Destitution de Trump : la partisanerie aveugle des deux camps

Si Donald Trump a fort probablement violé la Constitution, il ne l’a pas fait plus que ses prédécesseurs qui n’ont pas été destitués. La destitution semble compromise.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Destitution de Trump : la partisanerie aveugle des deux camps

Publié le 27 janvier 2020
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

Dans la constitution des États-Unis, la procédure de destitution (impeachment) stipule que le président et d’autres officiels peuvent être relevés de leurs fonctions s’ils commettent un crime grave (traitrise, corruption, etc.). Suite (généralement) à une enquête au Congrès, la Chambre des représentants vote, à majorité simple, sur les articles de destitution.

Suite à un vote positif, l’officiel est considéré destitué mais ne sera effectivement « congédié » que si le Sénat vote aux deux-tiers pour que cela se produise. C’est pourquoi, malgré les « célébrations » de la présidente (speaker) de la Chambre Nancy Pelosi, Donald Trump continue ses inepties présidentielles sur Twitter et ailleurs.

Objectivement parlant, il mérite bel et bien d’être destitué.

Il a violé son serment à la Constitution à maintes reprises, notamment en commettant des actes de guerre non explicitement approuvés par le Congrès (le seul qui a ce pouvoir), ce qui constitue une violation des pouvoirs délégués à la branche exécutive (le président) du pouvoir.

Malheureusement, la branche législative (la Chambre et le Sénat) a tacitement abandonné ce pouvoir depuis des lunes. Si elle avait été constante :

  • Barack Obama aurait été destitué pour ses actes de guerre en Libye (qui ont complètement déstabilisé le pays) et sa guerre des drones
  • George W Bush l’aurait été aussi pour ses nombreuses guerres anticonstitutionnelles et son « dronage » du Moyen-Orient. Mais Nancy Pelosi (la même que tantôt) estimait que ces actes ne valaient pas une destitution
  • George Bush (le père de l’autre) l’aurait été pour son implication dans la vente d’armes à l’Iran
  • Ronald Reagan, pour ses nombreuses guerres anticonstitutionnelles, pour avoir vendu des armes à l’ennemi et pour avoir laissé la marine abattre un avion civil qui a tué 290 personnes – auquel sujet son vice-président avait refusé toute excuse.

Je pourrais continuer encore longtemps ; vous comprenez où je veux en venir.

Pro et anti destitution : aveuglement partisan des deux côtés

Pour en revenir à Donald Trump, il semble que les Démocrates aient voulu sa destitution dès son élection pour le crime d’avoir vaincu Hillary Clinton. Mais comme l’enquête au sujet de l’intervention supposée de la Russie durant l’élection n’a pas donné de preuves assez solides, ils avaient besoin d’une autre raison.

Ils semblent l’avoir trouvé dans la personne de ce lanceur d’alertes (whistleblower), qui a dénoncé des actions irrégulières en traitant d’affaires avec l’Ukraine. Toutefois, son nom a vite été coulé dans les médias ; si tout est vrai à son sujet, alors il est un démocrate avoué qui a longuement travaillé avec son parti pour nuire à Donald Trump.

L’on peut donc questionner ses motifs, même si lesdites actions (demander à un gouvernement étranger de salir un candidat présidentiel, i.e. Joe Biden) sont effectivement condamnables. Et que dire des célébrations de plusieurs médias sur la destitution, montrant que leur haine anti-Trump est passionnelle et non rationnelle.

Mais du côté républicain, il semble que l’on veuille défendre le président à tout prix simplement pour faire suer (restons polis) les démocrates.

Mitch McConnell, leader de la majorité républicaine au Sénat, semble déjà déterminé à acquitter Trump des articles de destitution. Et comme la ligne de parti semble plus dure que du diamant, toute action pour laisser les procédures de destitution suivre leur cours semble vouée à l’échec.

Quant aux médias conservateurs, plusieurs tentent de minimiser la destitution et de changer le sujet sur Joe Biden, dont le fils aurait fait des affaires suspectes en Ukraine en utilisant l’influence politique de son père, vice-président sous Obama. On n’est également pas tendre envers de nombreux électeurs de Trump.

Dans toute cette saga, le seul congressiste ayant gardé la tête froide est l’ancien républicain (devenu indépendant) et libertarien assumé Justin Amash. Contrairement à la quasi-totalité de ses pairs, sa fidélité va à la Constitution et au pays (ce qui explique sans doute sa démission du parti). Il sait reconnaitre quand le président agit de façon anticonstitutionnelle, que les lanceurs d’alerte méritent d’être protégés et, à l’instar de Ron Paul, il lit les documents qui lui sont présentés afin de se forger une opinion objective.

En résumé, la destitution de Donald Trump est une moquerie de la procédure, qui était censée être l’un des nombreux contre-pouvoirs de la Constitution. Il a fort probablement violé la Constitution, mais considérant les nombreuses violations que ses prédécesseurs ont commises en toute impunité – plusieurs congressistes d’aujourd’hui ont vu plusieurs prédécesseurs – on ne peut que s’attrister devant une telle partisanerie aveugle.

Tant du côté démocrate que républicain, les intérêts du parti priment sur les intérêts du pays – ces derniers étant une division nettement plus évidente entre le législatif et l’exécutif, et donc voir la présidence comme un poste et non comme le représentant d’un parti.

Bref, dans l’état actuel de la politique, ce meme illustre bien pourquoi les procédures de destitution ne veulent rien dire.

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • tout ce cinéma va profiter a trump qui sera réélu

    • Pas évident ,les démocrates ne font pas tout ce cinéma sans raisons.il suffit qu’un etat bascule et paf Joe Biden parade dans son corbillard.

  • en effet… et on est forcé de défendre trump parce d’abord et avant tout juger selon des doubles standards est inacceptable..

    il pourrait pourtant y avoir un vrai débat..qu’est il arrivé à la constitution… valable en france aussi, non?

  • Plus vous accusez Trump, plus vous le servez!
    Les partisans d’Obama et de Madame Clifton ne semblent être suffisamment intelligents pour s’en rendre compte.
    Il est vrai qu’ils vivent dans un monde imbu de lui-même, comme d’autres en France par exemple….

  • les démocrates n’ont jamais avalé l’élection de trump ; ça leur est resté en travers du gosier ;

  • En France aussi nous avons des présidents qui violent la Constitution. Aucune destitution en vue!
    M. Asselineau a bien essayé, mais les députés dans leur quasi-totalité préfèrent le statu quo…

  • On a beau mettre des règles du jeu en place (constitution) ça finit toujours par dériver en tricherie. Est ce que le régime présidentiel ne serait pas le plus fragile ? La compétence (face aux règles) laisse progressivement la place à l’incompétence (régression à la moyenne). La France est le meilleur exemple puisque l’incompétence est totale désormais (on est sous la moyenne). Un être providentiel pourrait surgir dans les prochaines années. J’espère que son arrivée s’accompagnera aussi de quelques changements institutionnels dans la pratique du pouvoir. Le pays pourra enfin respirer quelques temps..

    • Cessez d’attendre un être providentiel, un messie qui sauvera la France. Nous sommes sur Terre et voter pour un type honnête serait plus efficace!

      • Je n’attends pas le messie mais après plusieurs Présidents médiocres la probabilité d’en élire un au-dessus du lot augmente sérieusement.. Et s’il ne fait que la moitié de ce que nous attendons, on pourra déjà parler d’être providentiel.

    • Le problème est que la Constitution doit s’imposer à tout le monde, gouvernants compris. Chez nous, quand ça ne leur plaît pas, ils la contournent ou la modifient..

      • pour modifier la constitution il faut que les 3/5 eme des parlementaires et sénateurs réunis soient pour..
        hollande aurait bien voulu , macron en rêve.. mais..

  • MEME ICI on trouve des articles de « Trump bashing » mais cet articulet est TRUFFE de contre-verites, il ne doit pas savoir ou sont les USA ce soi-disant journaliste, dommage pour la credibilite de ce site

    • « MÊME ICI »…

      Eh oui, même ici… il faut vous y faire. Et c’est bien normal. ICI ce n’est pas un site de droitards. C’est un site libéral.

      La crédibilité de ce site ne repose pas sur la flatterie des politiciens populistes, bien heureusement.

      • je n’ai rien contre une opposition constructive et argumentee, j’en ai a faire par contre d’une opposition « primaire et viscerale » non argumentee ou alors delirante…

      • Heureusement surtout que ladite crédibilité ne repose pas sur des neuneus « argumentant » à coup de « droitards » et de « populistes » 🙂

  • Et pendant que les démocrates et républicains se crêpaient le chignon, le canard était toujours vivant 🙂

  • Trump n’est en aucun cas accusé d’avoir voilé la constitution pour acte de guerre, ce qui est un hors sujet juste pour l’auteur a faire du Trump bashing pour suggérer que les tors seraient partagés.
    Il est accusé de conflit d’intérêt en faisant pression sur un gouvernement étranger.
    La transcription du donneur d’alerte et de Shift était fausse. Les Ukrainiens ont confirmé ne même pas savoir que l’argent était en retard.
    On peut ne pas aimer Trump, mais là il est clair que les tors ne sont pas partagés.

    • Les torts, bon sang !

    • Je crois surtout que son principal tort est d’être en train de foutre en l’air toutes les petites magouilles des progressistes et de menacer les fonctionnaires qui espéraient bien prendre le pouvoir avec l’aide de la mafieuse de service après qu’Obama ait ouvert la voie . Attendons encore quelques mois et il sera possible de voir un peu plus clair quand les enquêtes de W. Barr seront rendues publiques . On comprendra sans doute un peu mieux ce que les dems essaient de préserver à tous prix, avec l’aide des merdias .

      • « quand les enquêtes de W. Barr seront rendues publiques ». L’essentiel va venir de là et il y a fort à parier que ça sortira d’ici l’élection et que cela sera calamiteux pour les démocrates et en particulier pour Obama, et les Clinton qui pourraient bien finir avec des bracelets mais pas de chez Cartier…

    • les tors se partagent au coupe boulons,ou les plus gros au chalumeau

    • @lequidam : « Il est accusé de conflit d’intérêt … »

      Même pas ! l’article principal est encore et toujours l’accusation d’obstruction, instruite sur un systématique procès d’intention sur le moindre mot qu’il prononce.

    • Oui, le tort tue 😉

  • Bizarre que ce monsieur prend parti contre Trump, alors que personne n’enquête sur les magouilles de Biden et de son fils en Ukraine? Pas plus que sur l’argent reçu par Hillary Clinton des Russes!

  • Les dossiers russe et ukrainien sont plus que vide, les conservateurs ne cherchent donc pas à « défendre à tout prix » leur candidat, ils veulent simplement protéger un bon président (par rapport aux 3 derniers) des dérives totalitaire d’une gauche américaine de plus en plus rouge.

  • Il n’y a pas d’illusions à entretenir sur la politique : les intérêts des partis et des groupes de pression qu’ils représentent passent avant tout intérêt commun ou national et cela quel que soit le pays.

  • Quand je lis ce genre d’ineptie, je me demande pourquoi je finance assez généreusement Contrepoints.
    Par pitié, invitez Guy Millière à publier dans ce journal.
    Il est d’une toute autre tenue que ce pitoyable article d’un auteur qui n’a visiblement RIEN compris à Trump.

    • Guy Millière écrit sur Dreuz, site de droite antilibérale. Il y est très bien. C’est sa place. Il peut y défendre à loisir des idées opposées à celles défendues par Contrepoints.

      • Une droite antilibérale, oui, sans doute, mais qui continue de défendre sans cesse une grande partie des principes que nous gauches françaises ont réussi à détruire en France, en particulier le droit de propriété, la liberté d’expression et l’idée même de nation qui est le ciment d’un société apaisée . Si vous attendez de trouver l’oiseau rare qui aura les mêmes idées que vous sur tous les sujets, attendez vous à être éternellement déçu et vous l’aurez mérité

        • Heu… ce n’est pas moi qui suis déçu par la façon dont les sujets sont traités sur Contrepoints, bien au contraire !!!

          Ce sont les droitards qui se plaigent ici, car ils n’ont toujours pas compris que le culte de la personnalité en politique (l’idolâtrie de Trump) n’a rien à faire sur un site libéral. De même que la défense des idées nationalistes.

          • @ Rafael

            Le libéralisme n’a aucun problème avec le culte de la personnalité, puisque c’est une opinion et que le libéralisme laisse la liberté d’opinion, tout comme la liberté d’expression. Pour ma part, je ne suis pas un fan de la personnalité de Trump que je trouve assez vulgaire, mais le fait est que c’est un président réellement libéral, qui a réussi à mener un politique libérale, et rien que pour cela, le Trump-bashing d’un site prétendu libéral est incompréhensible.

            Ensuite, Trump n’est pas nationaliste, il est patriote et le patriotisme ne s’oppose pas non plus au libéralisme. La différence, c’est que le nationaliste va mettre des droits de douanes pour favoriser son pays, alors que Trump propose toujours le libre-échange en première option, et ne met des droits de douanes que pour lutter contre les politiques nationalistes des autres pays, qui ont eu pour effet de mettre à mal plusieurs secteurs économiques américains. C’est très différent.

            • Oui, oui, c’est très différent… On connait la chanson, hein :

              Pour la gauche, le « Make America Great Again » et le protectionnisme de Trump sont bien la preuve de son imbécilité, tandis que le « Made in France » de Montebourg c’était du bon patriotisme économique et du bon socialisme.

              Pour la droite, le « Made in France » et le protectionnisme de Montebourg étaient bien la preuve de son imbécilité, tandis que le « Make America Great Again » de Trump c’est du bon patriotisme économique et du bon libéralisme.

              • Les deux slogans sont bons, car le rôle premier d’un politicien devrait être de se soucier de son pays.

                Le problème est la politique derrière:

                Montebourg veut une politique nationale-socialiste, qui sera désastreuse pour la France, et il ne vaut pas mieux que le FN/RN à ce niveau.

                Trump veut une politique libérale-conservateur, qui a déjà été très bénéfique pour les USA.

                Montebourg veut du protectionnisme pour forcer les gens à acheter français et ensuite pressuriser les entreprises françaises de taxes.

                Trump veut du libre-échange, car il est convaincu que les produits américains sont excellents et que dans une véritable concurrence, ils ont toute leur chance. C’est du libéralisme et du patriotisme. Trump ne fait du protectionnisme qu’en représailles au protectionnisme étranger, qui mettait les produits américains dans une concurrence déloyale, c’est de la légitime défense, qui n’est pas contraire au libéralisme. Le libéralisme considère que l’usage de la force est légitime, quand c’est pour répondre à la force.

              • On pourrait entendre vos commentaires s’ils n’étaient pas que de simples incantations dénuées de fondements.
                Lancez-vous dans un comparatifs des droits de douane respectifs à l’entrée aux États-Unis et dans le spays concurrents avec lesquels Trump veut renégocier les accords d’échanges et vous verrez s’il s’agit de barrières ou d’équilibrages.

      • Votre commentaire montre clairement le virage socialiste-progressiste qu’a pris Contrepoints. Dreuz est un site de libéral conservateur, alors que Contrepoints vire toujours plus liberal au sens américain, c’est-à-dire socialiste progressiste.

        Cela a commencé peu avant la campagne de Macron, avec des articles et commentaires vantant Macron presque comme un libéral, alors qu’il était le ministre de l’économie d’un gouvernement socialiste avec un bilan franchement mauvais, puis cela a continué avec le Trump-bashing très présent sur ce site.

        Or, que les libéraux aient critiqué Trump à ses débuts pouvait se comprendre, puisqu’il était à priori moins libéral qu’un Paul, et puisque le parti républicain était infesté de RINO (republicain in name only).

        Mais aujourd’hui, quand on voit le bilan de Trump et du parti républicain, ils ont clairement mené une politique libérale, qu’on n’avait plus vu même sous Reagan. Les résultats économiques sont évidemment là, et au niveau militaire, Trump a mené une politique intelligente, qui a réussi à freiner fortement le Kim et les islamistes sans engager l’armée américaine dans un nouveau conflit, contrairement à Obama et Bush qui ont dépensé des milliards à guerroyer sans grands résultats.

      • Guy Millière anti-libéral, Dreuz-anti-libéral? Vous pouvez argumenter avec des exemples sourcés SVP.

      • @ Rafael : Dreuz, droite antilibérale ?

        La Constitution des USA est-elle libérale à vos yeux (notamment les 1er et 2nd Amendement) ? Si oui, comment Dreuz la défend-elle bec et ongles, si ce site est antilibéral ?
        L’antiétatisme ouvertement affiché par Dreuz est-il antilibéral à vos yeux ?

        La vérité, c’est que Dreuz est libéral-conservateur : libéral économiquement et sur les questions de liberté de conscience, d’expression notamment ; et conservateur au plan « sociétal » (famille, justice notamment). Est-ce à cause de ce second point, notamment de ses positions pro-chrétiennes et pro-famille, que vous qualifiez Dreuz d’antilibéral ?
        Si oui, vous avez une vision très étriquée et en tout cas très personnelle du libéralisme, pardonnez-moi de vous le dire.

        • Laissez tomber, ses « doitards » et ses « populistes » signent sa vision du libéralisme : celle de Libération, socialiste libertaire, bien loin de celle de Guy Millière (qui, entre autres, fut président de l’institut Turgot, ce qui donne du sel à l’illibéral du cuistre)

  • avant de me soucier des problèmes américains j’aimerais bien qu’on résolve les problèmes français, parce qu’ils sont plus que nombreux…j’avoue, je me limite culturellement.

  • Le premier président qui sera destitué décrédibilisera complètement la fonction, du fait des nombreux antécédents…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles