La haine du don, cette autre forme de la haine de la liberté

La haine du don qu’on voit se manifester aujourd’hui n’est jamais qu’une variante de la haine de la liberté qui forme le véritable cœur du socialisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
GERARD FILOCHE By: patrick janicek - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La haine du don, cette autre forme de la haine de la liberté

Publié le 6 avril 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Et c’est reparti pour un tour !

« Commence par rendre l’ISF », s’exclame Gérard Filoche sur Twitter en direction du ministre du budget Gérald Darmanin. « L’appel aux dons, quelle honte ! » s’insurgent des soignants chez Mediapart. « Trop, c’est trop, la solidarité nationale, c’est l’impôt », tempête de son côté le secrétaire national d’EELV Julien Bayou.

 

Mais qu’a donc fait notre ministre du Budget pour arracher autant de cris indignés à tout ce que notre pays compte d’anticapitalistes professionnels ?

Il a annoncé la création d’une plateforme de dons (gouvernementale, la plateforme, ne rêvons pas !) afin de permettre à ceux qui le souhaitent de participer à l’effort de solidarité de la nation en ces temps difficiles de coronavirus :

Alors oui, il y a bel et bien quelque chose d’indécent dans cet appel.

M. Darmanin n’est-il pas le ministre de Bercy qui passe son temps à nous expliquer que les comptes de la France sont « courageusement » tenus ? N’a-t-il pas affirmé dernièrement au micro de Jean-Jacques Bourdin :

« C’est parce que nos finances publiques étaient saines, c’est parce que nos prêteurs nous prêtaient à 0 %, c’est parce que nous avons fait des efforts économiques, qu’en temps de guerre nous pouvons dépenser, et si j’ose dire dépenser quasiment sans compter. » (BFMTV, 18 mars 2020, à partir de 10′ 10″)

Un seul éclair de lucidité dans ce ramassis de langue de bois : la France dépense sans compter ! Et encore le ministre est-il beaucoup trop modeste. Cette frénésie dure depuis plus de 45 ans, « temps de guerre » ou pas.

Pour le reste, si les prêteurs prêtent à 0 %, c’est uniquement parce que d’une part la BCE fait pression sur les taux et parce que d’autre part l’Allemagne et sa solvabilité ne sont pas loin.

Nos finances publiques ne sont pas saines

Quant à nos finances publiques, non, elles ne sont pas « saines » !

Je vais finir par lasser mes lecteurs à force de le répéter mais la France n’est pas seulement championne du monde des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires dans l’OCDE, c’est aussi un pays en déficit public chronique qui accumule ainsi une dette publique qui figure aujourd’hui parmi les plus élevées d’Europe (100 % du PIB en 2019). C’est également le pays de l’Union européenne qui dépense le plus pour la santé (11,3 % du PIB en 2017).

Tour ceci se constate aisément sur les quatre graphiques ci-dessous :

Quelques repères sur la place de la France dans l’OCDE et dans l’UE

Dépenses publiques, OCDE, 2018 – Prélèvements obligatoires, OCDE, 2018 – Dette publique, UE, 2019 – Dépenses de santé, UE, 2017.

Dépenses publiques
Prélèvements obligatoires

Dépenses publiques     Prélèvements obligatoires       Dette publique

Dépenses de santé des pays de l’UE – (En % du PIB, échelle de droite)
Dette publique

 

Résumons toute cette incohérence : les comptes sont tenus, les finances sont saines, on taxe plus que tout le monde, on dépense plus que tout le monde, y compris pour la santé… et pourtant, curieusement, tout va plutôt très mal.

Notre système de santé et nos hôpitaux n’ont pas attendu le coronavirus pour entrer en crise suraiguë et nous n’avons plus aucune marge de manœuvre budgétaire pour faire face à l’imprévu, comme en témoigne très clairement ce recours aux dons de la dernière chance pour obtenir des financements supplémentaires sans augmenter le taux facial des prélèvements obligatoires déjà colossaux (46 % par rapport au PIB).

L’efficacité de l’action publique en question

Autrement dit, la France déverse depuis des années des sommes absolument astronomiques dans des administrations publiques dont le récit national veut qu’elles soient en perpétuel manque de moyens. Mais comparativement aux autres pays plus performants, qui dépensent moins, taxent moins, sont moins endettés et disposent de vraies marges de manœuvre face à la crise du coronavirus, la question cruciale de l’efficacité de l’action publique française est posée.

Mais inutile de dire que ce n’est pas la question que se posent Gérard Filoche, Julien Bayou ou les soignants réunis par Mediapart.

Pour eux, qui se refusent à voir notre niveau olympiquement collectiviste de dépenses et de prélèvements, la question reste uniquement celle des moyens qui font défaut, c’est-à-dire celle de l’ultra-libéralisme qui, tel un boa constrictor sans pitié, étreint nos pauvres services publics si naturellement efficaces dans l’étau inique des profits et des dividendes.

Ce qui les choque dans l’appel de Gérald Darmanin, ce n’est pas la demande de financements supplémentaires après tous ceux que l’État exige déjà des Français. Au contraire, la demande de nouveaux moyens, quoi qu’on ait déjà dépensé auparavant, est un des automatismes chroniques de la gauche. Non, le crime épouvantable du ministre, celui qui signe indéniablement son ultra-libéralisme forcené, c’est qu’il soit question de dons. Pour eux, comme le titrait Mediapart, Darmanin, c’est ce « Tartuffe qui préfère les dons à l’impôt. »

La différence fondamentale entre l’impôt et le don

Car il y a en effet quelque chose de fondamentalement différent entre l’impôt et le don.

Le premier est obligatoire et sert à financer des actions sélectionnées unilatéralement par les gens au pouvoir selon une seule échelle de valeur, la leur. Dès lors, les contribuables n’ont plus aucune possibilité de choix. Au-delà des compétences régaliennes de l’État, en plus du tonneau des Danaïdes que représentent l’Éducation nationale ou la sécurité sociale et en dépit des échecs répétés de l’État-stratège, sans compter toutes les gabegies et toutes les indélicatesses financières des syndicats et des élus, ils en sont à financer à contrecœur – par exemple – telle exposition pompeuse d’art moderne qu’ils n’iront voir en aucun cas ou tel spectacle affligeant de bien-pensance qui leur paraît ennuyeux à mourir.

À l’inverse, le don restitue les citoyens dans leur liberté de choix et leur permet d’aller directement vers ce qui leur tient à cœur ou leur semble le plus rationnel. Comme nous n’avons pas tous les mêmes goûts ni les mêmes priorités, il s’ensuit que des problèmes ou des situations d’une grande diversité trouveront par ce biais une multitude de réponses adaptées, et plus seulement une seule, imposée d’en haut par le pouvoir en place au mépris des aspirations différentes de citoyens différents.

C’est précisément cette liberté de choix inhérente au don qui irrite considérablement nos censeurs. Non pas que l’argent du contribuable, surtout si ce dernier fait partie des « riches », ne constitue pas l’objet de tous les désirs de la gauche. Bien au contraire. Mais en aucune façon cet argent ne doit provenir d’un choix effectué librement en ce qui concerne son moment, son montant et sa destination. En aucun cas il ne doit permettre au donateur d’être identifié comme un généreux donateur.

D’ailleurs, le terme de généreux donateur est particulièrement inapproprié. Si le donateur en question, pour peu qu’il combine les horribles caractéristiques d’être rich & famous, fait un don, c’est forcément parce qu’il y trouve un intérêt inavouable comme « soigner son image » et c’est forcément parce qu’il jouit par ailleurs des privilèges douteux de l’évasion fiscale :

Comme si les pouvoirs publics ne dépensaient pas des sommes folles en communication pour soigner leur image. Comme si l’on ne voyait jamais de ronds-points en travaux surmontés d’un panneau nous informant que « ici, le Conseil départemental investit pour votre avenir ». Investit pour notre avenir avec notre argent, notons-le, tandis que Florent Pagny compte utiliser les droits qu’il aura lui-même générés par son travail.

Quant à l’évasion fiscale, il est difficile de ne pas la mettre en rapport avec notre titre de champion du monde des prélèvements obligatoires. S’il fallait rajouter les 100 milliards d’euros calculés (à la grosse louche) par le syndicat Solidaires-Finances publiques au titre de l’évasion fiscale aux sommes effectivement prélevées, notre taux ne serait plus de 46 % du PIB mais atteindrait carrément le niveau stratosphérique de 50 % du PIB !

Dans la vision parfaitement autoritaire de la gauche, dans son esprit enragé de collectivisme, tout se passe comme si l’Homme venait au monde non pas avec des droits naturels comme la liberté, la propriété et la sécurité, mais avec une assignation éternelle à résidence et un devoir naturel qui prime sur tout le reste, celui de tenir tout son revenu et tout son patrimoine à la disposition discrétionnaire d’un État omnipotent, omniscient et omniprésent. Un État qui est aussi supérieurement gaspilleur et inefficace et qui ne rend jamais de comptes.

Dans cette optique, la haine du don qu’on voit se manifester aujourd’hui n’est jamais qu’une variante de la haine de la liberté qui forme le véritable cœur du socialisme. Car sans coercition fiscale, que d’aucuns voudraient voir fonctionner en France à la façon d’un mur de Berlin, tout s’effondrerait.

Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • … ou de la haine tout court ?

  • -Ne te donnons pas à manger si tu le demandes? -Oui
    -Mais alors pourquoi voles tu? -Parce que voler c’est digne.
    Si le riche donne volontairement, il n’y a pas de plaisir. Il faut lui faire rendre gorge. Le plaisir n’est pas uniquement dans l’argent obtenu, mais la façon compte aussi. Il y a une composante perverse de vengeance.
    Pourquoi les violeurs ne vont pas simplement voir des prostituées?

    • Très juste. Néanmoins, le violeur est obligé d’économiser, car le turbo capitalisme l’exploite ou l’a mis au chômage.

    • Tu gagnes bien ta vie ? Je vais te le faire payer !
      C’est exactement ça. Une nouveauté avec le Covid : l’injustice de classe, c’est-à-dire que ceux qui peuvent télétravailler (résumé en « les cadres ») sont cool à la maison tandis que les ouvriers sont contraints-forcés d’aller sur leur lieu de travail.

  • Merci pour cette démonstration très argumentée, rationnelle et logique. Les gauchos de tous poils, eux, ne vous disent pas merci de démasquer le fond de leur idéologie.

  • Excellent article. Félicitations.

    • Oui, et j’aime bien la photo « RENDEZ NOUS L’I.S.F » .

      En voilà une idée qu’elle est bonne!
      Il faut rendre l’ISF à ceux à qui on l’a pillé depuis 36 ans ou à leurs héritiers.

  • de toute façon.. çà va craquer

  • si ce qui est dit de la différence don/impôt est globalement vrai, en conclure à une haine de la liberté me paraît raccourci. En effet, personne même parmi les critique du don ne songe à l’interdire (en tout cas à ma connaissance). Ainsi même en régime d’impôt la liberté du don persiste.

    • quand vous êtes essoré par le fisc, il ne vous reste plus grand chose à donner…

    • « la liberté du don persiste »

      Sans oublier que si le bénéficiaire n’est pas estampillé d’utilité publique, le fisc en barbote 60% qu’il ne manquera pas d’affecter à des « nécessités » nuisibles.

  • « pays de cons » a-t-on envie de dire en fin d’article…

  • quand vous allez sur des sites où fleurissent des commentaires qui essaient de justifier la crise pas le libéralisme ou l’austérité..
    dès qu’on passe aux chiffres..pas de réponses..

    combien peut on convaincre de personnes? 1 sur combien?

    l’absence de pluralité dans les médias pèse lourd..

  • La Haine du Don n’est pas une Haine de la Liberté.
    La Haine du Don provient plus de la volonté tenace à tout vouloir gérer !!!!
    Or le Don, c’est justement un bien que les étatistes ne peuvent pas gérer !!!!
    Les exemples de « gestion des Dons » sont assez nombreux. Pour n’en citer que deux :
    – La mise en place d’une législation, à la demande des syndicats, sur le Don de RTT !!! Pour empêcher que la « grande avancée sociale » des 35 h, imposée de force, ne soit détournée par des employés qui voudraient disposer de leurs RTT à leur guise. Le don à un collègue dans le besoin (maladie, blessure, soutient de famille…) est insupportable pour les étatistes et les syndicats. Ce Don relève du secours mutualiste inventé bien avant la sécu. Ce Don échappe à l’administration toute puissante de la sécu et des syndicats. Ce Don montre que les employés peuvent se passer des syndicats… Donc il a fallu légiférer pour empecher que des employés généreux ne fassent don de tous leurs RTT… Une telle générosité en dehors de « l’immense bienfaitrice a sécu » est inconcevable (pour les étatistes) !!!!
    – La mise en place d’une législation de « dons d’office » pour les organes !!! Le manque de don d’organe est réel. La législation est mauvaise !!! En fait, toutes les associations de dons d’organes sont contre !!! Et ce qui devait arriva : les gens font de plus en plus de papier et de démarche pour l’interdire. Le résultat : une baisse des prélèvements d’organes entre 2017-2018 et 2018-2019. Même si l’agence de Biomédecine estime que la loi n’a pas d’impact… Basé sur le registre informatique du non-consentement… Que personne ne connait. Les gens ayant plutôt dit à leur entourage et un papier dans le portefeuille.
    https://sante.lefigaro.fr/article/apres-huit-ans-de-hausse-le-don-d-organes-a-baisse-en-2018/

    • Le don est libre, ce qui lui confère une valeur morale que n’a pas le prélèvement forcé qui est une forme de vol.

  • Entre le don à l’association de mes anciens co-étudiants qui promet d’acheter des masques en Chine et d’en faire cadeau aux établissements hospitaliers publics français, et le don à un banc villageois africain qui permettra aux commerçantes locales d’élargir leur offre, de renouveler moins souvent leur stock et de payer la scolarité de leurs enfants, mon choix n’est pas le vôtre.

  • N’oublions pas que la haine est inhérente au socialisme!

  • La charité et la générosité ont été Nationalisées.. Cf leur Ministères…
    Les jaloux, les mesquins, alliés aux parasites, voudraient bien terminer le travail. Hélas: C’est sans espoir.
    La seule solution : c’est Carpe Diem avec ce qu’ils daignent nous laisser.

  • Le don est un héritage antique. C’est ce qu’on appelle la liturgie quand on organise un spectacle pour le peuple, la sportule pour les distributions publiques de numéraire,le donativum quand il s’agissait de doter un légionnaire en fin de carrière etc..
    Le christianisme en a fait un moyen spontané de nourrir la collectivité et l’a petit à petit institutionalisée, avec un sens de recherche; la quête.
    EN 1640, dans l’Empire allemand, on a emprunté de l’or aux sujets qu’on leur a rendu en….fer. C’était un don escroqué.
    Aujourd’hui, qu’un Etat comme le nôtre, qui gouverne selon des principes exigeants, mais avec des moyens négligents, appelle au don pour sauver son inconséquence.
    Or, ne nous y trompons pas, M.Darmanin n’est rien, passager temporaire, la raison de notre faillite réside dans la puissance de l’administration qui bloque les ministres et protège sa caste dirigeante, opaque et obstinée. Honnête, nous n’en savons rien, physiquement, mais intellectuellement, c’est plus douteux. On peut penser que la lutte est amorcée entre politique et administration. le don serait alors un moyen d’ancrer la puissance des politiques dans l’esprit de la population et de faire reculer l’administration rétive. Oui, on est bien dans une lette de pouvoir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

cabinets
6
Sauvegarder cet article

La situation peut bien être tendue et les perspectives pas forcément roses, il n'en reste pas moins que la France bénéficie d'une équipe de ministres véritablement au taquet pour résoudre les vrais problèmes qui se posent au pays. Avec leur passif et l'ampleur difficilement commensurable de leur intellect maintenant déployé à pleine puissance, il ne se passe plus une semaine sans qu'une nouvelle action décisive ne soit menée par la troupe de nos ministres commandos en campagne.

Ainsi, si l'on regarde celui qui est en charge de ce qui r... Poursuivre la lecture

Quels sont les candidats qui augmenteront le plus les impôts ? Telle est la question que tout électeur français devrait se poser, faute de ne plus avoir eu l’occasion, depuis longtemps hélas, de pouvoir se poser la question inverse : quels sont les candidats qui les baisseront le plus ?

Si l’on considère la situation économique et sociale de notre pays, c’est pourtant cette seconde question qui devrait nous obséder. Quoi qu’il en soit, détecter les candidats les plus dangereux en matière de pression fiscale représente un véritable espo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles