Le constructeur automobile européen, une espèce menacée (par l’écologie)

Le constructeur automobile européen est dans le collimateur des normes environnementales. Si les intentions de cette réglementation sont louables, leur application fragilise à la fois les industriels européens et… l’environnement lui-même.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Science in HD on Unsplash - https://unsplash.com/photos/T2XeWHGZ7xU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le constructeur automobile européen, une espèce menacée (par l’écologie)

Publié le 24 décembre 2019
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Être constructeur automobile en Europe pose un problème de taille, du fait d’une réglementation environnementale drastique.

Le Parlement européen et la Commission européenne donnent aux constructeurs automobiles jusqu’au 31 décembre 2020 pour réduire les rejets de dioxyde de carbone (CO2) des voitures particulières à 95 grammes par kilomètre, faute de quoi les groupes devront s’acquitter d’une amende de 95 euros par voiture vendue et par gramme excédentaire.

La somme totale due par chaque constructeur pourrait, compte tenu de l’impossibilité d’atteindre l’objectif, frôler le milliard d’euros, somme totalement exorbitante dans un contexte de quasi-récession économique.

Le constructeur automobile européen, ennemi numéro 1 des écologistes

D’un point de vue strictement économique, les normes environnementales imposées à la construction automobile européenne constituent donc un formidable cadeau offert à ses concurrents mondiaux.

Alors que les rendements décroissent et que la demande est menacée par un inquiétant ralentissement international, les écologistes ne pouvaient pas mieux charger la barque de l’industrie européenne.

En imposant des évolutions techniques coûteuses et en fixant des objectifs de production de véhicules électriques irréalistes (avec un triplement des ventes en deux ans), la Commission européenne fragilise le principe même de la production automobile sur le continent.

Cette stratégie percute de plein fouet les politiques de l’emploi et constitue un véritable encouragement à la délocalisation massive.

On comprend ici que, au-dessus de l’automobiliste, les écologistes les plus fervents ont placé le constructeur automobile en tête de leur liste d’ennemis à abattre.

Une stratégie dangereuse pour l’environnement lui-même

L’inconvénient de cette stratégie est qu’elle est bien loin de servir la cause environnementale, malgré les apparences.

D’une part, on n’a pas encore établi le bilan carbone total des véhicules électriques, mais il pourrait réserver de très mauvaises surprises. L’impact des batteries sur l’environnement pourrait notamment se révéler désastreux.

D’autre part, le recours massif à court terme à l’énergie électrique risque d’être très négatif pour l’environnement. Le mix énergétique européen repose encore largement sur des ressources très polluantes comme le charbon.

La réduction de CO2 obtenue par l’abandon des moteurs à essence sera donc compensée par l’augmentation d’émissions dues à un accroissement de la production polluante d’électricité.

On voit ici que derrière des intentions louables, le bénéfice à retirer des normes volontaristes risque de s’avérer très décevant.

Parier sur l’innovation technologique

Le législateur européen eut été mieux inspiré en pariant sur l’innovation technologique des moteurs à explosion plutôt qu’en misant sur la disruption électrique.

Le secteur automobile européen a en effet déjà fait des efforts colossaux en matière de réduction de ses émissions de CO2.

Les « affaires » qui ont éclaté dernièrement masquent la profonde mutation technique et technologique qui s’est opérée dans l’automobile ces quarante dernières années. Des efforts qui font qu’aujourd’hui, si l’ensemble du parc automobile européen basculait à l’électrique, les émissions mondiales de CO2 baisseraient de… 0,4 %, selon la CLEPA, l’association européenne des équipementiers automobiles.

Faire confiance à ces innovations offrirait donc de sérieuses garanties en matière environnementale, tout en préservant la compétitivité de nos constructeurs. Cette voie est certes moins exaltante que les grandes obligations normatives qui procèdent d’une idéologie radicale et qui brusquent les acteurs économiques.

Mais on voit bien que la stratégie de l’amélioration plutôt que de la disruption apporte de meilleurs résultats environnementaux.

En réalité, contrairement à ce que prétend une certaine écologie superficielle, le marché est en capacité, par son propre fonctionnement, de dégager les externalités positives attendues par les individus sans passer par des injonctions réglementaires.

Au contraire même, tout indique que l’intervention de ces réglementations retarde la production de ces externalités positives et impacte négativement les stratégies environnementales.

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • https://www.toyota.fr/hybrid-innovation/hybrid-range.json
    Donc , tout ça ne pose aucun problème.
    Ce qui me surprend avec ces véhicules est qu’ils consomment autant que mon vieux tacot ..sauf pour les 20 km d’autonomie électrique..ils disent 40 mais .
    Bien-sûr ,pour nos constructeurs de véhicules bas de gamme à prix haut de gamme ,ça va être dur dur.
    Mais Toyota peut construire en Europe ,en Pologne par exemple.

    • Si Toyota n’est pas idiot, il ouvrira une ou des usines en Serbie, en Norvège, ou bientôt au Royaume Uni.
      Quant à vos constructeurs de tacots asthmatiques, ….

  • Ouais, les constructeurs européens ont déjà commencé leur exfiltration du continent. Le marché est saturé et il y a des bagnoles à vendre en Asie et dans les parties du monde qui n’ont pas choisi le suicide comme mode de progrès. Il y aura toujours un tiers de diésel de produit à partir d’un litre de pétrole et il ne sera pas foutu à la poubelle parce qu’il sera interdit en Europe. Donc le CO2 paraît-il très miscible se retrouvera quand même chez nous. Hahaha.

    • Un tiers de diesel ..sans compter sur l’huile de palme ou autre.
      Le jour où le pétrole sera devenu hors de prix la lampe a huile aura beaucoup de succès.

    • Exact! Tous les constructeurs développent des installations industrielles hors EU pour accéder facilement aux marchés dynamiques non autophobes utilisant le pétrole sans limitation. Leur part de production intra-EU va chuter inexorablement…. et ils finiront pas fermer des usines!
      C’est là qu’on verra nos politiques couiner devant les pertes d’emploi et la baisse des rentrées fiscales et se perdre en imprécations contre ces salauds de patrons et d’actionnaires. Beaux moments en perspectives…

      • Oui ils nous ont déjà fait le coup. Après avoir détruit l’industrie française, ils s’attaquent à l’agriculture en interdisant le Glyphosate et les pesticides, pour les remplacer par le bio ( qui utilise le cuivre et le soufre, vachement plus sain pour l’organisme, ou des extraits de poisons comme le Neem et le Datura)? Ils s’attaquent maintenant à une des rares branches où nous sommes encore en bonne position! Tout pour ruiner le pays!

    • Tout comme certains citoyens des pays de l’ex-bloc soviétique trouvaient dans l’humour (noir) un moyen de résister au méga-pessimisme ambiant, j’aime bien votre touche d’humour finale.
      Finalement, nos compatriotes récolteront ce qu’ils ont semé… forcés d’aller à pied ou à vélo quand il fera 42°C à l’ombre, ils se consoleront peut-être en se disant qu’ils ont la « conscience écologique » tranquille ! haha

  • Ces gens sont fous: avec leur lubies écolo ils vont réussir à tuer le peu d industries qui restent en Europe et ouvrir des boulevards aux industries asiatiques. Déjà les petits modèles de voiture sont tous fabriques au Maroc, Turquie… les gros modèles rentables sont fabriques en Europe. En attendant de faire la même chose avec l’aéronautique… Quand au nucléaire, c est déjà fait. Merci

  • L’Europe a inventé l’éco-bolchevisme, une forme raffinée d’éco-nazisme 🙁
    La production de véhcules à moteur va se limiter aux utilitaires…

  • alors , ILS, c’est à dire NOUS, paieront ces milliards dont nos gouvernants pourront disposer pour faire de merveilleuses choses servant l’intérêt commun la planète et le climat comme par exemple..euh…

    • Euh….c’est dur d’imaginer ce qu’on peut faire avec des milliards supplémentaires et qui n’a encore jamais été fait ,n’est pas pionnier qui veut !

      • c’est ironique… et pourtant un peu le fond du truc..

        le petrole sera utilisé..on a juste des gens qui pensent qu »ils peuvent « mieux » utiliser » que ne le ferait les gens si on les laissait libres de leurs choix.

        grosso modo..utiliser le petrole pour construire une éolienne ou isoler des logements…ou des centrales nucléaires..

  • le prochain constructeur mondial c’est la chine!
    autant arrêter de vous faire ds illusions

  • Soyons attentifs aux termes utilisés : de même que les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas « l’Amérique » (ce dont ils se qualifient par abus de langage), l’Union européenne n’est pas « l’Europe » (idem). Il demeure en Europe (je précise bien, le « continent européen ») des pays plein de charme ET libres de la peste verte.
    Que les constructeurs automobiles de l’UE disparaissent… Eh bien tant pis pour eux et pour les pauvres gens qui y travaillent. Il restera dans ces pays encore libres d’excellentes voitures produites ailleurs, d’autant plus agréables à conduire qu’on n’y emmerde personne avec ces histoires de CO2.
    Et (en UE) vous payerez sur vos salaires et retraites les lubies totalitaires de ces chers (dans les deux sens du terme) écolos menés par leur Sainte.
    Mais si vous saviez ce qu’on vit bien au Monténégro !

    • La peste verte n’a pas de frontière ,même la Suisse est atteinte.

      • La Suisse suit la « tendance ». Après avoir flingué ses épargnants étrangers, elle cède au totalitarisme (comme quoi la peste verte est plus habile que ne furent les pestes brune et noire). Tant pis pour eux…

  • Un couple éolienne centrale à gaz (cette dernière indispensable ne cas de manque de vent) émet plus de CO2 qu’une centrale gaz à cycle combiné et coûte deux fois plus cher ce qui illustre lma fiolie écologiste.

    On peut penser qu’une voiture thermique de dernière génération a un meilleur bilan carbone qu’une électrique et coûte deux fois moins cher ….

  • La voiture est un instrument de liberté et d’indépendance.
    Il est logique qu’elle soit dans la ligne de mire des khmers verts comme tout instrument permettant de s’affranchir de leurs ukases visant à contrôler la vie et les activités des gens.

  • Merci à Eric Varheghe pour cet article sur les normes à venir sensées limiter la pollution automobile.
    Donc, une taxe en plus qui aura une base d’assiette très large et dont le recouvrement ne posera aucun problème….. Le Top!…
    Merci également à l’auteur de nous avoir rappelé qu’il existe en Europe une importante production d’énergie électrique à partir du charbon…. avec l’assentiment des « verts ».
    C’est quand même rassurant de savoir que nous n’avons pas, en France, le monopole de la connerie!…

  • Pardon mais est-ce que les deux derniers paragraphes ne seraient pas un amas de phrases creuses avec des mots-qui-font-genre tiré d’un powerpoint d’un consultant lobbyiste en stage ? Parce que, permettez moi l’expression, c’est court.

    • C’est vrai qu’un approfondissement serait le bienvenu.
      Il y a quelque mois ou année la presse relayait largement « l’obligation » du système ESP, puis d’un système automatique d’alerte accident, en vertu de directive européenne jamais précisée. J’ai longtemps cherché le texte imposant ESP, je n’ai jamais rien trouvé, même dans les directives uniformisant l’homologation des véhicules au sein de l’union…
      A force de jouer de concert avec les politiciens, les constructeurs se font … bernaient à leur tour ?

  • Eh oui, les écolos sont en train de suicider l’Occident, en particulier européen, avec le consentement, au moins par leur silence, de la majorité des gens.

    PS: et encore, vous ne dites même pas que la culpabilité du CO2 n’est pas démontrée quant au réchauffement actuel, ni que ce réchauffement n’a et n’aura pas que des conséquences négatives…
    On marche sur la tête à tous les niveaux, sur cette question du supposé RCA comme sur d’autres d’ailleurs, mais sur celle-ci en particulier.

  • Je viens de faire le plein de ma bagnole en bon gazoil….100€…..je n’ai jamais payé aussi cher .la ‘voiture, ma voiture n’a plus aucun avenir en France ,vive la toto électrique branchée directe au poteau ou je n’ai plus le choix , le tuyau….

    • @ reactitude
      Jusqu’au jour où on vous reportera une taxe supplémentaire sur l’électricité, ce qui ne tardera pas arriver, lorsque nous aurons au moins 20 % du parc auto électrifié. N’oublions pas que la TIPP initiale,
      (Taxe intérieure sur les produits pétroliers) a évolué vers la TIPCE (La taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques). C’est tout dire…..

  • « Le législateur européen eut été mieux inspiré » >>> « eût été mieux inspiré »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles