Nos politiciens sont des criminels

La suite de décisions idiotes prises par nos politiciens montre qu'ils ne sont pas seulement incompétents : ils sont aussi criminels.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
France politics elections Macron by vfutscher(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nos politiciens sont des criminels

Publié le 18 mars 2020
- A +

par h16

Jadis, gouverner, c’était prévoir. Et comme prévoir, c’est mine de rien assez compliqué, gouverner s’est progressivement cantonné, pour les dirigeants, à accompagner les mouvements et les tendances de l’Histoire en feignant d’en être les instigateurs. Gouverner n’est alors devenu qu’un habile exercice de communication dans lequel on s’est donc contenté d’envoyer des messages plus ou moins finauds à une populace qu’on méprisait en douce. Malheureusement, le réel ne se laisse pas toujours faire.

Avec la crise actuelle, rien ne s’est plus passé comme prévu pour nos politiciens-communicants experts en expertise de communication politicienne : le baratin habituel, généralement basé sur l’assurance qu’avec un peu plus de dettes, on colmaterait tous les trous et qu’on calmerait toutes les grognes, n’a pas réellement fonctionné.

Non seulement, le virus semble hermétique aux notions de frontières, mais il semble complètement obtus aux manipulations psychologiques et aux communications musclées. Les polichinelles colorés qui défilent devant les pupitres ministériels n’ont servi à rien. Pire, ils ont été criminels.

Partant du principe aussi loufoque que dangereux qu’en ne regardant pas la réalité, elle finissait par s’estomper, ils nous ont donc débité des directives et des messages de plus en plus idiots et paradoxaux.

C’est ainsi que le 24 janvier, Agnès Buzyn, alors encore en charge de la santé dans le pays, se fend d’une appréciation moyennement crédible de la situation :

« Le risque d’importation depuis Wuhan est quasi nul, le risque de propagation du coronavirus dans la population est très faible »

Depuis, tout indique que c’est bien l’opération de rapatriement des Français de Chine – largement déconseillée par les experts derrière lesquels le pouvoir ne fera plus que se cacher ensuite – qui a déclenché la pire crise sanitaire française depuis 1918.

Tout le mois de février sera ensuite un sketch de minimisation consternante à la fois des possibilités d’une extension de la maladie sur le territoire français, et des effets du covid19 dont on persistera à dire, de longues semaines encore, que c’est comme une grosse grippe.

Pour l’observateur pondéré, que la Chine verrouille ainsi 70 millions de ses habitants et fasse ainsi s’effondrer son économie pour « une grosse grippe » semble parfaitement grotesque, sauf à considérer les Chinois comme des nigauds et les Français comme nettement mieux préparés.

Arrogance, sous-estimation, dissimulation, minimisation, autant d’éléments auxquels nos élites politiciennes nous ont amplement habitués et qui devaient déjà, dès le début du mois de février, nous mettre la puce à l’oreille : tout ceci n’allait pas bien se terminer.

Les semaines qui suivirent confirmèrent l’incroyable mépris de ces politiciens pour ceux qui les avaient placés là : alors que, pourtant, l’Italie montrait à son tour des signes d’effondrement catastrophique de son système de santé, puis se résolvait à boucler l’intégralité du pays, nos dirigeants faisaient mine de garder leur sang-froid. Le 7 mars, Emmanuel Macron se rend au théâtre en toute décontraction pour encourager les Français à ne pas avoir peur du coronavirus et à continuer de vivre comme avant. Ce qui a marché pour les terroristes des terrasses de café devrait marcher pour un virus, hein, vous ne croyez pas ?

Les jours qui suivent permettent de passer à un autre niveau dans le n’importe quoi distribué au kärcher n’importe comment.

Voyant que le peuple, au courant du dérapage incontrôlé de l’Italie voisine, commençait à s’inquiéter et à vouloir se protéger d’une menace que tout indiquait n’être ni virtuelle ni lointaine comme un réchauffement climatique qui n’a pas eu de mal, lui, à mobiliser de frétillants imbéciles, nos clowns gouvernementaux les plus affûtés montent au créneau : appliquant à la lettre la recette exacte pour un désastre, Bruno Le Maire décide dans un premier temps de confisquer les stocks de masques de protection et de gel hydroalcoolique, effondrant complètement les capacités du marché à produire ces éléments indispensables de protection, puis, dans un second temps et voyant la catastrophe provoquée par sa décision stupide, enquille avec un contrôle des prix qui achèvera de fusiller toute velléité, pour les fabricants, de rattraper le coup.

Soit Le Maire a agi ainsi en toute connaissance de cause, ce qui serait consternant. Soit il n’a fait preuve que d’une incompétence totale et parfaite, ce qui est encore pire compte tenu du poste qu’il occupe…

Bilan : le gel hydroalcoolique devient denrée rare, les masques s’évaporent. Le peuple français se retrouve une fois de plus en rase campagne, médecins et personnels soignants démunis, avec l’information répétée que quelques petits gestes simples suffiront, que c’était essentiellement une grosse grippe, que seuls les malades âgés avec des comorbidités importantes allaient passer un sale quart d’heure et que pour le reste, le système de soin – que le monde entier nous envie, mais si, qu’on vous dit – tiendrait le choc.

Cette gestion et la pénurie entraînée coûteront à la France des centaines, si ce ne sont pas des milliers de morts supplémentaires. Merci Bruno !

Le festival d’âneries criminelles de la semaine suivante sera ininterrompu.

Le point d’orgue est atteint lors du discours du président de la République. Se surpassant dans une homélie ex-cathedra au ton mielleux pénible de manipulation grossière, Macron multipliera les injonctions paradoxales : si vous êtes vieux, restez chez vous, mais allez voter ; vous êtes à risque, mais si vous avez fait médecine, retournez auprès des malades, histoire d’aider. Et on va fermer tous les établissements d’enseignement car la situation est grave, mais seulement à partir de lundi.

Formidable.

Et devant l’incohérence des Français confus qui ont persisté à fréquenter les terrasses et les parcs le week-end suivant, l’incohérent gouvernement décide de mettre en place un confinement général dans une ambiance de déni parfaitement apte à susciter l’adhésion, la compréhension et la participation même des populations concernées…

Non, décidément, rien ne pourra atténuer la responsabilité de cette gestion de Gribouille, de ces minimisations criminelles alors qu’on savait, dès mi-janvier, qu’on avait quelque chose de sérieux à gérer, qu’on savait dès que l’Italie a fermé ses portes, qu’il faudrait frapper vite et fort pour limiter la casse, soit en protégeant le plus possible, en testant le maximum de Français, en confinant les positifs, soit en passant à des systèmes de quarantaines strictes qui, malgré leur inefficacité de long terme, permettent au moins de gagner un temps précieux pour adapter les systèmes de santé sinon débordés…

Ces indécisions, ces calculs politiciens ridicules et mesquins, cette incompétence et ces mensonges se traduisent et se traduiront par des morts, des milliers de cadavres qu’il faudra porter au débit de ces hommes et de ces femmes qui n’ont absolument pas fait le job.

Et tout ça, pour la modique somme de 1000 milliards de prélèvements par an.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (78)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (78)
  • Je ne sais pas si ce gouvernement a eu raison ou pas, nous verrons d’ici quelques mois s’il était raisonnable ou pas de provoquer ce qui sera probablement une des crises économiques et sociales les plus violentes de notre Histoire avec les mesures prises actuellement pour traiter cette crise sanitaire. Nous verrons si le prix à payer était à la hauteur du problème ou pas.
    Quelque soit son opinion sur cette question, rappelons qu’en mathématiques, il y a pire pour une théorie que d’être fausse, c’est d’être inconsistance, à savoir qu’il y a des propositions qui sont fausses que l’on peut démontrer avec les règles de la logique dans le cadre formel. On ne peut donc plus avoir confiance dans la théorie et il faut donc l’abandonner.
    Et c’est bien le problème que nous avons avec ce gouvernement. Est-il bon ou mauvais, chacun peut avoir son opinion.
    Une chose est sûre : il est inconsistant au sens mathématique du terme, et cela, c’est gravissime, car quoiqu’il fasse, on ne peut plus lui faire confiance.

    • Arendt écrivait que le propre de l’homme n’était pas de traiter les problèmes mais de penser. Sinon c’était l’assurance de finir par réduire la réalité à ce que nous en maîtrisons en ignorant le reste, fût-ce au prix d’un déni de réalité et de mensonges. Je n’arrive pas à savoir si on est en France et ailleurs on est dans le traitement des problèmes ou dans la pensée. Dans les deux certainement ?

  • La semaine dernière le slogan était sauvons nos bonnes planques en mairie. Cette semaine c’est sauvons nos vies. Et bientôt pour sauver l’économie taxons tout ce que les français possèdent en dommage de guerre. Pays foutu !

    • Je partage votre crainte sur les impôts et taxes futurs qui vont s’abattre sur nous. Je sens bien le grand emprunt national, forcé bien entendu.

      • Ou la transformation des assurances vie en dette perpétuelle à taux négatif, taux négatif ayant pour effet de raccourcir l’éternité. C’est bien connu que l’éternité, c’est très long, surtout vers la fin.

  • Qu’on m’explique donc le choix des hollandais et des anglais ? Sont-ils plus résistants que nous ?

    • Ils mettent surtout plus de confiance dans le pragmatisme individuel que dans l’état-providence et dans ceux qui y sont assis sur le siège du cocher.

  • Dans un pays qui a fait du principe de précaution un principe constitutionnel ( ce qui est parfaitement stupide!), où ce principe est appliqué pour des causes plus débiles les unes que les autres, les précautions auraient dues être évoquées dans le cas qui nous occupe. Puisque les frontières n’arrêtent pas les gens ni les virus (donc potentiellement des individus contaminés) dans l’idéologie de nos gouvernants, puisque nous sommes dans une situation de pénurie (de masques, de gel hydro-alcoolique, de tests sanguins pour le coronavirus) comparable à celle d’un pays sous-développé (en 2009, il y avait quand même près d’un milliard de masques dans les stocks stratégiques – 300 M périmés certes, 300 M FFP2 et FFP3, 350 M de masques chirurgicaux, lesquels n’ont pas été renouvelés depuis), la moindre des précautions aurait été d’envisager des mesures (du pauvre en fait!) de confinement (puisqu’on ne peut pas tester grand monde) il y a au moins 10 à 15 jours (l’article de Pueyo du 10/03 [https://medium.com/tomas-pueyo/coronavirus-agissez-aujourdhui-2bd1dc7838f6] nous aurait invité dans un contexte normal pour un pays riche – sans pénurie organisée – à prendre les mêmes mesures il y a une semaine). Ce n’est pas une bonne solution (mieux est évidemment cf. l’exemple de la Corée du Sud qui a failli mal viré) mais c’est la moins pire.

    • Sans être ridicule, le principe de précaution s’applique (officiellement) pour se protéger de risques inconnus, ou impossibles à évaluer (c’est ce qui le rend si pratique pour s’opposer à tout progrès).
      Ici le risque était connu et quantifiable. Cela ne relève pas du principe de précaution. C’est volontairement et en connaissance de cause que nos élus ont considérés que ce risque était acceptable, c’est à dire dans « l’intérêt général ». Cet « intérêt général » décrété par nos élus eux mêmes, qui ne peuvent pas englober la multitude de situations particulières.
      La phrase clé est « Le modèle social français vaut bien quelques milliers de morts ». C’est aussi dans la constitution.

      • le principe de précaution est justement ridicule.. parce que ce n’est pas prendre des précautions..ce qu’on faisait avant le principe de précaution…

      • @titi
        Bonsoir,
         » Le modèle social français vaut bien quelques milliers de morts ». »
        De qui est cette phrase ? Je n’en trouve pas la provenance.
        Ca viendrait d’un de nos politiciens. Il devrait être amené devant un tribunal pour génocide :
        « Dans la présente Convention, le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :
        a) Meurtre de membres du groupe ;
        b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
        c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
        d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
        e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe. » ONU ‘article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948.
        Laisser mourir quelques milliers de personnes (membres du groupe national) à dessein c’est un génocide.

    • Le ministère des armées vient de « retrouver » 5 millions de masques chirurgicaux dans un tiroir ?!?

      Ca fait combien de masques en stock par médecin militaire ?

  • A mentionner également le flou total du discours de Macron lundi dernier.. Beaucoup de personnes de mon entourage se demandaient : mais qu’est qu’il a dit exactement ? Qu’à t-on le droit de faire ou pas ? Décidément, cet homme n’a absolument pas la carrure d’un chef d’état..

    • D’ailleurs ceux qui avaient regardé TF1 n’avaient toujours pas entendu « confinement » à la fin du journal. Ce n’est qu’en basculant sur A2 que Castaner nous prostrait avec sidération dans nos canapés. Ceux qui n’avaient écouté que TF1 ont du passer une bonne nuit mais leur douche du matin a dû être vraiment à l’eau froide et glaçante.

    • rien que le gus qui tape le texte à la volée « en même temps » que manu parle c’était d’un ridicule….

      • @Pouf, ha oui j’avais même oublié ça.. D’autant que le texte était préparé à l’avance, et on ne parle pas des fautes d’orthographe en « live ».. Amateurisme complet !

      • C’est un gus aidé par une intelligence artificielle (celui qui tape, pas celui qui parle).

      • Peu de gens ont relevé qu’il lisait un prompteur qui hachait son discours.

        Et encore moins l’absurdité de la mise en scène du texte à la volée.

        • Oui on se demande à quel point on nous prend pour des crétins. Macron lit clairement un prompteur, et on fait croire que c’est limite improvisé, avec un texte qui se tape en dessous tout seul, probablement issu d’une IA, alors que le bon texte est déjà écrit….

    • Quoi ? Pas la carrure d’un chef d’ État ? Oh merde ! Oh merde ! et quand on pense qu’il va être réélu ce pet de mouche…

  • Le plus gros mensonge, c’est moins les déclarations émaillant l’épidémie actuelle que d’avoir prétendu depuis 20 ou 30 ans qu’on avait le meilleur système de santé au monde, sacrifiant les malades les plus fragiles pour un objectif politique, aggraver la collectivisation.

    • Les couloirs des urgences étant complet en temps normal, où met on les coranos machin .. Y a pas un mot comme grippés ?

    • Il y a 20 ans (2000), c’était vrai (pour le système de santé, pas hospitalier même si l’on compte beaucoup d’équipes de pointes dans de nombreux domaines) mais les choses se sont dégradées largement depuis.

      • Oui, ça s’est dégradé. Mais la situation n’était déjà pas florissante il y a 20 ans et loin d’être la meilleure au monde. Or, c’est précisément le mensonge initial entêté qui a permis ensuite la poursuite de la dégradation pour aboutir à la situation actuelle.

        Pour mémoire, la SS aurait dû disparaître et l’assurance santé ouverte à la concurrence depuis 1993. 27 ans de gâchés, 27 ans d’errements coupables, de dettes accumulées, de gabegies irresponsables, de choix uniquement motivés par une idéologie politicienne mortifère dont on paye le prix fort aujourd’hui avec l’arrêt complet du pays.

        L’obsession collectiviste est un scandale national.

        • Je n’ai pas parlé du « système social », celui qui, nous sommes parfaitement d’accord, plombe absolument tout!!!

  • Merci pour cet article H16 !

    Pour lutter contre le coronavirus, ils ont sorti l’ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE (déclaration sur l’honneur).

    Le virus ne peut pas lutter contre l’administration, c’est scientifique.

    Et pour remplacer les gains obtenus par les radars routiers, ils ont sorti çà…
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/des-amendes-de-135-a-375-euros-en-cas-de-violation-du-confinement-20200318

    Les méthodes de répression socialistes n’ont pas de limites, c’est peut être çà le plus dangereux.

    • Tout est bon pour faire du pognon.

      • @Théo31
        Bonjour,
        « Tout est bon pour faire du pognon. »
        Surtout quand on est un jnuky qui se shoote à l’aargent gratuit des autres et que celui-ci est sur le point de se faire rare.

        • Des radars sont installés cette semaine sur des routes désertes.

          La sécurité avant tout, surtout celle du pognon gratuit. ?

          • @Théo31
            Ca tombe bien que sur l’attestation de dérogation la destruction de radar n’y figure pas. Zut ! Ils ont une dérogation de elur employeur pour les intaller d’ailleurs ?

  • « Vous pourrez ignorer la realité » disait Ayn Rand « mais vous ne pourrez pas ignorer les consequences d ignorer la realité »

  • « Avec la crise actuelle, rien ne s’est plus passé comme prévu… »
    On peut faire l’hypothèse contraire: mis devant son incapacité à gouverner le pays, sans parler de le redressser, le gouvernement a choisi une oolitique de la terre brùlée afin de masquer son incurie.
    C’est pas moi, c’est le virus…
    Par un exercice très habile, conforme au « en même temps présidentiel »: car tous les éléments pouvant mener à des décisions responsables étaient connus dès janvier, mais ils ont laissé la crise s’installer tout en ayant l’air de la gérer. Le tout assorti de la com habituelle.
    Oui, ce sont des criminels. Le mot n’est pas trop fort.

    • Tous les pays de l’UE (et plus) font une politique de confinement.
      La cause principale c’est le manque de capacité à verrouiller le territoire en zone atteinte ou non, et faire des tests en masse.
      C’est forcément plus facile pour des pays sensibilisés tous les 10ans à des épidémies, avec des frontières réelles autant administratives que physiques et un régime politique que d’aucun qualifierait d’illllllibéral…

  • Et dernière trouvaille, castaner je crois, les enterrements se feront à huis clos, sans doute de nuit et l’abri des journalistes.ce sont plus que des criminels mais des criminels en série.

  • Il y a 3 énormités qui me sidèrent dans la gestion de cette crise partout dans le monde :
    – les chiffres bruts n’ont pas de sens quand on compare les pays : il faut compter en jours de décalage. Après la chine on devait être inquiet, après l’Italie on savait.
    – les politiciens prennent des décisions qu’ils savent ne pas pouvoir tenir : accepter plus de 1000 morts par jour pendant 3 mois pour « immuniser » ?!?
    – la saturation des services de santé ne se mesure pas en morts, mais en personnes qu’on laisse crever comme des chiens. La Légion Etrangère a pour principe qu’on n’abandonne pas ses hommes. Les politicards qui se prennent pour des chefs de guerre n’ont pas l’ombre de l’idée de ce qu’est un chef.

    • La saturation des services dépend moins des décisions récentes que des choix absurdes de collectivisation poursuivis avec acharnement depuis plusieurs décennies. C’est toute la politique d’organisation des soins et l’entêtement de maintenir un payeur monopolistique qui est en cause aujourd’hui. Il y a des chefs de guerre qui sacrifient leurs troupes en vain et il y a ceux qui gagnent les guerres.

      • Churchill a gagné. Thatcher aurait probablement gagné. Boris Johnson j’ai un doute, Macron ou Merkel je n’en ai pas …

        • Aux US, le Surgeon General a déclaré que multiplier les tests n’avait guère d’importance, et que ce qui comptait était que chacun devait se comporter comme s’il était porteur du virus. Les US vont s’en sortir.

        • Macron trahit tous les jours, vos doutes sont hors sujet.

      • C’est certain.
        Mais ce n’est malheureusement pas l’analyse (orientée par nos médias) qu’en fera la majorité des français. La plupart de ceux-ci réclamera plus de moyens pour la Sécu, plus de Sécu et plus d’Etat.
        Car il sera évident que c’est la fraude fiscale qui a privé de moyens l’Etat/la Sécu, fraude fiscale encouragée par le turbolibéralisme et les paradis fiscaux soutenus par le grand capital mondialisé…etc
        Bref, on est pas prêt d’en sortir.

    • Sur votre dernière phrase, Buzin est la preuve par neuf !
      Pensez que pour sauver sa carrière elle a menti en connaissance de cause aux français et a osé dire sur une radio qu’elle savait et qu’elle allait aux meetings électoraux la peur au ventre d’être contaminée. Elle a même ajouté en geignant que maintenant elle n’avait plus de boulot…

      • On savait tous non ! Savoir ne l’a pas empêché d’aller briguer la mairie de Paris, ce qui veut dire qu’elle savait mais qu’elle n’y croyait pas trop. Ensuite elle a manqué de courage ce qui pour un politique est assez normal mais pour un toubib !

        • La non assistance à personne en danger est un délit en France. Et quand ça vient de la part d’un médecin. Honte et déshonneur.

          • « … Et quand ça vient de la part d’un médecin. » … de surcroît ministre de la santé, c’est plus que criminel, car ce n’est pas un malade qui en pâtit mais des centaines de personnes ! C’est vraiment la démonstration d’un mépris total des « gens qui ne sont rien ».
            Comme bon nombre de nos pourritures gouvernementales, la Buzyn a sans doute « oublié » son Serment d’Hippocrate ainsi que l’article 223-6 du code pénal… Mais le plus abject et répugnant de son comportement inqualifiable, ce sont ses pleurnicheries et surtout sa conclusion « je n’ai plus de boulot » … alors que de nombreuses personnes décèdent de son irresponsabilité !

  • tant qu’ils ne seront pas jugés et condamnés, pourquoi s’arrêteraient-ils ?

  • Désormais plus de morts en Europe qu’en Asie tout cela par idéologie sur les frontières avec cette idiotie que le virus ne connaît pas les frontières sauf que les personnes se déplaçant véhiculent le virus,et des demi mesures ou des mesures incohérentes dont l’illustration est la fermeture des restaurants la veille et l’organistion d’élections le lendemain!

  • Sans vouloir etre alarmiste je fais ici le pari du blocage des retraits sur l’assurance vie dans les trois mois. La loi sapin 2 va sortir à toute vitesse des tiroirs. Elle l’est déjà. Regardons ce qui se passe sur les emprunts d’états depuis hier , l’emprunt d’état à 10 ans est passé d’un taux de -0,30 le 12/3 à +0,30 aujourd’hui pour la France. Espérons que ca ne continue pas à augmenter à ce rythme car sinon vous pourrez attendre longtemps avant de pouvoir disposer de votre épargne. L’état n’aura pas le choix pour continuer à emprunter sur les marchés sinon ce sera la faillite. Et pour nous aussi …

    • Blocage, certainement pas. Mais taxation dissuasive, c’est bien probable.

      • Moi je pense que ce sera un blocage (peut etre partiel) car l’assurance vie servira de garantie sur les emprunts d’état. Donc je pense qu’une taxation ne suffira pas pour rassurer les marchés financiers. Tout dépendra des taux de l’OAT dans les prochaines semaines. J’espère qu’on n’en arrivera pas là mais ce scénario est inéluctable dans ce cas.

        • La mise en place du couvre feu à pour objectif d’être généralisé pour piller les comptes en banques en toute tranquillité.

          • @Théo31
            Bonjour,
            Le couvre-feu est-il effectif ? Je n’en trouve pas la trace.
            Si couvre couvre-feu il y a, article 16 il y a, et pouvoirs exceptionnels au président. Pour reprendre votre commentaire plus bas : « N’est pas De Gaulle qui veut ! »

  • Il faut peut-être raison garder. Le catastrophisme dont font preuve certains me semble aussi naïf que celui des colapsologues du climat. La crise actuelle n’est qu’une preuve de plus que l’incapacité de l’État à régler tous les problèmes n’a d’égale que sa capacité à les aggraver, en France comme ailleurs, mais nous ne le découvrons pas aujourd’hui. Alors bien sûr, certains peuvent croire que le Covid19 va faire des millions de morts, mais ils peuvent se rappeler aussi que c’est ce que l’on a cru pour le H1N1, le SRAS, le MERS, Ebola, la vache folle, la grippe aviaire, la grippe porcine…

    Pour l’instant, nous n’en sommes même pas au niveau d’une grippe saisonnière. Pour mettre les choses en perspective, petite compilation de « une » des années précédentes :
    France Info – 2 février 2019 : « Grippe : les hôpitaux débordés par l’épidémie. 1 100 personnes sont mortes depuis le début de la grippe cet hiver. »
    Le Figaro – 1er janvier 2017 :  » Grippe : des hôpitaux en surchauffe, le bilan risque d’être lourd. Les hôpitaux sont appelés à reporter les opérations non urgentes. »
    Le Monde – 22 mai 2015 : « La grippe a entraîné une surmortalité de 18 300 décès cet hiver »

    A ce jour, depuis le 24 janvier que l’épidémie a été décelé sur notre territoire, soit près de 2 mois, le Covid19 a fait… 175 morts.
    Alors nos politiciens sont peut-être des criminels, mais très médiocres, comme pour tout le reste.

    • « les masques n’arriveront en nombre suffisant qu’après que le pic ait eu le temps de s’installer. »

      Ils viennent d’en retrouver 5 millions dans un tiroir.

      C’est quand même bizarre depuis le début cette volonté de ne pas utiliser de masques …

      Haute technologie : une compresse avec 2 élastiques, encore plus difficile à réaliser d’urgence qu’un vaccin.

    • @Balthazar
      Bonsoir,
      Il semble que le ministère de l’Intérieur ait passé commande pour plusieurs millions de cartouches en 5,56 OTAN.
      Il est vrai que notre stock de munition n’a pas été bien brillant vu la honte que l’Armée française s’est payée lors des bombardements : il n’y a avait plus rien après quelques raids.

      Comme le dit Libertango avec ses données, les hôpitaux sont débordés annuellement avec la grippe saisonnière. Je pense comme vous qu’il ne voit pas la vague qui va submerger et engloutir nos hôpitaux.

    • @Libertango
      Bonsoir,
      « Le catastrophisme dont font preuve certains me semble aussi naïf que celui des colapsologues du climat. »
      Le truc c’est que nous sommes en plein dans une catastrophe.
      Pour en avoir vécu une, je sais que le gouvernement se troue.
      C’est bien parce qu’il nous prend tous par la main tout le temps, que les gens ne sont pas préparés un minimum, comme le conseille d’ailleurs ce même Etat avec sa plaquette sur les mesures en cas de catastrophes (dont un stock de quelques produits de première nécessité)
      « Face aux risques majeurs, l’anticipation, la préparation et l’implication de chacun sont des facteurs de protection. Mieux préparés, mieux informés, vous serez en mesure d’agir et d’aider vos proches plus efficacement face à une situation d’urgence. Vous trouverez dans cette rubrique de nombreux outils (guides, infographies…) et conseils pratiques qui vous aideront à acquérir les bons réflexes en toutes circonstances. La crise ça s’anticipe : lisez, relisez et partagez ! » (ici : https://www.gouvernement.fr/risques/se-preparer-en-toutes-circonstances)

    • @Libertango
      Ebola : 15.000 morts depuis 1976 ;
      SRAS : En 2002-2003, ce coronavirus, très proche cousin de 2019-nCoV, avait contaminé 8098 personnes dans une trentaine de pays et fait 774 morts.
      Grippe : « Quant à la grippe, sa létalité est bien inférieure à celle des autres virus, de l’ordre de 0,3%. En France, cela représente environ 10.000 décès chaque année. »
      H1N1 : 10.000 morts dans le monde.
      Covid19 : 8249 morts dans le monde au 18/03/2020. France : 264 décès, 9136 cas (au 18/03/2020)
      VIH : 25 millions de morts depuis 1981.
      Grippe espagnole 1918-1919 : 50+ millions de morts dans le monde. Pour cette dernière on n’a pas fait que le croire : cela s’est vérifié. Et c’est parce que pendant des millénaires les épidémies faisaient des millions de morts qu’on projètent encore des millions de morts. 1918-1919 ce n’est pas si loin dans le temps en fait.

    • Bonjour Balthazar, je n’ai à l’évidence pas vos capacités pour comprendre cette crise. Mais je continue à penser que rien ne sert de verser dans un catastrophisme dont la menace du « tri des malades » fait pour moi partie. Les malades sont de toutes façons triés – c’est le principe du diagnostic – et encore plus aujourd’hui puisque comme vous le savez, priorité est donné au Covid19 : toutes les opérations, consultations et examens « reportables » concernant les autres pathologies sont ajournés.
      Dans tous les cas, c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses, comme on dit souvent ici. Donc rendez-vous dans quelques semaines pour savoir si les Cassandre avaient raison, et aussi si le confinement était ou pas une bonne idée.
      En attendant, aujourd’hui le Covid19 dans le monde, à l’instant T, c’est (chiffres arrondis) :
      – 220 000 cas
      – 9 000 morts
      – 7 000 cas graves
      – 85 000 personnes guéries
      (source : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1f3LGuqwzegr7ZdGlzPOCDAyFk8RTaLTmMLF_K_5EVCc/htmlview?sle=true#, le doc est parfois long à charger, les données étant mises à jour en permanence. L’onglet « countries » permet d’accéder aux données par pays en faisant glisser la feuille).
      Pour relativiser ces chiffres, en France, le cancer tue chaque année 154 000 personnes et les maladies cardio-vasculaires 145 000. À ce jour, on a donc statistiquement 1000 fois plus de probabilités de mourir de ces maladies que du Covid19.
      Portez vous tous bien.

      • @Libertango
        Bonsoir,
        Cancers et maladies cardio-vasculaires ne sont pas des épidémies au sens premier. Les cancéreux ne sont pas vecteurs de leurs maladies, pas plus que les malades du coeur.

        « priorité est donné au Covid19 »
        La priorité est donnée à la grippe de Wuhan parce qu’elle est transmissible par l’air. et contagieuse pendant plusieurs semaines avant les premiers symtomes.
        Avec moins de 4000 morts par an, le gouvernement pour notre sécurité installe des radars. Que fait-il pour la grippe, les cancers, les maladies cardiaques ?

        • STF, oui bien sûr. Je donnais juste les chiffres pour relativiser, et comparaison n’est pas raison. Maintenant, quid de donner priorité à une maladie qui – je prends le risque de me tromper – ne dépassera in fine guère les 10 000 morts en France ? On le saura à la fin de la foire…

          • On accepte « mieux » de mourrir « malgré la médecine » que de n’être pas soigné. Le traumatisme psychologique est très différent et ce même à l’échelle d’une population. Pourquoi moi ? Pourquoi ne sauve t »on pas ma mère etc… Grosses tensions en vue.

  • la gestion de crise c’est comme le reste nul!

    • cette crise va bien profiter a QQ un.. non?
      on verra au prochaines elections.. e comme le dit ma truie « qui vivra verrat »

  • Mai 1940, Mars 2020, même effets l’histoire se répéte.

    • L’OMS doit être en première ligne des « condamnables » car mi janvier elle a affirmé qu’il ne s’agissait pas d’une pandémie. Deux mois plus tard elle critique les gouvernements de n’avoir pas agi !
      Ensuite notre gouvernement a voulu faire la sourde oreille, pourtant l’Italie, pays proche, possédant une frontière avec notre pays avait, lui, réagi fermement.
      Mme Buzyn savait = doit immédiatement être radiée par le service de contrôle des médecins.
      Le président alerté n’ayant pas bougé est complice.
      Où sont les masques, où sont les stocks de désinfectant ?
      Encore un aspect obscur sinon une manipulation pour empêcher les soins ?
      La chaîne des responsabilités est immense ajoutée à l’imbécilité de certains compatriotes ! Entendu dimanche dans la file des votants : « ils nous em….., ils ne savent plus quoi inventer pour nous empêcher de travailler… on nous raconte ‘importe quoi, tout ça pour une grippe ! » Le français se considère toujours au-dessus des lois et des réalités !
      Il aurait donc fallu marteler dès le mi janvier avec force et détermination : notre pays est en danger, nous sommes en quarantaine illimitée ! (entendu ce matin que l’on doit prolonger de 15 jours le confinement)
      Et mettre l’armée dans la rue pour renforcer les forces de police.
      Le monde a changé, les guerres ont changé de nature, il faudra s’habituer pour pouvoir résister !

      • Où sont les masques, où sont les stocks de désinfectant ?

        Les poly-tocards savent très ou ils sont. D’ailleurs, ils n’en maquent pas.

    • oui le RN peut prendre le pouvoir a present

  • L’actuel ministre de la santé : sur les traces de la Buzyn… Le 11 mars sur LCI dans « La grande confrontation : le coronavirus », suite aux propos du Pr. Eric Caumes qui émettait la possibilité de l’existence de super-contaminateurs pouvant contaminer des dizaines de personnes, Olivier Veran réagissait « opportunément » sur le mot « super-contaminateurs »: « il faut trouver un autre nom que ça. Je sais que c’est le nom qui est acquis, mais je trouve que c’est très stigmatisant pour quelqu’un. » (!?) Le décès de nombreuses personnes dû à leur irresponsabilité élémentaire, surtout en tant que médecin, ne semble nullement les stigmatiser !
    La France s’enfonçait dans le chaos de l’épidémie « programmée », et le « nouveau » ministre qui « connait bien le dossier covid-19 » (nous disait-on) reste sclérosé dans son idéologie socialo-bobo-délirante ! Des gens meurent par l’incompétence de nos politicards, qui se soucient (avant tout) de la subsistance de l’idéologie….
    Avec cette bande de d’amateurs, d’incapables irresponsables, pantins s’agitant tous azimutes dans la catégorie « grand n’importe quoi », notre pays est réellement foutu !

    • @corbc
      Bonjour
      Je suis tout à fait d’accord avec quant à l’incompétence crasse doublée d’idées stratosphériques alors que des gens meurent.
      La « stigmatisation » des pauvres choux qui contaminent plus de personnes que les autres. Mais c’est comme à l’école, dans la vie de tous les jours : c’est la quintescence du « vivreensemble ».

      Buzyn, Véran, deux ministres de la Santé, pour leurs propos tenus en l’espace d’une semaine, qui méritent ceci :
      « Il vaut mieux ne rien dire et passer pour un con que de l’ouvrir et de ne laisser aucun à ce sujet. »

      « Des gens meurent par l’incompétence de nos politicards, qui se soucient (avant tout) de la subsistance de l’idéologie…. »
      « quoi qu’il en coûte » avait dit le président. Les morts sont donc clairement compris dans ce coût.

  • Juste une question .
    Pourquoi suivre le plus mauvais exemple en l’occurrence l’Italie et pas le meilleur, la Corée du Sud ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Obi-wan choix publics
1
Sauvegarder cet article

Par Byron B. Carson. Un article de l'American Institute for Economic Research

 

Star Wars peut-il être une passerelle intergalactique pour mieux comprendre la théorie du choix public ? Obi-Wan Kenobi, qui aura bientôt sa propre série, n'est pas seulement l'un des plus grands maîtres Jedi de l'univers et un maître rhétoricien, mais il est aussi un important professeur d'économie politique.

 

L'avertissement d'Obi-Wan

En protégeant la sénatrice Padmé Amidala de la menace d'un assassinat dans L'Attaque des c... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Il y a les mandats de proximité, souvent populaires, comme celui de maire ; les mandats moins bien identifiés par le public (conseiller général ou conseiller régional) ; et les mandats nationaux (députés, sénateurs, parlementaires européens), souvent perçus comme lointains et ne comptant pas forcément parmi les plus appréciés, du fait du gouffre institutionnel et financier qui se creuse entre la France d’en bas et la France d’en haut.

La France compte la plus importante concentration d’élus de la planète

Une pléthore d’élus

Député... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles