Incroyable : l’État crée un diplôme de… magicien !

Non ce n’est pas une plaisanterie : l’État a créé un diplôme de magicien. À partir de ce mois de septembre, vous pouvez devenir magicien professionnel reconnu, diplômé d’État

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le magicien by Chris Tomneer(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Incroyable : l’État crée un diplôme de… magicien !

Publié le 14 septembre 2019
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

Non ce n’est pas une plaisanterie : l’État a créé un diplôme de magicien. À partir de ce mois de septembre, vous pouvez devenir magicien professionnel reconnu, diplômé d’État®.

Ainsi, on découvre sur le site Capital les propos d’Adeline Galland, responsable de la formation chez Double Fond, le café-théâtre à l’origine de cette demande de formation.

« Jusqu’à présent, les passionnés d’illusionnisme qui voulaient en faire leur métier pouvait se former en autodidacte, sur le net, auprès de magiciens établis ou encore en école privée. Disposer d’un diplôme officiel va donner encore plus de crédibilité et de légitimité au métier. »

On se demande bien comment faisaient les Houdini, Garcimore, Copperfield, Éric Antoine, avant qu’existe une validation de leur talent par l’État.

Il faut dire qu’en matière de prestidigitation, l’État s’y connaît ! Pensez donc : avec Marisol Touraine, il avait fait disparaître d’un coup de baguette magique le trou de la Sécu, avec l’INSEE il fait apparaître des numéros d’identification d’assurés qui n’existent pas, il ressuscite les morts qui peuvent aller voter,  il fait des tour de passe-passe entre les budgets, pouf, il habille Paul avec les vêtements de Pierre, et surtout, il fait se volatiliser l’argent de vos poches sans que vous l’ayez vu venir…

Demandez le programme… et le prix !

La responsable de formation, Adeline Galland, détaille la formation validée par l’État :

« La formation, qui n’exige aucun prérequis, s’articule en quatre grands temps. Un premier est consacré à la culture et à la l’exercice de la magie, c’est là que l’on apprend les principaux tours. Un deuxième est dédié à la préparation des numéros, c’est-à-dire s’adapter à la salle où on va jouer. Un troisième se concentre sur l’interprétation, donc le côté purement artistique. Enfin, un dernier s’attelle au développement et à la gestion d’activité du magicien, ou comment se projeter comme un vrai entrepreneur. »

L’État qui valide une formation à la vie d’entrepreneur, c’est un peu le loup qui explique à l’agneau la recette du gigot. Mais admettons.

Il reste curieux de vouloir faire entrer dans des cases strictes un métier dont la particularité est justement d’être artistique, donc hors-normes et dépendant directement du talent personnel. On voit mal comment l’État s’y prendra pour recaler les postulants manquant de talent, brisant alors leur rêve de vie d’artiste. Déjà qu’il peine à faire redoubler les élèves… Finira-t-il par valider complaisamment un diplôme pour ne pas froisser les espoirs des magiciens les plus mauvais ?

Là où les choses deviennent plus croustillantes, c’est lorsqu’on apprend que pour devenir un vrai magicien reconnu par l’État®, cela coûte la bagatelle 14 850 euros hors taxe.

Pas de panique, la responsable de formation explique que l’argent ne sortira pas de votre poche. Et hop, c’est déjà magique :

« Un sacré budget, qui peut heureusement être en partie financé par le compte personnel de formation (CPF) pour les salariés. “Renseignez-vous dans votre entreprise, cela peut aussi passer par le plan de développement des compétences, le plan de professionnalisation”, indique la responsable de la formation. »

Bien sûr, cet argent sorti tout droit d’une licorne magique pourrait alimenter les finances du café-théâtre qui « offre » cette possibilité de se former à être magicien-diplômé-d’État®. Sinon, il pourrait aussi servir à faire grossir les rangs des tout aussi officiels « intermittents du spectacle ».  Car quand l’État se mêle de quelque chose, c’est toujours une franche réussite.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • L’urss avait une école du cirque d’etat , la chine l’a toujours.. dans ces conditions qui peut s’en étonner , dans un pays marxisant..

    • En RDA aussi, il y avait ce genre de diplômes. Mais pas de problème, les diplômés souffleurs de verre ou acrobates étaient payés par l’État. Certains, arrivés en France après la chute du Mur, s’étonnaient de ne pas trouver de travail…

  • ben nous on est servi : nous avons le cirque , les clowns et surtout les magiciens à la tête de notre douce France ; mais curieusement , il manque les applaudissements du public ….vous me direz , le spectacle n’est pas encore fini , hélas……

    • A Vera.
      « mais curieusement , il manque les applaudissements du public … »
      En effet, c’est curieux ! Mais cette absence d’applaudissements ne déstabilise pas nos clowns à roulettes qui pallient cette « tare » par une claque orchestrée, via des sondages « magiques » (bidons) qui grimpent spectaculairement… par et pour leur autopromotion !! Quelle prodigieuse prestidigitation… !?

  • C’est pour remplacer l’ E.N.A ?

  • On devrait rendre ce diplome obligatoire pour etre elu de la ripoublik ,il y trop de mauvais professionnels dans ce milieu ,incapables de reussir le moindre tour de passe passe avec nos sous sans qu’on s’en aperçoive

  • Tous nos ‘ »Politiques » ont déjà passé ce diplôme et ont tous été reçus. L’Affaire Richard Ferrand en est un exemple. Et ce n’est pas fini car bientôt vous aurez la suite avec Mélenchon, François Fillon, Sarkozy…..et bien d’autres.

  • Être magicien en France nécessite la bonne appréhension de la technique dite de l’IMPOSTOUR telle qu’elle est enseignée à l’ENA et à l’ESM.
    Pour réussir, rien ne vaut le passage par ces grandes écoles ou l’on apprend aux élèves – déjà bien payés par le contribuable – la façon de prendre les français pour ce qu’ils sont… ceci, afin de se réserver la possibilité de distribuer les coups de triques au bon moment et aux personnes en l’état de pouvoir les recevoir; de toute évidence du Grand Art!
    Les meilleurs recrues de ces mêmes écoles peuvent faire des stages très bien rémunérés dans les meilleurs banques d’affaires ou l’on y apprend les tours spécifiques de « passe passe » pour gagner des millions sans payer d’ISF. D’après certaines personnes bien informées, mais que l’on peut soupçonner de malveillance, la technique utilisée serait classée « secret défense » et les documents y afférents seraient classés dans un bâtiment situé à Bercy; Information à vérifier bien sûr.
    Ha! ces hommes providentiels….. tous des génies que le monde entier nous envie!…

  • remarquez a Bercy ils ont besoin de ce genre de profil.. arfff

  • C’est dire à quel point de dégénérescence est tombée la France marxiste!

  • Nous sommes dirigés et gouvernés par des Guignols, des Incapables et des Maffieux.

  • Pépinière d’intermittents du spectacle…

  • C’est le magicien de l’Elysée qui a du cette lumineuse idée?

  • L’INTERDICTION DU MÉTIER D’HERBORISTE SUBSISTE, POURQUOI ?

    • Merci à tous pour cet énorme éclat de rire !
      Apparemment nous sommes sur la même longueur d’ondes ! Je vous ai gratifié d’un joli point supplémentaire !
      Mais c’est vrai qu’herboriste c’était gênant pour les pharmaciens, donc on supprime ! tandis que magicien, illusionniste, il y a tant de reconversion possible ! et hypnotiseur pas de diplôme ?
      On en voit souvent à la télé, qui les yeux dans les yeux, nous content tant de sornettes… Sortent-ils de l’ENA aussi ?

  • Le plus grand tour de magie des politiciens c’est d’arrivé à hypnotiser des millions d’individus et de leur faire croire qu’ils sont utile à quelques chose…

  • L’apprentissage de la sodomie fait également partie de la formation ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Claude Goudron.

Elle sera certainement la réforme qui prendra le plus de temps. L'éducation française est en effet totalement inadaptée aux besoins d’une économie moderne et présente  deux problématiques : l’Éducation nationale et la formation professionnelle.

L'Éducation nationale

Faible niveau

Le dernier classement Pisa publié fin 2019 n’est pas bon. Il place la France entre le vingtième et le vingt-sixième rang des 79 pays présents aux enquêtes et ce malgré des sommes colossales englouties. Le pays est par ailleu... Poursuivre la lecture

Par Didier Cozin.

Toujours en quête de gadgets sociaux, souhaitant baisser les charges tout en maintenant les coûts, les pouvoirs publics auraient trouvé la solution pour dégager un consensus en France : tout offrir, ne plus rien faire payer, subventionner tous les secteurs, toutes les entreprises, toutes les activités, quoi qu’il en coûte, en attendant de se refaire, que la reprise fasse le travail et rembourse.

Payer pour des services devient en France incongru, grotesque souvent inaudible. La décence voudrait que tout devien... Poursuivre la lecture

formation
0
Sauvegarder cet article

Par Didier Cozin.

Jamais depuis 1870 (défaite de Sedan) ou 1940 notre pays ne s’était trouvé devant de tels défis économiques, sociaux et éducatifs à relever : reconstruire un pays dont toutes les infrastructures sont intactes à la différence des guerres classiques, restaurer une éducation ravagée par l’immobilisme et les idéologies, reformuler un modèle social usé dans un pays surendetté, divisé et désormais en partie disqualifié par la mondialisation et la technologie, la numérisation, la globalisation, l’automation et intelligence ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles