Cette affreuse mondialisation qui combat le coronavirus

L'actuelle pandémie est une preuve des dangers zabominables de la mondialisation, non ? Ou n'est-ce pas cette mondialisation qui va nous sauver, plutôt ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cette affreuse mondialisation qui combat le coronavirus

Publié le 11 mars 2020
- A +

par h16

La pandémie Covid19, déjà fort présente dans les médias et les esprits, s’installe maintenant effectivement dans les populations et, entre les palpitants sujets d’actualités et les faits divers sordides, l’analyse du phénomène médical dérive rapidement sur son versant économique et politique. Et là, c’est le drame.

Nous sommes en France et bien évidemment, tout est politique. Il était donc évident qu’une analyse politico-économique de la crise épidémique allait rapidement voir le jour et ça n’a donc pas traîné.

Sans attendre, l’habituelle troupe d’écologistes de récupération est montée au créneau pour constater que l’arrêt total de la production chinoise avait nettement assaini l’air de Wuhan (ben tiens) et que si, bien malheureusement, on ne pouvait pas attribuer l’apparition du virus au réchauffement climatique, on devait pouvoir cependant se réjouir de cette baisse notable des émissions de dioxyde de carbone qu’elle entraîne. La charogne écologiste trouve apparemment assez sport que des milliers d’individus meurent, que des centaines de milliers souffrent et que des millions s’appauvrissent, si ça permet de faire croire que ça diminue l’effet de serre.

Plus fine que la grosse charge écologiste, on aura aussi eu droit à la critique des indéboulonnables anticapitalistes, protectionnistes et autres antilibéraux de salon qui ont trouvé dans cet arrêt total chinois l’occasion en or de débiner le commerce international : depuis les politiciens jusqu’aux journalistes, tout le monde s’accorde à dire que cette histoire de virus, ça flanque bien par terre l’économie mondiale et que ça démontre à quel point nous sommes tous devenus dépendants de la Chine.

Ce n’est pas faux, bien sûr : soudainement, avec l’arrêt de la Chine, certains produits ne sont plus facilement disponibles, et il va falloir attendre pour en disposer de nouveau. Je n’évoque même pas la question des masques médicaux FFP2, produits très majoritairement dans l’Empire du Milieu, et dont une partie a sagement voyagé vers la France en 2019 pour gentiment retourner en Chine en janvier, laissant la France sans réserves, c’est sans grand intérêt puisqu’on comprend de toute façon l’idée générale : la Chine est devenue l’usine du monde et nous sommes forts démunis lorsqu’elle s’arrête de produire.

Si ça, ce n’est pas la preuve que la mondialisation néolibérale turbocapitaliste nous met tous en danger, que faut-il de plus ?

Cependant, entre deux sanglots, force est constater aussi que si la Chine exporte bel et bien toujours plus de produits aux quatre coins du globe, la dépendance existe aussi dans l’autre sens : la Chine ne produit que ce qu’on lui achète et dépend autant de nous que nous d’elle.

Eh oui : cette abominable ultramondialisation turbolibérale, c’est, bien concrètement, une énième resucée enrobée de mots plus ou moins nouveaux d’un concept basique, celui de commerce entre nations consentantes, voire entre parties consentantes (qu’elles soient majoritairement chinoises pour la production et majoritairement françaises, américaines ou autre pour la consommation n’y change rien).

Contrairement à ce que certains semblent croire, cette organisation n’est pas le résultat d’un plan d’ensemble décidé par une poignée de milliardaires, cigare au bec, qui ont ainsi décidé la mise en dépendance totale de l’Europe ou des Amériques par les Chinois.

C’est, bien plus sûrement, le résultat d’une dynamique de marché parfaitement logique : pour faire sortir sa population de la misère, la Chine n’a pas eu d’autre choix que de l’ouvrir au reste du monde et proposer ses services. Et quand on représente presque un habitant de la planète sur cinq, on a de bonne chance de jouer un rôle important dans la production.

De surcroît, imaginer qu’on pourra tout faire en local, c’est parfaitement idiot : de la même façon qu’un individu seul ne peut pas faire pousser son blé puis faire son pain, élever ses animaux, les abattre et les cuisiner, se soigner, se déplacer et se reproduire sans les autres, une ville, une région ou maintenant un pays arrive vite à saturer ce qu’ils sont capables de faire en autonomie. Du reste, si la mondialisation a si bien marché depuis l’Antiquité, depuis que les hommes ont commencé à voyager pour faire du commerce, c’est bien parce qu’elle apporte beaucoup plus de bénéfices que d’inconvénients.

Oh oui, certes, le commerce méditerranéen a par exemple favorisé l’extension de la peste par l’arrivée de rats infectés dans les ports… Mais ce commerce maritime a apporté une richesse inégalée qui explique d’ailleurs le rayonnement séculaire de toutes les villes portuaires.

Et puis c’est cette mondialisation et cette spécialisation de certains pays pour certaines productions qui permet d’abaisser les coûts des produits et des services partout dans le monde : des biens moins chers et des services plus abordables pour tous, cela signifie très concrètement un meilleur niveau de vie pour tous, tant ceux qui achètent ces biens et services que ceux qui les vendent, ceux qui les produisent ou ceux qui les acheminent.

C’est tellement vrai que cette mondialisation a élevé au-dessus de la pauvreté plus de monde que l’Humanité n’en a jamais connu auparavant : plus de la moitié de la planète est maintenant une classe moyenne. C’est toujours plus que ce qu’a amené le communisme (des dizaines de millions de morts, des famines, et, dernièrement, une bonne pandémie) dont certains se gargarisent par opposition à cette si vilaine mondialisation turbolibérale apatride sans foi ni loi…

Alors oui, bien sûr, cette mondialisation s’accompagne d’effets de bords, parfois politiques et économiques comme la centralisation de certains produits dans certains pays qui peut poser des problèmes. Elle aide indubitablement les phénomènes humains indésirables comme une épidémie qui peut effectivement tuer des milliers de personnes. Celle de Covid19 n’en est pour le moment qu’au tout début et il n’est pas inimaginable que des centaines de milliers de morts seront comptabilisés lorsqu’elle s’achèvera. Certes.

Mais c’est exactement la même mondialisation qui permettra à la fois la coopération de milliers de scientifiques pour lutter et contrer cette épidémie. C’est cette mondialisation qui permettra la réalisation de vaccins, de traitements antiviraux. C’est elle aussi qui permettra leur production et leur acheminement aux populations.

Ironiquement, l’alternative qui consiste à se passer de mondialisation et qui se rapproche beaucoup des quarantaines que les pays mettent en place les uns après les autres, ne semble guère enthousiasmante, ne trouvez-vous pas ?


—-
Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Vivre en autonomie complète en l’ile de Ré ! Zut, le niveau de la mer va monter nous dit-on …

  • Tient, cela ne se termine pas par ‘on est foutu’… Pour une fois, la France ne sera pas seule dans ce naufrage… Il paraît que la reine merckel prévoit 70% à 80% de contaminés en Allemagne… Il ne s’agit donc pas de centaines de milliers mais de millions de morts, aucun service de santé ne peut affronter une telle épidémie !

    • Rhoooololoooo… j’ai peur…. Sauf qu’elle a dit qu’il y aura 60 à 70% de « contaminés » en Allemagne SI on ne trouve pas de vaccins dans les prochains MOIS. Quand on répète, faut tout répéter. Car vous vous doutez bien qu’il y aura un vaccin sous peu, car gros marché.
      Et rappelez-vous que les contaminés ne sont pas des vivants-presque-morts mais pour la plupart des gens avec des symptômes de grippe basiques qui en « réchappent » (rhoooo dommmmage).

      • Bah, quand on s’occupe du Corona virus on ne s’occupe pas des autres faute de place, et puis on est un pays de privilégiés , ça fausse toutes les statistiques…. Un vaccin… Vu les mutations en cours, ce n’est pas demain la veille..
        Surtout, pas de théorie du complot, une telle épidémie est normale, les avions… Ha ha ha , une voiture suffit, mais est-ce que c’est contenable hors pays autoritaires comme la Chine ?

    • Les Italiens pourront acheter les pelleteuses à bon compte aux Chinois.
      Ils pourront ensuite les revendre ensuite à bon prix aux Français qui pourront les revendre ensuite aux Allemands…
      Restez positif que diable, tout n’est pas foutu 😉

    • Et si un traitement fait sirface, ce sera grâce à la mondialisation : les experts médicaux échangent entre eux 🙂

  • « Cette affreuse mondialisation que combat le coronavirus »

    Juste un caractère qui change et cela pourrait sonner vrai …
    Certains doivent le penser.

  • Et pendant ce temps la, on communique sur des plans de relance de l’économie … avec le doigt sur le bouton stop. Bien enfoncé pour les Italiens …

    • Les Italiens ont un bouton stop à cet endroit de leur anatomie ? Alors sans doute les Français aussi…
      Le coronavirus est bien parti pour nous infliger une défaite historique. Les Chinois vont apprécier la dictature qui les en aura sous peu débarrassés, les Français et les Italiens vont continuer dans l’irresponsabilité et le grand n’importe quoi en affirmant haut et fort que c’est ça la démocratie menacée par la mondialisation.

  • Il n’est pas interdit d’échanger et de préserver un minimum d’autonomie dans des domaines essentiels ou stratégiques. Toute décision comporte des bénéfices et des risques, à évaluer à chaque fois. Ce qui n’a pas été fait par des politiciens davantage préoccupés de leur avenir électoral que de l’avenir du pays.

    • C’est quoi les domaines essentiels ?

    • Ah oui le fameux « État stratège »… Mouah ah ah !!…

    • macron vient de dire ça en substance, vilain marché!!!…n’avez vous pas l’impression que cela n’est qu’un prétexte pour masquer l’impréparation de l’etat qui il y a peu avait des stocks de masques PP2???

      il faut donc admettre de diminuer drastiquement notre niveau de vie..pour affronter un cas de virus… vraiment??? et si par exemple la crise était nationale et ..alimentaire…qui fournirait la nourriture? les autres pays par « solidarité?

      en fait il y a une réponse naturelle à la crainte de crever de faim qui est le stockage de nourriture..quand il y en a..ça a une portée limitée..
      d’ailleurs ne nerf de la guerre du monde moderne est l’énergie…doit on être autonome en énergie??

      non non..grande incertitude du monde; imprévisibilité…tu prévois un truc..et paf…

      ceci dit une épidémie ‘est un des rares cas ,à mon opinion, où la notion d’intérêt collectif tient la route..et ce d’autant que le individus n’ont pas d’expérience..
      mais il y a quelque chose de ridicule dans tous ces événements catastrophiques à grande échelle, quasiment aucun gouvernement ne semble admettre que parfois on est dépassé… ce qui est perceptible est l’affirmation de controle des gouvernements, jusque l’absurde…

      c’est pas ma faute..c’est le marché, les chinois, les americains, le brexit..

  • Dernière minute : L’Extrême-Onction aurait un effet positif sur le Coronavirus. Voila qui est rassurant.

  • les écolos c’est la nature , les petits oiseaux , un ciel pur….la souffrance des hommes , ils s’en battent l œil….tant qu eux même ne sont pas directement touchés s’entend …..

  • Etonnant qu’il faille constamment répéter que la division du travail et la liberté des échanges créent de la prospérité. Cela semble incompréhensible pour de nombreuses personnes.

  • « cette organisation n’est pas le résultat d’un plan d’ensemble décidé par une poignée de milliardaires, cigare au bec, qui ont ainsi décidé la mise en dépendance totale de l’Europe ou des Amériques par les Chinois. »
    Ils n’ont pas décidé de la mise en dépendance, mais il n’est pas certain que les objectifs n’aient été que le « doux commerce ». Et il est possible qu’il y ait un « plan d’ensemble ».

    Parmi les milliardaires qui ont initié et contribué au développement des relations Chine-USA, la famille Rockefeller a joué un rôle primordial.
    Henry Kissinger qui a lui, oeuvré au rapprochement politique (visite de Nixon à Pékin en 1972) était l’homme de confiance des Rockefeller à la Maison Blanche.
    Par la suite, afin de consolider les relations avec l’Occident, le CPIFA (sorte de CFR chinois, fondé par les Rockefeller), reçut en avril 1979 Georges Berthouin, membre de la Trilatérale – dont il est le président pour l’Europe – et président international du Mouvement Européen.

    A la suite de quoi, les Occidentaux ont pu déclarer que « Les responsables chinois paraissent approuver l’idée d’un Nouvel Ordre Mondial ».
    Ce que concrétisa une réunion de la Trilatérale à Pékin en 1981.

    La famille Rockefeller a donc eu un rôle essentiel dans le développement des relations USA-Chine.
    Ce qui est perturbant, c’est d’avoir connaissance par ailleurs de cette déclaration de David Rockefeller à la Trilatérale en 1991:
    « La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés. »

    • Pour rester dans l’actualité, la fondation Rockefeller a élaboré en 2010 un rapport, qualifié par certains de futuriste, mettant en scène une pandémie conduisant à imposer des règles drastiques allant du port obligatoire de masques faciaux à la vérification de la température corporelle aux entrées des espaces communs comme les gares et les supermarchés. En précisant que même après l’atténuation de la pandémie, ce contrôle plus autoritaire des citoyens et de leurs activités s’est maintenu et même intensifié…

    • la chine est ses millions de travailleurs à bas coût étaient une opportunité énorme et on peut dire une anomalie économique..
      une opportunité enorme de faire du profit..seule l’idéologie des gouvernants chinois a permis cela…
      et pour intégrer la chine dans une « plan » il aurait fallu avoir les controle des gouvernants chinois..

      donc pas de « plan » au sens de concertation des puissants mais aubaine..et opportunité juteuse de profit…

      à mon opinion…

      « La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés. »

      le mot souveraineté

      souveraineté

      nom féminin
      1.
      Autorité suprême (d’un souverain, d’une nation…).
      La souveraineté du peuple, fondement de la démocratie.
      2.
      Caractère d’un État qui n’est soumis à aucun autre État.

      rend cette déclaration essentiellement incompréhensible..
      sans parler de la définition de l’élite..
      on peut dire sans crainte que la souveraineté d’une élite est « préférable »… si l’élite définit ceux qui font le mieux et non une caste donnée ou un groupe prédéfini est coopté..
      collenchyme dirait pareil..les écolos diraient pareil..
      il y a suffisamment de degré de libertés dans cette phrase pour la rendre creuse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Les Français considèrent parfois la mondialisation comme une menace responsable du chômage. Ce sentiment est renforcé par un discours politique lui faisant porter le poids du déclin économique du pays. En réalité, ce n'est pas la mondialisation en soi qui est la source des problèmes de la France, mais les dysfonctionnements propres de ce pays qui l'empêchent de profiter des effets vertueux de la mondialisation.

 

La défiance des Français vis-à-vis de la mondialisation

Les Français jugent l'ouverture internationale comme la ... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles