Abstention aux municipales : les électeurs plus prudents que les politiques

Politiquement, la majorité présidentielle sort affaiblie, alors que l’exécutif s’apprête à étendre son empire. Plus que jamais, il faut se rassembler pour défendre la liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capture d'écran YouTube- Municipales et coronavirus : le résumé de la soirée électorale du premier tour

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Abstention aux municipales : les électeurs plus prudents que les politiques

Publié le 16 mars 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

L’épidémie de Coronavirus a perturbé le bon déroulement du premier tour des élections municipales : avec un taux d’abstention historique de 54,5 %, soit 20 points de plus qu’en 2014, les élections ont été désertées par des électeurs qui, on peut l’imaginer, ont préféré suivre les consignes de confinement délivrées par le corps médical.

En d’autres termes, ces citoyens ont été plus sages que leurs édiles.

Les déclarations successives d’Emmanuel Macron puis Édouard Philippe avaient la semaine dernière provoqué la polémique. Pour endiguer l’épidémie, le président de la République avait appelé à fermer les établissements scolaires et les crèches, tandis que le Premier ministre intervenait pour demander la fermeture des commerces non essentiels. Seulement, sous la pression de certains élus à droite comme à gauche, l’exécutif ne s’était pas résolu à reporter les élections municipales.

Le danger de pandémie allait donc respecter la trêve du dimanche et éviter les bureaux de vote comme par magie ?

Une partie de la population elle-même, en particulier à Paris, n’a pas pris la mesure du danger et continue de circuler comme si le Coronavirus n’existait pas et ne tuait pas.

Faut-il accuser l’indiscipline des Français ? La démonétisation de la parole politique ? Mystère.

Le résultat se traduira sans doute par des mesures plus coercitives de la part de l’État pour faire respecter le confinement, et la France s’achemine vers une situation à l’italienne qui pourrait stopper net les élections. On sait quand on prend des mesures exceptionnelles « pour le salut du peuple », on ne sait pas quand nous en sortirons.

Politiquement, la majorité présidentielle sort affaiblie, alors que l’exécutif s’apprête à étendre son empire. La République en marche se trouve en position de faiblesse pour l’élection présidentielle, ce qui mécaniquement pourrait profiter à son adversaire populiste le Rassemblement national.

Plus que jamais, il faut se rassembler pour défendre la liberté.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • pas sure que l’affaiblissement de LREM profite au RN ; j’ai remarqué que dans plusieurs villes , le PS reprenait du poil de la bête ; sans parler du parti écolo qui n’est pas à la traîne ;

  • Si refuse de tomber dans le piège du clivage artificiel soigneusement entretenu par ceux qui en vivent, le RN n’est pas plus problématique que les autres, tous sont aussi étatistes les uns que les autres . La démission de l’état dans ses fonctions régaliennes, le grignotage permanent des libertés, du droit de propriété, de la sécurité durent depuis près de 45 ans . Les français n’arrivent pas encore à comprendre que l’état ne sert plus qu’à protéger des rentes et des priviléges . Je crains fort que cela dure encore quelques années, de toutes façons, qui trouve-t-on pour incarner d’une manière crédible un mouvement libéral? personne . Nous sommes arrivés au point où seul un événement extérieur pourra changer quelque chose et provoquer un sursaut . La pandémie sera peut-être suffisamment meurtrière pour ça, rien n’est moins sûr, mais elle laissera des traces . Je ne pense pas que quiconque ait aujourd’hui les clés du problème . Pas assez de recul pour une analyse objective, trop d’inconnus… Wait and see… Le dégagisme ne fait que commencer .

  • Pas bien grave, un sondage se contente de pas grand monde pour donner une bonne image de l’opinion, d’ailleurs on pourrait sans doute supprimer les elections.. En général se faisant en aveugle, quelques pubs et voilà…. De toute manière la démocratie des minorités n’a pas besoin de tralala.

  • De toutes façons, les quartiers émotifs ne vont pas « accepter » longtemps tout confinement qui nuit aux affaires, celles qui ne rapportent rien au budget de l’Etat. Et la phase 2 de l’insurrection noiera la phase 3 de l’épidémie.

  • S’il fallait une preuve que le monde politique vit dans un autre monde c’est bien ce maintien des élections municipales. On demande à des millions de personnes de se rendre en masse aux memes endroits avec la certitude, statistiquement, que certains ressortiront avec le virus et en mourront . « Aux urnes citoyens » nous a dit Macron, il ne croyait pas si bien dire ! Les élus devraient pourtant comprendre que, dans les circonstances actuelles, leurs guéguerres picrocholines n’ont aucune importance ! Ensuite aujourd’hui les memes vont nous dire que nous sommes des indisciplinés chroniques et que , par conséquent, il faut serrer la vis sur les libertés, celles de se déplacer notamment. Et qu’il faut aussi annuler le deuxième tour des élections !
    Tout ca pour finalement faire la courte échelle aux écologistes qui avancent masqués, et sont tout à fait prêt, eux, à s’en prendre vraiment et durablement, pour la bonne cause évidemment, à nos libertés.

    • et pire ils remercient les gens qui se sont deplacés d’avoir fait leur devoir democratique ce qui fait porter le chapeau à ceux qui n’y sont pas allés et qui ont respectés les consignes.Il ne fallait pas aller voter.

  • Faites tous un recours en annulation , jusqu’au 20 mars maxi.
    AGISSEZ !!!
    Au lieu de ronchonner…
    Site Telerecours du gvt:
    https://citoyens.telerecours.fr/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Aulnas.

Les élections régionales et départementales de 2021 constituent un évènement historique. Les deux-tiers des électeurs ne se sont pas déplacés. Par indifférence. Ils ont d’autres chats à fouetter. Voilà une leçon dont la classe politique devra tirer toutes les conséquences. C’est urgent.

L’abstention politique a des causes multiples et complexes brillamment analysées par les politologues. Deux facteurs majeurs sont à l’œuvre et s’amplifieront si rien n’est fait : la médiatisation de la conflictualité politique... Poursuivre la lecture

masques
3
Sauvegarder cet article

Covid, covid, deux années à répéter ce mot, chaque jour, cent fois, à tout propos…

Alors que l’épidémie prend fin, comme les huit précédentes après deux années, je n’aurais jamais pensé l’écrire mais il se dégage un poil de rationalité des recommandations gouvernementales concernant la gestion sanitaire à l'occasion des prochaines élections. Impensable : nos médiocres commencent à réaliser. Deux à trois années, c’est donc le temps nécessaire à l’éclosion d’une immunité efficace et à l’émergence d’une pensée gouvernementale cohérente. N... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles