Julian Assange, le sulfureux défenseur de la liberté

Le parcours de Julian Assange est sulfureux, mais il nous rappelle à la vigilance contre les manquements de nos propres démocraties, au moment où son extradition vers les États-Unis a été confirmée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Julian Assange, le sulfureux défenseur de la liberté

Publié le 22 juillet 2019
- A +

Par Nathalie MP.

Le 11 avril 2019, l’Équateur a révoqué l’asile diplomatique qu’il avait accordé en 2012 au fondateur de WikiLeaks Julian Assange dans son ambassade londonienne. Celui-ci se retrouve ainsi confronté à plusieurs poursuites judiciaires, essentiellement pour piratage informatique de documents confidentiels vis-à-vis des États-Unis en 2010, pour agression sexuelle1 en Suède et pour non-respect de sa liberté sous caution au Royaume-Uni. Il a été arrêté dans la foulée par les autorités britanniques qui ont révélé agir aussi pour le compte des États-Unis, lesquels ont demandé son extradition.

D’où parlent les lanceurs d’alerte ? La question se pose. Pourquoi Julian Assange concentre-t-il l’essentiel des attaques de son organisation WikiLeaks sur les États-Unis ? C’est précisément ce que l’hebdomadaire Le Point lui avait demandé en 2013, lors d’une rencontre à l’ambassade d’Équateur. Réponse d’Assange (vidéo, 01′ 34″) :

La Chine est leader en matière de censure directe (…) Mais l’occident est beaucoup plus sophistiqué en matière de censure indirecte. (…) Internet a été créé aux États-Unis et son impact international est plus influent depuis les États-Unis. Donc ce que fait la Russie est essentiellement un problème pour la Russie et quelques États frontaliers (…) Ce que fait la Chine est essentiellement un problème pour les Chinois et quelques États voisins. Mais à cause de Gmail et Facebook, ce que font les États-Unis est un problème pour presque tous les États autres que la Chine et certaines parties de la Russie.

Que penser de ces déclarations ? La Chine et la Russie ne brillent pas vraiment pour leur attachement aux libertés individuelles et leur respect de la presse et des journalistes, c’est le moins qu’on puisse dire. Derrière l’aura du lanceur d’alerte, Assange ne serait-il finalement qu’un instrument de leur propagande antilibérale, comme l’affirme avec force le site britannique pro-marché CapX ?

Mais d’un autre côté, WikiLeaks nous a révélé par exemple que la NSA, l’Agence nationale de sécurité des États-Unis, écoutait les conversations téléphoniques d’Angela Merkel et de nombreux autres dirigeants européens alliés, dont les présidents français Hollande et Sarkozy. « L’espionnage entre amis, cela ne va pas du tout », avait alors déclaré la chancelière allemande, plutôt courroucée.

Sauf qu’on apprenait à peu près au même moment que le BND, le service de renseignement extérieur allemand, avait prêté main-forte aux États-Unis pour espionner les dirigeants français tandis que des James Bond britanniques s’étaient occupé de la surveillance en Allemagne pour le compte des États-Unis.

Dans le même temps, on a également vu les pays occidentaux renforcer leur surveillance globale des citoyens en élargissant toujours un peu plus les pouvoirs administratifs au détriment du judiciaire, sans compter les atteintes larvées à la liberté d’expression et à la liberté de la presse. Nous, Français, en savons quelque chose : loi Renseignement, état d’urgence prolongé puis intégré dans le droit commun, loi contre les fake news et, tout récemment encore, projet de contrôle de l’information et loi « anti-casseurs » (en partie retoquée par le Conseil constitutionnel) qui prévoyait une restriction du droit de manifester sur la base de soupçons des plus vagues.

Le mur de Berlin est tombé, le monde libre a triomphé du communisme, mais tout se passe maintenant comme si le cauchemar décrit dans le film La vie des autres était devenu à divers degrés le petit ordinaire du monde entier. Il n’est donc pas très étonnant que l’idée de rétablir un équilibre entre les citoyens, dont l’accès à l’information est de plus en plus contrôlé par les États, et les États, qui contrôlent cette information en la filtrant pour leur seul bénéfice, ait pu germer dans les esprits.

Dans celui de Julian Assange, par exemple. La page « À propos » de la première version du site, aujourd’hui disparue, précisait que le premier objectif de WikiLeaks était « d’exposer les régimes oppressifs en Asie, de l’ancien bloc soviétique, de l’Afrique sub-saharienne et du Moyen-Orient. »

À l’opposé de CapX, le site également libéral Reason rappelle tout ce qu’on doit aux fuites orchestrées par WikiLeaks. Citons notamment des révélations sur l’Église de Scientologie, des informations secrètes sur le fonctionnement du centre de détention américain de Guantanamo, la divulgation de courriels compromettants de chercheurs de l’université d’East Anglia à propos du changement climatique, les malversations et la corruption en vigueur dans de nombreux pays du Moyen-Orient tels que la Turquie et l’Arabie saoudite, ainsi que dans des sociétés russes off-shore.

Mais le plus beau coup, si l’on peut dire, celui qui lui vaut les poursuites actuelles des États-Unis, a lieu en 2010 et concerne la guerre en Irak. WikiLeaks publie alors une série de documents qui lui furent remis par une analyste de l’armée américaine, Chelsea Manning2. En cause : bavures, mauvais traitements des civils et abondance de câbles diplomatiques très différents des événements présentés à l’opinion publique.

En particulier, une vidéo classée secret défense par l’armée américaine montrait comment, en 2007,  un hélicoptère américain Apache avait ouvert le feu sur un groupe de civils, tuant 18 personnes dont deux reporters de l’agence Reuters.

Autre grand fait d’armes de WikiLeaks, en 2016, le site rend public quelque 20 000 emails échangés au sein du parti démocrate lors de la campagne présidentielle américaine qui montrent comment les instances dirigeantes du parti ont tenté d’affaiblir la candidature de Bernie Sanders lors des primaires.

Psychologiquement, moralement et techniquement, Julian Assange avait toutes les capacités requises pour mettre sur pied une organisation telle que WikiLeaks.

Né en 1971 en Australie, pas mal ballotté dans son enfance et poussé au non-conformisme par sa mère qui craignait qu’une éducation traditionnelle n’inculquât un « respect malsain de l’autorité » à ses enfants (Julian a un demi-frère) et n’affadît leur désir d’apprendre, il fait ses premiers pas d’informaticien tout seul.

En 1987, à l’âge de 16 ans, il avait déjà acquis une solide réputation de programmeur qui pouvait s’introduire dans les systèmes les plus sécurisés. Il s’associe à deux hackers pour former le groupe des « International Subversives » dont les activités de hacking vont rapidement lui attirer des poursuites de la part des autorités australiennes. Il s’en tire finalement avec une modeste amende (1995).

Peu après, il doit se battre longtemps pour obtenir la garde de son fils (1999). Il sort de ces deux épreuves successives avec la conviction que le combat humain ne réside pas dans un affrontement « entre la gauche et la droite ou la foi et la raison, mais entre l’individu et les institutions ». La création de WikiLeaks en 2006 dérive directement de cette philosophie forgée au cœur de ses expériences personnelles très concrètes.

En 2010, l’organisation tourne avec 5 personnes (dont Assange) qui s’y consacrent 24 heures sur 24 et 800 autres membres qui interviennent occasionnellement. Les cinq « permanents » sont bénévoles et vivent de l’argent qu’ils ont accumulé précédemment. Assange indique qu’il a bien gagné sa vie dans l’Internet et qu’il dispose donc d’assez d’argent pour mener son projet à bien, quoique pas éternellement.

Mais tout n’est pas totalement parfait au royaume de la transparence absolue. Assange a été lâché en route par plusieurs collaborateurs qui lui reprochaient de ne pas prendre assez de précautions avant de publier des documents classifiés et de se comporter de façon trop autocratique « comme un genre d’empereur ou de marchand d’esclaves ». 

La suite de l’histoire, celle du lâchage de l’Équateur sur fond de rapprochement avec les États-Unis et de bénéfice d’un prêt du FMI de 4,2 milliards de dollars, vous la connaissez.

La question qui se pose maintenant à nous est la suivante :

Il se peut que les intentions de Julian Assange soient effectivement sulfureuses, comme le pense CapX. Il se peut qu’elles soient nobles mais quelque peu « angéliques » ou naïves, Assange faisant office d’idiot utile anti-monde occidental manipulé par des États, la Russie notamment, dont on connaît l’hostilité et le parti pris illibéral. Ou alors il se peut qu’il fasse effectivement cavalier seul avec l’ambition « chevaleresque » de faire remonter à la surface tout ce qui dans les institutions connues, les États notamment, va directement à l’encontre des droits des citoyens.

Mais même si l’on envisage le pire, même si l’on doit apprendre un jour qu’il émarge sur les listes des agents russes ou chinois, faut-il écarter d’une main rageuse tout ce que WikiLeaks a révélé de bavures, compromissions et corruptions ? La force de nos démocraties libérales n’est-elle pas justement de savoir se remettre en cause lorsque l’on constate des dérives fondamentales dans le respect des valeurs de l’état de droit ?

Edward Snowden, autre lanceur d’alerte qui avait rendu publiques en 2013 des informations de la NSA classées top secret concernant la captation des métadonnées des appels téléphoniques aux États-Unis, ainsi que les systèmes d’écoute sur Internet de plusieurs programmes de surveillance du gouvernement américain, s’était expliqué de ses actes en ces termes :

Mon seul objectif est de dire au public ce qui est fait en son nom et ce qui est fait contre lui.

En son nom : c’est-à-dire par l’État qui est censé représenter les citoyens. Contre lui : c’est-à-dire que l’État s’est octroyé un droit de domination sur les citoyens, au lieu d’en rester au rapport de représentation, qui devrait être l’unique forme des démocraties libérales modernes.

Indépendamment de tout ce qu’on pourrait légitimement reprocher à Snowden ou Assange, n’est-ce pas là l’énoncé de la vigilance que nous, citoyens d’un monde que nous voulons libre, devons exercer envers nos représentants politiques ?

Cet article a été publié une première fois le 19 avril 2019.

Sur le web

  1. Assange est accusé en 2010 en Suède de deux relations sexuelles certes consenties mais au cours desquelles il aurait retiré son préservatif sans y avoir été autorisé. En 2017, l’affaire est classée sans suite. Le Guardian révèle en 2018 que la Suède voulait abandonner les poursuites dès 2013 mais en avait été dissuadée par le Royaume-Uni. L’avocate des plaignantes a annoncé cette semaine vouloir faire rouvrir l’enquête.
  2. Suite à cela, Chelsea Manning a été condamnée à 35 ans de détention en 2013, mais sa peine a été réduite à 7 ans en 2017. Elle a donc été libérée en 2017, mais elle fut à nouveau emprisonnée le mois dernier pour refus de témoignage contre WikiLeaks.
Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • oui… mais il faut un procès public non?
    n’est ce pas la conclusion naturelle d’un lancement d’alerte?

    il faut que le juge dise vous avez révélé des crimes, mais la loi dit que c’est illégal…et que les gens se mettent à protester contre la loi…
    les malversations sont une choses mais les lois protégeant ceux qui les commettent en est une autre.

    il faut incarner l’accusation..

    mais le problème central est que les gens sont en général d’accord pour abandonner leur liberté au prix d’une sécurité, les lois scélérates sont acceptées.

    c’est ce qui le glace, je parler souvent à des gens pour qui les principes de ,eutralité de la justice , la liberté individuelle ne sont rien.

  • Abandon des poursuites : très peu convaincant, puisque la Suède a abandonné les poursuites  » Toutes les possibilités de faire avancer l’enquête ont été épuisées (…) et il n’apparaît plus proportionné de maintenir la demande de placement en détention provisoire par défaut de Julian Assange  » . La sortie de l’ambassade va réactiver les poursuites pour un des deux faits de viol, l’autre étant precrit.

  • Il manque une partie dans l’article, ce que les actions de Assange, Snowden et Co ont changé ou non dans nos démocraties. Par exemple aux Etats-Unis elles ont susicté un débat sur la transparence et la surveillance. C’est un peu près tout. Ces révélations n’étant qu’une confirmation de plus de ce que l’on savait déjà sur les Etats. Ces « justiciers 2.0 » ne sont que des grains de sable populaires parmi tant d’autres et qui ont toujours existé sous des formes variés ; on peut citer les gilets jaunes, certains journalistes, certains fonctionnaires, certains contribuables, la vengeance, les emnemis.. bref on a presque tous une dent contre l’Etat. En dehors même de la défense des libertés, personnellement j’ai quelques griefs contre l’Etat.
    Mince j’espère ne pas être sous écoute …

  • dans un monde dominé par le mensonge , la corruption , les magouilles de gens malhonnêtes mais haut placé , nous avons besoin de lanceur d’alerte ; s’ils sont mal aimés par certains , il y a de bonnes raisons n’est ce pas …..

    • Au risque de vous déplaire, je ne pense pas que nous ayons besoin de lanceurs d’alerte. Nous avons besoin d’une éducation qui ouvre nos oreilles et stimule notre curiosité critique, rendant par là même les lanceurs d’alerte inutiles. Pour moi, un lanceur d’alerte est d’abord un pirate qui veut apparaître comme un bienfaiteur de l’humanité, mais qui reste un pirate (ou une gréviste inconséquente si on parle de la Greta). Assange n’a amélioré le sort de personne, il a au contraire déresponsabilisé les gens qui estiment ne plus avoir besoin de s’interroger eux-mêmes car il y aura bien un Assange pour le faire à leur place — et à leur profit ??? –.

  • Il convient de réaliser que les actions illégitimes d’un pouvoir entraînent l’utilisation de la propagande: les mensonges – qui sont d’ailleurs souvent des mensonges par omission – visent à ce que le citoyen ne conteste pas des décosions qui sont prises en son nom, voire à son détriment. Ceci vaut au niveau intérieur de chaque pays, mais aussi au niveau international, sachant qu’aucun pays ne peut mener une guerre (sur son sol ou ailleurs) sans l’assentiment de sa population.
    Un article qui donne à réfléchir sur ce point et permet de mieux comprendre la démarche d’Assange:
    http://arretsurinfo.ch/daniele-ganser-la-plupart-des-guerres-menees-par-des-membres-de-lotan-commencent-par-des-mensonges/

    • Pas la guerre d’Irak où Saddam a envahi le Koweit !

      • L’exception confirme la règle …

      • @Virgile. Il y a plusieurs mensonges à propos de la 1ere d’Irak.
        Le plus gros est tout de même les couveuses. Mais on peut se demander si Saddam n’a pas été trompé par l’ambassadeur américain (l’Irak était tout de même l’allié contre l’Iran), si on ne nous a menti sur les responsabilités du Koweit. Enfin, l’énormité de la seconde guerre sur les ADM doit nous poser des questions sur l’antériorité.

    • « Un article qui donne à réfléchir sur ce point »
      Article qui est une interview d’un mec prétendant que les 11 septembre n’était pas l’œuvre de terroristes musulmans : mouais…

      • Ce n’est pas le seul. N’oubliez pas que le gouvernelent américain a désigné Ben Laden dans les 10mn des attentats- avant toute enquête.
        On peut lire « l’effroyable imposture » ou « JFK – 11 septembre ». A défaut d’avoir des reponses, beaucoup de questions qui tendent à infirmer ce qui est dit officiellement.

      • on n’est pas obligé de croire, mais cela incite à la réflexion !

      • Il ne faut vraiment écouter que le JT de 20h pour penser que la version officielle du 11 septembre est incontestable.

  • Un type élevé dans le rejet du respect de l’autorité et qui met ce principe en pratique mérite mon plus profond respect. Tout le reste n’est que litterature.
    « Le peuple n’a qu’un ennemi dangereux, c’est son gouvernement ».

  • Article toujours aussi bien documenté. Bravo Nathalie !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles