Abstention aux municipales : les électeurs plus prudents que les politiques

Capture d'écran YouTube- Municipales et coronavirus : le résumé de la soirée électorale du premier tour — Le Monde ,

Politiquement, la majorité présidentielle sort affaiblie, alors que l’exécutif s’apprête à étendre son empire. Plus que jamais, il faut se rassembler pour défendre la liberté.

Par Frédéric Mas.

L’épidémie de Coronavirus a perturbé le bon déroulement du premier tour des élections municipales : avec un taux d’abstention historique de 54,5 %, soit 20 points de plus qu’en 2014, les élections ont été désertées par des électeurs qui, on peut l’imaginer, ont préféré suivre les consignes de confinement délivrées par le corps médical.

En d’autres termes, ces citoyens ont été plus sages que leurs édiles.

Les déclarations successives d’Emmanuel Macron puis Édouard Philippe avaient la semaine dernière provoqué la polémique. Pour endiguer l’épidémie, le président de la République avait appelé à fermer les établissements scolaires et les crèches, tandis que le Premier ministre intervenait pour demander la fermeture des commerces non essentiels. Seulement, sous la pression de certains élus à droite comme à gauche, l’exécutif ne s’était pas résolu à reporter les élections municipales.

Le danger de pandémie allait donc respecter la trêve du dimanche et éviter les bureaux de vote comme par magie ?

Une partie de la population elle-même, en particulier à Paris, n’a pas pris la mesure du danger et continue de circuler comme si le Coronavirus n’existait pas et ne tuait pas.

Faut-il accuser l’indiscipline des Français ? La démonétisation de la parole politique ? Mystère.

Le résultat se traduira sans doute par des mesures plus coercitives de la part de l’État pour faire respecter le confinement, et la France s’achemine vers une situation à l’italienne qui pourrait stopper net les élections. On sait quand on prend des mesures exceptionnelles « pour le salut du peuple », on ne sait pas quand nous en sortirons.

Politiquement, la majorité présidentielle sort affaiblie, alors que l’exécutif s’apprête à étendre son empire. La République en marche se trouve en position de faiblesse pour l’élection présidentielle, ce qui mécaniquement pourrait profiter à son adversaire populiste le Rassemblement national.

Plus que jamais, il faut se rassembler pour défendre la liberté.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.