » n’importe comment par un état central sans frein et devenu complètement fou doivent avoir le courage de reprendre leur indépendance.
    (-> https://libland.be )

  • le gouvernement demande aux Français de passer leur vacances en France ….alors que l’on n’a à peine de le droit de se déplacer à l’air libre …c’est fou ce que ça donne envie …..

    • sans compter les prix mouarff

      • Mouarf pour les prix aussi ,si l’Espagne attire autant c’est plus pour les prix bas que pour sa culture,chez nous l’hôtellerie restauration c’est du foutage de gueule au niveau prix pour bouffer du Metro autant manger chez soi!

  • Oui, Ubu est roi en France… Et certains en redemandent, qui apostrophent leurs amis FB en leur demandant comment il se fait qu’ils soient à plus de 100km (ou à plus d’1 km peu de temps auparavant).
    Règles stupides, heureusement nombres de maires dans le sud sont moins cons et laissent les gens s’installer à bronzer.
    En fait, c’est une lutte contre la détente qui s’est instaurée dès les 1ères mesures, il était insupportable que certains s’amusent pendant que les soignants, pauvres d’eux etc… donc oui au jogging non au vélo (synonyme de balade) plages fermées alors qu’à cette époque elles étaient déjà très peu fréquentées, mais un pic nic sur la plage, quelle image, quelle horreur, un peu de solidarité avec le drame qui se joue dans le monde etc…

  • il ya quelque chose d’étrange, à savoir les gens en général sont agonis de reproches quand ils ne respectent pas la distanciation, pourtant les malades sont en grande généralité caressés dans le sens du poil…attendez une seconde…

    tout ça pour pouvoir affirmer que notre système de santé tient le choc..que les politiques gèrent la crise.. pourtant je ne pense pas que les gens en voudraient aux soignants en cas de débordement du système de santé…on sait que ça peut arriver et les gens ne doutent pas du dévouement de soignants..ces morts seraient acceptés comme une fatalité..je le crois vraiment…

    non, se foutre d’etre contaminé ne peut pas être vu comme un crime, un manque de civisme de l’égoïsme pourquoi pas, criminaliser cela est dangereux.

    Pourquoi devrais je me révolter qu’une bande de couillons organisent un matche de foot où oui il y aura des contaminations supplémentaires..il faut que j’imagine qu’une de ces contaminés prendrait la place qui m’est naturellement dévolue dans le système de soin????
    en pratique peut être n’y aurait il plus de place pour moi..mais en aucun cas ils ne prennent « ma »place..

    nous acceptons cependant déjà des taxes sur des produits alimentaires « suspects » « pour notre santé »… faudra il TOUT accepter dans le but ( collectiviste) de maximaliser l’espérance de vie?? même notre santé ne nous appartient plus!!!!

  • Cette histoire est hallucinante mais je crois que pour une fois l’état n’est pas en cause, ce sont les maires qui ont une peur bleue de voir leurs villes envahies par les parisiens, tous forcement porteurs du virus et ce sont des parisiens ou même des lyonnais, sans compter la guerre entre chapelles.
    Mais quand on interdit les parcs, déjà on sait qu’il y a un gros problème dans la tête des politiques et de leurs sbires zélés. Quand on pond une feuille à remplir pour s’auto autoriser, la on est sûr qu’on a des têtes fêlées en haut, au château. Il y a un nom pour ça consernant les soldats revenus traumatisés du front, et nos sinistres dirigeants subissent une guerre populaire depuis deux ans, ça laisse des traces, tous devraient être entre les mains de psys en soins intensifs !

    • En même temps c’est une élite parisienne qui essaie de leur expliquer comment vivre dans leur campagne alors que les parigots n’ont pas la moindre idée de ce qu’est un village de campagne…en fait, il est probable que les parisiens aient découvert l’afrique avant le fin fond de la corrèze…

    • J’ai à la TV un maire du littoral qui expliquait que, comme il n’avait pas assez de policier pour surveiller les plages, ben… il ne les ouvrait pas.
      Glaçant.
      Alors que le risque sanitaire sur les plages est infime.
      Mais comme ils ont fermé les plages inutilement même au mois de mars, ils ne bougent pas.

    • Habitant dans l’Hérault je peux témoigner que ici ce n’est pas le cas. Les mairies attendent avec impatience l’autorisation d’ouvrir leurs plages et c’est le préfet qui décide, donc le gouvernement.

  • « demandez-vous à qui vous devez toujours davantage de restrictions dans vos libertés, quand vous irez voter »
    Ben justement, quel politicien français n’est pas pris de cette folie liberticide ?
    Le seul vote possible est avec ses pieds : direction la Suisse, Israël, les USA….

  • « ne vous en prenez pas à la police »

    Ha oui et à qui d’autre ? Vous croisez souvent Castaner dans la rue vous ? Moi, pas.

    Les policiers sont ils des imbéciles juste capables de suivre les ordres, même ineptes ? Quelle est leur mission, servir le peuple ou servir le pouvoir ?

    • Il faut croire que les policiers travaillent pour un salaire…il n’ont donc toujours pas compris que l’argent ne valait rien…donc tant qu’ils continueront à travailler pour ledit salaire, ils seront obligés de faire ce qu’on leur dit s’ils veulent continuer à nourrir leur famille…jusqu’au jour où leur salaire ne leur permettra plus d’acheter quoi que ce soit…

      • Un officier de police qui doit gérer les urgences préfèrent envoyer ses gars taxer les baigneuses en string plutôt que de traquer les délinquants ? Hélas, la moins mauvaise explication à tout ça c’est que les policiers sont des gros cochons.

    • Il y a pourtant des policiers qui s’indignent.

      Exemple: https://www.youtube.com/watch?v=rv_rP5TCYKY

      Ah? Hum…pardon c’est un américain.

    • « Quelle est leur mission, servir le peuple ou servir le pouvoir ? »
      Pour les avoir fréquenté professionnellement, pour un trop grand nombre d’entre eux, c’est surtout se servir eux même, comprendre jouir de leur pouvoir de nuisance => plus vous leur donnez de possibilité de faire chier le citoyen, plus ils en profitent.

  • Excellent!
    Un pays où on peut aller chez le coiffeur (espace clos et distance de 30 cm) et pas bronzer sur une plage comme celle de La Baule est un pays de fous.
    Bienvenue en absurdie!

  • L’argument juridique est difficile à soutenir : si quelqu’un attrapait le virus, il est difficile de prouver que c’est sur la plage. Du reste, l’épidémie est terminée et la maladie bénigne dans 95% des cas. Je vois plutôt une manifestation de la veulerie des Français : chic quelqu’un à dénoncer, vite profitons-en !

    • Et même.

      J’ai fait mon droit, je n’ai jamais entendu parler d’un droit à ne pas tomber malade. On n’en est sans doute pas très loin me direz vous.

  • malheureusement, que l’on vote pour l’un ou pour l’autre, le résultat sera le même car le bureaucratisme et le contrôle tous azimut est une caractéristique primaire du français moyen dès qu’il a un milligramme de pouvoir de nuisance…..

  • Ce qu’il va probablement se passer: le gouvernement va mettre des conditions sanitaires plus que draconiennes aux établissements recevant du public en zone touristique. Le tout dans un cafouillage généralisé distinguant les grandes villes des villes balnéaires. Les pays plus ou moins voisins (Espagne, Portugal, Italie, Grèce, bref en Europe du moins) ne voulant pas sacrifier leur tourisme, permettront aux touristes de venir en faisant en sorte que ceux-ci puissent profiter des bars, plages, restaurants, sites touristiques au maximum comme à leur habitude… Et certains s’étonneront que la France soit à la ramasse au niveau tourisme cet été comparée à ses voisins

    • Question : à partie de quel taux de fréquentation un hôtel, un restaurant ou un bar peut-il espérer survivre ?

      • Je ne sais pas je ne suis pas dans ces professions. Mais j’imagine à partir de 70% en moyenne. En tout cas plus que ce que ne permettent les conditions actuelles

    • Jusqu’à quand les Français vont-ils supporter ça alors même qye l’épidémie se termine et qu’il se sait de plus en plus que les médias ont exagéré cette crise.
      Encore un effort, mesdames et messieurs les jouenalistes: pourquoi les médias ont-ils exagéré?

  • Croyez-vous vraiment que ces injonctions et interdictions ont une quelconque motivation sanitaire?
    Le confinement et un nouvel ordre social au prétexte sanitaire étaient des objectifs politiques.
    Pour rappel, la mortalité, même en augmentant artificiellement les décès Covid n’est pas pire que pour une bonne grippe.
    Le confinement et le contrôle social ont commencé en Chine. Par ailleurs, l’OMS et diverses forces dans d’autres pays ont rapidement reconnu les avantages du confinement pour eux, et ce n’était pas pour des raisons épidémiologiques mais politiques (élections, troubles sociaux, contrôle de la population…).
    Les mondialistes « inventent » des problèmes planètaires pour justifier leur gouvernance mondiale. Avec l’aide plus ou moins docile des gouvernements suivant leurs intérêts propres.

  • Discussion avec un policier municipal sur la plage de Palavas. Il nous a bien expliqué que l’interdiction de s’allonger sur sa serviette n’est pas motivée par la sécurité sanitaire, mais est un acte de « solidarité ». En cette période de crise il ne faudrait pas donner l’impression que certains s’autorisent à prendre du bon temps !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Par Donald J. Boudreaux.

Les attitudes et les opinions de la soi-disant élite d'aujourd'hui - ces formateurs d'opinion publique que Deirdre McCloskey appelle "la cléricature" - sont infantiles. La plupart des journalistes et des essayistes travaillant pour la majorité des grands médias et des entreprises de divertissement, ainsi que la plupart des professeurs et des intellectuels publics, pensent, parlent et écrivent sur la société avec la perspicacité d'un enfant de maternelle.

Cette triste vérité est masquée par la seule carac... Poursuivre la lecture

fonctionnaires démocratie malade
0
Sauvegarder cet article

L’élection présidentielle est finie depuis le 24 avril et le Conseil constitutionnel a officialisé les résultats du second tour avec la victoire d’Emmanuel Macron, comptabilisant 58,55 % des suffrages exprimés. Pour autant, loin d’être une victoire éclatante qui exprimerait le ralliement des citoyens français à son programme, le résultat du second tour à de quoi inquiéter.

En effet, en tenant compte non pas des suffrages exprimés mais des inscrits, Emmanuel Macron fait 38,52 % avec une abstention (abstention stricto sensu + votes nuls ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles