Réindustrialisation : le trompe-l’œil pandémique  

Tant qu’il ne sera pas devenu synonyme de libéralisation des agents économiques, le concept de réindustrialisation devra susciter la plus grande méfiance.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Industry By: Tiberiu Ana - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réindustrialisation : le trompe-l’œil pandémique  

Publié le 15 avril 2020
- A +

Par Claude Robert.

La réindustrialisation de la France largement évoquée actuellement ne se décrète pas sur un coup de tête, juste parce que le pays s’est trouvé fort dépourvu lorsque la pandémie fut venue. Surtout que derrière elle se cachent bien des arrière-pensées…

Cette fausse bonne idée de la réindustrialisation n’est d’ailleurs pas si innocente qu’elle en a l’air. Que ce soit chez le président Macron comme chez bien d’autres socialistes, elle semble puiser sa source dans :

    • la méconnaissance des mécanismes économiques
    • le désir de poursuivre dans l’étatisation
    • la volonté de dissimuler l’incurie de l’État en matière de prévention des risques majeurs.

Réindustrialiser par méconnaissance des mécanismes économiques

Si la France a perdu la moitié de ses parts de marché mondial industriel ces vingt dernières années, c’est parce que les conditions de son développement industriel ne sont plus réunies depuis longtemps. Comment en effet un pays dont la rentabilité des entreprises est inférieure à celle des autres entreprises européennes peut-il conserver son tissu économique ? Comment un pays qui possède le record des prélèvements obligatoires des pays de l’OCDE peut-il se développer dans un monde concurrentiel ?

La crise du coronavirus ne doit pas faire illusion : même pour des masques, des gants et des équipements de réanimation, les faire fabriquer coûte que coûte en France à des prix quatre à dix fois supérieurs à ceux pratiqués par les pays émergents serait complètement stupide.

Dans une économie globalisée qui grâce à la concurrence et à la spécialisation économique tire les prix vers le bas, ce qui fait le bonheur de tous, rapatrier des activités pour les réaliser à des prix très élevés constituerait une incroyable régression. Une régression qui ne serait d’ailleurs pas acceptée par la population, soit parce qu’elle se matérialiserait par une inflation des prix, soit parce que l’État, pour la financer, serait obligé de procéder à de nouvelles hausses d’impôts.

Réindustrialiser pour étatiser un peu plus l’économie

Vouloir réindustrialiser le pays procède d’une démarche centralisatrice typiquement française. Or c’est bien l’État qui est responsable de la désindustrialisation. Il ne faut donc surtout pas compter sur lui pour réindustrialiser le pays. La seule chose qu’il puisse faire, et que de nombreux citoyens avisés attendent de lui, c’est qu’il s’efface progressivement afin de créer les conditions nécessaires à l’épanouissement des agents économiques.

Le pays ne manque absolument pas de talents. Sa productivité est excellente. Il suffit juste de lui retirer les boulets qui le handicapent dans la compétition mondiale : un droit du travail et une réglementation trop limitative d’un côté, une pression fiscale dissuasive de l’autre.

Dans la bouche d’un socialiste comme Emmanuel Macron ou de celle de commentateurs anti-libéraux, la réindustrialisation a bien évidemment des odeurs de gosplan. Elle sent à plein nez les nationalisations de pans entiers de l’industrie et l’orientation étatique de la Recherche. Or ce n’est absolument pas le sens de l’Histoire, encore moins la voie de la réussite.

Aucun des pays riches à côté desquels la France s’appauvrit n’est un parangon de l’étatisme : Irlande (+296 %), Japon (+148 %), Finlande (+146 %), Autriche (+145 %), Allemagne (+127 %), Royaume Uni (+126 %), Espagne (+122 %) et USA (+119 %) ont accru leur PIB per capita autrement plus vite que la France (104 %)1 depuis ces trente dernières années !

Réindustrialiser pour dissimuler l’incurie gouvernementale

Le manque de masques, de tests de dépistages et d’équipements médicaux a pour seule cause l’absence de politique de prévention des risques majeurs de l’État. Lorsqu’un pays ne produit pas des biens de première nécessité, ou des biens qui risquent de le devenir, il se doit de prévoir les stocks qui lui seront utiles en cas de catastrophe. La prévention des risques majeurs consiste à anticiper les événements dangereux et leurs conséquences.

Toutes les grandes entreprises procèdent à des analyses des risques de façon régulière, ainsi que cela est obligatoire pour les sociétés cotées en bourse et tenues de respecter les régulations ad hoc2. Ces entreprises ont mis en place des stratégies qui visent à leur éviter le pire, via notamment, en cas de coup dur, des plans de crise.

Ceux-ci peuvent aller jusqu’à la création temporaire d’un commandement spécial auquel toute une partie de l’entreprise rapporte en temps réel via une organisation et des outils dédiés. Tout cela pour assurer la « poursuite d’activité » sans jamais le faire au préjudice de la « santé et sécurité des personnes », hantise obsessionnelle de tout management digne de ce nom.

Rien de cela n’a été fait par le gouvernement français, ni la mise en place de stocks de sécurité, ni l’information pertinente de la population, ni le déclenchement d’urgence de solutions de contournement du manque d’équipements. Accuser l’absence de stocks parce que les fournisseurs sont à l’étranger n’est qu’un subterfuge pour masquer ce qu’il faut bien nommer l’impréparation du gouvernement. Dans un pays qui truste les premières places de l’OCDE en matière d’impôts et de redistribution, un tel manquement est intolérable.

 

Ainsi, pour conclure, tant qu’il ne sera pas devenu synonyme de libéralisation des agents économiques et d’effacement progressif de l’emprise de l’État, ce concept fumeux de réindustrialisation devra susciter la plus grande méfiance.

Sur le web

  1. Croissance du PIB per capita entre 1974 et 2014.
  2. Loi Sarbanes Oxley, de Sécurité Financière, etc. toutes ces lois sont basées sur le standard mondial de gouvernance COSO qui exige la mise en place d’un mécanisme de contrôle interne, c’est-à-dire de prévention des risques
Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Vieux réflexe français de vouloir traiter les effets plutôt que les causes, et de ne regarder que les effets négatifs, même hypothétiques, à travers des prismes d’indépendance nationale, d’égalité forcée et de centralisation débridée.

  • La réindustrialisation ne se décrète pas, seuls les socialo-fascistes y croient pour le malheur de tous ! La recette: moins d’état donc moins d’élus/hommes politiques (cacophoniques) moins de fonctionnaires et autres commités Théodule, il en découle donc moins d’impôts c’est à dire des bénéfices « investissables » pour les entreprises surtout manufacturières + des salaires augmentés pour les personnels.

    • réindustrialisation ? c’est à dire recommencer à travailler pour le Roi de Prusse ? Ou encore tirer les marrons du feu y compris en se brûlant pour que les ponx de Bercy se servent copieusement et laissent la portion congrue aux malheureux qui y ont cru !

      • claude henry de chasne
        15 avril 2020 at 8 h 19 min

        bref ceci est impossible.. la production française a un coût que ne peuvent pas assumer les français eux meme .
        C’est la raison pour laquelle on a ce niveau de déficit de la balance des payements , on importe tout..
        qui pourrait acheter une machine a laver franco-française a 2000 euros? une paire de sandale a 150 euros? etc…
        voila la vérité , l’organisation a la française c’est la taxe et les prélèvements SUR LE TRAVAIL
        dans ces conditions réindustrialiser la france ce serait sortir de l’europe et gérer les frontieres genre corée du nord ..
        donc ce que *dit macron c’est encore du pipeau

        • Le petit prince
          15 avril 2020 at 8 h 36 min

          Belle réaction tellement lucide
          Merci

          • Il y a encore 10 ans, j’y croyais encore mais j’y ai renoncé à l’arrivée de Hollande puis Macron, deux nullissimes sommités.
            Je n’oublie pas Chirac qui pataugeait dans la semoule . . . mais sans faire trop de dégâts.

  • Le Japon subventionne ses entreprises pour sortir leurs productions de la Chine:

    https://www.japantimes.co.jp/news/2020/04/09/business/japan-sets-aside-%C2%A5243-5-billion-help-firms-shift-production-china/#.Xo82gYhKiUk

    Les produits à plus forte valeur ajoutée seront rapatriés au Japon,les autres seront dispersées dans le Sud Est Asiatique.

    • Recettes des administrations publiques au Japon : 35% du PIB. 53% en France. Pour obtenir le taux japonais en France, il faut réduire les dépenses publiques de plus de 500 milliards d’euros.

      Voilà la condition de la réinsdustrialisation du pays. Ce sera soit les fonctionnaires, soit les usines. On ne peut pas avoir les deux en même temps.

      • Il faut réduire.. on arrive même pas à tenir un budget à l’équilibre depuis 45 ans alors dépensez encore moins.
        Il arrive que des entreprises se recentrent sur le coeur de métier en vendant des actifs non stratégiques, pour l’Etat français c’est impossible sans renier son âme.

  • les prix des fruits et légumes s’envolent ; pourtant , ils ne viennent pas de l’étranger , ils viennent de France mais les charges et taxes mirobolantes qui pèsent sur ces produits sont répercutés sur le client ; ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres ;

  • Quels est le montant des compensations financières que reçoit la France en provenance l’UE pour sa désindustrialisation en France aucune info.

  • Sans parler des ponctions financières et des contraintes administrative rédhibitoires, s’ils s’imaginent que les entreprises vont trouver le personnel adéquat…

  • « rapatrier des activités pour les réaliser à des prix très élevés constituerait une incroyable régression ».
    Ce n’est pas inéluctable si l’Etat cesse de se goinfrer (cf toutes les taxes sur la production).
    D’autre part, nous est posée la question du rôle de la politique par rapport à l’économie. N’est-ce pas le rôle du politique de prévoir, d’avoir une vision plus large et plus lointaine que celle du citoyen de base, au lieu de ne regarder que le prix des marchandises?

    • Le citoyen de base devrait quand même se méfier quand le politique lui affirme que sa vision large et lointaine prime sur le prix des marchandises…

    • au de la des taxes et impôts l’état socialiste est aveugle et pour garder son pouvoir nous leurre avec les fameux impôts les plus injustes qui vont de la TVA à la taxe d’habitation dès qu’il s’agit d’acheter des voix ( ce qui nous fait croire à la démocratie ) avec son corollaire que l’impôt juste est celui payé par l’entreprise ( donc par le consommateur !!) en oubliant qu’un grand nombre d’entreprises sont au moins partiellement sous capitaux d’état ce qui est donc le comble de la stupidité !!!!!

    • claude henry de chasne
      16 avril 2020 at 3 h 13 min

      pour çà il faudrait réduire les dépenses de l’etat de 30°% , personnel et aides sociales

  • En Suisse les salaires sont très élevées et on trouve de l’industrie manufacturière partout. Mais les dépenses publiques en Suisse sont à 34% et la dette à 29%. Ne cherchez pas plus loin.

  • Il ne s’agit même pas de méfiance ; il s’agit de trouver un cas , un seul où l’intervention de l’état a été une réussite industrielle , financière et sociale !!! Comme cet exemple n’existe pas ni en France ni dans les autres pays socialistes nous pouvons être certains que l’échec est au bout !!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bernard Landais.[1. Bernard Landais est l’auteur de Réagir au déclin ; une économie politique pour la droite française, VA éditions, 2021.] Un article de Conflits.

Le Traité de Rome de 1956 instituant le marché commun pour les six pays fondateurs (France, Allemagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) a inauguré une ère de grande prospérité pour ces pays et plus récemment pour la plupart de ceux qui ont adhéré, même tardivement. Les principes économiques sous-jacents sont la valorisation des avantages comparatifs et l’extensi... Poursuivre la lecture

Alors que l’élection présidentielle sombrait dans l’ennui de 50 nuances d’étatisme, monopolisée par des professionnels de la politique aux propositions dirigistes attendues et éculées, deux candidatures de dernière minute sont venues redonner un peu d’espoir à ceux qui croient que davantage de libertés individuelles et économiques feraient le plus grand bien à notre pays.

Le 11 janvier, c’est le philosophe Gaspard Koenig qui annonçait entrer dans la course aux parrainages. Puis, le 21 janvier, c’est l’entrepreneur Rafik Smati qui annon... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles