Pénurie de masques, de gel : pas de panique, l’État gère…

Cette manière centralisée de gérer les problèmes du terrain risque d’être une fois de plus délétère pour les Français : mais cette fois, Il est question de la vie des individus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
surgical mask by katie chao and ben muessig(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pénurie de masques, de gel : pas de panique, l’État gère…

Publié le 3 mars 2020
- A +

Par Margot Arold.

Plus de masques, ni chirugicaux, ni FFP2. Et aujourd’hui, plus de gel hydroalcoolique non plus.

Ces pénuries ont bien vite été attribuées aux clients saisis de panique, de psychose. Si cela a certes eu un impact, là n’est pas la cause principale de la pénurie. L’État a constitué des stocks, vidant le marché de son offre.

Certains distributeurs expliquent d’ailleurs que l’État a bloqué leurs stocks, les empêchant de répondre à la demande des pharmacies.

Pas besoin de masques… et puis si

Le 26 janvier, Agnès Buzyn alors ministre de la Santé, se voulait très rassurante et estimait les masques de protection inutiles :

« Aujourd’hui, il n’y a aucune indication à acheter des masques pour la population française, nous avons des dizaines de millions de masques en stock. En cas d’épidémie, ce sont des choses qui sont d’ores et déjà programmées. »

« Dizaines de millions » de masques qui ont fondu comme neige au soleil.

La semaine dernière, exactement un mois après, le nouveau ministre de la Santé expliquait : « avoir décidé de déstocker 15 millions de masques anti-projections dans les stocks constitués par l’État pour qu’ils soient distribués dans les pharmacies et les hôpitaux aux professionnels de santé et aux personnes à risque ».

On connait depuis plusieurs semaines l’importance de la protection respiratoire, et le ministère attend la semaine du 1er mars pour « déstocker » 15 millions de masques. L’État français toujours si prompt à intervenir sur les prix, n’a pas cassé les prix en larguant sur le marché ses millions de masques pour le bien-être collectif si cher à sa politique. Notre État-nounou serait-il donc plus Tatie Danielle que Mary Poppins ?

Pénurie de chloroquine

De la même façon, la pénurie s’est portée rapidement sur la chloroquine, ce médicament anti-paludisme qui semble avoir une certaine efficacité contre le virus, du moins selon les chercheurs chinois qui en testent l’efficacité.

Curieusement, impossible de se procurer de la chloroquine dans les pharmacies françaises depuis que cette information a filtré. La raison ? Ce ne sont pas les clients, peu informés à ce moment-là, qui se sont rués sur les boîtes disponibles. Mais l’État a, là encore, constitué des stocks.

Comme simple patient, comme simple individu, vous n’aurez plus accès à ces protections ni à ces traitements : l’État les a capturés pour mieux les redistribuer quand il le jugera nécessaire.

Distribués, oui mais pas pour tout le monde…

Dans Libération, le président de l’Union des Professionnels de santé, Christophe Wilcke, explique que lorsque les masques seront disponibles ils ne seront pas vendus à la population :

« Mercredi à midi, tous les pharmaciens ont reçu un message de l’Ordre des pharmaciens indiquant que nous allions recevoir, via les grossistes répartiteurs, un stock d’État de masques de protection.

Et puis à 20 h 56, un deuxième message indiquait que ce stock devait être réservé aux professionnels de santé contre un bon de l’assurance maladie, et qu’il n’était pas envisagé à ce stade de distribuer le stock à la population. »

Ainsi, il n’est plus possible pour un patient dans un circuit médical libéral (c’est-à-dire passant par son médecin traitant au lieu de l’hôpital) ou à un médecin libéral en personne d’avoir librement accès à une protection ou à un traitement. Tout dépend désormais de l’État et de sa gestion de la crise sanitaire.

Il ne laisse pas les mains libres à ceux qui, sur le terrain, sont en première ligne et  compétents pour prendre des décisions. Il faut attendre les consignes, et maintenant, attendre aussi le matériel de protection.

Les médecins libéraux mal servis

Si les hôpitaux seront les premiers servis, les médecins libéraux, eux, auront le plaisir de réclamer et de remplir moult formulaires administratifs pour obtenir un masque :

« De plus, en parallèle, les médecins généralistes seront dotés, la semaine prochaine, de masques chirurgicaux issus de ce stock pour la prise en charge de patients suspects de Covid-19, poursuivent les services du ministère. Cette mise à disposition sera réalisée via les pharmacies d’officine à l’aide d’un bon de retrait fourni par la Caisse nationale d’assurance maladie.»

N’aurait-il pas été plus simple et plus rapide de mettre ce matériel à disposition des médecins, gratuitement et sur présentation de la carte professionnelle, plutôt que d’élaborer une énième strate bureaucratique à un moment où personne n’a besoin de plus complexité ?

L’État va choisir où, quand et comment distribuer ses stocks. Cette manière centralisée de gérer les problèmes du terrain risque d’être une fois de plus délétère pour les Français : mais cette fois, Il ne s´agit plus de mal gérer l’école, l’entretien des routes et des ponts, ou la SNCF. On parle de la santé des individus, de leur vie.

Après avoir siphonné le marché du matériel de protection, l’État se sert le premier, distribue à sa façon, et au rythme qu’il estime justifié.

Les masques livrés dans certains hôpitaux ces dernières années laissent dubitatifs : leur date de péremption affiche… décembre 2007. Ca promet.

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Dans le domaine financier, ce type d’action porte un nom et est puni sévèrement : délit d’initié. À quand une plainte collective auprès de la Cour Européenne pour abus de pouvoir contre cette administration – bientôt criminelle ?

  • c’est justement parce que l’état gère qu’il faut paniquer ; l’incompétence de ce gouvernement me donne plus la trouille que le virus lui même , c’est dire ;

    • Comme pour une piqûre de guêpe;
      ce n’est pas la petite dose de venin qui tue certaines personnes, mais la surréaction inadaptée de l’organisme à la piqûre…

  • La totalité sans aucune exception de ce qui est pris en charge par l’Etat est mal géré.
    C’est peut-être pour cette raison que nombreux sont ceux qui acceptent facilement de lui concéder le régalien, par crainte des effets d’une trop bonne prise en charge de ces fonctions ?

  • De toutes les manières ces masques ne sont utiles qu’aux….. Malades pour ne pas propager le virus.

    • Si c’était vrai, pour quelle mystérieuse raison équiper les soignants non malades ? Pourquoi existerait-il des listes de hauts fonctionnaires à équiper en priorité si ça ne servait à rien ?

      Cette proposition est illogique. Bien sûr que les masques peuvent vous protéger. Sans doute pas parfaitement, mais un peu quand même et c’est déjà ça de gagné.

      Il ne faut ni croire ni colporter les sornettes des menteurs officiels et autres journaleux aux ordres. Pour se sauver, l’Etat obèse détruira jusqu’au dernier des Français « non essentiels » si c’est nécessaire, tout en leur chantant une berceuse rythmée par des coups de matraque pour qu’ils se laissent faire docilement.

      • En effet, mon dentiste met un masque pour se protéger du client..mais est il vraiment protégé ?

        • Il est protégé des projections de sang, de salive et de détritus qui peuvent propager des MST et autres saletés. Pas sur que ça le protège correctement de la grippe.

  • est ce qu’on prend les mêmes mesures que pour la grippe? qui je le rappelle tue beaucoup plus que ce virus en france.. bien sur que non..

    98% des gens l’ayant contracté guérissent naturellement.. la bonne question est
    pourquoi tout ce battage?
    de quoi veut on que la presse ne parle pas?

    • Il est é ident qu’il faut distinguer ce qu’est objectivement cette épidémie du traitement politico-médiatique qui en est fait.
      La peur est une méthode infaillible de soumission…

    • 80% des gens l’ayant contracté guérissent naturellement, 3% décèdent, et les 17% ont besoin d’aide pour guérir. Compte-tenu de la contagiosité, si on ne fait rien, ça veut dire que les 66 millions de Français le contracteront, que ça fera donc 2 millions de morts et 11 millions de gens ayant besoin d’aide pour guérir. Ca n’est pas parce que la réaction étatique est hystérique et inadaptée qu’il faudrait défendre une absence de réaction.

      • Dans la situation d’extrême confinement du Diamond Princess, seuls 20% des passagers ont été contaminés (environ 730 sur 3700 passagers). On peut déduire de cette expérience que, dans le pire des cas, vos chiffres peuvent être divisés par 5. En outre, en considérant que nous ne vivons pas dans une situation de confinement permanent, la prévalence sera au final beaucoup plus basse, et la mortalité générale dans la population également.

        La situation est grave, d’abord pour les personnes à risque, mais pas désespérée.

        • C’est vrai que des mesures appropriées, et encore plus qu’elles ne l’ont été pour le Diamond Princess, ramèneraient le risque à un niveau raisonnable. Je voulais juste rappeler l’importance de prendre ces mesures, pas les appuyer sur le catastrophisme, je crois que nous sommes d’accord qu’il y en a bien assez dans les médias.

        • L’extrême confinement d’un paquebot peut aussi avoir des avantages ; j’ai entendu des passagers témoigner qu’ils ont été bloqués dans leur chambre très rapidement et avec rigueur. Le virus peut certes se propager rapidement mais aussi être rapidement sous contrôle. Un cas qui me paraît difficilement transposable au monde extérieur au moins sur les chiffres.

          • L’intérêt du cas est que nulle part ailleurs, on a fait l’expérience d’un tel niveau de contamination du fait du confinement, la propagation s’effectuant notamment par l’eau et par l’air (climatisation des cabines). De ce qu’on en sait, il y a 8 décès, soit 0,2% de la population totale.

            En prenant toutes les précautions nécessaires sur les limites de l’expérience, c’est un indicateur intéressant du risque maximum. Au pire de l’épidémie, 80% de la population ne seront pas contaminés. Rapporté à la France, dans le pire des cas d’une pandémie généralisée, ça ferait 130 000 décès environ. Résultat certes dramatique, de quoi faire tomber un gouvernement probablement, mais pas la fin du monde non plus. Pour relativiser, on compte 600 000 décès chaque année en France.

            Il ne s’agit pas de rassurer ou d’inquiéter. Juste les faits.

            • La mortalité étant pour les personnes âgées surtout, ça règle le problème d’équilibre des retraites, bref le gouvernement n’a pas à se presser.

              • A ce propos, la proportion de personnes très âgées et en mauvaise santé devait être faible sur le bateau. Le taux de mortalité est de ce fait probablement sous-estimé.

                Concernant les retraites, ce n’est pas avec 130000 décès que le gouvernement réglera la question des retraites qui concerne 17,2 millions d’individus. On n’économisera pas une réforme de l’âge de départ pour retarder encore un peu la faillite de la répartition.

      • Jusqu’à preuve du contraire, chaque année, les 70 millions de français ne chopent pas la grippe… encore heureux d’ailleurs, car les chiffres seraient plus haut que ceux de votre calcul…

        • Le R0 du covid est nettement supérieur à celui de la grippe, et celui de la grippe est contré par la vaccination d’une grande partie de la population susceptible de transmettre le virus, par l’évidence de la contagiosité des patients atteints, par la quasi-certitude que l’épidémie restera saisonnière, etc. Mais le point est que l’on ne doit pas prendre alibi de la relative bénignité de la grippe pour juger de l’opportunité des mesures envers le coronavirus.

        • pourquoi croyez vous que les chinois mettent en quarantaine une ville comme wuhan???

          non ce n’est la grippe…

          • La grippe espagnole avait fait en 1918-1919, suivant les estimations, entre 50 et 100 millions de morts dans le monde… Et depuis, on sait que la grippe n’est pas préoccupante.

            • La grippe espagnole a tué entre 2.5 et 5% de la population mondiale.

              • La grippe espagnole a tué préférentiellement des sujets jeunes et sains. C’est clair ! Ce qui ne semble absolument pas le cas du covid-19 qui produit des effets aggravants sur les personnes fragiles donc avec d’autres maladies sérieuses. Qui peut dire que vous êtes mort du covid-19 ou de la grippe saisonnière ou plutôt de l’une de vos maladies aggravée par l’une de ces grippes. C’est la dernière maladie que vous avez eu qui compte ou la plus sensible à une exposition particulière ? D’autres part des complications fatales peuvent apparaître par d’autres nombreux facteurs dont on ne tient pas de registre. Bref de quoi meurt-on exactement !

        • mais par ailleurs vous avez une vraie question..pourquoi ne prend on pas de mesures plus stricte pour la grippe…

          une salle d’attente en cas d’épidémie de grippe voire de gastro…avec des vieux venant renouveler leur ordonnance, peut être y a t eu des études sur le nombres de cas induits par cette situation..

          les mesures de précaution pour le cov19 sont les mêmes que pour une gastro ou une grippe..
          peut être que c’est l’inverse peut être est in trop léger avec la grippe..

  • Que voulez vous il est plus important pour ces politiciens de s’occuper (très mal) de Renault ou d’Engie, où l’Etat n’a rien à faire ,que de la santé des Français

    • si effectivement, l’Etat pouvait s’arrêter de s’occuper de la santé des français…, ce serait un progrès !

  • Nos gouvernants sont protégés d’office, ils leur suffit d’utiliser leurs bonnets d’âne comme masques de protection. Mais y pensent-ils ?

  • Dans quel état j’erre ? variante de l’état gère… Oui Margot vous avez raison l’état erre en son bisounours land tendance martinet, toujours prompt a agir en dépits du réel pourvu que ses détenteurs et parasites en sortent indemnes et éventuellement toujours ventripotents …

  • Soviétisation, où es-tu ?

  • Ca n’a plus de sens de vivre avec des gens dont on ne partage plus rien…

  • On savait depuis l’épisode H1N1 et la gestion grotesque des vaccinations, que l’état ne veut plus entendre parler de médecine libérale. C’est confirmé.

  • Je pense qu’il faudrait surtout que l’Etat, les médias, les éditorialistes, les commentateurs ainsi que ceux (et celles…) qui défendent le libre-arbitre et la liberté individuelle cessent cette hystérisation autour de ce virus, certes un peu mystérieux, mais semble infiniment (et c’est heureux…) moins dangereux que la grippe, les maladies neusocomiales et sans compter ceux qui se tuent en glissant dans leur salle de bain (un peu plus de 9000)…
    Donc que l’Etat s’amuse avec les stocks de masques, gants et autres gels, grand bien lui en fasse s’il n’a rien de plus urgent à faire… pendant ce temps, il nous emm… moins.

    • Si on veut que l’état nous emm… moins, la première chose est de montrer que nous sommes des individus responsables. Ca ne garantit pas le moins du monde que l’état nous laissera tranquilles, mais si nous ne ne le montrons pas, nous sommes sûrs qu’il ne le fera pas. Etre responsable, ça veut dire être conscient des risques que nous faisons courir à autrui, et s’efforcer de les minimiser. Comparer à la grippe, au maladies nosocomiales, ou aux chutes dans les salles de bains, ça découragerait même les meilleures volontés pour juger responsable qui le fait.

      • La responsabilité consiste également à évaluer froidement les choses pour penser sereinement afin d’agir avec recul et efficacité sans se laisser embarquer dans des peurs aussi irrationnelles que millénaires…

        • Notez que tout est fait pour favoriser les peurs irrationnelles. Rien de tel que de faire croire que l’ennemi est plus dangereux que ce que disent la réalité des chiffres et qu’en plus, il est invisible et partout…

  • Justement , pour une qu’une bonne decision est prise : reserver le matos de sante au personnel de sante…il ne l’aurait pas fait l’auteur aurait critique aussi

  • Médecine libérale mais qui veut que l’Etat lui paye tout,un stylo Montblanc pour rédiger l’ordonnance mais pas 3 boîtes de masques d’avance achetés par le cabinet…

  • Les masques livrés dans certains hôpitaux ces dernières années laissent dubitatifs : leur date de péremption affiche… décembre 2007.

    En 13 ans, l’élastique devient un hélas toc 😉
    Cela va bien se passer…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
fonctionnaires démocratie malade
0
Sauvegarder cet article

L’élection présidentielle est finie depuis le 24 avril et le Conseil constitutionnel a officialisé les résultats du second tour avec la victoire d’Emmanuel Macron, comptabilisant 58,55 % des suffrages exprimés. Pour autant, loin d’être une victoire éclatante qui exprimerait le ralliement des citoyens français à son programme, le résultat du second tour à de quoi inquiéter.

En effet, en tenant compte non pas des suffrages exprimés mais des inscrits, Emmanuel Macron fait 38,52 % avec une abstention (abstention stricto sensu + votes nuls ... Poursuivre la lecture

Nous y sommes ! Après une campagne pleine de rebondissements et d’un suspense encore jamais vu sous la Cinquième République, notre cher président a - enfin ! - été réélu face à l’ignoble menace fasciste !

Si vous avez lu cette première phrase au premier degré, désolé pour vous. Il était temps que cela prenne fin. Après une campagne d’un ennui sublimé par l’insipide débat de mercredi, Emmanuel Macron a été réélu à près de 58 % des voix face à une candidate piteuse qui a encore une fois été incapable de rassurer sur sa stature présidenti... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain[1. Docteur en Administration des Affaires, professeur associé (IT/DIGITAL) chez Grenoble École de Management,  chercheur associé à la Chaire DOS « Digital, Organization and Society » responsable de GEMinsights] et Pierre Dalzotto[2. est Professeur Assistant Coordinateur de la Chaire. « Digital, Organization and Society » de Grenoble École de Management, & doctorant au CERAG à l’Université Grenoble Alpes].

 

Poursuivant notre datazerisation collective à un rythme soutenu, le gouvernement a ouvert la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles