Le Made in France, quoi qu’il en coûte !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
smartphone By: Matt Madd - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Made in France, quoi qu’il en coûte !

Publié le 1 mai 2020
- A +

par h16

Avec ce virus, puis cette économie qui part en quenouille, c’est vraiment la crise ! Est-ce une raison pour se laisser abattre ? Est-ce que la France va en perdre ses moyens ? Que nenni ! Fièrement, nous allons, tousse ensemble, tousse, tousse, relever ces nouveaux défis qui se dressent devant nous !

Et pour ouvrir la voie de la réussite française en taillant fièrement dans les ronces de l’adversité à coups de bras vengeur et de glaive séculier, nous disposons fort heureusement d’une solide représentation nationale composée en grande partie de clowns à roulettes trépidant d’impatience à l’idée d’ajouter des taxes, des interdictions, des vexations fiscales ou de proposer des idées d’une pertinence douteuse par les temps qui courent.

C’est le cas de Daniel Fasquelle, un député du Pas-de-Calais affûté comme du beurre chaud, sans sel et de Normandie, qui nous a gratifiés d’un petit tweet croquignolet :

Eh oui : notre brave élu en a « marre d’utiliser des outils américains pour communiquer depuis le début du confinement », dit-il en émettant sur la plateforme américaine Twitter à partir de son iPhone américain. Pour lui, il semble nécessaire de mettre en place « un grand emprunt pour aider massivement nos entreprises dans le domaine du numérique », la France se retrouvant maintenant dans l’urgence de « briser notre dépendance sur ce sujet »

Oui, c’est évident : les semaines qui viennent de s’écouler ont amplement montré que le pays manquait de souplesse et d’autonomie dans tous les domaines, à commencer par celui de la santé (pourtant parmi les secteurs les plus administrés et micro-managés par l’État jacobin, centralisateur et obèse) ; rien de tel qu’un petit emprunt national pour améliorer la situation !

Deux mois de merdouillage intense de l’infrastructure publique, depuis ses dirigeants jusqu’à la moindre administration perdue dans ses procédures, sa bureaucratie et ses milliers de petits cerfas mal tamponnés, ont montré qu’elle était incapable de débrouiller des problèmes pourtant trivialement résolus par le marché depuis la production et la livraison de gel hydroalcoolique jusqu’aux respirateurs de réanimation en passant par celles de masques sanitaires, mais apparemment, pour Daniel Fasquelle, cette même administration, ce même État devrait lancer un emprunt dodu pour favoriser le développement d’outils et de plateformes numériques…

Et puis, alors que la France va sans doute subir le plus gros déficit budgétaire, l’accroissement le plus violent de sa dette, du nombre de ses chômeurs, de ses faillites, de sa pauvreté sur les 50 dernières années, cela semble pourtant être, selon notre turbulent député, le moment propice pour se lancer dans un emprunt…

On pourra en douter.

Si cette réaction montre quelque chose, c’est bien l’invraisemblable déconnexion de la coterie politicienne française avec la réalité tangible : la dépendance de la France et de l’Europe aux sociétés américaines en matière de technologies de l’information n’est pas neuve, loin s’en faut, et la réponse proposée à cette dépendance est parfaitement inepte. L’innovation a besoin d’un terreau fertile, et ce n’est pas en multipliant les vexations fiscales, sociales et entrepreneuriales de tous ordres comme le font Fasquelle, ses petits copains de l’Assemblée et ceux du gouvernement que la situation va s’améliorer.

Encore une fois, la politique française a plusieurs trains de retard sur l’état des lieux mondiaux ; rien que les abrutissants débats systématiquement contre les GAFA montrent que le regard de ces individus est toujours tourné vers le passé et la taxation de valeur ajoutée, et non vers l’avenir et la création de nouvelle valeur ; quand on n’a qu’un marteau taxatoire dans les mains, tous les problèmes, sociétaux, environnementaux ou technologiques ressemblent à des clous sur lesquels ♩ on va taper, ♫ taper, c’est ♬ leur façon d’aimer ♪.

Et c’est tellement vrai qu’on retrouve exactement les mêmes mécanismes intellectuels derrière le fiasco qui se profile déjà concernant l’application NonStopCovid, dont tout indique que le développement, le déploiement et l’usage vont se traduire par beaucoup de cris, de grincements de dents et bien peu de résultats tangibles : comme le détaillent plusieurs articles (ici, ici et ), le gouvernement a manifestement choisi d’essayer de faire plier Google et Apple dans leur façon de gérer les systèmes d’exploitation des téléphones mobiles sur lesquels la magnifique tentative technologique de traçage citoyen et festif doit tourner.

Pour le gouvernement français, il ne s’agit en effet que de forcer les méchants américains à modifier profondément la façon dont leurs logiciels interagissent avec le Bluetooth. Après tout, pouvoir pister les Français serait ici pour la bonne cause. Sauf que les deux géants ont clairement expliqué (les années passées et ici encore) pourquoi non seulement cette idée est mauvaise mais en quoi les dérives possibles sont aussi redoutables qu’évidentes.

Malheureusement, l’esprit français – déjà déployé par le facétieux député dans le tweet précédent – se retrouve ici appliqué d’une façon équivalente : la souveraineté française commande impérativement que les sociétés privées se plient au desiderata ministériels, et puis c’est tout. Peu importe que ceci vole à la face de l’anonymat, du bon sens et même de la praticité technique : les politiciens français décident, l’intendance et la piétaille d’ingénieurs américains suivront, point.

L’observateur habituel des pitreries gouvernementales françaises ne s’étonnera pas de voir, dans cette affaire, que les garde-fous contre les dérives idiotes et/ou totalitaires, ceux qui protègent effectivement les Français, c’est Google et Apple qui savent très bien ce sur quoi débouchent les passe-droits qu’ils auraient à donner au gouvernement français. Dans ce cadre, le marché est bien plus efficace que toutes les menaces gouvernementales : pour Google ou Apple, plier devant la France (ou le FBI américain jadis) revient à fusiller toute crédibilité et toute perspective de faire des ventes plus tard. La perte de confiance, sur un marché concurrentiel, coûte extrêmement cher, au contraire des monopoles d’État et du régalien qui ne s’embarrassent donc que rarement de ce genre de considérations très terre-à-terre…

Si l’on ajoute la volonté farouche de centralisation (eh oui, encore elle) qui a même contraint l’Allemagne et la Suisse à prendre leurs distances avec les velléités françaises, on obtient un tableau dont les remugles d’échec parviennent à se faire sentir même sur internet.

En fait, StopCovid, c’est l’application pratique du principe de souveraineté forcenée que le frétillant député du Pas-de-Calais entend financer à coup d’emprunt national républicain et triomphant : pour ça comme pour le reste, on VEUT du Made In France, quoi qu’il en coûte.

Forcément, ça va bien se passer.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  •  » on veut du made in France quoiqu’il en coûte … alors pourquoi que l’exécutif empêche les chalutiers Français de faire leur travail en les obligeant à rester à quai , et font venir des crevettes de Madagascar ? entre autre produits ….

    • parce que c’est moins cher?

    • Parce qu’ils croient que Madagascar est une île bretonne auto-confinée ?

      • Yaka, fokon, irespuka faire du Made in France, quoi qu’il en coûte pour continuer à gaver l’armée gigantesque de fonctionnaires, collatéraux et autres comités Théodule sans oublier les 680 000 élus y compris « bénévoles » qui dépensent sans compter, rajoutons les ex-futures nationalisées qui ne sauront jamais tenir leurs comptes positivement, . . . oups, cela supposerait que le « MIF » soit rentable et ça c’est de l’ordre de la conjoncture des promesse électorales délirantes !

  • Fasquelle n’a qu’à ressortir son Minitel ou ses pigeons voyageurs si il ne veut pas des outils américains!

    • Il y a un stock stratégique de Minitel bien planqué dans un hangar secret, avec un établissement public qui le gère, au cas ou un virus rendrait internet inoperant

    • Sans en arriver à ressortir les Minitels ou les TO-7, avant de pouvoir produire un smartphone de type Wiko (à 80€, actuellement) au prix d’un i-Phone X de la pomme pourrie…
      Il faut peut-être reconstruire les usines de production de composants électroniques, de l’époque du Plan Calcul, et encore auparavant embaucher des ingénieurs pour concevoir de nouveaux composants ne dépendant pas de technologies Étasuniennes !
      Je pense que l’important, plutôt que d’éliminer complètement l’extrême-Orient comme usine du monde, ce serait de développer une « autre usine » éventuellement en Afrique ou en Amérique du sud pour disposer d’une «seconde source» et en Europe de disposer également d’usines orientées produits spécifiques (d’un coût plus élevé) mais pouvant produire en masse si nécessaire (mais plus cher).
      Ceci est valable pour l’électronique mais aussi pour d’autres domaines…

      • A moins de robotiser la production à outrance il est impossible d’envisager des productions « grand public » compétitives en France et dans ce cas le GVT taxera les robots donc c’est foutu d’avance !

  • ce qui m’effare c’est que malgré l’annonce de -5.8 du PIB pour le 1er trimestre, la France est le pays de l’UE qui a le plus fort recul de son PIB, après la diffusion des cartes, le seul souci des Français ce sont les vacances, où va t’on pouvoir aller.

    Par contre les Français ne veulent pas aller travailler, ne veulent pas envoyer leurs enfants en classe, soit disant ils ont peur. C’est à dire pour le travail des parents ou des enfants, ils ont soi disant peur mais pour partir en vacances ils n’ont plus peur!!!
    Ce pays est foutu! On a l’impression d’assister aux « derniers jours de la Rome antique »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9clin_de_l%27Empire_romain_d%27Occident

    • On ne sème pas la panique dans la population sans conséquences. Le plan machiavélique qui consistait pour le gouvernement, à apparaître fomme le sauveur du peuple contte l’ennemi corona, n’avait pas prévu que les conséquences économiques risquaient d’avoir un résultat inverse: la révolte du peuple contre le gouvernement.
      Au moment de remettre la France au travail, on se rend compte que le principal obstacle est la psychose, surtout des parents et des enseignants. D’où, à mon avis, les cartes pour tenter de mettre un peu de rationnel dans une panique qui ne l’est pas.
      Au passage, on se souviendra que Macron était hésitant sur le confinement, ou un confinement dur du moins, qui a en fait été acté par le premier ministre. D’où dans doute, une certaine rancoeur du premier envers le second…

    • aux usa AOC ( ocasio cortez pardon) prone le boycott du travail..

    • Nous vivons dans un pays socialiste où l’argent tombe du ciel où tout doit être gratuit…. Pas utile d’envoyer les enfants à l’école, l’État lui fournira la soupe !
      Il faut des aides mais des aides temporaires, le RSA par exemple, ne pourvoir en bénéficier que 6 à 8 mois sur une période de 10 ans… Intermittents du spectacle (OK pour les acteurs) mais un éclairagiste ne peut-il pas bosser dans une entreprise d’électricité classique et avoir l’activité d’éclairagiste que quand il y a du boulot… Un cameraman dans un cabinet de photographie, etc… Non ON est trop bien à bénéficier d’un régime déficitaire !
      Par contre, sale temps potentiel pour les travailleurs et entrepreneurs saisonniers qui ne savent pas s’il vont pouvoir survivre; beaucoup sont très courageux et enchaînent la saison d’été sur la côte et celle d’hiver à la montagne (ce qui est super crevant) et mérite un salaire plus élevé mais pas toujours octroyé !

    • J’ai l’impression que tout est fait pour que le P.I.B recule le plus possible. Tout est sciemment organisé en ce sens et accentué au fil de la crise sanitaire, avec le sourire en plus. Ou ils sont vraiment très bête (ce que je ne crois pas), ou ils ont des informations que nous ignorons, ou alors c’est le but recherché… Créé le chaos pour reconstruire de 0 le « Monde d’après ». Je planche pour les 2 dernières hypothèses, et donc je vais bien me garder de faire des efforts pour reconstruire une économie qu’ils veulent sciemment détruire. J’attends l’heure des comptes de l’après crise parce que mon cerveau ne veut plus donner sans compter et sans savoir où ça le mènera.

  • Les échecs lamentables du plan calcul et des derniers programmes de paye des salaires ne leur on pas suffit? c’est la où on reconnaît la bêtise, recommencer toujours la même connerie comme les Shadoks! Et ils pompaient !

    • D’accord avec vous, c’est toujours la même connerie, mais les catastrophes sont à chaque fois différentes ( en pire)!
      CPEF

  • Quoique… avec une surveillance made in France, ce sera l’échec assuré. Tant mieux.

    • Pas sur ! Le traçage des contacts permettra d’identifier très facilement les gilets jaunes ou le travail au noir. C’est bien plus facile que remonter des pistes de contamination et bien plus intéressant pour le gouvernement.

      L’application sera donc une grande réussite et peu importe qu’on embastille quelques innocents à cause de bugs.

    • Bien au contraire on a de très belles sociétés qui savent faire. Se rappeler du scandale Kadhafi. On a pas que des cons en France. Tant qu’ils ne sous traitent pas à Thalès.

  • il faut relire Feydeau, les gars ,,,
    encore un plan calcul? ha!ha!ha!
    je ne sais pas qui peut croire encore au génie français qui consiste
    principalement a élaborer des cerfas

  • « on va taper, ♫ taper, c’est ♬ leur façon d’aimer ♪. »

    Ce rythme qui nous entraîne jusqu’au bout de l’ennui
    Réveille en eux le tourbillon d’un vent de folie.

    (Début de longue nuit)

  • tant qu’il y a l’argent des autres à spolier, la connerie n’a pas de limite

  • Et ce type n’est pas chroniqueur à TPMP mais trésorier national du LR, on a vraiment la droite la plus bête et la plus communiste du monde.

    • Si il avait un minimum de jugeote il commencerait par l’armée en virant Cisco et M$.
      Il y a plein d’outils gratuits open source non américains pour se filmer la b.te comme Griveaux.

  • Emprunt français pour faire développer par l’état français, notoirement incapable de le faire, des outils français destinés aux Français, tout en demandant aux pingres de l’Europe du nord de subsidier la France au nom de la solidarité européenne.

    • Pourquoi toujours «faire développer par l’État français» (français ou autre)… Et, pourquoi pas «Que doit-on faire pour l’État»
      N’a-t-on pas trop l’habitude d’avoir des DROITS et oublie-t-on que pour pouvoir disposer de ces droits, il y a des DEVOIRS !
      Mais socialistement communiste et CGTiste de FO : Tout ce qui tombe du ciel est béni alors, spolions donc ceux qui essayent de réussir et de donnent de la peine !

  • on devrait aussi forcer appel à vendre leur appareils moins chers..pour les rendre accessibles à tous les français.
    9,75 euros pour un smarphone..

    • Il y a ceux, quand même, qui préfèrent les I-Fon qui pour avoir le logo de la «pomme pourrie» payent trois fois le prix de revient du matos ! (et pas au bénéfice du budget français mais de celui des Étasuniens). Les mêmes qui trouvent que la Sécu ne rembourse pas assez, que le RSA n’est pas assez important, et qu’il est dommage que l’on ne puisse pas bénéficier du chômage pendant 10 an après avoir cotiser trois jours.

  • pas de problème avec ces lubies , à une condition… de préciser aux gens..ça va coûter plus cher, beaucoup plus cher ou marcher moins bien..voire ne pas marcher du tout…

    en pratique ça signifie donc, vous n’aurez pas le bidule mais si vous l’aviez il serait français…

    et ensuite les conséquences sur le reste de l’économie et l’export..

    • Mais non ! Pour les plus défavorisés, le malin-phone, le masque Afnor trois points zéro, l’hébergement et le reste seront gratuits. Et comme tous ceux qui ne sont pas assez défavorisés auront fui dès qu’ils l’auront pu, ça veut dire que ce sera gratuit pour tout le monde…

  • Qu’est-ce qu’il raconte lui ?
    Samsung, Nokia, Wiko, Huawei, Sony, sont les plus utilisés en smartphones. Aucun n’est américain. Les smartphones américains sont les plus chers. Heureusement qu’il n’est pas au Smic lui. Qu’il le donne à un smicard son smartphone, et qu’il en achète un français, produit en France.
    C’est un remake de la jeune femme qui se prend en photo avec son IPhone, la poste sur un réseau social, tout en montrant un sticker sur la coque qui dit : « Stop capitalism ».

    • Qu’il ressorte son Bi Bop, lequel coûtait, 1890f (350€) en 1991 sans pouvoir être joint. Etre joint était une option payante.
      France Telecom avait dépensé 45 millions d’euro entre 1991 et 1993, pour abandonner en 1996, faute d’abonnés.
      C’est sûr, il faut recommencer !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yannick Chatelain.

« Pour moi l’anonymat pratiqué sur les réseaux sociaux est une régression » déclarait Emmanuel de Wasqueriel, sur France Inter, précisant « qu’une démocratie, c’est avancer à visage découvert… » et « plutôt que de restreindre la liberté d’expression sur les réseaux sociaux, il faudrait obliger à la suppression de l’anonymat » ajoutant ainsi sa voix à un faux débat régulièrement relancé : la fin de l’usage du pseudonyme.

Pour rappel, cette thématique avait resurgi en octobre 2020  portée par des élus de pre... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
6
Sauvegarder cet article

Ah, décidément, si Emmanuel Macron avait été élu en 2017, combien de réformes et de changements aurait-il pu apporter à ce pays qui en a tant besoin ! Nonobstant et comme le second tour de l'élection présidentielle approche maintenant à petits pas chaloupés, le même candidat multiplie donc actuellement les propositions sur des sujets hétéroclites pour s'attirer les bonnes grâces des électeurs.

Ce qui nous permet de découvrir au détour d'un entretien accordé à l'un des journaux de révérence habituels qu'il a maintenant des idées bien ar... Poursuivre la lecture

Par Bernard Perbal.

La protection des données de santé constitue depuis plusieurs années le terrain d’enjeux dont les tenants et aboutissants sont loin d’être connus du grand public. Certains nous diront que la masse qui n’est pas assez intelligente pour comprendre les décisions prises au sommet n’a pas à réfléchir.

Les politiques et hauts fonctionnaires qui grouillent à tous les niveaux du millefeuilles de la pyramide du pouvoir sont là pour imposer subrepticement les fruits i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles