Les masques, les ordres et des barils de moraline

Les ordres nationaux de santé sont vent debout contre la vente de masques par la grande distribution. Parce que les réquisitions, ça marche, bien sûr !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les masques, les ordres et des barils de moraline

Publié le 4 mai 2020
- A +

par h16

Horreur et consternation en République du Bisounoursland ! Les ordres nationaux de plusieurs professions médicales se sont rendu compte avec effroi que la grande distribution était maintenant prête à vendre des masques, par centaines de millions !

Ces ordres nationaux (médecins, kinés, pharmaciens et infirmiers) se sont donc fendu d’un intéressant petit communiqué dans lequel ils dénoncent ces vilains profiteurs de la grande distribution qui ont maintenant l’impudence de mettre en vente les protections que tout le monde réclame depuis plusieurs semaines.

Jouant sur la métaphore guerrière déjà lourdement utilisée par le Président de la République et le gouvernement, et ne s’embarrassant guère de conditionnels ou de termes diplomatiques, les fiers représentants de ces ordres expliquent clairement que ceux qui se livrent à présent à la vente de ces produits sont ni plus ni moins que des profiteurs qui, au lieu de simplement donner leurs stocks lorsqu’ils en avaient la possibilité au début de l’épidémie, les ont cupidement gardés pour pouvoir les écouler à prix d’or une fois leur vente autorisée.

Oh. Les salauds de capitalistes ! Ils ont ainsi attendu le meilleur moment pour faire du profit au lieu d’aider le personnel soignant lorsque la situation était critique ! C’est honteux, ça, ma brave dame !

Bon, évidemment, une fois la stupeur passée et l’émotion écartée, l’analyse des faits ne laisse guère de doute sur le culot assez phénoménal de ces ordres nationaux devant ce qui ressemble de plus en plus à une tentative maladroite de diversion de leur propre vacuité pendant la crise sanitaire.

Il apparaît en effet que les millions de masques en question ne sont pas en stock, ou du moins, pas encore : ils seront mis en vente au cours des jours et des semaines à venir, et correspondent à des stocks en cours d’approvisionnement et donc pas déjà constitués, ce qui les pousse à la limite du diffamatoire comme le rappelle d’ailleurs un communiqué de presse de la Fédération du Commerce et de la Distribution.

Rien que cela fait largement tomber à plat les petites éructations grandiloquentes de ces ordres remontés comme des coucous de Prisunic.

Par ailleurs, on ne pourra s’empêcher de noter qu’ils couinent pour un problème que la grande distribution est en train de résoudre alors que, dans le même temps et depuis deux mois, l’administration merdoie intensément pour le même problème.

Or, pourquoi diable le système administratif de soins français est-il à ce point dans la panade ? Un bref rappel des épisodes précédents permet de donner quelques éléments de réponse : une première étape aura consisté, pour l’État et ses administrations (et dans le silence compact des ordres de soin suscités) à interdire au privé de s’approvisionner et de vendre les masques en question en réquisitionnant tout et en confisquant ce qui pouvait arriver en douane.

Le privé, ayant une quantité limitée de capital à cramer dans l’agitation cosmétique, arrête donc toute commande et toute vente. Le marché disparaît donc instantanément. L’approvisionnement de masques dans l’Hexagone dépend alors totalement de la capacité des administrations à faire correctement leur travail.

Pari risqué, pari perdu.

Dans un mélange d’incompétence olympique, de décisions contre-productives, de guerres aussi picrocholines qu’intestines, les régions, les départements, les collectivités territoriales et les administrations centrales se déchirent pour obtenir qui la production de masques en local, qui l’importation de productions étrangères, qui l’autorisation de récupérer les stocks d’une autre entité, fut-elle une région voisine, un pays membre de l’Union européenne ou n’importe où ailleurs.

C’est donc un échec total, rendu visible par les discours emberlificotés des clowns télévisuels du gouvernement, forcés de proférer des âneries sur l’inutilité des masques pour rétro-pédaler sur leur monocycle coloré quelques jours plus tard en mode « ce qui était inutile va devenir obligatoire », amenant le degré de cohérence de l’ensemble des administrations de l’État français loin en territoire négatif.

Cette nouvelle obligation de port du masque contraint finalement les autorités à en libérer le commerce et dans les trois jours qui suivent, les grandes chaînes de logistique de distribution relèvent le défi et montrent à la fois leur maîtrise des réseaux d’approvisionnement et leur force de frappe pour en proposer, à très court terme, 500 millions dans leurs rayons.

C’est plus qu’un camouflet pour les idiots inutiles et dangereux qui nous gouvernent, c’est une fessée magistrale.

Et là, les ordres nationaux, remarquablement silencieux pendant ces nombreuses semaines où la population a été mise en coupe réglée alors même que ni l’OMS, ni le bon sens ne demandaient de pareils sacrifices, se réveillent subitement au moment où la nullité crasse de l’État et de ses administrations est exposée au vu et au su de tous.

Coïncidence ? Je ne crois pas !

En fait, ils agissent en petits soldats du système en place qui, armés de leur vertu en carton et de leur baril de moraline sirupeuse, se mettent vent debout contre ceux qui savent régler les problèmes logistiques, en oubliant commodément ceux qui se sont jadis auto-désignés pour ce faire et ont pataugé dans un échec aussi scandaleux que minable (et dont, il faut bien le dire, ils font partie).

Malheureusement, en plus de la réaction épidermique ridicule consistant à accuser ceux qui réussissent là où eux ont échoué – en se trompant de cible qui plus est – cette réaction illustre trop bien le penchant naturel d’une grosse partie des Français à adouber le principe même de la réquisition qui n’est que du vol pur et simple.

Et pire encore, alors qu’on sait depuis des lustres que le planisme ne fonctionne jamais, que les réquisitions et le contrôle des prix ne font qu’amener des pénuries et le marché noir, que la situation actuelle a, encore une fois, illustré exactement ces mécanismes, ces ordres nationaux semblent désirer ardemment qu’aucune leçon ne soit tirée de ces échecs répétitifs passés et récents, garantissant ainsi qu’on remettra le couvert dès qu’on en aura l’occasion.

Mieux : ils encouragent les politiciens à se vautrer dans leurs penchants les plus minables : l’outrance ridicule des ordres nationaux a ainsi provoqué une pluie de réactions politiciennes toutes plus consternantes les unes que les autres, depuis un Muselier à l’ego suffisamment boursouflé pour croire s’autoriser à demander des comptes à la grande distribution, jusqu’au minustre Véran qui n’écarte pas de recourir à nouveau à des réquisitions (perseverare diabolicum) si les prix des masques venaient à ne pas suivre le Plan Quinquennal décidé par ses augustes services, en passant bien évidemment par toute la coterie collectiviste habituelle, aussi minable que prévisible, bien plus à même de fustiger la France industrielle qui tente de s’en sortir plutôt qu’apporter la moindre solution ou la moindre compétence dans cette crise historique.

Oui, vous l’avez compris : pour ces ordres nationaux, pour ces clowns gouvernementaux, pour toute la frétillante brochette de polichinelles politiciens, le problème n’est pas qu’il n’y ait toujours pas de masques disponibles pour les Français depuis deux mois contrairement aux autres pays européens. Non, décidément : le problème, c’est bien évidemment que la grande distribution résolve le problème en quelques jours…

Avec de tels bouffons aux commandes, ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (63)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (63)
  • Belle démonstration que le gouvernement n’est pas le seul à constituer une brochette de clowns.

  • Et Castaner qui ose prétendre que tous les pays ont eu le problème…
    A ce degré d’incompétence, d’idéologie et de mensonge, on se demande si l’Etat n’est pas atteint d’un virus de plus en plus contagieux, qui finit même par toucher certains ordres de la société civile.

    • Le cocovirus rouge à pois vert !

    • L’Ordre des médecins est une excroissance de l’Etat obèse. Au débit de l’institution : numerus clausus entêté, comptabilité créative*, désorganisation de la santé, mépris des malades, complicité avec la SS, silence coupable dans l’affaire des masques (prétendument inutiles), menaces à peine voilées contre les médecins qui osent soigner efficacement leurs patients… Qu’ils osent encore la ramener pour accuser à tout-va au lieu de se faire minuscules, ça commence à faire beaucoup.

      * https://infodujour.fr/societe/justice/33958-le-rapport-qui-accable-lordre-des-medecins

      • Les ordres professionnels ont de tous temps été justifiés par la soit-disant sauvegarde de l’intérêt général.
        Pas besoin d’avoir un doctorat en sociologie ou en histoire pour savoir que les corporations ne servent qu’à protéger ses membres.
        C’est le B.A.BA du capitalisme de connivence. Il est plus que temps que l’on débarasse ces organismes de notre pays (et notament l’ordre des médecins qui est un Etat dans l’Etat pour ne pas dire une association de malfaiteurs).

        • https://fr.wikipedia.org/wiki/Décret_d%27Allarde

          « Il sera libre à toute personne de faire tel négoce ou d’exercer telle profession, art ou métier qu’elle trouvera bon »

          • @Cavaignac
            « Il sera libre à toute personne de faire tel négoce ou d’exercer telle profession, art ou métier qu’elle trouvera bon, mais elle sera tenue de se pourvoir auparavant d’une patente, d’en acquitter le prix suivant les taux ci-après déterminés et de se conformer aux règlements de police qui sont ou pourront être faits. »
            « Le décret d’Allarde et la jurisprudence administrative permettent de distinguer deux sous-principes :
            – la liberté d’entreprendre, c’est-à-dire de pouvoir créer librement une activité économique et d’exercer une profession ;
            – la libre concurrence, autrement dit le fait que les acteurs économiques doivent respecter une éthique qui ne fausse pas la concurrence. Cette liberté implique qu’en vertu du principe de neutralité économique de l’État, ce dernier ne vienne pas fausser la concurrence en exerçant lui-même des activités industrielles et commerciales d’une manière qui romprait l’égalité entre concurrents. »
            L’Etat français ne fait que fausser la libre concurrence.
            Devoir s’acquitter d’une patente, et d’une déclaration dans certains cas, me semble un peu éloigné de la liberté d’entreprendre.

      • Merci pour ce lien et pour le rapport de la cour des comptes ! Je trouve que ces derniers sont de véritable mine d’informations…

    • Mais Castaner a raison d’ânonner : autour de moi, on se met à répéter ce qu’il dit, avec cette mine sérieuse et appliquée que doit avoir la dinde de Thanksgiving quand on ose critiquer la main qui, jusque là, lui donnait, grand seigneur, un peu de grain. L’Oignon Nazional, Grands Dieux !

  • Comme dans de nombreux domaines, les professionnels de la santé travaillent pendant que généralement les moins bons d’entre eux et les plus politisés occupent les structures et ordres professionnels.

    • Certainement vrai!

    • il y a les mêmes dans l’éducation nationale. Les plus nuls, incapables de faire classe, montent dans les échelons, deviennent inspecteurs et passent leur vie à emmerder ceux qui bossent. Il y en a même qui montent à Paris pour devenir inspecteurs généraux, la crème de la crasse

    • Comme toute bureaucratie, elle finit en armée sud-américaine.
      Le colonel Diaz au général Alcazar à propos de Tintin: « Mais, ne pensez-vous pas mon général qu’il vaudrait mieux le nommer caporal? Nous n’en n’avons que quarante-neuf, alors qu’il y a déjà trois mille quatre cent quatre -vingt sept colonels. » réponse d’Alcazar: « colonel Diaz, je vous nomme caporal! » L’oreille cassée. Hergé dans les années trente. Tout est dit.

  • Et je me demande si justement cette requisition n’a pas amplifié le problème des soignants, ce ne sont que des hommes alors un masque pour moi un masque pour la famille..d’ailleurs tout a fait logique et obligatoire pour par être soi même contaminé.. Des bouffons à la tête de l’état et des clowns médiatiques. Responsables mais jamais coupables, le 11 mai, ils sabrent le champagne au lieu de couper des têtes.

  • c’est un constat sévère mais juste! Nos entrepreneurs sont beaucoup plus efficaces que nos politiques qui une fois de plus essayent de se justifier en nous désignant des faux coupables des problèmes qu ils ne sont pas capables de solutionner alors que le plus souvent ils les créent et les maintiennent

  • Une étude viendrait de sortir qui dit que le port du masque généralisé aurait été aussi efficace que le confinement généralisé…
    Pendant ce temps là nous continuons de faire l’exact opposé de ce que fait l’Allemagne ,alors que la comparaison est cruelle pour nous,qui rouvre les collèges et lycées alors que nous rouvrons maternelles et primaires qui servent de centre de loisirs ou garderie gratuites pour la majorité des familles.

    • « Une étude viendrait de sortir qui dit que le port du masque généralisé aurait été aussi efficace que le confinement généralisé… » ce qui est triste c’est qu’une « étude » soit nécessaire pour une évidence, n’importe quel chiard vivant à Taipei, Seoul ou Tokyo le sait. Mais bon, la distanciation sociale et le port du masque au pays de tape m’en 5 et de la main au cul, c’est pas gagné. C’est préférable de se lancer maintenant dans une vaste opération de tests (après la bataille). Je me demande même s’ils ne vont pas nommer Ségo pour la logistique: des brigade de testeurs en Heuliez pour battre la campagne, avec des brigades en vélo de Hidalgol, ça ferait un sacré tandem.

  • Les garde-chiourmes de l’état et sa chienlit bureaucratique. Après les pilules Padamalgam et les comprimés Celesionist, je vois que les pastilles Vichy sont à la mode.

  • c’est exactement çà , quand l’etat achète il lui faut tellement de garanties normatives et autres que l’accumulation de parapluies finit par faire barrage,,, en plus il ne sait pas payer au cul du camion..
    sachant cela la gauche fonctionnarisée ferait mieux de se taire

  • Il semble que la même gabegie aura lieu avec les tests : le dépistage massif de la population semblent être nécessaire, en regard de ce que font d’autres pays européens « qui réussissent » face à cette crise. Mais chez nous « nous n’allons pas tester toutes les Françaises et tous les français ça n’aurait aucun sens ». Dans ce cas là comment déterminer la part de la population touchée mais asymptomatique ? Il faut avouer que ça fait écho au discours sur les masques…

  • C’est un scandale : les rayons des grandes surfaces ont été réapprovisionnés en PQ mais pas les stocks de l’état, qui ne peut pas ainsi essuyer sa m…

  • Et l’Etat veut fixer arbitrairement le prix de vente des masques.
    Le « grand succès » de la même mesure appliquée récemment au gel hydroalcoolique ne lui a visiblement pas servi de leçon.

    • Pour la fourniture de masques, l’état a agi bureaucratiquement, comme cela se déroulait en URSS.
      D’où la pénurie, le marché noir, l’extension des contaminations pour les gens circulant sans masque dans des lieux confinés .

      Alors que les vrais professionnels de la grande distribution reprennent les affaires en main et seront rapidement capables d’inonder le marché de masques, en faisant chuter les prix
      L’état, lui, est tout juste capable de nous inonder de messages infantilisants et liberticides.

      https://nsm09.casimages.com/img/2020/05/04//20050401284225279916778559.gif

      • @gasparov
        Bonsoir,
        Dans ma ville, il y a un panneau publicitaire de 4m x 3m qui dit ceci : « Sauvez des vies. Restez chez vous. » C’est beau quand il est question de déconfiner et de renvoyer des élèves à l’école et des parents au travail.

  • Une situation intéressante que malheureusement la soumission obligatoire aux diktats de nos clowns nous a privés d’observer: Je me demande encore si tous ceux qui disposaient de masques au début du confinement qui les auraient éventuellement mis en vente, auraient été sanctionnés par la force publique et avec quels arguments, vu le cafouillage magistral de l’agitation frénétique du canad sans tête gouvernemental!
    CPEF si les français ne se réveillent pas rapidement! espérons que ce n’est pas un coma profond dont personne ne sortira vivant?

  • Le dénigrement de l’autre est le propre d’une société rentière puisque l’enrichissement des uns provoquent l’appauvrissement des autres. Et c’est comme ça tous les jours maintenant dans ce pauvre pays à cause du hub étatique.

  • Un article de nice matin d’hier (payant malheureusement) https://www.nicematin.com/sante/moins-de-5-de-la-vague-reste-a-subir-selon-ce-professeur-de-medecine-la-fin-de-la-pandemie-est-proche-504937

    Ce médecin dit qu’il y a eu le même nombre de mort par million d’habitants dans les pays occidentaux qui ont confiné ou pas confiné. Qu’il n’y a apparemment pas de 2eme vague (comme dit aussi le prof Raoult) dans les pays qui ont été atteints avant nous- Que les gestes barrière et les masques suffisent à se protéger. Que le virus est apparemment saisonnier, et que le nombre de cas va décroître rapidement maintenant.
    Bref, le confinement aurait pu être évité si on avait eu des masques…. Bien sur, c’est facile à dire aujourd’hui, on ne connaissait pas ce virus en février. Mais ce médecin s’étonne que l’on maintienne maintenant des précautions superflues comme si on était encore en début d’épidémie. Très intéressant, j’espère qu’il a raison…

    • claire : Il a raison.
      Le confinement n’avait aucune nécessité médicale avec un Français malade sur 500 (!) et un Français décédé sur 3000. Cette pandémie à catastrophe annoncée n’est autre finalement qu’une banale grippe saisonnière.
      Le problème ,ne vient pas du covid, mais de nos dirigeants car ils savent ça parfaitement mais persistent néanmoins dans la mise en oeuvre d’un goulag national. Leurs motivations ne sont pas épidémiologiques, mais sociales.
      Vraisemblablement il s’agit d’un test pour connaître le degré de totalitarisme que le peuple acceptera sans se révolter.
      Il faut donc s’attendre à ce que l’épidémie disparaisse spontanément, comme toutes les épidémies, mais qu’à l’inverse nous ne soyons qu’au début d’un système répressif musclé.

    • « Bien sur, c’est facile à dire aujourd’hui, on ne connaissait pas ce virus en février »… Bah si justement on le connaissait très bien en février. Mais toutes les personnes contre le confinement, les tests massifs et masques pour tout le monde ont été décrédibilisés par les médecins pro-vaccin…
      Il y a qu’à voir la réaction de ces médecins quand le Dr Raoult a proposé de mettre de la chloroquine dans les traitements des infectés…
      Donc si, on savait déjà tout, et les Chinois avaient déjà les traitements pour le combattre, sauf que vu que ce sont les Chinois, on a pas voulu les écouter (sales maoistes des années 49 qui mangent du riz et des chauve-souris tiens !)

  • je crois que l’ordre de médecins a été créé sous Vichy : ce n’est pas une coïncidence !

    • Il n’a pas été dissous après, alors que ce sont les partis issus de la Résistance qui étaient au Pouvoir. Ce n’était sans doute pas par distraction.

    • La sécu,les retraites le 1er Mai….sont issus de Vichy si on va par là.

      • Oui pour la retraite par répartition œuvre de Vichy qui au passage a pillé les caisses de capitalisation qui existaient avant. Même Jaurès était pour une bonne part de capitalisation en retraite car il y voyait le juste retour du capital aux travailleurs (discours du 27 décembre 1909 dans « l’Humanité »), mais ceci est une autre histoire.

      • 3 trucs bien pourris qui nous reviennent dans la figure maintenant… Chouette…

  • Avant la première étape dont il est question dans le billet, il y en a eu une autre, celle qi a consisté à laisser fondre les stocks de masques (1 milliard de chirurgicaux et 723 millions de FFP2 initialement) constitués en 2009. Sauf erreur de ma part, dans le silence des ordres professionnels concernés.

    A propos des réquisitions: les choses étant ce qu’elles étaient au départ (voir ci-dessus), s’il y avait bien une catégorie qui devait être prioritaire en matière de dotations de masques, c’était celle des soignants. Il est douteux que ceux qui en importaient leur en auraient fait cadeau. Le grand public en aurait donc eus, mais les soignants seraient restés en pénurie. Quant au fait de renoncer à en importer, cela ressemble à un caprice d’enfant gâté. De toute façon, les masques réquisitionnés seront indemnisés (art 17 DDHC et lois en découlant).

    • L’étape qui a tout fait foirer est celle où l’état a décidé que c’était à lui de gérer les stocks de masques. A New York, l’Etat a intimé aux hôpitaux de se débrouiller pour avoir 3 mois de masques et de blouses d’avance. C’est bien la peine que les hôpitaux français aient 30% d’administratifs en plus si ça n’est pas eux, mais l’état, qui gère leurs stocks !

      • MichelO : un petit exemple en passant : lorsque les services de réanimation ont été saturés dans le Nord, les cliniques voisines, mises en stand by obligatoire par les autorités de santé, ont offert leur aide car disposant de services de réanimation au top mais vides.
        Cette aide a été négligée, et plusieurs TGV sanitaires ont été affrétés pour dispatcher les malades dans tout le pays.
        Question : combien ça a coûté?
        Question N°2 : qui a signé l’ordre de réquisition?
        Et on se demande pourquoi la sécu est en déficit.

        • Et pour compléter rx33, les cliniques concernées , quand elles se sont aperçues que leurs services »covid «  étaient « vid’, ont voulu reprendre leur activité normale ( chir, …..) les ars les ont empêchés de rouvrir alors que les comptes de ces cliniques commençaient à « coincer » sur un plan économique !!!!

    • Sans réquisition de l’état, nos fournisseurs habituels auraient pu nous vendre les masques dont on avait besoin, ( je suis soignant ) mais comme l’état est passé par là , plus de masques pour les soignants et ceux qu’on trouve maintenant sont 10 fois plus chers qu’il y a 2 mois. Merci qui ?

    • Il y a aussi les 5000 respirateurs commandés par Bachelot qui n’ont pas été retrouvés. Il doit y avoir un entrepôt quelque part avec du matos encore emballé qui rouille. Parce que les distribuer à l’époque c’était trop fatiguant sans doute.

    • c’est le paradoxe, ils acceptent la planification par des politiques.. puis réalisent que la planification foire… mais ne rejettent pas le principe de la planification par des politiques…

    • Erreur de votre part effectivement. Le fait que vous imaginiez sérieusement que les ordres professionnels concernés se soient tus devant la fonte des stocks de masques, servants à les protéger et constituant le quotidien de leur travail, en dit long sur le procès d’intention que vous leur faites.
      La seule raison pour laquelle vous les entendez aujourd’hui plus hier je pense que vous auriez pu la trouver tout seul : aujourd’hui il y a une épidémie, alors on relaie leur parole.

      • @sdfsdf
        Bonsoir,
        « La seule raison pour laquelle vous les entendez aujourd’hui plus qu’hier je pense que vous auriez pu la trouver tout seul : aujourd’hui il y a une épidémie, alors on relaie leur parole. »
        Le personnel soignant est en colère depuis au moins 20 ans.
        Quelques semaines avant l’épisode de pandémie, les services hospitaliers tiraient la sonnette d’alarme quant au nombre de lits en réanimation saturé. Quelle a été la réponse de l’Etat ? Des coups de matraques. Idem pour les pompiers, les gilets jaunes, pour leurs mécontentements respectifs.
        Des infirmiers, médecins, des pompiers, qui prennent des coups de matraques, des charges de C.R.S, ce n’est pas la première fois.
        La dernière fois que les C.R.S avaient chargé des pompiers, ils ont été surpris. Les pompiers portaient leurs cuirs et leurs casques, et manifestaient avec leurs camions, c’est pourquoi ils n’en ont pas eu le droit cet hiver.

  • mais il y a mieux…
    ils veulent encadrer les prix… dans le pire des cas le magasin arrête de le vendre pour vendre un produit qui lui rapportera plus;.. bon pas dans le cas d’espèce..mais sur le principe c’est ça…

  • et pire que cette petite émotion…

    ils ne vont pas changer d’avis devant l’evidence tant est gravé profond dans leur têtes..les grandes surfaces sont des salauds..

  • Ils sont le reflet d’eux-mêmes et de nos administrations, trop tard et à côté de la plaque. On ne les a aucunement entendu lors du cassage de gueule des soignants, des pompiers… ni pour les réquisitions forcées, ni lors de l’interdiction de vente en pharmacie, ni de l’absence du reste, etc… Triste nouvel exemple de leur inutilité. Et dire que la cour des comptes sort dossier sur dossier quant à l’opacité de l’ordre des médecins alors qu’ils menacent Raoult de radiation. On est vraiment au Zimbabwe…

  • Dans le même temps ou les merdias serviles orchestrent le bruit que la grande distribution a des centaines de millions !!! de masques en stock, les chirurgiens dentistes ne peuvent pas soigner fautes de masques !!!!
    Dans une grande surface Carrefour hier. désirant acheter deux masques on m’a répondu qu’il n’y en avait plus.

  • La pénurie a vraiment été causée par l’incompétence du gouvernement : les pharmaciens n’avaient pas le droit d’acheter des masques sous peine d’emprisonnement… Plusieurs ont expliqué sur les réseaux sociaux qu’ils pourraient s’en procurer mais que cela etait interdit

    • il ya néanmoins une pénurie relative de masque et de materiel en général…

      par contre la « gestion » de cela par le gouvernement..révèle beaucoup de chose..
      volonté de défausser en cherchant toujours des responsables ..lourdeurs administratives incapables de répondre à un crise etc etc..

      et bien sur il en sera tiré des leçons… plus d’état plus de bureaucratie..

  • L’incompétence du Gouvernement, certes !
    Cela est évident depuis qu’un gras corrézien nous a infligé des ministres qui ressemblaient plus à des clowns décatis qu’a un être humain doté d’un minimum de raison.
    Mais, il semblerait que la réalité soit plus sordide que cet article veut bien le dire, car enfin :
    – refuser de soigner des malades en les renvoyant chez eux pour qu’ils souffrent sans témoins,
    – refuser le traitement efficace (protocole RAOULT) utilisé avec succès par de nombreux autres pays (Corée du Sud, Maroc, États Unis, etc) en interdisant la prescription de ces génériques connus depuis plus de 50 ans,
    – autoriser la sédation (Rivotril) des vieux français places en Ehpad ce qui revient de fait à les athanasier.
    n’est pas simplement un acte d‘incompétence.
    Je soutiens que c’est un ensemble de mesures décidées en connaissance de cause par les gens au Pouvoir pour atteindre leur but.

    A ce stade, vous devez vous demander : mais quel est le but poursuivi ?

    Faut-il vraiment que je réponde ? N’est ce pas évident pour qui veut réfléchir librement ?

    • Certes, mais dit ainsi, cela ressemble à une théorie du complot.

      Alors qu’une simple arrière-pensée assortie d’un ego démesuré aboutissent au même résultat.

      Je suis persuadé que la suppression des stocks de masques, le retard à leur réapprovisionnement et le déni de leur utilité procède du même principe et n’est pas sans rapport avec le fanatisme bobo-écolo.

    • Bonjour,

      Auriez-vous des éléments/liens concernant le protocole mise en place par Raoult qui serait utilisé avec succès dans différents pays ?

  • Une anecdote, hier j’en ai ferré un gros…
    Au sujet de la réaction hystérique de certains à la vente de masques par la grande distribution, j’ai fait ce commentaire:

     » La grande distribution plus efficace que l’état ? Inadmissible !

    Il est temps de nationaliser ces profiteurs pour les remettre au service du peuple !

    Et comme ça, dans un esprit de justice responsable et solidaire, ils se passeront de masques, comme les autres…

    Non mais !  »

    Et là, contre toute attente, ça mord !

    « @schmilblick 10h56 :
    nationaliser la grande distribution !!!!!!! Waaoouuhh !
    Même les plus communistes des communistes dans les plus belles epoques de l’histoire communiste n’avaient pas osé !!!! Chapeau bas !!!
    Devra-t-on également prévoir les tickets de rationnement ??  »

    Parfois je regrette de pratiquer le ‘No Kill’…

  • Navrant ces ordres professionnels , comme les politiciens incapables de gérer la moindre entreprise0
    Comment se débarasser de tout ce monde inutile et couteux ?

  • Bien entendu ces industriels très compétents ne sont pour rien dans la délocalisation de notre production de masques…
    Oui, les soignants partent au quart de tour : ça fait des années qu’ils réclament des stocks convenables pour prévenir ce cas de figure et si ils ne les ont pas eu c’est parce qu’on leur a dit que l’État devait se désengager davantage de la santé pour laisser plus de place à la gestion privé. Est-ce complètement faux ?

    • Enfin je veux dire pour vous si on n’est pas entièrement libéral, c’est qu’on n’est pas du tout libéral. Ok, pourquoi pas. Mais alors imaginez qu’en face c’est exactement pareil, sinon vous n’êtes pas très sérieux.

    • @sdfsdf
      Bonjour,
      « ça fait des années qu’ils réclament des stocks convenables pour prévenir ce cas de figure et si ils ne les ont pas eu c’est parce qu’on leur a dit que l’État devait se désengager davantage de la santé pour laisser plus de place à la gestion privé. Est-ce complètement faux ? »
      C’est complètement faux. L’Etat s’est auto proclamé seul apte à prendre en charge la santé. C’est pourquoi il s’est fendu d’un stock de masques, de respirateurs, et autres matériels. Stock qu’il a laissé s’évaporer en bon gaspilleur qu’il est. Stock qu’il devait distribuer en cas de besoin, et à qui de droit selon ses critères.
      Les masques -pour ne parler que de ce sujet- qui étaient accessibles, en vente libre en pharmacie, sont devenus inaccessibles par le fait seul de l’Etat par ses réquisistions (alors qu’il était soit disant « prêt ») et ses interdictions sévères.
      Les cliniques privées étaient rapidement prêtes pour accueillir des patients atteints du Covid19 en soutien du public saturé..
      L’Etat a foutu en l’air le système d’apprivisionnement en mettant ses doigts partout.

      « Bien entendu ces industriels très compétents ne sont pour rien dans la délocalisation de notre production de masques… »
      Ils n’y sont pour rien.
      Encore une fois, l’Etat est le seul responsable. Il n’y a que les gens de gauche qui pensent que c’est une bonne chose que quiconque ne garde que moins de 50% de ce pourquoi il se lève le matin.
      Quand votre entreprise, pour laquelle vous avez mis votre temps, votre énergie, vos espoirs, votre argent, votre avenir, est saignée à plus de 50% par l’Etat, vos espoirs et votre avenir sont saignés aussi. Du coup, il est plus tentant d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte, ou s’il est un endroit moins infernal fiscalement.
      Les taxes sur les entreprises les ont fait fuir, font couler celles qui se lancent (moins d’une sur 5 atteint les 5 ans d’activité) et rebutent celles qui voudraient s’installer en France. (d’où le florissement de zones franches, plus avantageuses fiscalement).
      Les gouvernements français depuis plus de 40 ans, se sont échinés à pourrir l’économie du pays. C’est une réussite !

      • Bonjour,
        Enfin ça ne change rien à ma remarque : puisqu’en ce qui me concerne il n’y a qu’une personne de droite pour penser que ces 50% vous appartiennent, et que l’impôt soit autre chose que la ( moindre ) réparation d’une répartition injuste du produit du mérite de chacun…
        A priori ces impôts étaient un consensus républicain, non ?
        Et ensuite, comme on n’est pas dans un système si bolchevik que cela, les industriels eurent la liberté de passer outre ce consensus social pour s’installer là où, effectivement, les conditions de travail ressemblent à ce qu’elles étaient en Occident avant l’émergence des mouvements sociaux.
        Parce que faut pas exagérer, la France vous parait peut-être un enfer confiscatoire mais globalement c’est pareil ailleurs : plus aucun pays riche de la planète n’est désormais indépendant en matière d’industrie vitale. La délocalisation n’est pas un épiphénomène de pays « socialiste » !
        Enfin, ces dernières décennies, l’État diminuant ses dépenses de santé, l’État laissant plus de place à la gestion privée, ( c’est faux ?! ), les soignants réclamant le renouvellement du stock de masque n’ont pas été entendus : vous pensez réellement que l’État leur a dit alors « on a l’argent pour refaire vos stock, mais on ne le fait pas parce qu’on ne vous croit pas sur l’importance de ces stocks ? » ! Sérieusement ? Bah, non, il a dû dire « désolé, on doit réduire le budget »… Ah clairement il s’est trompé, l’État, mais ce que lui reproche l’ordre médical, soit son désengagement, pourquoi ça ne tiendrait pas la route ?

  • La morale me semble bien mineure dans cette protestation ; en effet au moins pour les pharmaciens qui sont quand même des commerçants autant que des acteurs de santé on pourrait penser qu’ils se plaignent surtout de ne pas bénéficier de la part de butin !!!!!

  • Pénurie de masques depuis plus de deux mois.
    Solutions de l’Etat :
    – interdire la vente aux particuliers ;
    – dire que les masques ne servent à rien ;
    – punir ceux qui vendent des masques aux personnes non validées par l’Etat ;
    – réquisitionner la production de masques ;
    – réquisitionner les masques importés.
    – promettre des masques en juin.
    … problème toujours en cours.
    Solutions du privé :
    – voir son stock de masques commandés et payés, volé par l’Etat ;
    – arrêter l’import de masques ;
    – réimporter des masques quand l’Etat lache la bride.
    Problème en cours de résolution sous quelques jours.

    Y a pas ! Il faut plus d’Etat !

    • c’est pas ça qui m’étonne c’est que les médias les journalistes et les autres aveuglés pas leur idéologie n’ouvrent pas les yeux… le profit c’est tellement mal..

      cette polémique m’a fait rire ….puis pleurer..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ah, enfin, ça y est : comme Olivier Véran l'a annoncé en tirant une triste mine il y a quelques jours, c'est aujourd'hui la levée de l'obligation des masques dans les transports en commun, là où le virus s'était retranché. Manifestement tabassé de tous les côtés par les fines décisions politiques d'un gouvernement au taquet, il a finalement laissé tomber et ne rôdera plus dans les rames bondées de la RATP.

Le soulagement est intense. La victoire quasi-totale.

Et finalement donc, après deux ans d'acharnements divers et variés de ... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

Cela fait deux semaines qu'un tribunal fédéral a annulé le mandat du CDC (Centers for Disease Control and Prevention) concernant les masques dans les transports, à la joie de certains et à l'indignation d'autres.

Alors que de nombreuses personnes - y compris les agents de bord et les passagers des avions - se sont réjouies de la décision du tribunal, d'autres ont prédit que cette décision aurait des conséquences désastreuses.

Par exemple, CBS News a rap... Poursuivre la lecture

Plusieurs masques covid
3
Sauvegarder cet article

Covid, covid, deux années à répéter ce mot, chaque jour, cent fois, à tout propos…

Alors que l’épidémie prend fin, comme les huit précédentes après deux années, je n’aurais jamais pensé l’écrire mais il se dégage un poil de rationalité des recommandations gouvernementales concernant la gestion sanitaire à l'occasion des prochaines élections. Impensable : nos médiocres commencent à réaliser. Deux à trois années, c’est donc le temps nécessaire à l’éclosion d’une immunité efficace et à l’émergence d’une pensée gouvernementale cohérente. N... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles