Fonctionnaires : baisse de 0,7 % sur 5 ans ! Les résultats du Grand Débat méprisés

Tous les pays riches et démocratiques ont baissé les dépenses d’État et le nombre de fonctionnaires. En France, le pouvoir méprise autant les dizaines de rapports de la Cour des comptes que la volonté du peuple.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fonctionnaires : baisse de 0,7 % sur 5 ans ! Les résultats du Grand Débat méprisés

Publié le 29 août 2019
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Organisé en grande pompe et soutenu par la plupart des médias, le Grand Débat national n’aura servi probablement à rien. Une preuve en a été donnée fin juillet par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, qui a abandonné l’objectif de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires, dont 50 000 au sein de l’État, sur la durée du quinquennat.

Déjà, 50 000, c’est très peu : tout juste 2,09 % de l’ensemble des effectifs de la fonction publique d’État (2,393 millions d’agents exactement). Maintenant, le ministre annonce seulement… 15 000 suppressions, donc environ 0,7 % du total des fonctionnaires d’État.

M. Darmanin a-t-il lu les résultats du Grand Débat concernant « La fiscalité et les dépenses publiques » ? Les réponses apportées par les Français sont claires : « Pour réduire le déficit public, les répondants estiment qu’il faut en priorité réduire la dépense publique (75 %), et en premier lieu les dépenses de l’État (56 %). » Or, sans une réduction du nombre de fonctionnaires, il est impossible de réduire les dépenses de l’État.

La fonction publique d’État représente à elle seule (retraites comprises) quelque 40 % du budget national et les dépenses publiques grimpent à plus de 56 % du PIB, record mondial. En 2018, le total des dépenses nettes de l’État français a dépassé le montant de 386 milliards d’euros, plus qu’en 2017 (385 milliards).

20% de la population active

En avril dernier, un rapport de Bercy pointait le temps de travail des fonctionnaires et révélait qu’au moins 310 000 fonctionnaires d’État travaillaient moins que les 1607 heures légales par an. Cela signifie que leur coût est encore plus élevé et qu’il faudrait au moins exiger que les fonctionnaires respectent le temps de travail légal. Cette situation accentue encore les disparités avec l’Allemagne. En France, les fonctionnaires représentent 20 % de la population active contre 10,6 % en Allemagne où ils travaillent en moyenne 41 heures par semaine.

Comme l’IREF l’a déjà écrit, tous les pays riches et démocratiques ont baissé les dépenses d’État et le nombre de fonctionnaires. En France, le pouvoir méprise autant les dizaines de rapports de la Cour des comptes que la volonté du peuple. Pourquoi avoir fait une telle publicité à cette consultation nationale pour se moquer ensuite aussi délibérément des participants ?

Sur le web

Voir les commentaires (80)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (80)
  • Tout simplement parce que en france , c’est l’administration syndicalisée qui gouverne t qu’il est plus facile d’augmenter les prélèvements que de réduire les dépenses…

    La fonction publique ne devrait pas avoir le droit de gréve deja , quand on est fonctionnaire on a avantages et inconvénients , l’avantage c’est le job a vie , l’inconvénient pas de droit de gréve..
    sinon c’est trop facile de menacer le ministre pour se faire augmenter..
    Mais la france n’est pas un pays démocratique et l’injustice sociale n’est pas la ou on la montre

    • Je suis fonctionnaire et je suis d’accord. Mais j’aimerais bien aussi un contrat qui stipule ce que je dois faire, combien de temps, sous quelles conditions etc. Là on est totalement dépendant de l’arbitraire politique, qui peut tout changer par simple décret dans un sens comme dans l’autre.

      • Dans une entreprise , vous croyez que vous auriez votre mot a dire?
        Vous auriez une description de poste , a la charge de vote chef de service et basta.. quand a avoir des horaires .. vous revez

        • Dans le privé il y a un contrat de travail qui fait qu’on ne peut pas vous imposer tout et n’importe quoi : si vous êtes recruté comme manutentionnaire à mi-temps, les heures en plus seront payées et si on vous demande de faire des corrections de copies en plus, ce qui n’est pas dans la fiche de poste, vous pouvez refuser et vous serez soutenu par le « bras de la justice » en cas de conflit. Dans la fonction publique vous n’avez pas ça. Un simple décret peut vous faire travailler 70h par semaine ou 27, et vous pouvez être alloué à n’importe quelle tâche (dans le périmètre qui va bien) sans recours.
          La fonction publique à beaucoup d’avantage mais ce point (qui ne se manifeste pas souvent, c’est vrai, donc on n’en entend pas trop parler) est un vrai point négatif.

          • « Dans le privé il y a un contrat de travail qui fait qu’on ne peut pas vous imposer tout et n’importe quoi « . Ce n’est sûrement pas vrai partout, même avec des fiches de poste. >Et si vous croyez que tous vont rechercher « le bras de la justice »….

  • Il est extrêmement périlleux, c’est un euphémisme, de déduire des résultats du grand débat que les Français veulent moins de fonctionnaires.
    S’ils ont effectivement réclamé une baisse des dépenses publiques et surtout du poids de la fiscalité, ils ont également demandé de renforcer les services publics de proximité !
    Au demeurant, le poids des dépenses de personnel dans la depense publique est d’environ 25 %. Je ne suis donc pas certain, si ce chiffre était connu lors du grand débat, ce dont je doute, que les participants, compte tenu de ce que j’ai rappelé, s’agissant des dépenses publiques, auraient souhaité commencer par là…
    S’agissant de la question précise des fonctionnaires, la position des Francais était, pour résumer : « moins dans les bureaux, plus sur le terrain ».

    • « le poids des dépenses de personnel dans la dépense publique est d’environ 25 % ». C’est exact, et les gens en sont complètement ignorant car seul est mis en avant les 56% de dépense total qui inclue les retraites et la redistribution…, y compris dans cet article. D’autre part, le gouvernement réduit quand même la dépense tout en maintenant le nombre en gelant le point d’indice et en embauchant des contractuels.

      « moins dans les bureaux, plus sur le terrain ». pour ça faut réduire les doublons pour réduire la technostructure. Ce qu’aucun gouvernement ne fait car leur parti vit du contrôle de cette technostructure.

      • @Tigrou666
        Bonsoir,
        « D’autre part, le gouvernement réduit quand même la dépense tout en maintenant le nombre en gelant le point d’indice et en embauchant des contractuels. »
        Wouah ! Il est trop fort le gouvernement ! Il réduit les dépenses en payant moins ses employés tout en embauchant des précaires. Trop fort !
        En plus, il est capable de sortir plusieurs milliards (10 mds€ pour les gilets jaunes par exemple) non comptés ni compris dans le budget de départ… lui-même bine supérieur à celui de l’année passée, comme chaque année.
        Trop fort !

    • Certes mais la réalité c’est que notre Etat est obèse, malade d’un excès de fonctionnaires (et d’une inflation permanente de ses attributions). Il ne devrait pas y avoir de fonctionnaires à temps plein et en contrat « permanent » en dehors des fonctions régaliennes. Le reste devrait être du CDI, soumis aux même régimes et contrats que le privé.
      C’est aussi parce qu’on a une armée de fonctionnaires « travaillant » sans subir les conséquences de leurs errements que les autres dépenses publiques (« transferts sociaux » etc.) sont aussi massives, entre autre.

  • J’aimerais pouvoir consulter la progression de ce pourcentage de fonctionnaires / population active dans le temps .

    • @val
      40% de progression depuis mitterand

      « Les fonctionnaires représentent 20% de l’emploi total en France. Selon les derniers chiffres de l’Insee publiés en décembre 2018, hors contrats aidés, le pays en comptait très précisément 5 millions et 525.700, avec une moyenne d’âge de 43,4 ans en 2016. C’est environ 40% de plus qu’en 1981, alors que sur la même période, la population française grimpait de 18%. Ce chiffre comprend la fonction publique d’État (FPE; administration centrale, ministères, enseignement…), territoriale (FPT; communes, départements, régions) et hospitalière (FPH; personnel administratif, services médiaux, AP-HP…). En 2015, le salaire moyen dans la fonction publique s’établissait à 2250 euros. »

  • Mais le pire problème/scandale n’est pas leur nombre mais leur statut.

    • Non, les deux. Je me suis perdu à la Secu pour une visite médicale et me suis retrouvé dans un service où chaque bureau avait un acronyme ronflant.

      Les agriculteurs n’ont pas besoin de dizaines de milliers de fonctionnaires pour apprendre à cultiver des pommes de terre.

      • Les employés de la SS dépendent du droit privé. Ce ne sont pas des fonctionnaires, officiellement. Cela permet de réduire artificiellement le nombre de fonctionnaires, pour cacher le chiffre réel, monstrueux.

        • La France est spécialiste de ces mensonges d’état. Comme les « charges patronales » et les chômeurs en catégorie D (formation; on envoie un million de chômeurs en « formation » et c’est autant de chômeurs « officiels » (catégorie A) en moins.

        • Je le sais mais ils exercent une mission dite de service public.

  • Voyez vous chez les ados boutonneux la mobilisation contre le nerf du turbo build est une belle leçon aux parents passifs qui supportent un joli nerf sur leur porte monnaie. On se mobilise pour ce que l’on aime. Clairement nous sommes déconnectés des réalités de ce pays. Il n’y a rien de concret dans notre système. La chose la plus certaine est que l’on se fait …

      • Quoi ? En principe lorsque un problème existe, que l’on sait d’où il vient, que l’on a les solutions, c’est assez simple de « patcher » celui ci. Laissez tomber la référence à Fortnite qui génère un pognon de dingue (mais qui est bien taxé comme il faut par Bercy).

  • Les résultats du Grand Débat méprisés…
    Franchement, qui pensait que ça allait se passer différemment? E. Macron n’est pas là pour redresser la France, ses discours sont une imposture permanente.

    • Macron a promis aux Français qui l’ont élu d’être cynique et impudent. C’était le sens du « en même temps » macronien, promesse électorale claironnée sur tous les tons. Ses électeurs ne sont certainement pas déçus.

      • La montre à droite et une double alliance laisse supposer qu’il est habitué de la question. La vaseline n’est plus nécessaire le passage est une autoroute.

    • @petite bête c’est sûr que quand c’est le loup qui garde les moutons …

    • Une autre demande récurrente a été méprisée : le rétablissement de l’ISF. De ce mépris là, quelque chose me dit que l’IREF s’en accommode fort bien !…
      Taquinerie mise à part, les diverses, multiples et antagonistes attentes des contributeurs ne pouvaient bien évidemment pas toutes être prises en compte. D’autant moins que certaines, sont, en elles-mêmes, contradictoires.
      Ainsi, comme je l’ai rappelé plus haut, les Français veulent « en même temps » la réduction des dépenses publiques (en réalité la baisse des impôts – ils font facilement le lien) et le renforcement des services publics, notamment dans le monde rural (le lien est moins connu, les Français ignorant le poids des salaires de fonctionnaires dans les dépenses publiques)…
      Ce n’est pas être mauvaise langue que de reconnaître que le Grand Débat avait pour objectif principal de faire de la calinothérapie tout en noyant les demandes des Gilets jaunes dans un grand ensemble hétéroclite de propositions. Le gouvernement reprenait ainsi la main et pouvait, sans trop de peine, exploiter les résultats dans le sens qui l’arrangeait.
      Revenons un instant sur le dipôle réduction des dépenses publiques/renforcement des services publics. L’on pouvait ainsi prétendre que les Français voulaient moins de dépenses publiques « donc » moins de fonctionnaires. Ou à l’inverse plus de fonctionnaires, ou pas moins, pour être en mesure de renforcer les services publics des territoires.
      Et tout à l’avenant, avec à chaque fois, en prime, un diable se nichant dans les derniers détails. Ainsi pour la suppression du 80 km/h, le premier ministre a fait semblant d’avoir compris le message, en affirmant qu’il renvoyait la balle dans le camp des conseils départementaux… tout en imposant, via des « recommandations » issues de ses services, des conditions telles que le retour au 90 km/h sera très parcellaire et totalement anecdotique.
      C’est l’organisation du Grand Débat lui-même qui est un marché de dupes, une parfaite illustration de la définition de la démocratie représentative : « cause toujours » !…

      • vous confondez services publics et services au public..
        peu me chaut que l’hôpital soit privé pourvu qu’il fonctionne

        • Non, non. Relisez les questions et les réponses. Il s’agissait bien des services publics : impôts, école, hôpital,…
          Votre méprise vient sans doute du fait que le « monde rural » déplorait aussi la fermeture concomitante de nombreux commerces, d’entreprises comme la poste ou les banques, des cabinets médicaux…

          • non , on sait très bien que le service public Fonctionnarisé est nul et cher..
            On fait croire au populations que ces services sont gratuits alors qu’ils les payent au prix fort!
            Qu’est ce qui interdit a une entreprise privée de rendre un service « public » .. rien
            C’est comme çà que fonctionnent bien des pays , dont la suède qui a été le phare du socialisme..
            alors la demande de « services au public » n’implique pas une organisation qui n’est ni efficace , ni concurrentielle..
            vous voulez un exemple ? clinique privee 2600 euro la journée , hopital public 3800 euros la journée…
            et le tout a l’avenant

            • Ces questions sont totalement légitimes. Mais la demande de renforcer les services publics dans les campagnes concernait les fermetures subies des écoles, des perceptions, des maternités, des hôpitaux, pas la transformation de ces services en organisations privées.
              Les contributeurs n’ont pas réclamé que leur école devienne une ecole privée. Ils ont réclamé que leur école ne ferme pas, ou qu’elle rouvre si elle avait fermé.

              • meme des perceptions? çà laisse rêveur sur les sources..
                les contributeurs sont comme les allemands de l’est la liberté leur fait peur

              • Les contributeurs ne risquent pas de payer un service privé puisque l’Etat obèse les a déjà spoliés de leur solvabilité… pour un service public qui n’existe plus.

                Fermer les services publics est la bonne solution si et seulement si les impôts baissent d’autant.

  • Voici un contre exemple de pays démocratique qui ne baisse pas les dépenses de l’état, ni le nombre de fonctionnaires.
    Proportionnellement à la France le Danemark, a plus de fonctionnaires.
    Un pays où les gens ont une éthique…
    https://www.france.tv/france-5/droles-de-villes-pour-une-rencontre/droles-de-villes-pour-une-rencontre-saison-2/1049277-aarhus-danemark.html

    Les gilets jaunes réclament plus de services publiques dans les campagnes, c’est-à-dire moins de fermetures de services publique, voire des réouvertures.
    Comment expliquez vous la pression sur tous les états démocratiques et de manière induite sur leur opinion publique, pour la baisse des dépenses publiques ?
    Tout simplement la baisse des recettes fiscales « grace » à ceux qui ont les moyen de ne plus participer aux solidarités nationales.
    Pourquoi n’avons-nous plus les moyens de financer ce que nous pouvions, avant ?
    Sommes nous des pays plus pauvres ?

    • Non, la réponse est très simple. Il y a un changement de paradigme. Avant ils étaient à notre service. Désormais nous sommes à leur service. Le secteur privé est aspiré par le social et l’égalitarisme. Du coup notre pays se meurt englué dans les cerfas, les normes, les taxes. Nous ne focalisons pas sur comment créer de la richesse mais comment ruiner les derniers riches. Cette histoire aura une fin rapidement.

      • @Nobilis & Co
        « Nous ne focalisons pas sur comment créer de la richesse mais comment ruiner les derniers riches »
        Vraiment ? La France est le pays de l’OCDE qui rémunère le plus les actionnaires, encore récemment.
        https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/edito-des-dividendes-records-au-deuxieme-trimestre-2019-1181128.html
        Et je suis un peu déçu que vous ne fassiez pas cas de la vidéo sur le Danemark, ce discours est il si inaudible ?

        • @leham
          Bonsoir,
          Un commentateur sur un autre article a expliqué que ces dividendes étaient comptés plusieurs fois, et que donc il fallait retenir les revenus.
          De mémoire :
          La France : 30 mds€ ;
          l’Allemagne 289Mds ;
          L’U.K : 100Mds£.
          Sans actionnaire pas d’entreprise.
          L’Etat est le plus gros actionnaire de France, vu qu’il a des parts dans plus de 700 entreprises. Vous croyez qu’il provient d’où l’argent capitalisé ?

    • @leham
      Bonsoir,
      « Pourquoi n’avons-nous plus les moyens de financer ce que nous pouvions, avant ? »
      Budgets planifiés débiteurs contamment depuis 1974.

      « Sommes nous des pays plus pauvres ? »
      Suis-je riche si pour 1000€ de salaire, j’ai une dette de 2200€ et que j’en claque 1600 tous les mois ?

    • qui a decide que les gens voulaient plus de services publics?
      ils veulent des services point

  • Pour ménager la chèvre et le chou, élection en tête ( what else?) bref une valse à deux temps. On peut aisement qualifier laIls sont en train de rendre les français fous.

    • On r’commence:

      Pour ménager la chèvre et le chou, élection en tête ( what else?) bref une valse à deux temps. On peut qualifier la chose de gravissime à présent car ce n’ est pas comme si ils ne savaient pas le mal qu’ ils font, historique de la vie politique française oblige, déficit oblige, nécrose du pays oblige alors que 2017 aurait pu ( dû) représenter un véritable tournant. Ils sont en train de rendre les français fous.

  • Macron hérite de la patate chaude qui court depuis près de 50 ans : chaque président, quelle que soit sa couleur, a lâchement laissé filé la dépense publique pour des raisons électorales. Sera-ce celui entre les mains duquel elle va enfin sauter ? Ce n’est pas la prochaine nomination de Moscovici à la tête de la Cour des Comptes qui nous rassure : Macron s’achète un contrôleur dévoué…

    • C’est un peu facile de dire que c’est la faute des autres. L’honnêteté de notre président, s’il voulait vraiment changer les choses aurait été de dire aux français que ça va être compliqué, et que ses engagements ne pourront certainement pas être respectés.
      En même temps, ne pas oublié que ça faisait 3 ans qu’il était ministre de l’économie, donc il était bien au courant de la situation de France…

  • « exiger que les fonctionnaires respectent le temps de travail légal »

    Je connais quelques fonctionnaires zélés qui nous rendraient bien service en ne faisant plus rien du tout.
    Et j’en connais d’autres qui sont admirables, sous payés et copieusement maltraités par leur employeur.
    Il faut faire le tri avant d’éradiquer.

    • J’ai plein de collègues qui disent qu’on est déjà bien assez évalués comme ça, pas besoin d’évaluations supplémentaires. Je suis d’accord, mais ce qu’ils ne disent pas, c’est que ces évaluations ne sont pas vraiment sanctionnées…

  • « 20% de la population active ». Faux ! A peu près 30% si on se réfère à l’étude du Point qui intègre tous les fonctionnaires cachés ou masqués et les fonctionnaires assimilés
    https://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/fonctionnaires-les-chiffres-qui-tuent-18-11-2014-1881987_2428.php

    • Et cet article est en dessous de la vérité en ne comptant pas les employés des 600 (six cent !) régimes de retraite en monopole, des mutuelles en monopole, de la sécu en monopole, des fabricants d’armes, des employés de Vinci, etc. ..
      La vérité est plutôt de 50% d’esclaves à tenir ce « système social que le monde nous envie » à bout de bras D’où la révolte des Gilets Jaunes. https://fr.wikipedia.org/wiki/Retraite_en_France

  • Les élections arrivent et la chasse aux voix est ouverte en donnant aux profs du pognon que l’état n’a pas.

    • Et si seulement en échange on obtenait qu’ils travaillent TOUS à l’enseignement (et pas pour SOS racisme, l’amicale des pétanquistes de Bourges ou autre) et qu’ils travaillent (pas forcément à enseigner, encore que… ) 11 mois par an, comme les non-profs, et pas 9 comme actuellement…

  • C’est du clientélisme mal placé, je ne suis pas sûr que les fonctionnaires aient voté en masse pour Macron.

  • L auteur se trompe completement. L important n est pas de reduire le nombre de fonctionnaires mais de redefinir les missions de l Etat.
    Si vous gardez le meme nombre de mission de l Etat et supprimez des postes de fonctionnaires, vous aurez soit un service plus mediocre ou vous devrez sous traiter le service au prive (et il est pas evident que la ca vous coute moins cher. exemple les PPP au lieu de construire un batiment directement. surtout si on garde des dirigeants incapable ou corrompus (genre Gaudin))

    Et jusqu a maintenant, il n y a eut aucune reflection sur le perimetre de l Etat. qu est ce que l Etat doit completement abandonner, doit sous traiter, doit continuer a faire …

    Sinon il faut mieux supprimer un poste d enarque que 3 postes de cantonniers. Le nombre de poste de fonctionnaire n est pas l indicateur essentiel. mieux faux regarder la masse salariale

    PS: 50 % des depenses de l Etat sont le paiment des pensions et la protection sociale. penser qu on va reduire les depenses sans taper dans ces 2 postes est rever. Mais c est vrai que c est electoralement suicidaire

    • redéfinir les missions de l’ Etat et de quantité d’autres organismes. Deux exemples:
      . les syndicats départementaux d’électricité, créés après guerre pour mettre en place les réseaux de distribution d’électricité, financés par des taxes communales et départementales. Les réseaux sont maintenant terminés, mais les syndicats continuent d’exister en nous prélevant plus de 12 % de taxes sur notre consommation d’électricité, qui plus est, taxes bien entendu soumises à T.V.A. (ça me rappelle les normands d’ Astérix dont le summum de la gastronomie était « de la crème à la crème »; chez nous, le summum, c’est la taxe sur la taxe)
      . Agences de l’eau: elles nous prélèvent des taxes sur l’eau potable tellement supérieures à leurs besoins que l’Etat peut « pomper » sur leurs réserves des milliards d’€ sans qu’elles protestent, tellement elles sont gênées d’avoir accumulé un tel pactole sur notre dos.
      Accessoirement, si quelqu’un pouvait me renseigner sur l’utilité et le coût des conseils économiques et sociaux régionaux, j’en serais ravi.

    • Vu les optimisations possibles de process de l’administration, il n’est pas forcément nécessaire de redéfinir tout de suite la mission de l’état (bien qu’elle soit en effet nécessaire et peut éventuellement être fait en parallèle).

      • a quoi ca sert d optimiser le process de quelque chose qu on va supprimer ?
        C est quand meme plus simple et moins cher de reflechir d abord a ce qu on doit garder ou non avant d optimiser non ?

    • Il vaut mieux supprimer le poste d’énarque et les 3 postes de cantonniers. A mon premier voyage au Japon, au siècle dernier, j’avais été effaré de voir une équipe de cantonniers à l’oeuvre : 1 dans la tranchée, 4 à l’abasourdir d’instructions contradictoires autour, et le chef qui regardait tranquillement. Eh bien, aujourd’hui, ici c’est pareil sauf que la minipelle est toujours sur le camion, et que par la force des choses la tranchée reste encore à creuser. La moindre réfection de chaussée dure 9 mois(*). Les traitements et les retraites des fonctionnaires sont payés quoi qu’ils fassent : ceux qui travaillent ne sont pas récompensés, et seule une petite minorité (ultra-méritante) n’a pas le traitement et la retraite pour seules motivations. Le résultat en France est le même que pour le Japon dans la position au classement économique international.
      (*) Il y a encore quelques villes où c’est fait à la manière normale, en quelques nuits et en dérangeant au minimum la circulation. Mais la mienne est socialiste…

      • J’ai annulé le -1 ! 😉

      • Euh, concernant la propreté ? On en parle ? Concernant le respect des autres ? Le Japon n’est en rien comparable. Les Japonais ont toute mon estime et mon respect. Il s’agit d’individus honorables…eux.

        • C’est vrai que si les Français sont sales, c’est qu’ils comptent sur leurs fonctionnaires pour nettoyer derrière eux… En effet, le Japon a l’air différent, mais il partage avec nous un amour excessif de la réglementation et de l’absence d’initiative.

          • La pression sociale est aussi très forte, ce qui produit le respect apparent des lois. Sans cette pression, on aurait le même bordel qu’en France.

      • Il y a au moins une chose dans le programme des travaux qui est respectée:
        c’est le feu rouge alterné mis en place dès le vendredi pour des travaux débutants le lundi suivant….

    • @cdg : quand on a la sécurité de l’emploi, la productivité baisse drastiquement !!

  • En matière de coût global de la fonction publique, il ne faut pas oublier les fonctionnaires en retraite.

    Pour exemple, le SNCF a davantage de retraités que d’actifs !
    Chez eux ni l’âge, ni le financement ne pose problème…Parait-il que nous sommes tous égaux en droits.

    • Ou,i sauf que les agents de la SNCF, comme ceux de l’E.D.F, ne sont pas des fonctionnaires mais des agents à statut spécial, subventionnés par l’Etat, ce qui leur permet d’avoir plus d’avantages que les fonctionnaires sans en subir les contraintes statutaires.

    • @Dror45
      pour les retraités, il va etre difficile d agir. Ils ne travaillent deja plus donc on ne peut supprimer leur poste ni ne pas les recruter 😉

      On peut evidement les fusiller afin qu ils ne reclament plus leurs pensions de retraites mais c est un peu extreme non ?

      Il est certains que le probleme du financement des pensions de retraites (et pas que celle de la SNCF) se pose, vu qu on a un Systeme par Repartition. Mais ils ne vaut pas attaquer tous les chantiers en meme temps si on veut avancer. Soit on met a la diete les ertraites afin de moins prelever les actifs, soit on redefini le perimetre de l Etat. Mais faire les 2 en meme temps est l assurance d en faire aucun: vous allez mettre les retraités et les fonctionnaires dans la rue et perdre toutes les elections vu leur poids electoral

  • A la limite pus grave que le nombre de fonctionnaires c’ est qu’ ils ne travaillent pas assez et qu’ ils ne sont pas assez efficaces…….

    • C’est lié. Le nombre est nécessaire pour dissimuler le non-travail organisé.

      Même logique pour le niveau des impôts qui dissimule la prédation. Barboter un million, ni vu ni connu, est plus facilement dissimulé dans un milliard que dans dix ou cent millions.

    • Et surtout qu’on pourrait s’en passer !

  • La France est une République bananière, donc pas étonnant que l’Oligarchie se comporte ainsi.

  • « En France, le pouvoir méprise autant les dizaines de rapports de la Cour des comptes que la volonté du peuple. »
    Avec Moscovici président de la cour des comptes on en lira plus des rapports comme ça

  • Et si le problème était que l’Etat nation n’existe plus en France. Le fameux vivre-ensemble est il synonyme d’adopte ton fonctionnaire et travaille pour lui ? Cette fierté d’appartenir à un peuple, un pays, une culture. La France reste un des pays les plus beau du monde. Mais n’est Il pas malade de cette fatigue. Cette lassitude de son peuple. Ce fatalisme que l’on ne pourra rien changer quoi qu’il arrive. Il y a des pays où l’on ne ferait pas subir le dixième de ce que l’on supporte. Alors je me pose la question ? Méritons nous notre sort ? N’est Il pas finalement la preuve que le mal est pire que seulement les chiffres ?

  • On peut réduire le nombre de fonctionnaire et mieux les répartir sur le territoire. Ainsi la réforme des régions aurait dû permettre une réduction des coûts et des effectifs, que neni!! La réforme de l’abrutissime hollande a permis non seulement d’augmenter les coûts mais les effctifs, l’idiot du village pensait faire adhérer plus de fonctionnaires au PS.

    Autre point le prélèvement à la source aurait dû permettre de mieux répartir les fonctionnaires de Bercy car une grande partie du travail est effectuée par le privé, elle est pas belle la vie! Malheureusement rien n’a été fait!

    De plus, je ne comprends pas pourquoi certains fonctionnaires partent à la retraite avant l’âge légal (même si le travail est pénible), ne pourrait-on pas les recaser en fin de carrière dans des bureaux où cela est moins pénible et ainsi continuer à travailler avec horaire amnénagé si besoin( je suis bon avec eux).

    Enfin, pourquoi ne pas s’attaquer aux 35 heures dans la fonction publique? Il n’est pas normal d’avoir autorisé ce principe sans gain de productivité qui a été demandé aux entreprises privées pour survivre. Les 39 heures sans RTT permettrait une économie car augmneterait naturellement le temps de travail (ou de présence) et améliorerait les services dits publics.

    Simplement, ce gouvernement manque de volonté.

  • L’intelligence artificielle devrait appliquer dans TOUS les secteurs de la bureaucratie pour supprimer la paperasse et supprimer au minimum 30% des postes.
    Rappelons-nous bien que les ‘millenials’ seront plus nombreux que les ‘boomers’ à partir de 2010 et qu’ils s’attendent à des services de type Prime / Uber. Et notre administration n’est pas du tout configurée pour cette qualité de de service.

  • Qui, à part les naïfs et les sectateurs de macron, attendait réellement un résultat ? Ce « grand débat » n’en n’a pas été un, il a été de la » poudre de perlimpinpin », conçu et réalisé comme tel.

  • « En France, les fonctionnaires représentent 20 % de la population active », donc 20 % d’électeurs potentiels qu’il faut caresser dans le sens du poil.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À peine Elon Musk avait-il annoncé que son offre de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars avait été acceptée qu’il s’est trouvé nombre d’obligeants commentateurs pour expliquer à quel point la somme était indécente et comment il aurait dû la dépenser s’il était vraiment sérieux et moralement engagé pour l’avenir de l’humanité et de la planète. Ajoutez à cela son intention d’élargir la liberté d’expression sur le réseau social et la conclusion s’impose d’elle-même : cet homme n’a qu’irrévérence pour les sensibilités légitimes de ses se... Poursuivre la lecture

Dans mes articles je cite fréquemment le site Fipéco. Dans un récent billet son président François Ecalle fait un état des lieux de la France. Il conclut que face à une inflation qui s’envole il est urgent de réduire drastiquement sa dette colossale.

Avec un taux de prélèvements obligatoires des plus élevés au monde il n'est pas possible d’augmenter les taxes et impôts. Au contraire, pour que le pays retrouve sa compétitivité, il faut les réduire fortement. François Ecalle, conseiller maître honoraire à la Cour des comptes détaille com... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles