Municipales à Paris : sécurité et développement économique au cœur des préoccupations

Contrairement à la question sécuritaire, les candidats restent en retrait sur le thème du développement économique de Paris.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Policier à Paris by Chris (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Municipales à Paris : sécurité et développement économique au cœur des préoccupations

Publié le 15 février 2020
- A +

Par Paul Desbiens.

Cœur du pouvoir politique, Paris occulte bien souvent les autres villes. Les élections municipales de 2020 ne devraient pas échapper à cette règle, entre jeux d’alliances et nouveaux candidats. Dans cette course qui tient désormais toutes ses têtes d’affiche, certains sujets sont particulièrement présents, à l’image de la sécurité. Un thème qui déchaîne les passions et qui a tendance à reléguer celui du développement économique de Paris, pourtant bien présent dans les préoccupations parisiennes.

La sécurité, sujet fort des municipales

Les 15 et 22 mars 2020, les Parisiens éliront les équipes amenées à diriger la capitale jusqu’en 2026. Leurs préoccupations reflètent leurs diverses sensibilités. Certains thèmes sont récurrents, notamment les questions centrées sur la sécurité et le développement économique.

Selon l’Ifop-Fiducial, la sécurité des biens et des personnes représentera ainsi le premier sujet, déterminant pour 68 % des Parisiens sondés. Les principaux candidats ont à ce titre formulé diverses propositions.

Benjamin Griveaux, LREM, proposait des forces de sécurité nocturnes dans les rames de métro et de RER.

Cédric Villani, candidat dissident de LREM, réclame une police municipale composée de 4500 agents et l’expérimentation d’« un système de 150 navettes à la demande disponibles 24h/24 ».

Rachida Dati, les Républicains, suggère, quant à elle, d’armer cette même police municipale.

Pour sa part, Anne Hidalgo, officiellement entrée en lice depuis peu, préconise de passer à 5000 agents municipaux contre 3400 actuellement.

Plusieurs facteurs ont en effet contribué à inscrire ces approches dans les programmes. Les attentats tant de Charlie Hebdo que du Bataclan ont mis en lumière des failles dans les dispositifs de sécurité, bien que ces événements fussent exceptionnels.

Au quotidien cependant, pour la seule année 2019, plus de 230 000 délits se sont produits à Paris de janvier à septembre, soit une hausse de 10 % par rapport à 2018. Citée par RTL, l’adjointe à la Sécurité de la maire de Paris, Colombe Brossel, rapporte que « l’ensemble des faits de délinquance quotidienne explosent que ce soit les indicateurs de cambriolage, vols à la roulotte, vols avec violence… Ils sont tous au-dessus de 15 %, voire bien au-delà ».

Rapporté à un autre sujet auquel l’actualité a révélé l’ampleur, ce chiffre fait écho aux 86 % de femmes françaises ayant déclaré, en 2018, avoir été victimes de harcèlement de rue. Un problème qui a fait la Une des médias pendant plusieurs semaines avant d’être chassé par d’autres nouvelles.

Pourtant, la problématique demeure et des solutions plutôt simples à mettre en place sont à portée des élus. L’une d’entre elles consiste à retrouver un éclairage public bien plus performant. Aujourd’hui, les infrastructures sont plutôt vétustes et le mauvais éclairage public dans certaines rues, voire son absence, alimente le sentiment d’insécurité.

La voie publique peut redevenir un lieu où les femmes n’ont plus peur le soir. De plus, l’amélioration de la sécurité perçue ne passe pas au détriment d’un autre grand enjeu de la campagne, à savoir la préservation de l’environnement.

En effet, le secteur de l’éclairage public a connu une réelle progression au cours des dernières années grâce notamment aux LED et aux capteurs de présence qui permettent d’éclairer uniquement lorsqu’il y a du passage. Les élus ne peuvent ainsi pas faire l’économie d’une ville où la sécurité perçue est plus grande et où l’éclairage public répond mieux aux nouveaux codes environnementaux.

Et le développement économique ?

Pour 53 % des sondés par l’Ifop-Fiducial, l’emploi et le développement économique sont une question déterminante pour élire la nouvelle équipe municipale de Paris. Si 62 % sont satisfaits de l’action menée depuis six ans, le rapport sénatorial précité, daté de juin 2019, précise des effets négatifs induits des manifestations des Gilets jaunes : les échéances fiscales et sociales, « même reportées », ont entraîné plusieurs dépôts de bilan et des licenciements.

Les PME, PMI, artisans, commerçants et professions libérales sont les premiers touchés. Sur les six premiers mois de 2019, le manque à gagner des commerçants et artisans a été évalué à 30 %, pertes « largement non-indemnisables ».

La grève des transports qui a duré plus d’un mois et demi n’a pas arrangé les choses avec une chute de 30 % à 60 % de l’activité des entreprises parisiennes de moins de 11 salariés, selon la Confédération des commerçants de France. Une enquête menée par la CCI Paris Île-de-France auprès de 311 commerçants le confirme : 93 % des sondés notent un impact de la grève sur leur activité économique, tandis que 96 % déplorent une baisse de leur chiffre d’affaires.

Quant à l’attractivité de la ville, un sondage de l’Ifop auprès des dirigeants d’entreprise parisiens pour la CPME révèle que la satisfaction de la gestion municipale est contrastée. Les réactions sont parfois mitigées (41 % d’insatisfaction pour la sécurité des biens et des personnes), les critiques sont ailleurs presque unanimes (88 % d’insatisfaction sur la circulation).

Contrairement à la question sécuritaire, les candidats restent en retrait sur le thème du développement économique de Paris à horizon 2026. En octobre 2019, le MEDEF avait critiqué ce silence et émis alors cinq propositions pour défendre et renforcer l’attractivité de la ville face à d’autres centres économiques et capitales mondiaux.

Depuis, la situation reste inchangée. Associer les enjeux de sécurité et de développement économique semble pourtant être pertinent et est susceptible, en théorie, de faire l’unanimité. Après la bataille politique qui fait rage, l’équipe municipale au pouvoir en avril prochain devra mener ce combat utile à tous les habitants de la capitale.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Des propositions fort vagues et socialistes du medef. Ça ne m’étonne pas.

  •  » moins de morts sur la route  » nous fanfaronnait le 1er ministre ; mais 976 homicides en 2019 , sans parler des viols , cambriolages , et autres délinquances qui font parti du quotidien des Français ; mais de ça ,  » on  » ne se vante pas ;

  • Je suis assez déçu que contrepoints, face du parisianisme comme les médias mainstream. On a l’impression depuis quelques mois, en consultant tous les médias, qu’il n’y a qu’une seule ville en France, ou du moins qu’une seule ville vote pour les municipales.

    • Je serais assez d’accord avec vous si une partie de vos impots ne servaient pas à financer le parisianisme qui me hérisse autant que vous . Si les parisiens devaient assumer intégralement le coût des délire de leur maire ils réfléchiraient un peu plus avant de voter pour des catastrophes ambulantes comme l’ane hidalgo

  • Quand on lit que 62% sont satisfait du bilan économique de Hidalgo on s’inquiète de la santé mentale des bobos parisiens, vu qu’elle ruine au contraire la ville de Paris avec ses dépenses inconsidérées et futiles et n’a absolument aucune idée de ce qu’est l’économie, puisqu’elle est socialiste!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
ntf
0
Sauvegarder cet article

Les cours des cryptomonnaies ont fortement baissé ces dernières semaines. La nature cyclique de ce nouveau type d'actif est bien connue même si l'ampleur de la baisse a surpris et démotivé de nombreux observateurs et spéculateurs. Beaucoup d'amateurs de la technologie blockchain sur laquelle repose ces projets y voient néanmoins l'occasion de continuer à construire un écosystème dans une optique plus long-termiste, persuadés que la situation redeviendra plus favorable.

 

Que sont les NFT (non-fungible token)

Une des applica... Poursuivre la lecture

Ce qui s'est passé aux abords du Stade de France, samedi 28 mai 2022, pour la finale de la ligue des champions[1. Cette finale aurait dû avoir lieu à Saint-Pétersbourg.] opposant Liverpool au Real de Madrid, est malheureusement emblématique d'une France qui part à vau-l'eau.

Pour fuir leurs responsabilités, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, ont rejeté la faute sur la prétendue détention de 30 000 à 40 000 billets non valables par des supporters anglais.

Un peu d'arithmé... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo
5
Sauvegarder cet article

Si l’on se risque à écrire que Paris est devenu un cloaque anxiogène et cradingue, infesté de rats, d’embouteillages, de travaux et de détritus, beaucoup croiront à une caricature. Et pourtant. La réalité n’est pas si éloignée de cette description, à laquelle s’ajoutent une insécurité endémique et une dette abyssale tutoyant les dix milliards d’euros.

Paris est l’une des villes les plus sales d’Europe, d’après The Guardian. Les riverains exaspérés se voient en outre imposer de coûteux réaménagements pris sans concertation, maintenus ma... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles