La CGT coupe le courant en toute impunité

La loi permet bien aux employés d’EDF de cesser le travail, mais pas qu’ils puissent couper ici ou là le courant de manière intentionnelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Off by Nicholas Liby(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La CGT coupe le courant en toute impunité

Publié le 20 décembre 2019
- A +

Par Michel Faure.

Le droit de grève est reconnu par la Constitution et « s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent » nous dit l’article 7 du préambule de la Constitution de 1946, intégré à la Constitution de 1958.

La loi définit ce droit de grève comme

la cessation concertée du travail en vue d’obtenir la satisfaction de demandes professionnelles.

On peut en conclure que cette cessation ne peut pas avancer de motivations politiques, ni mener des actions d’une nature politique. Pourtant, en ce moment même, les grévistes CGT d’EDF songent à éteindre les lumières, et avec elles sans doute, leur esprit de liberté.

La loi permet bien aux employés d’EDF de cesser le travail, mais elle ne prévoit pas qu’ils puissent couper ici ou là le courant de manière intentionnelle, pour rappeler au public et au gouvernement qu’ils sont bien en grève, eux aussi, et clic, vous êtes dans le noir, et clac, revoilà le courant.

C’est ce qui s’est passé à plusieurs reprises depuis une semaine, à l’occasion de la mobilisation syndicale contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. Jeudi dernier à Béziers (33 000 foyers sans électricité) et dans la région de Tourcoing, puis  le 17 décembre en Gironde, à Lyon, Orléans et Nantes.

Au total, ce sont plus de 167 000 foyers affectés par des coupures de courant. Et quand on y pense, c’est affreux. Des bébés dans des couveuses d’une maternité, un chirurgien soudain dans le noir avec sur sa table un patient le ventre déjà ouvert, des radiateurs froids alors que nous sommes en hiver, une femme enceinte bloquée entre deux étages dans un ascenseur… et je laisse le reste à votre imagination..

Le secrétaire général de la CGT Énergie, Sébastien Menesplier, a annoncé d’autres actions à venir « pour cibler des lieux stratégiques. » Il affirmait sur RTL que les grévistes, en coupant le courant, ne cherchent « pas du tout à gêner les usagers » (c’est raté). « Ce qui nous importe, c’est peser sur l’économie. »

Nous sommes donc ici sortis du cadre des lois. Les grévistes EDF vont au-delà de la cessation du travail.

Ils cherchent, du propre aveu de Menesplier, à dézinguer l’économie française, une chienne capitaliste, ce qui ne correspond en rien à l’objectif de la satisfaction de demandes professionnelles. Ça sent la sédition et le sabotage à plein nez. Quand les gars de Menesplier éteignent les lumières, ils devraient allumer un scandale. Mais voulons nous le voir et nous en offusquer ?

La justice devrait s’en saisir. On parie ?

Tocqueville craignait, dans la démocratie, « la dictature de la majorité ». Il s’inquiéterait aujourd’hui de celle de la minorité. On appelle cela l’ironie de l’Histoire.

Voir les commentaires (73)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (73)
  • On voit a cet occasion que les organisations syndicales , considèrent les entreprises d’etat comme leur propriété!
    Ce qui est un abus de pouvoir manifeste , anti constitutionnel et anti démocratique!
    Boycottons la SNCF ! payons nos facture d’électricité en retard ! le citoyen lui aussi
    peut faire du chantage!
    pas de service pas de pognon!
    Avec des politiques frileux ,et une justice complice car noyautée elle aussi par des syndicats de gauche , le contribuable citoyen lui est considéré comme de la merde
    Jusqu’au jour ou le sang va couler..

  • partant du principe que couper le courant volontairement peut mettre des vies en danger , les responsables devraient être mis en prison ; ce ne serait que justice et ça leur ferait les pieds à défaut de leur remettre un peu de plomb dans ce qui leur sert de cerveau ;

    • D’accord mais laissez moi le temps d’acheter du bois et une cheminée.

    • mis en prison..je ne sais pas, jugés pour leurs actes en accord avec le droit…
      la france est un pays bizarre, je me souviens d’une journaliste relatant les exploit d’une bande de jeunes qui dégonflaient les pneus des gros véhicules en ville…
      c’était pardonnable car l’intention était bonne… environnement pollution toussa…
      etat de droit ou état de gauche..

    • La prison ne suffit pas. Faut les attaquer au porte monnaie.

      • Il suffit également que les commerçants impactés par ces coupures refusent de servir ce ménestrel. Son boucher, son boulanger, son chauffeur, son coiffeur, etc…….

        Il se rendrait peut-être ainsi compte des dégats de son idéologie

      • attendez un peu…
        c’est un peu bancal..
        ok pourquoi pas fait un débat pour expliquer que les lois contre les blocages en groupe doivent être renforcés et conduire à des peines de prisons possibles..
        mais en attendant on ne pourrait simplement pas demander que les lois soient appliquées!!!! et les gens jugés…

        donc prison je ne sais pas..je ne connais pas la législation qui s’applique quand des gens bloquent..

        • renforcées..
          moi je souhaite vivre dans un état de droit…
          la loi peut ne pas me plaire, mais je l’accepte..ou je demande son abrogation…

  • un peu hors sujet ..et encore, un reporteur de notre truth télévision a compté les blesse de cette guerre jaune..

    nous avons tant de blessés chez les policier et tant chez les …manifestants…

    casser bloquer ..c’est manifester..c’est un fait établi…en France, un « droit » pourrait on dire..car c’est la seule façon de se faire entendre..

    soyons clair un policier qui blesse un manifestant doit être jugé par un tribunal..
    un policier qui n’use pas de la force pour déloger un bloqueur..ou arrêter un casseur…doit aussi être jugé comme n faisant pas son boulot…

    • Ils ont oublié de compter les MORTS que les GJ ont fait. Eux sont complètement oubliés, tout comme cette mère de famille qui a paniquée et sera jugée pour violence volontaire avec arme !!! Comme si elle avait choisi de se comporter ainsi. On demande aux simples citoyens d’avoir la maîtrise de leur panique. Et ceux qui ont provoqué cette panique ? Pas de jugement ? Et ceux responsable de la mort d’un homme a 7n barrage sur l’autoroute ? Pas de jugement – etc. etc.

    • force reste a la loi , en principe … qu’on fasse brûler le siège de la CGT, du syndicat de la magistrature ou du PS, du PC par des « gilets jaunes » .. sans intervention policière juste pour voir

  • Allez donc faire une promenade parmi les propriétés de tous ces revendicateurs de « pas assez de moyens » https://www.journaldunet.com/economie/magazine/1095682-la-vie-de-chateau-des-syndicats-et-comites-d-entreprise/1095686-edf-et-gdf

  • Rappelons que le « droit » de grève est illégitime pour les agents d’Etat et assimilés bénéficiant de la garantie de l’emploi à vie accordée historiquement en contrepartie de leur obligation de continuité du service. C’est donc soit l’un soit l’autre, Le manque de courage récurrent des gouvernants et élus politiques nous a mis dans la situation que la majorité des français subit (surtout les plus pauvres d’ailleurs qui habitent loin des centres villes..), acceptant sans broncher tous les excès insupportables d’une minorité de privilégiés agissant pour son seul porte monnaie. La France est un pays désastreux.

    • Faire grève, c’est rompre son contrat de travail. La conséquence logique est le licenciement : c’est ce que Reagan fit avec les 11500 controleurs aériens en 1981. Hormis exception, ils ne purent repostuler à leur emploi.

    • L,etat est actionnaire majoritaire de la société certes mais Les employés d’eDF ne sont pas et n’ont jamais été agents de l’état ou dits « assimilés  » terme qui ne veut rien dire dans ce cas …ils ont un PDG et sont rémunérés par la vente du produit sorti des usines…et nullement par l’état
      .eDF est une SA depuis 2005

    • Bien que l’état soit actionnaire majoritaire, les employés eDF ne sont pas et n’ont jamais été agents de l’état ni « assimilés » terme qui ne veut rien dire au passage.
      eDF est une SA depuis 2005 et cotée en bourse, le personnel n’est pas rémunéré par l’état mais par la vente du produit de la production des usines

  • l’EDF dédommage ses clients pour ses coupure volontaires ?
    Autant que SFR Orange ou free quand ca ne marche pas..heureux franciliens habitant près de dieu on leur rembourse le non transport.

    • « l’EDF dédommage ses clients pour ses coupure volontaires ? »

      L’employeur est-il commercialement responsable des dégâts volontairement causés par un employé chez ses clients?

      C’est à l’employé délinquant de dédommager ses victimes, par prélèvement sur son salaire puis sur sa retraite par exemple.

      Encore faudrait-il que la plainte soit instruite …

      • Évidemment qu’il est responsable des dégâts causés volontairement ou involontairement.le client ne connaît que son fournisseur et si il est alternatif c’est l’alternatif qui doit rembourser

      • « L’employeur est-il commercialement responsable des dégâts volontairement causés par un employé chez ses clients? »
        Si l’employé cause des dégâts chez un client dans le cadre d’une mission pour le compte de son employeur, c’est l’employeur qui paye (ou l’assurance de l’employeur). Si les dégâts relèvent du pénal, l’employé pourra être condamné. Voire même verser lui-aussi des dommages et intérêt. Mais la part principale de l’indemnisation est à charge de l’employeur. Celui-ci pourra toujours se retourner contre son employé pour se disculper de certaines responsabilités mais cela ne l’exonérera pas de verser le principal des indemnités à la victime.

    • Les sociétés publiques peuvent dédommager leurs clients : on augmentera en conséquence leur subvention d’équilibre, et les prélèvements obligatoires sur les dits clients et les autres contribuables pour le financer !

  • Menesplier en taule pour le calmer.

  • Ça rappelle des souvenirs qu’on avait oubliés. Sous Mitterrand, à chaque grève, nous avions droit à des coupures de courant.

    • Et je ne vous parle pas des années « 60 » : c’est qu’il en a fallu des coupures pour obtenir de force tous les avantages acquis !

  • Vous ne trouvez pas que Martinez, avec sa petite moustache, ressemble de plus en plus à Staline ?

  • couper le courant volontairement : faute lourde vis à vis de l’entreprise donc licenciement sans indemnité et poursuite au pénal pour mise en danger de la vie d’autrui (tribunal correctionnel).

    quand au responsable syndical : idem, poursuite pénale pour incitation à un délit.

    j’avais entendu dire que dans les années 1970, EDF coupait le courant lors des grèves, jusqu’au ce que des petits patrons déboulent dans un dépôt de grévistes et les passent à tabac ; depuis, il n’y avait plus de coupure…

    • A mon avis c’est une légende ,ils ont simplement reçu un prime ,ça marche comme ça chez les fonctionnaires.

    • «  »j’avais entendu dire que dans les années 1970, EDF coupait le courant lors des grèves, jusqu’au ce que des petits patrons déboulent dans un dépôt de grévistes et les passent à tabac ; depuis, il n’y avait plus de coupure… » »

      archi faux

  • il y a eu des entreprises qui lors des blocages d’usine, les faisaient constater par huissier afin de poursuivre pénalement ensuite.

  • Bein c’est un peu comme la CGT, ils n’ont pas la lumière à tous les étages… Peut-être ont-ils envie de montrer comment est l’intérieur de leur crâne en coupant les lumières ?

  • Vous racontez n’importe quoi. Tous les établissements hospitaliers sont tenu de disposer d’un groupe électrogène qui se met automatiquement en marche en cas de coupure de courant.

    • Ce qui conduit à l’argument que je ne qualifierai pas : on peut leur couper le courant, puisqu’ils sont obligés d’avoir un groupe. On peut aussi mettre un mur devant la bagnole d’un syndicaliste, puisqu’il est obligé d’avoir un air-bag…

    • Merci nous voilà rassurés ! Heureusement que tous les hôpitaux français sont dans un état remarquable et qu’il serait donc ridicule d’imaginer un quelconque dysfonctionnement.

    • Et tous les ascenseurs aussi, toutes les PME utilisant des frigos/congélateurs, tous les particuliers, spécialement les vieux et les personnes à la santé fragile, qu’un coup de froid peut expédier ad patres, etc etc.

    • Oui, effectivement (à condition qu’il fonctionne), le groupe. Et les patients à domicile sous assistance respiratoire, les alités sur matelas pneumatique anti-escarres, ceux qui sont sous monitoring pour apnée du sommeil ou les nourrissons sous Babysense (rappelons que certaines coupures ont été faites en pleine nuit), etc…, ils ont aussi des groupes électrogènes, monsieur le pauvre type ?

      • Et oui A condition qu’il fonctionne! 🙂
        Pour avoir vu plusieurs essais « groupe électrogène » dans des hôpitaux publiques, cela fait parfois peur! Et encore heureux que lors de ces essais, l’hôpital arrête ses activités sensibles… Alors ne parlons pas d’une coupure impromptue!

    • Un grand hôpital Lyonnais a eu il y a quelques années ses deux groupes électrogènes qui n’ont pas démarré…

  • J’attends le procès et le jugement « A l »eau de rose’ très probablement et avec indulgence comme d »habitude.

    • Les juges en France,comme on le constate à leur laxisme inimaginable, sont presque tous de gauche. Ils n’appliquent pas la loi mais suivent leur idéologie!

  • Peser sur l’économie voila une idée qu’elle est bonne . Écoutons ce Tr. d Cu. de Sébastien Menesplier, allons plus loin, confisquons tout le fric de La CGT qui est nos impôts, et aussi les biens perso de l’abruti sus nommé, pesons gaiement sur l’économie des co..

  • Qui gouverne?
    La CGT qui prend en otage l’économie française?
    La CFDT qui fait tout pour que les français travaillent de moins en moins?
    Ou est-ce constitutionnellement l’exécutif, ce dont on peut douter vu son manque de courage à utiliser les moyens légaux à sa disposition, encouragé il est vrai par la magistrature qui relaxe, refuse de poursuivre ou excuse à tout va (sauf les politiques qui n’ont pas l’heur de lui plaire)?

  • Coupure de courant volontaire = sabotage. Sabotage = 15 ans de prison, 225000 euros d’amende.

  • « Le secrétaire général de la CGT Énergie… affirmait … « Ce qui nous importe, c’est peser sur l’économie. » »
    Il aurait pu bloquer le service facturation plutôt que faire couper le courant !

    • Et l’interviewer s’est bien gardé de lui faire préciser quelles seraient les conséquences pour les Français de ce poids sur l’économie…

  • Pratique de voyous qui avait été abandonnée depuis des dece
    Les employés EDF ne sont pas propriétaires des outils qui appartiennent à l’ensemble des français
    Il me semble que la sanction de feu ou trois effrontés avait arrêté cette pratique
    Il faut sanctionner sévèrement

  • Vivement la démocratie des batteries domestiques abordables couplées à une grosse installation photovoltaïque …

    Plus besoin d’EDF. 🙂

  • L’auteur de cet article serait bien inspiré s’il n’écrivait pas de bêtises:
    1) il ne s’agit pas d’employés d’EDF, mais d’employés des sociétés gestionnaires de réseau (Enedis et RTE)
    2) la presse indique des plaintes ont systématiquement été déposées par ces sociétés (après, l’instruction par la justice, c’est autre chose)

    • Enedis : filiale à 100% d’EDF
      RTE : 50,1% EDF, 29,9% Caisse des dépôts, 20% CNP
      CNP : 42,8% Caisse des dépôts, 34,3% Sopassure, 1,1% État français, reste 21,8%, soit 4,36% de RTE, pour les investisseurs institutionnels et individuels.
      Vous seriez bien inspiré d’éviter d’attaquer l’auteur de l’article sur des précisions aussi spécieuses…

    • en outre l’article à un portée plus large…
      le vrai sujet reste la tolérance en france pour les actes illégaux commis par certains groupe politiques.

  • On sait que le petit minable n’a pas de c…lles, il est fort avec les faibles (GJ) et faible avec les forts (CGT). De plus il est socialiste donc un hypocrite de première, comme on le constate!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tétanisé par le spectre d’une catastrophe socio-économique sans précédent, le pouvoir panique.

Dans son courrier au PDG d’EDF daté de vendredi 4 novembre 2022, Agnès Pannier-Runacher lui demande « de tout mettre en œuvre pour dégager de nouvelles marges de manœuvre permettant de passer l’hiver », ce qui, selon elle, « passe par la maximisation de la production renouvelable de l’entreprise » et par un recours accru « de manière anticipée à une puissance des concessions hydroélectriques » jusqu’ici limitée par l’existence d’une redevance... Poursuivre la lecture

CGT
1
Sauvegarder cet article

Une grappe de grévistes a pris la France en otage.

Ont-ils mesuré les conséquences de leurs actes ? Oui, selon une thèse provoquante qui propose que les grévistes n’ont pas (d’état) d’âme. Non, selon une thèse accommodante qui propose que les grévistes ont une âme mais limitée. Cet article spéculatif tente de trancher.

Les grévistes ont-ils une âme ? La question est piquante, clivante, mais on s’en moque. Maintenant que la pression semble retomber un peu, et que les stations services ne sont plus des salles de combat, peut-être ... Poursuivre la lecture

réforme syndicats
0
Sauvegarder cet article

En pleine crise sanitaire et économique, après une année 2020 terrible dont les conséquences sur l’emploi se profilent dans les prochains mois, une mobilisation de tous les Français est indispensable… Pendant ce temps-là, la CGT lance plusieurs préavis de grève.

 

Un syndicalisme politisé

Il y a longtemps que le syndicalisme français n’a plus comme priorité la défense des intérêts des salariés mais celle de sa propre organisation.

Si ce n’est pas encore devenu un parti politique le Syndicat français, dans sa grande m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles