Télétravail, famille, pâtes, riz : la République est sauvée

La situation est certes graves, mais rien qui ne puisse être sauvagement empiré par l'Etat et son administration de timbrés psychopathes.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bruno Le Maire UMP Photos (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Télétravail, famille, pâtes, riz : la République est sauvée

Publié le 20 mars 2020
- A +

par h16

Même si on pourrait en douter à voir un nombre considérable de reportages montrant des parcs bien fréquentés, des rues pas franchement désertes et des Français décidément très détendus de la quarantaine, c’est bien le confinement qui a été finalement mis en application – se murmure-t-on dans les milieux autorisés – dans le pays, au plus grand désarroi d’un petit virus qui aura un peu plus de mal à se répandre.

L’activité économique est donc globalement en train de s’effondrer et la récession, inévitable, se met déjà en place. En fin d’année, il sera temps de faire les comptes mais on sent déjà que certaines questions seront pénibles à poser, et qu’il sera encore plus douloureux d’y répondre.

La question portant sur les stocks de matériel de protection essentiel pour les personnels de santé vaudra son pesant de chloroquine : l’État disposait il y a dix ans d’un stock fort conséquent, de masques chirurgicaux de différents niveaux (FFP1 et FFP2), de gants et de blouses, de protections diverses pour des cas épidémiques ; pourquoi diable n’en trouve-t-il plus aucun à présent ?

Plus précisément, il apparaît suite à un rapport du Sénat qu’il y avait plusieurs centaines de millions de ces masques dans le stock stratégique en 2009. Malheureusement, entre une gestion probablement rendue complexe par l’utilisation de moyens informatiques pudiquement qualifiés de rudimentaires (de jolis fichiers Excel et une base de données Access, ça c’est du solide) et un suivi dont – il faut bien le dire – à peu près tout le monde se foutait, la cigale française s’est retrouvée fort démunie lorsque la bise épidémique survint.

On comprend en lisant ce rapport qu’un véritable scandale, aux conséquences absolument catastrophiques pour nos équipes soignantes, se cache derrière cette gabegie décontractée. Le parallèle avec le scandale du sang contaminé dans les années 1980 est souvent fait, et l’issue de la crise permettra de vérifier si ce parallèle est réaliste.

De la même façon, on devra se poser des questions sur la façon dont l’État aura fait main basse sur le stock de Plaquenil (un antipaludique à base d’hydroxychloroquine, molécule candidate à un traitement potentiellement efficace contre le covid19). L’administration, dans son zèle à faire n’importe quoi n’importe comment, s’est ici encore probablement surpassée…

Néanmoins, on comprend que tout ceci ne pourra pas rester sans sanction, sans audit et sans décisions fermes pour éviter que cela se reproduise.

C’est probablement devant ce constat d’un besoin d’une reprise en main ferme des institutions républicaines que nos politiciens se sont ressaisis.

Cela fait plaisir à voir : alors que l’épidémie n’en est qu’à ses débuts, que le nombre de cas augmente encore de façon soutenue, que le nombre de cas graves et, conséquemment, de décès continue à augmenter aussi, au moins la République et l’ensemble de ses institutions ne se laissent pas aller à la mélancolie, la tristesse et l’indécision.

La voilà toute mobilisée, se lançant à l’assaut de ce nouveau défi : c’est pourquoi tout est mis en œuvre pour que de nouveaux radars routiers soient déployés dans les Hautes-Alpes. Nous n’avons certes plus un rond pour avoir des protections pour nos soignants, les intubés en réanimation commencent à s’empiler douloureusement dans les services de l’Est et d’Île-de-France mais RASSUREZ-VOUS, l’automobiliste français est correctement encadré.

Mais attendez, ce n’est pas tout !

Il ne faudrait pas croire que seules sont sur le pont nos valeureuses Forces De L’Indispensable Sécurité Routière ! Que nenni ! La situation est grave, que dis-je, dramatique, mais elle n’empêche pas de nommer un nouveau patron de Comité Théodule, comme par exemple ce nouveau Haut-commissaire à l’inclusion dans l’emploi et à l’engagement des entreprises, dont le titre à rallonge est directement proportionnel (forcément) à l’utilité et la pertinence à la fois dans ces temps de crise et plus tard, quand la situation sera apaisée et que toute la France se bousculera à son guichet pour favoriser l’engagement des entreprises pour des emplois inclusifs et patin couffin.

Et puis ce n’est pas parce que chacun doit faire un effort pour éviter les foules, pour que les échanges de miasmes soient enfin stoppés que la vie républicaine s’arrête pour autant. C’est pour cela que – rassurez-vous – les élections des conseils communaux auront bien lieu, quoi qu’il arrive, pour les communes où le maire a été élu dès ce premier tour (et quand bien même il sera possiblement invalidé) : dans près de 30 000 communes, nos édiles vont donc se rassembler et tenter de ne surtout pas échanger quelques dodus microbes pour désigner des conseils municipaux dont on ne pourra pas garantir la pérennité. Indispensable, n’est-ce pas.

Enfin et surtout, la vie continue : si nous sommes en guère (guère de masques, guère de protection, guère de cohérence) autant qu’en guerre, il n’en faut pas moins que la vie continue. Si nous devons à tout prix faire barrage au méchant virus, il n’en faut pas moins continuer nos activités comme si de rien n’était. Autrement dit, tout change, mais ne changeons rien, continuons à travailler comme avant (ou presque, ne chipotons pas).

Cette tempête de cohérence et de messages clairs, cette gestion de crise au cordeau avec un talent certain pour la préparation et la mesure atteint son point d’orgue lorsqu’on propulse un gros micro mou sous la truffe un peu humide de notre bon Bruno Le Maire dont les saillies ont, au moins, le mérite d’égayer la vie politique française.

Jugeant sans doute que la situation n’était pas tout à fait assez complexe pour son intellect surdimensionné, notre ministre en a donc profité pour expliquer étudier la réouverture des librairies (au même titre que les commerces dits essentiels à la survie de la nation) : ici, bien évidemment, il ne s’agit pas seulement de dire que la lecture – qui permet de retrouver le goût de l’essentiel comme l’a rappelé poétiquement Emmanuel, notre Petit Perd Du Peuple – serait vitale à la nation, mais aussi et surtout de ne pas laisser le champ libre à Amazon qui, en ces temps critiques, se retrouve seul à assurer les livraisons dans tout le pays.

Décidément, il n’y avait qu’un minustre du calibre de Bruno Le Maire pour pousser ce dégueulis idéologique si délicieusement périplaquiste face au danger, bien réel, d’effondrement complet de notre système de santé, de krach complet et total de notre économie, d’éclatement parfait de la zone euro.

En tout cas, une chose est certaine : le peuple va s’en prendre plein la figure, mais au moins l’Occupant Intérieur s’en donne à cœur joie. Moyennant télétravail, famille, pâtes, riz, la République est donc sauvée.

Sans oublier le savon, bien sûr.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • La dernière fois qu’un certain « Philippe » a obtenu tous les pouvoirs, çà s’est mal fini, à suivre…

  • Les inconsistants en charge viennent de se rendre compte que tout le monde ne pouvait pas faire de télétravail et que tout le monde ne remplissait pas des cases sous EXCEL…
    Pour se nourrir, il faut que des gens ouvrent leurs magasins, d’autres remplissent des rayons, d’autres soient à la caisse, d’autres conduisent des camions pour livrer le magasin, des stations service doivent être ouvertes pour mettre de l’essence, les routiers qui n’ont pas le droit de rouler plus d’un certain nombre d’heures doivent pouvoir s’arrêter, donc les aires d’autoroute doivent être ouvertes, s’ils tombent en panne, il faut qu’un dépanneur arrive, etc, etc, etc… et que tout ce petit monde se demande s’il faut écouter le ministre de la santé et se confiner ou le ministre de l’économie et aller travailler, sous le regard paternel du grand sachem du « en même temps »…
    Soyez les bienvenus dans le monde réel…

    • Je crois que c’est la phrase du jour MERCI
      « Soyez les bienvenus dans le monde réel… »

    • Il faut faire des livraisons virtuelles, c’est à la mode.
      Bien sûr, ce sera taxé pour de bon.

    • @RB83-
      Ce sont les 8,5 milliards dont Bruno Le Maire va gratifier les compensations de salaires. Quel beau geste!
      Pour 29,7 millions de salariés cela représente un coup de pouce de 143 € par mois et non plus la compensation!
      Sacré Bruno

  • Ça passe quand même mieux avec de l’huile.. Le savon hum, ça décape le.troumignon
    M’enfin, dans dix ans, derrière nos barbelés on rigolera de ces années heureuses et on dira, encore ces vieux qui préféraient le temps jadis…

  •  » En fin d’année, il sera temps de faire les comptes mais on sent déjà que certaines questions seront pénibles à poser, et qu’il sera encore plus douloureux d’y répondre. »

    çà çà va etre le dernier clou du cercueil du quinquennat macron..
    vu que les prelevement sont deja les plus haut du monde , toucher a çà sera toucher a la consommation et donc a la taxe.. pas possible.. car il va falloir rembourser les dettes engendrées par le coup d’arrêt économique..
    reste le stock des économies des français j’ai nommé l’assurance Vie!!
    1700 milliards d’euros de stockés… hop expropriation ou taxe a 50% et hop la messe est dite
    d’autres pistes ? baisse des pensions de retraite? hausse de la CSG a 20%?
    hausse de la TVA a 25%?
    nous ne somme qu’au début des surprises!!

    • Inutile. Une bonne inflation à 3 chiffres et le problème est vite réglé. Aucun problème n’y résiste d’ailleurs.

      • Oubliez, le sénat vient de voter les pleins pouvoirs à Macron pour légiférer par ordonnance. Ce sera donc semaine de travail de 48h, suppression des congés payer cette année car déjà pris pendant le confinement, salaire minimum à 600€ pour sauver le pays de la faillite, et puis ponction sur les comptes courant pour sauver les banques. De toute façon nous sommes considéré comme des actionnaire des banques, mais sans les dividendes, ce sera donc un « bail in » (loi voté il y a 2 ans je crois sur demande de l’europe) . Chypriotisation !!

  • Plutôt que de monter des mises en scènes avec un type qui recopie au fur et à mesure un prompteur d’un doigt fébrile, les commun-niquants devraient pointer au Dux Bellorum toutes les erreurs de communication qui se multiplient à la vitesse du covid devant les caméras.

    Et lui conseiller d’enfermer BLM dans un placard (et jeter la clef).

  • Pour rappel, vu sur une banderolle lors d’une manif de personnels hospitaliers, le 17/12/2019: « l’Etat compte ses sous, nous allons compter les morts. »
    Nous y sommes.
    Gouverner c’est prévoir, pas administrer à la petite semaine.
    Espérons que, lorsque nous en serons sortis, les Français n’auront pas une mémoire de poisson rouge!

  • Dans l’absolu, suivre 79 stocks différents sur excel ou avec Acess ne pose aucun problème, c’est en fait la question de l’accès partagé par tous les sites de stockages à la même base de données qui se pose… en fait, une appli sur le web avec un SGBD graticiel standard le permettrai au prix d’un développement de quelques jours…

    • Pas assez cher mon fils. Faut au moins un budget à 20 millions et le faire exploser par 3 ou 4, là c’est du gouvernement.

    • il fallait demander à ceux qui ont fait le logiciel de paye des armées: là il y a de la thune à prendre…

  • Qu’est-ce qui coûte le plus cher le confinement complet avec arrêt de l’économie ou le dépistage intensif avec isolement des cas suspects.
    Qui est responsable de ces choix?

    • le dépistage intensif aurait semblé trop mou . des images d’hôpitaux à l’italienne serait politiquement mortelles , il faut faire un truc qui ressemble à un truc d’homme d’état qui soit douloureux juste une question de stratégie non pas sanitaire mais politicienne…il faut faire des trucs qui impressionnent .. ceci dit on doit bien pouvoir réduire avec le confinement le flux dans les hôpitaux….
      et il y a le principe de précaution…

      on doit espérer qu’on se mette à faire ces foutus tests… et si vraiment n peut réduire la charge virale..

      mais c’est vraiment énervant il ya une semaine si je refilais un virus qui tuait une personne fragile c’était le destin, maintenant c’est un crime..

      • A jacques lemiere
        D’accord avec vous.
        Votre « il faut faire des trucs qui impressionnent … « , m’a fait bien rire. Oui en effet, la Buzyn a fait un truc qui impressionne ! La « Si bête » N. aussi, lors de l’interview de Bourdin le 20 mars, à propos des masques :  » je ne porte pas de masque […] je ne sais pas l’utiliser, parce que l’utilisation d’un masque, se sont des gestes techniques précis […] si non, on a une utilisation qui n’est pas bonne et ça peut même être contre productif. »
        Ils nous prennent vraiment pour des demeurés !

    • Le dépistage intensif avec isolement des cas suspects ? Mais alors il faut que le dépistage soit universel, et même, donc il va coûter un arrêt tout aussi complet de l’économie, plus les tests. Les masques, les gants, le gel, et la sensibilisation à la responsabilité de ceux qui pourraient, sans le savoir, contaminer ceux qu’ils croisent. Voilà ce qui coûte le moins cher, et qui ne marche pas si mal en Corée.
      Montrons que nous pouvons être nous-mêmes responsables et nous comporter en tant que tels avant de chercher le moins pire des responsables dont nous choisirions de dépendre !

    • A dad22fr
      Vous faites un raisonnement beaucoup trop sensé ; nos pieds nickelés en sont parfaitement incapables. Ils ont un esprit « trop subtil »… (cf. propagande BFMTV)… tellement « subtil » que cela en devient un cacophonie « abs-conne » pour les « gens qui ne sont rien ».

    • « Qu’est-ce qui coûte le plus cher » ?

      Les places de théâtre.

  • J’en arrive à penser que mêmes les centaines de millions de masques de 2009 n’ont jamais existé, mais on ne pourra jamais le prouver…

    Et la sortie ‘ruffinesque’ à la fin de l’échange électronique sur le ‘mankaganié’ des méchants labos montre bien qu’on n’est pas sorti de l’auberge;
    mais tout est expliqué ici:

    https://www.contrepoints.org/2020/03/21/366696-la-nouvelle-gauche-radicale-raciste-sans-le-savoir?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=570de50c6b-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-570de50c6b-114247273&mc_cid=570de50c6b&mc_eid=976ac40100

    • @Leipreachan-Vous pouvez retrouver cette trace dans les budgets inscrits dans les plans de financement de la sécurité sociale entre 2011 et 2014. Les stocks existaient pour environ 1 milliards de masques et auraient été supprimés sous la présidence François Hollande, Jean-marc Ayrault premier ministre et Marisaol Tourraine ministre de la santé. Pas difficile de faire une enquête parlementaire, les documents budgétaires non pas disparus ils sont classés, ils suffit de les rouvrir publiquement. Et les dirigeants de l’époque pourraient être interrogés par la justice, car il y a délit pour négligences sanctionnés par le code pénal aux articles 121-3 et 221–6.
      Bonne journée et confinement

  • La contamination se propage de manière inquiétante, les hôpitaux manquent de l’essentiel, les décès se multiplient et nos guignols « se soucient » de l’avenir… et du présent… ????
    Sans aucune malveillance envers l’auteur, faisons un peu d’humour sarcastique en cette période de déliquescence.
    Vous ne comprenez pas que l’encadrement de l’automobiliste est capital au moment du confinement des personnes, c’est pour sécuriser les installateurs de radars ; vous critiquez l’anticipation gouvernementale face à l’offensive future de la population pour « favoriser l’engagement des entreprises pour des emplois inclusifs »,’il fallait créer un poste (pour un « copain ») pour endiguer cet assaut ; vous chicanez le pauvre Bruno « La Lumière » qui ne cesse de faire des étincelles pour court-circuiter notre économie, alors qu’il veut faire jouer la concurrence face à Amazon ; en final vous critiquez cette merveilleuse politique du « en même temps » que seuls nos subtils pieds nickelés peuvent élaborer, alors que nous « les petits, les obscurs, les sans grades », les « qui ne sont rien » ne peuvent en saisir cette « substantifique moelle »…

  • « le scandale du sang contaminé dans les années 1980″ a quand même permis à celui qui a été déclaré ‘responsable » et « pas coupable » de se retrouver : président de la COP 21 à Paris pour nous mettre au pas sur le climat, et président du Conseil Constitutionnel rien que ça.
    Au fait le Conseil Constitutionnel se prononce sur la conformité à la Constitution des lois et de certains règlements dont il est saisi.
    Laurent Fabius a bien de la chance, il aura eu une vie de faste bien remplie et sans soucis. Mais l’enfer l’attend ce qui sera juste

  • En temps normal, j’apprécie en grande partie les articles de contrepoints, qui défend les valeurs libérales, même si c’est parfois exagéré, voir outrancié.
    Avec la crise du coronavirus, le discours se met à sonner faux. A lire les articles ces derniers jours, je ressens comme un malaise, avec des libéraux « jusqu’au-boutistes » qui se servent de tout prétexte pour s’en prendre à l’état et au gouvernement. Je pense que, sincèrement, le gouvernement, fait ce qu’il peut avec les moyens et la situation du moment. Même si il y a du critiquable dans les actions et décisions actuels, je crois que malheureusement, c’est difficile de faire mieux.
    Vous pouvez lâcher vos « -1 ».

    • Quoi!, les bureaucraties de santé étatistes de par le monde, malgré les fleuves de pognon (contraints) qu’elles ont reçus depuis des décennies, se révèlent incapables de répondre à cette épidémie sans détruire l’économie et les libertés constitutionnelles essentielles et vous pensez que les libéraux devraient se taire et s’abstenir de condamner les options prises depuis des décennies qui ont mené à une allocation de ressource aussi désastreuse!?(pas seulement à l’intérieur du domaine de la santé d’ailleurs: combien de respirateur aurait-on pû acheter pour le prix de quelques éoliennes?)
      De tels applatissements vont seulement permettre à ces gens, comme après la crise de 2008, de renforcer leur système foireux. Ainsi, Macron parle déjà des « forces de marché inefficaces » et de « nationalisations » en présence de l’échec de son modèle étatiste ecc.

    • « des libéraux « jusqu’au-boutistes »  »

      Jusqu’au bout de quoi ? De la critique ?

  • Çà se présente très mal pour l’Europe
    https://www.ft.com/coronavirus-latest

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Extraordinaire Bruno Le Maire ! Tout lui est bon pour plastronner – et cirer au passage les pompes de son chef adoré. N’importe quelle calamité devient un grand succès de la politique gouvernementale pour peu qu’on se limite à ne regarder les choses que sous l’angle le plus flatteur. Question de cadrage, évidemment. Comme disait Bastiat, il y a ce qu’on voit, et puis il y a tout ce qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir. Bonne nouvelle du moment, la France serait le pays de l’Union européenne « où l’inflation est la plus faible » :

<... Poursuivre la lecture

Les petits chiffres de l'INSEE s'accumulent doucement et pointent tous dans la même direction : l'inflation n'est plus négligeable, elle continue à grossir et ceux qui expliquaient doctement il y a quelques mois que l'augmentation observée en fin d'année 2021 était transitoire se sont très officiellement fourré le doigt dans l'œil jusqu'à l'omoplate. Nous arrivons au milieu de 2022, l'inflation continue de grossir, et ceux qui en étaient à l'omoplate continuent de s'enfoncer.

Ainsi, sur les douze derniers mois, les prix ont flambé sur ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles