Le prince Harry et Meghan Markle : il est impossible d’appartenir à moitié à la famille royale

Le prince Harry et son épouse Meghan Markle ont annoncé qu’ils renonçaient à leurs fonctions royales. Est-ce possible ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Harry and Meghan by dackelprincess(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le prince Harry et Meghan Markle : il est impossible d’appartenir à moitié à la famille royale

Publié le 12 janvier 2020
- A +

Par Robert Hazell1 et Bob Morris2.
Un article de The Conversation

Le prince Harry et son épouse Meghan Markle ont annoncé qu’ils renonçaient à leurs fonctions royales. Certains observateurs se sont empressés de proclamer que la monarchie britannique était en crise ; mais, en réalité, c’est le couple Harry-Meghan qui pourrait être le grand perdant de l’histoire.

Les membres de la famille royale se trouvent dans une position complexe. Ils mènent une vie extrêmement privilégiée, mais sont dans le même temps privés de certaines libertés fondamentales : ils ne sont pas libres de choisir leur voie professionnelle ; ils ne peuvent pas s’exprimer librement ; et ils ont une liberté limitée en ce qui concerne la vie privée et familiale. Autant de restrictions qui ne concernent aucunement le reste de la population.

Harry et Meghan ne sont pas les seuls à trouver cela frustrant. Le prince Laurent de Belgique est lui aussi visiblement malheureux dans son rôle.

La dure réalité est que, dans une monarchie héréditaire, les fils cadets sont en fin de compte des personnages superflus : seuls comptent ceux qui se trouvent en ligne directe de succession. Les cadets sont soumis aux mêmes restrictions personnelles que les héritiers directs, mais sans la perspective de succéder un jour au monarque et sans la liberté de développer des carrières vraiment indépendantes.

D’autres monarchies européennes (encouragées par des gouvernements et des parlements parcimonieux) ont appris à restreindre significativement le noyau dur de leur famille royale. Celle-ci peut n’être composée que de quatre personnes seulement – c’est le cas en Norvège et en Espagne, où seuls le roi, la reine, l’héritier et le ou la conjoint(e) de celui-ci relèvent de la famille royale. En 2019, sous la pression du Parlement, le roi de Suède a retiré cinq petits-enfants de la famille royale pour réduire sa taille et son coût.

Le Royaume-Uni a une population plus importante – plus de dix fois celle de la Norvège – et on pourrait donc soutenir qu’il est logique que sa famille royale soit plus nombreuse pour accomplir les tâches qui lui incombent, d’autant plus que la monarchie britannique doit également être présente dans les États membres du Commonwealth : la reine est le chef d’État de 15 pays autres que le Royaume-Uni, et le prince Charles et ses fils se rendent régulièrement dans des pays tels que l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande. Au total, 15 membres de la famille royale britannique ont effectué près de 4000 engagements royaux au cours de la seule année 2019.

Réduire la voilure

On dit que le prince Charles souhaite une monarchie plus petite et plus rationnelle, peut-être restreinte à un noyau constitué de la reine, de Charles et Camilla, et de William et Kate : mais, mécaniquement, une famille royale plus petite s’impliquerait dans nettement moins d’œuvres de bienfaisance et ses membres ne pourraient pas s’engager dans autant de projets qu’aujourd’hui. Dans quelle mesure le prince Charles a-t-il évalué cet aspect des choses, et dans quelle mesure Harry et Meghan ont-ils réfléchi aux conséquences que leur retrait aura pour les autres membres de la famille ?

Les médias ont présenté cette situation comme une crise pour la monarchie, et il s’agit effectivement d’une crise familiale  ; mais la monarchie en tant qu’institution ne subira aucun dommage grave ou durable. Les sondages d’opinion montrent constamment que 70 à 80 % de citoyens sont favorables au maintien de la monarchie – une cote de popularité dont les hommes politiques ne peuvent même pas rêver.

Ce sont Harry et Meghan eux-mêmes qui pourraient le plus pâtir de leur décision. Ils n’ont peut-être pas saisi à quel point leur célébrité est dépendante de leur statut royal. Leurs projets consistant à se forger un « nouveau rôle progressiste » et à « travailler pour devenir financièrement indépendants » ont été jugés irréalistes par la plupart des commentateurs.

Un premier sondage a montré que le grand public éprouvait une certaine sympathie pour leurs objectifs mais une forte objection à ce qu’ils continuent de recevoir de l’argent public. Les fonctionnaires de la Couronne ont été chargés de trouver un compromis, mais on voit mal comment le couple pourrait être à moitié dans la famille royale et à moitié hors de celle-ci (d’autant qu’il entend résider régulièrement à l’étranger).

Est-il vraiment possible de quitter la famille royale ?

Il existe deux niveaux de difficulté.

Le premier est le partage du fardeau. Tous les membres de la famille royale qui exercent des fonctions publiques le font au nom de la Reine, et doivent être prêts à assumer leur juste part des tâches qui leur sont assignées.

Le second est le risque que l’indépendance financière que Harry et Meghan recherchent implique l’exploitation de leurs titres et de leurs relations royales à des fins commerciales. Les autres membres de la famille – qui, eux, acceptent les contraintes – se sentiront naturellement lésés si Harry et Meghan sont autorisés à choisir ce qui leur convient.

Les Sussex méritent néanmoins notre sympathie. Dans une étude comparative des monarchies européennes, qui sera publiée dans notre prochain livre The Role of Monarchy in Modern Democracy, nous soutenons qu’il devrait être possible pour les membres mineurs de la famille royale de quitter la cage dorée s’ils trouvent les restrictions trop pesantes.

Mais l’exclusion devrait être totale : ils renonceraient non seulement à leurs devoirs publics mais aussi à leur financement public, à leurs titres royaux et à leur protection, s’efforçant autant que possible de devenir des personnes privées.

Il ne serait pas facile de procéder à un changement de mode de vie aussi complet. Et cela pourrait tout simplement se révéler impossible : il est possible que Harry et Meghan soient toujours considérés comme un couple royal, et que les médias persistent à les présenter comme tels, les gardant sous les feux de la rampe, qu’ils le veuillent ou non…

Sur le web-Article publié sous licence Creative Commons

  1. Professor of British Politics and Government & Director of the Constitution Unit, UCL.
  2. Honorary Senior Research Associate, Constitution Unit, UCL.
Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Quel drame , je n’en dors plus!

    • idem , je me fais un soucis monstre pour l’avenir de ces deux là…..

    • c’est clair, j’en ai rien à cirer des pseudo problèmes de gens nés avec une cuillère en argent dans la bouche ..qu’ils aillent bosser on verra après pour la compassion.

  • Le sujet paraît léger mais il est bien question de liberté, de s’autodéterminer.
    Beaucoup de gens rêvent de cette vie royale, ne voyant que le côté bling bling, alors qu’au quotidien la charge doit être pesante. Je sais qu’avec mon tempéramment libre et rebelle je n’aurais pas supporté de vivre ainsi.
    La tradition aussi peut être une prison..

    • c’est vite dit…vous seriez né dans un environnement familial et social différent, donc avec une personnalité différente ..

      • La personnalité ne dépend pas que de l’environnement familial ou social, il y a une part, une base, innée. Mes 2 frères ne sont pas comme moi pourtant ils ont baigné dans le même milieu.

  • J’ai lu pas mal de commentaires sur d’autres réseaux sociaux moquant cette décision… Si je peux résumer :
    – prince Harry vit dans le luxe : pas ok d’être riche
    – prince Harry parle environnement et aide humanitaire : pas ok parce qu’il est riche (haine du riche)
    – prince Harry souhaite mener une vie plus normale : pas ok parce qu’il est riche donc ce ne sera pas une vie « normale ».
    Bref, une flopée d’envieux ou de communistes ou de libéraux « à géométrie variable » (cf deux commentaires plus haut) sont contre ce prince Harry qui veut sa LIBERTE et prendre ses RESPONSABILITES.
    Perso, je comprends son choix.
    Na.

  • Le couple ? AMHA, c’est la pièce rapportée qui en avait assez des contraintes royales. Harry n’a rien connu d’autre ; si l’émancipation l’attirait, il aurait déjà dû le faire depuis longtemps.
    N’est-il pas possible de passer du statut royal à celui de noble ?

    On verra bien s’il s’agit de prendre ses responsabilités et sa libertés, ou simplement profiter des avantages sans les inconvénients, le « couple » se permettant de nous abreuver de ses conseils, de par son essence supérieure.

  • Qu’ils abandonnent leurs devoirs liés à la couronne, libres à eux!
    Mais que les émoluments y liés leur soient supprimés.
    Mais tel que c’est parti, soit Harry divorce, soit il termine comme son grand oncle Edouard VIII.
    Suspens!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 5 septembre, nous saurons qui succédera à Boris Johnson en tant que nouveau Premier ministre du Royaume-Uni, après que 175 000 membres du Parti conservateur auront choisi entre Liz Truss et Rishi Sunak.

Ci-dessous, j'examine de plus près leurs différences politiques, plus importantes qu'on ne le pense.

Liz Truss, dont la victoire est assurée à 90 % par les bookmakers, a commencé par être membre des libéraux-démocrates de centre-gauche et n'était pas favorable au Brexit, mais cette époque est révolue depuis longtemps. Aujourd'... Poursuivre la lecture

boris johnson libre échange Royaume-Uni
2
Sauvegarder cet article

Par William Yarwood.

Eh bien, ils ont finalement eu Boris Johnson. Mais il leur a fait une peur bleue... ou pas ? Le mandat de Boris Johnson en tant que Premier ministre a été marqué par des turbulences politiques, un coronavirus et des scandales, trois éléments que beaucoup pensaient qu'il pourrait surmonter avec une relative facilité et une bonne santé. Mais hélas, sa position est devenue intenable en raison de l'implosion de son propre parti après le dernier scandale - impliquant des allégations sexuelles concernant son adjoint Chri... Poursuivre la lecture

Sans majorité parlementaire, pas de présidentialisme majoritaire, pas de boulimie présidentielle donc. Dans une lecture institutionnelle de la Constitution de 1958, le retour des délibérations et des compromis ne peut qu’être satisfaisant. À cela doit s’ajouter le retour de la responsabilité politique, propre à la culture du Parlement. La culture politique qui lui est propre, est celle d’une « morale constitutionnelle » chère à Edmund Burke, qui suppose entre autres, la responsabilité politique, qu’elle soit collective ou individuelle, des me... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles