Quand l’URSSAF s’en prend aux associations caritatives

Ogre Evade by Charles Fettinger (CC BY 2.0) — Charles Fettinger, CC-BY

Quatre associations du Nord, dont la vocation est d’aider les plus démunis risquent un redressement dont le montant dépasse le million d’euros.

Par le Cercle Lafay.

Quatre associations du Nord – dont la vocation est d’aider les plus démunis (l’Armée du Salut, l’ABEJ, l’AFEJI, le foyer Béthel de Tourcoing) – se sont vu signifier des redressements dont le montant dépasse le million d’euros.

Quel crime ont-elles commis pour se voir infliger une telle amende ?

Elles ? Rien.

Mais l’un de leurs sous-traitants est soupçonné de travail dissimulé.

Quel tort ont-elles ? Celui de ne pas avoir demandé, deux fois par an, une « attestation de vigilance », auprès de leurs sous-traitants, ce qui est, il est vrai, une obligation légale dès qu’un contrat de sous-traitance est supérieur à 5000 euros.

Faute d’exiger ce document, et en cas de défaillance du sous-traitant, son client peut se voir poursuivre au titre de « la solidarité financière ». Une obligation ignorée par de nombreuses entreprises, mais qui entraîne des situations kafkaïennes telles que celles vécues par ces quatre associations.

Une actualité qui rappelle étrangement l’affaire Emmaüs, révélée en mars 2018 par le think tank le Cercle Lafay : l’URSSAF réclamait plus de 87 000 euros à une communauté Emmaüs, située elle aussi dans le Nord, parce qu’elle accordait un modeste pécule aux laissés-pour-compte qu’elles faisait travailler.

Plus d’un million d’euros à des associations pour défaut de vigilance…

La réaction du ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a été immédiate. Le 18 novembre 2019, il déclare qu’il allait faire application de « l’esprit du droit à l’erreur » et que, au moins pour une des associations, la mise en jeu de la solidarité financière serait annulée

Au-delà de l’aspect médiatique, l’affaire soulève plusieurs questions de fond.

D’abord, il serait sans doute temps de faire le ménage dans une réglementation souvent incompréhensible, voire absurde. Et qui explique pourquoi neuf contrôles URSSAF sur dix dans les PME donnent lieu à un redressement… chiffre ahurissant qui prouve que le redressement frappe tout le monde y compris et surtout les employeurs de bonne foi (à moins que l’on considère que neuf dirigeants sur dix cherchent avant tout à gruger l’URSSAF). En l’occurrence, personne ne remet en cause la bonne foi des dirigeants de ces structures d’insertion. Néanmoins, elles se voient notifier des redressements pour des sommes astronomiques.

Ensuite, il est incroyable de constater que seul le recours au ministre peut arrêter la folie de ces organismes. Des inspecteurs ont jugé bon de procéder à ce redressement, un supérieur hiérarchique l’a validé, une commission de recours amiable composée essentiellement de représentants du MEDEF ou de la CPME a peut-être été saisie. Comment toutes ces personnes ont-elles pu se montrer aussi insouciantes, voire inhumaines ?

Ce n’est pas la première fois que le ministre de l’Action et des Comptes publics s’insurge contre l’absurdité de certains contrôles URSSAF. Ce qui n’empêche pas ces organismes de continuer à procéder à des redressements ahurissants, que dénonce quasi quotidiennement le think tank le Cercle Lafay.

Le ministre de tutelle de l’URSSAF n’a-t-il d’autre pouvoir que de réagir sur le coup face à ces aberrations, et d’effacer ponctuellement, par le fait du Prince, ces amendes délirantes ? Mais pour une grâce ministérielle, combien de contrôles éminemment discutables sont appliqués ? Combien de dirigeants ne disposant pas des réseaux permettant d’atteindre le ministre s’acquittent de redressements injustes ?

Le problème de la crédibilité de l’URSSAF est profond.

Il est plus que temps de créer les conditions d’un dialogue pendant et après le contrôle URSSAF afin d’éviter ce genre d’aberration qui ne peut que ternir l’image des organismes de recouvrement et désespérer un peu plus les entrepreneurs.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.