PLF 2020 : la France mauvaise élève et donneuse de leçons

La France est bel et bien en train de s’enferrer dans la politique qui a provoqué les troubles sociaux qu’elle cherche à conjurer… Une habitude chez elle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

PLF 2020 : la France mauvaise élève et donneuse de leçons

Publié le 1 octobre 2019
- A +

Par Nathalie MP.

Cet article fait suite à « 2020 ou l’année budgétaire qui hollandise Macron définitivement » publié le 10 septembre dernier.

Difficile d’échapper à la merveilleuse nouvelle : le grand choc fiscal tant attendu par des Français plus écrasés de prélèvements obligatoires que partout ailleurs toucherait enfin les côtes françaises !

Si l’on en croit les ministres de Bercy qui viennent de présenter le Projet de loi de finances pour l’année prochaine (PLF 2020), ce sont des milliards que les particuliers et les entreprises ne paieront plus grâce à la politique aussi techniquement rigoureuse que socialement généreuse de l’exécutif depuis 2017. Résultat, le déficit public tomberait l’an prochain à 2,2 % du PIB, du jamais vu depuis 20 ans, vive la République et vive la France !

Littéralement, ce dernier point n’est pas faux. Mais lorsqu’un élève se hisse à la note de 8/20 pour la première fois de sa scolarité, cela n’en fait pas un bon élève pour autant. Or c’est exactement la situation de la France.

Il faut se rappeler d’abord que lorsque M. Macron, fraîchement élu, a présenté son premier PLF, celui pour 2018, il avait fixé une trajectoire qui passait par un déficit de 1,5 % en 2020 et 0,2 % en 2022. Les fameux « engagements tenus » du président de la République qu’on nous ressort à chaque nouvelle étape officielle sur les comptes publics1 sont donc très largement fantasmés.

Il est vrai que lorsqu’on prend le risque de dessiner un parcours à moyen terme, la probabilité pour qu’un événement particulier vienne tout chambouler n’est pas nulle. La révolte des Gilets jaunes pourrait être considérée comme cet événement perturbateur et justifier la remise en cause des bonnes résolutions initiales, ce dont le gouvernement ne se cache d’ailleurs pas.

Mais la faille de ce raisonnement, c’est de penser que la contestation sociale en question est un événement totalement indépendant de la politique économique menée en France jusqu’à présent. Je parle de la fameuse politique « dépenses-impôts-dette » qui se présente sous les dehors flatteurs et keynésiens de la redistribution la plus généreuse et qui se solde finalement par un chômage élevé (8,5 % en juillet 2019) et une instabilité sociale inconnue ailleurs en Europe.

On constate en effet qu’en 2018, soit 10 ans après la crise de 2008, le déficit public moyen des pays membres de l’Union européenne est tombé à 0,6 % du PIB (0,5 % si l’on se limite à la zone euro) et que 13 pays sur les 28 affichent un excédent budgétaire tandis que nous n’envisageons de passer à 2,2 % de déficit qu’en 2020 (remarque : sur le schéma ci-dessus, le Royaume-Uni appartient au même code couleur que nous mais son déficit est seulement de 1,5 %).

On comprend alors très clairement que la France est bel et bien en train de s’enferrer dans la politique qui a provoqué les troubles sociaux qu’elle cherche à conjurer… Une habitude chez elle. L’aspirine dont vous augmentez les doses depuis 45 ans ne marche pas ? Continuez !

Préférant ne retenir que la tendance et surtout pas le niveau, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est aussitôt lancé dans une autre habitude bien française, celle de donner des leçons de solidarité à tout le monde. Chers lecteurs, ne vous privez pas, regardez la vidéo qui accompagne le tweet ci-dessous. En deux petites minutes, vous aurez droit à un échantillon typique de l’arrogance et de la bonne conscience française en Europe :

Autrement dit, Bruno Le Maire tente une nouvelle fois de siphonner les excédents budgétaires obtenus par les fourmis (Allemagne, Pays-Bas…) au profit de la cigale française qui se montre parfaitement incapable d’en dégager par elle-même. Mais selon ses « éléments de langage » lénifiants, il s’agit tout innocemment « d’investir davantage pour plus de croissance et d’emploi en Europe ». Sachant que ce n’est certainement pas la France et ses 2,2 % de déficit en 2020 qui pourra faire ce genre d’investissement.

À l’entendre, la France serait devenue parfaitement légitime à réclamer ce type de « redistribution » intra-européenne dans la mesure où elle aurait tenu haut-la-main ses engagements en matière de réformes structurelles et de rétablissement des finances publiques.

Ayant déjà eu l’occasion de montrer combien les premières (Code du travail, formation, chômage, SNCF, retraites) étaient largement plus médiatiques que franchement structurelles, passons directement aux finances publiques et voyons si le PLF 2020 permet effectivement de parler de rétablissement.

À mon habitude, j’ai récapitulé les différentes données divulguées par le gouvernement dans mon tableau de suivi des comptes publics, non sans avoir dû me livrer préalablement à quelques correctifs sur les années antérieures :

 

Première remarque, la croissance de 1,3 % retenue pour 2020 est déjà en baisse par rapport aux 1,4 % évoqués il y a un mois, mais c’est peut-être encore trop optimiste compte tenu du ralentissement en cours de l’économie mondiale. Pour l’OCDE par exemple, le taux de 1,2 % serait plus conforme à ce que pourrait réaliser la France l’an prochain.

Seconde remarque, même si les taux auxquels s’endette la France sont pratiquement nuls, la persistance d’un déficit public substantiel entraîne mécaniquement un accroissement de la dette. En conséquence, le projet macronien initial de parvenir à un taux d’endettement public de 96,1 % du PIB en 2020 et 91,4 % du PIB en 2022 est dorénavant complètement hors de portée. De 98,4 % constaté à fin 2018, on passerait à 98,7 % en 2020 soit presque 2450 milliards d’euros : une augmentation de plus de 130 milliards en deux ans.

Concernant les dépenses publiques, le document du gouvernement ne donne pas leur montant en euros mais il indique cependant qu’elles augmenteront de 0,7 % en volume en 2019 et 2020 (donc corrigées de l’inflation, estimée à 1 % pour les deux années). Où l’on constate une fois de plus que si les ministres se gargarisent en permanence de tenir les comptes, la dépense publique n’amorce toujours pas de baisse, loin de là.

Une première façon d’y parvenir (la seconde étant d’abandonner le dogme de l’État providence) serait de baisser significativement les effectifs de la fonction publique. Un engagement de campagne d’Emmanuel Macron qui, bien que très modeste, ne sera pas tenu.

À ce propos, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer le graphique le plus désespérément « hilarant » du PLF 2020. Je trouvais déjà que la baisse de 4164 postes prévue dans la fonction publique d’État pour 2019 était affligeante de ridicule précision, mais là, on touche le fond : pour 2020, ce sont quand même 47 postes – oui, exactement tout ça – qu’il est prévu de faire disparaître !

Les dépenses publiques présentent un autre problème. Comme vous le voyez dans mon tableau, le taux rapporté au PIB est de 56 % en 2018. C’est en tout cas ce qu’il ressort des publications les plus à jour de l’INSEE. Or le document du PLF 2020 retient un taux de 54,4 % en 2018 pour ensuite projeter 53,8 % en 2019 et 53,4 % en 2020. Parle-t-on de la même chose ? Tout ceci semble confus, voire flou. Et comme dirait Martine Aubry, « quand c’est flou, il y a un loup ! » 

Voyons maintenant ces impôts qui disparaissent par milliards. Pour 2020, M. Le Maire nous annonce une baisse de neuf milliards d’euros pour les ménages et de un milliard pour les entreprises :

       

Curieusement, quand on calcule directement le montant des prélèvements obligatoires en euros (chiffres indiqués en italique dans mon tableau), opération très facile puisque le PLF 2020 nous donne très obligeamment le montant du PIB prévisionnel et le taux de prélèvements obligatoires pour 2019 et 2020, on trouve que ces derniers augmentent de 1 % en 2019 et de 0,7 % en 2020 (taux déflatés).

Il est donc parfaitement inexact de parler d’une baisse des prélèvements obligatoires, si ce n’est « en tendance » par rapport au PIB, et même là, nous ne craignons pas grand-chose pour notre première place en Europe !

Mais ne cédons pas trop vite à la déprime post-budgetum. Comme l’an dernier, le gouvernement a décidé de s’attaquer au maquis des 192 taxes de « faible rendement » identifiées dès 2014 par une étude de Bercy. Après en avoir supprimé 17 cette année, il est question d’en supprimer 18 de plus en 2020. Il n’est cependant pas certain que ceci débouchera sur des économies d’impôt colossales dans la mesure où certaines taxes – celle sur la géothermie, par exemple – n’ont jamais été opérationnelles faute de décret d’application !

Comme d’habitude, le Haut Conseil des finances publiques a donné son avis sur ce budget et comme d’habitude il se désole de le voir s’écarter de la dernière trajectoire annoncée, laquelle consiste elle-même en une révision moins rigoureuse de la trajectoire précédente, etc.

Résumons : pour le Haut Conseil, ce PLF reflète « un ajustement structurel et un effort structurel pratiquement nuls ». Une constatation désabusée qui n’étonnera pas les observateurs attentifs de la politique de M. Macron mais qui rend particulièrement odieuses les leçons de morale que M. Le Maire s’est cru en droit d’adresser à nos partenaires européens plus avisés.

Sur le web

  1. Rappelons que les comptes publics se décomposent en 3 parties : l’État central et ses agences, les collectivités territoriales et les organismes de sécurité sociale.
Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Ce gouvernement affiche une vertu budgétaire qui n’existe pas,
    mais les médias soumis vont être les perroquets de M. Le Maire.
    Ce qu’ils ne diront pas, c’est que sous de faux prétextes (réforme des retraites, Brexit), le gouvernement a décidé de reporter la présentation du projet de loi rectificative de programmation des finances publiques au printemps prochain (du jamais vu).
    Le déballage des déficits et de la mauvaise gestion serait du plus mauvais effet alors que les municipales approchent…

    • la reforme e la france n’est pas possible sans un clash dévastateur pour l’administration .. comme pour l’URSS

    • La campagne à commencé le 17 novembre 2017 et à déjà coûté pas mal de milliards.

      Si la gestion est mauvaise, ça signifie qu’on innonde le pays avec de la dette. Si elle est bonne, on expliquera qu’il y a une cagnotte et qu’il faut la distribuer à tout prix.

  • Dans un autre style foutraque et foutage de gueule, avec retro pédalage à la vitesse du son:

    https://www.federation-auto-entrepreneur.fr/actualites/decret-contre-l-acre-ne-sera-pas-publie

    Aucune info sur ce sujet dans les médias mainstream, évidemment.

  • Le mensonge dans la bouche de cet homme est doublé d’une insolence que seul les incapables et les fourbes peuvent tenir. Il va même jusqu’à confondre dépenses publiques avec investissements. Heureusement ses « partenaires » et « amis » ne sont pas dupes et ne céderont pas aux sirènes de la cigale.
    Il devrait faire attention à ce qu’un de ses « autres amis » a écrit : »« C’est pour cela que les Français se sont détournés de la gauche. Nous n’avons plus été capables de mentir avec force, la confiance est rompue, les électeurs savent qu’on se moque d’eux » – François Hollande
    Il était de l’ex RPR devenu LR dont le « grand homme » vient de rendre l’âme, et qu’il a imité dans la trahison, le de cujus a besoin d’un successeur comme BLM qui va sauver la France car la politique (le mensonge) doit peser sur l’économie, cf.J. Chirac.
    Je ne peux me défaire de cette citation de Jeffrey Tucker : « La politique est une affaire sale, une ruse, un cul-de-sac idéologique, un vaste pilleur de ressources intellectuelles et financières, un mensonge corrupteur, une tromperie, un moyen de répandre dans le monde un énorme malheur, d’une espèce inattendue et indétectée ; c’est le plus grand gaspilleur de productivité humaine jamais concocté par ceux qui ne croient pas à un authentique progrès économique et social. »

  • intéressante la carte : on voit en vert ceux qui vont retourner au mark et en marron ceux qui resteront dans l’euro…

    pour le reste, la réalité ne touchant pas nos ministres, peu de chances qu’ils la constatent.

    l’appauvrissement des contribuables continue.

  • La prévision budgétaire française est à la gestion ce qu’est la prévision des températures par le GIEC à la climatologie. Pas étonnant qu’ils s’entendent comme larrons en foire.

  • Il ne faut surtout pas réformer la France. Il faut juste se rendre insolvable et/ou partir en vendant l’ensemble de ses biens. Pourquoi la France ne réforme pas ? Car elle a en caution notre argent (assurance vie et rente sur l’immobilier). L’on sait (ici) depuis longtemps comment l’Etat Français et son administration fonctionnent. L’objectif n’est pas notre bonheur, santé ou même notre avenir. Encore moins celui de l’enseignement, la recherche, les hôpitaux ou les routes. Non il s’agit de patcher la société pour faire tourner le monstre, le léviathan. Donc il nous faut acter les faits et ne rien espérer de ce pays. Si un individu aussi fort et intelligent existait il ne pourrait pas lutter contre cette « inertie » communiste. J’ai en tête cette métaphore économique sur la France: la France est un zodiac 9cv, insubmersible, mais tellement lent et inapproprié à la pleine mer. Peut-être que nous survivrons, mais cela va être très inconfortable au fur et à mesure que le temps passe.

  • Il y a homard sous roche : comment passe-t-on de 98.4% en 2018 à 98.7% en 2020, avec un déficit de l’ordre de 2% ❓ Avec un taux de croissance du PIB de l’ordre de 1.3%, cela me semble difficile à atteindre. Surtout quand on sait que le PIB est constitué de pas mal de taxes diverses et avariées, cachées sous le tapis.
    Le tapis est-il assez grand pour cela?

    • Il faudrait un article sur où part l’argent et l’investissement Français. Éplucher les comptes et transactions de nos élus pour savoir où se réfugier. Car ils savent, oh que oui, ils savent où ils nous emmènent. Je vois ces histoires de PIB et de budget comme un leurre. Les problèmes fondamentaux et structurels ne sont même pas questionnés ? Toujours se dire que si ils nous construisent un présent de merde, leur plan pour notre avenir risque d’être une oeuvre d’art.

    • le truc c’est e faire un budget sur des  » évaluations » , pui en cours d’année e faire voter des rallonges budgétaires..
      et hop

  • Très bon article de CG, expliquant la situation. Cette photo économique à l’instant T ne laisse pas l’ombre d’un doute. Fuyons ! Aux abris !!!!
    https://institutdeslibertes.org/dieu-se-rit-des-hommes/

  • Le Maire est vraiment un débile mental. La France crée des emplois et de la croissance, avec un chômage de 8,5 et une croissance de 1,3% ?

    • Les débiles sont surtout, comme le dit chicotier, ceux qui n’éclatent pas de rire quand il parle, et les journalistes les premiers.

    • Si de la croissance de la dette, des fonctionnaires, des retraites, des GJ, des sans dents, des radars, etc..il y a de la croissance en France. Mais elle est pour notre bien ? Ou alors n’est elle QUE contre nous ?

  • En 2018, la France est le seul pays majeur de l’Union affichant un déficit primaire, c’est-à-dire avant paiement du service de la dette. Les autres pays en déficit primaire sont Chypre, Lettonie et Estonie. C’était déjà le cas en 2017, en 2016, en 2015… Depuis la crise de 2008, la France est le seul pays de l’Union qui n’a jamais su présenter un solde primaire en excédent. Le seul ! Même la Grèce parvient à dégager aujourd’hui un excédent primaire. L’Espagne, le Portugal et l’Italie affichent également chacun des excédents primaires. C’est dire l’ampleur du désastre et l’impéritie de la gestion publique « à la française ».

    Si on imaginait une hypothétique bad bank pour stocker les ~8000 milliards de dettes publiques européennes, la France serait quasiment le seul pays en rouge sur la carte, cerné de vert, le seul pays incapable de faire face à son stock de dette publique, alors qu’il présente pourtant le taux d’imposition le plus élevé au monde.

    La politique de la BCE de taux nuls et de QE ne se justifie plus que pour maintenir la France la tête hors de l’eau, si tant est que ce soit une justification recevable. Nul part ailleurs cette politique se justifie. Au contraire, elle signifie partout destruction des capitaux, découragement de l’épargne, affaiblissement de la croissance, enrichissement injustifié des quelques financiers bénéficiant directement des impressions monétaires aux dépens du reste de la population.

    Dans une situation insoutenable, refusant de se réformer, dirigée depuis plus de 20 ans par des présidents fainéants qui ne savent que piller les ressources des Français, la France est la principale menace pour l’euro. Si elle continue sur cette trajectoire, les autres pays lassés finiront par l’exclure.

    • Ma TF 2019 : +33%/2018 et + 38%/2017
      Cela va être intenable.
      On affaire à des voleurs, c’est pire que des incompétents.

    • +10000, CG dit la même chose. Étonnant que la vérité et la réalité n’infusassent point dans la tête de nos élus. Jusqu’à quand cela va durer ? Autiste selon Fillon, c’était gentil et mignon. Des enc… serait plus en rapport. Hélas nous n’avons plus trop le droit de s’exprimer sans prendre un point CB (camp du bien) dans la tronche.

  • Plus la surface couverte par l’état est grande, moins elle est démocratique disait le grand Ludwig. Le problème de BLM est qu’il ne sait pas comment on calcule une surface. Le mec a été ministre des fonctionnaires paysans.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À peine Elon Musk avait-il annoncé que son offre de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars avait été acceptée qu’il s’est trouvé nombre d’obligeants commentateurs pour expliquer à quel point la somme était indécente et comment il aurait dû la dépenser s’il était vraiment sérieux et moralement engagé pour l’avenir de l’humanité et de la planète. Ajoutez à cela son intention d’élargir la liberté d’expression sur le réseau social et la conclusion s’impose d’elle-même : cet homme n’a qu’irrévérence pour les sensibilités légitimes de ses se... Poursuivre la lecture

Par Serge Houdbine et Michel Gay.

Un article publié le 13 avril 2022 dans le journal régional, Le courrier de l’Ouest, (appartenant au groupe Ouest France) relaie le discours du Syndicat France énergie éolienne (FEE) représentant les promoteurs et exploitants des éoliennes.

D’où vient l’argent magique ?

Selon eux, « le solaire et l'éolien c'est du pouvoir d'achat » et les énergies dites vertes grossiraient désormais le budget de la France.

Sans vergogne, en ces temps de campagne électorale, ils appellent l’État à en faire... Poursuivre la lecture

Fin octobre, dans la version révisée de son Projet de loi de finances pour 2022, le gouvernement annonçait les chiffres suivants pour 2021 : croissance à 6,25 %, déficit public à 8,1 % du PIB et dette publique à 115,3 % du PIB. Alors forcément, quand l’Insee a publié la semaine dernière sa première évaluation des comptes nationaux 2021, c’était la joie à Bercy. Croissance ? Un immense 7 %. Déficit ? Un tout petit 6,5 %. Dette publique ? Ramenée à 112,9 %. Du mieux partout, partout, partout !

 

Bonne nou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles