Masques non obligatoires : pas d’effet sur les annulations de vols

Les données suggèrent que les craintes d’une annulation généralisée des vols à la suite de la levée de l’obligation de port du masque CDC sont heureusement sans fondement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
masque covid collection privée f mas

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Masques non obligatoires : pas d’effet sur les annulations de vols

Publié le 9 mai 2022
- A +

Par Jon Miltimore.
Un article de la Foundation for Economic Education

Cela fait deux semaines qu’un tribunal fédéral a annulé le mandat du CDC (Centers for Disease Control and Prevention) concernant les masques dans les transports, à la joie de certains et à l’indignation d’autres.

Alors que de nombreuses personnes – y compris les agents de bord et les passagers des avions – se sont réjouies de la décision du tribunal, d’autres ont prédit que cette décision aurait des conséquences désastreuses.

Par exemple, CBS News a rapporté que les compagnies aériennes européennes ont été contraintes « d’annuler des centaines de vols alors qu’elles se débattent avec des pénuries de personnel liées au coronavirus, quelques semaines après avoir abandonné les règles exigeant que les passagers et le personnel soient masqués ».

L’agence de presse a noté qu’à elles seules, les compagnies aériennes britanniques ont annulé 769 vols au total entre le 31 mars et le 7 avril en raison d’un manque de personnel navigant à cause de la maladie. CBS a cité Eric Feigl-Ding, épidémiologiste et économiste de la santé, qui a déclaré que de telles épidémies étaient prévisibles.

Il a déclaré :

« Il est très clair que l’industrie aérienne est particulièrement vulnérable, et cela crée un effet en cascade sur la société plus que, disons, la fermeture d’un restaurant. Il s’agit d’infrastructures critiques et d’employés essentiels, et nous mettons notre économie en danger. Arrêter le covid est bon pour notre économie, le laisser faire est exactement le contraire. »

 

Comment les compagnies aériennes s’en sortent-elles ?

Peu de gens seraient en désaccord avec Feigl-Ding sur le fait que les compagnies aériennes sont des infrastructures importantes, mais son affirmation selon laquelle les décisions relatives aux masques sont essentielles à leur succès mérite d’être examinée de près.

Tout d’abord, il convient de noter que les 769 vols britanniques annulés entre le 31 mars et le mois d’avril ne représentaient que 4 % de ces vols, 96 % se sont donc déroulés sans problème. Plus important encore, une seule compagnie aérienne, EasyJet, est à l’origine d’environ 40 % des vols annulés.

Cela suggère que les chiffres du Royaume-Uni ont été largement faussés par une seule épidémie qui a perturbé de nombreux vols. Il est impossible de savoir si l’obligation de porter un masque aurait empêché cette épidémie de se produire. Mais ce que nous savons, c’est que des annulations similaires – beaucoup plus importantes, en fait – se sont produites alors que les masques étaient encore obligatoires, de sorte que l’idée que de telles décisions peuvent empêcher les annulations est tout simplement fausse.

Nous disposons également de données récentes sur les annulations de vols américains depuis la levée de l’obligation du masque imposée par les CDC. Un utilisateur astucieux de Twitter a analysé les données, que l’on peut trouver ici, et a fait remarquer qu’au cours des deux semaines ayant suivi la levée de l’ordonnance sur les masques des CDC, le 18 avril, il n’y a pas eu d’annulation généralisée de vols.

Au contraire, les quatre plus grandes compagnies aériennes des États-Unis – American Airlines, United Airlines, Delta Air Lines et Southwest Airlines – ont toutes enregistré un taux d’annulation de 0 %, tout comme JetBlue et Allegian. Frontier Airlines, quant à elle, a enregistré un taux d’annulation de 1 %, et Alaska Airlines un taux d’annulation de 7 %. (Depuis la publication du tweet, le taux d’annulation d’Alaska est tombé à 4 %, et celui de Delta est passé à 1 %).

Le nombre total de vols annulés à l’intérieur, à destination ou en provenance des États-Unis au cours des deux dernières semaines s’élève actuellement à 72, soit environ 0,15 % des quelque 45 000 vols que la FAA (Federal Aviation Administration) supervise en moyenne chaque jour.

 

L’une des plus grandes erreurs

Il est certain que nous sommes toujours en présence d’une pandémie, du moins dans le sens où de nombreuses personnes continuent de contracter le Covid-19, de tomber malades et de mourir. Cela signifie que nous pouvons nous attendre à ce que certains vols soient interrompus par des pics de maladie.

Cela dit, jusqu’à présent, les données suggèrent que les craintes d’une annulation généralisée des vols à la suite de la levée de l’obligation de porter un masque sont heureusement sans fondement.

À bien des égards, cela ne devrait pas nous surprendre.

Même les partisans des masques comme le New York Times se sont ralliés à l’idée que les masques en tissu ne sont pas très efficaces contre le covid, raison pour laquelle de nombreux scientifiques ont longtemps douté de leur efficacité. Et même s’ils le sont, sommes-nous vraiment censés ignorer le fait que durant un vol les passagers les enlèvent simplement pour manger et boire, ce qui ne semble pas être une stratégie efficace de confinement du virus ?

Cela ne signifie pas que se masquer n’est pas ou ne peut pas être efficace. Peut-être l’est-il. Mais je pense que nous disposons d’une abondance de preuves démontrant que les obligations de port de masque ne sont pas efficaces, et l’absence d’une augmentation des annulations de vols après la levée de l’obligation est une pièce de plus dans ce dossier.

Tout cela nous rappelle une leçon cruciale de l’économie. Milton Friedman, économiste lauréat du prix Nobel, a observé un jour que l’un des plus grands problèmes du monde moderne est la façon dont nous évaluons les politiques publiques.

« L’une des grandes erreurs consiste à juger les politiques et les programmes en fonction de leurs intentions plutôt que de leurs résultats. »

Il n’y a pas de meilleur exemple de l’adage de Friedman, je pense, que les masques, qui sont devenus un symbole de soutien au bien commun, ce qui explique pourquoi tant de personnes ont publiquement juré de continuer à les porter même après l’annulation de la politique du CDC qui les exigeait dans les transports.

Si les gens souhaitent continuer à porter des masques pour montrer qu’ils ne sont pas égoïstes ou parce qu’ils pensent que cela les protégera, ils sont bien sûr parfaitement libres de le faire. C’est la beauté du choix.

Mais combien de souffrances auraient pu être évitées au cours de cette pandémie si seulement nous avions embrassé la liberté de choix dès le début, au lieu de succomber à la peur ?

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
société
1
Sauvegarder cet article

Le conflit ukrainien, la récente élection présidentielle puis la préparation des législatives ne doivent pas laisser penser à une sortie définitive de la crise épidémique. Bien sûr, la levée de l’obligation de port du masque dans les transports semble marquer la fin de la séquence de restrictions. Celles-ci sont escamotées. Pour un temps seulement ? Les spécialistes rappellent que les variants courent encore. Et les images des habitants de Shanghaï confinés avec une inouïe brutalité semblent sorties d’un film catastrophe. En tout cas... Poursuivre la lecture

Ah, enfin, ça y est : comme Olivier Véran l'a annoncé en tirant une triste mine il y a quelques jours, c'est aujourd'hui la levée de l'obligation des masques dans les transports en commun, là où le virus s'était retranché. Manifestement tabassé de tous les côtés par les fines décisions politiques d'un gouvernement au taquet, il a finalement laissé tomber et ne rôdera plus dans les rames bondées de la RATP.

Le soulagement est intense. La victoire quasi-totale.

Et finalement donc, après deux ans d'acharnements divers et variés de ... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles