3 inspirations concrètes de « 1984 » de George Orwell

Certains parallèles à 1984 que nous voyons aujourd’hui sont carrément effrayants, d’autres semblent stupides. La question est de savoir comment faire la part des choses entre les hyperboles et les véritables menaces.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
1984 by isabella difronzo(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 inspirations concrètes de « 1984 » de George Orwell

Publié le 29 mai 2022
- A +

Par Jon Miltimore.
Un article de la Foundation for Economic Education

 

1984 de George Orwell est largement considéré comme l’un des plus grands romans du XXe siècle.

Le critique littéraire britannique V. S. Pritchett aurait pu parler au nom de beaucoup dans sa critique pour le New Statesman.

Après la publication de 1984, il écrit :

« Je ne pense pas avoir jamais lu un roman plus effrayant et déprimant. Et pourtant, l’originalité, le suspense, la rapidité d’écriture et l’indignation féroce sont tels qu’il est impossible de poser le livre« .

Plus de 70 ans après sa publication en 1948, le chef-d’œuvre d’Orwell figure régulièrement en tête de la liste des livres les plus vendus sur Amazon. En janvier 2017, Penguin Random House a commandé 75000 nouveaux exemplaires de 1984 suite à un pic de 9500 % des ventes, selon le New York Times.

Aujourd’hui, il n’est pas rare que des influenceurs de droite comme de gauche invoquent le livre d’Orwell pour décrier les actions menées à leur encontre ou pour attaquer leurs adversaires politiques. En 2021, le sénateur américain conservateur Josh Hawely a déclaré que la décision de Simon & Schuster d’annuler son contrat de publication « ne pouvait pas être plus orwellienne« , tandis que les médias de gauche ont constamment affirmé que l’ancien président Donald Trump était le Big Brother personnifié.

Certains parallèles à 1984 que nous voyons aujourd’hui sont carrément effrayants, tandis que d’autres semblent stupides. La question est de savoir comment faire la part des choses entre les hyperboles et les véritables menaces.

Pour répondre à cette question, il est utile d’examiner les sources d’inspiration du livre d’Orwell, une allégorie terrifiante décrivant la tentative d’un homme de rester sain d’esprit dans un État totalitaire qui torture la vérité – et les gens – pour contrôler la société.

Voici trois inspirations du roman dystopique d’Orwell dans la vie quotidienne.

1. Le communisme

Beaucoup savent qu’Orwell a été socialiste pendant de nombreuses années. Moins nombreux sont ceux qui savent qu’il est devenu sceptique à l’égard du collectivisme, qu’il en est venu à considérer comme « non démocratique en soi, mais, au contraire, donnant à une minorité tyrannique des pouvoirs dont les inquisiteurs espagnols n’ont jamais rêvé ».

C’est pourquoi on s’accorde généralement à dire qu’Orwell a « modelé le gouvernement totalitaire du roman sur la Russie stalinienne et l’Allemagne nazie« , deux États collectivistes hostiles à la propriété privée et à la liberté économique.

Bien que certains puissent ergoter sur le degré de communisme, de socialisme ou de fascisme de ces États, il est important de comprendre qu’Orwell a modelé sa dystopie sur les États socialistes, en particulier les communistes.

Orwell lui-même l’explique clairement dans une lettre qu’il a écrite à Sidney Sheldon, l’homme qui a acheté les droits scéniques de 1984 :

« 1984 était principalement basé sur le communisme, parce que c’est la forme dominante du totalitarisme, mais j’essayais surtout d’imaginer ce que serait le communisme s’il était fermement enraciné dans les pays anglophones, et n’était plus une simple extension du ministère russe des Affaires étrangères. »

2. « WE », un roman d’Evgeny Zamyatin

Peu de gens ont probablement entendu parler de WE, une œuvre de fiction dystopique qui n’a jamais connu le succès de 1984. Mais il est clair que le livre a influencé Orwell, qui a revu l’œuvre après la mort de son auteur, Evgueni Zamyatin.

Né à Lebedyan, en Russie, en 1884, Zamyatin était un socialiste enthousiaste devenu membre du parti bolchevique et ayant participé à la révolution russe de 1905. Après la révolution d’octobre, dont il a été le témoin direct à son retour d’Angleterre, Zamyatin « s’est jeté à corps perdu dans le travail du parti, siégeant aux conseils d’administration d’organisations littéraires et donnant des conférences sur l’art de la fiction« , écrit Jennifer Wilson, spécialiste de la littérature russe, dans le New York Times.

En 1920-21, Zamyatin a écrit WE, un roman dystopique situé 1000 ans dans le futur, qui explore la pression de se conformer dans une société autoritaire qui s’est entièrement bureaucratisée.

WE a touché une corde sensible en Union soviétique, et pas dans le bon sens.

Le livre est rapidement tombé sous l’œil de la censure littéraire, qui a interdit le roman avant sa publication – malgré l’enthousiasme du Parti de Zamyatin – faisant de lui « le premier roman officiellement interdit en Union soviétique« , selon Wilson. Il n’a pas été publié avant 1924, lorsque la maison d’édition E. P. Dutton en a publié une traduction anglaise, et Orwell ne l’a revu que plus de 20 ans plus tard.

La mesure dans laquelle WE a influencé 1984 est discutable, mais The Guardian souligne de nombreuses similitudes entre les deux livres :

Les personnages de WE sont numérotés plutôt que nommés : son Winston Smith est D-503, et sa Julia I-330. Son grand frère est connu sous le nom de Bienfaiteur, une figure plus humaine que le dictateur presque mythique d’Orwell, qui, à un moment donné, téléphone à D-503 (« D-503 ? Ah … Vous parlez au Bienfaiteur. Faites-moi un rapport immédiatement ! »). Alors que les appartements d’Orwell sont équipés d’un « télé-écran », les bâtiments de Zamyatin sont simplement faits de verre, permettant à chacun des résidents – et aux « gardiens » qui les surveillent – de voir à l’intérieur quand ils le souhaitent. La piste d’atterrissage 1, ou Oceania, s’appelle OneState. Au lieu de s’interroger sur 2+2=5, son personnage principal est perturbé par la racine carrée de -1.

Les lecteurs peuvent déterminer eux-mêmes dans quelle mesure ils pensent que WE a influencé 1984. Ce qui est clair, c’est qu’Orwell a lu le livre, qu’il a été influencé et que son propre roman dystopique a été publié deux ans seulement après avoir examiné l’œuvre de Zamyatin.

 

3. La propagande de la guerre civile espagnole

L’idée que les régimes totalitaires tentent de contrôler la parole pour façonner la réalité est peut-être le thème le plus important de 1984.

Tout au long de sa vie et de sa carrière, Orwell a été motivé par le désir de rester attaché à la vérité, et son expérience de la guerre civile espagnole l’a profondément ébranlé. Au cours de ce conflit – une guerre opposant les fascistes aux communistes – il a été témoin de la propagande de guerre et de son impact corrosif sur la vérité dans les journaux anglais.

Dans son ouvrage George Orwell : My Country Right or Left, 1940-1943, Orwell décrit à quel point cela l’a effrayé :

« … J’ai vu des articles de journaux qui n’avaient aucun rapport avec les faits, pas même le rapport qu’implique un mensonge ordinaire. J’ai vu de grandes batailles rapportées là où il n’y avait eu aucun combat, et un silence complet là où des centaines d’hommes avaient été tués. J’ai vu des troupes qui s’étaient battues avec courage être dénoncées comme des lâches et des traîtres, et d’autres qui n’avaient jamais vu un coup de feu être saluées comme les héros de victoires imaginaires ; et j’ai vu les journaux de Londres vendre ces mensonges au détail et des intellectuels enthousiastes construire des superstructures émotionnelles sur des événements qui n’avaient jamais eu lieu. »

Après avoir côtoyé le totalitarisme, la guerre et la propagande d’État, Orwell est terrifié à l’idée que « le concept même de vérité objective est en train de disparaître du monde« .

Cette perspective serait terrifiante à tout moment, mais elle l’était particulièrement à l’époque où Orwell écrivait 1984, alors que la scène mondiale semblait promise à une guerre (froide) perpétuelle.

 

Aujourd’hui, peu de gens sont susceptibles de considérer le livre d’Orwell comme une simple invention de la littérature dystopique.

Après tout, 1984 est surtout l’histoire de la tentative d’un homme de garder le contrôle de la vérité et de la réalité face au pouvoir de l’État et à une propagande sans fin. En 2022, c’est sûrement une histoire à laquelle nous pouvons tous nous identifier.

Sur le web

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Avatar
    The Real Franky Bee
    29 mai 2022 at 8 h 59 min

    L’évolution intellectuelle d’Orwell reflète son propre parcours de vie.

    Car l’homme a d’abord connu une effroyable misère au plus fort de la grande dépression des années 1930. Ce qui l’a conduit à plaider la causes des plus pauvres et épouser les idéaux socialistes.

    Porté par cette ferveur révolutionnaire, il a fini par rejoindre les rangs des républicains espagnols face aux troupes de Franco, mais c’est aussi précisément là que le vrai visage du projet communiste s’est révélé à lui, avec en arrière-fond l’impitoyable répression des soviétiques.

    De cette désillusion naîtront deux chefs d’œuvre en forme d’alerte pour l’humanité : La ferme des animaux et 1984.

    En France, le système médiatique associe aujourd’hui principalement Orwell à l’idée de surveillance de masse, ce qui reste incroyablement réducteur. Le problème étant que notre pays reste dominé par l’idéologie néo-marxiste.

    Comme l’a écrit récemment Jordan Peterson, le communisme et le fascisme ne sont que les deux faces d’une même pièce, l’un s’opposant à l’autre, mais tous les deux tirant leur origine d’un seul et même malaise sociétal.

    Toujours selon Peterson, l’Homme occidental demeure chamboulé par la bifurcation majeure constituée par la Renaissance, amenant avec elle l’avènement du capitalisme, des avancées technologiques et scientifiques, l’apparition des nations, et enfin l’abandon de l’idée même de Dieu au centre de toute vie.

    Dans ce contexte, il est tentant pour les uns et les autres de vouloir modeler les individus à leurs idées, donnant naissance au fait totalitaire et aux horreurs du siècle dernier.

    L’avenir nous protégera-t-il de cela ? Rien n’est moins sûr. Car la démocratie semble elle-même de plus en plus évoluer vers le totalitarisme. Et la crise écologique pourrait constituer le terreau idéal pour une nouvelle expérience contre-utopique de masse.

    N’oublions jamais que « l’ignorance c’est la force ».

    • @The Reall Franky bee
      Bonjour,
      En France, 1984 est considéré comme l’apanage du capitalisme débridé. Parce qu’Orwell était socialiste et qu’on ne mentionne pas le fait qu’il a cessé de l’être quand il a vu le vrai socialisle appliqué, 1984 est donc une critique du grand capital qui tend à contrôler tout le monde, gouvernements inclus dont les membres sont de pauvres êtres tout fragiles et sans défense face à la puissance capitaliste.

      « Car la démocratie semble elle-même de plus en plus évoluer vers le totalitarisme. »
      Non. Le totalitarisme arrive quand la démocratie est niée, écornée, quand elle n’est plus appliquée ni respectée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Chine
2
Sauvegarder cet article

La Chine se voit bientôt la première puissance économique mondiale et en avance dans de nombreux domaines. Elle semble même penser ne plus avoir besoin du reste du monde pour son développement. C’est probablement une erreur, comme l’a montré l’épisode maoïste.

 

Pourquoi la Chine choisit d’être seule ?

Dans mes derniers articles, j’évoquais les faiblesses à long terme de la Chine, principalement sa crise démographique ou la démotivation des jeunes qui, n’ayant pas connu la misère de leurs parents, rechignaient à travailler ... Poursuivre la lecture

Par Karel Beckman Traduit par Mathieu Chauliac, Institut Coppet.

Avant la publication par Hans-Hermann Hoppe de sa critique sans précédent de la démocratie dans Democracy The God That Failed en 2001, les libertariens ne considéraient pas l’analyse de l’idée de démocratie comme prioritaire. Il est probablement juste de dire qu’ils avaient tendance à la concevoir comme un système politique neutre, susceptible d’orienter une société dans la direction soit individualiste soit collectiviste. Les menaces représentées par le socialisme et le ... Poursuivre la lecture

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut être le vivre ensemble.

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles