Climat des affaires au Maroc : une bonne nouvelle pour l’économie ?

L’économie marocaine progresse, notamment en Doing Business, mais des améliorations peuvent encore être faites.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Businessman by MTHV-Domaine public

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat des affaires au Maroc : une bonne nouvelle pour l’économie ?

Publié le 24 novembre 2019
- A +

Par Hicham El Moussaoui.
Un article de Libre Afrique

Le gouvernement d’Al Othmani est aux anges suite au nouveau classement du Maroc dans l’indice de facilité de faire des affaires (Doing business, DB 2020), où le pays est passé de la 60ème place à la 53ème, en conservant son premier rang en Afrique du Nord, et son troisième rang en Afrique. Il se rapproche ainsi de son objectif d’intégrer le top 50 d’ici 2021. S’agit-il pour autant d’une bonne nouvelle pour l’économie et les entreprises marocaines ?

Une avancée grâce à des réformes tangibles

En 10 ans la progression de l’économie marocaine dans ce classement a été substantielle puisqu’il a gagné 75 places (de 128ème en 2010 à 53ème en 2020) grâce à 31 réformes. Et c’est grâce à la continuité des réformes que le Maroc a réussi le dernier bond de 7 places dans le DB 2020.

Ainsi, un système automatisé pour l’attribution des affaires aux juges a été mis en place ce qui a facilité l’exécution des contrats, de même qu’un système de paiement électronique des redevances portuaires et la suppression des démarches de transit sur support papier et l’extension des heures de travail dans le port qui ont permis d’accélérer les opérations de commerce transfrontalier.

En adoptant un système progressif d’imposition des sociétés, la réduction du taux de l’impôt sur les entreprises a permis au Maroc d’atteindre le 24ème rang mondial de l’indice de performance fiscale.

Le Maroc s’est amélioré également dans plusieurs indicateurs, notamment la gestion et la délivrance des permis de construire avec une nouvelle version de la plate-forme électronique pour la gestion numérique des permis de construire, l’accès à l’électricité avec une meilleure connectivité du réseau électrique.

Il est indéniable qu’il s’agit d’une bonne nouvelle car ce gain de sept places dans le classement du Doing Business (DB), s’inscrit dans une tendance positive depuis quelques années où le Maroc avance constamment. Ce nouveau classement signifie en principe moins de tracasseries administratives, moins de coût et moins de temps à passer pour se conformer aux lois et réglementations, et plus de confiance dans le climat des affaires.

Au-delà du classement dans le Doing business

Cela dit, il faudrait tempérer les ardeurs de certains, notamment le chef du gouvernement qui commence à rêver d’émergence. Malheureusement l’on ne peut pas sérieusement considérer le Maroc comme émergent ou même en cours d’émergence avec des taux de croissance faméliques ne dépassant pas les 3,5 % en moyenne ces cinq dernières années, et qui plus est stérile en termes d’emplois avec un taux de chômage flirtant avec les 10 % au niveau national, et celui des jeunes atteignant les 41,6 % dans le milieu urbain.

Si la corrélation entre le classement dans le Doing business et la croissance économique via les investissements aussi bien locaux qu’étrangers est établie théoriquement, il n’en demeure pas moins qu’elle n’est pas encore forte et bien établie dans le cas du Maroc. En témoigne le fait que, depuis plus de 20 ans, le volume des IDE est resté dans une fourchette comprise entre 2,5 à 3,5 milliards de dollars. En ce sens, la performance dans le Doing business est nécessaire, mais demeure insuffisante, et ce pour plusieurs raisons.

D’abord, parce que le classement du Doing Business, bien qu’important, ne couvre pas tous les paramètres influençant la décision d’entreprendre et d’investir, notamment la taille critique du marché, les indicateurs macroéconomiques, la qualité de gouvernance qui sont pris en considération par les investisseurs étrangers.

Les investisseurs locaux également ont plus les yeux braqués sur le taux de croissance qui peine à décoller en raison de rigidités et de pesanteurs institutionnelles et structurelles aussi bien sur le plan politique, économique et social.

Ensuite, il faudrait savoir que les investisseurs ne sont pas sur un pied d’égalité face au climat des affaires. D’une part, il y a une « discrimination » de traitement entre les investisseurs nationaux et les investisseurs étrangers et chez les locaux entre les champions nationaux et la majorité du tissu productif constitué de PME et TPE.

D’autre part, il faudrait rappeler que  le DB pour le Maroc est évalué au niveau de Casablanca, ce qui veut dire que le classement national est souvent différent des classements régionaux, ce qui explique aussi les disparités dans l’allocation des investissements qui sont souvent concentrés dans l’axe Casa-Rabat-Tanger où le climat des affaires est plus favorable que dans d’autres régions.

Enfin, il subsiste plusieurs points noirs où le Maroc est mal classé, ce qui pénalise son attractivité pour les IDE mais aussi décourage l’entrepreneuriat local. Ainsi, l’obtention de prêt est toujours compliqué avec une 119ème place, le transfert de propriété plus cher avec le 81ème rang (l’enregistrement des biens immobiliers dans notre pays coûte dix fois plus cher qu’à New York et cinq fois plus cher qu’en Egypte) ; l’exécution des contrats 60ème rang où il faut en moyenne compter 420 jours avant d’espérer un verdict dans une affaire immobilière, alors que 300 jours est le délai maximal) ; le commerce transfrontalier (58ème) et le règlement de l’insolvabilité (73ème). Autrement dit, le Maroc accuse un retard conséquent au moins sur la moitié des critères du DB.

Au final, la performance est encourageante et à saluer, néanmoins il faudrait accélérer le rythme d’exécution des réformes, notamment au niveau des points noirs évoqués afin d’améliorer le climat des affaires et inciter davantage nos entrepreneurs à se projeter dans des investissements plus productifs, créateurs de plus de richesse et d’emplois. L’amélioration du climat des affaires devrait s’inscrire dans le cadre d’une approche globale visant à hausser la qualité des institutions aussi bien économiques que politiques.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • C’est relatif. Même si l’effort est a saluer, le climat des affaires reste médiocre.
    En PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat le pays est classé 124e mondial, en dessous de la Libye, du Paraguay, de la Jamaïque, de l’Arménie, du Salvador voir du Bhoutan.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La performance des entreprises est souvent perçue comme n’ayant aucun impact sociétal.

Elle semble ne relever que du strict domaine financier et ne concerner que ses actionnaires, et personne d’autre. Et à ce titre elle est moralement suspecte. On est content pour l’entreprise qui a de bons résultats, mais on ne voit pas trop l’intérêt et, à la limite souvent franchie dans notre pays, on soupçonne même que cette performance se fasse au détriment de la société. Pourtant, la performance des entreprises représente un enjeu sociétal majeur... Poursuivre la lecture

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture

Au début de 2022, l’humoriste Jon Stewart a mis en ligne une vidéo dans laquelle est affirmée que l’inflation des prix à la consommation est le résultat des hausses de prix mises en place par les entreprises et qui vont au-delà de la hausse des prix des intrants.

Autrement dit, Stewart pense que les entreprises augmentent les prix non seulement pour compenser la hausse de leurs coûts, mais aussi pour faire gonfler leurs profits.

Dans la vidéo, Stewart reçoit comme invitée la sociologue Lindsey Owens, qui a notamment été une cons... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles