La nouvelle gauche radicale : raciste sans le savoir

Le manichéisme de la gauche est toujours de mise : il faut trouver des dominés à défendre et des dominants à haïr, avec la haine comme moteur de la motivation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Markus Spiske on Unsplash - https://unsplash.com/photos/QozzJpFZ2lg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La nouvelle gauche radicale : raciste sans le savoir

Publié le 21 mars 2020
- A +

Par Patrick Aulnas.

La nouvelle extrême gauche n’y va pas par quatre chemins.

90 % du monde occidental est peuplé de racistes, de colonialistes et de sexistes. Vous faites certainement partie des heureux élus. Moi, à coup sûr, j’en suis. Parce que la liberté est le cadet des soucis de ces gens-là et que j’y tiens beaucoup.

Les gauchistes de 2020 ont l’esprit particulièrement embué. Beaucoup de vocabulaire, très peu d’idées. Pour une raison simple : ils n’ont pas de penseur d’une certaine envergure, comme Marx, Engels, Trotski, grandes références des anciens marxistes.

Mais cela importe peu pour le militant de base qui cherche surtout à simplifier le réel et à croire. Et dans cet ordre d’idées, le manichéisme est toujours de mise : il faut trouver des dominés à défendre et des dominants à haïr, des bons et des méchants. La haine constitue l’élément le plus important, le moteur de la motivation.

Domination coloniale occidentale

Le nouveau radicalisme de gauche se développe surtout dans les universités et les milieux de la culture. L’art contemporain international tangente cette extrême gauche. Les universités américaines sont en pointe. Ce sont surtout les spécialistes en sciences sociales qui s’imaginent avoir inventé quelque chose de nouveau, avoir une pensée.

Les physiciens, les professeurs de médecine, par exemple, sont peu représentés. Ils pensent petitement, dans leur domaine seulement et pour essayer de le faire progresser.

Nos sociologues gauchistes, eux, voient grand. Le monde, figurez-vous, est resté sous domination coloniale occidentale sans le savoir. Les colonies africaines ou asiatiques d’antan ont disparu mais elles restent dans les esprits. Nous pensons comme des colonialistes. Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir ; nous produisons de la domination sans le savoir.

Ainsi, nos musées reflètent essentiellement l’art occidental. Les arts africain, asiatique, océanien n’y sont que peu représentés. Vous pensez qu’il n’y a rien de plus normal puisque nos musées ont pour mission de conserver nos créations depuis des siècles. Nous n’empêchons personne de faire de même.

Vous êtes vraiment un Occidental dominateur. Le capitalisme occidental exploitant le monde entier, les capacités financières d’un pays riche sont infiniment supérieures à celle de tel ou tel petit pays pauvre. Les États occidentaux doivent mettre leurs finances publiques au service des autres cultures. Bref, vous devez payer puisque vous faites partie des riches.

Les racisés et les blancs

Le mot racisme signifiait auparavant que certaines races étaient perçues comme intrinsèquement inférieures à d’autres. La perception raciste était courante jusqu’au XIXe siècle et pas seulement en Occident. L’esclavage des Noirs d’Afrique par les Occidentaux ou les Arabes est le résultat le plus connu de cette vision archaïque de l’humanité.

Nos grands penseurs d’extrême gauche ont renouvelé l’approche. Il existe désormais deux catégories : les racisés (dominés) et les Blancs (dominants). En France, par exemple, les racisés (personnes paraissant, par leur type physique, avoir une origine africaine, asiatique, etc.) ne sont pas traités de la même façon que les Blancs (personnes paraissant, par leur type physique, avoir une origine occidentale) pour l’accès au travail, au logement, etc.

Nos gauchistes ont fait une découverte majeure : il existe encore des discriminations latentes liées à l’apparence. Immense bouleversement de la pensée, que l’on pourrait généraliser : les beaux et les belles sont mieux traités que les moches, les obèses moins bien traités que les sveltes, etc.

En creusant la question, nos sociologues radicaux pourraient parvenir à l’embryon d’une nouvelle idéologie.

Évidemment, le plus triste réside dans la résurgence sociologique de la notion archaïque de race pour des raisons apparemment idéologiques. Mais on cherche en vain une pensée cohérente derrière tout ce galimatias. En vérité, on n’y trouve que la haine de l’homme occidental, la haine du Blanc. La gauche radicale est raciste.

Cette approche étriquée et haineuse de notre société se répand dans le milieu de la culture. La comédienne Adèle Haenel déclarait récemment au New York Times : « Où sont les gens racisés dans le cinéma? Les réalisateurs racisés ? » S’agit-il pour elle de se mettre au diapason de l’extrême gauche américaine par intérêt ? Ou pense-t-elle vraiment aussi sottement ?

Sexisme et intersectionnalité

Le type même du dominant est le mâle blanc occidental. Un salaud en puissance. Non seulement, il colporte des relents de colonialisme, d’islamophobie et de racisme, mais également de sexisme. Il se considère spontanément comme supérieur aux femmes.

La réalité est infiniment plus complexe.

Les hommes ont certes beaucoup de torts et leur comportement avec les femmes reste parfois inapproprié. Mais on ne change pas en quelques décennies des millénaires de domination masculine. Nous avons un peu progressé malgré tout. Par rapport aux hommes des autres civilisations (arabo-musulmane, sino-japonaise, etc.) il est clair que l’évolution de l’affreux mâle blanc aux cours des dernières décennies a été significative.

En interconnectant le capitalisme, le colonialisme latent, le racisme des Blancs et leur sexisme, vous obtenez une petite merveille : l’intersectionnalité.

Comme ils n’ont pas grand-chose à se mettre sous la dent dans le domaine conceptuel, les sociologues d’extrême gauche raffolent de l’intersectionnalité. C’est tout simple : les dominations sont interdépendantes. Le capitalisme, le colonialisme, le racisme et le sexisme font système, se confortent l’un l’autre, entretiennent mille liaisons qu’il appartient au chercheur d’élucider.

Un programme passionnant pour enfin comprendre pourquoi, nous Occidentaux, sommes si méchants.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • En France Les mouvements etudiants protestataires demarrent tjrs à Rennes (Rennes 2 ).Rennes 2 c’est sociologie ,histoire etc. Qd des gamins pre~adultes acquièrent un nouveau savoir ils s’imaginent avoir compris la vie et la politique.(surtout en baignant dans le contexte très syndicalise de cette université,).Un elevage industriel de cons, quoi!

  • Sans vouloir entrer dans les théories du comportementalisme , on doit aussi avoir un vocabulaire adapté..
    A partir de quel moment une population donnée, avec un fort sentiment d’appartenance des origines ou religieux, fait sécession avec la société et se sent refuser son intégration pour ces mêmes raisons?
    Le pauvre qui n’aime pas les riches est il raciste?
    Le libre penseur qui se voit menacé dans ses libertés par l’islam est il intolérant?
    Si on considère une culture comme un organisme vivant , réagir a l’intrusion de nouvelles valeurs , c’est un geste de survie , est ce un acte discriminant?
    Est il inconvenant de défendre ses valeurs culturelles?
    Ne pas apprécier la compagnie d’homosexuels est ce un crime?
    Le fait de préférer Mozart au rap, Caravage a miro ou la voiture a la trottinette font ils partie de la lutte des classes? a quel titre?

    j’ai une identité culturelle basé sur des millénaires depuis l’empire romain , dois je y renoncer? pourquoi?
    C’est en se posant ce type de questions qu’on échappe a la doxa manipulatrice des partis qui surfent sur ces dogmes

  • Aucun être humain n’a empêché qui que ce soit de progresser dans son pays. En tant que pragmatique je demande : où sont les inventions des « opprimés et/ou dominés » ? Leur production littéraire ? leurs réalisations techniques, technologiques ?
    Jeter tous les torts sur l’homme blanc, quelle hypocrisie ! Quelle ignorance !
    La bible, par exemple, ne mentionne-t-elle pas – et sans pointer un travers, mais comme un fait normal et courant, le trafic d’esclaves, l’emploi d’esclaves ?
    Autre point, ceux qui aujourd’hui, dits « racisés », dans nos pays développés, n’ont-ils pas bénéficié des avantages de ces affreux blancs ? Instruction, santé, progrès, culture ? Au point que ceux qui étant restés au « pays » rappliquent par bateaux pour profiter de tous ces avantages.
    Mais ont-ils cherché à faire progresser leurs pays en prenant exemple sur les pays qu’ils convoitent ? (comme une proie ?)
    Les élections qui ont lieu dans les pays africains sont-elles honnêtes ? sont-elles démocratiques ? Ensuite les élus de ces pays ont-ils à coeur de mener leurs pays vers le progrès ou de s’en mettre plein les poches, eux et leurs amis ?
    Les exemples sont légion, jamais remis en cause par les citoyens, en prenant leurs fourches, non ils préfèrent rejoindre les pays où la vie se déroule plus correctement et offre plus d’avantages. Ainsi rien ne changera chez eux. La plupart de ces pays vivent pauvrement, chichement, assis sur un tas d’or ! qu’ils n’ont jamais su exploiter eux-même, et dont le peuple ne profitera jamais, mais la faute sera rejetée sur l’affreux blanc dominateur pas sur leurs dirigeants.
    Cette dénonciation soutenue par d’affreux blancs « pitiatiques », toujours en mal de tortures morales, de rachat des âmes de leurs ancêtres, se pensant comme athée de surcroît !!!, mais au nom de valeur morale religieuse toujours prêts à partir défendre le pauvre d’ailleurs (oui d’ailleurs car chez nous point de pauvres !), comme le scout prêt pour sa BA. Plus le pauvre, le démuni se trouve loin, plus la valeur de leur action est méritante !
    Ce choix n’est-il pas du racisme ?

  • ils savent très bien qu’ils sont des racistes au sens classique c’est pour cela qu’ils choisi d’utiliser une nouvelle definition du racisme.. parfaitement raciste au sens classique.

    pour eux le racisme c’est préjugés PLUS pouvoir..au sens de groupe!!!!

  • Il faut bien comprendre que les sciences dites sociales ne sont en rien scientifiques, c’est de la charlatanerie dénoncée par Bricmont et Sokal avec leur article et leur fameux ouvrage: Impostures intellectuelles! Ces disciplines sont le choix des nuls qui, même avec un bac dévalorisé, l’ont passé de justesse et n’ont pas d’autre choix que ces études peu exigeantes!

  • omerta sur le Coran sexiste, discriminant les croyants des autres et même esclavagiste !!!

  • « Comme tous les français blancs ! » Ouf, la part de blanc chez Sibeth est allemande (1/4 d’après sa fiche wikipedia), la voilà sauvée!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Depuis la parution de mon analyse prospective de la trajectoire politique wallonne « Du fédéralisme au communisme », on ne cesse de m’interroger : s’agit-il d’un pronostic ? L’arrivée du communisme en Wallonie est-elle pensable ? N’y a-t-il pas là une sorte d’exagération, de la licence pamphlétaire, comme on parle de licence littéraire ?

Ces questions, bien légitimes, me font sourire. La gauche wallonne occupe l’intégralité du spectre politique parlementaire — à l’exception d’un parti, le MR, qui représente 20 % des électeurs. ... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

La gauche vient de se fédérer pour affronter les élections législatives des 12 et 19 juin 2022. La Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) regroupe La France insoumise, le Parti socialiste, le Parti communiste, Europe Écologie Les Verts et onze autres petites formations.

De nombreuses dissidences socialistes sont apparues car la NUPES est à dominante d’extrême gauche ou de gauche radicale, peu importe le vocabulaire. Manuel Valls, Carole Delga, Bernard Cazeneuve et bien d’autres n’en sont pas et ont désavoué la participa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles