L’insupportable ultra-libéralisme des supermarchés ouverts le dimanche sans caissière

Ouvrir des supermarchés le dimanche ? Supprimer les caissières ? La France est en train de se convertir à l’hyperlibéralisme !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
supermarché-chat_44-(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’insupportable ultra-libéralisme des supermarchés ouverts le dimanche sans caissière

Publié le 14 août 2019
- A +

Par h16.

Il faut se faire une raison : la France fut jadis un beau pays, mais depuis 50 ans elle a été sauvagement jetée dans les bras du turbolibéralisme assoiffé du sang des travailleurs par tous ses dirigeants qui, tous, sans exception, se sont bruyamment réclamé de ce courant du Diable. Le bilan est désastreux puisqu’on ne compte plus tous les effets néfastes de cette liberté totale et de cette absence de lois et de règlements qui ont mis le pays dans le chaos.

Je veux pour preuve de cette tempête ultra-libérale la dernière abomination consumériste qui est en train de se mettre en place actuellement à Angers, dans l’un de ces temples modernes de la consommation échevelée sans freins ni lois : un supermarché Casino va prochainement ouvrir ses portes le dimanche après-midi, et, pire encore, les clients devront utiliser des caisses automatiques car aucun caissier ne sera en poste !

Oui. Vous avez bien lu : les clients devront eux-mêmes scanner et payer leurs achats pour obtenir leur ticket. C’est absolument horrible !

Ouvrir un supermarché le dimanche, mais c’est complètement inouï ! Cela veut dire que des gens seraient assez veules pour vouloir vendre des biens et des produits même le dimanche, pendant que d’autres seraient assez lâches pour accepter de les acheter ! La République, certes laïque et normalement pas du tout intéressée par les célébrations religieuses, n’en est pas moins très à cheval sur le repos hebdomadaire, surtout lorsqu’il tombe le dimanche et pas un autre jour.

Tout le monde sait que le dimanche, on se repose. On ne va pas à la boulangerie (le boulanger se repose). On ne peut pas aller à l’hôpital (qui est fermé). Les pompiers ne travaillent pas le dimanche. L’électricité n’est pas produite par des employés d’EDF et d’autres opérateurs qui sont de toute façon en repos. Les autoroutes n’acceptent pas de véhicules, les péages incapables de fonctionner sans la moindre présence humaine étant fermés. Quant à internet, les cinémas, les activités diverses de tourisme, les bars et les restaurants, ils se concentrent sur leur reprise du lundi après un dimanche à buller, c’est bien connu.

Le dimanche, la France est à l’arrêt total, c’est maintenant admis et cela justifie donc amplement les cris d’orfraie qu’on entend à chaque fois qu’un commerce (ou une chaîne de magasins) tente de façon beaucoup trop turbo-libérale d’ouvrir ce jour-là.

Dans ce contexte, ouvrir un supermarché le dimanche et demander aux clients de scanner eux-mêmes leurs achats relève du crime de lèse-vivrensemble, au moins. D’ailleurs, les petits sondages gluants effectués en marge de cet événement ne laissent aucun doute sur l’ampleur de l’outrage ressenti.

L’horreur est palpable et c’est d’autant plus insoutenable que moyennant l’un de ces saltos arrières carpés avec double pirouette élastique dont les têtards subventionnés de l’URSSAF sont coutumiers, on pourrait requalifier les clients de ce supermarché de travailleurs dissimulés de Casino, ceux-ci effectuant le travail des caissières en semaine. J’exagère ? Malheureusement, des affaires précédentes ne laissent guère de doute.

Ces constats effectués, il n’en reste pas moins vrai qu’encore une fois, le Français de base (celui qui vote Non au sondage précédent, par exemple, ou le syndicaliste qui frémit de la moustache à l’idée qu’une telle pratique se développe sur le territoire) ne baigne guère dans la cohérence ni même l’intelligence minimum qui lui permettrait pourtant de voir son pays remonter une pente aussi glissante qu’aiguë qui l’amène pour le moment droit vers le cloaque dans lequel barbote actuellement le Venezuela (notamment).

D’une part, il ne semble effleurer l’esprit de personne qu’un magasin ouvert le dimanche, même s’il n’a plus de caissières, n’en constitue pas moins une source de revenu pour tout un tas de salariés qui bénéficient directement de cette ouverture. Les produits ne se mettent pas en rayon tout seuls. Les livraisons ne sont pas automatiques. La surveillance nécessite toujours des présences humaines. Bref : les caissières ne sont pas là, mais tout ou partie de l’équipe habituelle sera bien là, et percevra un salaire pour ce travail.

Comme les syndicalistes, on peut imaginer que ces salariés corvéables à merci et dont on a saboté le week-end avec cette méchante ouverture sont donc exploités et misérables. Ou l’on peut se rappeler que le travail du dimanche apporte de nombreuses primes, que pas mal de personnes préfèrent travailler ce jour-là et disposer d’un autre jour de la semaine pour leur repos, que souvent, le samedi et le dimanche constituent des jours de choix pour toute une classe de population qui doit aussi travailler, ailleurs, le reste de la semaine (à commencer par les étudiants) et qui trouve dans ces ouvertures un intéressant revenu d’appoint. Ces cas-là, les syndicalistes n’en ont généralement rien à faire puisqu’ils représentent des populations assez faiblement syndiquées.

D’autre part, le dimanche travaillé, c’est exactement comme ces périodes où certains sont en vacances et d’autres travaillent pour les satisfaire. Très souvent, les gérants de camping sont en vacances pendant que leurs clients travaillent (et inversement). Lorsqu’on a 44 % de Français qui ne partent pas en vacances en été, certains pour raisons financières, certains par choix assumés et non subis, expliquer qu’il est indécent d’ouvrir le dimanche revient à gifler près de la moitié d’une population.

En outre, on ne s’étonnera pas de l’incohérence complète de certains (CGT en tête) : d’un côté, ils s’offusquent que certains travaillent le dimanche — des caissières obligées de venir travailler ce jour-là, c’est autant d’enfants qui ne verront pas leur maman, c’est autant de maris esseulés, c’est autant de malheur dans les familles françaises, ma brave dame ! De l’autre, ces mêmes frisent l’apoplexie lorsque, finalement, les caissières pourront rester chez elles parce qu’on pourra se passer d’elles ce jour-là. Le mieux serait sans doute que ces dernières restent chez elles mais soient payées pour leur travail dominical qu’elles ne font pas : être payé pour un non-travail, c’est, en quelques mots, la synthèse parfaite des revendications permanentes de ces offusqués.

Évidemment, nos habiles incohérents emballeront leurs cris dans un argumentaire déjà rôdé : tout le monde sait que ces caisses automatiques vont créer du chômage, car tout le monde sait que plus il y a de robots, moins il y a d’humains, et plus l’emploi est en berne.

L’argument marche assez bien sur les Français moyens : repliés sur eux-mêmes, leur presse a fait sur eux un excellent travail de cloisonnement en écartant toute réalité alternative en provenance du reste du monde. Rares sont ceux qui savent que la robotisation d’un pays lui permet de mieux salarier ses citoyens, et que le taux d’emploi est corrélé positivement avec le développement de la robotisation

Sauf à considérer les Français comme une masse d’idiots incapables de s’adapter, au contraire de leurs confrères allemands comme en témoignent les chiffres assez clairs ci-dessous, force est de constater que la numérisation et la robotisation des sociétés permettent de créer de la richesse, et de rémunérer davantage d’individus et non moins. Quant à l’évolution spécifique des caisses, tout indique que le personnel qui y est attaché ne disparaîtra pas avant un bon moment.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (53)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (53)
  • Ben je suis favorable à l’ouverture dominicale avec caissier, pour la bonne et simple raison que même la semaine, une présence humaine n’est pas de trop pour décoincer périodiquement la caisse automatique, l’alimenter en monnaie ou en rouleaux de papier ou effectuer l’une ou l’autre de ces actions de débuggage de bon sens qui font peiner les robots, genre le code-barre qui ne passe pas pour l’édition dominicale du quotidien.
    Suis-je compté pour autant dans les hostiles à l’ouverture dominicale ?

    • Clairement ! En plus, vous êtes très certainement pour que ce genre de poste puisse être ouvert à des étudiants en recherche d’argent (comment c’est possible d’ailleurs, il faudrait les sanctionner aussi ceux-là) ! Une honte ! (message à caractère ironique bien évidemment) 😉

    • @MichelO et autres plussoyeurs.

      Une caisse sans caissier ne signifie pas qu’il n’y a pas de présence humaine aux caisses.
      Par contre, s’il n’y a effectivement personne pour gérer les caisses sans caissier, il faut plutôt se poser des questions sur le niveau du gérant et/ou l’état de santé financier de la boutique.

  • A lire cet « article », on pourrait croire que les gens vont consommer plus. Il est évident dans la logique magique de l’auteur que 1 jour d’ouverture en plus représente 1/7 de pomme de terre et de petits fours vendus en plus. Après tout, les gens ont l’argent pour consommer plus, nan ? Les gens ont 1/7 d’estomac en plus, c’est logique.
    A contrario, selon une logique plus réaliste, l’ouverture du dimanche sans caissière va vampiriser les jours avec caissières, donc diminuera le besoin de caissières.
    Les caisses automatiques sont déjà légion (en Belgique) et quand il suffit d’une personne pour surveiller 8 caisses automatiques, ya plus que quelques caisses avec caissières qui sont ouvertes aux moments de rush. Et, en tant qu’être humain doué d’empathie, j’ai déjà observé ces « gardiennes de caisse automatique ». Des femmes souvent au regard un peu vide, qui pourraient être des piquets sans vie, qui disent bonjour aux quelques clients qui osent les regarder.

    • « Des femmes souvent au regard un peu vide, des piquets sans vie » : votre mépris sans borne pour les caissiers (pourquoi caissières ?) n’a d’égal que l’impéritie spectaculaire de votre raisonnement économique (« 1/7 d’estomac en plus »). Lamentable commentaire à tout point de vue.

      • quand vous m’accusez de mépris pour les caissières (oui, je le mets au féminin, statistiques obligent), je ne sais comment vous répondre sans vous insulter. J’ai profondément du respect pour les gens, les professions, les personnes quelques soit leur statut. Je ne les juge pas au portefeuille ni à leur utilité dans ma vie. Tous les commentaires que vous avez fait sur mes réflexions, avis, visions du monde n’ont été que mépris, insultes, moqueries, malhonnêtetés, et surtout vous vous prenez pour le summum de l’humanité alors que vous déniez aux gens le droit de ne pas suivre votre logique économique déshumanisée et déshumanisante.

        • « J’ai profondément du respect pour les gens » : vous pouvez essayer de vous raccrocher aux branches, mais vos pathétiques acrobaties de langage ne parviendront pas à effacer votre précédent commentaire, empli d’un insupportable mépris pour ceux que vous considérez plus petits que vous. Lamentable !

          • Cavaignac, une chose à votre sujet qui est certain, c’est que vous êtes intelligent. Et vous avez remarqué que m’accuser de l’inverse de ma pensée, que déformer mes propos, que de faire semblant de ne pas comprendre ce que je dis (bref, être malhonnête) me met hors de moi. Et moi, à chaque fois, je joue le jeu.. je m’emporte…
            Dans mon commentaire initial, je plaignais ces caissières reléguées au rang de garde-ordinateurs…
            Je ferai plus attention à être univoque pour tous les esprits mécaniques.
            Me dire que je méprise ceux que je considère comme plus petit… vous êtes fort.

            • sauf que vous pouvez dire ça de tous les ouvriers dans le cadre de l’automatisation du travail..

              il faut savoir ce q’on veut; un niveau de vie décent ou la dignité qu’apporte un dur labeur pour gagner son pain..

              • Donc ya pas le choix dans ce super capitalisme qui fait rêver tout le monde ?
                Vivre décemment ou dans la dignité ?
                Mais votre commentaire n’est pas clair.. quid du gagner plus (dur labeur) pour vivre décemment ?
                Car il est bien connu que dans le capitalisme, il faut se tuer au travail pour son propre bien-être (et le profit)

                • Si vivre dignement signifie travailler dur avec une productivité de merde, avec le capitalisme cela impliquera ne pas vivre décemment.
                  Heureusement, en France il y a des jobs totalement inutiles et correctement payés. C’est grâce à l’anticapitalisme (et accessoirement à la spoliation des concitoyens) .

                • « il faut se tuer au travail pour son propre bien-être (et le profit) »
                  Curieux, se tuer au travail pour pas grand chose (ou se faire tuer directement d’ailleurs!), je vois cela plutôt dans des charmants pays comme le Vénézuela, la Corée du Nord, Cuba…

    • Alors non, au risque de vous décevoir, si les grandes surfaces ouvrent le dimanche, les « gens » ne vont pas avoir 1/7ème d’estomac en plus. crac, oui je sais c’est dur à lire comme révélation.
      par contre, il est certain qu’ils auront 1/7ème de semaine en plus pour faire des courses, soit 1/7ème de liberté en plus. et ça se trouve, ils iront même dans ces magasins parce que tel sera leur bon plaisir.
      Ajoutons qu’en plus, ces magasins seront ouverts volontairement par ce que leur patron en aura décidé ainsi;
      on se retrouvera donc dans une situation totalement dingue et insoutenable où des gens vont volontairement dans des magasins que d’autres ont volontairement ouvert. Ajoutons que ceux qui ne veulent pas aller dans ces magasins n’y vont pas.
      Il est vrai que tant de Liberté, ça peut foutre les jetons. Interdisons vite tout cela.
      Ah, on me dit que c’est déjà fait (en France). Ouf. on a eu chaud (putain de dérèglement climatique).

      • Pour Cavaignac : le second degré et les figures de style, c’est décidément pas votre fort..
        Pour Rick : ben pareil.
        Non, les gens n’auront pas 1/7 d’estomac en plus donc ils ne consommeront pas plus, donc pas de CA en plus pour les magasins. Pire, vu que la loi impose des primes pour le travail dominical, baisse du bénéfice pour les magasins. J’ai trouvé étrange que l’auteur de l' »article » ne critique pas ces primes d’ailleurs. Si le dimanche devient un jour comme un autre, pas besoin de primes, n’est-ce pas ?
        Ne me faites pas rire avec les magasins ouverts volontairement. La concurrence obligera/poussera fortement les autres magasins à ouvrir, et nous savons bien que les employés ne sont pas en position de force pour choisir leurs jours de travail.
        Qu’il y ait un jour où le but premier n’est pas de consommer, perso, je n’y trouve que du bon.

        • « Non, les gens n’auront pas 1/7 d’estomac en plus donc ils ne consommeront pas plus »

          Qu’en savez-vous ? Avant d’être aussi péremptoire, peut-être faudrait-il essayer, non ?

          De toute manière, ne vous en faites pas pour les patrons. Si les primes versées à leurs employés ne sont pas compensées par l’augmentation du CA, ils n’auront aucune raison d’ouvrir leur commerce le dimanche. Par contre, dans le cas inverse (CA en hausse, primes versées), ce sera gagnant autant du point de vue du patron, que de l’employé ou du client..

        • Vous voulez défendre votre point de vue en dehors de toute logique.
          Comme je le disais, on peut ouvrir les magasins que de 9h à 10h du matin le lundi et tout le monde fera ses courses à ce moment là.
          Il vous a peut être échappé que beaucoup de gens travaillent du lundi au vendredi et font leurs achats le samedi d’où un encombrement ce jour là. Donc l’ouverture le dimanche peut se justifier pour des raisons de confort de la clientèle ou bien parce que des gens ont autre chose à faire le samedi que des courses.
          Qui dit que le dimanche devient un jour comme les autres (c’en ai un) socialement parlant ?
          Et c’est quoi cette règle d’un jour où on ne consomme pas ?
          Comme le décrit très bien l’article, vous ne vous levez pas le dimanche ? Vous ne mangez pas ? Vous n’avez aucune activité et vous prenez soins de débrancher tous vos appareils électriques le samedi soir à 23h59 ?

        • Les gens ne consommeront pas plus, mais ils consommeront plus « commode », ils auront une meilleure valeur pour leur argent, et ils gaspilleront moins. Ne me faites pas rire avec les magasins réticents à ouvrir et à faire leur métier !

        • Baisse du bénéfice : qu’en savez vous? Et d’ailleurs, rien ne le prouve.
          E d’ailleurs, même un boulanger artisan sans employé doit fermer un jour de la semaine, même s’il a des clients.

        • « La concurrence obligera/poussera fortement les autres magasins à ouvrir »
          Ooooh mon Dieuuuu, il va falloir travailler !!!! Non mais zut, flûte, crotte à la fin, vous n’y pensez pas ! Travailler ? Quelle horreur, quel outrage ! C’est insupportable, que dis-je, c’est indigne ! Vite, une pétition, une manif, une émeute ! N’importe quoi mais pas ça, pas travailler !

      • « on se retrouvera donc dans une situation totalement dingue et insoutenable où des gens vont volontairement dans des magasins que d’autres ont volontairement ouvert ». Délicieux ?

    • Bonjour ammagedix
      1 jour de plus, c’est un jour de moins en capital immobilisé, Donc des frais en moins, donc des prix qui baissent.
      Des postes de caissieres en moins, ce sont des postes pénibles en moins, un service client qui s’améliore, comme les pompes des stations essence.

      • 1 jour d ouverture en plus, c est aussi un jour de frais en plus car il faut bien eclairer, chauffer voire alimenter en produits votre supermarche.
        Il est loin d etre evident que ca soit financierement interessant si vous ne vendez pas plus (autrement dit vous vendez en 7 j ce qu avant vous vendiez en 6). Allez vous vendre plus ? pas sur car en effet les gens ne vont pas manger plus ou simplement consommer plus (car pas plus d argent). donc vous allez ouvrir simplement pour que vos concurrents ne vous piquent pas de part de marché

        PS: le service client qui s ameliore quand on automatise ? je sais pas ou vous avez vu ca. en General c est le contraire. allez vous plaindre a un automate ou simplement demander quelque chose qui n a pas ete prevu par le programmeur dudit automate … OU tout simplement avez vous deja ete confronte au niveau 0 des services clients : « veuillez taper 1 pour ceci, taper 2 pour ca et 3 dans les autres cas » …

        • Des frais en plus.. en moins. Laissez donc les responsables décider.
          Les gens vont consommer plus car ils les prix baisseront (frais fixes mieux répartis)
          Pour ce qui est du service rendu, j’imagine que vous ne faites pas bcp les courses, demandez donc à votre femme (lol).
          Je connais des services client détestables, en premier l’URSSAF.

          • Vous croyez réellement que les prix vont baisser si on ouvre le dimanche ??? Alors que la masse salariale augmente de 1/7 au minimum (car ya les primes en plus pour travail dominical) ? Que, comme CDG l’indique, chauffage, éclairage, sécurité, consommables, eau des toilettes (c’est bête hein, mais ça compte) seront à ajouter un jour en plus ? alors que les gens n’achèteront pas plus au total ? car les gens n’auront pas 1/7 d’estomac en plus (comme je l’ai dit plus haut, mais ça a été mal compris)

            • Mais à la limite, on s’en fout que les prix baissent ou pas. C’est une question de choix et de liberté de choix. Est-ce qu’on a le droit dans ce pays d’ouvrir un foutu magasin quand on veut ? Ou y a t-il quelqu’un qui décide pour tout le monde parce que son évaluation est d’ordre divin ?

            • Vous prenez vraiment les gérants de supermarché pour des crétins incapables de savoir ce qui peut rapporter ou pas. Que 90% des français ne comprennent rien à l’économie et à la comptabilité ainsi qu’au commerce, je veux bien le croire. Mais je ne crois pas que les gérants de supermarché en font partie.

            • Comme l’indique AlfredSG, l’important c’est la liberté, en plus je pense que c’est l’intérêt de la boite. Les consommateurs qui peuvent faire leur course 1 jour de plus et qui qui achèteront plus (achat impulsif). Après si vous êtes décroissant, militez pour des magasins ouverts 1 jour par semaine (le même pour tout le monde) comme au bon vieux temps de l’URSS avec des fils d’attente (c’est bon pour le contact humain lol).

        • Parce qu’un supermarché n’est pas chauffé quand il est fermé ni en partie éclairé (pour la surveillance et les vigiles)?

          « autrement dit vous vendez en 7 j ce qu avant vous vendiez en 6 »
          Non, en partie seulement. Une partie de la clientèle gagnée provient de ceux qui ne peuvent pas y aller les autres jours de la semaine.

          « vous allez ouvrir simplement pour que vos concurrents ne vous piquent pas de part de marché »
          Vous vous tirez une balle dans le pied. Vous reconnaissez ainsi de facto, qu’ouvrir le dimanche offre un avantage et qui oblige la concurrence à s’aligner. Si cela n’avait aucun avantage, aucun supermarché ne le ferait. Il ne faut quand même pas prendre les gérants de supermarchés pour des incapables sans aucune notion d’économie. La marge bénéficiaire est peut-être moins importante mais il y en a une.
          Bien sûr, si l’Etat, sous la pression d’organisation syndicales ou autres, décidait de surtaxer les supermarchés qui ouvrent le dimanche, cela pourrait changer la donne. Mais ce serait uniquement la conséquence (une fois de plus ) de interventionnisme étatique.

        • Roo, les congélos, vous les arrêtez aussi ❓ Repos pour tous, soyons stricts hein :mrgreen:

    • Après la 809, la 910, hi hi 😉

      Des femmes… qui disent bonjour aux quelques clients qui osent les regarder.

      Mais c’estroporrible… L’œil hagard, le regard vide : ce ne serait pas vous même, des fois ❓

    • Suivons cette piste logique pour demander l’ouverture des magasins seulement un jour par semaine.

    • @Amaggedix
      « Et, en tant qu’être humain doué d’empathie »… et la suite : là, c’est fort !

    • non l’auteur insiste sur la liberté économique… et il y a une difference entre le fait quels entreprises remplissent un rôle social et la fait que ce soit leur but…

      la recherche de productivité a conduit à plus de richesses et moins de pauvreté de façon absolue!!!

  • Malheureusement, des affaires précédentes ne laissent guère de doute.

    Le formica, c’est formidable, clamait je ne sais quelle pub ou humoriste.
    Du coup, ce jour, la caissière est aussi en formica. C’est tout aussi formidable 😉

    Vanne à part, excellent article. Je scanne moi-même mes articles durant l’achat, et il y a toujours une surveillante pour dépanner. Cette personne n’a pas l’œil hagard, elle a l’œil vif, la réaction est toujours rapide. Toujours souriante, agréable, salue lors du départ, tout ce que ne fait pas une caissière traditionnelle dans le même HM.

    Dans ce cas, cette personne pourrait être le gérant qui sortirait de son bureau en cas de problème.

  • Avec ou sans caissière..j’ai honte de dire que le dimanche je n’ai jamais besoin de faire mes courses…6 jours d’ouvertures c’est largement suffisant pour y caser une visite au supermarché….meme en region parisienne avec des horaires de dingues!

    • Mais ils peuvent faire ce qu’ils veulent ,caissieres , pas caissieres , meme une augmentation des prix parceque c’est dimanche , je suis un vrai liberal qui ne se posent pas de questions sur un non probleme ,il y a tellement d’autre choses pire que l’ouverture de supermaches….alors que les petites epiceries sont ouvertes sans emotion pour personne ,ou le boulanger ou le marche !

  • Pas de caussière ne signifie pas zéro salarié. Concrètement, le véritable volontariat existe-t-il? Certaines personnes de ma famille sont concernées, leur discours est plutôt: on se sent obligé de travailler le dimanche parce que nos salaires sont faibles, ou pour ne pas être mal vus… Est-ce cela, la liberté?
    Le discours côté patron sera: je ne manque jamais de volontaires car les dimanches sont bien payés…
    Les apparences sont sauves!

    • Mais également en France, il est souvent mal vu de dire qu’on veut travailler plus pour gagner plus… Donc, entre la façade, le discours et la réalité…
      Ayant dans ma famille qq LFI qui nous tiennent le beau discours sur la réduction du temps de travail pour donner du travail à ceux qui n’en ont pas, mais qui n’hésitent pas à faire des heures sups quand il y en a… 🙂

  • quand un supermarché est attaqué c’est par les syndicats.. et une fois durement condamnés le pognon va aux syndicats

  • de façon assez rigolote ce midi vu aux infos..une ferme mettant en vente ses légumes en libre service …sans caisse… ton absolument favorable.. ben tu comprends c’est pas pareil…

  • si vous n’aimez pas..n’en dégoûtez pas les autres..
    ben si…non mais…

    le plus beau sera ceux qui sont contre mais qui iront faire le course le dimanche…car ben euh ils y sont « forcés ».. on a déjà ceux qui vont au super marché contre leur gré…forcés d’aller là car c’est moins cher…et j’ai VRAIMENT entendu ça…

  • Un régal cet article.

  • Personnellement en tant que femme, j’éviterais ce genre d’endroit, comme beaucoup d’autres, en raison des risques accrus d’insécurité.
    Même si les caissières et caissiers ne sont pas agents de sécurité, leur nombre contribue à rassurer.
    C’est bien dommage, mais c’est une simple réalité dans la plupart des grandes villes de France désormais.
    Et cela ne va pas s’arranger dans un monde où les voyous ont tous les droits, les policiers aucun.

  • Je vais surement faire frémir d’horreur un certain nombre de lecteurs qui ne savent probablement pas qu’aux USA, dans la plupart des villes, les supermarchés sont ouverts 24 heures sur 24 !
    Et il n’est pas anormal de voir des ménagères pousser leur caddy à deux heures du matin ! Et il y avait plein de caissières souriantes à ces heures matinales du temps où j’habitais à Houston, Texas.
    Imaginez un peu la tête du texan moyen qui tombera sur les commentaires de cet article…

    • Je vis aux US depuis 12 ans et j’aurais vraiment beaucoup de mal de revenir en Belgique me pourrir la vie avec ce non sens. Avant de partir, je travaillais comme un dingue et sortait du bureau en general trop tard pour passer par le super marche, tout etait ferme, ce qui me limitait au Samedi et un supermarche a Bruxelles un samedi, je ne vous le conseille pas, ca ressemble plus a un zoo qu’a un moment d’achat agreables.

    • À Madrid non loin de chez moi, j’ai un carrefour ouvert 24/24 365 jours par an

  • on a pas encore tout vu: par exemple https://www.facebook.com/watch/?v=283434072274995 ce reportage de la RTBF

  • Cela fait plusse 50 ans que je voyage dans le monde entier et c’est en France où l’on entend parler les forces de progrès que je trouve le plus d’archaïsmes
    Personnellement dès que Les caisses automatiques ont existé je les ai utilisées.
    L’article est très bien fait, il envisage les pour et les contres.
    Les fins de semaine Les heures sont doubles, Cela avantage les plus vaillants

  • Je m’étonne toujours de voir ces vives réactions. Que je sache (et j’attends le démenti) l’homme qui a inventé la roue n’a pas ruiné l’humanité, certes ceux qui portaient leur fardeau sur les épaules ont perdu leur emploi (pas tous puisqu’un certain nombre ont pris à bras le corps les montants de leur brouette et il y a ceux qui se sont recyclés en fabriquant les brouettes, d’autres en les réparant etc.. ). C’est ainsi l’homme est condamné à aller de l’avant et à s’adapter, à évoluer…. N’est ce pas ce que la nature impose à tous les êtres vivants : tu t’adaptes, tu évolues ou tu disparais !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Octobre 2014 : un certain Macron, trouvaille ministérielle de Hollande déposé à l'Économie, nous pond une série de propositions retentissantes par leur nouveauté, qui seront plus tard rabotées puis agglomérées dans une "Loi Macron", elle-même passée devant l'Assemblée avec la souplesse d'un 49.3 par la Panzer division du Maréchal Valls. Dans cette loi, l'ouverture des magasins le dimanche figure alors en bonne place. Depuis le 11 juin dernier, c'est chose faite : les magasins peuvent ouvrir le dimanche. Youpi.

Enfin, youpi, façon de pa... Poursuivre la lecture

Par Vincent Bénard. Un article de l'Institut Turgot.

[caption id="attachment_262440" align="aligncenter" width="640"] Ouverture des commerces le dimanche-Cactus de la jardinerie by Sunny Ripert (CC BY-SA 2.0)[/caption]

 

La question du travail dominical a connu de nombreux rebondissements liés à la guerre commerciale que se livrent les enseignes de bricolage, certaines ayant obtenu le droit d’ouvrir le dimanche, d’autres pas. Les magasins de certaines enseignes peuvent rester ouverts parce qu’ils sont implantés dans ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Benoît Malbranque

[caption id="attachment_236478" align="aligncenter" width="640"] Van Gogh La Sieste-Wally Gobetz(CC BY-NC-ND 2.0)[/caption]

 

Institution centrale dans le débat des idées économiques au XIXe siècle, la Société d’économie politique comptait comme membres toute la fine fleur de l’école libérale française, dont elle permettait le renouvellement et à qui elle offrait des opportunités de discussions engagées. Dans la séance du 10 décembre 1850, la question du travail le dimanche fut portée à l’ordre ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles