La guerre États-Unis-Iran : « C’est parti comme en 14 ! »

Les tensions entre États-Unis et Iran pourraient déboucher sur une guerre embrasant le monde par le jeu des alliances entre nations.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre États-Unis-Iran : « C’est parti comme en 14 ! »

Publié le 4 janvier 2020
- A +

Par Yves Montenay.

Les guerres ne surviennent pas accidentellement. Ou plutôt si un accident les déclenche, c’est parce qu’il existe des raisons plus profondes.

Or les raisons, il y en a beaucoup. Voilà 40 ans que cette guerre est annoncée, il y a eu des moments très chauds, et cette fois « ça brûle », comme disent les enfants. Et un peu comme en 1914 où un incident isolé, l’attentat pro-serbe de Sarajevo dont on fête l’anniversaire ce 28 juin, avait fait jouer une cascade d’alliances de chaque côté et déclenché la pire des guerres que l’Europe a subie… et dont elle ne s’est jamais remise.

« Comme en 14 », le jeu des alliances

Tout d’abord parler d’une guerre entre les États-Unis et l’Iran ne permet pas de comprendre la situation. Comme en 1914 et 1939, il y a tout un jeu d’alliances pouvant mener à un embrasement général !

Israël et l’Arabie poussent les États-Unis « à agir », tandis que la Syrie est avec l’Iran, ce qui implique la Russie. Et l’Iran est proche de la majorité chiite de l’Irak, de la quasi majorité chiite du Liban, de l’opposition chiite majoritaire à Bahreïn, des chiites « houtis » du Yémen sans parler de la minorité chiite d’Arabie, peu connue.

Voyons cela de plus près :

Les alliances américaines

D’abord les deux alliés des États-Unis au Moyen-Orient sont des boutefeux et ont vis-à-vis de l’oncle Sam un comportement « d’enfants gâtés », c’est-à-dire de demandes non raisonnables écoutées par des parents oubliant leurs bons principes.

C’est d’abord le cas d’Israël, ou du moins de l’Israël de Benjamin Nétanyahou, actuellement au pouvoir.

En Israël, Nétanyahou joue et gagne en alarmant le pays sur le danger palestinien appuyé par le danger iranien. Il ne s’agit pas ici de dire s’il a tort ou raison, mais de rappeler une donnée. Danger iranien car les troupes de ce pays sont à la frontière israélienne en Syrie, tandis qu’à sa frontière nord on trouve le Hebzbollah chiite libanais assimilé à un vassal de Téhéran.

Et surtout les discours des responsables iraniens évoquent à la fois la nécessaire destruction d’Israël et la nécessité de posséder l’arme nucléaire. Est-ce purement rhétorique et à usage interne, comme en Arabie, que ça n’empêche pas d’être l’allié de fait d’Israël, ou est-ce à prendre au pied de la lettre ? Je n’en sais rien mais rappelle que bien des gouvernements ont été prisonniers de leur propre discours. En tout cas c’est du pain bénit pour Nétanyahou et sa stratégie électorale d’affolement des populations israéliennes.

Or Israël est puissant aux États-Unis, et cela est renforcé par la bonne entente entre Donald Trump et Benjamin Nétanyahou. Puissant, non pas du fait du lobby juif américain comme on l’imagine souvent, notamment dans les pays arabes, mais de puissant lobby protestants, vivier électoral des républicains.

En effet si les Juifs américains sont souvent « à gauche » et votent démocrate comme les autres minorités (je simplifie), ce n’est pas le cas des forts courants protestants bien plus importants, pour lesquels le mot « Israël » signifie à la fois un pays et une vision religieuse liée à « la fin des temps ».

Pour eux, « soutenir Israël » va dans le sens des injonctions bibliques et est totalement indépendant du problème concret, souvent ignoré par l’Américain moyen. Bref Israël est davantage qu’un allié et fait quasiment partie du patrimoine politico-religieux des États-Unis.

L’autre allié local des États-Unis est l’Arabie Saoudite, alliance renforcée également par des liens personnels entre la famille Trump et le prince héritier Mohamed ben Salman, que l’on se garde d’accuser du meurtre du journaliste Khassodggi et des coups de fouet aux militantes féministes emprisonnées. La presse américaine est parfaitement au courant, mais ça ne franchit pas les murs de la Maison Blanche, malgré un deuxième « petit défaut » de ce dit allié, le déluge télévisuel et financier en faveur des wahhabites, donc un discours anti occidental partout dans le monde.

Les alliances iraniennes

On cite en général le fameux « arc chiite » et sa solidarité avec l’Iran. Certes tous les chiites ne veulent pas la guerre, et certains auront un choix douloureux à trancher.

En Syrie le régime ne tient que par les troupes iraniennes et l’aviation russe. Le pays est matériellement détruit et dans un état catastrophique sur le plan humain. Une part importante de la population et des classes moyennes s’est réfugiée à l’étranger. Et presque tous ceux qui sont restés, y compris le rameau chiite des Alaouites au pouvoir et les chrétiens, ne suivent Assad que parce que c’est le plus fort et un moindre mal par rapport aux islamistes. Mais presque tous ont subi eux-mêmes, ou leurs familles, arrestations, tortures et souvent exécution. Donc il n’est pas certain que du sommet au bas de la hiérarchie sociale on souhaite une nouvelle guerre. Mais on n’a pas le choix : c’est l’Iran qui commande.

La guerre a d’ailleurs commencé puisqu’Israël bombarde déjà des installations iraniennes en Syrie. Cela obligera un jour ou l’autre la Russie qui protège le ciel syrien à intervenir. À contrecœur probablement. Ils arrêtent déjà une partie des missiles israéliens, mais que se passera-t-il s’ils abattent un de leurs avions ? Les Israéliens résisteront-ils à la tentation de représailles ?

Le principal pays chiite par sa population est l’Irak. L’Iran a veillé à resserrer les liens religieux avec l’Église (le mot n’est pas totalement inapproprié) de la majorité chiite et a gardé des liens avec ses puissantes milices. En sens inverse, les chiites irakiens sont arabes et non perses, et ont participé sans se rebeller à l’armée irakienne lorsqu’elle a attaqué l’Iran en 1980. Mais c’était du temps de Saddam, la situation a beaucoup évolué depuis et finalement l’Irak devrait être allié ou neutre dans cette éventuelle guerre. Même dans ce dernier cas, il serait bien utile à l’Iran pour les contacts avec l’extérieur.

Les chiites du Liban, pendant longtemps petite minorité défavorisée, approchent maintenant de la majorité démographique notamment du fait de l’émigration chrétienne. Sa milice est officiellement tolérée à côté de l’armée libanaise, et reçoit un matériel iranien moderne notamment des missiles pointés sur Israël. Là aussi le cycle provocation-représailles peut se lancer à tout moment, par accident ou avec une arrière-pensée politique libanaise ou israélienne.

Les chiites, variante « houtie », du Yémen sont déjà en guerre avec l’appui de l’Iran contre l’Arabie appuyée par l’Amérique. Donc là aussi la guerre a commencé.

Les autres groupes chiites s’échelonnent le long du golfe persique (pardon, du « golfe arabique » … il y a déjà une guerre du vocabulaire). Ils n’ont pas de puissance militaire mais l’exaspération et la répression peut entraîner des attentats, qui eux-mêmes…

Hors Moyen-Orient, les autres pays ne sont pas directement partie prenante, ou sont sans influence comme l’Europe. Mais ils peuvent avoir des arrière-pensées et certains peuvent être tentés par les bénéfices à tirer d’éventuelles hostilités. Certains s’interrogent sur les idées turques ou chinoises.

En fait les idées ne se préciseront que lorsque l’on saura quelle forme prendra le conflit. Elle ne sera probablement pas classique, puisque les deux principaux intéressés à des milliers de kilomètres l’un de l’autre.

Et puis, de quelle guerre parle-t-on ?

L’Iran est un grand pays tant par sa population que par sa superficie. Il comprend des déserts et des montagnes. En outre, si l’armée iranienne est gênée par les sanctions, son personnel est tout à fait qualifié. Bref l’Iran ne serait pas facile à envahir et encore moins à contrôler par les Américains, même aidés par les Israéliens et les Séoudiens. Les Israéliens peuvent aider sur le plan technologique, les Séoudiens par leur position géographique, mais rien de plus si on en juge par leurs difficultés militaires au Yémen.

De plus Donald Trump s’est dit toujours opposé à l’envoi de troupes américaines à l’étranger, ce en quoi il a probablement raison tant d’un point de vue électoral que du point de vue efficacité.

En effet, les Américains n’ont pas brillé sur le terrain en Irak ou en Afghanistan, bien qu’ils aient plutôt été bien accueillis au départ par une partie de la population soulagée du départ de Saddam ou des talibans.

Il y a de multiples raisons à cela mais je voudrais insister sur une rarement citée : le vase clos culturel. Combien de militaires de haut ou moyen rang avaient une connaissance de l’histoire de ces pays et notamment des racines de l’antiaméricanisme ? Du troufion de base au général, combien avaient une connaissance de l’islam local (ou plutôt des islam locaux), Combien avaient une connaissance de l’arabe, sans parler des langues locales comme le kurde et les diverses langues de l’Afghanistan ?

Il a fallu paraît-il deux ans pour qu’arrive aux fantassins américains en Irak un petit carnet expliquant comment dire en arabe « haut les mains » et autres expressions basiques. Consciemment ou inconsciemment beaucoup d’Américains imaginent que tout le monde parle anglais. Et du coup n’apprennent plus les langues étrangères.

Ce faisant, ils se mettent entre les mains d’interprètes ou d’affairistes. Or les interprètes peuvent trahir soit par conviction personnelle, politique, patriotique ou religieuse, soit parce que l’adversaire menace sa famille. Quant aux affairistes, ce qui les intéresse c’est l’argent ou le matériel de l’armée américaine, ou encore de mener au pouvoir telle tribu qui n’est pas forcément celle souhaitée par la population.

Bref, même s’il devait y avoir une guerre, on ne verra pas de débarquement américain en Iran. Par contre on pourrait voir un débarquement iranien dans les Emirats ou en Arabie !

En attendant on se dirigerait plutôt vers une guerre aérienne et navale avec notamment le blocage du détroit d’Ormuz. Mais sans destruction des sites iraniens de fabrication des bombes atomiques, qui sont depuis très longtemps très profondément enfouis dans la roche. Faute de résultats décisifs, les va-t-en-guerre des deux camps chercheront autre chose, peut-être une intervention israélienne en Syrie qui pousserait la Russie à intervenir.

Les Américains vous diront que leur action va pousser la population iranienne à se révolter contre le régime. Peut-être. Mais les Iraniens sont patriotes et l’appareil répressif du pouvoir islamiste ne serait pas forcément anéanti par quelques bombardements.

Notre Jupiter fait ce qu’il peut pour éviter l’incendie. En homme cultivé il sait que « 14–18 » fut accidentel mais catastrophique, avec notamment la fin du français langue internationale, l’hégémonie américaine remplaçant celle de l’Europe. Et la montée du Japon dont l’orgueil le mènera à attaquer les États-Unis une vingtaine d’années plus tard. Et on voit bien les candidats à la succession des États-Unis ou du Japon d’hier.

Jupiter, patron des dieux antiques, n’a pas pu éviter la guerre de Troie ! Ni les catastrophes ayant frappé les vainqueurs comme les vaincus. Il en a été de même après 1918. Attention !

Article initialement publié en juin 2019.

Sur le web

Voir les commentaires (71)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (71)
  • J’ai mal au crâne au bout de l’article, et franchement, je crois que les français s’en fichent de cette histoire.
    De toutes façons, nous français, qui avons hébergé, l’ayatollah Khomeiny, et contribué à la chute du Shah, on a pas de quoi être fier.
    L’Iran du Shah n’était peut-être pas un pays parfait, mais les femmes n’y étaient pas une sous espèce de fantômes en noir.

    Et pour finir, sans aucune ascendance juive, en temps que femme, le seul pays dont je me sente proche au Moyen Orient, c’est Israël, parce que tout simplement c’est le seul qui ne ferait pas de moi une misérable inférieure si je devais y vivre.

  • « Les Américains n’ont pas brillé sur le terrain », probablement parce qu’ils n’ont pas de buts de guerre. Lors de la dernière guerre mondiale, l’objectif était clair, détruire complètement l’Allemagne et le Japon. Depuis 1945, en dehors de l’objectif trop général de la guerre froide, les USA ne savent plus pourquoi ils font la guerre. Apporter la paix et la démocratie ne sont pas des buts de guerre valables. Ce sont des objectifs de paix, pas de guerre.

    Quand on ne sait plus pourquoi on fait la guerre, il est impossible de savoir comment la gagner et la plus grande armée du monde est impuissante. Elle n’a plus qu’à rentrer dans ses casernes, désœuvrée et inutile, les armes au râtelier et la bière au frais. Dans l’autre camp, « tuer les infidèles partout où ils se trouvent » est un objectif guerrier clair, simple à comprendre, facile à entreprendre, et les volontaires se bousculent. On parle souvent de guerre asymétrique. Il semble bien que l’asymétrie réside d’abord dans les objectifs.

    • Cavaignac , d’après vous , comment faut il faire pour que les usines
      d’armements continuent à produire ? hé ben il faut des guerres , y compris quand il n’y a pas lieu d’en provoquer une …..et pour ce qui est de foutre le bordel partout ou c’est possible , les américains en connaissent un rayon ….

      • Il y a sans doute un fond de vérité dans vos affirmations.

        Toutefois, dans le cas de l’Iran, qui a déclaré la guerre il y a plus de 40 ans maintenant, qui a alimenté constamment le terrorisme depuis (immeuble Drakkar, crime toujours impuni), qui menace Israël de destruction et qui dispose de troupes armées jusqu’aux dents dans plusieurs pays de la région ? Dans le cas de la Chine, c’est bien cette dernière qui occupe illégalement des îlots en mer de Chine pour perturber le trafic maritime international, qui a récemment coulé un bateau civil philippin, menace Taïwan d’invasion, menace Hong Kong de répression, menace l’Asie (au point que les US vendent désormais des armes au Viêt Nam, c’est dire), institutionnalise le trafic d’organes prélevés sur les prisonniers vivants dans un vivier de plus de 15 millions d’internés, etc.

        Il ne faut pas vous tromper de cible lorsque vous cherchez qui fout le bordel.

      • Chère Vera
        évitez nous l’anti-américanisme primaire! Le seul pays qui lutte effectivement contre l’islamisme!

        • En flirtant corps et âme avec l’ Arabie Saoudite, c’ est sûr que ça va marcher la lutte contre l’ islamisme. Il se trompe d’ ennemi le Trump en enquiquinant l’ Iran. De toute façon là-bas, on a toujours emmerdé ou laissé tomber les pays civilisés qui avait une Histoire et une classe sociale très élevée, une communauté chrétienne, et on les a démonté au nom du pétrole et de petits business entre amis. Il a fallu casser la Syrie pour que le gaz n’y passe pas, c’ est le tour de l’ Iran. Quand ce n’ est pas Israël qui dicte ce qu’ il faut faire là bas, ce sont les saoudiens. C’ est un vrai travail de fumier de yankee, qui soit dit en passant, font toujours de l’ humanitaire derrière leurs saloperies. Business is business.

          • Cessez donc vos diatribes anti-américaines franchouillardes et vos insultes vulgaires! Vous n’êtes pas sur l’Humanité mais Contrepoints.
            Trump n’enquiquine pas l’Iran, c’est l’Iran qui intervient dans tout le Moyen-Orient, déstabilisant une région déjà particulièrement fragile. Liban, Syrie, Yémen, Irak, etc… Les Mollahs foutent la merde partout en voulant dominer le région. Cette élimination c’est pour leur faire comprendre qu’ils n’ont pas à intervenir hors de chez eux, un point c’est tout.

          • @ Stéphane,

            Faut vraiment être gonflé ou de mauvaise fois d’imputer la destruction de la Syrie aux américains. Le seule coupable est Bachar al Assad qui mis le feux au poudres en réprimant violemment à l’armes de guerre son peuple qui contestait son pouvoir lors la révolution du printemps arabe.

        • Lutter contre l’Iran, oui, ce pays doit changer de réthorique, parce que parler de destruction d’un petit pays est inacceptable et on ne doit pas le tolérer. Cela n’empêche pas que tout ne soit pas très clair du coté des pays dit sunnites à minorité chiite. Sur la syrie, je suis très réservé, parce que les comptes cela se règle un jour ou l’autre et que rien ne presse pour aider des excités coupeurs de têtes. Sur ce genre de cpoup, on ne l’entend pas The Donald.

        • Faux. Les É-U attaquent les Hachd al-Chaabi qui luttent contre Daesh. Les É-U ont instrumentalisé les groupes terroristes islamiques pour effectuer le boulot à leur place. SI l’objectif des É-U étaient de vraiment lutter contre les islamistes, ils n’attaqueraient pas les membres de Hachd al-Chaabi qui ont été intégré dans l’armée iraquienne. De plus, les É-U bombardent un pays qui est supposé être leur allié.

      • Chère Véra
        Ne sombrez pas dans l’anti-américanisme primaire! Ce pays est le seul à lutter contre l’islamisme. Et comme le dit Kassy dans le premier post, la civilisation occidentale est la seule où la femme est émancipée et respectée!

      • @véra
        « comment faut il faire pour que les usines d’armements continuent à produire ? hé ben il faut des guerres , y compris quand il n’y a pas lieu d’en provoquer »
        Des guerres, pas obligatoirement. Il faut surtout des ennemis désignés et des peurs. C’est suffisant pour entretenir et développer un armement.

      • Votre anti-américanisme franchouillard vous pousse à oublier les causes des guerres menées par les USA. Corée et Vietnam: invasion communiste du nord, Irak: invasion de Saddam Hussein de l’Iran puis du Koweit, Afghanistan: guerre menée par les Talibans pour s’emparer de la totalité du pays! Comme ce sont des islamistes on peut imaginer ce que sera le pays sous leur domination: un camp d’entrainement des terroristes!

        • Les É-U ont vendu des armes aux Irakiens et aux Iraniens. Les profits ont été plutôt juteux. Afghanistan, qu’est-ce que les É-U avaient à foutre que les Talibans contrôle le pays. En 2001, le gouvernement état-unien a reçu une délégation talibane aux É-U pour essayer d’en arriver à une entente pour passer un pipeline à travers l’Afghanistan. Les Talibans ont dit non. Et on connaît la suite.

          • Votre ignorance est admirable, tout comme votre sottise. Vous avez déjà vu le relief de l’Afghanistan? On fait passer un pipe-line dans les montagnes? Un pays aux mains des islamistes ce n’est pas grave selon vous? Les US ne vendent pas d’armes aux Iraniens, lesquels ne le désirent pas puisque c’est le grand Satan pour eux!
            Quand on est ignorant on ne vient pas écrire des commentaires!

  • Au dela même des alliances, l’Inde et la Chine ne peuvent envisager de perdre leurs approvisionnements du Golfe et ne pourraient aucunement rester inactives. (De, plus l’Iran est frontalier du Pakistan puissance nucléaire, donc la contagion à l’Inde est un risque criant). Il me semble impossible que cette guerre n’entraine pas l’Europe et les 2ème et 3ème puissance mondiales

  • 14-18 aujourd’hui serait un holocauste nucléaire! Personne ne souhaite une guerre! Cette analyse est ridicule. En 14 la France voulait récupérer l’Alsace et la Lorraine, il y avait donc une bonne raison. USA et Iran sont à chaque bout de la planète. Ce n’est qu’un bras de fer rhétorique et diplomatique.

    • Récupérer l’Alsace et la Lorraine, une bonne raison ?

      « Elsass frei ! « 

      • Très juste, l’Alsace est germanophone, annexée à son corps défendant par Louis XIV, et opprimée par les français durant 2 siècles pour la franciser!

        • Allez seulement dire à un alsacien qu’il est germanophile, pas germanophone….Nuance !!
          Vous serez surpris de la réponse? Ignorant que vous êtes.

    • C’est le contrôle du Moyen-Orient qui est en jeu. Israël, l’Arabie Saoudite et l’Iran se dispute la place. Les É-U vont empêcher l’Iran de dominer le Moyen-Orient. C’Est une guerre économique en premier lieu.

  • @kassy @cavaignac @jean-michel
    Ou l’envie de lire des commentaires, prenant le pas sur les articles.
    Une des belles surprises du Net est d’offrir la parole à des témoins éclairés de notre temps, venant contrebalancer les invectives ou analyses de comptoir qui ne manquent pas d’être publiées, quand on attendrait des « modérateurs » un minimum de vigilance.
    L’Oncle Sam, qui défraie la chronique, et n’a pas fini de surprendre le petit monde de la politique professionnelle, refuse de boxer dans leur catégorie en les défiant dans la sienne : celle des poids lourds du business.
    Chacun peut nourrir préjugés ou aversion pour ce challenger, mais il n’a pas volé sa victoire aux points, malgré les chausse-trappes de son adversaire.
    On comprend la fureur des bookmakers, parieurs invétérés, des mondes interlopes des médias, du show-business, de la finance et de la politique : ils n’avaient pas misé le moindre dollar sur lui, et ils ont tous eu gros à perdre.
    Leur problème est donc de lui interdire de remonter sur le ring pour éviter une nouvelle défaite -prévisible cette fois- par KO au second round.
    Par analogie il est plutôt surprenant de lancer une manchette alarmiste sur le lancement d’une guerre « Etas-Unis / Iran ».
    L’Oncle Sam a en effet décidé d’en finir avec les guerres, en utilisant leurs nerfs : plus d’argent, plus de guerre.
    Qui veut parier le moindre rial sur les mollahs ?

  • On peut ajouter que dé lencher une guerre n’est certainement pas le meilleur moyen pour Trump de se faire réélire

    • Je pense qu’il en est conscient. Mais il peut y avoir un engrenage.

      • il peut y avoir un engrenage à condition que les iraniens souhaitent la guerre..pas impossible pour raffermir un pouvoir mais dangereux..

        trump ne veut pas guerre…

        les iraniens peut etre..

        trump s’en fout.

        mais ce qui semble importer c’est qui portera la responsabilité du déclenchement éventuel..!!!!!
        la belle affaire pour le peuple iranien!!!
        oh si si l’infâme Amérique aura attaqué l’iran encore une génération de martyrs à venir..

        il semble que tout l’enjeu pour les iraniens soit peut être là..faire en sorte que l’opinion pense que les usa agressent l’iran…
        ça peut marcher…mais par partout..pas pour tout lemonde..

  • Oui enfin Trump s’est ravisé sur la riposte suite à l’incident du drone. Donc on peut douter d’une stratégie réelle, ce n’est pas le genre de Trump.
    Et puis si la théocratie vous gêne tant, vous auriez pu tâcler l’Arabie Saoudite qui n’a rien à envier à l’Iran sur les moeurs archaïques.

    La tension entre l’Iran et les alliances avec les USA n’est pas d’ordre religieuse mais identitaire, les mollah sont juste opportunistes. Elle est antérieure à l’islamisation radicale de l’Iran. De fait ne croyer pas naïvement que le peuple iranien va se jeter dans les bras américains.

    • Le peuple iranien n’est pas du tout anti-américain, ce sont juste les islamistes qui le sont. Voir les bougies allumées en Iran lors du 11 septembre!

  • notre Jupiter ne fait au mieux que de l’agitation. La France ne représente plus grand chose.
    et je ne suis pas convaincu qu’il a de la culture (éventuellement le vernis).

  • Je n’ai aucune prétention en « trumpologie », je ne suis qu’un analyse qui rassemble des données. Je suis encore moins un prophète ou un sympathisant du régime de Téhéran.

    Vous pensez que les Russes vont chasser les Iraniens de Syrie ? C’est ce que souhaitent aussi israéliens. Nous verrons bien.

    • Vous n’êtes pas très bon analyste. Vous envisagez un conflit mondial alors que tous les protagonistes disposent d’armes nucléaires? Vous croyez vraiment qu’ils vont se lancer dans un conflit qui ravagerait leurs pays et la Terre entière? Personne n’y a un intérêt quelconque. L’Iran poursuit ses tentatives de domination du Moyen-Orient, mais personne n’y a un intérêt ni le désire!

  • « Les sites de fabrication de bombes atomiques enfouis sous le sol ».
    J’ai de gros doutes sur le fondement de cette déclaration. les Iraniens viennent à peine de dépasser les 300 kilos d’uranium enrichi de qualité civile… Et il faut avoir des réacteurs civils fonctionnant à l’uranium d’une certaine taille pour produire le combustible de qualité militaire… (à moins d’une source fiable et assez neutre sur ce sujet?)

  • Nous ne sommes plus en 1914.. heureusement..
    et je trouve important qu’un général pratiquant le terrorisme d’etat dans toute une région puisse etre éliminé dans son espace d’intimité ou il se croyait en sécurité.. la guerre aujourd’hui c’est chirurgical , personne n’est a l’abri..
    on ne jettes pas des millions d’hommes a l’assaut de forteresses, on élimine le probleme dans sa salle de bain, ou dans sa voiture via un drone.. c’est propre et salutaire.. çà donne a réfléchir aux autres
    L’avantage c’est que du coup , la dictature militaire devient risquée pour Le militaire chez lui.. et çà ça change la donne
    Bravo a trump !

  • Il est intéressant de republier cet article aujourd’hui… alors que les Etats-Unis ont commis un véritable acte dé guerre à Bagdad (dont on insiste bien pour en rendre D. Trump responsable, ce qui ne cadre pas avec sa politique plutôt pacifiste, même s’il a donné des gages verbaux et symboliques à son Etat profond).
    On verra la suite, mais ce qui se passe doit être lu sur fond des obsessions du ddeep syate:
    – empêcher à tout prix la réélection de Trump (quoi de mieux qu’une remilirarisation au MO?)
    – maintenir le chaos au MO, voire provoquer un conflit avec l’Iran, conflit qui était déjà programmé en 2002 comme le révélait alor le général Wesley Clark

    • L’attaque de l’ambassade et les tirs de roquettes provoquant la mort d’un Américain sont aussi des actes de guerres.
      Relire le message de Jean Michel plus haut, le soi disant imprévisible Trump est au contraire parfaitement cohérent entre ses actes et son message.
      Les Mollahs ont joués au con avec la mauvais personne, maintenant ils sont dans une situation impossible.
      Trump n’est tout simplement pas Obama ni rien de ce que l’Occident n’a été depuis les 50 dernières années,les méthodes Iraniennes ne marchent plus avec cette nouvelle donne.
      Si ils ripostent, ils subiront des représailles de proportion Romaine, si ils ne ripostent pas , c’est la perte de leur prestige dans le moyen Orient ou seule la force compte.

  • « Article initialement publié en juin 2019. »

    Eh bien… désolé, mais que d’âneries dans cet article.

    À commencer par cette façon de faire trop fréquente en France consistant à mettre sur le même plan des démocraties (USA, Israël…) et de terribles dictatures, en l’occurrence l’Iran des mollahs.
    À ce compte-là, M. Montenay aurait mis sur le même plan la Tchécoslovaquie, qui paraît-il opprimait les Sudètes, et l’Allemagne du chancelier Hitler ? La Pologne, qui paraît-il opprimait les Allemands de Dantzig, et l’Allemagne du chancelier Hitler ? Les USA et l’ex-URSS, lors de la guerre froide ?

    Le couplet sur Israël et Netanyahu est lamentable (bravo au passage à kassy d’avoir remis les pendules à l’heure : c’est la seule démocratie de la région, et oui, pour finir on vote AVEC SES PIEDS). Ce pays qui fait face depuis 7 décennies à une hostilité incessante sur fond d’antisémitisme évident (se manifestant ici par le refus d’accorder à des Juifs le droit d’avoir un État à eux, comme les autres peuples) n’a jamais fait que se défendre ; les restitutions de territoires (Sinaï, Gaza, Liban) opérées par Israël montrent bien que ce pays n’a aucune visée impérialiste, juste le désir de vivre en paix chez lui. Et Netanyahu est sur cette ligne, n’en déplaise à M. Montenay. Si vis pacem, para bellum : cette devise s’applique aussi aux démocraties.

    Les USA de Trump ont éliminé un haut responsable militaire iranien. Acte de guerre ? Peut-être. Il n’empêche, les USA ont été très en retrait depuis le début de la présidence Trump, ne répondant pas aux provocations iraniennes, se contentant d’étouffer financièrement le régime. Qu’un jour ils répondent militairement et ce sont eux les fauteurs de guerre ?
    Il est évident que Trump marche sur des œufs, les mollahs aux abois ayant vraisemblablement l’objectif de tenter le tout pour le tout et d’entraîner les USA dans la guerre, ce qui serait une très mauvaise chose pour Donald Trump en vue de sa réélection. Et pourtant, il ne faut pas être munichois, ce que sont tant d’Européens (et de Démocrates américains voire de Républicains). Il faut vraiment souhaiter que le régime iranien va se casser la pipe et que les Iraniens seront suffisamment forts et intelligents pour se doter de dirigeants moins fanatiques et moins belliqueux.

    • Les américains ont descendu le général iranien sur le territoire irakien. Et non sur le territoire iranien privant les mollah de hurler à l’agression territoriale.
      Et que faisait donc ce général en Irak? Une opération humanitaire?

      Le message envoyé à tous les faiseurs de terrorisme est clair: si vous sortez de votre pays, vous pouvez y passer! En général, les têtes pensantes n’aiment pas se retrouver proches de la ligne de front…

      • Le général Soleimani était le chef du KOD, services secrets et spéciaux de l’armée iranienne et le superviseur en chef de TOUS les groupes chiites pro iraniens dans le monde… Une pointure, dont l’objectif était de mettre le bordel partout !!!
        Malgré tout un homme respectable et compétent, dans son camp.

  • les raisons de la guerre…

    on est en guerre ou pas..
    et quand on est en guerre…les causes en deviennent souvent accessoires.

    ceci dit ce n’est pas sans interet ..parce que ça détermine si NOUS allons suivre..
    le peuple américains acceptera la guerre si il y a des raisons assez simples voire simplistes..
    en général , une forme d’agression contre les interets américains attribuables sans discussion à l’iran en tant qu’état. i

    il en sera de même pour « nous »..pour déterminer notre position..

    « on » a suivi quand l’irak a envahi le koweit..
    nous nous en sommes tenus à des principes simples..
    il en a été différemment pour les armes de destruction massives putatives..

    je reserve mon opinion par exemple..
    si l’iran est PROUVE l’instigateur du sac de l’ ambassade..
    alors une forme ou une autre de retaliation est normale.

    le contexte plus général chronologique et historique est secondaire..

    une femme a tué son mari violent..

    ok…
    euh alors qu’il dormait? ou en se défendant.

    il y a des moments ou l’action militaire est une option..

    je trouve que dans le cas d’espèce il ne s’agit pas de
    déclaration de guerre mais d’un signal envoyé par les américains pour leur rappeler que les usa ONT l’option militaire et que l’iran doit réfléchir avant d’agir.

    • Ils ont essayé de renouveler la prise d’otage de l’Ambassade US de Téhéran. D’ailleurs seul pays à avoir bafoué le droit international de exterritorialité des ambassades!

    • Comme vous le dite l’Irak avait envahi et annexé le Koweit, et c’est l’ONU qui avait mandaté pour le délivrer. Ce n’est pas le sujet ici où c’st u différent entre 2 pays! Donc rien à voir! Et les US n’avaient pas déclaré la guerre lors des otages de l’ambassade de Téhéran!

      • l’important est ce qui se passe..un mandat de l’onu ou pas la guerre est la guerre..

        mon point est que en cas d’invasion d’un pays…les gens acceptent la guerre comme « solution »…

        ici c’est moins clair…il ya des choses qu’on ignore..

  • D. Trump essaie de rebattre les cartes ou en tout cas de siffler la fin de la Récré. Fini l’envoi des « guys » au casse pipe pour des intérêts qui ne sont plus vraiment les leurs, fini le financement de l’ONU (anti américaine mais surtout où plus rien n’avance : bloquée), de l’Otan (les EU représentent plus de 70% du total du budget militaire des pays de l’Otan + le reste), fini la manipulation du Yuan etc, etc ,Enfin ! fini de les prendre (ou des les traiter de) pour des « cons » .. mais qui doivent « raquer » quand même. Alors ! ca va donner quoi? Ca devrait amener les Européens et quelques autres à se poser des questions ? Malheureusement, ca n’en prend pas le chemin puisque c’est évident « c’est la faute à Trump ».

    • Bien vu! Ne pas oublier que Trump n’est pas un politicien, mais un homme d’affaire qui se fout de l’idéologie et de la politique! Pour lui un sou est un sou, et les tricheries sur la liberté des échanges de la Chine et de l’UE lui importent bien plus que les Mollahs corrompus de l’Iran!

    • @virgile. Ben oui. Trump en tant qu’entrepreneur a bien compris que les USA avaient un sérieux concurrent (Chine) qui, en plus, n’est pas soumis aux mêmes lois, réglements, code moral, Démocratie etc .. et qui surtout n’allait pas tarder à leur tailler de sérieuses croupières avec l’appui Bisounounours de l’Europe, des Démocrates…. Or tout Patron sait qu’il faut réagir avant que sonne la déconfiture et qu’effectivement il n’y pas de temps à perdre avec des querelles de clocher et les coqs qui sont fichés dessus. Sauf que c’est jamais gagné… ???

      • La Chine ayant adhéré à l’OMS est censée en suivre les règles.
        Or elle triche sur tous les plans. Elle pratique le dumping pour éliminer la concurrence des marchés. Limite de toutes les manières possibles les importations. Sous évalue sa monnaie pour que sa camelote soit la moins chère possible au change avec le dollar, etc… Les Européens se laissent faire et même en rajoute. Trump refuse de voir son pays pillé par les Chinois!

  • Ni la Russie ni la Chine ne soutiendront l’Iran en cas de conflit frontal avec les Etats Unis et plutôt compteront les points en appellant « à la retenue » (comme ils l’ont toujours fait). Lâ dictature théocratique iranienne est extrêmement impopulaire en Iran et les manifestations récentes (avec attaques y compris de mosquées!) le prouvent et le régime ne tient que par la terreur et la répression. Une guerre Iran-USA durerait une semaine au plus mais évidemment amènerait le triomphe des Islamistes sunnites tels les Saoudiens, ce qui n’est pas forcément beaucoup mieux pour l’Occident.

    • D’ailleurs, il était amusant de voir le faible effectif des manifestations anti-US en Iran juste après la mort du général. 50000 manifestants selon le pouvoir! C’est peu, très peu. Mais rapporté amplement par nos médias anti-US!
      Si le régime et son action étaient soutenus par la population, il y aurait eu des 100aines de milliers voire un million de manifestants.

      • Ce sont juste les gardiens de la révolution, donc les SS islamistes qui manifestent, le peuple lui hait le régime et les Mollahs corrompus qui vivent sur son dos et le terrorise!

  • Nous les Européens, avons intérêt à soutenir Israël, c’est notre seul et heureusement solide allié dans cette région du monde.
    De plus, Israël fait partie de notre civilisation, ne l’oublions pas.

    • « De plus, Israël fait partie de notre civilisation, ne l’oublions pas. »
      Les Russes aussi soit dit en passant.

      • Sauf que les Russes conservent encore leur esprit impérialiste comme les attaques sur la Géorgie et l’Ukraine le démontre, et le dernier pays est un voisin direct de l’UE. Personne ne rejette la Russie, qui a par ailleurs des représentants aux conseils de l’OTAN, c’est elle qui se rejette toute seule par ses exactions!

  • Cet article n’est guère convaincant. Un conflit Iran-Etats Unis, même direct, ne verrait strictement personne s’en méler, l’Iran n’ayant en réalité que ses milices dans les pays à communautés chihites importantes (Liban, Syrie, Irak, Yemen) en sa faveur. Si par contre il peut y avoir un conflit mondial dans le futur, ce sera bien évidemment entre la Chine et les Etats Unis et là soyons sûr que les « risques du réchauffement climatique » apparaîtront comme un doux sort par rapport aux conséquences d’un conflit nucléaire

    • Ni les USA, ni la Chine, ni leurs dirigeants ne tireraient le moindre profit d’un conflit armé. Or tirer du profit est une motivation essentielle aux USA comme en Chine, et au moins pour Trump, ce que nous oublions trop facilement en France…

  • L’article ne cite pas le retrait US de l’accord JCPOA.
    Il est regrettable que les Américains n’aient pas d’abord exprimé leur scepticisme dans ce cadre, les formes sont importantes surtout si on s’en réfère dans les autres cas.

    La nouvelle position US était brutale, mais les Iraniens n’ont guère tenté de s’y adapter. Ainsi leur attitude envers les Européens ont été immédiatement menaçantes, tandis qu’ils ont prit une attitude de pré-guerre évidente. On pourra noter que les généraux iraniens ou les responsables n’hésitent pas à parler de stratégie guerrière sur le bien connu concept de 4ème génération : la guerre asymétrique. De fait, on peut même dire que l’Iran est déjà entrée en guerre contre les US (voir les tweets iraniens avant l’intervention US).

    Les Américains ne sont pas intervenus en Iran, mais en Irak. et on s’y est battu déjà par ailleurs au nord, à l’ouest, il y a à peine 2 ans. Alors, les responsables Irakiens ne devraient pas être plus choqués maintenant qu’avant.

  • La seule vraie question est de savoir ce que va faire la Russie.

    Franchement la liste des alliés de l’iran fait rire, c’est juste une bande de shithole countrie comme le disait si justement un protagiste cité dans l’article.

    • La Russie n’a aucun intérêt à intervenir. Elle n’est plus une puissance militaire, mais reste nucléaire. Son budget militaire est égal à celui de la France, et sa population à seulement 150 millions depuis la chute de l’URSS. Quant à sa puissance économique elle n’est guère mieux depuis. Vous pouvez remarquer qu’elle n’exporte toujours que du pétrole, du gaz et des matières premières, comme tous les pays sous développés!

  • Bravo Jean-Michel pour votre analyse que je partage à 200%…
    Trump « fait le job », contre l’Iran, la Chine et la Corée du nord. Comme un business man efficace et compétent.
    Il faut qu’il soit réélu pour mener à bien ses missions.
    Il faut écouter les pays limitrophes des trois cités pour comprendre à quel point son action est bien perçu…
    Bien sûr, en France ,les média sont pétrit d’un anti américanisme plus que primaire, et les infos complétement tronquées.

  • Finalement, l’article est mauvais, mais à suscité de bien bonnes et pertinentes réactions…
    Merci à tous.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
tiktok
1
Sauvegarder cet article

Un article de la Foundation for Economic Education (FEE).

Pour des millions de personnes aux États-Unis et dans le monde, TikTok est devenu la dernière folie. Créer ses propres vidéos et les partager avec d'autres n'a jamais été aussi facile. Des créateurs de contenu qui étaient totalement inconnus il y a quelques mois sont devenus des superstars, et leurs fans et eux-mêmes en apprécient chaque minute.

Mais tout le monde n'est pas content.

Dans une lettre adressée le 24 juin aux PDG de Google et d'Apple, Brendan Carr, com... Poursuivre la lecture

Par Elizabeth Nolan Brown.

 

Comment les États réagissent à l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade

Depuis l'arrêt de la Cour suprême de vendredi dernier qui a bouleversé la liberté de pratiquer une IVG en Amérique, les États ont pris des mesures pour en restreindre ou en protéger l'accès.

L'adoption de nouvelles interdictions de l'interruption de grossesse prendra au moins un peu de temps. Cependant, un certain nombre d'États ont déjà adopté des dispositifs légaux d'interdictions qui se déclencheraient automatiquement e... Poursuivre la lecture

Comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été aux États-Unis, l’arrêt emblématique qui faisait de l’avortement un « droit constitutionnel » a été abrogé. Roe v. Wade (1973), confirmé par la suite par l’arrêt Planned Parenthood v. Casey (1992), vient de voir ses conclusions infirmées par l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization. Pour les juges, c’est « au peuple et aux représentants élus » d’encadrer la pratique de l’avortement, renvoyant ainsi la balle au Politique.

Affirmer que l’avortement n’est pas protégé par la Constitu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles