États-Unis–Iran : la négociation est toujours préférable à la guerre

Trump ne va-t-il pas répéter en Iran les mêmes erreurs que Bush en Irak et qu’Obama en Afghanistan ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis–Iran : la négociation est toujours préférable à la guerre

Publié le 10 janvier 2020
- A +

Par Yves Montenay.

Ce 10 janvier 2019, l’escalade militaire entre l’Iran et les États-Unis continue, tout en se nuançant de propos appelant à un retour au calme. Mais les fondements de l’animosité réciproque sont toujours là. Quels sont les risques de la guerre et quelles sont les chances d’une négociation… et sur quelles bases ?

Tout d’abord remarquons que cette animosité réciproque s’accumule depuis maintenant 40 ans, ce qui explique largement l’attitude de Donald Trump qui, disons, n’est pas un diplomate au sens traditionnel du terme et encore moins au sens oriental.

Comme sur le plan commercial avec le président Xi, il commence par cogner.

Trump pense avoir de bonnes raisons de cogner

D’abord il a des alliés à soutenir. Certes, il a montré aux Européens le peu de cas qu’il faisait d’une alliance. Hier les Kurdes ont été lâchés et demain ce sera peut-être Taïwan…

Mais il y a Israël. L’Iran est un des rares pays musulmans à continuer à le menacer de destruction. Or, Israël constate avec inquiétude un « encerclement » par l’Iran : ce dernier a des bases en Syrie et des lanceurs de missiles vers Israël au Liban via le Hezbollah qui gouverne de fait, et à Gaza. Et Israël se sent à juste titre visé par la production d’armes nucléaires par l’Iran et reprochait à l’accord de Vienne de ne pas en brider suffisamment la production.

Les autres pays musulmans soit ont fait la paix avec Israël (l’Égypte et la Jordanie), soit continuent à être officiellement hostiles, tout en coopérant en pratique (l’Arabie et les Émirats), car ils ont un ennemi commun, l’Iran. Les autres pays musulmans se contentent de proclamer de plus en plus épisodiquement une solidarité avec les Palestiniens, mais on sent qu’ils ont d’autres préoccupations.

Bref, Téhéran inquiète beaucoup Israël, et, pour Trump, Israël ce n’est pas seulement un allié. En effet, pour sa réélection il a besoin du soutien de puissants courants protestants pour lesquels Israël est sacré.

Téhéran inquiète également beaucoup l’Arabie et les Émirats, autres alliés des États-Unis qui se sont eux aussi encerclés avec l’Iran à l’est, un Irak et une Syrie vassalisés au nord et un Yémen chiite au sud. Sans parler des minorités chiites de la péninsule arabique. L’Iran a d’ailleurs déjà attaqué l’Arabie en bombardant il y a quelques semaines sa principale raffinerie.

C’est notamment sous la pression de ses alliés, qui estimaient que l’accord de Vienne n’éliminait pas le risque nucléaire de l’Iran, que Trump a initié la période des tensions actuelles en se retirant de cet accord. Il a aggravé la situation en 2018 en frappant Téhéran de lourdes sanctions économiques, espérant ainsi faire tomber le régime. Il a à cette occasion froissé non seulement l’Europe, mais aussi la Russie et la Chine qui étaient également signataires de l’accord.

On a vu en 2019 le soulèvement du peuple irakien contre l’incurie de son gouvernement et sa soumission à l’Iran. C’est probablement pour détourner l’attention vers les États-Unis que les milices chiites, irakiennes mais aux ordres de l’Iran, ont attaqué leur ambassade.

Trump a réagi en donnant l’ordre d’exécuter Qassem Soleimani. Il montrait ainsi aux Iraniens que Washington répliquerait à toutes les provocations. Il manifestait également son appui à ses alliés saoudiens et israéliens.

On retrouve également ses préoccupations électorales : outre l’appui à Israël, il estime qu’un conflit avec l’Iran soudera le Parti républicain derrière lui.

Par ailleurs, Donald Trump savait (je suppose) que le général Soleimani était détesté par de très nombreux Irakiens et Iraniens, probablement majoritaires. D’abord parce qu’il incarne la répression sanglante contre les civils dans ces deux pays. Ensuite, parce qu’en Irak il incarnait la vassalisation de ce pays à l’Iran, et qu’en Iran il symbolisait les folles dépenses de guerre en Irak, en Syrie au Liban et à Gaza « alors que nous n’avons pas de quoi manger dans notre propre pays ! »

Si l’on ajoute que Washington l’accuse d’avoir fait tuer par ses milices 600 Américains qui se battaient contre l’EI, on comprend qu’un journal aussi prudent que Le Monde écrive que cette exécution était « justifiée, mais pas judicieuse ». Et voilà que le lendemain le même journal estime que finalement Trump n’a pas si mal manœuvré, puisque Téhéran a le choix entre ne rien faire (ou pas grand-chose comme des missiles lancés cette nuit) ou se lancer dans une action spectaculaire qui sera suivie de représailles américaines. Ce qui, dans les deux cas, ruinerait sa réputation dans les États voisins.

Le gouvernement irakien, ou ce qu’il en reste (il est démissionnaire), dénonce la violation de sa souveraineté à la fois par les États-Unis du fait de l’exécution du général, mais aussi par l’Iran qui a bombardé le 8 janvier les bases américaines en Irak.

Les télévisions iraniennes et irakiennes semblent avoir montré au contraire que Soleimani était très populaire. Mais elles ne sont pas libres… je ne suis pas certain, contrairement à la grande presse, que la réaction patriotique ait effacé le souvenir de la répression

Quels sont les risques en cas de guerre ?

La première question qui vient à l’esprit est de se demander si Trump ne va pas répéter les mêmes erreurs que Bush en Irak et qu’Obama en Afghanistan.

L’Iran, ce sont 1 700 000 km² (trois fois la France), 82 millions d’habitants et de nombreux massifs montagneux. C’est beaucoup plus difficile à envahir que l’Irak (440 000 km², 40 millions d’habitants, presque complètement plat, à part la zone kurde que les Américains n’ont pas eu besoin d’attaquer) et même que l’Afghanistan, d’une surface et d’une population voisines de celles de l’Irak, mais montagneux.

Or dans ce dernier pays, l’armée américaine encadrant l’armée nationale n’arrive à contrôler imparfaitement que la moitié du territoire. On peut imaginer ce qui se passerait en Iran où l’armée nationale, de bonne qualité, ne serait pas avec les États-Unis, mais contre eux. Les États-Unis n’essaieront donc vraisemblablement pas une invasion terrestre, d’autant que la politique électorale de Trump est de « faire revenir les boys à la maison ».

Et bien sûr, l’Arabie et Israël sont encore moins capables que les États-Unis d’envahir l’Iran.

Restent les bombardements. Si on est en guerre, on peut cibler n’importe qui, y compris en haut de la pyramide politique. Surtout que, sauf erreur, aucun missile iranien ne pourrait atteindre les États-Unis pour d’éventuelles représailles.

Par contre, Israël est à portée. Non seulement à partir du territoire iranien, mais aussi de Gaza, du Liban et de Syrie.

Quant à la population civile, tant pis pour elle. Les Russes donnent l’exemple en Syrie…

Pourtant, une action diplomatique est possible

En face, la situation de l’Iran est terriblement mauvaise, et serait tellement pire du fait d’une guerre qu’une issue diplomatique peut être tentée. C’est du moins l’avis d’Emmanuel Macron et de l’Union européenne.

Téhéran a toujours fait savoir qu’il était prêt à discuter, à condition d’une levée préalable des sanctions américaines qui l’étranglent. C’est une piste de compromis, car les sanctions sont divisibles par produit et se prêtent à des levées conditionnelles. Mais, lors de négociations « orientales » il ne faut pas abattre ses cartes trop tôt, car elles deviennent des points de départ au lieu d’être un compromis.

Et qui négocierait ? Après la mort du général, on ne voit pas les autorités de Téhéran aller demander à Trump l’ouverture de négociations. C’est donc à l’Europe et à la France de se manifester, éventuellement en coordination avec la Russie et la Chine, cosignataires du traité.

Mais les législatives iraniennes auront lieu en février. Les observateurs estiment que l’action de Trump suscitera une réaction nationaliste qui donnera une majorité aux durs, qui sont opposés à toute négociation et à l’accord de Vienne en général. De plus, les candidats trop réformateurs ou trop désireux de lancer les négociations peuvent être écartés avant le vote par la commission électorale. C’est une autre raison de penser que Téhéran ne prendra pas l’initiative.

Et comme par ailleurs l’Union européenne n’existe pas politiquement, ce serait probablement à Emmanuel Macron de faire preuve d’imagination… et d’une patience de Pénélope car les durs de Téhéran d’un côté, et les gros bras de Trump de l’autre piétineront chaque jour les éventuels progrès de la veille.

Enfin Trump ne sera pas forcément réélu cette année, et le guide suprême de l’Iran aurait un cancer avancé… une incertitude de plus, ou peut-être une chance.

Voir les commentaires (55)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (55)
  • Je fais l’hypothèse que l’agressivité de Trump est une concession à la politique de son Etat profond, tandis qu’en parallèle, Trump négocie secrètement avec l’Iran. Exactement comme l’avait fait Kennedy avec Kroutchev lors de la crise des missiles de Cuba… Dans cette perspective, il est possible qu’un traité de paix soit conclu entre les Etats-Unis et l’Iran (« meilleur que le précédent »)… et qu’en prime, cela favorise la réélection de Trump. En espérant que son pacifisme ne lui réserve pas le même sort qu’à son illustre prédécesseur.
    Seule la suite des évènements, à commencer par la retenue – ou non – de la réaction iranienne, validera ou non cette lecture des évènements. L’attaque de la base américaine avec des morts et finalement sans aucun mort, va dans ce sens.

    On peut largement soutenir que le monde a tout à gagner si des négociations – secrètes aujourd’hui – aboutissent à un accord sur la levée des sanctions contre l’Iran et au retrait des Etats-Unis de cette zone en échange de la sécurité d’Israël. Retrait américain qu’Israël acceptera d’autant plus facilement qu’aura été éliminé un général qui donnait des insomnies à ses dirigeants…
    Si un traité est signé dans les mois qui viennent, D. Trump aura largement mérité un (vrai) prix Nobel de la paix.

    • Il serait sans doute juste alors de partager ce prix avec les morts du boeing ukrainien, qui auront fourni à leur corps défendant le meilleur contexte qui soit pour que l’Iran et Trump parviennent plus facilement à un accord.

  • L’Amérique de 2020 n’est pas celle des années 90 (opération Desert Storm) ou 2000 (opération Iraqi Freedom), une guerre serait totalement contre-productive politiquement et stratégiquement, le régime Iranien est déjà très affaibli et Trump est bien trop habile pour faire cette erreur.
    .
    Correction de l’article: les Kurdes de Syrie n’ont jamais été des « alliés », la faction dominante chez eux est le PKK marxiste-léniniste classé en Europe comme aux états-unis sur la liste des organisations terroristes.
    Écraser l’État Islamique était juste un objectif commun, c’est pour cela qu’Obama qui n’était pas très regardant en matière d’allié les a soutenus mais cela ne justifiait rien de plus et certainement pas la défense par quelques dizaines de soldats US de bandes marxistes en lutte contre la Turquie islamiste.
    .
    Deuxième correction : les pays musulmans n’ont jamais été « solidaires » des Palestiniens, ils en ont tué bien plus que les Israéliens (« black september », « war of the camps ») en Libye, en Syrie en Jordanie, ils leur dénient depuis 1958 le droit d’avoir un passeport, de voyager librement et de devenir citoyens de leurs pays (décret 1547 de la Ligue arabe).
    Dans les pays arabes ils sont parqués dans des camps insalubres (plus de 50 gérés par l’UNRWA anti-sémite voir le rapport de 2017 d’UN Watch) ou ils n’ont aucuns droits et ils ont été expulsés de Jordanie (1988), du Koweit (91) de Libye (95), d’Irak (2005) entre autres.
    A contrario 2 millions d’entre eux (les « Arabes de 58 ») vivent en Israël où ils disposent de tous les droits civiques. Le but des pays musulmans est de maintenir le « peuple palestinien » apatride comme une arme politique contre les juifs qu’ils haïssent depuis bien avant la création d’Israël, la liste des pogrom depuis 1301 (Égypte) est interminable.

    • merci pour ces précisions.

      On peut ajouter que depuis l’intervention russe, le sort de la population syrienne civile s’améliore !

    • Il ne faut pas réduire les Kurdes au PKK qui ne représente qu’une partie des groupes armés kurdes.
      Merci pour votre plaidoirie pour Israel mais ça on s’en passera. La création d’israel s’est faite en violation des droits des palestiniens, ceci est incontestable. Cette violation a été contestée par les pays arabes voisin entrainant la 1ere guerre israelo arabl, puis 6 jours, puis kippour, oui ces états ont tués des palestiens mais ça ne doit pas servir à occulter le problème d’origine

      • Les « palestiniens » dont vous prenez la défense sont avant tout des Arabes, ils s’appelaient (et s’appellent, pour beaucoup encore) eux-mêmes « Arabes » et l’ensemble de la communauté internationale les appelait « Arabes » (retrouvez les journaux d’époque, c’est très facile avec le net) jusqu’à ce que Yasser Arafat, cet Égyptien, aidé par le KGB, ait l’idée de les renommer « Palestiniens », pour pouvoir continuer sur le terrain médiatique et diplomatique une guerre qu’ils n’arrivaient pas à gagner : expulser les Juifs de ce territoire.

        Il se trouve pourtant que ce territoire (grand comme la Bretagne) est leur territoire historique, le seul qu’ils aient jamais eu ; et que les Arabes en sont les occupants illégitimes, suite aux conquêtes qu’ils ont menées sabre au clair, la première datant du 7ème siècle, peu après la mort de Mahomet. Beaucoup d’entre eux sont également arrivés dans ce pays au début du XXème siècle, en provenance des pays arabes voisins, attirés par le dynamisme économique du pays, sous l’influence des pionniers sionistes – leur nom en témoigne.
        (au 17ème siècle, le scientifique hollandais Relandi a passé un an sur place puis écrit un livre consultable par tous, où il indique que les habitants du pays ‘Terre Sainte’ sont en majorité… juifs)

        Les squatteurs dans cette affaire, ce sont les « Palestiniens », soutenus au passage par tous les antisémites de la Terre.

      •  » Merci pour votre plaidoirie pour Israel mais ça on s’en passera. La création d’israel s’est faite en violation des droits des palestiniens, ceci est incontestable.  »

        De quels droits parlez-vous? Les palestiniens n’ont jamais été citoyens d’ une nation indépendante. Ils ont toujours été sous l’administration des empires successifs.  » Romain, byzantin, ottoman et Britannique « . Les pays arabes qui contestaient la création de l’état d’Israël n’avaient aucune légitimité puisque la communauté internationale avait reconnu l’état d’Israël et qu il s’agissait d’un territoire qu’ils ne leur appartenaient pas et qu’ils ses seraient partagés en cas de victoire contre Israël en violation du droit international.

        • Certes, mais quelles étaient les frontières reconnues à cette date ❓
          Et quelles sont-elles de fait ❓

        • La communauté internationale a reconnu… d’un point de vue libéral ça ne vaut rien en revanche les expropriations perpétrées par l’état israélien sont une atteinte à la propriété privée. Seul ça m’intéresse pour le reste je n’ai heureusement pas d’intérêt ni d’un côté ni de l’autre.
          Un bon moyen pour créer une situation stable dans cette région aurait été que la communauté internationale, plutôt que de créer 2 états, garantisse simplement un système juridique stable et laïc. Les individus de confession juive pouvant ainsi s’installer, acheter librement des terrains seraient devenus naturellement majoritaire dans la population de ce territoire évitant ainsi tout risque de nouvelle persécution. Certains arabes auraient peut-être déclaré ne plus se sentir chez eux mais il n’y aurait rien eu à dire juridiquement.
          PS: toute analyse cherchant à dire que telle partie était juive en 1925 ou quoique ce soit est de fait nulle et même dangereuse, seuls l’individu et sa propriété doivent être considérés pour l’appartenance à un état.

      • Tiens, le propagandiste « anti-sioniste » de passage venant parler de « violation des droits des « palestiniens » » (guillemets de rigueur) alors que depuis 1924, un territoire couvrant 80% de la Palestine mandataire est un pays arabo-musulman, et qui, en parfaite ordure, vient nous parler de « contestation de violation » pour définir des guerres à visée génocidaires : savoureux.

        Mais bon, le propre de l' »anti-sioniste » est un rapport aux faits bien chancelant, tout aussi chancelant que son prétendu humanisme ripolin cachant bien peu les motivations réelles…

      • « La création d’israel s’est faite en violation des droits des palestiniens »

        Non, un cadastre extrêmement précis et détaillé effectué par des géomètres entre 1871 et 1878 montre que la Palestine était un désert quasiment vide, les villages étaient minuscules comme Shekh Munis où se trouve maintenant l’Université de Tel Aviv, qui était un petit village de 90 mètres sur 180 mètres. De même, Usfiyeh, Yehud et de nombreux autres villages avec des noms juifs. On n’y trouve qu’un minuscule village avec un nom arabe.
        Le Larousse de 1925 parle d’ailleurs « d’état juifs sous mandat de l’Angleterre ».
        .
        Les juifs ont créé des vallées verdoyante là ou il n’y avait que du sable et des cailloux, il y a eu une multiplication des revenus agricoles par plus de 40 ce qui a entraîné au début du 20ème siècle une forte immigration d’arabes égyptiens jordanien et syriens le soit disant « peuple Palestinien ». De nombreuses offres de paix et de cohabitation ont été faites après 1948 mais c’est un fait facilement vérifiable que les arabes haïssent les juifs depuis des siècles.

  • La guerre ou la ‘promesse de guerre peut préparer une négociation ou réparer une négociation sans fin. C’est un outil a ne pas négliger !
    La fleur au fusil , ça n’a jamais marché

  • L’Iran joue la montre pour pouvoir déclarer fièrement qu’ils ont réussi à avoir la bombe nucléaire et le contrôle des voisins, alors qu’ils étaient sous traité et sanctions… Et ceci, juste sous le nez des signataires (dont l’UE)… Les US l’ont très bien compris et donnent le coup de pied dans le panier de crabes pour faire cesser ce petit jeu de cours de récréation, avant qu’il ne soit trop tard…

  • Quelle idée, Trump ne va pas envahir l’Iran, il se contenterait en cas de conflit aggravé de frappes aériennes sur des cibles choisies. C’est le dernier à envisager une telle invasion, c’est un Jacksonien, un isolationniste.
    Et même les néocons, interventionnistes, n’auraient jamais fait l’erreur d’essayer d’envahir un pays de cette taille. C’est la guerre assurée pour un demi-siècle, un enlisement pour une sortie finalement honteuse comme au Vietnam.
    Tous les responsables US savent qu’il est bien préférable de laisser le régime tomber tout seul dans un lent pourrissement, même si ça prend des années.

  • « le Parlement irakien a demandé à l’unanimité au gouvernement de « mettre fin à la présence des troupes étrangères » »
    Ah bon ? Un président de parlement qui annonce cette déclaration devant à peine la moitié des députés, qui fait semblant de ne pas entendre ceux qui demande une mise aux votes et qui déclare « adopté » à peine sa lecture terminée, c’est une « demande à l’unanimité » ? Mouais mouais mouais…

    • Cherchez la source de l’information

      • La source ? La totalité de la presse, même française, quand on ne se contente pas de lire les titres… Mais bon, quand on se contente de lire les titres, on ne sait pas, par exemple, que ce genre de déclaration de la part du parlement irakien n’est que consultative, n’obligeant en rien le gouvernement à suivre, on ignore que ledit gouvernement est démissionnaire (et donc ne peut pas prendre de décision), on ignore que les seuls ministres qu’on relaye dans la presse française sont des chiites (ça, à votre décharge, même en lisant tout l’article, vous ne risquez pas de l’apprendre dans ladite presse), on ignore que ce sont en quasi totalité des députés chiites (inféodés à Téhéran) qui étaient présents lors de ce « vote » (sans vote, pour rappel), on en arrive même à parler de « décision à l’unanimité » en parlant de 168 députés présents sur 329.

        Mais bon, en même temps, je réponds à quelqu’un qui affirme, en parfait perroquet de la Pravda française, et entre autres approximations toutes aussi « pravdesques », que « L’Irak et l’Iran apparaissent plus unis que jamais face au « grand Satan » », donc bon…

        • Pardonnez mon intrusion dans votre passionnante discussion, mais que quelqu’un ose traiter La Petite Bête de « perroquet de la pravda » en dit long sur le niveau de paranoïa antigauchiste et l’utilisation honteusement abusive du terme « pravda » sur CP…
          J’ai l’impression d’assister à une purge stalinienne dans un miroir… Le Commissaire Politique Libéral Gally contre le Traître LPB et tout ceux qui s’écartent de la ligne du Parti !
          Vraiment, c’est très rigolo… Pardon pardon, mais je ne pouvais pas me retenir :-))))

          • A ma connaissance, « pravda » signifie « vérité » en russe et l’expression « perroquet de la pravda » est une parfaite incitation à la réflexion pour celui qui la lit. Aucune honte, paranoïa, hostilité, aucun abus là dedans, sauf peut-être pour ceux qui préfèrent recevoir des évangiles que des incitations à réfléchir.

          • « Commissaire Politique Libéral » ? Rarement lu un oxymore aussi profondément débile…

            • Vous n’êtes pas nouveau sur CP pourtant… ou vous n’êtes pas attentif aux comportements et champs lexicaux de certains.

  • D’abord, je suis toujours dubitatif de voir des « analystes » mettre sur le même plan les « gros bras » de Donald Trump et les mollahs iraniens… c’est tellement énorme que j’ai envie de dire : no comment.

    Ensuite, il est évident que Donald Trump ne veut pas la guerre et fera tout pour l’éviter, à la fois parce qu’il n’aime pas la guerre en général (ça coûte cher et pour un homme d’affaires, c’est un gâchis sans nom quand on peut l’éviter) et parce que les Américains n’en veulent pas ; il l’a jusqu’ici amplement montré, mettant l’accent depuis le début sur les sanctions économiques.

    L’accord de Vienne était catastrophique : il a permis au régime des mollahs de prospérer et d’exporter encore plus le terrorisme islamiste.
    Israël n’est pas une variable d’ajustement : sans parler de son caractère « sacré », c’est une démocratie, un pays où la liberté est sans comparaison avec celle des pays voisins. Abandonner Israël serait une faute morale et stratégique majeure. Et l’Iran des mollahs est l’ennemi le plus dangereux d’Israël, d’assez loin.

    J’ajoute que je partage les réserves de Guillaume P. ci-dessus : inutile d’idéaliser les Kurdes. On pourrait par exemple, en plus de l’importance de la mouvance communiste, rappeler leur participation au génocide arménien.

    Pour finir, Macron est un rigolo, dans cette affaire comme dans pratiquement toutes les autres. La seule bonne option, de sa part comme de celle de ses amis européens, serait d’appuyer la politique de Donald Trump visant à étouffer le régime criminel et terroriste – et liberticide, ça va peut-être mieux en le disant, y compris sur un site libéral – des mollahs, de sorte que les Iraniens se dotent de dirigeants enfin fréquentables.

  • Votre pseudo est choisi en référence à l’historien? ?

  • Ce qui est stupéfiant, c’est que les Etâs-Unis ont commus un acte qui viole clairelent le droit internaional, mais que nous sommes invités à croire que l’Iran est le grand méchant… parce que c’est comme ça.
    Le régime iranien est ce qu’il est et c’est d’aord l’affaire des Iraniens. A ceux qui identifient trop facilement Iran et djihadisme, on peut tout de même faire remarquer que les principaux soutiens de l’islamisme en Europe sont l’Arabie Saoudite et le Qatar et qu’il n’y aurait peut-être pas de République Islamique en Iran si un complot de la CIA n’avait pas évincé Mossadegh du pouvoir en 1953, alors qu’il avait été démocratiquement élu. Les malversations du Shah sous la houlette du duo Nixon-Kissinger et sur fond d’exploitation pétrolière et de vente d’armes ayant eu les conséquences que l’on voit encore aujourd’hui…

    •  » Le régime iranien est ce qu’il est et c’est d’abord l’affaire des Iraniens. A ceux qui identifient trop facilement Iran et djihadisme, on peut tout de même faire remarquer que les principaux soutiens de l’islamisme en Europe sont l’Arabie Saoudite et le Qatar  »

      Les Hezbollah et le Hamas qui veulent clairement la peau d’Israël sont financés et armés par l’Iran. Donc non; L’Iran n’est pas que l’affaire des iraniens.

       » on peut tout de même faire remarquer que les principaux soutiens de l’islamisme en Europe sont l’Arabie Saoudite et le Qatar et qu’il n’y aurait peut-être pas de République Islamique en Iran si un complot de la CIA n’avait pas évincé Mossadegh du pouvoir en 1953,  »

      Comme il n’y aurait certainement pas eu la naissance d’Al qaeda puis de l’EI en Afghanistan si les communistes afghans n’auraient pas renversé l’ancien régime laïc par un putsch avec l’aide de l’URSS en massacrant les imams, en brûlant les corans sur les places publiques et les mosquées; radicalisant ainsi une frange de la population musulmane Afghane. Toujours facile d’aller chercher des éventements d’il y a plus de 40 ans pour faire comme si Trump était responsable de la politique de Nixon et Kissinger en Iran et de modérer par la même occasion la responsabilité de l’Iran d’aujourd’hui aux mollahs iraniens.

    • « nous sommes invités à croire que l’Iran est le grand méchant »

      Quand je vois que l’Iran balance les homosexuels du haut des immeubles et tue 1000 personnes et en arrête 7000 lors des manifestations de novembre 2019 j’ai tendance à le penser effectivement. Rien n’oblige le régime des Mollah à être une dictature sanglante depuis 1979 et certainement pas l’éviction de Mohammad Mossadegh voici 70 ans ou celle du Shah voici 40 ans.
      Ce n’est pas comme si les complots des américains avaient éliminé une à une toutes les personnes pacifiques et attachées à la démocratie en Iran.

  • « en prouvant qu’ils sont devenus une puissance balistique de premier niveau, les Iraniens changent complètement la donne… »

    Oui, mais comme les lanceurs ne faisaient pas partie de l’accord de 2015, on ne devrait pas être étonné qu’ils aient fait des progrès.
    Alors pourquoi les Américains d’alors ont accepté ce risque, alors qu’ils étaient en plein conflit en Syrie et que les Iraniens étaient dans le camp opposé ?

  • Merci.
    Effectivement, ce que ne mentionne pas l’article c’est la précision tout à fait étonnante des frappes, au mètre près. C’est une précision surprenante, supérieure à celle supposée par les analystes. La précision des missiles iraniens est en fait l’évènement principal de la frappe du 08/01/2020.
    Et encore une fois, le score de la défense anti-aérienne de la légendaire armée américaine est de 0% – autre évènement important, mais pas nouveau.
    Des missiles aussi précis, c’est la garantie de pouvoir frapper :
    -les centres de commandement,
    -les baraquements (un soldat revient dormir dans sa caserne)
    -les installations de support liés à l’aviation (un F35 sans pièce de rechange et sans entretien, ça reste au sol)
    -l’aviation au sol
    -les portes-avions.

    Si le rayon d’action de ces missiles est réellement de 1000 km, il ne reste au USA que l’aviation à très long rayon d’action, les missiles de croisières, l’arme nucléaire… et la diplomatie.

    Ce que j’ai du mal à comprendre, c’est le peu d’empressement de l’Iran a développer l’arme nucléaire. Dans leur position n’est-ce pas la chose à faire ? Qu’est-ce qui les retient, la peur d’être vitrifié par Israël ? Autre chose ?

    •  » Effectivement, ce que ne mentionne pas l’article c’est la précision tout à fait étonnante des frappes, au mètre près. C’est une précision surprenante, supérieure à celle supposée par les analystes. La précision des missiles iraniens est en fait l’évènement principal de la frappe du 08/01/2020.  »

      Précisions étonnantes pour des résultats nuls? La belle affaire. Les USA un seul tir et le régime décapité.

       » Et encore une fois, le score de la défense anti-aérienne de la légendaire armée américaine est de 0% – autre évènement important, mais pas nouveau.  »

      Pour 0% de cibles essentielles non touchées et dans des bases pas vraiment d’importance stratégique il n’y a pas de quoi sortir les grands moyens surtout que la plupart des tirs étaient des roquettes et les systéme anti-missiles ne sont pas fait pour stopper des roquettes.

      Si vous vous plaisez à gober la propagande du régime iranien reliés par les sites conspirationnistes et anti-américains cela n’engage que vous.

    • @Povremoyne :
      « Ce que j’ai du mal à comprendre, c’est le peu d’empressement de l’Iran a développer l’arme nucléaire.  »

      Bin tiens donc, je déduis donc que
      – vous conseillez de mentir et ne pas respecter le traité de 2015
      – vous conseillez de monter un plan pour développer la compétence en lanceur,
      – vous conseillez même quelques frappes préventives

      Auriez vous un petit parti pris délirant ou jouez vous à un jeu de plateau ?

  • Je pense que la stratégie de Trump n’est pas d’envahir militairement de nouveau territoire comme l’Iran pour défaire l’ennemi, mais de cibler directement les têtes des régimes comme ça été fait en Iran dernièrement avec un tir de drone ou par l’engagement de forces spéciales comme ça été fait dernièrement contre le numéro un de l’EI.

    Avec ce type de stratégie l’Amérique de Trump est de dire à l’ennemi que vos dirigeants ne sont désormais nul part en sécurité. ( Du reste la plus part des hauts dirigeants de l’EI et d’Al Qeda tués militairement en zone contrôlée par eux l’ont été par des frappes ciblées par des drones ou des avions d’attaques au sol ou par des opérations des forces spéciales et cela déjà sous Obama. A la longue les prétendant aux successions de ces groupes terroristes et des états comme l’Iran qui financent le terrorisme vont commencer à y réfléchir deux fois avant de vouloir devenir les numéros 1 )

    La deuxième stratégie de Trump est d’étouffer économiquement l’Iran afin que le peuple lui-même renverse le régime. Un peuple qui a faim n’a plus d’oreille. Donc il n’écoutera plus la propagande de ses dirigeants.

    • Vous mettez le doigt sur une incohérence dans cette affaire: l’assassinat de Soleimani ne peut que renforcer l’unité de l’Iran autour de ses dirigeants…

  • Les chrétiens irakiens n’ont pas vraiment besoin des interventions américaines pour disparaître petit à petit : dans tous les pays musulmans, leur nombre n’a cessé de baisser au cours de l’Histoire. Afrique du nord, Égypte, Liban, Gaza, etc.

    Belle démonstration d’antiaméricanisme et d’anti-israélisme, sinon.

    Nul doute que vous préféreriez vivre en Iran (des mollahs), dans l’Irak de Saddam Hussein, dans la Russie de Poutine et autres démocraties libérales, si vous en aviez l’occasion. Grand bien vous fasse.

    • Peut-on critiquer l’interventionisle américain au MO (porté par les intérêts israéliens qui ont subverti une partie du gouvernement US) sans automatiquement être accusé d’être un admirateur du régime iranien?
      Les médias occidentaux, inféodés à la politique atlantiste, ont installé un manichéisme dans les populations qui, à terme, est préjudiciable à la paix. L’Axe du Mal contre le Bien, c’est tout simple.
      Ne comprenez-vous pas que le champ de bataille est l’opinion publique occidentale que l’on veut préparer à un affrontement majeur au MO?

      • Vous n’avez rien compris sur cette question, la petite bête. Dommage, parce que sur d’autres questions, vous êtes souvent dans le vrai.
        Vous n’avez rien compris, et ne faites que répéter la propagande à la fois de nos médias imprégnés d’antiaméricanisme et d’anti-israélisme (qui est en réalité une forme d’antisémitisme – pas si étonnant quand on considère l’Histoire de notre pays).
        En répétant cette propagande, vous vous faites l’allié, consciemment ou non, du régime des mollahs.
        Israël n’a pas, contrairement à ce que vous affirmez, « subverti une partie du gouvernement US ». C’est beaucoup plus simple que ça : Les Américains dans leur ensemble (cf les nombreux sondages faits sur le sujet) soutiennent fortement Israël, pour différentes raisons dont celle qu’il s’agit de la seule démocratie au MO n’est pas la dernière. Et les dirigeants US suivent la même tendance, rien de plus logique. Que les dirigeants israéliens soient amis des dirigeants US n’a rien d’une subversion, c’est le processus le plus courant et le plus naturel au monde.

        Les médias occidentaux sont bien plus inféodés aux intérêts (arabo-)musulmans qu’à l’oncle Sam, cessez de répéter la propagande d’Alain Bonnet-Soral et des islamistes. Leur gauchisme est connu, et pas que sur ce sujet, n’est-ce pas. Or tous les gauchistes de la Terre soutiennent les ennemis de la démocratie, renseignez-vous un minimum. Soutenir l’Iran est donc « naturel » pour ces gens (les journalistes). Voir aussi l’héritage de la politique gaullienne, pro-arabe et froide envers Israël depuis 67.
        L’antiaméricanisme en France ne date pas d’hier, malheureusement. Il a surtout commencé durant la WWII, avec le gvt de Vichy, et s’est poursuivi avec de Gaulle. Il a beaucoup à voir avec la nostalgie de la France grande puissance (ce qu’elle n’est plus, pour diverses raisons) et la jalousie de ce que l’oncle Sam ait pris la place. Irrationnel, stupide, mais bien réel.
        Quant à votre dernière phrase, c’est du complotisme de bas étage.
        La réalité est que le régime des mollahs, depuis 40 ans, opprime son peuple et diffuse le djihad islamique partout où il le peut. Et que les USA sont une démocratie (imparfaite comme toutes les démocraties, cf le mot de Churchill à ce sujet) et défendent logiquement des intérêts de démocratie – ceux de la France également, en passant.
        Vous faites une grave erreur d’analyse, car votre hostilité sans fondement réel envers les USA et Israël se traduit par un soutien implicite aux pires régimes de la planète. Sur un site libéral, il est très étonnant de voir des gens condamner les démocraties et prendre implicitement (ou non) le parti des dictatures. Très étonnant, pour dire le moins.

  • modération… incompréhensible, souvent.

  •  » « …En termes militaires, la riposte iranienne change également beaucoup de choses : en prouvant qu’ils sont devenus une puissance balistique de premier niveau, les Iraniens changent complètement la donne… »  »

    Des dizaines de tirs iraniens qui n’ont détruit rien d’essentielle côté américain alors qu’un seul tir américain à décapité le numéro 2 du régime iranien. Les mollah font dans leur frocs est vous parler de supériorité balistique iranienne?

     » Depuis 2001 la destruction des structures, le chaos dans les populations sont dus avant tout aux USA,  »

    Ben voyons Le putsch communiste en Afghanistan et l’invasion soviétique n’ont rien détruit du tout et rien semé comme chaos. La répression violente du régime de bachar al Assad contre sa population qui contestait son régime lors du printemps
    arabes et les centaines de djhadistes sunnites que le régime à fait libérer afin de pourrir la situation qui a fini par lui échapper est la raison du déclenchement de la la guerre civile en Syrie et qui a permis à tout les djhadistes de éa région et à l’état islamique à s’ingérer dans le territoire syrien afin de renverser le régime. Les russes n’ont fait que de réparer le grand n’importe quoi du régime syrien.

     » ISIS applaudit à l’exécution du Général qui avait efficacement refoulé le terrorisme international  »

    Pour le remplacer par un axe chiite extrémiste. Trump avec les kurdes et l’aide du numéro 2 ont éliminé de l’Irak l’ennemi essentielle. Ensuite je ne vois pas en quoi Trump n’ p’as eu raison de s’occuper de ce qui est devenu le pire dans la région.

    Ce n’est pas parce que Staline a contribué à la défaite des nazis que le personnage étaient un libérateur. Le Général Patton voulait réarmer les allemands pour jeter dehors d’Europe de l’est les bolcheviques. Et il avait raison de le dire.

  •  » Tous les missiles ont atteint leur cible  »

    Quelles cibles? La cantine ou juste le sol en sable des bases? Il ne faut pas être technologiquement très avancé pour viser des bases militaires. Mais quand stratégiquement les résultats sont de zéro mieux vaut la fermer. Les USA ont fait un seul tir et ils ont décapité le numéro 2 du régime. ça c’est une cible atteinte.

    • @Le nouveau : On ne peut pas nier que ces missiles ont été précis et que la défense a été au mieux très passive.

      Ce qui démontre que l’accord de 2015 qui n’avait pas inclus le contrôle des lanceurs était une erreur, et que les Iraniens ont pu – comme le commentaire délirant ci-dessus – imaginer la poursuite de leur programme en sautant une étape.

      il est à noter que Obama, le nobélisé de la paix a permis à 2 pays de développer leur puissances en lanceur : la Corée du Nord et l’Iran.

  • C’est marrant, ce commentaire « recevable » me fait penser à ceux qui annonçaient en 2003
    que l’Irak serait le tombeau de l’armée US (références antisémites incluses, notons le en passant) : est-il nécessaire de rappeler ce que fut la suite (en parlant de la campagne militaire, pas de la ridicule gestion qui suivit) ?

    Notons juste un point, pour rigoler : « Sans l’aviation russe qui a détruit l’immense réseau souterrain d’ISIS, et l’appui russe et iranien ». Probablement pour cela que pendant toute la période Obama, durant laquelle les Russes et Iraniens étaient déjà présents et bombardaient allégrement, ISIS tenait la moitié de la Syrie et de l’Irak. Super efficaces les Russes et les Iraniens…

      • Tout à fait. Yves Montenay et Contrepoints ont encore beaucoup à apprendre.
        Trump n’est pas un va-t-en guerre, il a fait le gros dos suite aux provocations croissantes de l’Iran depuis six mois.
        Mais quand il a appris que Soulemani préparait une réédition de la prise d’otages de l’ambassade US de 1979, il n’a pas pu laisser passer.

  • trump ne veut pas la guerre..
    mais il a juste et simplement montré aux iraniens qui veulent mener une forme de guerre souterraine qu’il est un type « simple »…

    • Non, il ne veut pas la guerre. Il veut la sécurité d’Israël, mais pas au prix des USA.
      Je fais l’hypothèse qu’il a été mis devant le fait accompli par son Etat profond (qui, lui, veut la guerre avec l’Iran) et que, dans cette situation, il négocie parallèlement avec une partie du règime iranien pour trouver un accord qui assure la sécurité d’Israël.
      On verra dans quelques mois…

      • L’État profond voudrait faire la guerre à l’Iran ? Alors que ces gens sont des grands amis des Democrates, d’Obama et Clinton qui ont signé avec Téhéran le fameux accord munichois de 2015 ?

        Vous plaisantez ?

        Les Dems sont des amis des mollahs, la rencontre même pas secrète entre Kerry et plusieurs hauts dirigeants iraniens, à Paris l’an dernier – dans ce qui ressemble à de la Haute Trahison – est là pour le rappeler aux aveugles volontaires, si besoin.

        Et Trump a pour objectif, depuis le départ, d’asphyxier le régime des mollahs, en sorte qu’il cesse de nuire à tout le monde.

  • Joli copier coller d’un article de <Pars Today, site de propagande iranien complètement allumé parlant dans un autre article d’une « réussite à 100% » pour des tirs de missiles dont ils déterminent eux même la précision comme étant de « 500 mètres » (ce qui en dit long, autant sur la stupidité de l’auteur que sur celle de ceux qui colportent les infos sorties de cette « source »)
    Contrepoints aurait-il trouvé son « Bagdad Bob » ?

    • https://www.thedailybeast.com/new-york-post-reporters-identity-stolen-to-spread-iran-propaganda

      « The account impersonated veteran Israeli reporter Jack Khoury and tweeted out pro-Iran propaganda, including one of the stories published by the fake Moore account. And like the Moore account, it made use of open platforms like Medium to host its fake stories pushing Iranian regime-friendly propaganda.

      Twitter suspended the fake Khoury account Wednesday and in a statement to the Daily Beast said the account “was permanently suspended for violating our platform manipulation policy. »

    • Je confirme, un « Teheran Bob », caisse à résonance totalement ridicule de la propagande iranienne.

      Dis, le comique, tu nous donnes le lien d’Haaretz ? Des 224 soldats blessés (et 80 morts, pour un total de 320 soldats US sur une base aérienne de plusieurs hectares, lors d’un tir de missiles ayant une « précision » de 500 mètres : aucune notion du ridicule) ? Un vrai lien, pas une fausse source de propagande qui t’a sauté au nez (merci Gérard)

      • La propagande des Mollahs est en train de leur péter à la g….le .

        De nouvelles manifestations en Iran aux cris de « Mort aux menteurs. »

        https://www.aljazeera.com/news/2020/01/iranian-protesters-demand-khamenei-quit-downing-plane-200111171757858.html

        La destruction de l’avion Ukrainien et son déni initial est qualifié de « Tchernobyl ».

        Que pouvais t’il leur arriver de pire ? Leurs délires sur un bain de sang Américain suite à leu ripostes seraient comique si les circonstances n’étaient pas aussi dramatique.

        Et c’est un avion de ligne qu’ils ont descendu…..

        L’argument pour démoniser le grand Satan depuis 30 ans , c’est la destruction d’un avion de ligne Iranien par l’USS Vincenne,

        Les mollahs n’ont jamais accepté la thèse de l’accident, déclarant que c’était un acte de terrorisme délibéré.

        Et c’est ce qu’ils viennent de faire…

        Ils sont finis.

  • Article très amusant !

  • Eh, Téhéran Boy, on attend toujours ton lien d’Haaretz. Tu es conscient qu’en faisant semblant de ne pas lire ce genre de demande légitime, tu ne fais que confirmer que tu mens comme un arracheur de dent et donc que toute intervention supplémentaire de ta part est totalement contreproductive ?

    Mais bon, un agent de propagande d’un état qui vole des photos de drone universitaire japonais, on ne s’attend pas à ce qu’il fasse autre chose que mentir, et mal 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles