Coronavirus : seul le nucléaire peut assurer notre approvisionnement énergétique

Pour une question de sécurité nationale, il est vital de mettre en état de fonctionnement tous les moyens de production destinés à fournir de l’électricité en cas de difficulté majeure.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nuclear Power Plant Lego style by Dfenz(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : seul le nucléaire peut assurer notre approvisionnement énergétique

Publié le 21 mars 2020
- A +

Par Jean-Louis Butré.

Nous sommes en guerre, a déclaré le président Emmanuel Macron tandis que l’épidémie due au coronavirus progresse chaque jour en France.

Une  électricité abondante et fiable est vitale pour la sécurité de notre pays et elle ne saurait être fournie par des moyens intermittents tels que des éoliennes dont les résultats dépendent uniquement du vent.

Avant-hier à 17 heures, les 8000 éoliennes que compte notre pays et qui totalisent une puissance nominale de plus de 13 000 MW ont fourni 759 MW, soit 1 % du total de l’ensemble de production totale de l’électricité, contre 64 % pour le nucléaire, 13 %  pour les barrages et bien loin des 11 % pour les centrales thermiques.

EDF a déclenché son plan pandémie à la centrale de Flamanville dans le Cotentin, un des foyers du virus. Le  groupe a annoncé qu’il étudiait actuellement la possibilité de mettre en place des équipes réservistes pour déployer ce plan sur d’autres centrales et barrages si nécessaires dans les prochains jours.

Hier jeudi 19 mars 2020 EDF a publié un nouveau communiqué déclarant que la centrale nucléaire de Gravelines était prête à faire face :

« Pour la centrale nucléaire de Gravelines, c’est vital. Le scénario d’une épidémie existe à la centrale nucléaire de Gravelines, la plus grosse d’Europe occidentale, avec ses six réacteurs.
Il permet de fonctionner pendant douze semaines, avec un quart du personnel en moins et, en cas d’aggravation de la crise sanitaire, avec 40 % d’absents, pendant au moins deux semaines. Et la centrale peut anticiper, en mettant à l’abri des personnels, en les laissant chez eux en cas de besoins futurs.
Le but est de continuer à produire de l’électricité, tout en maintenant le programme de travaux obligatoires sur les réacteurs. Ainsi la tranche 2 doit être arrêtée pour rechargement de combustible dans les jours à venir. Concrètement,  EDF a surtout besoins d’agents de maintenance et de conduite. En temps normal, il y a 7 équipes fonctionnant en quart, qui peuvent passer à 2, en mode très dégradé. »

Toutes ces informations concordantes mettent en évidence que la sécurité du fonctionnement de 57 réacteurs nucléaires EDF situés sur 19 sites pourrait se dégrader du fait de la diminution du nombre des équipes habilitées assurant leur fonctionnement en 5 x 8.

Pour EDF organiser le télétravail à partir d’un ordinateur domestique relié par une liaison internet, pour beaucoup de ses salariés est possible.

Par contre il ne semble pas imaginable de pouvoir piloter un réacteur nucléaire à distance pour assurer la fourniture d’électricité au pays.

Pour une question de sécurité nationale, il est donc désormais vital de mettre en état de fonctionnement tous les moyens de production destinés à fournir de l’électricité en cas de difficulté majeure.

Le réacteur n° 1 de la centrale de Fessenheim doit être remis en fonctionnement et le processus de fermeture du second réacteur doit être suspendu pour permettre d’assurer 1700 MW fiables en cas de pénurie électrique majeure.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • j’adhere , bravo!

  • J’y avait pensé pour Fessenheim.Mais la consommation va baisser en raison du ralentissement de la production..

  • Les pauci-énergies intermittentes sont une escroquerie, tout le monde le sait, gouvernement et Narcisson compris. Néanmoins le numéro écolo doit continuer, putasserie électorale oblige. Sinon, il y a bien longtemps que cette poudre aux yeux aurait été envoyée à l’égout.

  • Une éolienne, c’est combien de masques en moins ?
    Un réacteur produit suffisamment de bénéfices pour stocker des milliions des masques… Merci les ecolos, le bio ne tue pas les virus au contraire, les pesticides sont bons pour notre santé.

    • Au lieu de balancer 120 milliards dans des moulins a vent très faiblement productif et intermittent , si on en mettait que 30 milliards (budget très large) dans deux centrales on ferait déjà beaucoup mieux en production d’énergie et il resterait une somme rondelette pour anticiper les pandémies ou financer les hôpitaux .

  • Cet article est extrêmement intéressant.

  • Ces jours-ci, des exportations record l’électricité à très faible contenu carbone (30 g/KWh en moyenne) , contrairement à nos voisins : https://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-echanges-commerciaux

  • J’adhère au combat que mène JL Butré contre le développement de l’éolien et du solaure mais je trouve cet article plutôt malvenu. Ca me fait un peu penser aux écolos qui récupèrent la crise actuelle pour se réjouir de la baisse des émissions de C02 et en rajoutent une couche en disant que les mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire actuelle devront inspirer à l’avenir la politique de « lutte contre le changement climatique ».
    Depuis quelques jours, avec le quasi arrêt de l’économie, nous sommes très largement en surcapacité de production électrique. A tel point que le parc nucléaire produit en ce moment en permanence environ 5GW de moins que par rapport à la même période de l’an dernier. Il tourne aux 2/3 de sa capacité alors qu’il tournait aux 3/4 de sa capacité l’an dernier à la même période.
    Alors bien sûr, les centrales ne peuvent tourner avec du personnel en télétravail, mais outre le personnel hospitalier, s’il y a bien des personnes qui sont habitués à travailler en milieu nécéssitant des équipements de protection anticontaminants et à prendre de nombreuses précautions sanitaires, ce sont les travailleurs du nucléaires. Gageons, qu’ils sont plus conscients que le reste de la population des risques liés au coronavirus et donc plus à même d’éviter d’être contaminés par celui-ci.

    • J’ajouterai, que plutôt que de demander le redémarrage de Fessenheim, (et ce même si je le souhaite moi-même), il me semble plus logique de demander à tester la contamination de tous les agents de Indispensables à la conduite des réacteurs afin qu’ils ne contribuent pas à la dissémination du virus dans les équipes.

  • Je voudrais apporter une petite correction à l’article. Le redémarrage de Fessenheim ne pourrait être possible que si le rechargement en combustible était effectué. Ce n’est pas le cas… Et cela n’est pas possible. Le réacteur 1 a été arrêté aux termes de l’épuisement de celui-ci.
    Pour le réacteur 2, ça sera la même chose en juillet, on peut étirer de quelques semaines, mais pas plus.
    Cordialement

  • manquerait plus qu’un incident nucléaire… au mieux le virus disparaitra…

  • Il est regrettable que l’auteur n’évoque pas la consommation actuelle en énergie électrique ça rend sa conclusion un peu hâtive.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réputée avoir eu la peau de Superphénix, Dominique Voynet ne fit en réalité que cueillir les fruits de l'inlassable travail de sape accompli par Corinne Lepage durant la décennie 1987-1997. C’est donc à juste titre que la seconde traita la première d'usurpatrice dans les colonnes du journal Le Monde, en juillet 1997.

Toutefois, la plaignante oubliait à son tour de souligner le rôle terriblement efficace que, en tant que ministre de l'Environnement, la toute jeune et fraîche protégée du président Mitterrand, Ségolène Royal, joua dans la... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale, la Première ministre a confirmé que la France devait « prendre des décisions fortes, radicales » pour « gagner la bataille de l'énergie et de la production ». Le gouvernement souhaite donc « détenir 100 % du capital d’EDF », a annoncé Élisabeth Borne.

Pour prendre le contrôle total d’EDF la somme à débourser est importante.

En effet, dans un communiqué publié mardi 19 juillet le ministère de l'Économie a annoncé que l'État compte débourser 9,7 milliards d'euros ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles