Cultivons l’actionnariat patient !

Récompenser l’actionnariat patient, en réduisant la fiscalité sur les plus-values de très long terme, permettrait d’enfin réparer les dégâts causés par l’ISF.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cultivons l’actionnariat patient !

Publié le 31 octobre 2019
- A +

Par Xavier Fontanet.

On entend presque quotidiennement des voix se plaindre de la pression du marché financier sur les résultats à court terme de nos entreprises cotées.

La pression du court-termisme

Les porteurs de ces messages ont fondamentalement raison parce que le court-termisme, s’il est appliqué trop longtemps, revient à réduire les frais de recherche et développement.

On passe ainsi à côté de tous les projets demandant une longue maturation, qui par expérience, sont les plus rentables à terme.

Les preuves de ce raisonnement abondent, notamment avec les études montrant que les entreprises familiales, moins sensibles aux pressions à court terme, ont des rentabilités supérieures à la moyenne.

Sans compter le clin d’œil donné en ce moment par nos quatre géants français leaders mondiaux du luxe que sont Hermès, Kering, L’Oréal ou encore LVMH.

Comment favoriser l’actionnariat patient ?

Il y aurait une façon très simple de favoriser un actionnariat patient.

Il suffirait, dans les prochaines lois de finances, de réduire la fiscalité sur les plus-values de très long terme, celles concernant la vente d’actions détenues depuis plus de vingt ans par exemple, en baissant le taux d’impôt à 20 % pour avoir des chiffres percutants.

Le passage à la flat tax et la baisse du taux de l’impôt sur les plus-values n’ont pas été (loin de là !) une mauvaise affaire pour nos finances publiques ; baisser la fiscalité sur les plus-values très long terme serait donc positif pour elles.

Mais, plus important, on montrerait que notre pays est en train de changer, en devenant l’un des endroits au monde où les actionnaires patients sont le mieux récompensés.

L’investissement étranger reviendrait et on commencerait à réparer les dégâts causés par l’ISF (perte de talents et sortie d’investissement) pendant les trente-quatre années où il a été à l’œuvre chez nous.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • On ne devrait jamais imposer les plus values …si celle ci sont reinvesties ,il ne s’agit pas de revenus ! Court moyen long terme ,aucune importance sauf pour sauvegarder son investissement !

    • Tout à fait !
      La France dispose d’ailleurs d’une base qui montre les avantages et les dérives possibles de la fiscalité réduite sur les investissements : le PEA. Il faudrait revenir sur les trois grandes erreurs qui ont empêché le PEA de se révéler un grand atout pour l’actionnariat bien compris :
      – sa soumission aux prélèvements sociaux;
      – le plafonnement du montant des dépôts;
      – les restrictions à l’éligibilité.

  • C’est pas faux d’un côté. Ce serait un cadeau aux « riches » comme diraient certains, mais l’idée mériterait d’être creusée

    • ne pas spolier les gens qui gagnent de l’argent honnêtement n’est pas leur faire un cadeau. Juste respecter le droit de propriété !

  • comment définit-on le long terme ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
austérité fiscale
3
Sauvegarder cet article

Certains pays ont choisi la flat tax, c’est-à-dire un impôt à taux unique. D’autres, comme la France, ont opté pour un impôt sur le revenu dit progressif qui varie de 0 % à 45 % selon les tranches d’imposition.

 

Impôt progressif

Ce choix permet de rééquilibrer les revenus des Français afin de lutter contre certaines inégalités avec la participation de certains d'entre eux.

Chaque contribuable étant sur un même pied d’égalité pour les impôts et taxes à taux fixe telle la TVA, nos gouvernants ont la possibilité de jou... Poursuivre la lecture

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Ivan Mikloš.

Ivan Mikloš a été vice-Premier ministre et ministre des Finances de la République slovaque (2002-2006, 2010-2012), vice-Premier ministre de l’Économie (1998-2002) et ministre de la Privatisation (1991-1992). Il a cofondé et dirigé le groupe de réflexion économique MESA10 (1992-1998). Entre 2006-2010 et 2012-2016, il a été membre du Parlement. En 2014, il... Poursuivre la lecture

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles