Joe Biden, cavalier seul contre Donald Trump

Maintenant que l’establishment démocrate est derrière Joe Biden, le sénateur socialiste Bernie Sanders aura besoin d’un miracle pour remporter l’investiture démocrate.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Joe Biden at McKinley Elementary School By: Phil Roeder - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Joe Biden, cavalier seul contre Donald Trump

Publié le 11 mars 2020
- A +

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

Le président Donald Trump ne fait pas mystère de sa préférence pour l’ex-vice président Joe Biden comme adversaire démocrate à l’élection présidentielle de 2020.

Le 5 mars dernier, lors d’une entrevue diffusée sur la chaîne américaine Fox News, le milliardaire a dit s’être préparé à affronter le sénateur du Vermont Bernie Sanders en 2020.

Selon le président Trump, le candidat Sanders aurait pu être un adversaire coriace parce qu’il jouit d’une base de partisans solide.

Mais ce sera plus facile contre Joe Biden, croit-il.

Le milliardaire dit que pour Bernie Sanders, l’histoire se répète : l’establishment démocrate lui barre la route.

Selon lui, le retrait soudain et inattendu de la candidate Elisabeth Warren en est la preuve.

Les Démocrates font face à un président qui a le vent dans les voiles à cause du dynamisme de l’économie américaine.

 

Bernie Sanders trop à gauche

Bernie Sanders jouit de l’appui des électeurs de moins de 30 ans et des Latinos mais ses positions sont trop à gauche pour l’électeur démocrate moyen.

Le congressiste démocrate de la Caroline du Sud, Jim Clyburn, croit que la nomination de Bernie Sanders mettrait en péril des circonscriptions acquises difficilement par les démocrates aux élections de la Chambre des représentants en 2018.

Le congressiste est convaincu que les démocrates n’auront aucune chance de remporter l’élection présidentielle affrontent Donald Trump avec un candidat qui prône l’assurance santé universelle.

Jim Clyburn a donc donné son appui à Joe Biden lors de la primaire du Super Tuesday.

Dans l’État de Jim Clyburn, la Caroline du Sud, 48 % des Afro-Américains ont voté pour Biden comparativement à 20 % pour Sanders.

L’appui de Jim Clyburn a eu un effet d’entraînement.

24 heures après le vote en Caroline du Sud Joe Biden a reçu cinq millions de dollars en dons pour son budget de campagne.

Cinq prétendants démocrates à la Maison-Blanche se sont retirés et ont donné leur appui à l’ex vice-président.

La candidate Elizabeth Warren a elle aussi abandonné la course mais elle n’a pas encore appuyé un candidat.

L’establishment démocrate dans l’impasse

Après avoir constaté la déconfiture de Michael Bloomberg, qui n’a pas réussi à faire décoller sa candidature malgré un investissement d’un demi-milliard, l’establishment démocrate s’est retrouvé à court d’options.

Il était devenu évident qu’il ne lui restait que Joe Biden pour défaire Donald Trump, le seul objectif qui est partagé par 100 % des démocrates.

Joe Biden n’a pas la faveur de la gauche démocrate. On lui reproche entre autres d’avoir été contre la déségrégation des autobus scolaires dans les années 1970 et d’avoir appuyé la guerre en Irak en 2002.

Il n’est pas un candidat électrisant non plus. Ce n’est pas pour rien que Donald Trump l’a baptisé Sleepy Joe. Il est confus dans les débats et multiplie les gaffes. Mais il ne se lancera pas dans des tirades anti-capitalistes à la Bernie Sanders ; tirades qui ne rejoignent pas l’électeur moyen hors de la Californie.

L’establishment démocrate n’a pas le goût du socialisme. Il est progressiste. Peu importe les résultats des prochaines primaires, il est peu probable que Bernie Sanders ferme l’écart qui le sépare de Joe Biden. C’est maintenant l’establishment démocrate contre le sénateur socialiste indépendant Bernie Sanders. C’est certain que Joe Biden va l’emporter.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • C’était couru d’avance , ceux qui dirigent le parti démocrate et ceux qui le financent ne pouvaient pas admettre Sanders comme candidat , ils avaient plusieurs options pour le mettre de côté ( Sanders a le coeur fragile .. fraude ou manipulation ) , avec Biden ils ont la marionnette idéale.
    Pb pour Biden , que Trump attende un peu et ressorte les vieilles histoires entre Biden et l’Ukraine. Ce serait une bonne carte pour lui mais il faut qu’il attende encore un peu avant de la sortir.

    • A mon avis il va surtout laisser Biden s’enterrer. Biden est mauvais. Il est bon pour les intrigues de salon mais ce n’est pas un tribun. Il est fatigué, confus, inconstant etc… En clair il est juste trop vieux pour le job. Et ça va se voir qu’il est pas au mieux de sa forme.

  • Biden et Sanders sont vieux et font vieux dans leurs attitudes.
    Trump même s’il est âgé fait plus enthousiasmant.
    Sanders apparaît un candidat plus « compliqué a battre que Biden.
    La promesse de « tout gratuit  » attirent les votes.
    Biden est malade et perd la mémoire. Il est de plus en plus compliqué de le cacher.

    • @lequidam
      Bonjour,
      « Biden est malade et perd la mémoire. Il est de plus en plus compliqué de le cacher. »
      Ainsi, une fois élu et en place derrière le bureau ovale, il serait déclaré inapte à gouverner, puis serait remplacé par son V-P (Beto peut-être ?)

    • vieux…

       » …/…celui qui est encore socialiste à quarante ans n’a pas de tête.  »

      George Bernard Shaw

  • « [Joe Biden] est progressiste. »
    Le « progressisme » est un néologosime, utilisé en euphémisme, pour « socialiste ».

    • Je dirais, quant à moi, que ce terme est orwellien : il appelle progrès ce qui est, pour beaucoup, de la régression.

    • Socialisme? Oui mais le terme n’est plus assez clair. Il y a autant de définitions de socialisme que de socialistes. Il faut appeler ce chat par son nom. La véritable nature de ce qu’on appelle socialisme c’est le collectivisme étatique centralisé qui tend nécessairement vers le totalitarisme.

      • Si vous regardez bien, les « progressistes » se trouvent dans leur écrasante majorité à gauche sur l’échiquier politique. Et ces gens-là sont de façon ultra-majoritaire en faveur d’un État qui se mêle de tout, de façon centralisée évidemment, qui respecte de moins en moins à la fois la propriété privée et les libertés fondamentales, et fervents partisans de l’égalitarisme. cela ressemble quand même furieusement à la définition (assez juste) que vous donnez du socialisme…

  • Colion Noir fait un petit récap’ des casseroles de Joe Biden :
    « https://www.youtube.com/watch?v=N8IfsczVYZ0 »

  • Biden c est Hillary bis. Sauf cata sur le corona, Trump va etre reelu

  • Trump 2020 :
    Un deuxième mandat Trump, ce sera toujours autant de dette publique ( sécurité sociale, Medicare, dépenses militaires etc..), toujours autant de guerres commerciales nuisant aux consommateurs américains, une politique étrangère toujours aussi confuse, et une défense insuffisante et maladroite du droit au port d’arme (Trump vient de New York, c’est un ex-Démocrate qui cotoyait les Clinton, Oprah Winfrey et toute la clique… il faut donc cesser de croire que Trump possède la même mentalité « anti-système » qu’un conservateur du fin fond du Texas habitué à cotoyer des cowboys viséralement pro-armes.)
    .
    Biden 2020 :
    Une présidence Biden, ce sera comme un troisième mandat d’Obama. Voici un petit rappel de quelques bonnes raisons bien concrètes de détester Obama : il a fait exploser les déficits et la dette publiques américaines comme jamais auparavant (en étouffant de nouvelles réglementations l’économie, mais aussi en reflouant avec l’argent du contribuable des entreprises « too big to fail », et en collectivisant le secteur de la santé (raison pour laquelle le nombre d’Américains dépendant de l’État a dépassé le nombre d’Américains autonomes) et en subventionnant tout un tas de conneries écolos (ex : affaire Solyndra) , et en débutant en Libye une nouvelle guerre ruineuse sans même obtenir l’approbation du Congrés…) N’oublions pas non plus tous les scandales tels que l’espionnage pratiqué par le fisc sur les conservateurs, les incessantes tentatives de restriction du droit au port d’arme, ou la désastreuse opération « fast and furious » …
    .
    Justin Amash 2020 ou Jacob Hornberger 2020 :
    Comparativement à Trump ou Biden, une présidence d’un libertarien comme Justin Amash ou Jacob Hornberger, c’est ce qui pourrait arriver de mieux (ils n’ont hélas quasi zéro chance d’être élus), c’est-à-dire : une RÉDUCTION DRASTIQUE de la dette publique, des impôts, des manipulations monétaires, de l’assistanat, des réglementations, du protectionisme, des censures (restriction à la liberté d’expression), des guerres dites « préventives », des prohibitions (drogues & prostitution entre adultes consentants), des restrictions du droit au port d’arme…
    .
    Conclusion : le peuple américain sera perdant que le vainqueur de l’élection soit l’étatiste Trump ou l’étatiste Biden. Certes, Trump est moins pire que Biden sur, par exemple, le sujet de l’écologie. Certes, Biden est moins pire que Trump sur, par exemple, le sujet du libre échange avec la Chine. ( «Trump doesn’t get the basics,» Biden said. «He thinks the tariffs are being paid by China. Any beginning econ student could tell you the American people are paying his tariffs.» ). Cependant cela ne change rien au fait que Trump et Biden sont tous les deux nul à chier. C’est impardonnable de voter pour l’un ou l’autre de ces escrocs, sauf si on le fait en se bouchant le nez.

    • @commando
      Bonjour
      J’admet que D. Trump a déçu une partie de son électorat au sujet du Second Amendement et des Red Flag Laws.
      Le reste « sécu sociale, Medicare, et les dépenses militaires »…
      les deux premiers sont du fait de son prédécesseur, et il ne s’en fait pas le porte étendard.
      Concernant les dépenses militaires, vu que la Russie accroît considérablement ses dépenses militaires, pourquoi les U.S.A ne le feraient pas ? De plus, il a promis le retrait des troupes U.S du Moyen-Orient et c’est ce qu’il est en train de réaliser. au grand dam des démocrates « warmongers ».

      « cowboys viséralement pro-armes. »
      Part de commentaire un peu réductrice, stéréotypée.
      Les pro-armes sont surtout pro-liberté et pro-indépendance quant à la protection de leurs biens, de leurs personnes et de leurs familles, en cela qu’ils ne souhaitent pas dépendre d’une force armée par un gouvernement (fédéral, de l’état, local, communal) laquelle n’a, de façon claire stipulée par la Cour Suprême, aucune obligation de protéger qui que ce soit.

    • Trump est un homme d’affaire, c’est toujours mieux qu’un politicien véreux!

  • « L’establishment démocrate n’a pas le goût du socialisme. Tout est dit dans cette phrase. ce n’est pas demain que l’extrême gauche verra le jour aux USA.

    • Elle est déjà dans les universités qui forment la jeunesse!

      • @Virgile
        Bonsoir,
        Elle est dans les universités et elle a déjà contaminé cette jeunesse. Nombreux jeunes voient le socialisme d’un bon oeil… jusqu’à ce qu’on leur présente la facture, comme le fait de temps en temps PragerU avec des micro trottoirs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une fuite d’une décision de la Cour suprême sur l’avortement a été révélée par Politico. Selon le juge conservateur Samuel Alito, « nous estimons que Roe v. Wade doit être annulé et le droit à l’avortement n’est protégé par aucune disposition de la Constitution ». Un changement majeur pourrait donc survenir, environ cinquante ans après l’arrêt Roe v. Wade de 1973, où la Cour légiféra a minima sur l’avortement aux États-Unis.

La question de l’avortement reste au cœur des débats autour de la Constitution américaine notamment du fait des ... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles