10 choses que vous ignorez à propos de 1984 d’Orwell

Bien qu’il soit populaire, le roman d’Orwell fait aussi partie de la liste des dix livres les plus fréquemment interdits au monde.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
1984 by isabella difronzo(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

10 choses que vous ignorez à propos de 1984 d’Orwell

Publié le 22 juillet 2019
- A +

Par Anna Matthews.

Né le 25 juin 1903, Eric Arthur Blair, connu sous son pseudonyme de George Orwell, était un des écrivains les plus célèbres du XXe siècle. À l’occasion du 116ème anniversaire de sa naissance, voici 10 choses que vous ignoriez probablement à propos de son ouvrage le plus populaire, 1984.

Le roman de George Orwell, 1984, a connu un succès incroyable lors de sa sortie, succès qui ne se dément toujours pas aujourd’hui. Il figure parmi les livres préférés de plusieurs célébrités telles que Stephen King, David Bowie, Mel Gibson et Kit Harrington, et sa popularité a continué de croître au cours de ces dernières années. Début 2017, le livre a été redécouvert et a suscité des débats lorsque certains ont affirmé que la dystopie d’Orwell était enfin arrivée.

Voici 10 choses que vous ignoriez peut-être à propos de ce roman sinistre d’Orwell :

1. Avant qu’Orwell n’écrive 1984, il a travaillé pour l’État britannique pendant la Seconde Guerre mondiale comme propagandiste à la BBC. (Et peut-être qu’en avoir été un témoin privilégié a inspiré la vision critique de l’industrie de la propagande de 1984).

2. Il a d’abord intitulé son livre 1980 puis 1982 pour enfin s’arrêter à 1984. Comme il a été écrit en 1948, certains croient qu’il a eu l’idée du titre en changeant l’ordre des chiffres de l’année d’écriture. Le titre The Last Man in Europe a été également envisagé.

3. Pendant la rédaction du livre, Orwell était atteint de tuberculose. Cette maladie l’a finalement rattrapé et il en est mort sept mois après la sortie de 1984.

4. En plus de se battre contre la tuberculose, il a failli mourir à l’époque où il écrivait l’ouvrage en tombant à la mer lors d’une sortie en bateau avec ses enfants.  Heureusement, ni cet événement ni la tuberculose ne l’ont empêché de finir son livre.

5. Ironiquement, Orwell était lui-même surveillé par l’État lorsque qu’il était en train d’écrire ce roman sur la surveillance étatique. L’administration britannique le surveillait car il était soupçonné d’avoir des tendances socialistes. Cela avait commencé après la publication de The Road to Wigan Pier, une histoire vraie sur la pauvreté et la classe ouvrière en Angleterre.

6. Le slogan « 2 + 2 = 5 » vient de Russie, où le régime communiste l’a utilisé pour inciter à atteindre les objectifs de son programme quinquennal en seulement quatre ans. Bien qu’il soit toujours utilisé pour mettre en avant le lavage de cerveau du totalitarisme, ce n’est pas une invention d’Orwell.

7. Outre cet aspect de la propagande russe, Orwell s’est inspiré des Japonais pour son livre. La « Police de la Pensée » est basée sur la police secrète japonaise pendant la guerre, qui a effectivement arrêté des citoyens ayant des « pensées anti-patriotiques ». Son nom officiel était Kempeitai et celui de leur activité la « Guerre de la Pensée ».

8. Quand Orwell travaillait comme propagandiste pour la BBC, il y avait une salle de conférence qui portait le numéro 101. C’est dans cette même pièce qu’il situe certaines de ses scènes les plus horribles, ce qui en amplifie l’horreur.

9.  Selon les amis et la famille d’Orwell, sa seconde épouse, Sonia Brownell, a servi de modèle à l’histoire amoureuse (Julia) du personnage principal du livre, Winston Smith.

10. Bien qu’il soit populaire, le roman d’Orwell fait aussi partie de la liste des dix livres les plus fréquemment interdits au monde. Pour certains parce qu’il défendrait des points de vue communistes, pour d’autres parce qu’il serait anti-communiste. Il est en tous cas ironique qu’un livre mettant en garde contre le totalitarisme soit souvent censuré.

Traduction par Joel Sagnes pour Contrepoints de 10 Things You Never Knew about Orwell’s 1984

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Outre cet aspect de la propagande russe, Orwell s’est inspiré des Japonais pour son livre »
    Il s’est surtout inspiré de « Nous autres » d’Evgueni Zamiatine, dont s’est un quasi-plagiat.
    Ce qui n’enlève rien au caractère prophétique de ces deux œuvres.

  • je considère que cet article est réécriture de l »histoire . c’est par contre la découverte du totalitarisme soviétique par l’auteur qui flirta avec le POUM entièrement décimé par les républicains c’est a dire par Moscou :la réécriture de l’histoire est un thème central du bouquin .elle est d’ailleurs à l’oeuvre partout dans le Monde,ce que l’on enseigne dans les école est toujours loin de
    ce que fut la réalité .bonne lecture https://www.erudit.org/fr/revues/fr/2006-v19-n1-fr1874/016643ar/

  • Je relis ce fascinant livre tous les 4 ou 5 ans, et à chaque fois, je le trouve terriblement plus d’actualité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

En fin d'année 2020, les éditions Gallimard ont eu la bonne idée de publier des œuvres de George Orwell dans leur célèbre Bibliothèque de la Pléiade.

Parmi les œuvres de ce volume, il y a Hommage à la Catalogne (et aux anarchistes persécutés par les communistes), et La Ferme des Animaux. C'est dans ce roman-ci que George Orwell a écrit cette phrase sublime et profonde :

Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que les autres...

Relire 1984 en temps d'épidémie de Covid-19 incline le lecteur à la tentation ... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo. Un article de la Foundation for Economic Education

Règle numéro un : vous vous exprimez à vos risques et périls. Règle numéro deux : ne prenez jamais le risque de commander un article qui contredit le discours convenu. Règle numéro trois : ne croyez jamais un rédacteur en chef ou un directeur de la publication qui insiste pour que vous alliez à contre-courant. Au bout du compte le directeur cèdera à la pression de la foule, le rédacteur en chef sera viré ou limogé et vous serez lâché par tout le monde.

Ce qui p... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain. Un article de The Conversation

« 1984 »

« Derrière Winston, la voix du télécran continuait à débiter des renseignements sur la fonte et sur le dépassement des prévisions pour le neuvième plan triennal. Le télécran recevait et transmettait simultanément. Il captait tous les sons émis par Winston au-dessus d’un chuchotement très bas. De plus, tant que Winston demeurait dans le champ de vision de la plaque de métal, il pouvait être vu aussi bien qu’entendu. Naturellement, il n’y avait pas moyen de savoir si, à un mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles